Skip to navigation – Site map
1 | 2010
Dossier | Africa: 50 years of independence — Review | Major development policy trends
Dossier | Afrique : 50 ans d’indépendance — Revue | Évolutions des politiques de développement

Développement économique et legs coloniaux en Afrique

Gareth Austin
Translated by Emmanuelle Chauvet
p. 11-36
This article is a translation of:
African Economic Development and Colonial Legacies

Abstract

Cet article étudie les effets du gouvernement colonial et de l’action des Africains pendant la période coloniale sur le contexte institutionnel et la situation en matière de ressources qui ont posé le cadre du futur développement économique au sud du Sahara. Cette question est placée dans la perspective de la dynamique du développement dans une région qui était, en 1900, extrêmement riche en terres et caractérisée par un manque de main-d’œuvre et de capital, par des activités marchandes indigènes dont l’ampleur peut étonner et par des degrés variables mais souvent peu élevés de centralisation politique. L’article explore la différence entre les effets des gouvernements français et britannique, mais il affirme que la différence visible dans l’évolution de la pauvreté, du bien-être et du changement structurel a davantage été déterminée par l’opposition entre économies « de peuplement » et « d’exploitation ».

Top of page

Full text

1. Introduction

  • 1  Dans cet article, on a préféré utiliser les noms actuels des anciennes colonies, notamment parce q (...)

1Cet article pose la question de l’influence des legs des puissances européennes, pris à la fois d’une manière générale et dans certaines catégories de colonies, sur le développement économique postcolonial en Afrique subsaharienne. Par convention, on retient en général l’année 1960 comme date d’accession à l’indépendance parce que c’est l’année où prit fin le gouvernement colonial dans la majorité des colonies françaises au sud du Sahara et dans les colonies britannique et belge les plus peuplées, le Nigeria et le Congo respectivement1. Un recul d’un demi-siècle semble raisonnable pour étudier l’impact économique des legs dans la mesure où cette durée nous permet d’aborder la question à différentes phases des politiques et des accomplissements postcoloniaux.

2Les legs n’ont pas tous la même importance causale car leurs effets sur la liberté de manœuvre après l’indépendance ont été variables en intensité et en orientation. Au maximum, le legs a « donné la direction », et les choix de la période coloniale ont déterminé, ou au moins conditionné, les choix de la période postcoloniale, si bien qu’il a été – et qu’il demeure peut-être – difficile et coûteux de se démarquer du modèle colonial. L’influence du passé sur l’avenir doit être étudiée dans son intensité mais également dans sa nature. Le gouvernement colonial a-t-il placé les pays africains sur une voie favorable au changement économique ou sur une voie moins facile ? Nous verrons dans cet article que la ou les « direction(s) » vers lesquelles les économies africaines s’orientaient (de façon plus ou moins définie) au moment des indépendances doivent être considérées non pas comme ayant été nécessairement prises pendant la période coloniale, mais souvent plutôt comme autant de prolongements et d’ajustements des voies vers le changement établies avant le découpage du continent par l’Europe.

3La réflexion qui suit s’ouvre par trois sections préliminaires. La section 2 tente de résumer l’évolution économique depuis les indépendances afin de définir le modèle dont les legs coloniaux pourraient être en partie responsables. Dans la troisième section, nous verrons que ces legs suscitent des visions opposées. La section 4 cherche à définir les structures et les tendances politiques et économiques qui existaient en Afrique à la veille du découpage du continent par l’Europe. Elle montre que l’Afrique était en train d’acquérir un avantage comparatif avec des formes extensives de production agricole, un avantage que les Africains de l’Ouest en particulier exploitaient déjà et renforçaient par leurs investissements et leurs initiatives.

4Ce cadre étant posé, la section 5 introduit la question des régimes coloniaux ; elle met en avant les contraintes fiscales qu’ils créaient et compare différents styles nationaux de gouvernement colonial en se concentrant sur les empires les plus vastes, ceux de l’Angleterre et de la France. Mais cet article affirme qu’une autre différence entre les diverses colonies a été plus déterminante : la différence définie par le degré et la forme d’appropriation et d’utilisation de la terre par l’Europe selon que les colonies étaient « de peuplement », « de plantation » ou « d’exploitation ». La section 6 étudie à quel point le gouvernement colonial (et les actions qu’il a permises de la part des compagnies européennes) a encore davantage facilité l’émergence d’un avantage comparatif dans l’exportation de produits primaires issus d’une culture extensive, et quelles conséquences cela a eues sur le bien-être de la population. La section 7 explore, dans leur portée et leurs limites, les apports de la période coloniale à l’évolution à long terme de la dotation en facteurs en Afrique, qui est passée d’une rareté à une abondance de main-d’œuvre et à un niveau relativement élevé de formation de capital humain dans une transition similaire à celle qui a permis au Japon des Tokugawa, et plus récemment à d’autres régions d’Asie, de parvenir à une « industrialisation à forte intensité de main-d’œuvre » (Sugihara 2007). La section 8 évalue l’impact de différents types de régime européen sur l’entrepreneuriat africain et sur les institutions facilitant, empêchant ou canalisant la participation de l’Afrique aux marchés. La section 9 vient clore le débat de fond en commentant les effets à long terme de l’intrusion coloniale sur la capacité de l’Etat en Afrique de favoriser et de promouvoir le développement économique.

2. Evolution et différences postcoloniales

5Comme on le sait, la production par personne employée en Afrique subsaharienne est la plus basse de toutes les grandes régions du monde et a, en moyenne, progressé lentement et de façon hésitante depuis 1960. Mais les politiques et les résultats ont connu des évolutions importantes et de fortes variations dans l’espace. Dans le domaine des politiques, l’ajustement structurel des années 1980 a marqué un tournant : par un changement fondamental, l’allocation administrative des ressources a été supplantée par une allocation marchande des ressources. Toutefois, le changement a été moins spectaculaire dans la plupart des anciennes colonies françaises où le maintien (à part en Guinée) d’une monnaie convertible a permis aux gouvernements d’éviter certains contrôles supplémentaires des prix et des quantités, lesquels étaient de plus en plus fréquents dans les anciennes colonies, majoritairement britanniques, situées en dehors de la zone franc. En ce qui concerne la performance, les taux de croissance globaux de l’économie de la région étaient tout à fait respectables jusqu’aux années 1973-1975 (Jerven 2009). De façon ironique, ils ont stagné ou sont même devenus négatifs dans les dix ans, à quelques années près, qui ont suivi l’adoption de l’ajustement structurel ; le boom des prix mondiaux des matières premières, mené par la Chine, a ensuite fait entrer la région dans une période de douze ans de croissance du PIB, de 5 % par an en moyenne, jusqu’à ce que les crises de 2007 (avec l’augmentation des prix des combustibles et des denrées alimentaires et le début de la crise financière internationale) et de 2008 amènent une « grande récession » en 2009 (FMI 2009).

  • 2 Pour un compte rendu général, voir Rimmer (1992, notamment 5 et 228).

6Les tendances générales à la croissance ont connu des exceptions notables, tant avant qu’après le tournant des cinq premières années de la décennie 1970. La Côte d’Ivoire et le Ghana, pays voisins, de taille similaire, marqués par des dotations en facteurs et des caractéristiques géographiques relativement semblables mais un héritage colonial différent, présentaient un contraste particulièrement intéressant. La Côte d’Ivoire a subi ce que l’on pourrait décrire à grands traits comme une version amplifiée de l’évolution de croissance standard. De 1960 à 1978, elle a connu une croissance moyenne du PIB de 9,5 % (Berthélemy et Söderling 2001, 324-325) mais a ensuite vécu plusieurs années de stagnation puis une guerre civile. Pendant ce temps, le Ghana connaissait une évolution presque opposée. Le PIB par habitant y était à peine plus élevé en 1983, lorsque le pays a entamé l’« ajustement structurel », que lors de son accession à l’indépendance en 19572. Mais le Ghana, l’un des deux cas les plus réussis d’ajustement structurel en Afrique (l’autre étant l’Ouganda), a connu une croissance annuelle moyenne de presque 5 % pendant un quart de siècle à partir de 1983. En gros, on peut donc dire que la Côte d’Ivoire progressait pendant que le Ghana reculait, et vice-versa. Une seule économie d’Afrique subsaharienne, le Botswana, a maintenu sa croissance pendant trois décennies – quatre en fait – depuis son indépendance en 1966, avec une croissance annuelle moyenne de 9,3 % (Berthélemy et Söderling 2001, 324-325).

3. Des perspectives opposées sur le legs colonial

  • 3 Pour des commentaires africanistes, voir Austin (2008b) et Hopkins (2009).

7Dans le débat théorique et idéologique sur l’histoire du développement économique en Afrique, on constate qu’il est possible d’arriver à des conclusions assez semblables en partant de positions académiques et politiques très différentes. Au sujet de l’impact colonial, l’accusation, qui, il y a une génération, était surtout portée par les théoriciens de la dépendance et les nationalistes radicaux (Amin 1972 ; Rodney 1972), émane aujourd’hui des économistes de la croissance par le « choix rationnel ». Daron Acemoglu, Simon Johnson et James Robinson (2001, 2002a, 2002b) ont affirmé que la pauvreté relative de l’Afrique à la fin du xxe siècle résultait essentiellement de la forme prise par le colonialisme européen sur le continent, c’est-à-dire l’installation d’Européens à des fins d’extraction, alors que l’installation de populations européennes nombreuses aurait entraîné la création de certains types d’institutions – les droits de propriété privée et les systèmes de gouvernement qui les soutiennent – qui, selon ces auteurs, ont permis le développement économique de l’Amérique du Nord et de l’Australasie3.

8En Afrique, l’extraction coloniale s’est manifestée de la façon la plus indiscutable par l’appropriation de la terre au profit des colons européens ou des plantations européennes, dans une stratégie mise en œuvre non seulement pour donner aux investisseurs et aux colons européens un contrôle sûr et peu cher sur la terre, mais aussi pour obliger les Africains à vendre leur travail aux agriculteurs, aux planteurs et aux propriétaires de mines européens (Palmer et Parsons 1977). Même dans les colonies « d’exploitation », où la terre est majoritairement restée propriété africaine, nous allons voir que des parties importantes du secteur des services étaient en réalité monopolisées par les Européens. Les administrations coloniales procédaient alors à un recrutement coercitif de la main-d’œuvre, qui devait travailler soit pour l’Etat, soit pour des entreprises privées européennes (Fall 1993 ; Northrup 1988). Le refus des gouvernements coloniaux d’accepter, et encore plus de favoriser, l’émergence de marchés des droits fonciers sur les terres occupées par les Africains, dans les colonies de peuplement ou dans les colonies d’exploitation, a eu une importance potentiellement grande à long terme (Phillips 1989). Selon la théorie de la dépendance et selon l’institutionnalisme du « choix rationnel », le péché originel du colonialisme en Afrique consiste à ne pas avoir introduit de vrai système capitaliste, fondé sur la propriété privée et qui aurait ainsi créé les incitations à la concurrence et à l’accumulation nécessaires pour stimuler une croissance économique autonome.

