Navigation – Plan du site
4.1 | 2013
Religion and development
Religion et développement

Le développement transformationnel, réponse de World Vision South Africa à la pauvreté

Hannah Lindiwe de Wet
p. 119-137
Cet article est une traduction de :
Transformational Development: World Vision South Africa’s Response to Poverty (abstract)

Résumé

Cet article explore la construction des sens du développement dans le cadre d’une approche intégrée du développement – le développement transformationnel – et sa pratique connexe au sein d’une organisation chrétienne spécifique, World Vision South Africa (WVSA). Le développement transformationnel est analysé comme un concept et un processus dynamique, dont la compréhension se révèle être, chez WVSA, multiple et contrastée, et correspondre à différents niveaux au sein de l’organisation. L’écart le plus grand distinguant les différentes conceptions du développement transformationnel se situe entre les organes stratégiques et les organes d’exécution de WVSA, ce qui souligne la complexité de traduire la conception en pratique, ainsi que le jeu et la négociation d’intérêts divergents dans ce processus. Un discours de la dépendance, principalement laïque, existe implicitement à travers tout WVSA. Ce discours influence les conceptualisations-clés de l’approche de développement transformationnel de WVSA, et a des répercussions importantes et peut-être nuisibles sur le potentiel transformateur de sa pratique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés géographiques :

Afrique du Sud

Mots-clés institutionnels :

World Vision
Haut de page

Notes de la rédaction

Les citations extraites d’ouvrages non francophones ont été traduites par nos soins.

Texte intégral

Les membres du personnel de World Vision South Africa ont facilité mes travaux et ont été généreux de leur temps et de leur personne. Je leur en suis très reconnaissante.

1. Introduction

1Il a été fermement établi que l’intersection entre la religion et le développement est une question importante. Les croyances, les valeurs et les organisations religieuses jouent un rôle significatif dans la production d’interventions de développement, et elles offrent effectivement une critique et des conceptualisations autres du « développement ». Si tant le développement que la religion visent l’épanouissement de l’être humain et offrent des « visions de la façon dont le monde peut être transformé » (Haar, 2011, 5), les concepts et les finalités du développement, ainsi que les processus et les ressources mobilisées pour y parvenir, sont souvent compris différemment à l’intérieur des cadres religieux et laïque du développement. Si les discours laïques du développement conçoivent typiquement la transformation en fonction des conditions matérielles ainsi que des relations sociales et structurelles, les discours religieux l’associent habituellement aux dimensions non matérielles et spirituelles de l’expérience et du bien-être humains, souvent en fonction d’une transformation individuelle et intérieure (Tyndale, 2006). De plus en plus, toutefois, la synthèse de ces cadres de travail dans les approches intégrées du développement – ou « développement intégral » –, en particulier dans l’action de certaines organisations confessionnelles importantes, est préconisée et poursuivie. De telles approches soulignent l’importance d’un développement « holistique » qui réponde aux circonstances et aux besoins tant matériels que non matériels, et utilise pour ce faire des ressources également matérielles et non matérielles.

2Cet article examine l’interrelation conceptuelle et la synthèse des discours religieux et laïques du développement dans le développement intégré au moyen d’une analyse de cas : il étudie comment l’importante organisation confessionnelle chrétienne World Vision met en œuvre l’approche de développement transformationnel en Afrique du Sud. Le développement transformationnel est exploré par l’entremise d’une analyse des concepts fondamentaux de l’approche, y compris ceux de « pauvreté », de « participation » et d’« autonomisation ». On constate que les interprétations de ces derniers et d’autres concepts fondamentaux s’opposent et sont même contestées. Il est intéressant de noter qu’à l’intérieur d’une approche de développement intégré explicitement religieuse, un discours laïque de la dépendance influence fortement les pratiques et les concepts de développement transformationnel dominants chez World Vision South Africa (WVSA). S’y associent la « simplification naïve » (Mosse et Lewis, 2006, 3) et la dépolitisation concomitante de certains des concepts de l’approche de développement transformationnel. Le discours de la dépendance sert à justifier les changements récents dans la stratégie de mise en œuvre du développement transformationnel, ce qui remet en question le potentiel transformateur de l’approche de développement intégré.

  • 1  Tous les noms de personnes et de lieux ont été modifiés.

3L’étude se situe dans la tradition de l’anthropologie du développement et cherche à contribuer à la littérature de plus en plus abondante qui examine le processus du développement en mettant l’accent sur les organismes et les acteurs du développement (voir Mosse et Lewis, 2006). Plus spécifiquement, elle explore la production et la négociation, dans la pratique, des sens du développement intégré au sein d’une organisation confessionnelle. L’article utilise une approche centrée sur les acteurs, et le personnel de WVSA en constitue le sujet ethnographique. La recherche sur le terrain pour ce projet a été menée au milieu de 2011, initialement et brièvement au Bureau national, qui sert de quartier général stratégique de WVSA, puis en grande partie sur le site de réalisation d’un projet rural dans le district d’Umlambo1.

2. Le contexte de l’étude

4World Vision (WV), l’une des plus grandes organisations de développement au monde, a une identité explicitement chrétienne. C’est une organisation œcuménique, mais elle est issue du mouvement évangélique protestant et demeure largement caractérisée par ses racines. Elle a pour mandat de travailler avec les « personnes les plus vulnérables du monde » afin de « vaincre la pauvreté et l’injustice » (WVI, 2011). Le développement est l’une des trois principales priorités de l’organisation, avec l’aide humanitaire et le plaidoyer. Il est compris en relation avec les croyances chrétiennes et par conséquent il est considéré comme « transformationnel ». Le parrainage d’enfants est un mécanisme important au moyen duquel WV fournit des services et génère des fonds.

5WVSA fonctionne de façon autonome, mais est reliée aux autres organes de WV par un même attachement à la mission et aux valeurs de base de WV, ainsi que par des politiques et des normes communes (adaptées aux conditions propres à chaque pays) (Whaites, 1999, 419). Le travail de développement transformationnel de WV est mis en œuvre par l’entremise de ses programmes de développement régional (PDR), qui sont des projets de développement à long terme (d’une durée de dix à quinze ans) visant un développement viable communautaire et centré sur les enfants. L’amélioration du bien-être des enfants est poursuivie grâce à des interventions qui ciblent les potentiels et les défis en matière de développement propres aux collectivités où grandissent les enfants (WVSA, 2011a). Les fonds provenant du parrainage d’enfants vivant dans les limites du PDR sont mis en commun en vue du financement d’initiatives de développement communautaire. Un PDR vise habituellement entre 15 000 et 100 000 personnes dans une aire géographique donnée. Le Bureau national de WVSA fournit l’orientation stratégique et le suivi des PDR mis en œuvre dans le pays.

6Le bureau du PDR du district d’Umlambo est situé à Newtown, un centre urbain, mais ses programmes se déroulent dans 32 villages environnants marqués par une pauvreté persistante et de graves inégalités socioéconomiques courantes dans toute l’Afrique du Sud. Le Rapport sur le développement humain 2011 indique pour l’Afrique du Sud que 23 % de la population nationale vit sous le seuil de pauvreté et qu’une tranche additionnelle de 22,2 % est considérée comme étant exposée à la pauvreté (PNUD, 2011, 162). Cette pauvreté est produite structurellement comme un résultat des inégalités économiques découlant de l’apartheid, des taux de chômage élevés – le taux actuel est de 25,2 % (Statistics South Africa, 2012) – et d’un fort taux de dépendance (53 %) (PNUD, 2011, 182).

