Skip to navigation – Site map
1 | 2010
Dossier | Africa: 50 years of independence — Review | Major development policy trends
Dossier | Afrique : 50 ans d’indépendance — Revue | Évolutions des politiques de développement
Dossier | Africa: 50 Years of Independence

Les nouveaux acteurs de la coopération en Afrique

Translation(s) of this article:
Cooperation: New Players in Africa
Philippe Hugon
p. 99-118

Abstract

Dans le contexte de la mondialisation et, aujourd’hui, de la crise financière mondiale, de nouveaux acteurs de la coopération émergent en Afrique. Ces partenaires desserrent la contrainte financière et les conditionnalités, augmentent les marges de manœuvre et dopent le marché des matières premières, mais ils accroissent aussi les risques de réendettement et de faiblesse de la coordination des politiques d’aide. Ces partenariats remettent-ils en question les nouvelles pratiques de la coopération des pays de l’OCDE ? Justifient-ils le retour à une realpolitik ou reproduisent-ils les anciennes erreurs des puissances industrielles ? Ces erreurs peuvent-elles être corrigées ? La question se pose également de savoir si la crise mondiale qui touche profondément l’Afrique conduira à un retrait ou à un relais des nouvelles puissances émergentes. Ce chapitre distingue les nouveaux enjeux géopolitiques de l’Afrique dans un monde multipolaire puis les nouveaux acteurs de la coopération en Afrique, avant d’explorer les perspectives qui s’ouvrent pour la coopération en Afrique, notamment eu égard à la crise mondiale.

Top of page

Outline

Top of page

Full text

« Les gens de Dubaï, les Indiens et les Chinois ne nous disent pas que nous ne sommes pas entrés dans l’histoire. Ils commercent avec nous. » Lionel Zinsou, Le Monde, 30 septembre 2007.

1. Introduction

1La coopération internationale, soit l’opération conjointe de plusieurs acteurs de la société internationale, se différencie de la conception verticale de l’aide au développement. Nous les assimilerons toutefois dans cet article. L’aide fournit le financement, les compétences et la technologie aux pays pauvres ayant difficilement accès aux financements privés. Elle se heurte également aux faibles capacités d’absorption et crée des effets pervers tels que le biais en faveur des projets capitalistiques et les charges récurrentes (Gabas 2005) ; elle est souvent détournée de ses fins et ses effets multiplicateurs sont limités (pour 100 flux d’entrée, il en ressort immédiatement 60). Le débat entre trade et aid a été permanent depuis la Seconde Guerre mondiale.

  • 1 L’aide publique au développement (APD) répond à différents mobiles des donateurs : solidarité (lut (...)
  • 2 En 2005 à Gleneagles, les pays riches du G-8 s’étaient engagés à augmenter leur aide à l’Afrique d (...)

2L’aide et la coopération font partie des jeux d’influence des puissances tout en se situant dans des rapports asymétriques. Historiquement, toutes deux ont été mises en place principalement par les puissances occidentales lors de la décolonisation1. Elles se sont insérées dans un contexte postcolonial fait de liens affectifs et de dette non éteinte de la part des donateurs, de volonté d’indépendance et de crainte d’abandon de la part des receveurs. Elles ont joué un rôle central lors de la guerre froide, comme moyen d’influence respectif des camps occidental et soviétique. Si elles ont perdu leur principale fonction géopolitique lors de la chute du mur de Berlin, elles ont retrouvé depuis une forte légitimité du fait des nouveaux enjeux énergétiques, environnementaux et sécuritaires. Le contexte est devenu celui du désendettement grâce aux différentes mesures, notamment celles en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE). En même temps, les bailleurs de fonds ont mis en place des réformes visant à améliorer l’aide : le déliement, la coordination des politiques et l’aide budgétaire. Il y a aussi débat à propos des conditionnalités de l’aide en termes de moyens (bonne gouvernance, avancée démocratique, droits de l’homme) et de résultats, en termes de prise ou non en compte de la fragilité des économies. Là encore, la crise mondiale a modifié la donne en augmentant le rôle des flux publics de capitaux2.

3C’est dans ce nouveau contexte que se nouent des relations croissantes avec les nouveaux acteurs de la coopération en Afrique, notamment la Chine. Ces partenaires desserrent la contrainte financière et les conditionnalités, augmentent les marges de manœuvre et dopent le marché des matières premières, mais ils accroissent aussi les risques de réendettement et de faiblesse de la coordination des politiques d’aide. Ces relations remettent-elles en question les nouvelles pratiques de la coopération des pays de l’Organisation de développement et de coopération économiques (OCDE) ? Justifient-elles le retour à une realpolitik ou reproduisent-elles les anciennes erreurs des puissances industrielles ? Ces erreurs peuvent-elles être corrigées ? La question se pose également de savoir si la crise mondiale qui touche profondément l’Afrique conduira à un retrait ou à un relais des nouvelles puissances émergentes.

4Cet article distingue  les nouveaux enjeux géopolitiques de l’Afrique dans un monde multipolaire (2) puis les nouveaux acteurs de la coopération en Afrique (3), avant d’explorer  les perspectives qui s’ouvrent pour la coopération en Afrique, notamment eu égard à la crise mondiale (4).

2. Les nouveaux enjeux géopolitiques de l’Afrique dans un monde multipolaire

2.1. Le nouveau contexte géopolitique

5Le nouveau contexte mondial remet en question les paradigmes qui ont fondé les relations Nord-Sud (Hugon et Michalet 2007). Dans les travaux dépendantistes, les périphéries connaissaient un blocage de l’accumulation et un échange inégal. Dans les analyses néolibérales, le déficit d’épargne au Sud doit être comblé par l’investissement extérieur et le commerce. Or on a observé, avant la crise actuelle, un déplacement du centre de gravité du capitalisme mondial vers l’Asie du Sud et de l’Est, avec de nouveaux pôles au Moyen-Orient. Certes, l’Occident demeure dominant dans le domaine technologique et militaire. Mais les puissances économiques et financières émergentes deviennent également des puissances politiques et militaires. Elles accentuent les rivalités à propos des ressources non renouvelables (telles les énergies fossiles comme les hydrocarbures). Elles ont, à commencer par la Chine, accumulé des réserves de change et dégagé des excédents d’épargne. Parag Khanna (2008) a montré en quoi le second monde émergent jouait un rôle aussi important que l’hyperpuissance américaine et le premier monde pour façonner l’équilibre planétaire.

  • 3 De nouvelles multinationales (le cimentier mexicain Cemex, le pétrolier russe Lukoil, le gazier ru (...)

6Plusieurs transformations structurelles ont profondément modifié le rôle de l’aide publique au développement. La globalisation financière, caractérisée par un décloisonnement des marchés et une forte réduction de la régulation, a favorisé l’accès aux capitaux de la part des émergents et considérablement accru le rôle des flux privés aux dépens des flux publics. L’extension des délocalisations vers les pays à bas coût de main-d’œuvre et disposant de technologies avancées a modifié la place des pays dans le commerce international et les IDE. Les firmes multinationales, qui représentent un tiers de la production mondiale et deux tiers du commerce mondial, se sont diversifiées par leurs origines3. Le commerce extérieur porte de plus en plus sur les biens intermédiaires, les produits à haut niveau technologique et les services. On constate, dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l’érosion des préférences dont bénéficiait l’Afrique. On note par contre, en dehors des hydrocarbures, une baisse du poids des produits primaires. La valeur ajoutée tend à se déplacer de l’amont vers l’aval des filières. De nouveaux centres moteurs ont ainsi émergé. Actuellement, les pays du Sud représentent en parité de pouvoir d’achat la moitié du PIB mondial. Les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) comptent pour un tiers, et leur poids relatif a crû dans le contexte de la crise mondiale.