9Dans les années 1950 à 1970, le groupe, alors réduit, des économistes libéraux du développement a tenu un raisonnement moins ample mais important. A une époque où les économistes du développement (notamment, mais pas exclusivement, ceux qui écrivaient en français) avaient tendance à donner à l’Etat un rôle moteur dans la recherche du développement dans des économies mixtes (Hugon 1993 ; Killick 1978), Peter Bauer (1953, 1972) a attaqué le feu Etat colonial en lui reprochant d’avoir créé des offices d’Etat et, ainsi, d’avoir ouvert la voie à un interventionnisme d’Etat qu’il considérait comme un frein.

10Les perspectives explicitement positives sur le gouvernement colonial en Afrique sont rares (voir cependant Duignan et Gann 1975). De nombreuses études mentionnent pourtant la fin des guerres intra-africaines, l’abolition de la traite des esclaves et de l’esclavage intérieurs, l’introduction des transports mécanisés et des investissements d’infrastructure, et le développement d’une industrie moderne dans les économies « de peuplement » et au Congo belge. Exaltés par la vague de « mondialisation » économique de la fin du xxe siècle, certains tenants du libéralisme économique ont affirmé que l’Empire britannique avait été pionnier dans le processus en s’opposant de manière générale aux protections douanières (1846-1931) et en prenant d’autres mesures favorables au marché (Ferguson 2003 ; Lal 2004). L’argument des droits de douane s’appliquerait moins aux colonies françaises en raison du protectionnisme de l’empire français. Il s’applique aussi nettement moins bien aux trente dernières années du gouvernement britannique en Afrique, qui ont vu apparaître non seulement des droits de douane mais aussi des offices d’Etat dans certaines branches de l’économie. Du point de vue du changement institutionnel, John Sender et Sheila Smith (1986) ont fait une observation essentielle applicable à la région en général. Se situant dans la tradition « tragique optimiste » des écrits de Marx sur le gouvernement britannique en Inde, ils ont souligné le fait que le travail salarié était rare au début du gouvernement colonial et de plus en plus courant à la fin de la période. Selon ces auteurs, comme selon Bill Warren (1980), l’impérialisme a été le « pionnier du capitalisme ».

11Au-delà de l’optimisme et du pessimisme, une troisième perspective sur le gouvernement colonial, et donc sur son legs, consiste à dire que son importance est surestimée. Différentes réflexions arrivent à cette conclusion. De nombreux historiens sont frappés par la brièveté du gouvernement colonial au sud du Sahara – environ soixante ans dans la plus grande partie de l’Afrique tropicale (Ajayi 1969) – et par la faiblesse de l’Etat colonial (Herbst 2000). Dans ce contexte, l’on peut logiquement dire que les Africains, par leur rationalité économique et leur esprit d’entreprise, sont les principaux responsables de tout ce qui a bien marché dans les économies « d’exploitation » (et les économies de cultures de rente se sont beaucoup développées) ; c’est Polly Hill (1997/1963) qui illustre le mieux cette position. Jean-François Bayart (1989 ; 2000) tient un raisonnement plus ambivalent. Partant de l’observation bien connue selon laquelle les gouvernants en Afrique ont eu du mal à puiser des revenus importants dans les sources intérieures, Bayart affirme que, pendant la période coloniale et depuis lors, les élites africaines ont été les clientes des Etats coloniaux ou métropolitains. Elles ont ainsi forgé des relations qui, bien qu’inégales, leur ont profité comme elles ont profité aux étrangers. Alors que la théorie de la dépendance soulignait la primauté de l’action étrangère dans la détermination des évolutions historiques, Bayart répète que les élites africaines ont joué un rôle calculateur et crucial dans l’établissement du modèle « extraverti » de l’économie politique africaine.

4. Une perspective précoloniale sur les legs coloniaux

12Pour évaluer le legs colonial, nous devons le distinguer de ce qui relève de la situation et des tendances qui existaient sur le continent au début du gouvernement colonial, lequel remonte, dans la plus grande partie de l’Afrique subsaharienne, à la « course » européenne qui s’est déroulée de 1879 à 1905 environ. A ce moment, comme auparavant, la région était caractérisée en général (mais pas partout ni tout le temps) par une abondance de terres cultivables par rapport à la main-d’œuvre disponible pour la travailler (Hopkins 1973 ; Austin 2008a). Pour autant, on ne peut pas parler d’une « abondance des ressources » car la plus grande partie de la dotation de l’Afrique en ressources minérales était soit inconnue, soit inaccessible avec la technologie préindustrielle, ou encore elle n’avait pas encore de valeur même en métropole. Par exemple, un grand nombre des découvertes les plus importantes (notamment le pétrole au Nigeria et les diamants au Botswana) ne devaient être faites que pendant la période de décolonisation. De plus, la fertilité de la plus grande partie des terres était relativement faible ou tout au moins aléatoire, ce qui rendait toute culture intensive coûteuse ou difficile, notamment en l’absence d’engrais animal. La maladie du sommeil empêchait l’utilisation de gros animaux pour le labourage ou le transport dans les zones forestières et dans la plus grande partie de la savane. L’extrême saisonnalité de la distribution annuelle des pluies rendait en réalité le travail agricole impossible pendant une grande partie de la saison sèche. Par conséquent, le coût d’opportunité du travail en saison sèche était bas, et l’intérêt des progrès de productivité du travail dans l’artisanat réduit. A l’inverse, le choix des techniques agricoles s’orientait typiquement vers une utilisation extensive de la terre et une utilisation minimale de la main-d’œuvre, mais la finesse de la couche de sol cultivable limitait les rendements du travail (Austin 2008a). Tous ces éléments permettent d’expliquer pourquoi, pendant plusieurs siècles, la productivité de la main-d’œuvre africaine a semblé plus élevée en dehors de l’Afrique, une idée que l’on retrouve dans la logique économique sous-jacente des traites extérieures d’esclaves qui pour finir, et de façon ironique, ont aggravé le manque de main-d’œuvre de l’Afrique elle-même (Austin 2008b ; Manning 1990).

13En Afrique, la structure des incitations encourageait une forte autosuffisance et, au milieu du xxe siècle, l’on disait souvent que les économies précoloniales avaient forcément été majoritairement orientées vers la subsistance. La recherche du dernier demi-siècle a permis de revenir peu à peu sur cette affirmation, notamment pour l’Afrique de l’Ouest où, aux xvie et xviie siècles, une forte tendance à des productions autres que de subsistance est ressortie de façon évidente. Bien qu’amoindrie par les effets aggravés du « syndrome hollandais » liés à la traite transatlantique des esclaves (Inikori 2007 ; Austin à paraître), cette tendance a fortement repris à partir de la première décennie du xixe siècle, au moment où la traite commençait à être abolie et où les Africains de l’Ouest produisaient à plus grande échelle pour les marchés intérieurs mais aussi extérieurs. En raison de la relative rareté de la main-d’œuvre, et en l’absence (en général) d’économies d’échelle significatives dans la production, il était rare que le salaire de réserve (le taux de salaire minimum à partir duquel il est possible de convaincre une personne de vendre son travail au lieu de travailler pour elle-même) soit assez bas pour qu’un employeur potentiel puisse le payer. Dans leur majorité, les marchés du travail de l’Afrique précoloniale se sont résumés à la traite des esclaves (Austin 2005, chap. 6 et 8 ; 2008a).

14Compte tenu de l’abondance des terres, la centralisation politique était difficilement réalisable et tout aussi difficile à maintenir. La fragmentation politique a facilité la traite transatlantique des esclaves en ce sens que des Etats plus grands auraient eu plus d’intérêt et de capacité pour refuser d’y participer (Inikori 2003). Cette même fragmentation a ensuite facilité la conquête européenne. L’Ethiopie a été l’exception qui confirme la règle : avec ses provinces centrales fertiles et ses importants surplus agricoles soutenant un Etat ancien et en voie de modernisation, elle est la seule en Afrique à avoir eu une base économique suffisante pour résister à la « course ».

  • 4 L’historiographie est trop complexe pour pouvoir être résumée ici. Mais on peut dire que, bien que (...)

15La plus grande partie de l’Afrique subsaharienne a été colonisée à un moment où l’industrialisation de l’Europe créait ou élargissait les marchés de diverses marchandises qui pouvaient rentablement être produites en Afrique, et cela n’a rien d’une coïncidence4. Le ratio terre/main-d’œuvre, les contraintes de l’environnement sur l’agriculture intensive mais aussi les qualités spécifiques de certains types de terres dans différentes zones du continent dotaient l’Afrique d’au moins un avantage comparatif potentiel dans la production primaire par culture extensive. Au moment de la colonisation, notamment en Afrique de l’Ouest, les populations indigènes tiraient des profits croissants de la conjugaison de ces éléments d’offre et d’un accès à des marchés extérieurs en expansion. Du Sénégal au Cameroun, des milliers de tonnes d’huile de palme et d’arachides et, à partir des années 1880, de caoutchouc étaient produites pour être vendues à des marchands européens (Law 1995).

5. Régimes coloniaux : similarités et différences

16Le gouvernement colonial en Afrique devait être peu coûteux pour les contribuables européens. La doctrine britannique voulait que chaque colonie soit financièrement indépendante. Toute augmentation des dépenses du gouvernement devait donc être financée par une augmentation des recettes, comme cela a été le cas au Ghana dans les années 1920 quand le gouverneur Guggisberg est parvenu à financer la création de ce qui allait devenir l’hôpital et l’école les plus connus du pays, mais aussi d’un nouveau port et de nouvelles routes et voies de chemin de fer, par des recettes douanières alimentées par la croissance des exportations de fèves de cacao par la colonie. Dans la pratique, les Français étaient tout aussi désireux de couvrir leurs coûts. L’Afrique occidentale française a elle aussi connu un grand programme de travaux publics dans les années 1920 même si, comme au Ghana, les dépenses ont dû être réduites drastiquement après quelques années lorsque les prix des exportations ont chuté et les revenus cessé d’augmenter (Hopkins 1973, 190).

17Après leur repli pendant la dépression des années 1930 et tout particulièrement pendant la Seconde Guerre mondiale, les administrations coloniales sont (pour diverses raisons) entrées dans l’après-guerre dotées d’un nouvel engagement public : être considérées comme favorisant activement le développement des économies qu’elles présidaient. Le langage « développemental » s’est traduit en partie par une augmentation des dépenses, lesquelles en principe provenaient partiellement du contribuable métropolitain. Mais Patrick Manning (1988, 123-125) a calculé que, dans le cas de la France, les recettes fiscales venues d’Afrique ont continué à excéder les dépenses publiques en Afrique. En Afrique occidentale britannique, les nouveaux offices publics d’exportation ont accumulé des surplus substantiels en maintenant une marge importante entre les prix auxquels ils achetaient aux producteurs et ceux auxquels ils vendaient sur le marché mondial des produits agricoles. Les surplus étaient gardés à Londres en titres du gouvernement britannique, une épargne forcée des agriculteurs africains (Rimmer 1992, 41-42) qui a aidé l’économie métropolitaine britannique à se relever de la pénurie de dollars de l’après-guerre.