7Selon les documents municipaux, le PDR du district d’Umlambo fait face à des conditions similaires aux conditions nationales, sinon plus aiguës, qui se distinguent par d’« énormes retards dans les services, une pauvreté abjecte, du chômage » et des taux de dépendance élevés (graphique 1). Seulement 10,2 % de la population du district a un emploi (Umlambo Local Municipality, 2011, 38) et 77 % des ménages gagnent moins de 800 ZAR (environ 75 EUR) par mois (p. 96). Avec 45 % de la population âgée de moins de 14 ans (p. 7), la région connaît des taux de dépendance écrasants. Cette situation favorise, comme dans le reste du pays, une dépendance généralisée envers l’aide sociale distribuée par le biais des subventions publiques.

Graphique 1 – Taux d’activité dans le district d’Umlambo (2007, en pourcentage de la population du district)

Graphique 1 – Taux d’activité dans le district d’Umlambo (2007, en pourcentage de la population du district)

Source : Umlambo Local Municipality (2011).

8Selon les données du recensement de 2001, 84 % de la population nationale se dit religieuse, dont 79 % chrétienne (ce qui comprend tant les fidèles des grandes Eglises que ceux des Eglises indépendantes africaines) (Statistics South Africa, 2001, 24 ; graphique 2). Le paysage culturel et religieux dans lequel le personnel du PDR du district d’Umlambo travaille et évolue est caractérisé par ces deux traditions chrétiennes. Le personnel est en grande partie protestant et appartient à des congrégations méthodistes et anglicanes. Il faut aussi noter que la nature de la pratique religieuse en Afrique du Sud a été façonnée dans une large mesure par les croyances indigènes ainsi que par les normes culturelles et les valeurs connexes, qui continuent à influencer le cadre religieux du district d’Umlambo.

Graphique 2 – Composition religieuse de l’Afrique du Sud (1996 et 2001, en pourcentage de la population totale)

Graphique 2 – Composition religieuse de l’Afrique du Sud (1996 et 2001, en pourcentage de la population totale)

Source : Statistics South Africa (2001).

9Le personnel du PDR est constitué d’un petit noyau de gestionnaires (quatre membres) qui travaillent au bureau de Newtown et se rendent dans les villages en fonction des besoins. Treize membres du personnel sont des agents de développement qui exercent sur le terrain et se rendent au bureau de Newtown une fois par semaine. Tous les membres du personnel sont Sud-Africains et, à l’exception de deux membres de l’équipe de gestion, sont originaires de la province. Les agents de développement sont la force opérationnelle derrière le système de parrainage d’enfants ; chacun d’eux supervise environ 250 enfants parrainés, ce qui implique des visites régulières à l’enfant ou à la famille de l’enfant et de multiples mécanismes d’établissement de rapports. Ils sont également des intermédiaires entre WVSA et les collectivités rurales dans lesquelles l’organisation est active, fonctionnant comme « des courtiers et des interprètes » du développement (voir Mosse et Lewis, 2006).

10La première phase d’activité du PDR s’est terminée récemment. Cette première période de cinq ans s’est caractérisée par la prestation de services directs (comme la distribution de colis alimentaires, d’uniformes scolaires, etc.). Au moment du travail sur le terrain, le PDR en était à la mise au point de ses plans pour la seconde phase de cinq ans, nouvellement commencée. Ces plans s’éloignent de façon marquée de la prestation de services directs pour privilégier le renforcement des capacités communautaires. On espère que grâce à ce processus, les communautés deviendront autonomes et que les répercussions sur le développement attribuables à l’engagement de WVSA se prolongeront de façon durable au-delà de la présence de l’organisation dans les communautés.

11Le changement d’approche dans la mise en œuvre du développement transformationnel par le PDR est lié à une réforme relativement récente de la facilitation du développement transformationnel par World Vision International (WVI), réforme qui souligne l’importance, pour WV, de travailler en partenariat avec les communautés et les autres intervenants pour garantir un développement communautaire viable. Ce changement est conforme aux préoccupations plus larges quant à la viabilité et à l’autonomisation des communautés (Henkel et Stirrat, 2001, 168). Si tous les organes de WV doivent s’aligner sur cette nouvelle priorité, ils jouissent toutefois de souplesse dans l’échéancier et la manière dont elle est adoptée/adaptée. La transition dans la politique de mise en œuvre du PDR du district d’Umlambo a été relativement rapide et a coïncidé avec un changement récent au poste de directeur du projet ; elle pourrait ainsi être liée à une prérogative de la direction. C’est l’avis de nombreux membres du personnel du PDR, en particulier les agents de développement.

3. Conceptualisation et pratique du développement transformationnel selon WVI

12Les finalités du développement transformationnel et le processus au moyen duquel ces finalités sont poursuivies sont encadrés par les croyances chrétiennes fondamentales, en particulier le récit biblique du royaume de Dieu et ses thèmes connexes du salut individuel, de la transformation, du lien avec Dieu et de la rédemption. Le développement transformationnel incorpore également des intuitions et une pratique en matière de développement couplées à la mobilisation des ressources religieuses, une approche décrite par Erica Bornstein comme « un développement enchanté » (2005, 29).

13Le cadre chrétien du développement transformationnel met son empreinte sur le but du développement, à savoir « la plénitude de vie » dans le royaume de Dieu. Cette vie d’« abondance » inclut le recouvrement de « l’identité véritable » et du potentiel de chaque personne en tant qu’enfant de Dieu ainsi que l’établissement de « relations justes, paisibles, harmonieuses et agréables les uns avec les autres, avec nous-mêmes, avec notre environnement et avec Dieu » (Myers, 1999, 113). La portée du développement transformationnel se veut large de façon à englober l’ensemble des dimensions sociales, spirituelles, économiques, politiques et environnementales de la vie (p. 16). Idéalement, le développement transformationnel doit être un processus de développement holistique, viable et communautaire, centré sur les enfants, « au moyen duquel les enfants, les familles et les communautés cernent et surmontent les obstacles qui les empêchent de vivre leur vie dans sa plénitude » (WVI, 2011b).

14Le royaume de Dieu fournit également le cadre et la logique à l’aide desquels le « problème de la pauvreté » est reconnu et traité. La pauvreté est définie comme étant de nature fondamentalement relationnelle et holistique : les relations structurelles et interpersonnelles qui sont dysfonctionnelles (oppressives) ont des répercussions négatives sur les aspects physiques et sociaux de la vie des gens, ainsi que sur leur identité et leur productivité (voir Myers, 1999). Ces dimensions intérieure (personnelle) et extérieure (matérielle et structurelle) de la pauvreté sont considérées comme interdépendantes : les facteurs matériels et relationnels, dont l’influence est souvent vécue collectivement, produisent la pauvreté intérieure ou individuelle/personnelle ; cette dimension intérieure de la pauvreté est à son tour vue comme façonnant (et perpétuant) la nature et l’expérience des dimensions matérielles, non matérielles et relationnelles additionnelles de la pauvreté.