2.2. Une Afrique convoitée pour ses richesses minières et pétrolières

7Depuis les indépendances, la place de l’Afrique dans la division internationale du travail a peu changé et ce continent demeure principalement un exportateur de produits primaires non transformés, dont les prix instables avaient plutôt tendance à se déprécier, et un importateur de produits manufacturés et de services, voire de produits alimentaires. Dans le contexte actuel de mondialisation et d’émergence de nouvelles puissances, on a noté toutefois au tournant du xxie siècle une inversion des termes de l’échange en faveur de la croissance africaine et un appétit grandissant des pays émergents pour les ressources naturelles minières et pétrolières, et même pour les terres arables africaines. L’Afrique est désormais convoitée par les puissances émergentes mais également par les puissances industrielles pour ses ressources (biodiversité, forêts, hydrocarbures, mines, terres arables) et pour un marché qui, de 900 millions de personnes en 2010, doit en atteindre 2 milliards en 2050.

2.2.1. Les enjeux pétroliers et miniers

8L’Afrique continentale représente 12% de la production mondiale de pétrole et 10% des réserves mondiales prouvées. Les Etats-Unis importent environ 60% du pétrole africain (celui-ci constitue plus de 90% des exportations africaines vers les Etats-Unis) contre 20% respectivement pour la Chine (plus de 60% des exportations vers la Chine) et pour l’Union européenne (voir tableau 1).

Tableau 1 – Structure des exportations de l’Afrique subsaharienne selon les principaux pays importateurs (en pourcentage)

Tableau 1 – Structure des exportations de l’Afrique subsaharienne selon les principaux pays importateurs (en pourcentage)

Source : Comtrade.

2.2.2. Les réserves et productions pétrolières

9De nombreux pays africains sont devenus pétroliers du fait des progrès technologiques de prospection et d’exploitation, de l’anticipation de la hausse de la demande et des stratégies de diversification des risques de la part des opérateurs et Etats importateurs. Les principaux producteurs sont le Nigeria, l’Algérie et l’Angola (voir tableau 2).

Tableau 2 – Production pétrolières des cinq premiers producteurs africains, 2006

Tableau 2 – Production pétrolières des cinq premiers producteurs africains, 2006

Source : statistiques BP 2007.

Note : —  = données manquantes.

2.2.3. Des jeux plus ouverts et concurrentiels entre les compagnies pétrolières

  • 4 Les majors disposent d’une avancée technologique et de capacités de financement leur permettant de (...)

10Les puissances européennes – la France avec Elf (devenue Total) et la Grande-Bretagne et les Pays-Bas avec British Petroleum et Shell – ont longtemps dominé le jeu pétrolier dans les anciennes colonies. La France a cherché à se constituer un espace vital énergétique autonome. La situation postcoloniale des chasses gardées et des rapports entre les trois E (Elysée, Elf, Etat-major militaire) a disparu ou du moins s’est fortement transformée. Le jeu est devenu plus complexe et moins transparent avec l’arrivée de nouveaux acteurs, notamment chinois, cherchant à être présents sur ces territoires par des pratiques peu claires (accords de troc, prêts à taux zéro ou rémunération en nature)4. L’Afrique est désormais le théâtre d’une compétition entre les oligopoles, dans un contexte aujourd’hui mondialisé.

Tableau 3 – Principaux opérateurs pétroliers en Afrique centrale, 2007

Tableau 3 – Principaux opérateurs pétroliers en Afrique centrale, 2007

Sources : Rosellini (2005) et Ambassade de France au Cameroun (2008).

Abréviations utilisées dans le tableau : b/j : barils par jour ; CPP : contrat de partage de production.
Nationalité des opérateurs : Total, Maurel & Prom : France ; Exxon Mobil, Chevron Texaco, Marathon Oil : Etats-Unis ; Petronas : Malaisie ; Shell : Grande-Bretagne et Pays-Bas.

2.2.4. Une réorientation des relations pétrolières avec les Etats-Unis et la Chine

11Les grandes puissances mènent une politique de diversification de l’offre mondiale. L’Europe achète globalement 22 % de son pétrole en Afrique. Les Etats-Unis ont une stratégie de diversification des fournisseurs en hydrocarbures et escomptent assurer 25 % de leur approvisionnement en Afrique en 2015 contre 17% aujourd’hui. La Chine importe plus de 20% de son pétrole d’Afrique, notamment de l’Angola et du Soudan ; elle est présente dans la quasi-totalité des pays producteurs d’hydrocarbures. L’Inde est également présente dans plusieurs pays d’Afrique.

12On observe des enjeux stratégiques similaires pour certains produits miniers, en particulier l’uranium (au Niger et en Namibie), le coltan (au Kivu en République démocratique du Congo – RDC) et le cobalt, mais également le fer, le manganèse, le cuivre, l’or, le diamant, le chrome ou la bauxite dont les pays émergents, à commencer par la Chine, sont très demandeurs. Par exemple, les financements chinois d’infrastructures au Katanga (RDC) sont directement liés aux zones minières et créent souvent des effets d’enclave plutôt que de pôles de développement.

2.3. Un monde multipolaire aux alliances diversifiées

13Les politiques de coopération ne sont pas réductibles à des objectifs utilitaristes. Les puissances émergentes mènent une diplomatie active et ont diversifié leurs alliances, notamment avec les pays africains. De leur côté, ces derniers ont fait également de la dépendance et de la surenchère entre puissances étrangères une ressource stratégique. L’Afrique fait partie des enjeux planétaires en termes de changement climatique, de biodiversité, de préservation des ressources naturelles et de risques épidémiologiques ou sécuritaires, qui concernent de plus en plus les émergents et pas seulement les pays du Comité d’aide au développement (CAD). Au premier plan figurent les enjeux sécuritaires et les risques liés à la prolifération de « maux publics mondiaux » comme le paludisme, le VIH/sida, les trafics de drogues ou d’armes, la piraterie, voire le terrorisme. Les 53 Etats africains sont devenus des alliés importants lors des votes ou des négociations au sein des organisations internationales.

3. Les nouveaux partenaires de l’Afrique

14Les relations de coopération et d’aide ont fortement évolué dans ce nouveau contexte géopolitique. L’Afrique diversifie ses partenaires et accède à de nouveaux financements des pays émergents et pétroliers. Les relations d’influence et de pouvoir passent par les champs du commerce et de la finance, de la religion, des diasporas ou des ONG, et pas seulement par le hard power des puissances et des interventions militaires. On observe également une réactualisation des liens historiques entre les grandes zones africaines et les aires d’influence (entre Indiens et Ismaéliens en Afrique orientale et dans l’océan Indien, entre pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient dans les zones soudano-sahéliennes musulmanes, sans oublier la présence générale de la Chine, mais particulière dans la mer Rouge, ni celle des Etats-Unis dans le golfe de Guinée). Même si les pays du CAD demeurent les principales sources de l’aide, d’autres acteurs majeurs apparaissent. Il est toutefois difficile d’évaluer le montant précis de cette aide car d’une part elle n’est pas centralisée, contrairement à celle des pays du CAD, et d’autre part elle prend des formes plurielles (accords de troc, prêts à des taux inconnus) (Afrique contemporaine 2008 ; Michel et Beuret 2009). Alors que les politiques multilatérales ou de coordination de l’aide sont devenues centrales pour les puissances occidentales (Fonds monétaire international [FMI], Banque mondiale, OCDE, Union européenne [UE]), les nouveaux partenaires se situent principalement dans des relations bilatérales avec les pays africains.

3.1. Le retrait relatif des anciennes puissances coloniales

15Nous prendrons le cas des deux grandes puissances coloniales qu’ont été la France et la Grande-Bretagne.

3.1.1. La France et l’Afrique

  • 5 Malgré la chute de son aide qui en 2008 se montait à 6,3 milliards EUR (environ 9,4 milliards CHF) (...)
  • 6 Durant la guerre froide, la politique économique de la France vis-à-vis de l’Afrique subsaharienne (...)

16Une multitude de facteurs interviennent dans la politique de la France vis-à-vis de l’Afrique subsaharienne ; ils comprennent notamment des préoccupations culturelles, géopolitiques et humanitaires de même que des intérêts économiques, miniers et pétroliers ou encore le soutien de firmes recherchant des niches5. Ainsi, la crainte du chaos et la volonté de prévenir des conflits, la politique de défense de la francophonie, les relations de clientélisme, la constitution de réseaux conduisant au financement de partis politiques français ou les voix apportées par les pays francophones aux Nations unies sont autant d’explications du poids politique de la France dans les pays africains (Politique africaine 2007)6.