18En fonction de l’identité particulière de la puissance coloniale, les personnes assujetties au gouvernement des Européens ont vécu des expériences différentes. Traditionnellement, on articule les contrastes entre les deux empires les plus vastes en Afrique autour du fait que les Britanniques se reposaient davantage sur les chefs africains agissant comme intermédiaires (l’indirect rule) alors que la doctrine française assimilait une petite minorité d’Africains à la culture et à la citoyenneté françaises. Globalement, on peut dire que, dans le domaine économique, les similitudes étaient beaucoup plus fortes que les différences, en dehors des différences dues à la composition des empires africains respectifs des deux puissances. Le gouvernement français, comme le gouvernement britannique, s’est appuyé sur des intermédiaires africains, dont des chefs, même si la France a beaucoup plus cherché à abolir les monarchies africaines (comme au Dahomey, par opposition au traitement par les Britanniques des structures et des dynasties des Etats du Bouganda, du Botswana, du Lesotho et – après une tentative avortée d’abolition – du royaume asante). En Afrique de l’Ouest, les Français ont bien davantage utilisé le travail forcé, mais essentiellement parce que les territoires français étaient, d’emblée, relativement dépourvus de potentiel de recettes en liquidités et donc de possibilité de recourir à l’emploi salarié. Cette politique particulière – la corvée, et son utilisation au profit des planteurs blancs plutôt qu’au bénéfice des agriculteurs africains – a transmis un legs colonial différent au Ghana et à la Côte d’Ivoire. Elle explique pourquoi la culture africaine du cacao a décollé beaucoup plus rapidement et de façon plus spectaculaire au Ghana, qui se trouva en conséquence nettement plus prospère lors de son indépendance, alors que la Côte d’Ivoire, après un démarrage tardif, était en voie de rattrapage (et de dépassement) (Hopkins 1973, 218-219), un processus qui aboutit dans les années 1980.

  • 5 Le constat est le même pour Madagascar, qui n’entre pas dans la discussion qui nous occupe ici.
  • 6 Les revenus nationaux bruts en parité de pouvoir d’achat s’élevaient à 918 USD dans les anciennes (...)

19Si nous affirmons donc ici que les différences entre les legs des gouvernements britannique et français en Afrique sont principalement attribuables à des différences dans la composition des empires africains de ces deux puissances, il se peut que cette idée doive être nuancée à la lumière des résultats d’une très bonne recherche menée récemment par Thomas Bossuroy et Denis Cogneau (2009). Les auteurs ont étudié la mobilité sociale dans cinq pays africains et trouvé que, dans les anciennes colonies britanniques prises en considération, le Ghana et l’Ouganda, « les liens entre origine, migration, éducation et destination professionnelle apparaissent beaucoup plus lâches » que dans les anciennes colonies françaises étudiées, la Côte d’Ivoire et la Guinée5 (Bossuroy et Cogneau 2009, 2). Pour expliquer ce constat, les auteurs mettent en avant l’importance des investissements dans l’éducation, dont les montants ont été plus élevés dans les colonies britanniques que dans les colonies françaises de leur échantillon. On trouve là un axe de recherche nouveau et important. Je pense que la conclusion favorable pour les anciennes colonies britanniques reflète aussi en partie le fait que le Ghana et l’Ouganda, pour des raisons qui n’ont que partiellement et indirectement à voir avec leurs legs coloniaux respectifs, ont été deux grands succès de l’ajustement structurel en Afrique en matière de croissance ; ces réussites ont amélioré les chances de mobilité éducative, physique et professionnelle à partir des années 1980, c’est-à-dire assez tôt pour que cette tendance se traduise dans les données chiffrées – et aussi au moment où la Côte d’Ivoire connaissait la stagnation économique et la guerre civile. Enfin, il est possible que le contraste traduise aussi en partie le legs de la période de la corvée et de l’agriculture « de peuplement » en Côte d’Ivoire, avant le décollage de l’économie dans les années 1950-1960. Une étude portant sur 26 anciennes colonies britanniques et françaises d’Afrique tropicale (excluant donc l’Afrique australe) a montré que depuis 1990, grâce au legs du « miracle » ivoirien, les anciennes colonies françaises étaient celles qui avaient les revenus par habitant les plus élevés en parité de pouvoir d’achat, avec une différence de plus de 30 % (Bossuroy et Cogneau 2009, 45, citant des données de la Banque mondiale)6.

6. Le gouvernement colonial et la spécialisation de l’Afrique dans l’exportation de produits primaires

20On déplore souvent l’« extraversion » et la « monoculture » pratiquées dans les économies africaines et on les condamne comme signes de la victoire des intérêts coloniaux sur les intérêts africains. Pourtant, il convient de comparer les risques de la spécialisation extrême avec les gains de revenu à long terme que l’on peut attendre de l’exploitation de l’avantage comparatif. Mais là encore, même si l’on a pu identifier et situer un avantage comparatif de l’économie coloniale, il a fallu tôt ou tard, pour capitaliser cet avantage, savoir quels investissements permettraient d’accentuer cet avantage et, surtout, comment les coûts et les bénéfices seraient distribués. Les conflits idéologiques, et surtout l’équilibre des pouvoirs entre les divers groupes d’intérêt, ont eu des effets différents dans les colonies africaines. La différence la plus fondamentale s’est faite entre les économies « d’exploitation » et « de peuplement ». Etudions les deux cas opposés de l’agriculture d’exportation, notamment en Afrique de l’Ouest, et de l’extraction minière, l’exemple le plus évident étant celui de l’Afrique du Sud.

21Nous avons noté qu’à la veille du découpage du continent par l’Europe, l’Afrique avait déjà révélé une amorce d’avantage comparatif dans l’agriculture d’exportation. En Afrique de l’Ouest notamment, la population, les marchands européens et les administrations coloniales avaient tous intérêt à accentuer cet avantage. Au Ghana, les planteurs britanniques ont été autorisés à entrer dans un premier temps pour cultiver les fèves de cacao. Mais, n’ayant pas reçu le soutien sélectif que le gouvernement avait apporté à leurs homologues au Kenya et en Afrique australe, ils ont perdu la compétition commerciale qui les opposait aux producteurs africains (Austin 1996a), tout comme plus tard les planteurs français seraient dépassés par les planteurs africains en Côte d’Ivoire après l’abolition de la corvée. La pratique coloniale consistant à s’appuyer sur les initiatives des petits capitalistes et agriculteurs africains dans le domaine de la culture et de la commercialisation locale de cultures d’exportation s’est avérée très fructueuse dans ce qui allait devenir le Ghana et le Nigeria : la valeur réelle du commerce extérieur a été multipliée par 20 entre 1897 et 1960 (Austin 2008a, 612), bénéficiant tant aux intérêts commerciaux britanniques qu’au trésor colonial (via les droits de douane). De 1906 à 1925, W. H. Lever, fabricant de savon, a cherché à recevoir l’autorisation du gouvernement (et son nécessaire soutien coercitif) de créer de vastes plantations d’huile de palme au Nigeria mais ses demandes ont toutes été rejetées car on préférait que les Africains continuent à occuper la presque totalité des terres agricoles. En fin de compte, ce choix reposait sur le constat que les producteurs africains se montraient à la hauteur (Hopkins 1973, 209-214) par des méthodes extensives bien adaptées à la dotation en facteurs. Ils rejetaient les conseils des responsables agricoles coloniaux quand ces conseils étaient incompatibles avec les exigences d’une adaptation efficace (Austin 1996a). La contribution positive des administrations a consisté à autoriser et à renforcer l’exploitation de l’avantage comparatif de ces économies dans l’agriculture d’exportation, en partie en investissant dans l’infrastructure des transports – des investissements qui, nous le verrons, ont aussi été le fait d’entrepreneurs africains (Austin 2007). Un autre fait tout aussi important est que l’administration coloniale, quand bien même elle n’a jamais vraiment établi de système de titres fonciers, a par exemple au Ghana maintenu le droit coutumier indigène des agriculteurs à posséder les arbres qu’ils avaient plantés, indépendamment des conséquences de litiges ultérieurs sur la propriété des terres où se trouvaient les arbres. Les producteurs africains ont ainsi joui d’une sécurité de bail suffisante pour investir en toute assurance dans les cultures arboricoles à une échelle qui, dans le cas du Ghana, permettrait de créer la plus grande économie cacaotière du monde pendant presque soixante-dix ans (Austin 2005, chap. 14 et 17).

22L’Afrique du Sud possédait de l’or et des diamants mais, pour être bénéficiaire, leur exploitation nécessitait une réduction du coût du travail bien en deçà de ce qu’impliquait le ratio terre/travail physique. L’exercice quantitatif mené par Charles Feinstein montre que sans une telle intervention coercitive sur le marché du travail, la majorité des mines d’Afrique du Sud n’auraient pas été rentables jusqu’à la fin de la période de l’étalon-or en 1932 (Feinstein 2005, 109-112). Si l’Afrique du Sud a fini par obtenir un avantage comparatif de « marché libre » dans l’exploitation minière, c’est seulement après plusieurs décennies d’utilisation de moyens extramarchands pour comprimer le salariat des Noirs, notamment par l’appropriation des terres et par des mesures empêchant les Africains d’exploiter les terres appartenant aux Européens si ce n’est en tant qu’ouvriers – mais pas comme métayers.

23Il est difficile de comparer les legs des puissances européennes en matière de pauvreté dans les économies « de peuplement » et « d’exploitation » car il existe de nombreuses différences d’une colonie à l’autre. On peut toutefois dégager certaines généralisations. Il est clair que la distribution des richesses et des revenus a été – et demeure – beaucoup plus inégalitaire dans les économies « de peuplement » que dans les économies « d’exploitation ». Les premiers résultats d’une étude de Sue Bowden, Blessing Chiripanhura et Paul Mosley (2008) étaient l’idée selon laquelle la possession des terres a créé un plancher pour les salaires réels dans les colonies « d’exploitation » et a permis aux ouvriers agricoles migrant vers les régions de cultures d’exportation de partager les bénéfices des exportations qui, sinon, étaient divisés entre les entreprises européennes, les intermédiaires africains et asiatiques et les propriétaires agricoles africains (voir également Austin 2005). Bowden et al. (2008) ont constaté que les salaires réels avaient progressé dans les colonies « d’exploitation » du Ghana et de l’Ouganda à partir des années 1920 et 1930 respectivement et n’étaient pas retombés ensuite au niveau plancher de 1914. Par contre, c’est seulement dans les années 1970 que les salaires réels des mineurs d’or noirs d’Afrique du Sud ont connu une croissance prolongée pour dépasser les niveaux qu’ils avaient connus au début du xxe siècle (Lipton 1986, 410). Selon l’étude de Bowden et al. (2008, 1063), c’est seulement dans les économies « de peuplement » pures, en Afrique du Sud et au Zimbabwe (Rhodésie du Sud), et pas dans les économies « d’exploitation » du Ghana ou de l’Ouganda, ni même dans le cas intermédiaire du Kenya, que les niveaux de vie des Africains vivant en zone rurale ont reculé sur des périodes de plus de quinze ans dans le courant du xxe siècle. Ce modèle d’évolution des salaires réels, conjugué avec l’expansion à long terme de l’agriculture africaine d’exportation qui a sous-tendu la progression des salaires réels dans les colonies « d’exploitation », s’est traduit par un recul plus précoce de la mortalité infantile au Ghana et en Ouganda qu’en Rhodésie du Sud et en Afrique du Sud (Bowden et al. 2008).

