Skip to navigation – Site map

Le développement comme champ de bataille

Irene Bono and Béatrice Hibou
Translation(s):
Development as a Battlefield

Abstract

Le développement et le conflit sont habituellement compris et présentés comme deux phénomènes antinomiques. Certaines auto-évidences causales – tels le fait que les lacunes de développement sont à l’origine de conflits, ou inversement que les conflits sociaux et politiques constituent un obstacle majeur au développement – ont connu un regain de faveur dans les débats sur les « Printemps arabes » et ont orienté les projets de développement dans la région MENA. Cette introduction explore une perspective radicalement différente. Nous appréhendons le développement comme une relation sociale complexe, impliquant une vaste constellation d’acteurs, d’intérêts, de logiques, d’espaces, de causalités et de temporalités, et le conflit dans sa pluralité de sens, comme l’expression de luttes, de formes de concurrences, de tensions, de résistances, d’oppositions et de critiques. Ainsi conçus, le conflit et le développement sont moins opposés que liés entre eux de multiples manières. Dans cette introduction, nous analysons trois configurations particulières qui caractérisent le développement comme « champ de bataille » : le conflit créateur de consensus ; le consensus comme expression du conflit ; la définition du conflit légitime. Une attention particulière est portée sur l’imbrication des temporalités qui caractérisent la formation de l’Etat et les transformations du capitalisme, et sur les conséquences du développement sur la société, sur l’affirmation de la souveraineté, sur la définition de l’ordre social et le façonnement des conduites de vie. L’étude des liens qui unissent le développement et le conflit renouvelle le regard posé sur l’injustice, les inégalités et les modes de gouvernement, mais aussi sur les façons de comprendre et d’être dans la société politique, bien au-delà de la seule région MENA.

Top of page

Full text

Nos remerciements vont aux membres de la revue, notamment à Gilles Carbonnier, Marie Thorndahl, Frances Rice, Emmanuel Dalle Mulle et Jean-François Bayart, à Didier Péclard et Yvan Droz qui ont participé au séminaire que nous avons organisé autour du numéro en septembre 2015 à l’IHEID, ainsi qu’aux deux lecteurs attentifs de l’un des premiers jets de notre introduction, Boris Samuel et un évaluateur anonyme particulièrement généreux.

1. Introduction

  • 1 Voir par exemple Elyachar (2005) sur l’auto-entreprenariat au Caire ; Bono (2010) sur les phénomène (...)
  • 2 Voir notamment Santucci et El Malki (1990) ; Henry et Sprinborg (2001). Il faut également noter la (...)
  • 3 À titre d’exemple, le Journal of Development Studies n’a fait référence à aucun pays de la région d (...)
  • 4 Camau et Vairel (2014) et Rougier et Lacroix (2015) ont abordé respectivement le cas tunisien et le (...)
  • 5 Cette conception du conflit est notamment centrale dans l’analyse proposée par Burgat et Paoli (201 (...)

1À l’exception de travaux d’anthropologie ou de sociologie historique et politique qui étudient des dynamiques très localisées1, rares sont les analyses récentes qui ont porté sur les processus de développement dans ce que l’on appelle conventionnellement la « région MENA » (Middle East and North Africa). Après les « printemps arabes », la timide ouverture sur ce thème constatée à la fin des années 1990 et dans les années 20002 a laissé place à une focalisation presqu’exclusive sur les conflits. Après 2011, les contributions portant sur la région ont été rares dans les principales revues consacrées aux questions de développement3, et les conflits ont été abordés sous l’angle des protestations et des mouvements sociaux, notamment en Tunisie et en Égypte4, ou sous celui des conflits armés et des guerres civiles, notamment à propos de la Syrie et de la Libye5.

  • 6 Rostow (1960) a été l’un des principaux représentants de ce courant de pensée. Gilman (2003) permet (...)
  • 7 Parmi les plus récents, voir notamment World Bank (2015) et USAID (2015).
  • 8 Les analyses qui considèrent ces caractéristiques comme typiques des pays de la région ne sont pas (...)

2Ce tournant analytique repose sur une multiplicité d’auto-évidences causales qui fondent une compréhension assez répandue du développement et du conflit présentés comme deux phénomènes antinomiques. Pour autant, il est toujours aussi difficile de dresser un panorama des différentes façons par lesquelles la relation entre ces deux phénomènes a été comprise au cours du temps. Considérer que le mécontentement, les mouvements sociaux, les révoltes voire les révolutions que la région MENA a connus sont en partie nés des lacunes du développement, et notamment de l’existence de poches de pauvreté, de l’insuffisante intégration des régions et de la difficile inclusion des jeunes dans le marché du travail convoque implicitement les présupposés des théories de la modernisation6. Ces dernières attribuent des vertus pacificatrices au développement : celui-ci serait vecteur d’égalité et de justice, favoriserait l’inclusion et la diffusion de la rationalité économique et permettrait ainsi d’atténuer les conflits. Dans cette perspective évolutionniste et « progressiste », le développement serait donc à même de mener une société vers une plus grande prospérité et, par voie de conséquence, vers plus d’équité, de paix et de consensus. Selon cette interprétation – adoptée par la majorité des bailleurs de fonds7 –, les conflits sociaux que connaît la région MENA naissent de l’inefficacité du développement vu comme un vecteur d’égalité ainsi que de ses effets pervers et inattendus. Ces analyses renouvellent ainsi l’argumentation classique qui veut que de supposés atavismes entravent le développement des pays de la région : réformes de façade et limites de la libéralisation économique face aux intérêts rentiers, au clientélisme ou au poids des « clans » ; influence contraignante de la religion sur les comportements économiques, et notamment sur l’inclusion des femmes ; captation des richesses par les appareils sécuritaires ou les groupes sociopolitiques liés au pouvoir8.