17La France est prise dans un dilemme : intervenir en étant taxée d’ingérence ou laisser faire, signe d’indifférence, voire d’acceptation du pire (comme dans le cas du génocide rwandais) ? Les réseaux « Françafrique » et le cordon ombilical ont été trop durables pour que des arrière-pensées ne soient présentes. Une renégociation des accords de défense est en cours. La décolonisation tardive est source de ressentiments. La politique française au cas par cas, sur la défensive face à la hantise d’une anglophonie dominante, ambiguë dans son discours sur des pays non mûrs pour la démocratie, fait l’objet de vives critiques de la part de l’opinion publique et de certains pouvoirs africains.

3.1.2. La Grande-Bretagne et l’Afrique

  • 7 Comme en témoignent l’International Finance Facility, initiative de la Commission pour l’Afrique (...)

18La Grande-Bretagne a une longue tradition africaine mais après les indépendances n’a pas mené de vraie politique africaine. Celle-ci se diluait dans les liens au sein du Commonwealth, qui reçoit l’essentiel de l’aide britannique, largement concentrée sur le Nigeria et l’Afrique du Sud. La donne a fondamentalement changé après l’arrivée de Tony Blair au gouvernement en 1997 et sa politique du New Labour. L’intervention militaire en Sierra Leone en mai 2000 marque ainsi un tournant dans la politique britannique. Celle-ci s’appuie également sur l’ex-empire. L’opposition à Robert Mugabe est ainsi passée par le canal du Commonwealth. La politique étrangère se voit attribuer un contenu éthique à côté de la realpolitik. Le poids de la société civile et des Eglises est important dans cette nouvelle politique qui aujourd’hui est renforcée autour de deux grands axes : la politique de coopération et l’augmentation de l’aide7. L’Afrique apparaît comme un enjeu stratégique majeur sur le plan géopolitique avec une priorité accordée aux pays les moins avancés (PMA). La politique britannique concilie éthique mondiale, égoïsme et principes de libéralisme économique (Coalition pour l’Afrique 2005 ; ECDPM ; ODI 2009).

3.1.3. Le relais partiel de l’UE

19L’UE a pris progressivement le relais partiel des anciennes puissances coloniales. Elle distingue ses relations avec l’Afrique septentrionale (accords Euromed), l’Afrique du Sud (accords de libre-échange) et les pays de la zone ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique – Accord de Cotonou). Ses quatre objectifs sont 1º la paix et la sécurité, 2º la gouvernance, 3º l’intégration commerciale et le commerce, et 4º le développement. L’UE intervient en Afrique principalement par le partenariat, le multilatéralisme, la diplomatie de terrain et le soft power.

  • 8 Les résultats des Accords de Lomé sont mitigés. Les pays africains n’ont pas été capables de maint (...)
  • 9 Les APE entre l’UE et les pays ACP, qui privilégiaient la dimension commerciale au détriment de ce (...)

20Les Accords de Yaoundé puis de Lomé, entre la Communauté européenne et les pays ACP, se situaient dans une perspective régionaliste de préférences et de non-réciprocité prenant en compte les asymétries internationales. Ils visaient à insérer les anciennes colonies d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique dans des accords préférentiels avec leurs anciennes métropoles, de façon à intégrer l’espace européen8. Ces accords ont perdu beaucoup de leur légitimité et de leur force en raison de l’élargissement de l’Europe à des pays sans passé colonial et, depuis la chute du mur de Berlin, de la réorientation des intérêts vers l’Europe de l’Est. Cet ajustement a conduit au rapprochement des doctrines des bailleurs de fonds sous le leadership des institutions de Bretton Woods. Parlant d’une seule voix à l’OMC, l’Union européenne a mis ses accords en conformité avec les règles de l’OMC. Les principes de non-réciprocité et de discrimination entre pays en voie de développement contenus dans la Convention de Lomé étaient en relative contradiction avec les règles de l’OMC. La Convention de Cotonou a prévu des accords de libre-échange et la mise en place d’accords de partenariat économique (APE) qui pourraient se substituer au système de préférences généralisées (SPG) ou aux préférences accordées aux PMA selon le programme de l’UE « Tout sauf les armes », qui prévoyait des régimes commerciaux préférentiels pour tous les produits, à l’exception des armes9.

21Les politiques européennes manquent de cohérence entre politiques commerciales, agricoles et de développement. Citons le cas de la Politique agricole commune qui, en subventionnant la production, voire les exportations européennes, entre en contradiction avec le financement de projets agricoles par le Fonds européen de développement (FED). De même, la Direction générale Commerce extérieur, déterminante dans la mise en œuvre des APE et des accords de libre-échange, est en forte tension avec la Direction générale Développement, qui privilégie le social, l’environnement, le secteur productif et l’intégration régionale. Les politiques européennes restent largement tributaires de celles des États membres.

  • 10 Elle est ainsi présente en Ituri avec l’opération Artémis, en RDC, au Tchad (EUFOR), au Soudan, e (...)

22L’UE intervient également dans trois volets politiques : la diplomatie préventive, la gestion militaire des guerres et la résolution pacifique. Elle s’est dotée depuis décembre 2003 d’une politique étrangère et de sécurité commune. Le Conseil européen a des liens privilégiés avec l’Union africaine (UA) et des organisations régionales. L’UE finance des appuis logistiques, la formation des forces de police et des armées, le désarmement et la démobilisation10.

23L’élargissement de l’UE s’est fait aux dépens d’une politique africaine. Par contraste avec son ouverture aux anciens pays d’Europe de l’Est, l’Europe ne mène pas de politique audacieuse vis-à-vis de l’Afrique – et ceci malgré les proximités historiques et géographiques, du moins pour sa partie Sud (ECDPM).

3.2. Le retour des acteurs de la guerre froide : les États-Unis et la Russie

3.2.1. Les Etats-Unis et l’Afrique

  • 11 Si l’élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis le 4 novembre 2008 a une grande valeu (...)

24Le mot selon lequel « l’Afrique est plus un problème européen qu’un problème américain » est moins valable aujourd’hui. Les liens directs sont anciens, notamment par les Afro-Américains au Liberia. Pendant la guerre froide, la politique était principalement antisoviétique. Après les événements de Somalie, la politique américaine prônait « zéro mort » et les intérêts économiques l’ont emporté. Depuis le 11 septembre 2001, la politique de l’hyperpuissance est redevenue active et se poursuit selon trois priorités : la lutte contre le terrorisme et le renforcement de la stratégie d’endiguement de l’islamisme par un programme d’assistance militaire ; le renforcement des échanges et des investissements pétroliers (les importations américaines en provenance de l’Afrique doivent passer de 17 % en 2008 à 25 % en 2020), les firmes américaines étant notamment présentes dans le Somaliland, le Sud-Soudan, les pays sahéliens et le golfe de Guinée ; enfin, le développement des échanges et de l’aide fondée sur le libéralisme11. Les États-Unis s’appuient sur des Etats pivots ayant une capacité régulatrice. Ils cherchent également des réponses aux risques dits asymétriques représentés par les conflits intraétatiques, les Etats défaillants et leur rôle de trafiquant, les terroristes contre lesquels la supériorité technologique est insuffisante. Ils visent en outre à sécuriser les gisements et les routes maritimes pétroliers. Ce faisant, ils développent la démocratie et le marché en s’appuyant sur les civils en liaison avec les militaires (civilianization) et mènent une défense préventive en façonnant (shaping) l’environnement par la diffusion de normes, de valeurs et de standards américains.

25L’African Growth and Opportunity Act (AGOA) prévoit de favoriser les échanges commerciaux actuellement limités entre l’Afrique et les Etats-Unis. Cette initiative concerne surtout le pétrole et, dans une moindre mesure, le textile. Trente-six pays africains sont éligibles officiellement selon plusieurs critères : ils doivent réaliser des progrès continus vers l’économie de marché, respecter la loi et la liberté du commerce, et mettre en place des politiques de réduction de la pauvreté et de protection des droits des travailleurs. Les Etats-Unis ont renforcé à la fois leurs actions évangéliques par le biais d’acteurs privés et leur présence militaire et diplomatique.