15La conceptualisation des dimensions physique et sociale de la pauvreté est faite par référence à une combinaison d’approches laïques du développement dans le cadre desquelles la pauvreté est vue comme le produit d’un « enchevêtrement » dans des systèmes multiples de privation et d’oppression qui sont eux-mêmes le résultat de relations sociales et structurelles injustes (comme l’affirme Robert Chambers). Ces systèmes d’oppression appauvrissent les personnes et les communautés en leur refusant l’accès à l’engagement politique et social et aux possibilités économiques (comme l’affirme John Friedmann) (Chambers et Friedmann, cités dans Myers, 1999, 69-72). Ces conceptions laïques de la pauvreté sont élargies pour englober la dimension spirituelle ; l’enchevêtrement dans des systèmes de « mensonges » et d’oppression matériels et spirituels aboutit à une perte d’autonomie qui contribue à une « pauvreté d’être » intérieure (Myers, 1999, 76). La pauvreté intérieure est conceptualisée comme la formation d’identités « gâchées » qui privent les « pauvres » du sentiment de leur valeur personnelle et de leur propre potentiel (p. 130).

16Les interprétations du processus et de la pratique du développement transformationnel insistent ainsi à la fois sur le changement intérieur et la restauration de l’identité et du but « véritables », et sur la dimension extérieure et plus visible des relations communautaires (et au-delà) et des structures sociales. Tant le problème de la pauvreté que sa solution implicite sont donc exprimés en fonction de la perte d’autonomie, et la participation est vue comme un moyen important d’améliorer et de rectifier la situation.

17Les réponses à la pauvreté intérieure se concentrent sur l’autonomisation du personnel de WV et des Eglises locales en vue de faciliter la transformation spirituelle des personnes et des collectivités. L’autonomisation de la communauté et sa participation au processus de développement viennent remédier aux dimensions relationnelles et matérielles de la pauvreté. Concernant ces aspects tant intérieurs que matériels de la pauvreté, la personne devient le lieu (et l’unité) primaire du changement, que ce soit en vertu de la logique chrétienne de transformation spirituelle ou de l’autonomisation telle que la perçoit Robert Chambers, pour qui elle dépend de changements dans les attitudes personnelles (Henkel et Stirrat, 2001, 127 ; Bornstein, 2005, 122-123). Dans la pratique, WV cherche à parvenir à l’appropriation communautaire grâce à la promotion d’activités qui renforcent l’autonomie des communautés et leur capacité à visualiser, planifier, mettre en œuvre, contrôler et évaluer les programmes de développement. Le développement transformationnel permet donc officiellement de s’attaquer aux conditions et aux causes intérieures et extérieures – tangibles et intangibles – de la pauvreté, qui sont comprises et traitées en fonction des deux cadres de la spiritualité et du développement.

18A ce stade, un aperçu critique des concepts importants et connexes d’autonomisation et de participation s’impose. On peut dire des deux qu’il s’agit de mots à la mode, omniprésents, positifs et souvent indéfinis (voir Cornwall et Eade, 2010), de la « nouvelle orthodoxie » du développement (voir Henkel et Stirrat, 2001). Dans ce sens, ils sont comme des « hourras » (« hurray » words), à savoir des mots qui évoquent des sentiments chaleureux, un soutien et une inébranlabilité morale mais qui sont rarement examinés de façon critique ou explicite (White, 1996, 7). Effectivement, la nature complexe et proprement politique de ces concepts et de ces processus et le jeu concomitant d’intérêts divers sont souvent oubliés dans la pratique du développement. Je maintiens qu’il en va ainsi à WVSA.

19Sarah White (1996) présente une analyse convaincante de la diversité des formes, des fonctions et des intérêts inhérente à la « participation ». La participation peut être « nominale » (la participation communautaire est visible mais sans influence), « utilitaire » (la participation communautaire améliore l’efficacité d’un projet mais est entreprise à titre de moyen plutôt que comme une fin en soi), « représentative » (la participation suppose que la collectivité a une « voix » et donc de l’influence) ou « transformatrice » (la participation suppose un partage du pouvoir et est vécue comme une autonomisation, devenant ainsi un processus transformateur) (p. 8). Des intérêts « descendants » et « ascendants » concurrents peuvent être servis à l’intérieur de chaque forme de participation ; les intérêts descendants, par exemple, verront dans la participation représentative une façon d’améliorer la viabilité d’un projet tandis que les intérêts ascendants y verront un moyen de faciliter leur emprise sur le projet. Les acteurs concernés par ces processus ne recherchent pas nécessairement la même forme de participation, ou le font dans la poursuite d’intérêts concurrents, de sorte que la participation devient elle-même un lieu de conflit (p. 10). Les constructions officielles du développement transformationnel au sein de WV semblent soutenir la forme transformatrice de participation de Sarah White, dans l’intérêt de l’autonomisation.

  • 2  Sur les cas de la Tanzanie et du Zimbabwe, voir respectivement Kelsall et Mercer (2003) et Bornste (...)

20Il est important de noter que comme le développement transformationnel est interprété et mis en œuvre dans des contextes différents, il prend souvent des expressions différentes. Ainsi, bien que de fortes similarités apparaissent entre le travail de développement transformationnel de World Vision en Afrique du Sud, en Tanzanie et au Zimbabwe2, le développement transformationnel est appliqué différemment dans chaque pays.

4. Conceptualisation et mise en œuvre du développement transformationnel selon WVSA

21Le problème de la pauvreté, les finalités du développement et donc la nature de la transformation font l’objet de conceptualisations par les différents acteurs qui façonnent le processus et la pratique du développement transformationnel. Les divers échelons de WVSA manifestent en conséquence des compréhensions multiples de ces concepts ; celles-ci divergent souvent de la conception officielle du développement transformationnel décrite ci-dessus et donnent lieu à des visions autres et à des controverses quant au processus et à la pratique du développement. Si les cadres chrétien et laïque du développement sont tous deux évidents dans la construction des concepts de pauvreté, de transformation et de développement, le personnel les intégrera à des degrés différents pour éclairer les interprétations de concepts spécifiques.

22Au Bureau national, l’intégration des discours chrétien et laïque sur le développement est forte et associée à une interprétation holistique de la pauvreté. Les dimensions structurelle, matérielle et intérieure de la pauvreté sont chacune prises en compte et considérées comme interdépendantes. La pauvreté et le développement se situent dans des relations structurelles et sont (re)produits par ces dernières, qu’il faut aborder au moyen d’interventions (nationales et régionales) de plaidoyer et de politique. La reconnaissance de la pauvreté matérielle est également évidente au Bureau national ; comme la pauvreté structurelle, elle est vue comme étant étroitement liée à la pauvreté intérieure. C’est cette dernière qui semble être en fait le concept prédominant à l’intérieur de la compréhension intégrée de la pauvreté ; elle est considérée comme la cause de la pauvreté matérielle et serait peut-être encore plus fondamentale que celle-ci. La lutte contre la pauvreté matérielle est donc comprise comme accompagnant et même nécessitant la lutte contre la pauvreté intérieure. La compréhension intégrée de la pauvreté qui prévaut au niveau du Bureau national s’aligne sur les conceptualisations selon lesquelles le but de la transformation est holistique et essentiellement soucieux de s’attaquer aux « causes profondes de la pauvreté » : « [La transformation …], c’est le développement holistique, le développement qui dépasse la prestation de services et s’attaque aux causes profondes de la pauvreté. Elle entraîne un changement de paradigme dans la vision que les gens ont d’eux-mêmes […], un changement profond – un changement spirituel, un changement économique, sur le plan des relations, un changement total, un changement de mentalité, des attitudes, des relations – en allant vers le royaume de Dieu, vers la vie dans sa plénitude, vers la capacité de faire des choses pour eux-mêmes » (Richard, Bureau national).