  • 9 Voir notamment World Bank (2005). Cet argument a été développé sur le plan analytique dans North et (...)
  • 10 L’expression est de Collier (2000a ; 2000b). Ces arguments ont également été développés dans Jean e (...)
  • 11 Au sein de la communauté des praticiens, ces arguments ont été notamment soulevés par le Comité d’a (...)
  • 12 Voir par exemple Todd (2011).
  • 13 Voir par exemple Amin et al. (2012). La presse économique et la littérature grise des bailleurs de (...)

3Les conflits sociaux qui se sont multipliés dans le sillage des printemps arabes ont souvent été considérés comme une nouvelle preuve du caractère conflictuel et instable des sociétés de la région. En écho, des versions « inversées » de cette interprétation se sont développées sous la forme d’analyses visant à définir les effets négatifs des conflits sur le développement. Dans cette perspective, le conflit est compris comme la source principale du sous-développement, ou comme faisant obstacle à la poursuite des objectifs de développement, la violence et notamment les guerres civiles étant alors perçues comme l’une des principales causes des faibles performances économiques et plus encore de l’accroissement de la pauvreté dans le monde9. Les analyses portent parfois sur les enjeux des conflits et montrent alors que la violence alimente des stratégies économiques contraires au développement. Toutes les analyses du type « greed and grievance »10 qui ont fleuri dans la seconde moitié des années 1990, avec la fin de la guerre froide et le « renouveau » des conflits armés, relèvent de ce paradigme : les ressources (ressources naturelles, ressources financières issues des organisations internationales comme des migrants, aide humanitaire) transformées en armes de guerre renforceraient non seulement les acteurs en conflit mais aussi la concurrence meurtrière pour leur accaparement11. Avec la même assurance, d’autres analystes soutiennent la thèse inverse et affirment par exemple que le fait que la Tunisie se soit révoltée la première n’est pas surprenant, notamment en raison de son niveau de développement plus élevé que celui de ses voisins – dont attestent sa démographie et le niveau d’éducation de sa population12. D’autres encore soulignent les effets négatifs des mouvements de protestation, des violences voire des guerres civiles sur le développement de la région13.

  • 14 Dans une autre perspective très intéressante mais presque inverse de la nôtre, Cramer (2006) montre (...)
  • 15 Marchal et Messiant (2002 ; 2003) ont été les pionniers de cette critique.
  • 16 Cet argument est au cœur de World Bank (2011).
  • 17 Pour une vision critique du lien entre développement et sécurité, voir Duffield (2007) et le débat (...)
  • 18 Voir par exemple Thomas et al. (2000).

4Ces différents arguments composent une succession temporelle et spatiale de relations supposément « évidentes » mais opposées, voire contradictoires ou incompatibles, une succession rendue possible par l’enchevêtrement de trois modes de raisonnement simplificateurs. Le premier est incontestablement l’adoption de conceptions très étroites des deux phénomènes étudiés : la notion de développement est entendue dans une acception limitée et économiciste qui se veut neutre et s’exprime dans le taux de croissance ; la notion de conflit est réduite à la guerre, à la violence physique ou aux protestations sociales14. Le deuxième mode de raisonnement, transposé de l’économie15, repose sur le postulat qui veut que le développement et le conflit soient indépendants l’un de l’autre. Cette approche transforme ces phénomènes complexes en « variables » permettant la recherche de régularités et conclut à une séparation des logiques de développement et des logiques de conflit, à une impossible cohabitation entre le « temps du développement » – caractérisé par une absence partielle ou totale de conflits – et le « temps du conflit » – capable en soi d’entraver les dynamiques de développement16. Enfin, le troisième mode de raisonnement, le mode causal réduit à sa plus simple expression17, inscrit la relation entre développement et conflit dans la recherche d’une causalité « toutes choses étant égales par ailleurs », mais aussi dans une analyse normative qui prétend énoncer les bonnes et les mauvaises pratiques, définir le bon et le mauvais développement, percevoir l’échec ou la réussite et mettre en évidence les effets positifs ou négatifs, bénéfiques ou pervers18.

  • 19 Pour reprendre le titre éloquent de World Bank (2003).
  • 20 Sur ces approches voir Leonhardt (2002) et Anderson (1999). Pour une analyse critique, voir Schloms (...)
  • 21 Par exemple Conflict Sensitivity Consortium (2012), How to Guide to Conflict Sensitivity, http://lo (...)
  • 22 Ces processus sont mis en exergue et analysés, dans d’autres contextes, par Hibou (2012 ; 2013) ain (...)

5Bien au-delà de la région MENA et des printemps arabes, ces modes de raisonnement fondent et nourrissent l’expertise ainsi que les projets de développement et leur bureaucratisation. La réflexion menée au sein des instances décisionnelles (par leurs intellectuels « organiques ») s’est en effet massivement orientée vers la recherche de stratégies visant à « éviter le piège du conflit » et à créer les conditions nécessaires au seul (ou principal) épanouissement des effets positifs attendus du développement19. L’approche du développement sensible aux conflits (« conflict-sensitive » approach) et ses stratégies inoffensives (« do not harm » strategies)20 reposent sur ces postulats. Les unes et les autres ont été à l’origine de la croissance exponentielle d’ingénieries en tout genre prétendant apporter des réponses adaptées à ces nouveaux enjeux des politiques de coopération au développement. Les manuels et les guides de formation consacrés à ces approches proposent une série de normes, procédures, dispositifs et instruments visant à neutraliser les conflits nés des projets de développement21. La dynamique extrêmement banale qui a permis de concevoir ces technologies, de les rendre opérationnelles et reproductibles, de les rationnaliser pour qu’elles puissent être évaluées et de les normaliser pour les rendre compatibles et comparables s’est mué en un processus de production de l’indifférence qui les a détaché de leur signification même. Paradoxalement, ce processus a produit d’autres formes de coercition et de domination que les lectures traditionnelles analysant le lien entre développement et conflit22 négligent ou passent totalement sous silence.