3.2.2. Un renouveau d’intérêt de la part de la Russie

26Depuis 1989, les relations avec la Russie s’étaient réduites sauf dans le nouveau commerce triangulaire entre les exportations d’armes de la Russie vers l’Afrique, les exportations africaines de matières premières vers l’Europe et les exportations européennes de produits manufacturés vers la Russie en contrepartie du gaz. Un renouveau apparaît depuis 2005 à la fois pour des intérêts énergétiques (gaziers et nucléaires) et géopolitiques dans un jeu d’équilibrage d’un monde multipolaire et de concurrence avec la Chine. Les liens principaux concernent l’Egypte et l’Afrique du Sud, mais également la Namibie (uranium), l’Angola (diamant, pétrole) et le Nigeria (gaz). Ainsi Gazprom a-t-il accès aux ressources gazières du Nigeria visant à approvisionner l’Europe en gaz, Abrosa au diamant en Angola et Rusol à l’aluminium au Nigeria et en Guinée.

3.3. Le rôle croissant des puissances asiatiques12

  • 12 La Banque mondiale avait titré un rapport de 2007 La Route de la soie en Afrique : nouvel horizon (...)

27Les trois grandes puissances d’Asie que sont la Chine, l’Inde et le Japon ne jouent pas dans la même cour que les pays d’Afrique. Ces trois géants représentent trois fois le volume de la population de l’Afrique subsaharienne, leur PIB est de 14 fois et leurs forces de défense (en effectifs) de 30 fois supérieurs à ceux des pays de cette région. Enfin, leurs taux de croissance représentent plus de deux fois ceux de l’Afrique subsaharienne. La présence de ces grands Etats asiatiques en Afrique s’explique largement par la diversification de leurs échanges, liée notamment à leur insertion au sein de l’OMC. Elle tient également à leurs besoins considérables en matières premières et en énergie et à leur émergence comme puissances sur la scène internationale.

3.3.1. Le Japon : des relations principalement utilitaristes

  • 13 La TICAD (Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique), lieu d’échanges s (...)

28Les relations entre le Japon avec l’Afrique sont redevenues géostratégiques. Elles se sont longtemps limitées à des échanges commerciaux, d’investissement et d’aide, Tokyo souhaitant être présent sur certains marchés et accéder aux ressources locales de matières premières. Sa présence accrue en Afrique est également liée à sa rivalité avec la Chine et à un nouvel axe de paix et de sécurité dans sa stratégie. Hors l’Afrique du Sud, la part d’échange du Japon avec l’Afrique représente moins de 2 % de l’ensemble de ses relations commerciales mondiales13. Le Japon est devenu le premier donateur sur le continent africain, s’engageant lors de la TICAD IV en 2008 à affecter 4 milliards USD à l’aide publique au développement (APD) en Afrique. En dehors des intérêts d’ordre géopolitique, comme bénéficier du soutien des pays africains pour l’obtention d’un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, les objectifs de cette coopération demeurent principalement utilitaristes : gagner l’accès aux matières premières et asseoir la présence des firmes japonaises. Par ailleurs, Tokyo a développé son soutien à la prévention des conflits.

3.3.2. L’Inde : en quête de pétrole

  • 14 Les sociétés indiennes ont investi dans le phosphate (Sénégal, Tanzanie), dans les télécommunicati (...)
  • 15 Les pays africains peuvent ainsi bénéficier de crédits concessionnels octroyés par l’Export-Import (...)

29L’Inde est une puissance émergente à plus d’un titre : de par sa population, sa forte croissance économique, sa stratégie d’ouverture, ses performances dans les secteurs à haut niveau technologique, son arsenal militaire. Elle est présente par les réseaux de sa diaspora en Afrique de l’Est (Kenya et Ouganda), en Afrique du Sud et dans l’océan Indien (Maurice, Madagascar)14. Ce pays importe 70 % de ses besoins pétroliers alors que les prévisions de croissance de sa demande étaient évaluées par les autorités indiennes, avant la crise de 2008-2009, à près de 10 % par an. Huit pays africains (Burkina Faso, Tchad, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Mali et Sénégal) sont concernés, depuis mars 2004, par l’Initiative Team 9 lancée par le gouvernement indien15. Liée aujourd’hui aux Etats-Unis sur le plan des relations internationales, l’Inde entretient avec l’Afrique des relations géopolitiques nettement moins stratégiques que la Chine. Les échanges commerciaux entre l’Inde et l’Afrique ont quintuplé en cinq ans pour atteindre plus de 30 milliards USD en 2007. On observe également des transferts de technologies (par exemple le réseau électronique panafricain pour la télémédecine ou la télé-éducation) et des délocalisations d’industries pour pénétrer les marchés européen et nord-américain.

3.3.3. Chine : un rapport « gagnant-gagnant » ?

  • 16 Au milieu des années 1970, la présence chinoise était un contrepoids aux influences occidentale et (...)
  • 17 Le premier sommet sino-africain et la Déclaration du 12 janvier 2006 ont fixé les lignes directric (...)

30La présence de la Chine en Afrique a conduit à des travaux privilégiant l’approche stratégique et les relations d’Etat à Etat alors qu’il y a diversité des acteurs prublics et privés et pluralité des rationalités devant éviter l’amalgame entre les migrants, les petits commerçants, les grandes entreprises et le pouvoir de Pékin. La diaspora chinoise est présente en Afrique depuis plusieurs siècles ; les jonques de Zheng He sillonnaient l’Afrique de l’Est au xve siècle. Jusqu’au xxie siècle, la coopération Chine-Afrique ne connut pas une grande expansion16. Les relations commerciales avec l’Afrique étaient inférieures à 1 milliard USD alors qu’elles ont atteint 10 milliards USD en 2000 et ont décuplé depuis17.

31Bien que sa stratégie internationale soit restée longtemps discrète, la Chine se pose en puissance régionale concurrente du pôle nippo-américain. Elle se mondialise par son intégration à l’OMC et se régionalise par les réseaux de sa diaspora, permettant l’extension de ses aires d’influence.

  • 18 Pour assurer ses besoins en pétrole, la Chine a noué des liens avec l’Angola, le Congo, le Gabon, (...)
  • 19  Le commerce sino-africain s’élevait à 50 milliards USD d’exportations et 56 milliards USD d’import (...)
  • 20 Huit cents entreprises se sont implantées en Afrique en 2007 et ont investi 12 milliards USD. On e (...)

32Les relations entre la Chine et l’Afrique sont essentiellement économiques et fondées officiellement sur le principe énoncé par les Chinois du win-win (« gagnant-gagnant »). Une des priorités de la Chine est d’assurer la sécurité des routes commerciales et de l’approvisionnement en pétrole. Second consommateur de pétrole du monde, la Chine reçoit 30 % de son approvisionnement de l’Afrique (38 millions de tonnes sur 127 millions de tonnes en 2006)18. 85% des exportations africaines vers la Chine proviennent de l’Angola, du Congo, de la Guinée équatoriale, du Nigeria et du Soudan. La part des exportations de l’Afrique vers la Chine est passée de 1,3% en 1995 à plus de 15% en 2009. La Chine a élargi de 190 à 4000 les produits africains exonérés de droits de douane. Ses besoins en matières premières (fer, bois, coton, diamant, cuivre, manganèse) sont considérables. Par ailleurs, elle trouve en Afrique des débouchés dans les secteurs des travaux publics, des télécommunications ou du textile. Sa balance commerciale avec l’Afrique est légèrement déficitaire19. Plus de la moitié de ses exportations sont des produits à haute valeur ajoutée (machines, électronique, nouvelles technologies), mais elle vend aussi des produits bon marché, souvent de basse qualité, de contrebande ou de contrefaçon20. L’influence de la Chine passe également par les financements privés et publics. La Chine a mis en place un fonds spécial d’investissement pour l’Afrique de 5 milliards USD, alliant une technologie à l’occidentale aux faibles coûts de main-d’œuvre et aux subventions publiques chinois, notamment dans le secteur des télécommunications.