23A l’échelon du PDR, toutefois, les observations ont montré que le degré d’intégration des cadres chrétien et laïque du développement ainsi que des dimensions identifiées de la pauvreté varie considérablement. Les problèmes économiques et politiques structurels de portée plus large ne semblent pas être relevés au-delà d’une lamentation généralisée sur la pénurie de l’emploi ; dans la pratique, la pauvreté structurelle n’était pas explicitement prise en compte. La prise en considération minimale des causes structurelles à cet échelon sert à cacher l’exercice du pouvoir sur la pauvreté et la nature politique de celle-ci, qui est ainsi construite comme une condition de dépossession apparemment isolée plutôt que produite. Les conditions de la pauvreté mais aussi le(s) processus de développement sont du coup rendus « apolitiques ».

24Si l’interdépendance de la pauvreté structurelle et de la pauvreté matérielle ne semble pas être soulignée à l’échelon du PDR, les concepts de pauvreté matérielle et de pauvreté intérieure sont intégrés, quoique de façon inégale. L’équipe de gestion du PDR, comme celle du Bureau national, met surtout l’accent sur la pauvreté intérieure ; tout en étant manifestement préoccupée par la pauvreté matérielle, elle semblait considérer cette dernière comme secondaire. Comme son homologue du Bureau national, l’équipe de gestion du PDR estime que la finalité et le processus du développement transformationnel sont de s’attaquer nécessairement aux causes de la pauvreté. Cette vue est partagée par certains agents de développement, mais pas par tous.

25La majorité des agents de développement appréhendent la pauvreté essentiellement du point de vue matériel et ne prêtent guère d’attention à ses dimensions structurelles ou intérieures. De la même manière, dérogeant à l’holisme du développement transformationnel, ils distinguent clairement le développement intangible du développement tangible, tout en insistant sur ce dernier. Le développement intangible n’est pas forcément considéré comme menant au développement tangible, ou même comme du développement. Les agents de développement tendent à penser que les interventions qui s’attaquent à la pauvreté matérielle au moyen d’actions tangibles – comme améliorer l’accès aux ressources grâce à la fourniture de capital de démarrage, de semences, de clôtures, etc. – sont les pratiques de développement les plus pertinentes et les plus appropriées. Les ateliers de renforcement des capacités et les séances de formation menés par WVSA à des fins de développement intangible sont jugés insuffisants lorsqu’ils ne sont pas accompagnés de la fourniture de ressources pratiques de soutien. Ainsi, le développement est saisi principalement dans sa dimension matérielle plutôt qu’en relation avec une expérience de transformation ou l’accomplissement d’un changement structurel : « Si nous ne pouvons pas aider les gens à mener à bien leur projet, quel développement pouvons-nous faire ? J’ai un problème avec ce mot, “développement”, parce que nous ne pouvons pas aider les gens qui veulent du développement et donc nous ne pouvons pas parler de “développement” – ou bien est-ce seulement un mot ? » (Luxolo, agent de développement).

26La plupart des personnes interrogées (en particulier aux échelons du Bureau national et de l’équipe de gestion du PDR) reconnaissent que ceux qui vivent dans la pauvreté manifestent une forme de pauvreté intérieure qui a une incidence sur la façon dont ils voient le monde et eux-mêmes et agissent en conséquence (d’une manière perçue comme reproduisant leur pauvreté). Dans certains cas, cette pauvreté intérieure est comprise comme une « pauvreté d’être » liée aux notions d’« identité gâchée » et aux croyances et valeurs chrétiennes. De telles conceptions de la pauvreté intérieure sont très visibles à l’échelon du Bureau national, mais pas à celui du PDR. Lloyd, un employé du Bureau national, a par exemple remarqué que « si les gens pensent “nous sommes pauvres”, “nous ne sommes rien”, “nous ne pouvons rien faire”, “nous sommes des ratés”, alors aucun projet ne sera viable ». Les conséquences de cette pauvreté d’être ne sont ainsi pas limitées à la dimension spirituelle mais sont plutôt reliées, par l’entremise de cette dimension spirituelle, aux dimensions matérielle et sociale de la misère.

27A la lumière de ce qui précède, le but et le processus du développement transformationnel ont été présentés comme « le fait de provoquer un changement de paradigme dans la façon dont les gens se voient » (Richard, Bureau national), « de réaffirmer l’identité que la pauvreté a fait disparaître […], de les réaffirmer comme étant faits à l’image de Dieu [afin que “les pauvres”] reconnaissent leur potentiel » et soient « rétablis à leurs propres yeux » (Malachi, Bureau national). L’accent sur l’identité comme une frontière transformationnelle inscrit le processus transformationnel dans l’esprit et le sentiment d’individualité. L’Eglise, à titre de partenaire fondamental de WV dans le développement transformationnel, joue un rôle-clé pour rendre opérationnelle la « restauration » de l’identité et de la vocation grâce à la transformation spirituelle de la vie des membres de la communauté. Le PDR du district d’Umlambo travaille à fournir aux Eglises des compétences organisationnelles en renforçant leurs capacités par l’entremise d’une fraternité (ou ligue) des pasteurs, cela afin de mieux les habiliter à promouvoir une telle transformation.

28Par ailleurs, et plus communément, la pauvreté intérieure est considérée comme une « pauvreté de l’esprit », tant à l’échelon du Bureau national qu’à celui du PDR, car « les pauvres » ont une vue déformée ou limitée du monde et de leur relation avec ce dernier. Cette appréciation est construite en fonction de notions de productivité, de vision du monde et de dépendance plutôt que de croyances religieuses. Ces constructions d’une pauvreté mentale soulignent la répugnance/incapacité apparente des « pauvres » à améliorer leur situation de façon proactive ou à mener des vies économiquement productives. Cet état d’esprit prétendument problématique consisterait à la fois en attitudes mentales et en déficits informationnels et serait de ce fait une « cause profonde » de la pauvreté (Richard, Bureau national). Un membre du personnel du PDR a ainsi déclaré que le processus transformationnel a lieu dans la tête : « Comme je le dis toujours, le développement commence dans la tête » (Michael, équipe de gestion du PDR). Cette façon de penser peut facilement être liée à l’idée de dépendance, qui est également préoccupée au premier titre par la productivité (individuelle). Le personnel du bureau national et du PDR a affirmé l’existence d’un « syndrome de la dépendance » ou d’une « culture de la dépendance » en Afrique du Sud, qu’il considère comme « l’un des plus gros problèmes du pays » (Peter, Bureau national).