  • 23 Bono et al. (2015) avancent cet argument en s’inspirant de l’approche wébérienne et de sa conceptio (...)

6Les limites de ces perspectives apparaissent dès que l’on se livre à une exploration rigoureuse de la signification de ces deux termes. Au lieu de considérer le développement comme une variable explicative unidimensionnelle, il nous a semblé plus riche de le définir comme un rapport social complexe impliquant une vaste constellation d’acteurs, d’intérêts, de logiques, d’espaces, de causalités et de temporalités, un rapport social donnant nécessairement lieu à des compréhensions diversifiées. De même, si on ne le réduit pas à la guerre civile, aux mouvements de protestation et à l’usage explicite de la violence, le conflit peut apparaître comme l’expression de luttes, de formes de concurrence, de tensions, de résistances, d’oppositions et de critiques. En adoptant ces significations complexes et multidimensionnelles, l’étude des liens qui unissent le développement et le conflit renouvèle le regard posé sur l’injustice, les inégalités et les modes de gouvernement, mais aussi sur les façons de comprendre et d’être dans la société politique. Le développement ne peut dès lors qu’être porteur d’une simultanéité de tendances, de traits et d’interprétations différentes, voire contradictoires. Ce faisant, il s’inscrit plus profondément dans les luttes, les manifestations de la concurrence et l’asymétrie des rapports que dans la convergence, l’harmonie et la pacification des relations sociales23.

  • 24 Dans le sillage de ce qui est proposé dans Bayart (2016).

7En observant le développement dans sa conflictualité, nous avons cherché à dépasser les limites précédemment évoquées grâce à l’intégration de logiques d’action et de relations sociales considérées comme décalées et « hors champ » par les raisonnements normatifs et mono-causaux. La première de ces limites a trait aux rapports aux temps. À rebours des analyses qui font se succéder temporalité du développement et temporalité du conflit, nous avons cherché à comprendre leur imbrication en plaçant l’analyse de ces rapports au sein de trajectoires nationales et globales. Cette inscription dans l’histoire nous a amenées à comprendre de façon toujours contextualisée et localisée ce que le développement voulait dire, et ce faisant à comprendre ce dernier comme une multiplicité de combinaisons, non nécessairement tendues et paradoxales, entre consensus et conflit. En déplaçant la focale sur l’articulation entre le développement et le conflit ainsi définis, nous visons également à remettre en cause la pertinence de la « région MENA » comme catégorie d’analyse, dans la mesure où celle-ci homogénéise des situations politiques et des pratiques de développement extrêmement différentes24.

2. Saisir les imbrications de temporalités…

8Le regard sceptique que nous portons sur cette compréhension globalisante de la région ne nous empêche pas d’être sensibles à l’existence de quelques grands traits communs aux différentes entités qui la composent. Ainsi, ces sociétés extraverties n’ont cessé de faire dialoguer leur historicité propre, et notamment le mouvement des réformes – islah – du 19ème siècle avec la matrice occidentale du « développement » qui a émergé à la même époque. Toutes ces sociétés ont été intégrées, à leur façon, au grand récit de la nation indissociable des mouvements de mondialisation, et ont quotidiennement participé aux transformations des modes de gouvernement qui ont forgé les grands paradigmes d’intervention en matière de développement. Ce retour à l’histoire s’est imposé à nous, non pour illustrer le processus évolutionniste auquel le développement est souvent ramené, mais pour faire apparaître la diversité et l’originalité des configurations articulant développement et conflit au cours du temps et pour nous aider à saisir la pluralité des significations du développement et de ses dimensions conflictuelles dans l’ère néolibérale que nous vivons actuellement. Appréhender l’imbrication des temporalités, ce n’est pas seulement prendre en compte l’articulation entre trajectoire globale et trajectoires nationales ou régionales ; c’est aussi prendre en compte l’articulation entre temps du développement (avec leur conception spécifique de l’État et des façons de gouverner) et temps des grands événements de l’histoire (comme la fin des empires, celle de la colonisation, celle du nationalisme indépendantiste après la décolonisation ou encore celle du développement industriel), ou encore l’articulation entre temps longs des transformations marginales et temps de la contingence et des transformations brutales ou celle des temps longs des logiques intrinsèques du développement et des temps également longs mais spécifiques des mémoires.

  • 25 Comme l’ont montré Huntington (1996) et Badie (1992) dans des thèses qui ont eu un écho important d (...)
  • 26 Dans la lignée des travaux de Frank (1968), Cardoso (1969) et Amin (1970).
  • 27 Cette approche s’inspire notamment de Wallerstein (1979), Lonsdale (1981), Cooper (1981), Bayart (1 (...)