24Il faut ajouter que de nombreuses colonies africaines manquaient à la fois de réserves minérales connues et de terres permettant une agriculture d’exportation rentable. Les Européens n’ont pas retenu ces colonies pour s’y installer et les économies n’y ont pas été stimulées par une forte production africaine paysanne ou capitaliste rurale. Ces colonies ont dû s’appuyer sur des exportations saisonnières de main-d’œuvre salariée masculine et sur les cultures de rente les moins lucratives, comme le coton ; comme ces cultures demandaient de la main-d’œuvre aux mêmes moments que les cultures vivrières, la sécurité alimentaire était incertaine (Tosh 1980). Une tendance actuelle de la recherche, dirigée par Alexander Moradi, utilise la taille pour mesurer le bien-être physique. La taille moyenne des populations africaines s’est élevée pendant la période coloniale au Ghana et même dans l’économie partiellement de peuplement du Kenya (Moradi 2008, 2009). Lorsque cette recherche s’étendra aux colonies plus pauvres comme le Sud-Soudan, le Tanganyika (la Tanzanie continentale) ou les colonies du Sahel d’Afrique de l’Ouest, il ne serait pas surprenant d’y constater une moindre progression du bien-être que dans les économies mieux dotées étudiées jusqu’à maintenant. C’est en particulier dans les économies les moins bien dotées (et dans certaines régions de ces économies) que les gouvernements coloniaux ont cherché à faire progresser la productivité par des projets de très grande envergure, autoritaires et à forte intensité de capital, notamment avec l’immense projet d’irrigation de l’Office du Niger au Mali et la campagne de mécanisation du Projet d’Afrique de l’Ouest pour l’arachide au Tanganyika. Ces deux exemples ont été des échecs spectaculaires en termes de niveaux de production et de productivité, notamment parce qu’ils avaient mal pris en compte l’environnement physique et les ratios de facteurs existants (Hogendorn et Scott 1981 ; Roberts 1996, 223-248 ; van Beusekom 2002).

25Le colonialisme de peuplement a eu de mauvais résultats sur le niveau de vie de la population indigène mais c’est dans les colonies où les Européens se sont approprié les terres à grande échelle, au profit des colons ou des entreprises, que l’industrie moderne est apparue le plus précocement et le plus largement.

7. En route vers l’industrie ?

26Là où elle s’est produite, l’industrialisation de l’Asie a en général suivi une voie plus demandeuse en main-d’œuvre que l’industrialisation de l’Europe et de l’Amérique du Nord ; elle a plutôt recouru à un allongement de la durée du travail qu’au renforcement de la mécanisation lorsque c’était possible (Sugihara 2007) et, en général, elle a eu une proportion travail/capital plus élevée à tous les niveaux de production. Au début du xxe siècle, dans une région comme l’Afrique subsaharienne où le travail comme le capital étaient rares par rapport aux terres, les deux voies étaient également difficiles.

  • 7   Au Katanga, contrairement à l’Afrique du Sud, la main-d’œuvre noire a été « stabilisée » à partir (...)

27Pourtant, l’Afrique du Sud, suivie à un moindre degré par la Rhodésie du Sud, avait acquis un secteur manufacturier important au moment où la plus grande partie du reste de l’Afrique accédait à l’indépendance. Le coût « artificiellement » bas de la main-d’œuvre noire a contribué à ce résultat, mais seulement pour les emplois non qualifiés, les emplois qualifiés étant réservés aux Blancs ; en outre, les techniques choisies étaient en général à forte intensité de capital. La croissance de la production manufacturière a été possible grâce à une protection douanière là où l’avantage de l’emplacement (comme dans la brasserie et l’industrie du ciment) ne suffisait pas. Ce qui a été déterminant, c’est que l’activité minière a permis de dégager un pouvoir d’achat et ainsi d’acquérir des importations pour répondre aux besoins en biens d’équipement et, là où c’était nécessaire, en matières premières. Elle a également été la source directe ou indirecte de la plus grande partie des revenus que les gouvernements ont utilisés pour investir dans l’industrie, directement ou par la construction d’infrastructures. Les importantes populations européennes ont apporté à la fois des travailleurs éduqués et du capital, mais on peut affirmer que c’est par leur soutien politique à l’industrialisation qu’elles ont le plus contribué à son développement, même si cela passait par des prix aux consommateurs souvent plus hauts que ceux du marché mondial (Austen 1987, 181-187 ; Kilby 1975 ; Wood et Jordan 2000). Là où ils avaient le contrôle du gouvernement, comme en Afrique du Sud après 1910 et, en grande partie, en Rhodésie du Sud à partir de 1923, de très nombreux électeurs blancs ont nourri l’ambition de progresser dans la chaîne de valeur ; cette ambition est également celle des électeurs africains depuis les indépendances. En Afrique du Sud, le Pact Government des partis national et travailliste, élu en 1924, a mis en œuvre une politique de promotion d’une industrialisation de substitution aux importations à l’aide de droits de douane et d’investissements publics dans l’électricité et l’acier (Feinstein 2005, 113-135). La Rhodésie du Sud a suivi dans les années 1930, en partie en réponse au défi que posait le nouveau régime douanier de l’Afrique du Sud (Phimister 2000). Outre ces colonies de peuplement, on trouve un troisième cas de croissance précoce de l’industrie moderne : le Congo belge. Les colons n’y étaient ni indépendants ni autonomes. Mais comme en Afrique australe, l’activité minière a favorisé la mise en place des conditions propices à l’émergence d’une industrie de substitution aux importations, permettant la construction d’infrastructures, un pouvoir d’achat des importations et une ouverture partielle du marché7. L’Afrique du Sud est restée le vaisseau amiral de l’industrie dans la région mais les possibilités d’expansion y ont été de plus en plus limitées en raison du prix élevé de la main-d’œuvre qualifiée dans une économie où seule une minorité de la population avait accès à l’éducation secondaire et aussi parce que les bas niveaux de salaire des Noirs limitaient la taille du marché des produits fabriqués en masse. Si l’école radicale avait raison d’évoquer la contribution des politiques raciales répressives à la croissance économique au début du xxe siècle (Trapido 1971), les libéraux avaient raison lorsqu’ils évoquaient la période précédant la fin de l’apartheid : le système était alors devenu un frein, et non un moteur, pour le développement de l’économie (Moll 1990 ; Nattrass 1991 ; Feinstein 2005).

  • 8 Le PIB réel était vraisemblablement plus élevé car le secteur informel a probablement été sous-est (...)

28Dans les années 1960, l’industrie moderne était très développée en Afrique du Sud mais peu compétitive sur le plan international. Elle était beaucoup plus réduite dans le reste de l’Afrique subsaharienne. L’industrie représentait plus de 10 % du PIB enregistré ou officiellement estimé8 dans deux pays seulement : la Rhodésie du Sud (16 %) et le Congo belge (14 %). Avec 9,5 % suivaient l’économie en partie de peuplement du Kenya et le Sénégal (Kilby 1975, 472). Ce dernier pays était une économie « d’exploitation », mais, étant le centre administratif et commercial de l’Afrique occidentale française, il comptait une population exceptionnellement importante de résidents européens qui apportaient, davantage qu’ailleurs, une expérience de gestion, une expertise technique et un accès au capital (Kilby 1975, 473, 488-490). En Afrique de l’Ouest, ces taux d’industrialisation peu élevés de 1960 traduisaient une poussée très tardive, stimulée par le développementalisme de l’après-guerre (dans le cas du Sénégal, les subventions gouvernementales pour l’industrie) et la décolonisation, qui a amené les entreprises européennes à créer des usines locales pour protéger les marchés dont elles disposaient déjà (Kilby 1975, 475, 490-507 ; Boone 1992, 65-77).

29Compte tenu de la rareté de la main-d’œuvre, de la taille réduite des marchés et de l’avantage comparatif dont disposait l’Afrique pour une production primaire par culture extensive, il n’est pas surprenant que l’industrie n’ait pas été plus développée à la fin de la période coloniale. Là où elle aurait pu prendre son essor, les gouvernements coloniaux ont rarement été intéressés par un bouleversement du statu quo ; ils ont préféré que les marchés coloniaux de produits manufacturés continuent à être approvisionnés en grande partie par un monopsone où des marchands européens vendaient des biens dont une partie disproportionnée étaient produits dans les économies européennes métropolitaines concernées (Brett 1973, 266-282 ; Kilby 1975). Mais, sachant que, malgré l’augmentation de la population, les dotations en facteurs des économies africaines, même les plus grandes, n’étaient pas adaptées à l’industrialisation en 1960, il est peut-être plus important de chercher à savoir si le gouvernement colonial a, directement ou indirectement, posé les bases susceptibles de permettre ensuite à l’Afrique de mettre en place les conditions favorables à une croissance accélérée de l’industrie.

  • 9 En 1950, l’électricité à Dakar était la plus chère au monde (Boone 1992, 66, 67n).

30Si l’on en croit l’expérience de l’Asie, cette croissance de l’industrie devrait probablement se faire par une utilisation intensive de main-d’œuvre. A long terme, l’évolution la plus fondamentale de la période coloniale a probablement été l’amorce d’une croissance soutenue de la population que l’on peut, dans l’ensemble, dater de la fin de la pandémie de grippe de 1918, même si les dates exactes peuvent varier d’un endroit à l’autre. Il est difficile de déterminer à quel point la poussée démographique a été due aux actions coloniales, telles que la suppression des razzias d’esclaves, la paix en Afrique après 1918 et les mesures de santé publique qui ont réduit la mortalité de crise (Iliffe 1995, 238-241). On estime que la population de la zone subsaharienne a doublé entre 1900 et 1960, passant à environ 200 millions de personnes (pour les références, voir Austin 2008a, 591). Le contexte démographique permettant de disposer d’une main-d’œuvre moins chère commençait donc à se mettre en place, mais il n’en était qu’à son début. L’industrialisation avec utilisation intensive de main-d’œuvre demande également des investissements dans l’approvisionnement en énergie et en qualité de main-d’œuvre. Elle demande des travailleurs disciplinés et éventuellement dotés de compétences précises ou formés pour acquérir plus facilement de nouvelles compétences (Sugihara, à paraître). Les taux de scolarisation ont progressé pendant la période coloniale alors qu’ils étaient auparavant faibles ou nuls et, dans de nombreux pays, ils ont doublé, voire triplé, entre 1950 et 1960. Cette augmentation a été possible notamment parce que des hommes politiques africains ont commencé à contrôler les budgets intérieurs pendant la transition vers l’indépendance, par exemple au Nigeria où les taux de scolarisation sont passés de 971 000 à 2 913 000 dans l’enseignement primaire et de 28 000 à 135 000 dans l’enseignement secondaire (Sender et Smith 1986, 62). En 1957, la production électrique annuelle (en kilowatts) s’élevait à 2750 millions au Congo belge et à 2425 millions dans la Fédération d’Afrique centrale, dont la plus grande partie était produite en Rhodésie du Sud. Par contre, selon les chiffres de l’année précédente, l’Afrique occidentale française avait produit un total cumulé de 138 millions de kilowatts9, le Nigeria 273 millions, et le reste de l’Afrique occidentale britannique 84 millions (Kamarck 1964, 271). Par conséquent, l’industrialisation avait les faveurs des nationalistes mais les pays nouvellement indépendants n’étaient pas bien équipés pour se lancer dans une industrialisation avec utilisation intensive de main-d’œuvre dans les années 1960. Lorsque l’industrialisation a été choisie, ce sont des méthodes à forte intensité de capital qui ont été sélectionnées (subvention au capital, protection par les droits de douane) et les usines ont plutôt fait naître des rentes économiques qu’elles n’ont rapporté de bénéfices par leurs succès concurrentiels (Boone 1992).