29Le concept d’une « culture de la dépendance » est fortement inspiré des théories de la « dépendance de l’aide sociale », pour lesquelles la « dépendance » est la conséquence de transferts sociaux soutenus et réguliers. Ce concept tourne autour de la croyance que le soutien régulier a un « effet démobilisateur pervers » sur la participation et l’indépendance économiques (voir Block et Somers, 2005), conduisant à la passivité, à la diminution de la responsabilité personnelle et à une faible participation au marché du travail chez les bénéficiaires. Ce problème présumé d’une culture de la dépendance est étroitement associé à des descriptions (péjoratives) des « dépendants » comme passifs et paresseux.

30Si WVSA n’intègre pas explicitement la théorie de la dépendance de l’aide sociale à sa planification, elle note bien un « problème » généralisé de dépendance, caractérisé par les qualités négatives typiquement attribuées aux personnes qui dépendent de l’aide sociale. Ce problème (apparemment) généralisé de dépendance en Afrique du Sud est rapproché du problème général de la pauvreté, avec pour résultat une assimilation implicite des « pauvres » aux « dépendants » et l’attribution correspondante aux « pauvres » des traits négatifs des personnes dépendant de l’aide sociale. De la même façon, le concept de la « pauvreté de l’esprit » est ramené à la notion d’un « état d’esprit de dépendance ».

31Ces assertions générales de l’existence d’une « culture de la dépendance » en Afrique du Sud sont toutefois déplacées. Une écrasante majorité des recherches universitaires sur l’existence d’une « dépendance de l’aide sociale » en Afrique du Sud nie fermement l’existence d’une telle culture de la dépendance (Mitra, 2010 ; Noble et al., 2008 ; Surender et al., 2007, 2010). S’il est certainement vrai qu’en raison de la pauvreté de masse persistante et du chômage chronique de nombreuses familles « dépendent » de l’aide sociale qu’elles reçoivent de l’Etat et d’autres sources, il a été établi que cette situation ne produisait pas un « syndrome de la dépendance » (Noble et Ntshongwana, 2008).

32Malgré cela, le personnel de WVSA à tous les échelons invoque une supposée « culture de la dépendance » qui serait répandue dans toute l’Afrique du Sud lorsqu’il élabore et exprime son approche non seulement de la pauvreté intérieure, mais également des pauvres, de la transformation et de la pauvreté en général. Les « pauvres » sont ainsi souvent vus comme improductifs et qualifiés de passifs, de non motivés et même implicitement d’immatures ou de rebelles parce qu’ils ne réussissent pas à prendre la responsabilité de leur propre développement. De cette façon, ils sont représentés comme s’ils causaient ou perpétuaient leur pauvreté. Richard, du Bureau national, a fait un résumé convaincant de cette position : « [La cause de la pauvreté, c’est] la paresse : les gens ne veulent pas travailler, ils préfèrent recevoir le poisson au lieu d’apprendre à pêcher. Ils ont soif, mais leurs pieds sont dans l’eau. » Cette assimilation de la pauvreté intérieure à un « syndrome de la dépendance » met la dépendance au premier plan, comme une dimension importante à laquelle le développement transformationnel doit remédier. Le processus et la pratique de la transformation sont ainsi largement compris comme consistant à faire passer les gens d’une condition de dépendance mentale et physique à une condition d’indépendance ou, plus rarement, d’interdépendance.

33Bien que la dépendance soit l’un des concepts dominants retenus par WVSA, son exploitation au sein de l’organisation n’a pas été uniforme car les membres du personnel se sont inspirés de différents discours pour interpréter ce concept et sa pertinence (ou son manque de pertinence) au regard de la transformation. Les invocations du discours de la dépendance faites par le personnel du Bureau national font souvent, quoique pas toujours, référence à un cadre chrétien. Lorsque c’est le cas, la dépendance est mise en contraste avec les dons que les chrétiens reçoivent et la vocation à laquelle ils sont appelés, car « les humains ne sont pas créés pour être dépendants. Du point de vue biblique, l’homme a été créé pour faire les choses lui-même ; vous avez en vous la capacité, le potentiel de faire quelque chose » (Richard, Bureau national). Selon une autre estimation plus courante à travers tout WVSA, la dépendance serait un problème général en Afrique du Sud, et donc une caractéristique plutôt typique que « spirituelle » des « pauvres ». Khethiwe, un membre de l’équipe de gestion du PDR, a déclaré par exemple que « [la dépendance dans les communautés est] si grande, si grande, si grande. Ils ne veulent pas penser… Ils sont paresseux, ils ne veulent pas penser ». A l’échelon du PDR, les considérations sur la pauvreté intérieure et la dépendance font rarement appel explicitement à des interprétations chrétiennes. La dépendance est vue comme un problème d’attitude plutôt que comme un problème œcuménique.

34Chez les agents de développement du PDR actifs sur le terrain, les compréhensions du concept de la dépendance et de sa relation avec la pauvreté et la transformation sont variées et fortement contestées. Certains agents de développement estiment, tout comme le personnel de gestion du PDR et le personnel du Bureau national, que la dépendance est un problème quasiment universel chez les pauvres de l’Afrique du Sud – et donc dans les communautés d’Umlambo –, ce qui en fait une cible importante des pratiques de WVSA. D’autres sont toutefois fortement convaincus qu’identifier ou décrire des personnes ou des communautés comme présentant un « syndrome de dépendance » est inexact et peut-être même insultant. Luxolo et Bonela, tous deux agents de développement, ont fait valoir qu’« il n’y a pas de problème de dépendance ; le problème, c’est qu’il n’y a pas de possibilités d’emploi et qu’il y a une pénurie d’eau et de semences [parce qu’il faut de l’argent pour celles-ci] ». De ce point de vue, la forme de développement transformationnel la plus appropriée consiste à travailler avec les communautés en fonction des contraintes externes et pratiques sur leur productivité plutôt que sur la base d’un prétendu « état d’esprit dépendant ». Luxolo a résumé cette position comme suit : « Ils ont besoin d’aide, mais ils ne sont pas dépendants. » Enfin, d’autres agents de développement décrivent une situation plus complexe dans laquelle certaines communautés ou personnes font preuve d’une culture de la dépendance et d’autres non.

  • 3  Voir Leal (2010) pour une réflexion plus poussée sur ce processus.

35Comme cela a été dit plus haut, le développement transformationnel se concentre largement sur l’autonomisation, la participation et l’appropriation communautaires. Ces concepts sont largement (re)construits au travers du recours au discours de la dépendance, avec pour résultat un glissement de sens implicite de ces termes et une incidence concomitante sur les aspects opérationnels du développement transformationnel. Les conceptualisations « officielles » d’autonomisation, de participation et d’appropriation de WVI sont dotées d’un fort potentiel transformateur car elles permettent l’intégration améliorée « des pauvres et des opprimés » dans les processus politiques et économiques. Mais une fois interprétés sous l’influence du discours de la dépendance, les processus d’autonomisation et de participation peuvent devenir « creux ». Si la perte d’autonomie était précédemment comprise comme étant produite par les hiérarchies structurelles et par un accès inadéquat aux ressources et un contrôle inadéquat de ces dernières, l’interprétation de la perte d’autonomie d’après la dépendance est plus ou moins centrée de façon réductrice sur des conceptions de faiblesse et de déficience intérieures (souvent individuelles). L’autonomisation est donc interprétée comme l’absence d’« idée de dépendance » ou la victoire contre celle-ci plutôt que comme l’amélioration des conditions structurelles, de la participation politique (collective) et/ou du contrôle sur les biens. La nature politique du concept tel qu’il est embrassé dans les descriptions officielles du développement transformationnel est donc élidée du fait que les préoccupations liées aux inégalités structurelles et de pouvoir sont subsumées sous une (sur)concentration sur l’autonomisation intérieure3.