9Penser le lien entre développement et conflit nécessite tout d’abord d’inscrire l’historicité propre de la région dans le processus de mondialisation, et notamment dans la reconfiguration connexe des relations internationales. En interprétant ce phénomène sans recourir aux analyses centrées sur le clash des civilisations, sur l’importation (de l’État, de la modernité, du marché)25 ou sur la dépendance26, cette lecture met en exergue l’ambiguïté et la complexité des interactions entre deux trajectoires globales – celle des pays de la région et celle qui structure les relations internationales dans le contexte de l’hégémonie occidentale. Il est ainsi possible de comprendre les modalités concrètes par lesquelles les grands conflits géostratégiques ont façonné les idées, les dispositifs et les pratiques de développement au quotidien dans des sociétés données27.

  • 28 La Sublime Porte est le nom donné par les Ottomans à Constantinople.
  • 29 Dans le cas de la Tunisie, voir Berque (1970), Mahjoubi (1982), Tlili (1984), Kraïem (1990), Sraïeb (...)
  • 30 Sur cet aspect, voir Adam (1972), Rabinow (1995), Tozy (1999) et Hibou (2006).

10Il faut remonter au XVIIIe siècle pour saisir le processus par lequel les modèles des modernités « occidentale » et « ottomane » – ou plus généralement musulmane – se sont distingués puis confrontés pour aboutir, dès le XIXe siècle, à l’affirmation hégémonique du premier. Comme Nora Lafi le suggère dans sa contribution, les pratiques de développement de la fin du XIXe siècle ne s’inscrivaient pas dans la région dans la seule configuration ottomane et dans les rapports subtils et ambigus entre la Sublime Porte28 et les provinces. Pour les comprendre, il faut intégrer dans l’analyse les tensions entre cette configuration ottomane et le monde européen conquérant ainsi que la violence que véhiculaient les velléités coloniales des plus grandes nations européennes, notamment sur le plan économique. Durant la période coloniale, cette tension se voit dans la coexistence de convergences, d’affinités et de rencontres entre ces deux modernités, mais aussi de conflits ouverts entre elles, par exemple sur l’éducation, la réorganisation administrative ou les investissements économiques, comme en témoignent les débats qui ont eu lieu au sein même des sociétés colonisées29. Comme l’exemple marocain l’illustre de façon paradigmatique30, cette tension se lit également dans les processus d’« invention de la tradition » et d’appropriation de la tradition. L’articulation entre les temporalités du développement et du conflit trouvent l’une de ses expressions internationales dans le fonctionnement du monde bipolaire issu de la Guerre froide. Dans le cas analysé par Anouck Côrte Réal-Pinto, la « turquification » de l’industrie de défense – utilisée à la fois comme un levier du développement économique et comme le symbole d’une modernité technique –, apparaît indissociable du climat de conflit permanent propre à la Guerre froide. Membre à part entière de l’OTAN et donc appartenant incontestablement au bloc occidental, la Turquie a continuellement tenté de s’affirmer sur l’échiquier régional en s’imposant de manière « non alignée » auprès de ses pays frères. Dans le cas de l’Afghanistan analysé par Fariba Adelkhah, cet enchevêtrement transparaît dans la coexistence du temps du développement imposé par les puissances occidentales par le biais de leur aide à la reconstruction et du temps de la « guerre comme vie » qui caractérise la trajectoire nationale et crée des conflits propices à la reconduction de cet état de guerre permanent. Ces deux vécus du moment néolibéral n’épuisent évidemment pas les configurations possibles de ce croisement de trajectoires

  • 31 À propos de la diversité des principes du néolibéralisme, voir Saad-Filho et Johnston (2005), Nemo (...)

11En effet, la dimension plurielle et élastique de ce que l’on appelle le néolibéralisme explique qu’une très grande variété de formes existe derrière des principes généraux qui président à son fonctionnement (gouvernement par les normes, les procédures, les règles et les chiffres ; dissolution de la spécificité du « public » et universalisation du privé comme référentiel de gouvernement ; impératif de création de cadres propices à l’épanouissement des logiques de marché et de l’entreprise ; substitution de lois générales par le pragmatisme et des décisions au cas par cas ; substitution de la responsabilité individuelle à la responsabilité collective, etc.). Les terrains abordés dans ce numéro suggèrent donc que l’hégémonie néolibérale peut être comprise et interprétée de manière éclatée et plurielle, au-delà du paradigme uniformisant du « développement » sous les traits duquel elle apparaît le plus souvent31. Ils donnent à voir des formes directes d’interventionnisme étatique mais aussi des stratégies de délégation, le développement de pratiques évergétiques et de bienfaisance par des acteurs privés autant que le redéploiement des politiques sociales, la mobilisation d’associations et d’acteurs de la société civile aussi bien que celle des grandes administrations, l’ingénierie de la participation mais aussi celle de la planification. Grâce à cette plasticité et à l’existence d’une multiplicité de manières de se comporter et de gouverner « néolibéralement », chaque société abrite un éventail de comportements et de conduites qui peuvent aller jusqu’à l’expression d’alternatives et d’oppositions radicales. Ainsi, le consensus et les conflits peuvent exister simultanément. En ce sens, l’article de Merieme Yafout sur les activités de développement mises en œuvre par des associations islamistes marocaines qui entendent critiquer par ce biais l’action de l’État dans ce domaine montre clairement que des modèles de société a priori en opposition frontale – que certains observateurs pourraient lire sous l’angle des « chocs » de civilisation, renouvelant l’opposition entre Orient et Occident – peuvent trouver dans le paradigme néolibéral du développement à la fois un terrain d’entente et un lieu de conflit, voire de violence. La contribution d’Adriana Kemp et Talia Margalit sur les projets de développement urbain à Tel-Aviv démontre de manière convaincante que la contestation des pratiques néolibérales emprunte au répertoire du même paradigme néolibéral tout en contribuant à le renouveler.