8. Les marchés et l’entrepreneuriat africain

  • 10 Pour des exemples de chaque période respective au Nigeria, voir Shea (2006), Warikobo (1998), Hopk (...)

31L’entrepreneuriat africain a poussé à des évolutions dans le choix des produits et dans les moyens et l’organisation de la production dans des contextes différents, avant, pendant et depuis la période coloniale10. On le remarque tout particulièrement en Afrique de l’Ouest, où les économies précoloniales du xixe siècle ont souvent été considérées comme davantage marchandes que les économies d’autres régions importantes d’Afrique subsaharienne (Austin, à paraître). Là encore, c’est souvent l’existence ou l’absence d’appropriation de terre à grande échelle par les Européens, colons individuels ou entreprises, qui a déterminé l’impact du colonialisme sur l’entrepreneuriat africain et sur ses marchés.

32Cette division connue entre, d’une part, les colonies « de peuplement » et « de plantation » et, d’autre part, les colonies « d’exploitation » (et capitalistes rurales) est loin d’avoir été purement exogène dans l’histoire économique africaine. Lorsque des producteurs africains ont pu pénétrer sur les marchés d’exportation assez tôt et à une grande échelle, avant que les exportateurs européens n’y entrent vraiment, ils ont assez bien réussi pour que, dans les débats entre les décideurs politiques coloniaux, la balance penche en faveur de ceux qui pensaient plus sage, du point de vue politique aussi bien qu’économique, de laisser la production agricole aux Africains. Comme nous l’avons vu dans la section 6, l’Afrique de l’Ouest britannique en a été le principal exemple. En Afrique du Sud, en Rhodésie du Sud et au Kenya, les agriculteurs africains ont vite saisi la possibilité de cultiver davantage pour approvisionner les marchés intérieurs. Mais, en réaction, les gouvernements ont essayé de pousser les Africains à sortir du marché des produits agricoles et à entrer sur le marché du travail, en réservant les terres aux Européens et en interdisant aux Africains de les louer ou (comme au Kenya dans l’entre-deux-guerres) en limitant le temps que les « occupants » africains pouvaient consacrer à leur propre travail en regard du temps de travail qu’ils devaient à leurs propriétaires européens (Palmer et Parsons 1977 ; Kanogo 1987). Pourtant, la production africaine marchande a résisté et les gouvernements l’ont finalement acceptée ; ils ont renoncé à essayer de déplacer les producteurs pour instaurer plutôt des contrôles sur la commercialisation des produits agricoles, contrôles qui favorisaient les producteurs européens. Au Kenya, c’est seulement dans le milieu des années 1950, pendant la révolte des Mau Mau, que le gouvernement a levé les restrictions limitant les cultures de rente à forte valeur par les Africains (Mosley 1983). Si, à la fin du xixe siècle, la production commerciale africaine était plus importante dans ce qui allait devenir les économies « d’exploitation » d’exportation agricole que dans ce qui allait devenir les économies de plantation, ce contraste a été accentué par des actions des gouvernements dans ces dernières au cours des décennies suivantes.

33Pour autant, on ne peut pas dire qu’en maintenant la propriété pour les Africains on ait nécessairement soutenu le capitalisme africain. Certes, nous avons vu que l’Etat colonial au Ghana avait protégé la propriété des investisseurs agricoles en ce sens qu’il avait préservé la propriété de l’agriculteur ou de l’agricultrice sur les arbres qu’il ou elle avait plantés, indépendamment des conséquences potentielles de ce droit dans les cas de litige légal sur la propriété de la terre concernée. Mais dans les économies « de peuplement » comme dans les colonies « d’exploitation », les gouvernements coloniaux se sont montrés hésitants et en général hostiles à l’apparition de marchés fonciers dans les régions sous contrôle africain. Cette politique a fini par changer en Rhodésie du Sud et au Kenya, où l’on a fait une promotion sélective de l’enregistrement des terres devant l’émergence, dans les faits, des ventes de terres et de la propriété individuelle (les terres cultivables étant de moins en moins nombreuses dans les régions laissées aux Africains) et parce que les propriétaires fonciers africains ont été considérés comme une force politiquement conservatrice par rapport aux Mau Mau (Mosley 1983, 27-28 ; Kanogo 1987). En Afrique de l’Ouest, les colons n’ayant pas fait pression pour empêcher les Africains d’accéder à la terre et les cultures de rente ayant connu une expansion au début de la période coloniale puis de nouveau dans les années 1950, l’octroi de titres de propriété foncière ne s’imposait ni du point de vue politique, ni du point de vue économique (Austin 2005).

34Les entrepreneurs africains, comme leurs homologues européens, devaient être en mesure de recruter de la main-d’œuvre. Dans ce contexte, la période coloniale a été marquée par une innovation graduelle et le plus souvent imposée. Tôt ou tard, mais souvent tard, les colonies ont adopté des lois interdisant l’esclavage. Cependant, en Afrique de l’Ouest – région où l’on sait que la population esclave était la plus importante au début du xxe siècle – le remplacement du marché des esclaves par un marché du travail salarié a été largement tributaire des progrès de l’agriculture de rente africaine (Austin 2009). Dans les décennies de l’entre-deux-guerres, les administrations coloniales, qui continuaient à utiliser une main-d’œuvre forcée, ont subi une pression régulière du Bureau international du travail à Genève. Devant l’embarras suscité par ces pressions, de nouvelles réformes ont été adoptées progressivement et avec réticence. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, comme l’a montré Frederick Cooper (1996), les autorités britanniques et françaises avaient accepté que le travail salarié soit un emploi normal pour les Africains, et pas seulement une activité secondaire saisonnière en complément de leur activité agricole. En fait, comme Cooper le montre ensuite, les implications fiscales à long terme de l’égalité de droits entre les travailleurs en Afrique et en Europe ont contribué à décider Londres et Paris à se retirer d’Afrique tropicale. Pour les sociétés africaines, la fin de l’esclavage et la progression du travail salarié constituaient probablement la condition d’une participation à grande échelle au commerce international. Dès 1907, le fabricant de chocolat Cadbury avait déplacé ses achats de cacao au Ghana après qu’une mauvaise publicité l’eut accusé d’utiliser du cacao « cultivé par des esclaves » dans la colonie portugaise de Sao Tomé, où il s’était s’approvisionné auparavant (Southall 1975, 39-49). En 1960, l’esclavage n’était en général plus acceptable parmi les partenaires commerciaux. L’abolitionnisme colonial, bien que progressif, a donc contribué à la « modernisation » des institutions du travail en Afrique.

35Le gouvernement colonial a favorisé l’importation de capital dans un continent où les capitaux étaient rares. Mais cet afflux ne s’est fait à grande échelle que dans les activités minières et, dans une certaine mesure, dans l’agriculture des colonies « de peuplement » et « de plantation ». L’étude d’Herbert Frankel (1938) sur les investissements extérieurs en capitaux dans l’Afrique gouvernée par les Blancs demeure la seule étude importante sur la période coloniale. Selon cet auteur, en chiffres bruts et nominaux, ces investissements se sont élevés à un total de 1221 millions GBP entre 1870 et 1936, dont 42,8 % concernaient l’Afrique du Sud. Cela signifie des investissements de 55,8 GBP par personne en Afrique du Sud, mais de seulement 3,3 GBP dans les colonies françaises et 4,8 GBP en Afrique occidentale britannique. Les investissements publics constituaient 44,7 % du total global et presque 46 % du total de l’Afrique non australe (Frankel 1938, 158-160, 169-170). Les gouvernements et, dans une certaine mesure, les entreprises minières et de plantation ont investi dans les infrastructures de transport nécessaires au développement, principalement, du commerce d’import-export. Au Nigeria et au Ghana, les Africains ont aussi joué un rôle moteur dans la construction de routes carrossables et la création de services pionniers de transport routier (Heap 1990). Du point de vue institutionnel, la période coloniale a fini par voir l’abolition de la mise en gage d’êtres humains, remplacée par les billets à ordre et, là où c’était possible en Afrique de l’Ouest, par des prêts avec garantie des exploitations de cacao. Elle a également vu l’introduction de la banque moderne, mais les banques recevaient plus volontiers l’épargne des Africains qu’elles ne leur accordaient de prêts – en partie parce que les gouvernements coloniaux n’avaient pas introduit la reconnaissance obligatoire des titres de propriété (Cowen et Shenton 1991).

36Comme le transport maritime et le commerce d’import-export, la banque en Afrique de l’Ouest avait fortement tendance à être cartellisée (Olukoju 2001-2002 ; Austin et Uche 2007). L’imposition des règles et des frontières coloniales, au début de la période coloniale, a bouleversé les réseaux d’échange intra-africains et la présence intérieure de plus en plus forte des marchands européens a relégué de nombreux commerçants africains en bas de la chaîne d’intermédiation entre les transporteurs et les agriculteurs (Goerg 1980 ; Nwabughuogu 1982). C’est surtout plus tard que la résistance organisée aux cartels européens s’est développée et elle s’est le plus souvent limitée à certaines colonies, comme les traditionnels « hold-ups » sur le cacao, qui ont vu les agriculteurs et les agents commerciaux africains entrer à plusieurs reprises en conflit avec des cartels commerciaux européens au Ghana, et le mouvement des banques indigènes au Nigeria (Miles 1978 ; Hopkins 1966). Jusqu’aux indépendances, les marchés dominés par les Européens dans les colonies « d’exploitation » étaient cartellisés alors que les marchés investis par les Africains se caractérisaient par une extrême concurrence (Hopkins 1978, 95). Au moins les entrepreneurs africains pouvaient-ils agir dans l’import-export et dans les échanges intérieurs, bien plus qu’ils ne pouvaient le faire dans les colonies de peuplement. Même s’ils étaient largement confinés aux niveaux les plus bas des pyramides commerciales, ils ont profité de l’expansion générale des économies, notamment en Afrique de l’Ouest (Hopkins 1995, 44). Les arrangements monopolistiques ont été quelque peu ébranlés par la décolonisation (Austin et Uche 2007) mais l’ancien secteur africain est devenu le secteur « informel », l’ancien secteur européen devenant le secteur « formel » (Austin 1993). A l’indépendance, les gouvernements nouvellement établis ont dû faire face aux problèmes bien connus de ce dualisme financier, notamment le manque d’accès au crédit bon marché consenti par le secteur formel aux entreprises du secteur informel.

