Skip to navigation – Site map
4.1 | 2013
Religion and development
Religion et développement

Religion et développement : reconsidérer la laïcité comme norme

Gilles Carbonnier
p. 7-12
This article is a translation of:
Religion and Development : Reconsidering Secularism as the Norm
Other translation(s):
الدين والتنمية: إعادة النظر في اللائكية كمعيار

Abstract

Jusqu’à récemment, la religion, en tant que concept fondamental pour l’étude et la pratique du développement, était plutôt marginale dans les sphères universitaires et politiques. Comme la notion et les premières théories du développement étaient profondément ancrées dans la tradition des Lumières et de la modernité, la religion a été largement négligée par les études du développement. Cette mise à l’écart est cependant assez surprenante si l’on considère que l’aide au développement trouve son origine dans les entreprises missionnaires et autres initiatives d’inspiration religieuse de l’ère coloniale. Aujourd’hui, les organisations confessionnelles demeurent des acteurs incontournables du système de l’aide. (…) Le désintérêt pour la religion et la foi dans les études et les politiques du développement contraste ainsi singulièrement avec le rôle capital de la religion dans la vie quotidienne des individus et des communautés, tout particulièrement dans le monde en développement où la coopération internationale au développement déploie ses activités…

Top of page

Index terms

Mots-clés thématiques :

laïcité | sécularisme, religion
Top of page

Full text

Au nom du comité de rédaction et des collaborateurs de la Revue internationale de politique de développement, nous remercions vivement Moncef Kartas et Kalinga Tudor Silva, les deux rédacteurs invités, pour leur travail remarquable. Leur maîtrise approfondie de la thématique, leurs points de vue pluridisciplinaires ainsi que la dynamique qu’ils ont su insuffler ont été d’un précieux concours dans le processus rédactionnel, partant de la conception et du lancement de l’appel à contributions au milieu de 2011 jusqu’à l’examen des articles par les pairs et les révisions à la fin de 2012.

1Les sociologues prédisent depuis longtemps le déclin de l’influence et du rôle de la religion (ou des religions) dans les sociétés dites « modernes ». Dans la vision positiviste d’Auguste Comte, la religion est en quelque sorte considérée comme un obstacle au progrès. Selon le célèbre postulat de Max Weber, le processus de rationalisation associé à la modernisation conduit à un « désenchantement du monde », de sorte que la quête de vérité et de sens s’appuie sur la recherche scientifique plutôt que sur les croyances religieuses, les mythes et la magie. Ce n’est pas qu’il faille négliger le rôle des traditions religieuses, comme l’a souligné Weber dans sa thèse sur le rôle central de l’éthique protestante dans le développement du capitalisme. Il s’agit plutôt de reconnaître que la séparation de l’Eglise et de l’Etat a donné lieu à un transfert de pouvoirs des institutions religieuses aux institutions étatiques séculières dans les pays occidentaux en voie d’industrialisation, qui ont été témoins de l’émergence d’un ordre juridique rationnel sous l’autorité d’institutions sociales laïques. A mesure que le processus de modernisation s’étendait du centre à la périphérie, beaucoup s’attendaient à voir les pays en développement emboîter le pas aux pays développés.

2Malgré l’implantation rapide de la coopération internationale au développement en Asie, en Amérique latine et en Afrique après la Seconde Guerre mondiale et, ce qui importe peut-être davantage, malgré l’intensification de la mondialisation après la Guerre froide, force est de constater que ceux qui prédisaient la mort de la religion se sont trompés. La religion a fait preuve d’une résilience remarquable, comme l’atteste le vif regain de ferveur religieuse à l’échelle de la planète, que ce soit dans le monde musulman, dans les Amériques, en Afrique ou en Europe orientale. Dans les pays industrialisés eux-mêmes, de nombreux décideurs et personnalités publiques n’hésitent plus à réfuter certaines preuves scientifiques (relatives à la théorie de l’évolution ou aux changements climatiques par exemple), ou à prendre des décisions fondées davantage sur des croyances ou des idéologies que sur des analyses rigoureuses des faits.