  • 32 Sur ces aspects, voir notamment Bayart (2004 ; 2010).

12L’articulation entre développement et conflit doit ensuite se lire dans la trajectoire historique de la formation de l’État. Dans la région comme ailleurs, les conflits jalonnent et constituent cette trajectoire et marquent le passage d’une conception à l’autre du rôle de l’autorité étatique dans le développement à l’époque impériale, coloniale, nationale et néolibérale32.

  • 33 Ces oppositions sont mises en exergue dans Mitchell (1991) et Berman et Lonsdale (1992).
  • 34 Pour des analyses similaires dans d’autres contextes, voir Kuran (2003), Bonner et al. (2003), Haen (...)

13Dans le secteur de la chéchia tunisienne étudié par Nora Lafi, les stratégies déployées par les ouvriers permettent d’appréhender concrètement les tensions qui existaient entre le gouvernement impérial et les ambitions étrangères. Le premier entendait faire évoluer la production artisanale du beylik de Tunis vers une proto-industrialisation par le biais de réformes économiques et administratives, tandis que les acteurs étrangers, par la concurrence qu’ils introduisaient, légitimaient davantage le processus de mécanisation, engendrant rapidement des conflits au sein des corporations puis de l’État colonial lui-même dans son rôle d’agent du développement et de la protection du secteur. Les revendications en faveur de l’introduction du droit syndical au Soudan après la Seconde guerre mondiale – le thème de la contribution d’Elena Vezzadini –, permettent de rentrer dans le vif de deux autres conflictualités. La première oppose différentes conceptions du développement en usage dans la métropole et témoigne du passage d’un État colonial qui met en valeur et exploite à un État colonial qui responsabilise et met sous tutelle. La seconde oppose les nationalistes aux partisans d’une colonisation développementaliste susceptible de donner une orientation au futur État indépendant33. Marie Vannetzel analyse la trajectoire de l’État égyptien, emblématique de l’État-nation développementaliste et interventionniste qui s’introduit dans les groupes et les territoires au nom de l’intérêt national. Elle centre tout d’abord son propos sur les modes de gouvernement du conflit entre les autorités gouvernementales et les Frères musulmans. Elle examine ensuite les modalités par lesquelles les différentes parties en présence mobilisent cet imaginaire développementaliste au cœur de la période néolibérale, un moment propice à la lecture des conflits existant entre les multiples conceptions du rôle de l’État dans le développement. Les différentes contributions de ce numéro mettent en évidence la diversité de « ce que développer veut dire », lorsque l’État se réforme au nom du néolibéralisme : cela veut sans doute dire libéraliser mais aussi nationaliser, cela veut dire aussi intervenir de manière directe tout aussi bien que se désinvestir au nom de la rationalité et de la compétitivité du secteur privé, cela veut encore dire utiliser des intermédiaires et se servir de convergences inattendues mais aussi laisser libre cours aux forces du marché. Yasmine Berriane illustre cette tendance à partir du cas emblématique des terres collectives au Maroc. Elle montre que leur marchandisation se situe au croisement de plusieurs enjeux économiques et sociaux qui renvoient aux conflits de genre qui agitent la société, mais aussi à des oppositions entre territoires et groupes sociaux différents. Raphaëlle Chevrillon-Guibert met en exergue l’asymétrie régionale qui caractérise le développement du Soudan islamiste, une asymétrie qui s’est amplifiée sous l’effet de la forme du néolibéralisme propre à ce pays, à savoir la combinaison d’un désinvestissement institutionnel et d’une responsabilisation du secteur privé par le biais d’incitations à recourir systématiquement à la charité34.

  • 35 Sur l’Afrique, voir notamment Ferguson (1990) et Hibou (1998). Pour une réflexion plus générale sur (...)

14L’analyse du lien entre les transformations des modes de gouvernement et celles du capitalisme constitue un troisième angle d’approche de l’articulation entre développement et conflit. De nombreux travaux ont montré que, partout dans le monde, les initiatives de développement sont certes perméables aux grands paradigmes économiques internationaux mais qu’elles ne s’y soumettent pas non plus passivement : elles participent du processus d’appropriation, d’adaptation et de renouvellement des modes de gouvernement qui se trouvent ainsi légitimés dans l’exercice de leur domination35. Dans cette lignée, les contributions de ce numéro soulignent les dimensions innovantes et inventives de ce processus, des dimensions directement liées aux caractéristiques propres du capitalisme dans des configurations historiques mais aussi nationales ou régionales spécifiques.

  • 36 Cet aspect est également abordé par Hibou (2012) et Samuel (2013).