37Malgré une concurrence asymétrique, les colonies « d’exploitation » ayant le mieux réussi du point de vue économique ont vu se poursuivre une tradition d’entrepreneuriat et, le plus souvent (mais pas toujours), une modeste accumulation dans l’agriculture, l’artisanat et le commerce. Le résultat, comme l’a noté John Iliffe, a été « une différence très marquée entre l’Afrique de l’Ouest, avec son secteur capitaliste et ses entrepreneurs artisans et commerçants établis depuis longtemps, et l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe, où c’était surtout par […] l’éducation occidentale et l’emploi dans le secteur moderne que les entrepreneurs étaient apparus » (Iliffe 1983, 67, notre trad.). Les premières politiques postcoloniales ne se sont pas toujours appuyées sur ces éléments, par exemple au Ghana, et de fortes taxations sur l’agriculture d’exportation ont parfois été instaurées et des monopoles d’Etat créés dans certains secteurs (Austin 1996b).

9. La capacité de l’Etat

38Il est communément admis que les Etats jouent un rôle déterminant dans le développement économique, au moins parce qu’ils assurent le respect des règles de l’activité économique et fournissent des biens publics physiques. Nous devons donc explorer comment le gouvernement colonial a influé sur le frein historique à la centralisation politique en Afrique : la difficulté d’accroître les recettes. Et, au-delà, nous devons étudier la taille de l’Etat ainsi que la nature et la légitimité de l’autorité, en nous demandant si la colonisation a causé la fragmentation de l’Afrique, comme on le dit souvent, ou si les dirigeants coloniaux, selon leurs propres termes, ont été une force de modernisation qui a permis de donner un Etat aux « apatrides » et de remplacer l’autorité patrimoniale par une autorité bureaucratique.

39Les administrations coloniales ont elles-mêmes souffert de lourdes contraintes budgétaires. Les empires européens ont certes introduit en Afrique la possibilité d’une finance de prêts (tout au moins par une voie impersonnelle, obéissant au droit bien que non démocratique) mais les administrations coloniales ne pouvaient recourir aux marchés monétaires que de façon restreinte car la métropole insistait pour que chaque colonie soit fiscalement autonome et équilibre son budget. L’introduction dans chaque colonie d’une monnaie unique ayant cours légal a probablement fait baisser les coûts nets de transaction (même si, dans certains cas, la démonétisation des monnaies existantes a porté préjudice à leurs détenteurs africains). Mais les Ministères des finances des métropoles ont refusé à leurs subalternes des colonies l’autonomie qui leur aurait permis de battre monnaie (Herbst 2000, 201-213). Les colonies françaises utilisaient le franc français. En Afrique occidentale britannique, une livre coloniale était émise mais les règles en garantissaient la convertibilité au pair avec la livre métropolitaine. C’est seulement à l’indépendance que les nouveaux gouvernements africains ont eu le choix de créer des monnaies nationales, une possibilité que les anciennes colonies françaises ont pour la plupart refusée alors que les anciennes colonies britanniques l’ont rapidement acceptée.

40Confrontés aux mêmes contraintes pratiques que les Etats africains qui les avaient précédés, les gouvernements coloniaux ont en général maintenu le système de taxation en vigueur dans les royaumes précoloniaux, qui visait le commerce et les personnes plutôt que la terre et l’agriculture. C’est au cours de la Seconde Guerre mondiale qu’a eu lieu la principale innovation coloniale en matière de fiscalité avec la découverte, que nous avons déjà évoquée, du potentiel important des offices d’exportation pour accroître les recettes. L’indépendance approchant, cette conséquence involontaire d’un expédient de guerre a ouvert aux hommes politiques africains des possibilités inédites pour, par exemple, donner de nouvelles chances d’éducation à leurs populations. L’instrument fiscal des offices a été un legs colonial important et l’on commençait alors seulement à comprendre les possibilités qu’il offrait et ses implications. Dans les années 1980, les limites du dispositif étaient devenues évidentes : les agents commerciaux et les producteurs ordinaires pouvaient en effet y échapper en commerçant sur des marchés parallèles (Azarya et Chazan 1987).

41Avec la contrebande, nous abordons l’un des legs les plus connus du partage colonial de l’Afrique : l’imposition de frontières qui ont séparé des peuples de même culture, la délimitation d’Etats si petits qu’on pouvait douter de leur viabilité économique, et la création d’Etats si vastes qu’ils en devenaient potentiellement ingouvernables. Ces critiques sont très pertinentes mais des recherches récentes ont montré que les origines de ces frontières n’étaient pas forcément aussi arbitraires et que certaines d’entre elles au moins avaient par la suite acquis une réalité sociale, voire une légitimité populaire (Nugent 2002). On le répète, la colonisation a laissé derrière elle plusieurs Etats très petits, mais la plupart des colonies (même les petites) étaient plus vastes que les entités politiques précoloniales sur lesquelles ou à la place desquelles elles avaient été imposées ; en outre, certaines formaient des unités régionales plus vastes (notamment l’Afrique occidentale française). Si les frontières coloniales ont été largement préservées, les tentatives d’introduction d’une bureaucratie webérienne ont donné des résultats nettement moins durables (Bayart 1989). Cela s’explique, ou se manifeste, par la proéminence de l’ethnicité dans la compétition politique pour le contrôle des ressources dans la plupart des pays africains.

42A partir de la fin des années 1970, une génération d’historiens et d’anthropologues a eu tendance à affirmer que l’ethnicité en Afrique, loin d’être « primordiale », avait été créée ou tout au moins implantée par les stratégies coloniales de division (l’idée est partie des contributions majeures de Iliffe [1979, 318-341] et Ranger [1983], et a été prolongée au-delà de ces premières affirmations prudentes). L’historiographie récente montre qu’il était en partie légitime d’insister sur la capacité qu’ont eue les Etats coloniaux d’inventer et de manipuler les traditions, y compris celles qui étaient liées à l’ethnicité et aux chefferies, mais elle souligne aussi que l’on a ainsi sous-estimé la capacité des élites et des peuples africains à eux-mêmes agir sur les effets de ces inventions et manipulations (Spear 2003). En aucun cas on ne peut dire que toutes les divisions ethniques sont nées de la période coloniale (Vansina 2001), même si elles ont alors le plus souvent été approfondies et réifiées par l’interaction des élites coloniales et africaines (Prunier 1995). Quel que soit le partage précis des responsabilités dans cette interaction, les chercheurs s’accordent en général pour dire que c’est davantage depuis le régime colonial qu’avant celui-ci que l’ethnicité a été un principe d’association politique et de conflit. La nuance est importante pour le développement économique car les divisions ethniques sont souvent considérées par l’opinion publique et par certains économistes (notamment Easterly et Levine 1997) comme les principales responsables des politiques de rente plutôt que de croissance mises en place dans l’Afrique postcoloniale. Cette approche a toutefois été critiquée pour diverses raisons (notamment par Arcand et al. 2000) et la proéminence de l’ethnicité dans la vie politique et économique africaine est tout autant une réaction à la difficulté d’agrandir le gâteau de l’économie dans le contexte africain et au problème de la faiblesse constante de l’Etat qu’une cause de ces obstacles.

43Dans le bilan contrasté et/ou mauvais des résultats de croissance des économies africaines après la décolonisation, le Botswana se détache. Daron Acemoglu, Simon Johnson et James Robinson (2002a) affirment que ce pays est l’exception qui confirme la règle : si le Botswana n’a pas bénéficié du legs institutionnel caractéristique des colonies « purement de peuplement » comme l’Australie, le gouvernement britannique y a été exceptionnellement léger de sorte que le pays a échappé aux pires tendances extractives qui, selon les auteurs, caractérisent généralement le colonialisme autre que « de peuplement ». La conclusion à laquelle j’arrive personnellement est différente, pour deux raisons. Premièrement, il est difficile de savoir si le Botswana d’après la colonisation aurait connu une croissance spectaculairement plus rapide que le Bechuanaland sans la découverte de diamants. En fait, dans les trois décennies qui ont suivi l’indépendance, les résultats du secteur minier du Botswana, hors l’extraction de diamant, n’étaient pas meilleurs que ceux de la Zambie (Jerven 2008). Ensuite, le gouvernement britannique était au contraire relativement lourd au Bechuanaland. Si l’on prend le critère du nombre d’Africains par administrateur, le pays se plaçait au cinquième rang sur 33 colonies africaines aux environs de 1937 (Richens, à paraître).

44Le potentiel limité des colonies africaines en matière de création de revenus (en particulier avant que n’aient été faites certaines des découvertes minérales les plus spectaculaires) permet d’expliquer les décisions des gouvernements français et britannique d’accepter une décolonisation précoce face à la montée des revendications populaires canalisées dans les mouvements nationalistes de plus en plus présents. Dans le même temps, les entreprises françaises commençaient apparemment à moins s’intéresser aux économies des colonies (Marseille 2005). Si cela est vrai, il est ironique que le gouvernement français ait gardé une proximité étroite avec ses anciennes colonies après leur indépendance, notamment à travers la zone franc. De la même façon, dans les années 1950 les entreprises britanniques présentes sur place se sont inquiétées de leur avenir sous des gouvernements africains indépendants mais les autorités impliquées dans la décolonisation ne leur ont pas accordé grande attention (Tignor 1998 ; Stockwell 2000). Ici, l’ironie vient de ce que, quelques années plus tard, l’attitude du gouvernement britannique face à la sécession du Biafra était influencée par les intérêts des compagnies pétrolières britanniques (Uche 2008).

10. Conclusion

45Cet article a étudié la question des legs coloniaux en lien avec la dynamique à long terme du développement économique dans une région qui était, en 1900, extrêmement riche en terres et qui se caractérisait par un manque à la fois de main-d’œuvre et de capital, par des échanges marchands indigènes dont l’ampleur peut étonner, notamment en Afrique de l’Ouest, et par des degrés variables, mais souvent faibles, de centralisation politique. Les gouvernements coloniaux et les entreprises européennes ont investi à la fois dans les infrastructures et (notamment en Afrique australe) dans la création d’institutions dont la vocation était de développer les économies africaines vers l’exportation de produits primaires. Dans les deux cas, l’ancienne logique économique d’utilisation du travail forcé a perduré avec le maintien de l’esclavage en Afrique tropicale au début de la période coloniale et l’utilisation des saisies de terre à grande échelle pour favoriser l’afflux de travailleurs migrants dans les économies de peuplement. Mais on a constaté des évolutions et des nuances. On a noté des différences entre les politiques française et britannique, par exemple en Afrique de l’Ouest, mais c’est entre les colonies « d’exploitation » et « de peuplement » que les oppositions ont été les plus fortes.