Tableau 4 – Principales destinations des investissements publics (en milliards EUR), des IDE (en milliards USD) et des populations (en milliers) de la Chine en Afrique, 2006

Tableau 4 – Principales destinations des investissements publics (en milliards EUR), des IDE (en milliards USD) et des populations (en milliers) de la Chine en Afrique, 2006

Sources : Ministère du commerce de la République populaire de la Chine, 2007. El Pais. Note :  = données manquantes.

33Il existe une stratégie globale chinoise dépendante de la puissance publique mais également une multiplicité d’actions « du bas » qui dépendent des acteurs privés mais sont favorisées par l’Etat (Marchal 2008). Il faut différencier la présence due à une stratégie de l’Etat et celle provenant des migrations et des logiques de diasporas : les Chinois liés à l’aide publique et à la politique chinoises et travaillant dans les entreprises publiques doivent être distingués des Chinois ayant migré grâce aux réseaux de la diaspora et travaillant dans le secteur privé (Chaponnière 2008). A la différence des grands projets publics, notamment dans le bâtiment et les travaux publics, le secteur productif chinois a principalement recours à la main-d’œuvre locale (+90% pour les entreprises publiques et +65% pour les entreprises privées au Mali et au Bénin ; Dupré et Shi 2008). On constate certes une concurrence avec les acteurs africains mais la diffusion des produits chinois passe autant par les commerçants africains ou européens que par les opérateurs chinois. L’essentiel de l’approvisionnement transite par Dubaï.

34Les relations politiques et de coopération entre la Chine et l’Afrique relèvent de la realpolitik. La coopération est diplomatique, culturelle, médicale et militaire, et exempte de conditionnalité politique. Elle sépare les intérêts économiques des réformes politiques. L’estimation de l’aide chinoise est très délicate (Guérin 2008). Celle-ci demeure d’un montant faible, privilégie les projets d’infrastructures et ne fait pas l’objet d’évaluation. On ne dispose pas de séries temporelles homogènes et on connaît mal les décaissements et les modes de calcul de l’aide en nature ou en assistants techniques. Les projets d’aide sont souvent intégrés aux projets d’investissement ou de commerce. Les trois modalités de l’aide sont les prêts bonifiés, les projets d’entreprises à cogestion et l’aide sans contrepartie. On constate des prêts rapides mais dans l’ensemble une faible appropriation des projets. Le nombre de coopérants chinois en Afrique est estimé à 60 000. Selon le FMI (2009), l’aide chinoise à l’Afrique est passée de 310 millions USD en 1989-1992 à 1 milliard USD en 2006 (plus 1,3 milliard USD d’allègement de la dette) et on l’estimait à 5 milliards USD en 2008. Elle est multiple et en forte croissance ; elle n’exige généralement comme contrepartie « que » la non-reconnaissance de Taiwan. La part de l’aide destinée à l’Afrique est évaluée à 45%. La Chine s’appuie sur les Etats africains pour éviter l’entrée du Japon au Conseil de sécurité des Nations unies. Elle forme annuellement 10 000 Africains sur son territoire.

35La Chine n’est pas regardante sur les droits humains ni sur les normes sociales et environnementales. Elle absorbe ainsi 60 % des grumes exportés par l’Afrique hors des normes environnementales. Les relations se tissent en marge de la réglementation internationale, marquées par exemple par des prêts à taux d’intérêt zéro et le rôle que jouent les entreprises publiques chinoises liées aux décisions politiques de l’Etat. La Chine utilise sa position de force au sein des Nations unies pour protéger les Etats amis, dans un esprit « tiers-mondiste » selon lequel les pays pauvres ont des intérêts communs contre les puissances occidentales et sans qu’interfère un quelconque passé colonial. Cela permet à de nombreux pays africains (Côte d’Ivoire, Zimbabwe ou Soudan) de contourner les sanctions internationales. On peut considérer que les ventes d’armes et le soutien à certains « Etats voyous » par la Chine ont contribué à alimenter les conflits armés en Afrique (Angola, Ethiopie, Soudan, Tchad). La Chine a fortement développé ses relations militaires avec l’Afrique. Par contre, le rôle de puissance de la Chine la contraint à appliquer de plus en plus les règles de la communauté internationale. Elle contribue ainsi à la mise en place d’une force de paix au Darfour après y avoir longtemps opposé son veto au Conseil de sécurité. Elle subit les conséquences de la piraterie maritime et reçoit les critiques de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI) et de la Turquie ou les menaces d’Al-Qaida à la suite de ses actions contre les Ouïgours en juillet 2009.

36La lune de miel de l’Empire du Milieu avec le continent noir, qui donne un ballon d’oxygène financier et diversifie les partenaires, n’est pas sans risques écologiques et sociaux ni de rejet lié à une trop grande présence de peuplement chinois (plus de 750 000 Chinois). S’il y a accord avec les responsables africains pour relativiser la démocratie, il y a toutefois choc des cultures, affrontement des cadences chinoises et de l’absentéisme des travailleurs, rejet de petites colonies de peuplement et peu de mariages mixtes (sauf anciennement à Madagascar).

37Dans l’ensemble, les relations économiques de l’Afrique avec l’Asie se situent, sauf pour l’Afrique du Sud, dans un registre postcolonial. L’Afrique reste un réservoir de matières premières et un déversoir de produits manufacturés. L’Inde et la Chine sont positionnées sur des produits concurrents des nouvelles spécialisations africaines (textile, agroalimentaire). Bien entendu, d’autres pays asiatiques sont intéressés par les marchés africains, notamment la Malaisie (pétrole) et l’Indonésie.

3.4. Les liens de l’Afrique avec les autres puissances émergentes

3.4.1. La coopération avec les pays émergents d’Amérique latine

38Les liens entre l’Afrique et l’Amérique latine, ancrés dans la mémoire de l’esclavage, ont subi de nombreuses transformations après les indépendances. Cuba a joué un rôle important à l’époque de la guerre froide en soutenant les pays de la ligne du front (en Afrique australe) et, en alliance avec l’URSS, les Etats socialistes. Aujourd’hui, les nouvelles donnes conduisent à un rôle important des pays émergents comme le Brésil. Ce dernier reconnaît sa dette « esclavagiste » vis-à-vis de l’Afrique, a des relations étroites dans les pays lusophones et veut, comme l’Afrique du Sud, jouer un rôle dans la nouvelle architecture internationale. On note un triplement de la valeur des échanges entre le Brésil et l’Afrique entre 2002 et 2008. L’Afrique du Sud et le Nigeria reçoivent 82% de la valeur totale des exportations du Brésil à destination du continent. Les relations passent aussi par les circuits mafieux. La drogue, en provenance directe ou indirecte (via le Brésil ou le Venezuela) de Colombie, transite par l’Afrique de l’Ouest (principalement Bénin, Cap-Vert, Ghana, Guinée-Bissau, Mauritanie, Nigeria et Sénégal) et l’Afrique du Sud vers l’Europe. Ces circuits alimentent eux-mêmes des conflits (par exemple en Guinée-Bissau).

3.4.2. La coopération avec les pays pétroliers

39Les pays pétroliers arabes (principalement l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis) et l’Iran jouent un rôle croissant dans un contexte d’enjeux pétroliers importants, de capacités de financement mais également de montée en puissance du religieux. L’essentiel des appuis concerne l’Afrique musulmane. Les liens passent par des circuits officiels (par exemple la Banque Islamique de Développement) ou non (tels les réseaux libanais). Les IDE en provenance du monde arabe et de l’Iran ont beaucoup augmenté entre 2000 et 2008. Le rôle des banques islamiques s’est étoffé avec le soutien des pays du Golfe ou de l’Iran. La finance islamique représente un potentiel de 700 milliards USD au niveau mondial. Les influences s’opèrent à travers le champ du religieux (mosquées, écoles coraniques, médersas). On observe, face à un islam noir de tradition syncrétique (par exemple les confréries soufies ou mourides), des luttes d’influence entre les mouvements wahhabites, salafistes et chiites. L’Arabie saoudite apporte son aide financière et développe le wahhabisme dans les pays ou zones à dominante musulmane. L’Université islamique de Médine et le financement de la Conférence islamique sont des moyens d’extension de l’influence des pays arabes pétroliers. L’Afrique participe indirectement aux conflits du Proche- et du Moyen-Orient, à commencer par le biais du rôle joué par les diasporas libanaises ou en étant l’enjeu des luttes d’influence d’Israël, par exemple en Ethiopie, ou de l’Arabie saoudite et de l’Iran dans les pays et les régions musulmans.