15Dans son article, Ayşe Buğra distingue le processus de développement du développementalisme défini comme une stratégie et comme un discours légitimant. À partir de la trajectoire turque, elle met au jour le processus par lequel le développement devient un savoir de gouvernement dans une situation politique donnée et montre en quoi le passage du paradigme du développement interventionniste au paradigme du développement régulateur, privatisé et décentralisé, acquiert un sens particulier et précis dans la configuration capitalistique qui la caractérise. En encourageant la décentralisation des pouvoirs, en privilégiant la régulation sur l’intervention directe et en optant pour l’évaluation des résultats plutôt que pour la planification des interventions, ces modalités néolibérales de gouverner créent de nouvelles marges d’appropriation, de négociation et d’arrangement tout en renouvelant les pratiques antérieures36. Comme le suggère l’exemple du Plan de développement de Casablanca analysé par Nadia Hachimi Alaoui, la révolution néolibérale, notamment dans son volet managérial, ainsi que les modes de gouvernement associés aux intérêts des nouveaux acteurs du capitalisme marocain se mêlent à la permanence de l’imaginaire mais aussi aux pratiques makhzéniennes d’exercice du pouvoir pour créer des espaces de négociation et des moments propices à l’action dans des domaines qui vont bien au-delà des seuls objectifs de développement. En portant leur regard sur le développement urbain de Tel-Aviv, Adriana Kemp et Talia Margalit mettent en exergue une autre caractéristique importante de la période actuelle. Elles montrent que les porteurs des projets de développement ne sont pas les seuls à donner une orientation à l’interprétation des paradigmes de gouvernement ; les protestations et les résistances contribuent aussi à inventer, reformuler et légitimer ces paradigmes, notamment parce qu’elles participent d’une même économie politique et qu’elles reflètent une même configuration capitalistique.

  • 37 C’est notamment la perspective de Cooper (2010), et Eckert et al. (2010).

16Cette lecture extrêmement souple du conflit défini comme une conflictualité sociale et politique et cette approche sensible aux trajectoires historiques et à leurs imbrications est finalement plus proche des travaux qui ont abordé l’histoire du développement sous l’angle du récit singulier d’attentes sans cesse reformulées37 que des travaux sur l’économie politique du développement. Les contributions de ce volume peuvent, d’une certaine manière, être lues comme des fragments d’histoires de développement vues par le prisme de la conflictualité et permettant la prise en compte de phénomènes sociaux très larges.

3. … pour lire l’articulation entre développement et conflit…

  • 38 Dans sa traduction de Weber, Jean-Pierre Grossein a proposé de traduire le terme allemand Veralltäg (...)
  • 39 Cette problématisation est développée par Weber : voir notamment Weber (2004 ; 2006).

17Les contributions de ce numéro s’inscrivent donc dans l’historicité de la mondialisation, de la formation des États et des transformations des modes de gouvernement pour saisir les liens qui unissent ces facteurs aux temps du développement et l’articulation entre développement et conflit. Elles capturent les multiples figures du développement et les modalités des conflits qu’elles véhiculent en diversifiant les angles et les échelles d’observation. Il est par exemple possible de reconstruire cette variété de figures à différentes échelles en examinant les termes vernaculaires, les traductions locales ou les synonymes utilisés dans des situations précises pour parler de développement, mais aussi les mots qui lui sont souvent mais très diversement associés. Cette richesse permet de mieux rendre compte de la complexité de la relation entre développement et conflit dès lors que l’on s’éloigne de l’analyse abstraite et générale pour observer la « quotidianisation38 » du développement à travers ce qu’il implique au concret. Ce dossier pose donc un regard spécifique sur ce phénomène dans la mesure où il associe au développement ses conséquences dans le domaine de l’organisation de la vie sociale, de l’affirmation de la souveraineté, de la définition de l’ordre social et du façonnement des « conduites de vie »39.

  • 40 Sur notre conception du gouvernement du social, nous nous permettons de renvoyer nos travaux antéri (...)

18Pour analyser le développement et les conflits qui peuvent en découler au quotidien, il convient donc d’analyser en premier lieu la réorganisation de la vie sociale selon un modèle étatique privilégiant la continuité ou la stabilité territoriale, l’uniformité ethnique de la population, la primauté de l’individu sur le groupe et la concurrence entre individus. En analysant l’aide internationale en tant que dispositif et en tant que savoir à l’échelle d’une région (celle de Bamyan, en Afghanistan), Fariba Adelkhah montre que le développement peut enclencher un processus d’ethnicisation et de confessionnalisation des participants à l’économie politique de l’aide mais aussi un processus de territorialisation et donc d’affirmation identitaire. Son article suggère que l’aide au développement ne succède pas nécessairement au conflit, même quand elle a vocation à soutenir la reconstruction d’une région. Au contraire, elle permet aux conflits de se perpétuer au-delà de la guerre ouverte en les alimentant en ressources et en leur fournissant une grammaire. Cette grammaire du développement transforme les conflits qui se manifestaient autrefois sous une forme guerrière en leur conférant une nature diffuse et plurielle, mais pas nécessairement moins cruelle, comme le démontre l’exacerbation de la violence autour des conflits fonciers, ethniques et de genre. L’angle microsocial choisi par Yasmine Berriane permet l’observation d’un processus de cette nature incarné par le mouvement des soulaliyates. Ce mouvement, né au Maroc suite à l’intensification de la marchandisation des terres collectives autrefois détenues par les tribus, est mené par des femmes qui luttent contre leur exclusion du processus de répartition des profits résultant de la cession de ces terres. Yasmine Berriane montre que la grande idée du développement peut aussi mener à la satisfaction d’enjeux bassement pécuniaires, et surtout que les initiatives de développement sont susceptibles d’intensifier les inégalités sociales par le biais d’une valorisation asymétrique du territoire et de la tribalisation des individus qui l’habitent. En filigrane, le mouvement des soulaliyates témoigne du fait que les différentes exigences en matière foncière peuvent fonder des antagonismes entre ville et campagne, entre différents modes d’exploitation agricole mais aussi entre couches sociales différentes. Raphaëlle Chevrillon-Guibert analyse les pratiques caritatives mises en œuvre par les commerçants darfouriens du souk Libya de Khartoum au profit de leur région d’origine. Faute d’aide internationale et de politiques sociales, les activités caritatives des commerçants sont devenues le principal pilier du développement territorial et de la lutte contre la famine au Darfour comme à Khartoum. En transformant la charité en « gouvernement du social »40, ces initiatives confortent sans aucun doute le projet de civilisation porté par le gouvernement islamiste. Mais ils contribuent aussi à l’ethnicisation et à la communautarisation de la solidarité, aux antipodes de la rhétorique islamiste. Ainsi, sur fond de pérennisation de la guerre au Darfour, des conflits se manifestent entre différentes générations de commerçants fortunés, mais aussi entre des clientèles antagonistes, des groupes sociaux et des territoires qui rivalisent tous pour bénéficier de l’aide.