46En Afrique occidentale britannique notamment, les agriculteurs africains, les marchands européens et les gouvernements coloniaux avaient réellement intérêt à renforcer et exploiter l’avantage comparatif de l’Afrique de l’Ouest dans une agriculture extensive. Avec les revenus ainsi dégagés, de nombreux propriétaires d’esclaves ont au moins pu devenir des employeurs. Dans ces cas, le gouvernement britannique – et les Français en Côte d’Ivoire après 1945 – ont bien vu où se situaient leurs intérêts et ont soutenu l’investissement africain dans l’agriculture d’exportation. C’est dans ces colonies « d’exploitation » mieux dotées en terres adaptées à la production des cultures les plus lucratives que les populations africaines ont vécu une hausse substantielle de pouvoir d’achat et une amélioration du bien-être physique. Mais dans ces mêmes colonies, les dirigeants coloniaux, en partie en raison de contraintes fiscales, mais aussi probablement après une estimation réaliste des perspectives économiques à court terme, se sont peu engagés directement pour préparer l’économie à « progresser dans la chaîne de valeur ». Les premières générations de dirigeants postcoloniaux ont donc présidé des économies qui manquaient de main-d’œuvre formée (et bon marché) et d’électricité en quantité suffisante (et suffisamment bon marché) pour pouvoir s’engager et réussir dans la voie de l’industrialisation. Les pays d’Afrique de l’Ouest, et d’Afrique tropicale en général, ont dû investir dans l’éducation et dans d’autres biens publics après leur indépendance pour se rapprocher d’une perspective de croissance importante de l’industrie avec forte utilisation de main-d’œuvre, à supposer que la concurrence internationale le permette.

47Les colonies « de peuplement » ont eu des résultats plus mauvais en matière de réduction de la pauvreté, en particulier si l’on pense aux ressources minérales dont disposent l’Afrique du Sud et la Rhodésie du Sud, mais de meilleurs résultats en matière de changement structurel. L’utilisation de la coercition à grande échelle a permis de poser les bases d’économies dirigées par des Blancs, qui ont fini, en particulier en Afrique du Sud, par être assez rentables pour apporter un certain succès à une politique d’industrialisation de substitution aux importations motivée en partie par des considérations politiques. Les rentes tirées de l’exploitation des travailleurs africains ont été ainsi canalisées vers le changement structurel, bien qu’en se poursuivant le processus ait fini par causer sa propre perte et contribué à la chute du régime de l’apartheid.

48Dans leur rôle de promoteurs des institutions de marché, les régimes coloniaux ont connu des résultats très mitigés ; mais dans tous les pays d’Afrique subsaharienne, la main-d’œuvre salariée était probablement beaucoup plus abondante, les ventes de terres beaucoup plus nombreuses, et davantage de personnes plus largement dépendantes des marchés en 1960 qu’en 1890 ou 1900. Un dernier legs de la période coloniale a une relation assez floue avec la politique coloniale : la croissance constante de la population (totale) depuis 1918 a peu à peu transformé les ratios de facteurs et, globalement, fait progresser le potentiel économique à long terme du continent.

Top of page

Bibliography

Acemoglu, Daron, Simon Johnson, et James A. Robinson. 2001. The colonial origins of comparative development : An empirical investigation. American Economic Review 91 (5) : 1369-1401.

———. 2002a. An African success story : Botswana. CEPR Discussion Paper 3219. London : Centre for Economic Policy Research.

———. 2002b. Reversal of fortune : Geography and institutions in the making of the modern world income distribution. Quarterly Journal of Economics 117 (4) : 1231-1294.

Ajayi, J. F. Ade. 1969. Colonialism : An episode in African history. In Colonialism in Africa 1870-1960. Vol. 1, The history and politics of colonialism 1870-1914, ed. L. H. Gann and Peter Duignan, 137-146. Cambridge : Cambridge University Press.

Amin, Samir. 1972. L’Afrique de l’Ouest bloquée. Paris : Editions de Minuit.

Arcand, Jean-Louis, Patrick Guillaumont, et Sylviane Guillaumont Jeanneney. 2000. How to make a tragedy : On the alleged effects of ethnicity on growth. Journal of International Development 20 (7) : 925-938.

Austen, Ralph A. 1987. African economic history : Internal development and external dependency. London : James Currey.

Austin, Gareth. 1993. Indigenous credit institutions in West Africa, c. 1750-1960. In Local suppliers of credit in the Third World, 1750-1960, ed. Gareth Austin and Kaoru Sugihara, 93-159. London : Macmillan.

———. 1996a. Mode of production or mode of cultivation : Explaining the failure of European cocoa planters in competition with African farmers in colonial Ghana. In Cocoa pioneer fronts since 1800 : The role of smallholders, planters and merchants, ed. W. G. Clarence-Smith, 154-175. Basingstoke, UK : macmillan.

———. 1996b. National poverty and the « vampire state » in Ghana. Journal of International Development 8 (4) : 553-573.

———. 2005. Labour, land and capital in Ghana : From slavery to free labour in Asante, 1807-1956. Rochester, NY : Rochester University Press.

———. 2007. Labour and land in Ghana, 1879-1939 : A shifting ratio and an institutional revolution. Australian Economic History Review 47 (1) : 95-120.

———. 2008a. Resources, techniques and strategies south of the Sahara : Revising the factor endowments perspective on African economic development, 1500-2000. Economic History Review 61 (3) : 587-624.

———. 2008b. The « reversal of fortune » thesis and the compression of history : Perspectives from African and comparative economic history. Journal of International Development 20 (8) : 996-1027.

———. 2009. Cash crops and freedom : Export agriculture and the decline of slavery in colonial West Africa. International Review of Social History 54 (1) : 1-37.

———. A paraître. Markets, slaves and states in West Africa. Cambridge : Cambridge University Press.

Austin, Gareth, et Chibuike Ugochukwu Uche. 2007. Collusion and competition in colonial economies : Banking in British West Africa, 1916-1960. Business History Review 81 (1) : 1-26.

Azarya, Victor, et Naomi Chazan. 1987. Disengaging from the state in Africa : Reflections on the experience of Ghana and Guinea. Comparative Studies in Society and History 29 : 106-131.

Bauer, P. T. 1953. West African trade : A study of competition, oligopoly and monopoly in a changing economy. Cambridge : Cambridge University Press.

———. 1972. Dissent on development. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Bayart, Jean-François. 1989. L’Etat en Afrique : la politique du ventre. Paris : Librairie Arthème Fayard.

———. 2000. Africa in the world : A history of extraversion. African Affairs 99 (395) : 217-267.

Berthélemy, Jean-Claude, et Ludvig Söderling. 2001. The role of capital accumulation, adjustment and structural change for economic take-off : Empirical evidence from African growth episodes. World Development 29 (2) : 323-343.

Boone, Catherine. 1992. Merchant capital and the roots of state power in Senegal, 1930-1985. Cambridge : Cambridge University Press.

Bossuroy, Thomas, et Denis Cogneau. 2009. Social mobility and colonial legacy in five African countries. Unpublished working paper. Paris : Paris School of Economics and Institut de recherche pour le développement.

Bowden, Sue, Blessing Chiripanhura, and Paul Mosley, 2008. Measuring and explaining poverty in six African countries : A long-period approach. Journal of International Development 20 : 1049-1079.

Brett, E. A. 1973. Colonialism and underdevelopment in East Africa : The politics of economic change, 1919-1939. London : Heinemann.

Cooper, Frederick. 1996. Decolonization and African society : The labor question in French and British Africa. Cambridge : Cambridge University Press.

Cowen, M. P., et R. W. Shenton. 1991. Bankers, peasants, and land in British West Africa 1905-37. Journal of Peasant Studies 19 (1) : 26-58.

Duignan, Peter, et L. H. Gann. 1975. Economic achievements of the colonizers : An assessment. In Colonialism in Africa 1870-1960. Vol. 4, The economics of colonialism 1870-1960, ed. L. H. Gann and Peter Duignan, 673-696. Cambridge : Cambridge University Press.

Easterly, William, et Ross Levine. 1997. Africa’s growth tragedy : Policies and ethnic divisions. Quarterly Journal of Economics 112 : 1203-1250.

Fall, Babacar. 1993. Le travail forcé en Afrique occidentale française (1900-1945). Paris : Karthala.

Ferguson, Niall. 2003. Empire : How Britain made the modern world. London : Allen Lane.

Feinstein, C. H. 2005. An economic history of South Africa : Conquest, discrimination and development. Cambridge : Cambridge University Press.

Fetter, Bruce. 1976. The creation of Elizabethville, 1910-1940. Stanford : Stanford University Press.

FMI (Fonds monétaire international). 2009. Perspectives économiques régionales : Afrique subsaharienne ; surmonter la tourmente. Washington : FMI.

Forrest, Tom. 1994. The advance of African capital : The growth of Nigerian private enterprise. Edinburgh : Edinburgh University Press.

Frankel, S. Herbert. 1938. Capital investment in Africa. London : Oxford University Press.

Goerg, Odile. 1980. La destruction d’un réseau d’échange précolonial : l’exemple de la Guinée. Journal of African History 21 (4) : 467-484.

Heap, Simon. 1990. The development of motor transport in the Gold Coast, 1900-39. Journal of Transport History 11 (2) : 19-37.

Herbst, Jeffrey. 2000. States and power in Africa : Comparative lessons in authority and control. Princeton : Princeton University Press.

Hill, Polly. 1997. The migrant cocoa-farmers of southern Ghana : A study in rural capitalism. Hamburg : LIT ; Oxford : James Currey. (Orig. pub. Cambridge 1963.)

Hogendorn, J. S., et K. M. Scott. 1981. Very large-scale agricultural projects : The lessons of the East African groundnut scheme. African Economic History 10 : 87-115.

Hopkins, A. G. 1966. Economic aspects of political movements in Nigeria and the Gold Coast, 1918-39. Journal of African History 7 (1) : 133-152.

———. 1973. An economic history of West Africa. London : Longman.

———. 1978. Innovation in a colonial context : African origins of the Nigerian cocoa-farming industry, 1880-1920. In The Imperial Impact : Studies in the economic history of Africa and India, ed. Clive Dewey and A. G. Hopkins, 83-96, 341-342. London : Athlone Press.

———. 1995. Les entrepreneurs africains et le développement de l’Afrique : une perspective historique. In Entreprises et entrepreneurs africains, ed. Stephen Ellis and Yves-A. Fauré, 37-51. Paris : Karthala.

———. 2009. The new economic history of Africa. Journal of African History 50 (2) : 155-177.

Hugon, Philippe. 1993. Les trois temps de la pensée francophone en économie du développement. In Etat des savoirs sur le développement, éd. C. Choquet, O. Dollfus, E. Le Roy et M. Vernières, 43-74. Paris : Karthala.