3Jusqu’à récemment, la religion, en tant que concept fondamental pour l’étude et la pratique du développement, était plutôt marginale dans les sphères universitaires et politiques. Comme la notion et les premières théories du développement étaient profondément ancrées dans la tradition des Lumières et de la modernité, la religion a été largement négligée par les études du développement. Cette mise à l’écart est cependant assez surprenante si l’on considère que l’aide au développement trouve son origine dans les entreprises missionnaires et autres initiatives d’inspiration religieuse de l’ère coloniale. Aujourd’hui, les organisations confessionnelles demeurent des acteurs incontournables du système de l’aide. L’organisation chrétienne World Vision International dispose par exemple du budget le plus important parmi toutes les organisations non gouvernementales (ONG) d’aide humanitaire ou pour le développement : en 2011, ses dépenses pour les programmes internationaux d’aide d’urgence et de réinsertion, l’éducation et le plaidoyer au sein des communautés, l’administration et la collecte de fonds ont totalisé 2,72 milliards USD. De même, l’ONG Islamic Relief, basée au Royaume-Uni, a connu une expansion spectaculaire ces dix dernières années ; ses dépenses caritatives ont doublé en quatre ans seulement, passant de 32 millions GBP en 2007 à 67 millions GBP en 2011.

4Le désintérêt pour la religion et la foi dans les études et les politiques du développement contraste ainsi singulièrement avec le rôle capital de la religion dans la vie quotidienne des individus et des communautés, tout particulièrement dans le monde en développement où la coopération internationale au développement déploie ses activités.

Graphique 1 – Groupes religieux par région, 2010 (en millions de personnes)

Graphique 1 – Groupes religieux par région, 2010 (en millions de personnes)

* Adeptes d’une religion liée et limitée à un groupe ethnique spécifique (généralement animistes, polythéistes ou chamanistes).

Source : World Christian Database (Leiden and Boston : Brill), 2012.

5Ce n’est que vers le milieu des années 1990 que la Banque mondiale, sous la direction de son président alors en exercice, James Wolfensohn, a commencé à s’intéresser de manière plus systématique à la religion et à collaborer avec les organisations religieuses et confessionnelles. Les attentats du 11 septembre 2001 et la montée de l’intégrisme religieux ont été des tournants décisifs qui ont forcé les décideurs politiques, les praticiens et les universitaires à s’interroger sur la signification du renouveau religieux pour les politiques et les pratiques du développement. Dans des pays comme l’Afghanistan ou l’Irak, certains se sont alarmés de la tendance à rejeter purement et simplement les initiatives d’aide humanitaire et de développement, perçues comme l’expression d’une entreprise impérialiste occidentale. Il y a moins d’une décennie, des groupes de réflexion émanant de quelques agences de développement se sont mis à appuyer la recherche sur le lien entre religion et développement. Citons à titre d’exemple le Religions and Development Research Programme Consortium (Consortium du programme de recherche sur les religions et le développement) au Royaume-Uni, le Knowledge Centre Religion and Development (Centre de connaissances sur les religions et le développement) aux Pays-Bas, ou encore le processus de réflexion « Rôle et signification de la religion et de la spiritualité dans la coopération au développement » en Suisse.

6Dans le domaine des études religieuses, les religions font bien entendu l’objet d’analyses approfondies de longue date, qu’elles soient envisagées comme des faits sociaux, des visions du monde, des institutions ou des structures sociales intersubjectives, nonobstant les controverses persistantes sur la définition même de la religion. Mais le manque de clarté conceptuelle qui s’en est suivi et du même coup la relation tendue entre les organisations laïques et confessionnelles de développement ont vraisemblablement contribué à la marginalisation relative de la religion dans les études du développement et la coopération internationale au développement. C’est dans ce contexte que le comité de rédaction de la Revue internationale de politique de développement a décidé en 2011 de publier un dossier spécial sur la religion et le développement, afin de contribuer à éclairer ce domaine crucial mais négligé par la recherche.