3.4.3. Le rôle croissant des diasporas

40Il importe enfin de prendre en compte le rôle des réseaux des diasporas en phase avec les doubles appartenances territoriales transnationales et une logique mondiale. La « globalisation subalterne » (Marchal 2008) est portée par des ONG trans-Sud et des partenariats internationaux « IBSAC » (entre l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud et la Chine) (Perrot et Malaquais 2009). Les diasporas africaines en Europe et en Amérique disposent de compétences et de capacités de financement ; leurs actifs sont estimés entre 700 milliards et 800 milliards USD, soit plus que le PIB de l’Afrique. Les diasporas libanaise (400 000 à 500 000 personnes en Afrique de l’Ouest), chinoise, indienne, indo-pakistanaise (plus de 2 millions en Afrique orientale et australe) et ismaélienne jouent un rôle déterminant dans l’insertion de l’Afrique dans la mondialisation. Elles participent d’un espace transnational ; elles ont un poids économique important sur le continent africain tout en étant reliées à leur terre d’origine (même système d’information, participation aux mêmes fêtes religieuses, transferts, voire financement, de forces politiques). Elles sont parfois intégrées dans certains circuits parallèles (trafics divers).

4. Quelles perspectives de coopération ?

4.1. Les nouveaux partenariats : chance ou risque pour l’Afrique ?

41Les analyses des effets actuels et prévisibles de ces nouveaux partenariats sont contrastées. L’émergence d’un monde multipolaire crée de nombreux espaces de liberté et des ressources pour les Etats africains en mesure de diversifier leurs partenaires. Elle est porteuse de risques et de chances pour un développement durable.

42D’un côté, on peut mettre en avant les marges de manœuvre qu’offre la mise en concurrence des puissances ; les conditionnalités sont relâchées et l’Afrique bénéficie d’infrastructures, de projets de développement et de technologies adaptées. Les puissances émergentes sont ou peuvent être les moteurs ou les locomotives de la croissance africaine. De l’autre côté, les relations demeurent largement postcoloniales et l’Afrique reste exportatrice de produits primaires non transformés, avec parfois le non-renouvellement, voire le pillage ou le gaspillage, des ressources naturelles. En outre, les risques de réendettement sont grands.

43Les émergents reproduisent les erreurs des anciennes puissances coloniales alors qu’un processus de normalisation était en cours de la part des institutions de Bretton Woods vis-à-vis des équilibrages financiers et de la gestion de la dette. Les donateurs du CAD visaient à améliorer l’efficacité, la coordination, la cohérence et l’harmonisation de l’aide et à la délier. Or, ces améliorations du processus de coopération sont remises en cause par les pratiques des nouveaux venus qui jouent le rôle de free riders. De même, les mesures de transparence et de traçabilité, telle l’Initiative sur la transparence des industries extractives (ITIE), sont rendues obsolètes ou du moins délicates du fait de l’arrivée de nouveaux opérateurs ne respectant pas les mêmes règles du jeu.

  • 21 A titre exemplaire, on a constaté une rivalité entre la France et la Chine à propos de l’uranium s (...)

44On observe de nombreux contentieux entre la Chine et le monde occidental à propos des droits humains et de la démocratie (concernant le Darfour, le Zimbabwe, le Niger). Mais en même temps la Chine est contrainte de normaliser davantage certaines de ses relations, ne serait-ce que pour des questions de lutte contre la piraterie (cas de la Somalie), de prise d’otages (cas d’Ogaden, en Ethiopie) ou de meilleure crédibilité internationale (cas du Darfour), alors que le monde occidental tient souvent un double discours entre les intérêts géopolitiques et économiques et le respect de la démocratie21.

4.2. Relais ou retrait des pays émergents dans le contexte de la crise en Afrique ?

45La crise économique mondiale infléchit la croissance économique actuelle de l’Afrique, en influant sur trois principaux canaux de transmission : 1º le canal commercial, qui enregistre une baisse de la demande et des prix des matières premières, 2º le canal financier, qui souffre d’une chute des investissements privés, des transferts des migrants, de l’APD et des lignes de crédits commerciaux pour les importations, 3º la volatilité des prix et des marchés, qui accroît fortement les incertitudes. Une baisse de 3 à 4 points de la croissance africaine est prévue en 2009.

46La question stratégique est de savoir si les économies émergentes joueront ou non un rôle de relais. On a observé à court terme des tendances contrastées. Dans les secteurs du bois ou des mines, où la Chine est fortement importatrice, les investisseurs se retirent et les exportations vers la Chine ralentissent nettement. En revanche, dans les secteurs du pétrole, du bâtiment et des travaux publics, des stratégies plus offensives apparaissent et les opérateurs des pays émergents tendent à prendre des places délaissées par les Occidentaux. La Chine et l’Inde auront des taux de croissance supérieurs à 6 points et maintiendront la demande en produits primaires. On estime qu’une croissance à deux chiffres de la Chine assurerait une croissance africaine de l’ordre de 6% en raison du poids de la demande chinoise en matières premières.

4.3. Les nouveaux acteurs de la coopération : rivalité ou complémentarité avec les anciens acteurs ?

47La coopération avec les puissances émergentes, dont notamment la Chine, modifie la donne. Elle se veut pragmatique, différenciant le champ du politique et des valeurs du jeu des intérêts économiques. Elle apparaît à la fois en phase avec les priorités africaines et moins cynique que la coopération occidentale qui sait concilier un discours sur les valeurs avec des pratiques de soutien aux dictateurs ou présidents à vie. Mais en même temps, elle n’appréhende pas certains problèmes de fond des sociétés africaines et présente de nombreux risques allant du réendettement de l’Afrique au soutien de la corruption et de régimes « kleptokrates » et au non-respect des normes internationales. Elle risque de retarder des avancées quant aux réformes institutionnelles, à la coordination de l’aide, à la responsabilisation des décideurs africains à travers l’aide par programme et à la prise en compte des biens publics mondiaux. La question de la coopération trilatérale entre pays émergents, pays du Nord et Afrique se pose avec acuité dans un monde multipolaire.

5. Conclusion

48En conclusion, après cinquante ans d’indépendance, l’Afrique demeure largement dépendante de l’aide et reste spécialisée dans des produits primaires. Le contexte mondial a en revanche profondément changé et l’Afrique a fortement diversifié ses partenaires. Les nouveaux enjeux sont pluriels.

49L’enjeu est politique. Les questions de bonne gouvernance et de respect des droits humains et des normes sociales et environnementales sont devenues prioritaires. Elles risquent d’être remises en question par l’arrivée des nouveaux partenaires, peu regardants vis-à-vis de ces priorités, et par le rôle de cette concurrence déloyale justifiant le retour aux anciennes pratiques. On peut citer notamment le retard dans la mise en place de l’ITIE. En même temps, la Chine est concernée par l’intégrisme islamiste, les prises d’otages ou la piraterie maritime et est contrainte d’infléchir ses pratiques internationales.

50L’enjeu est économique. La question demeure de savoir s’il y aura transferts de technologies adaptées et délocalisation d’unités productives en Afrique, notamment pour pénétrer les marchés nord-américain et européen. La montée en gamme de produits et la diversification des productions supposeraient à la fois des pôles de compétitivité autour des territoires et des insertions dans les segments intégrés aux processus productifs techniques et cognitifs mondiaux, notamment par le biais des firmes multinationales. Pour exercer des effets d’entraînement et non d’enclave, ces insertions doivent s’articuler avec le tissu productif local.