Iliffe, John. 1979. A modern history of Tanganyika. Cambridge : Cambridge University Press.

———. 1983. The emergence of African capitalism. London : Macmillan.

———. 1995. Africans : The history of a continent. Cambridge : Cambridge University Press.

Inikori, Joseph I. 2003. The struggle against the transatlantic slave trade : The role of the state. In Fighting the slave trade : West African strategies, ed. Sylviane A. Diouf, 170-198. Athens, OH : Ohio University Press.

———. 2007. Africa and the globalization process : Western Africa, 1450-1850. Journal of Global History 2 (1) : 63-86.

Jerven, Morten. 2008. African economic growth reconsidered : Measurement and performance in East-Central Africa, 1965-1995. Ph.D. dissertation, London School of Economics.

———. 2009. The quest for the African dummy : Explaining African post-colonial economic performance revisited. Journal of International Development 21 : DOI 10.1002/jid.1603 (published early online).

Kamarck, A. M. 1964. The development of the economic infrastructure. In Economic transition in Africa, ed. Melville J. Herskovits and Mitchell Harwitz, 263-275. London : Routledge and Keegan Paul.

Kanogo, Tabitha. 1987. Squatters and the roots of Mau Mau : 1905-63. London : James Currey.

Kilby, Peter. 1975. Manufacturing in colonial Africa. In Colonialism in Africa 1870-1960. Vol. 4, The economics of colonialism, ed. L. H. Gann and Peter Duignan, 470-520. Cambridge : Cambridge University Press.

Killick, Tony. 1978. Development economics in action : A study of economic policies in Ghana. London : Heinemann.

Lal, Deepak. 2004. In praise of empires : Globalization and order. New York : Palgrave Macmillan.

Law, Robin, ed. 1995. From slave trade to « legitimate » commerce : The commercial transition in nineteenth-century West Africa. Cambridge : Cambridge University Press.

Lipton, Merle. 1986. Capitalism and apartheid : South Africa, 1910-1986. 2nd edition. Aldershot, England : Gower/Maurice Temple Smith.

Manning, Patrick. 1990. Slavery and African life : Occidental, Oriental, and African slave trades. Cambridge : Cambridge University Press.

———. 1998. Francophone Sub-Saharan Africa. 2nd edition. Cambridge : Cambridge University Press.

Marseille, Jaques. 2005. Empire colonial et capitalisme français : histoire d’un divorce. 2e édition. Paris : Albin Michel.

Miles, John. 1978. Rural protest in the Gold Coast : The cocoa hold-ups, 1908-1938. In The imperial impact : Studies in the economic history of Africa and India, ed. Clive Dewey and A. G. Hopkins, 152-170, 353-37. London : Athlone Press.

Moll, Terence. 1990. From booster to brake ? Apartheid and economic growth in comparative perspective. In The Political Economy of South Africa, ed. N. Nattrass and E. Ardington, 73-87. Oxford : Oxford University Press.

Moradi, Alexander. 2008. Confronting colonial legacies : Lessons from human development in Ghana and Kenya, 1880-2000. Journal of International Development 20 (8) : 1107-1121.

———. 2009. Towards an objective account of nutrition and health in colonial Kenya : A study of stature in African army recruits and civilians, 1880-1980. Journal of Economic History 6 (3) : 719-754.

Mosley, Paul. 1983. The settler economies : Kenya and Southern Rhodesia 1900-1963. Cambridge : Cambridge University Press.

Nattrass, N. 1991. Controversies about capitalism and apartheid in South Africa : An economic perspective. Journal of Southern African Studies 17 : 654-677.

Northrup, David. 1988. Beyond the bend in the river : African labor in eastern Zaire, 1865-1940. Athens, OH : Ohio University Press.

Nugent, Paul. 2002. Smugglers, secessionists and loyal citizens. Oxford : James Currey.

Nwabughuogu, Anthony I. 1982. From wealthy entrepreneurs to petty traders : The decline of African middlemen in eastern Nigeria, 1900-1950. Journal of African History 23 (3) : 365-379.

Olukoju A. 2001-2002. « Getting too great a grip » : European shipping lines and British West African lighterage services in the 1930s. Afrika Zamani, nº 9-10 : 19-40.

Palmer, Robin, and Neil Parsons, eds. 1977. The roots of rural poverty in Central and Southern Africa. London : Heinemann.

Phillips, Anne. 1989. The enigma of colonialism : British policy in West Africa. London : James Currey.

Phimister, I. 2000. The origins and development of manufacturing in Southern Rhodesia, 1894-1939. In A. S. Mlambo, E. S. Pangeti and I. Phimister (eds.), Zimbabwe : A history of manufacturing 1890-1995, 9-30. Harare: University of Zimbabwe Publications.

Prunier, Gérard. 1995. The Rwandan tragedy : History of a genocide 1958-1994. London : Hurst.

Ranger, Terence. 1983. The invention of tradition in colonial Africa. In E. J. Hobsbawm and Terence Ranger (eds.), The invention of tradition, 211-262. Cambridge : Cambridge University Press.

Richens, Peter. A paraître. The economic legacies of the « thin white line » : Indirect rule and the comparative development of Sub-Saharan Africa. Working Papers in Economic History. London : London School of Economics.

Rimmer, Douglas. 1992. Staying poor : Ghana’s political economy 1950-1990. Oxford : Pergamon Press for the World Bank.

Roberts, Richard L. 1996. Two worlds of cotton : Colonialism and the regional economy in the French Soudan, 1800-1946. Stanford : Stanford University Press.

Rodney, Walter. 1972. How Europe underdeveloped Africa. London : Bogle-L’Ouverture.

Sender, John, et Sheila Smith. 1986. The development of capitalism in Africa. London : Methuen.

Shea, Philip J. 2006. Big is sometimes best : The Sokoto Caliphate and economic advantages of size in the textile industry. African Economic History 34 : 5-21.

Southall, Roger J. 1975. Cadbury on the Gold Coast, 1907-38 : The dilemma of a « Model Firm » in a colonial economy. Ph.D., University of Birmingham.

Spear, Thomas. 2003. Neo-traditionalism and the limits of invention in British colonial Africa. Journal of African History 44 (1) : 3-27.

Stockwell, Sarah. 2000. The business of decolonization : British business strategies in the Gold Coast. Oxford : Oxford University Press.

Sugihara, Kaoru. 2007. The second Noel Butlin lecture : Labour-intensive industrialisation in global history. Australian Economic History Review 47 (2) : 121-154.

———. A paraître (2010). Labour-intensive industrialization in global history. In Gareth Austin and Kaoru Sugihara (eds.), Labour-intensive industrialization in global history. London : Routledge.

Tignor, Robert L. 1998. Capitalism and nationalism at the end of empire. Princeton : Princeton University Press.

Tosh, John. 1980. The cash crop revolution in tropical Africa: An agricultural reappraisal. African Affairs 79 no. 314: 79-94.

Trapido, Stanley. 1971. South Africa in a comparative study of industrialisation. Journal of Development Studies 7 (3) : 309-320.

Uche, Chibuike. 2008. Oil, British interests and the Nigerian civil war. Journal of African History 49 (1) : 111-135.

Van Beusekom, Monica M. 2002. Negotiating Development : African farmers and colonial experts at the Office du Niger, 1920-1960. Portsmouth, NH : Heinemann.

Vansina, Jan. 2001. Le Rwanda ancien : le royaume nyiginya. Paris : Karthala.

Wariboko, Nimi. 1998. A theory of the canoe house corporation. African Economic History 26 : 141-72.

Warren, Bill. 1980. Imperialism, pioneer of capitalism. London : Verso.

Wood, A., et K. Jordan. 2000. Why does Zimbabwe export manufactures and Uganda not ? Journal of Development Studies 37 (2) : 91-116.

Top of page

Notes

1  Dans cet article, on a préféré utiliser les noms actuels des anciennes colonies, notamment parce que jusque dans les années 1930, la Gold Coast ne correspondait pas à ce qui est aujourd’hui le Ghana. Mais on utilise le terme de « Rhodésie du Sud » car il serait contradictoire de parler de « Zimbabwe colonial » ; le terme de « Congo belge » est utilisé pour sa clarté puisqu’il existe aujourd’hui plusieurs Congo.

2 Pour un compte rendu général, voir Rimmer (1992, notamment 5 et 228).

3 Pour des commentaires africanistes, voir Austin (2008b) et Hopkins (2009).

4 L’historiographie est trop complexe pour pouvoir être résumée ici. Mais on peut dire que, bien que les motifs de la colonisation n’aient pas été de nature purement économique (notamment dans le cas des colonisations française et allemande), le progrès de l’industrialisation en Europe a eu un lien, à divers égards, avec la « course » à l’Afrique à laquelle les puissances européennes rivales ont fini par se livrer de façon tardive dans l’histoire de leurs empires ultramarins. Par exemple, l’industrialisation a fait baisser les coûts de la coercition et du contrôle et a créé des incitations pour (en particulier) les pays en retard en Europe (notamment le Portugal), qui sont allés chercher de nouvelles ressources outre-mer, tandis que les pays qui dominaient alors le commerce européen avec l’Afrique avaient des motifs économiques de vouloir consolider leur position par des annexions (Royaume-Uni).

5 Le constat est le même pour Madagascar, qui n’entre pas dans la discussion qui nous occupe ici.

6 Les revenus nationaux bruts en parité de pouvoir d’achat s’élevaient à 918 USD dans les anciennes colonies britanniques et à 1208 USD dans les anciennes colonies françaises.

7   Au Katanga, contrairement à l’Afrique du Sud, la main-d’œuvre noire a été « stabilisée » à partir des années 1920, les travailleurs migrants ayant été remplacés par une main-d’œuvre permanente plus réduite mais mieux payée. Le pouvoir d’achat de cette main-d’œuvre a permis d’ouvrir une partie du marché des biens manufacturés au Congo (Fetter 1976, 110-115).

8 Le PIB réel était vraisemblablement plus élevé car le secteur informel a probablement été sous-estimé. La part de l’industrie moderne n’en est que plus basse dans la mesure où celle-ci avait lieu exclusivement dans le secteur formel.

9 En 1950, l’électricité à Dakar était la plus chère au monde (Boone 1992, 66, 67n).

10 Pour des exemples de chaque période respective au Nigeria, voir Shea (2006), Warikobo (1998), Hopkins (1978) et Forrest (1994).

Top of page

References

Bibliographical reference

Gareth Austin, « Développement économique et legs coloniaux en Afrique »,International Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 1 | 2010, 11-36.

Electronic reference

Gareth Austin, « Développement économique et legs coloniaux en Afrique », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 1 | 2010, Online since 11 March 2010, connection on 25 September 2017. URL : http://poldev.revues.org/135 ; DOI : 10.4000/poldev.135

Top of page

About the author

Gareth Austin

Gareth Austin enseigne l’histoire économique de l’Afrique et l’histoire économique comparative, et plus particulièrement le développement économique dans une perspective à long terme, à la London School of Economics and Political Science.

Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org