7Nous avons convié deux rédacteurs à coordonner ce dossier spécial : Kalinga Tudor Silva, professeur de sociologie et ex-doyen de la Faculté des lettres de l’Université de Peradeniya, au Sri Lanka, et Moncef Kartas, chercheur au Centre on Conflict, Development and Peacebuilding (Centre sur les conflits, le développement et la consolidation de la paix) et chargé de cours régulier à l’Université de Bethléem et à l’Institut de hautes études internationales et du développement, à Genève. Les articles du dossier ont été sélectionnés à l’issue d’un appel à contributions lancé en été 2011. Cet appel invitait les chercheurs à soumettre une contribution en français ou en anglais portant sur l’une de quatre grandes approches thématiques du lien entre religion et développement : 1º les concepts fondamentaux et les théories, 2º les acteurs religieux et les organisations confessionnelles dans le développement, 3º les religions comme contraintes et atouts pour les politiques et les pratiques du développement, et 4º religions, visions du monde, cosmologies et limites des études du développement en tant que discipline naturaliste.

8Les articles retenus ont été présentés et débattus lors d’un symposium en avril 2012, suivi d’échanges ultérieurs entre les auteurs et les évaluateurs. Des points de discorde particuliers ont émergé au cours de ce processus de rédaction, à commencer par les questions de définition. Plusieurs auteurs ont remis en cause la traditionnelle dichotomie entre religion et laïcité, si répandue dans le discours sur le développement. Au lieu de considérer que la laïcité « va de soi » tandis que la religion mérite examen, ils ont insisté sur le fait que le développement laïque mérite un examen tout autant minutieux de la part des chercheurs.

9Le premier volet de ce dossier spécial plonge le lecteur au cœur du débat, avec les échanges entre Philip Fountain et Katherine Marshall sur la religion et le développement en tant que domaine de recherche et de pratique. A la suite de l’analyse critique de Philip Fountain, les rédacteurs invités ont en effet proposé à Katherine Marshall, ex-collaboratrice de la Banque mondiale, spécialisée sur les questions de « foi et développement », de livrer sa réaction. Katherine Marshall répond avec engagement à Philip Fountain, reconnaissant que la « découverte » de la religion a souvent conduit à des simplifications malheureuses. Mais elle affirme également que l’analyse de Philip Fountain repose sur des partis pris trop tranchés. Les rédacteurs invités ont ensuite offert l’occasion à Philip Fountain de répondre à son tour aux critiques de Katherine Marshall. Il apparaît que les deux chercheurs présentent des vues divergentes de la construction de la religion dans les études du développement et de sa (re)découverte par les théoriciens et les décideurs politiques du développement ; leurs interprétations de l’incidence du rôle potentiel des acteurs confessionnels et religieux dans le développement sont par conséquent aussi distinctes.

10Le deuxième volet de ce dossier explore plus en détail les défis posés par les évolutions récentes dans le secteur du développement, qui voient les organisations bilatérales et multilatérales de développement et les principaux donateurs intégrer de plus en plus la religion dans leurs programmes de travail, tout particulièrement au moyen de partenariats avec des organisations confessionnelles. En commençant par Jeffrey Haynes, qui examine l’expérience de la Banque mondiale, suivi par Gerard Clarke, qui étudie l’expérience des donateurs bilatéraux, les auteurs s’intéressent aux organisations confessionnelles et au développement laïque. Eliott Mourier s’interroge ensuite sur le rôle de l’action sociale confessionnelle en tant que substitut de l’Etat au Brésil, et Hannah de Wet se penche sur le cas particulier de World Vision en Afrique du Sud. Ces auteurs s’attardent sur la place de la religion dans des structures sociétales plus larges ; ils analysent ainsi les approches du développement au sein des organisations confessionnelles et la fonction du discours laïque de dépendance qui y est tenu.