19Ce numéro approche également les liens qui unissent le développement et le conflit par une analyse des implications qu’ont eues les initiatives de développement sur l’émergence d’une autorité politique souveraine ainsi que sur les modalités parfois conflictuelles d’affirmation, d’exercice et de légitimation de la souveraineté dans une société donnée. La diversité des échelles et des points de vue choisis par les auteurs met en évidence la spécificité, en fonction des époques, des conflits de développement sur la conception de la souveraineté. En étudiant la période ottomane tardive, Nora Lafi rend compte des effets du développement sur les processus d’affirmation et de légitimation de l’autorité politique. Les pétitions qui dénonçaient l’effondrement du secteur de la chéchia dans la province ottomane de Tunisie remettaient en cause le bien-fondé de l’insertion dans le commerce international comme modalité de développement. La protestation contre une concurrence internationale considérée comme déloyale et contre la détérioration des conditions de vie des ouvriers suite à la mécanisation du secteur dénonçait également une nouvelle forme d’ingérence et de domination étrangère et critiquait l’autorité ottomane devenue aux yeux des artisans un agent actif de la mondialisation. Les conflits entre le centre de l’empire et les provinces ainsi que ceux qui ont opposé différents intérêts économiques dans la province tunisienne étudiée se sont mêlés aux conflits avec les puissances européennes pour ouvrir la voie à la colonisation et à la perte de souveraineté.

20À l’autre extrémité temporelle de l’expérience coloniale, la contribution d’Elena Vezzadini sur le Soudan met en lumière des conflits de souveraineté comparables qui émergent à l’occasion de la lutte nationale. Dans l’immédiat après Seconde guerre mondiale, la première législation sur l’emploi a été introduite sous l’impulsion du mouvement syndical soudanais naissant et de l’orientation développementaliste de la puissance coloniale, influencée par le paradigme keynésien qui dominait en Angleterre à cette époque. Dans un contexte colonial, le fait que le modèle de développement prenne en compte le droit à l’emploi a ouvert la voie à une interprétation du développement comme une question de citoyenneté, de souveraineté et d’ordre sociopolitique. Ainsi, en marge du conflit nationaliste qui donnera naissance à un gouvernement soudanais souverain en 1956, on a assisté à une véritable démultiplication des conflits qui opposaient différents niveaux de l’administration, différentes générations de fonctionnaires, mais aussi différentes composantes du mouvement nationaliste, différents groupes ethniques et différents intérêts économiques. En reconstruisant la trajectoire de l’industrie de défense turque durant et après la Guerre froide, Anouk Corte Real propose un autre angle d’observation de cette problématique de la souveraineté. Les efforts officiellement déployés par les autorités publiques en matière de défense et la stratégie quasi continue (mais toujours incomplète, voire impossible) de « turquification » du complexe militaro industriel sont présentés à la fois comme un exemple, une preuve et une condition du développement économique, technologique et politique du pays. Ces investissements constituaient un pilier de l’exercice de la souveraineté interne : au cœur de la légitimité gouvernementale depuis plusieurs décennies, ils ont incontestablement étayé l’action du gouvernement visant à désamorcer le conflit avec les oppositions. Plus encore, ils ont permis la reconnaissance de la survie de l'État et de la nation et sous-tendu la puissance et la grandeur d’un pays soucieux de s’affirmer sur l’échiquier international au nom d’un conflit perpétuellement considéré comme latent. Le terme turc kalkınma exprime magistralement cette idée puisqu’il revêt le sens de développement mais aussi de redressement et de guérison. Dans une certaine mesure, la lecture graduée (plus ou moins, mieux ou pire) du développement s’est mué en une lecture binaire (vie ou mort de l'État) qui a forcé le consensus sur fond de conflits.

  • 41 La réflexion menée par Ayşe Buğra (2007), qui saisit cette question sous l’angle des pratiques inég (...)
  • 42 Il s’agit de l’une des idées centrales des travaux de Gramsci (1975). Sur le concept de désarticula (...)