51L’enjeu est, enfin, géopolitique. De très nombreux problèmes d’envergure planétaire comme le changement climatique, l’instabilité des marchés, les risques épidémiologiques et le terrorisme concernent l’Afrique. Or celle-ci, exception faite de l’Afrique du Sud, demeure absente des lieux de gouvernance mondiale, que ce soit le G-20 ou le futur G-14 qui inclura, outre les huit pays du G-8, l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l’Egypte, l’Inde et le Mexique. Les relations entre les pays africains et les nouveaux partenaires modifient les rapports de pouvoir et les jeux d’alliance au sein de l’architecture internationale. Les pays africains auront-ils voix au chapitre ? Participeront-ils aux instances de décision (Conseil de sécurité des Nations unies) ? Accroîtront-ils leur quote-part et leur part de capital aux institutions de Bretton Woods ? Les nouveaux forums G-14 ou G-20 intégreront-ils l’Union africaine à part entière ? La nouvelle gouvernance mondiale concerne également le niveau régional Sud-Sud.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Afrique contemporaine. 2008. Les trajectoires de la Chine-Afrique. Dossier. Nº 228.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Alden, Chris.2007. China in Africa. London ; New York : Zed Books.
DOI : 10.1080/00396330500248086

Ambassade de France au Cameroun. 2008. Les hydrocarbures en Afrique centrale. Note. 10 juin.

Bagayoko-Penone, Niagalé. 2004. Afrique : les stratégies françaises et américaines. Paris : L’Harmattan.

Bal, Marie, et Laura Valentin, 2008. La stratégie de la puissance Chine en Afrique. Mémoire ESSEC Intelligence économique. Juillet.

Broadman, Harry. 2007. La Route de la soie en Afrique : nouvel horizon économique pour la Chine et l’Inde. Rapport.Washington, DC : Banque mondiale.

CEPII. 2008. L’économie mondiale 2009. Coll. Repères. Paris : La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Chaponnière, Jean-Raphaël. 2008. Un demi-siècle de relations Chine-Afrique. In Les trajectoires de la Chine-Afrique. Dossier, Afrique contemporaine, nº 228 : 35-48.
DOI : 10.3917/afco.228.0035

Coalition pour l’Afrique. 2005. Rapport au premier ministre. Londres.

Dupré, Mathilde, et Weijing Shi. 2008. La présence chinoise en Afrique de l’Ouest : le cas du Mali et du Bénin. Document de travail 69. Paris : Agence française de développement. Août.

ECDPM (Centre européen de gestion des politiques de développement). Eclairage sur les négociations : de Doha à Cotonou. Bulletin mensuel. Maastricht.

Emmott, Bill. 2008. Rivals: How the power struggle between China, India and Japan will shape our next decade. Londres : Allen Lane.

FMI (Fonds monétaire international). 2009. Perspectives de l’économie africaine. Washington : FMI. Avril.

Gabas, Jean-Jacques, dir. 2005. L’aide publique au développement. Paris : La Documentation Française.

Garnaud, Benjamin. 2008. Aide au développement et pays émergents. Idées pour le débat 15. Paris : Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI).

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Guérin, Emmanuel. 2008. Bailleurs émergents: où en est la Chine en Afrique ? In Les trajectoires de la Chine-Afrique. Dossier, Afrique contemporaine, nº 228 : 105-118.
DOI : 10.3917/afco.228.0105

Held, D., A. McGrew, D. Goldblatt, et J. Perraton. 2001. Global Transformations. Cambridge : Polity Press.

Hugon, Philippe. 1997. Economie politique internationale et mondialisation. Paris : Economica.

———. 2009. Géopolitique de l’Afrique. Paris : SEDES. 2e éd.

Hugon, Philippe, et Charles-Albert Michalet, dir. 2007. Les nouvelles régulations de l’économie mondiale. Paris : Karthala

Khanna, Parag. 2008. The second world empires and influences in the new global order. New York : Random House.

Marchal, Roland. 2008. Afrique-Asie : une autre mondialisation ? Paris : Presses de Sciences Po.

Michel, Serge, et Michel Beuret. 2009. La Chinafrique. Coll Pluriel. Paris : Hachette.

El Mouhoub, Mouhoud. 2008. Mondialisation et délocalisation des entreprises. Coll. Repères. Paris : La Découverte. 2e éd.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Niquet, Valérie. 2006. La stratégie africaine de la Chine. Politique étrangère, nº 2.
DOI : 10.3917/pe.062.0361

ODI (Overseas Development Institute). 2009. Aid for trade : Assessing impact and effectiveness. Working paper. London : ODI.

Perrot, Sandrine, et Dominique Malaquais, coord. 2009. Afrique, la globalisation par les Suds. Dossier, Politique africaine, nº 113.

Politique africaine. 2007. France-Afrique : sortir du pacte colonial. Dossier. Nº 105.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Rosellini, Christine. 2005. La répartition de la rente pétrolière en Afrique centrale : enjeux et perspectives. In Le pétrole en Afrique. Dossier, Afrique contemporaine, nº 216 : 125-138.
DOI : 10.3917/afco.216.0125

Wang, Jiang-Ye, et Abdoulaye Bio-Tchané. 2008. Afrique-Chine : des liens plus étroits ; comment tirer le meilleur parti de l’engagement économique croissant de la Chine en Afrique ? Finances et développement, mars.

Top of page

Notes

1 L’aide publique au développement (APD) répond à différents mobiles des donateurs : solidarité (lutte contre la pauvreté et aide d’urgence), utilitarisme (accès aux ressources naturelles, présence sur des marchés protégés), géostratégie (sécurité, prévention des conflits, lutte contre le terrorisme, gestion des risques migratoires ou épidémiologiques, recherche de voix dans les décisions internationales), rayonnement culturel (défense de la langue et de la culture), mauvaise conscience (culpabilité postcoloniale, fardeau de l’homme blanc) ou encore développementalisme (réduction des asymétries internationales et des divergences de trajectoires).

2 En 2005 à Gleneagles, les pays riches du G-8 s’étaient engagés à augmenter leur aide à l’Afrique de 20 milliards USD pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement. Ces engagements non respectés ont été repris lors du G-20 de juillet 2009 alors que l’aide mondiale s’élève à 110 milliards USD, dont de nombreuses dépenses en trompe-l’œil (annulation de la dette, frais d’expulsion des clandestins…).

3 De nouvelles multinationales (le cimentier mexicain Cemex, le pétrolier russe Lukoil, le gazier russe Gazprom, la société de textiles brésilienne Coteminas ou le fabricant chinois de matériel électronique TCI) mais également les nouvelles compagnies pétrolières et minières chinoises, indiennes, indonésiennes ou malaisiennes prennent place à côté des anciens géants du pétrole ou de la mine et font l’objet d’une compétition oligopolistique dans un contexte mondialisé.

4 Les majors disposent d’une avancée technologique et de capacités de financement leur permettant de maintenir une position dominante face aux indépendants et aux compagnies asiatiques. Cette avance risque toutefois de se réduire vis-à-vis des compagnies chinoises qui progressent sur le plan technologique.

5 Malgré la chute de son aide qui en 2008 se montait à 6,3 milliards EUR (environ 9,4 milliards CHF), soit moins de 0,40 % du PNB, la France demeure l’un des premiers pays donateurs de l’APD – tant en valeur absolue qu’en pourcentage du PNB. L’aide française continue de s’orienter principalement vers l’Afrique subsaharienne (55 % du total). Plus de 30 % de l’aide française est multilatérale. La présence militaire française demeurait conséquente en 2008 avec 6000 hommes en Côte d’Ivoire, à Djibouti, au Gabon, au Sénégal et au Tchad, sans compter les 900 militaires de l’opération Licorne et les 2100 de la Force européenne au Tchad et en République centrafricaine (EUFOR Tchad/RCA).