11Dans le troisième volet, six auteurs réfléchissent sur des conceptions religieuses du développement comme solutions de rechange au développement technocratique (néo)libéral, à travers des études de cas allant des différents Etats du Printemps arabe à la Chine du Sud, en passant par la Turquie et le Sri Lanka. Les articles abordent des sujets touchant à la doctrine religieuse, au statut d’Etat et à la violence. Ce faisant, ils contribuent aux grands débats sur le développement international dans l’axe religion-développement et ouvrent de nouvelles pistes pour aborder des discours et des stratégies de développement alternatifs, que ce soit à un échelon collectif et politique (par exemple la finance islamique ou les politiques publiques en Turquie) ou communautaire et individuel (par exemple, le rétablissement post-traumatique et postconflictuel ou le comportement consumériste). Les deux premiers articles explorent les cas particuliers de la doctrine catholique du développement humain intégral (Ludovic Bertina) et de la vision qu’ont les Frères musulmans de l’Etat et de la finance islamiques (Zidane Meriboute). Levent Ünsaldi ausculte pour sa part la conception musulmane du développement dans la Turquie contemporaine, tiraillée entre néolibéralisme et morale religieuse. Wim Van Daele et Indika Bulankulame dévoilent chacun des dynamiques particulièrement parlantes de la religion et du développement au Sri Lanka, où le bouddhisme et l’hindouisme coexistent depuis des siècles avec l’islam et le christianisme. Quant à l’article de Sam Wong, il porte sur le potentiel du capital religieux pour réduire la pauvreté chez les migrants dans le sud de la Chine.

12Comme le concluent Moncef Kartas et Kalinga Tudor Silva, ce dossier spécial démontre qu’il faut soigneusement éviter les généralisations lorsque l’on traite de concepts aussi vastes et hétérogènes que les organisations confessionnelles et les acteurs religieux. Partant, il convient de remettre en question la dichotomie entre religion et laïcité dans le développement. Il s’agit d’une condition nécessaire pour saisir le potentiel de la religion dans la lutte contre la pauvreté et la dégradation de l’environnement, évaluer la portée et les limites des organisations religieuses en tant que « moteurs du changement », et éviter les risques associés à la mobilisation de la foi et à l’instrumentalisation de la religion à des fins particulières, que ce soit dans le discours prédominant du développement ou en opposition à celui-ci. Nous espérons que ce dossier thématique y contribue en éclairant les principaux débats conceptuels et en présentant un vaste éventail d’études de cas sur les interactions cruciales entre religion et développement.

Top of page

List of illustrations

Title Graphique 1 – Groupes religieux par région, 2010 (en millions de personnes)
Caption * Adeptes d’une religion liée et limitée à un groupe ethnique spécifique (généralement animistes, polythéistes ou chamanistes).
Credits Source : World Christian Database (Leiden and Boston : Brill), 2012.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/1301/img-1.jpg
File image/jpeg, 137k
Top of page

Cite this article

Bibliographical reference

Gilles Carbonnier, « Religion et développement : reconsidérer la laïcité comme norme »,International Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 4.1 | 2013, 7-12.

Electronic reference

Gilles Carbonnier, « Religion et développement : reconsidérer la laïcité comme norme », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 4.1 | 2013, Online since 21 March 2013, connection on 16 October 2017. URL : http://poldev.revues.org/1301 ; DOI : 10.4000/poldev.1301

Top of page

About the author

Gilles Carbonnier

Professeur d’économie du développement à l’Institut de hautes études internationales et du développement, à Genève, et directeur de la Revue internationale de politique de développement. Ses recherches et son enseignement se concentrent sur la coopération internationale au développement, l’action humanitaire, l’énergie, la gouvernance des ressources naturelles et l’économie politique des conflits armés. Avant de rejoindre l’Institut, il a travaillé durant plus de dix-huit ans dans les domaines des négociations commerciales multilatérales, de la coopération au développement et de l’action humanitaire.

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons Attribution-NonCommercial 3.0 Unported License.

Top of page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org