36Un modèle d’interprétation similaire se retrouve dans les compréhensions de la participation et de l’« appropriation ». En fait, la construction binaire de la dépendance et de l’appropriation communautaire fait clairement apparaître à quel point la dépendance est devenue le principal angle d’approche de ces concepts connexes. Officiellement, l’appropriation communautaire est entendue comme la propriété et la responsabilité du processus de développement. Si l’hypothèse de la responsabilité du développement comporte une dimension psychologique, ce concept suggère également une part d’autorité et de capacité à maintenir et à étendre les processus de développement. Cela signifie que la participation suppose l’accès au pouvoir et le partage de ce dernier – ou, pour utiliser la catégorisation de Sarah White, une forme profonde de participation au potentiel transformateur. Le fait d’insister sur la dimension psychologique, comprise en fonction de la présence ou de l’absence de l’irresponsabilité apparemment caractéristique de la culture de la dépendance, rétrécit radicalement le concept d’appropriation communautaire. Dépouillée de toute considération de pouvoir, la forme de participation associée à l’appropriation est plus « superficielle » et, dans la pratique, le potentiel transformateur de ces deux concepts s’en trouve amoindri.

37Il est intéressant de noter que, contrairement à l’analyse d’Erica Bornstein (2002) sur la participation au développement transformationnel au Zimbabwe comme « acte spirituel » et à la réflexion de Heiko Henkel et Roderick Stirrat (2001) sur la « participation comme devoir spirituel », les principaux moyens de transformation utilisés en Afrique du Sud fonctionnent et sont appréhendés presque entièrement à l’intérieur d’un cadre laïque. Il semble que l’organisation ne fasse pas beaucoup appel aux ressources religieuses disponibles, et il n’y avait pas de mobilisation manifeste de ces ressources au service des processus de participation et d’autonomisation. Les ressources religieuses fonctionnent plutôt en parallèle que de concert avec les pratiques « laïques » de développement.

38Les interprétations du développement transformationnel influencées par le discours de la dépendance, telles qu’elles ont été élaborées aux échelons du Bureau national et de la gestion du PDR, ont suscité des problèmes au moment de leur réalisation sur le terrain. Les agents de développement, qui travaillent sur le terrain et directement avec les membres des communautés, sont décrits par le personnel de gestion du PDR et par eux-mêmes comme faisant face à plus de difficultés pour mettre en œuvre ces interprétations du développement transformationnel. Les changements récents (et contestés) apportés à la forme de la pratique du développement transformationnel au PDR du district d’Umlambo sont présentés (et justifiés) par l’équipe de gestion du PDR, ainsi que par un petit nombre d’agents de développement, à la lumière du discours de la dépendance. L’approche en termes de prestation de services de la phase précédente, par exemple, a été décrite comme favorisant la dépendance, tandis que le fait que la stratégie de mise en œuvre s’éloigne de l’aide directe a été vu comme un évitement de la dépendance, tant envers WVSA qu’en général, qui faciliterait un développement viable : « L’ancienne approche […] favorisait parfois un syndrome de la dépendance. […] Si vous donnez des colis alimentaires aux gens, vous créez une dépendance, tout comme [le fait] une subvention sociale. […] Si vous continuez à acheter de la nourriture, des semences et des biens pour la collectivité, ils ne feront même rien pour eux-mêmes. Donc ils finissent par être paresseux au lieu de se développer et de s’aider eux-mêmes » (Khethiwe, équipe de gestion du PDR).

39La première phase du PDR du district d’Umlambo était fortement axée sur la prestation de services directs et d’aide aux membres des communautés. Les agents de développement jouaient un rôle crucial en déterminant les besoins et en distribuant des « aumônes », comme des colis alimentaires, aux familles en détresse. Or, le changement d’approche dans la stratégie de mise en œuvre de WVSA a eu des répercussions importantes sur leur travail et leurs responsabilités. Ils continuent à suivre les enfants parrainés et à les visiter régulièrement, ainsi que leurs familles, mais ils n’ont plus la capacité de mobiliser les ressources de WV au bénéfice de ceux qu’ils visitent de sorte qu’ils doivent faire face aux attentes (et aux besoins) continus d’aide pratique de la part de nombreuses familles, et les décevoir. La contradiction que vivent les agents de développement entre leurs propres attentes et celles des communautés sur ce que le développement, et donc leur travail, devrait être est intensifiée par les limitations inhérentes à la nouvelle approche et est de plus en plus difficile à négocier. Ils font état de difficultés émotionnelles considérables face à la grande pauvreté répandue dans les villages, ainsi que de sentiments de perte d’autonomie découlant du changement dans la politique de mise en œuvre du développement transformationnel qui limite leur capacité à offrir des réponses pratiques. Mbali, un agent de développement, a déclaré par exemple que « lorsque vous découvrez de la souffrance dans la famille, c’est trop difficile de se contenter de poser des questions et de la laisser sans rien ». Ces difficultés sont aggravées par les attentes d’aide tangible des membres des communautés et leur frustration devant son absence. Cette frustration visait parfois les agents de développement en personne (que certains membres des communautés tenaient pour responsables de l’absence de services directs), et d’autres fois WV en tant qu’organisation. Comme l’a résumé Mandla, un autre agent de développement, « chaque personne attend qu’on lui donne quelque chose. Elle me regarde : “Qu’est-ce que vous avez aujourd’hui ?” Rien. Ça, c’est un défi. »

40Outre la demande d’aide tangible, certains membres des communautés, mécontents du changement de politique, n’ont cessé de remettre ce dernier en question. D’autres ont même arrêté de coopérer avec WVSA ; ils ne permettent plus que leurs enfants (parrainés) soient photographiés ou refusent d’aider les agents de développement à remplir les formulaires de suivi (ce sont des exigences annuelles pour les processus de parrainage). Sipho, agent de développement, a signalé à propos de ces difficultés que « s’il ne se fait plus rien dans la communauté, ça devient un problème. Ils disent : “Pourquoi devons-nous inscrire nos enfants au programme s’il ne se passe rien ?” ».

41 Non seulement cette résistance met des obstacles à la pratique du développement transformationnel, mais certains agents de développement y voient une menace pour leur emploi, comme l’exprime Sipho : « Alors moi, en tant qu’agent de développement, je ne répondrais pas clairement au membre de la famille ou à la personne qui m’interroge [pour savoir si WV lui fournira une aide directe]. Je ne dirais pas : “Non, nous n’allons plus rien donner à votre enfant” parce que je sais que si je le dis comme ça, je perdrai des enfants (parrainés) et on se passera le mot dans la communauté que WV ne s’intéresse plus à notre bien-être, et je finirai par ne plus avoir d’enfants. Je comprends bien que c’est une question de développement, mais en même temps je dois me considérer comme un employé et voir à mes intérêts – je dois continuer à vivre. Donc c’est un problème, et on est pris entre les deux. » Les agents de développement, à titre de courtiers et d’interprètes entre les organisations de développement qu’ils représentent et les communautés auxquelles ils appartiennent, sont souvent incapables de concilier les attentes et les compréhensions divergentes à l’œuvre dans le processus de développement. Dans certains cas, ils se sont sentis obligés de concilier ces intérêts divergents, de même que leur propre position inconfortable entre les deux, au moyen d’une traduction erronée du travail de développement transformationnel de WVSA.