6 Durant la guerre froide, la politique économique de la France vis-à-vis de l’Afrique subsaharienne reflétait, dans la tradition gaulliste, l’importance géopolitique que Paris attachait à cette région (francophonie, votes aux nations unies, enjeux pétroliers, crainte du communisme…). La chute du mur de Berlin en novembre 1989, l’élargissement de l’Europe et l’accélération du processus de la mondialisation ont entraîné un déclassement géopolitique de l’Afrique ainsi qu’une certaine normalisation des relations entre la France et l’Afrique. Le discours de François Mitterrand à La Baule en juin 1990 (qui liait l’aide française envers l’Afrique à la démocratisation), la doctrine d’Edouard Balladur en 1993 (qui conditionnait l’assistance bilatérale française à la signature d’accords avec les institutions de Bretton Woods) et la dévaluation du franc CFA en janvier 1994 sont autant de signes perçus comme un « lâchage » de l’Afrique par l’ancienne mère patrie coupant le cordon ombilical

7 Comme en témoignent l’International Finance Facility, initiative de la Commission pour l’Afrique prévoyant un accroissement de 25 milliards USD d’aide sous forme de prêt remboursé par le G-7, et l’appui au Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

8 Les résultats des Accords de Lomé sont mitigés. Les pays africains n’ont pas été capables de maintenir leurs parts de marché ni de diversifier leur production alors qu’ils avaient libre accès au marché européen pour 95 % des produits agricoles exportés.

9 Les APE entre l’UE et les pays ACP, qui privilégiaient la dimension commerciale au détriment de celle du développement, ont été largement refusés à leur échéance – sauf par les pays à revenu intermédiaire non pétroliers se voyant appliquer le régime de SPG et par quelques régions (Commission de l’océan Indien [COI], East African Community [EAC] et Southern African Customs Union [SACU]). Ces accords, censés favoriser la transition fiscale et ancrer les politiques commerciales dans le long terme par une coordination régionale, présentaient le risque d’une ouverture trop rapide vis-à-vis d’économies vulnérables. La procédure de signature a de fait nui à l’intégration régionale.

10 Elle est ainsi présente en Ituri avec l’opération Artémis, en RDC, au Tchad (EUFOR), au Soudan, en Somalie et en Afrique de l’Ouest. Le transfert de la sécurité vers l’UE (illustré par exemple par le programme RECAMP) permet de décoloniser les relations bilatérales entre anciennes métropoles et colonies.

11 Si l’élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis le 4 novembre 2008 a une grande valeur symbolique, elle n’infléchit pas de manière sensible la politique africaine menée jusqu’alors par les Républicains.

12 La Banque mondiale avait titré un rapport de 2007 La Route de la soie en Afrique : nouvel horizon économique pour la Chine et l’Inde (Broadman 2007). Le « sommet » Afrique-Asie d’avril 2005 à Jakarta, renouant avec l’esprit des non-alignés de Bandung, avait été le signe symbolique d’un renouveau des relations très utilitaristesentre l’Asie et l’Afrique.

13 La TICAD (Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique), lieu d’échanges sur la coopération entre le Japon, l’Asie et l’Afrique, dont la première conférence s’est tenue en 1993, a fortement accentué les échanges. Huit pays africains participaient à la TICAD I : Cameroun, Ghana, Kenya, Ouganda, Sénégal, Tanzanie, Tunisie et Zambie ; en 2008, 51 Etats africains étaient présents à la TICAD IV.

14 Les sociétés indiennes ont investi dans le phosphate (Sénégal, Tanzanie), dans les télécommunications (Malawi), dans le transport routier (Sénégal) et dans les secteurs de pointe, où elles peuvent se prévaloir de nombreux avantages comparatifs (finance, nouvelles technologies, recherche scientifique…), mais surtout dans le domaine pétrolier.

15 Les pays africains peuvent ainsi bénéficier de crédits concessionnels octroyés par l’Export-Import Bank of India pour des projets économiques, sociaux et d’infrastructures développés en liaison avec des entreprises indiennes. Les compagnies indiennes obtiennent en contrepartie des permis d’exploration de pétrole.

16 Au milieu des années 1970, la présence chinoise était un contrepoids aux influences occidentale et soviétique. Pékin appuyait à la fois les pays socialistes, les mouvements de libération et des dictatures pro-occidentales (Zaïre, Togo). Des accords de coopération militaire avaient été signés avec l’Ethiopie, l’Ouganda et la Tanzanie. La construction de maisons du peuple, de routes et de chemins de fer dominait. La Chine soutenait le socialisme de Kwame Nkrumah au Ghana, de Modibo Keita au Mali ou de Sékou Touré en Guinée.

17 Le premier sommet sino-africain et la Déclaration du 12 janvier 2006 ont fixé les lignes directrices de la politique chinoise de coopération : absence d’ingérence, aide liée, absence d’aide budgétaire, absence d’exigence en termes de bonne gouvernance, non-reconnaissance de Taiwan. 800 projets d’aide et 800 entreprises multinationales concernent 49 Etats africains. Les enjeux sont tant économiques (accès aux matières premières et aux marchés) que diplomatiques (voix aux Nations unies)

18 Pour assurer ses besoins en pétrole, la Chine a noué des liens avec l’Angola, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Niger, le Nigeria, le Tchad et le Soudan – ce qui explique ses abstentions lors des votes au Conseil de sécurité concernant la question du Darfour.

19  Le commerce sino-africain s’élevait à 50 milliards USD d’exportations et 56 milliards USD d’importations chinoises en 2007 ; il a ainsi dépassé le volume des échanges avec les Etats-Unis (100 milliards USD), avant de connaître une baisse provisoire en 2008.

20 Huit cents entreprises se sont implantées en Afrique en 2007 et ont investi 12 milliards USD. On estime que 10% des investissements directs à l’étranger (IDE) de la Chine sont destinés à l’Afrique. Les grands conglomérats chinois bénéficient du financement à des taux préférentiels et des garanties de la China Exim Bank et de l’Industrial and Commercial Bank of China (source : Jeune Afrique, juillet 2008). Une banque chinoise a ainsi acquis en 2008 pour 5,5 milliards USD une participation de 20% dans la banque sud-africaine Standard Bank et la Standard Chartered s’est implantée au Nigeria.

21 A titre exemplaire, on a constaté une rivalité entre la France et la Chine à propos de l’uranium stratégique du Niger. Areva a été contraint de modifier ses contrats tout en obtenant des concessions importantes pour un investissement de 1,7 milliard USD alors que la Chine investissait 5 milliards USD dans le pétrole et l’uranium. A la différence des autres organisations, à commencer par l’Union européenne, la Chine n’a pas condamné le référendum du 4 août 2009 qui a permis à Mamadou Tandja de rester président à vie. La France a surfé entre le respect de la démocratie et les intérêts stratégiques justifiant une realpolitik.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 – Structure des exportations de l’Afrique subsaharienne selon les principaux pays importateurs (en pourcentage)
Credits Source : Comtrade.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/118/img-1.png
File image/png, 18k
Title Tableau 2 – Production pétrolières des cinq premiers producteurs africains, 2006
Credits Source : statistiques BP 2007.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/118/img-2.png
File image/png, 24k
Title Tableau 3 – Principaux opérateurs pétroliers en Afrique centrale, 2007
Credits Sources : Rosellini (2005) et Ambassade de France au Cameroun (2008).
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/118/img-3.png
File image/png, 30k
Title Tableau 4 – Principales destinations des investissements publics (en milliards EUR), des IDE (en milliards USD) et des populations (en milliers) de la Chine en Afrique, 2006
Credits Sources : Ministère du commerce de la République populaire de la Chine, 2007. El Pais. Note : —  = données manquantes.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/118/img-4.png
File image/png, 18k
Top of page

References

Electronic reference

Philippe Hugon, « Les nouveaux acteurs de la coopération en Afrique », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 1 |  2010, Online since 14 December 2009, connection on 20 December 2014. URL : http://poldev.revues.org/118 ; DOI : 10.4000/poldev.118

Top of page

About the author

Philippe Hugon

Professeur émérite d’économie, Paris X-Nanterre ; directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS).

Top of page

Copyright

The Graduate Institute|Geneva - http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Top of page