42Il faut relever que tant les agents de développement que les communautés qui « participent » aux projets de WVSA formulent des intérêts pour le processus de développement, ou le processus de participation, qui contestent ceux de WVSA tels qu’ils sont exprimés dans les interprétations que livrent l’équipe de gestion du PDR et le Bureau national sur les concepts fondamentaux du développement transformationnel et la pratique correspondante. Ces perspectives concurrentes indiquent, entre autres sujets de discorde, un conflit sur la forme de participation poursuivie. De nombreux membres des communautés ont une approche utilitaire de la participation et en attendent un gain matériel. WV Umlambo, par opposition, poursuit la participation pour d’autres fins, comme la légitimité, dans le but de produire une autonomisation et une transformation. Il est significatif que certaines collectivités et certains agents de développement expriment leur interprétation du développement transformationnel (et des intérêts connexes) sous la forme d’actes de résistance passive ou de traductions erronées plutôt par un dialogue direct.

43Le discours de la dépendance influence la compréhension des concepts ainsi que de la pratique du développement transformationnel, tout particulièrement en légitimant l’éventail institutionnalisé et dominant des interprétations. Le fait de présenter la prestation de services directs comme un encouragement à la dépendance permet de voir dans toute demande de telle prestation ou dans toute résistance contre sa cessation une expression de dépendance. La légitimation de ce changement dans la stratégie de mise en œuvre discrédite à la fois les autres visions, de nature matérielle, du développement et les demandes en ce sens des agents de développement ou des communautés.

5. Conclusion

44Le développement transformationnel a été étudié comme une intégration construite dynamiquement des discours chrétien et laïque sur le développement liés à la création d’un avenir meilleur. Le degré d’intégration de ces discours dans les interprétations du développement transformationnel varie à WVSA. Il est élevé à l’échelon du Bureau national alors que l’intégration conceptuelle et pratique des discours est moindre à l’échelon du PDR. Les conditions socioéconomiques qui prévalent, ainsi que la forme et les exigences sur le plan de la pratique, ont une incidence sur la nature de cette intégration aux divers échelons de l’organisation. Les différences dans l’appréhension des concepts fondamentaux du processus de développement transformationnel correspondent ainsi dans l’ensemble à l’échelon organisationnel où elles se situent.

45Ces compréhensions divergentes du développement transformationnel ont eu des répercussions importantes sur la pratique. Au Bureau national, la conception intégrée de la nature de la pauvreté et le processus de développement incluent des dimensions tangibles et intangibles et s’orientent vers un traitement holistique des causes de la pauvreté. A l’échelon du PDR, l’intégration plus lâche des discours, en particulier chez ceux qui travaillent sur le terrain, conduit à se focaliser largement et presque exclusivement sur les dimensions tangibles de la pauvreté et du développement au niveau communautaire. Les concepts de pauvreté et de développement sont donc compris ici comme étant centrés sur l’amélioration des conditions de la pauvreté.

46Ces compréhensions opposées du développement transformationnel ont produit des visions concurrentes de la pratique. Les hiérarchies organisationnelles ont déterminé quelles interprétations du développement transformationnel seraient adoptées. Le personnel du Bureau national et l’équipe de gestion du PDR ont la prérogative de définir la pratique ; ils partagent également une compréhension largement similaire du développement transformationnel. Ces compréhensions dominantes, et la forme de pratique qui en découle à WVSA, ont été fortement influencées par un discours de la dépendance. Ce discours, tel que WVSA y fait appel, soutient l’accent dominant sur la pauvreté intérieure et présente la transformation comme une question de psychologie, de motivation et de responsabilité individuelles. Il offre un parallèle laïque avec la compréhension chrétienne de la transformation spirituelle intérieure, associant l’insistance sur la pauvreté intérieure et la transformation à la centralité de la personne comme unité d’analyse. Ce discours de la dépendance facilite l’attribution des causes de la pauvreté au comportement des « pauvres » en cumulant les stéréotypes péjoratifs et négatifs et la « responsabilisation » des personnes dans le besoin. On a ainsi restreint la portée et la pratique du développement transformationnel en cachant à la vue et à la pratique la nature politique des causes et des conséquences structurelles et matérielles de la pauvreté. Dans l’ensemble, la répugnance à fournir des services directs pour des raisons d’évitement de la dépendance sape les efforts de lutte contre la pauvreté matérielle et réduit l’holisme du programme général de WVSA.

47Le discours de la dépendance a en outre vidé de leur substance le concept et la pratique du développement transformationnel. Sous l’influence de ce discours, le potentiel transformateur et l’efficacité des concepts fondés sur la notion de communauté – comme l’autonomisation, la participation et l’appropriation – et leurs pratiques connexes ont eu tendance à être minés par un accent indu sur l’individualisme et par conséquent sur la valorisation irréaliste de l’« autosuffisance ». Ces processus qui font de plus en plus appel au discours de la dépendance, ainsi que le développement transformationnel de manière plus générale, ont été implicitement dépolitisés de par leur séparation d’avec les sources d’exercice du pouvoir.

48Le discours de la dépendance a également montré qu’il a le potentiel d’éclipser le rôle et l’influence du discours chrétien mobilisé dans l’approche de développement transformationnel intégré, réduisant encore davantage la capacité transformatrice du travail de WV. Cette conséquence n’était pas inévitable, comme l’atteste le fait que le Bureau national continue à interpréter la dépendance par rapport aux valeurs et à l’enseignement chrétiens. Il semble cependant que le discours de la dépendance a été surtout mobilisé dans un sens laïque. Son influence la plus importante peut donc être la production de conceptions largement laïques de la pauvreté, de la transformation et du développement, reflétées dans la mise en œuvre largement laïque d’une bonne partie de la pratique de développement transformationnel. Cela indique un déclin possible du discours chrétien dans la conceptualisation et la pratique du développement transformationnel, ce qui sape paradoxalement l’intégration même de l’approche à laquelle il fournit soi-disant de la valeur ajoutée.

49Il est en outre important de noter que l’application répandue de la logique de « dépendance » à l’explication des conditions sociales, comme les faibles taux d’appropriation communautaire, empêche de prendre en considération d’autres causes de ces conditions et donc d’autres réponses à ces dernières. De même, le discours de la dépendance empêche WV de composer efficacement avec les réalités empiriques et la dimension politique de la privation, ou d’incorporer les préférences et les contributions communautaires à la forme de développement qui est fournie. Cette incapacité de créer un espace de dialogue sur les conceptions divergentes du développement transformationnel est un grave problème car elle a produit chez les agents de développement le sentiment d’un moindre pouvoir d’action et d’une moindre reconnaissance professionnelle, aggravé par l’incapacité de l’organisation de faire face aux difficultés rencontrées dans la pratique par les agents de développement et les communautés. En outre, WVSA a négligé de prêter attention à l’éventail des intérêts et des opinions, y compris la résistance aux changements apportés à sa stratégie de mise en œuvre, dans les communautés où elle travaille. Ceci peut indiquer la réalisation d’une forme « superficielle » de participation qui, étant donné l’accent de WV sur la participation comme moyen de parvenir à l’autonomisation et de vaincre la pauvreté, est en soi un problème.

50La « justification du discours de la dépendance » est contenue explicitement dans les documents de planification de WVSA mais elle a plus d’influence dans son application implicite. Les associations idéologiques politiquement conservatrices et économiquement libérales de ce discours, et son angle d’approche individualiste, ne semblent pas avoir suscité des questionnements explicites au sein de WV. Cela a permis la production d’interprétations réductionnistes et dépolitisées de concepts importants pour le développement transformationnel, qui dans la pratique ont conduit à une réduction de l’efficacité et du potentiel transformateur de ces processus.

Haut de page

Bibliographie

Block, F. et M. R. Somers (2005) « From Poverty to Perversity : Ideas, Markets, and Institutions over 200 Years of Welfare Debate », American Sociological Review 70(2), pp. 260-287, http://www.jstor.org/stable/4145370.

Bornstein, E. (2002) « Developing Faith : Theologies of Economic Development in Zimbabwe », Journal of Religion in Africa, 32(1), pp. 4-31, http://dx.doi.org/10.1163/15700660260048456.

Bornstein, E. (2005) The Spirit of Development : Protestant NGOs, Morality, and Economics in Zimbabwe (Palo Alto, CA : Stanford University Press).

Cornwall, A. et D. Eade (eds.) (2010) Deconstructing Development Discourse : Buzzwords and Fuzzwords (Oxford : Oxfam).

Haar, G. ter (ed.) (2011) Religion and Development : Ways of Transforming the World (London : Hurst).

Henkel, H. et R. Stirrat (2001) « Participation as Spiritual Duty ; Empowerment as Secular Subjection » in Cooke, B. and U. Kothari (eds.) Participation : The New Tyranny ? (London : Zed Books), pp. 168-184.

Kelsall, T. et C. Mercer (2003) « Empowering People ? World Vision and “Transformatory Development” in Tanzania », Review of African Political Economy, 30(96), pp. 293-304.

Leal, P. A. (2010) « Participation : The Ascendancy of a Buzzword in the Neo-liberal Era » in Cornwall, A. and D. Eade (eds.) Deconstructing Development Discourse : Buzzwords and Fuzzwords (Oxford : Oxfam), pp. 89-100.

Mitra, S. (2010) « Disability Cash Transfers in the Context of Poverty and Un-employment : The Case of South Africa », World Development 38(12), pp. 1692- 1709.

Mosse, D. et D. Lewis (eds.) (2006) Development Brokers and Translators : The Ethnography of Aid and Agencies (Bloomfield, CT : Kumarian Press).

Myers, B. L. (1999) Walking with the Poor : Principles and Practices of Transformational Development (New York : Orbis Books).

Noble, M. et P. Ntshongwana (2008) « No Sign of a Dependency Culture in South Africa’, HSRC (Human Sciences Research Council) Policy Brief, http://www.hsrc.ac.za/Document-2716.phtml (consulté le 16 octobre 2011).

Noble, M., P. Ntshongwana et R. Surender (2008) Attitudes to Work and Social Security in South Africa (Cape Town : HSRC Press).

PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) (2011) Rapport sur le développement humain 2011 : durabilité et équité : un meilleur avenir pour tous (New York : PNUD), http://hdr.undp.org/fr/rapports/mondial/rdh2011/telecharger/fr/ (consulté le 3 juillet 2012).

Statistics South Africa (2001) Census 2001 : Primary Tables South Africa : Census ’96 and 2001 Compared, http://www.statssa.gov.za/census01/html/RSAPrimary.pdf.

Statistics South Africa (2012) StatsOnline, http://www.statssa.gov.za (consulté le 3 juillet 2012).

Surender, R., M. Noble, G. Wright et P. Ntshongwana (2010) « Social Assistance and Dependency in South Africa : An Analysis of Attitudes to Paid Work and Social Grants », Journal of Social Policy 39(2), pp. 203-221, http://dx.doi.org/10.1017/S0047279409990638.

Surender, R., P. Ntshongwana, M. Noble et G. Wright (2007) Employment and Social Security : A Qualitative Study of the Attitudes towards the Labour Markets and Social Grants (Pretoria : Department of Social Development, Republic of South Africa).

Tyndale, W. (2006) Visions of Development : Faith-based Initiatives (Aldershot : Ashgate).

Umlambo Local Municipality (ULM) (2011) Final Integrated Development Plan for 2011/2012 Financial Year.

Whaites, A. (1999) « Pursuing Partnership : World Vision and the Ideology of Development – A Case Study », Development in Practice, 9(4), pp. 410-423, http://dx.doi.org/10.1080/09614529952891.

White, S. C. (1996) « Depoliticising Development : The Uses and Abuses of Participation », Development in Practice, 6(1), pp. 6-15, http://dx.doi.org/10.1080/0961452961000157564.

WVI (World Vision International) (2011), Who We Are, http://www.wvi.org (consulté le 3 juillet 2012).

WVSA (World Vision South Africa) (2011a) Core Issues : Area Development Programmes, https://www.worldvision.co.za/core-issues/area-development-programmes (consulté le 3 juillet 2012).

WVSA (2011b) Core Issues : Transformational Development, https://www.worldvision.co.za/core-issues/transformational-development (consulté le 3 juillet 2012).

Haut de page

Notes

1  Tous les noms de personnes et de lieux ont été modifiés.

2  Sur les cas de la Tanzanie et du Zimbabwe, voir respectivement Kelsall et Mercer (2003) et Bornstein (2002, 2005).

3  Voir Leal (2010) pour une réflexion plus poussée sur ce processus.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Taux d’activité dans le district d’Umlambo (2007, en pourcentage de la population du district)
Crédits Source : Umlambo Local Municipality (2011).
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/1317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 2 – Composition religieuse de l’Afrique du Sud (1996 et 2001, en pourcentage de la population totale)
Crédits Source : Statistics South Africa (2001).
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/1317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hannah Lindiwe de Wet, « Le développement transformationnel, réponse de World Vision South Africa à la pauvreté »,International Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 4.1 | 2013, 119-137.

Référence électronique

Hannah Lindiwe de Wet, « Le développement transformationnel, réponse de World Vision South Africa à la pauvreté », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [En ligne], 4.1 | 2013, mis en ligne le 21 mars 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://poldev.revues.org/1317 ; DOI : 10.4000/poldev.1317

Haut de page

Auteur

Hannah Lindiwe de Wet

Anthropologue et praticienne du développement. Hannah Lindiwe de Wet travaille actuellement comme spécialiste principale en sciences sociales à Coastal & Environmental Services, en Afrique du Sud. Elle s’intéresse particulièrement à l’interrelation entre religion, culture et développement.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons Attribution-NonCommercial 3.0 Unported License.

Haut de page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org