21L’analyse des implications quotidiennes du développement permet aussi d’observer les caractéristiques de l’ordre sociopolitique qui se façonne par son intermédiaire41. À ce niveau, les conflits de développement peuvent également opposer des acteurs différents, des groupes aux intérêts antagonistes et des visions du monde incompatibles. Dans une perspective gramscienne, les différentes conceptions du monde qui coexistent de façon incohérente, désarticulée et fragmentaire sont à l’origine d’une dynamique continue de reformulation des présupposés qui disciplinent le vivre ensemble par le biais des conflits qu’ils peuvent déclencher42. Cette troisième perspective du dossier repose sur les travaux de Gramsci mais aussi sur ceux d’autres auteurs comme Polanyi (1944). Ayşe Buğra propose de définir l’économie comme une discipline et comme un savoir pour saisir l’enchevêtrement de ces différents niveaux de conflit en Turquie. Elle montre que le discours sur le développement est porteur d’un ordre socioéconomique de progrès, de modernisation et de cohésion sociale et englobe des politiques économiques issues de théories différentes et parfois même opposées. Cependant, en tant que savoir historiquement et idéologiquement situé, le conflit ne s’exprime pas uniquement sous sa forme théorique ou idéologique. En analysant les stratégies de développement économique promues en Turquie avant et après l’insertion du pays dans le marché mondial, il est possible d’appréhender les clivages territoriaux, ethniques et de classe qui divisent la société turque ainsi que les ressorts de l’ordre politique qui ont accompagné les conflits sociaux, notamment ceux qui ont ciblé les Arméniens et la société rurale traditionnelle avant la libéralisation ou plus récemment les conflits qui ont opposé les élites urbaines laïques aux nouvelles élites issues de l’islam politique.

  • 43 Le wali est le représentant de l’Etat au niveau territorial, comparable au préfet français. Voir Ha (...)
  • 44 Cette participation des mouvements de contestation à la consolidation de l’ordre néolibéral en Isra (...)

22La stratégie de développement de la ville Casablanca analysée par Nadia Hachimi Alaoui est emblématique d’un ordre sociopolitique fondé sur l’initiative privée, la concurrence territoriale et la dévolution du pouvoir au nom de la proximité. À travers les différentes initiatives fondées sur la participation et la concertation, les contours de la notions de développement semblent si peu précis que celui-ci peut faire office d’instrument de gouvernement et de domination, et ce malgré les conflits qui opposent différents niveaux d’autorité politique mais aussi différents intérêts économiques. Ces conflits qui se jouent dans les espaces non formels à la marge du plan de développement ont contribué à façonner l’ordre sociopolitique qui caractérise aujourd’hui Casablanca en valorisant une vision apolitique du développement, en le technicisant par l’expertise, en excluant les élus des concertations officielles tout en les intégrant dans les espaces non formels de négociation et en conférant au wali43 le statut de grand acteur du développement. La ville est aussi le niveau d’observation choisi par Adriana Kemp et Talia Margalit pour étudier les conflits que le développement véhicule avec lui en façonnant les modes de gouvernement et l’ordre sociopolitique. En complémentarité avec les analyses précédentes, elles montrent que les mouvements de protestation contre la construction de grandes tours à Tel-Aviv permettent de saisir les enjeux de cohésion sociale et d’intérêt public du développement urbain. En ne ciblant que des aspects partiels et circonscrits des choix urbanistiques, ces mouvements, souvent perçus comme anti-néolibéraux et se pensant comme tels, ne résistent pas à la « néolibéralisation » de l’espace urbain et de l’ordre sociopolitique mais y participent pleinement. Des conflits diffus relatifs au financement des services publics et à la privatisation de l’espace urbain existent derrière les différends entre les promoteurs des projets urbanistiques et leurs détracteurs, sans remettre en cause l’ordre néolibéral44.

  • 45 Voir notamment Weber (2004 ; 2006).
  • 46 Cette problématique, que nous avons adoptée pour analyser le gouvernement du social au Maroc (Bono (...)

23À la suite de Weber, les auteurs des articles de ce dossier tiennent également compte du fait que le développement peut être un vecteur d’expression et de construction de « conduites de vie » qui caractérisent différents « types d’homme »45. La multiplicité d’« intérêts matériels et idéels » dont ceux-ci sont porteurs peut donner lieu à une cohabitation, à une confrontation voire, parfois, à une opposition entre différentes manières de se comporter et de concevoir la vie des individus en société. La « constellation » d’intérêts, de logiques et de comportements que le développement fait converger ne suppose pas l’existence d’une harmonie spontanée et pacifiée mais des ajustements permanents qui résultent de conflits, d’antagonismes, de luttes, de mises en concurrence et de rapports asymétriques qui font émerger des conceptions du monde et des univers différents, voire antagoniques46. Dans cette quatrième et dernière perspective, les auteurs ont souvent choisi les mouvements islamistes comme point de départ pour explorer les liens qui unissent le développement et le conflit. Marie Vannetzel et Merieme Yafout étudient respectivement les Frères musulmans en Égypte et le mouvement d’Al Adl wal-Ihsan au Maroc en utilisant des échelles d’observation différentes. Marie Vannetzel centre sa réflexion sur la continuité de l’imaginaire développementaliste avant et après la chute de Mubarak, ainsi que sur les tensions entre les imaginaires et les pratiques de développement qui en découlent. Merieme Yafout, quant à elle, porte son regard sur un quartier de Casablanca pour analyser les activités promues par une association de développement dont les adhérentes sont des sympathisantes du mouvement. Dans le cas égyptien, le développement est problématisé par le biais de la distribution de bienfaits et du déploiement de l’esprit de service, alors que, dans le cas marocain, il est appréhendé comme un processus d’émancipation et de construction de « conduites de vie » fondées sur l’épanouissement social, économique et spirituel. En allant au-delà de l’existence supposée d’un conflit entre une voie laïque et une voie islamique de développement (une idée systématiquement utilisée dans les discours politiques, la communauté des praticiens du développement et les débats publics), il est possible de mettre en évidence des conflits beaucoup plus subtils entre des blocs non figés, des conflits qui ne cessent de se redéployer à travers des manières concrètes de vivre en société.

4. … et reconnaître la coexistence entre consensus et conflit sur le champ de bataille du développement

24Le « développement » apparaît ainsi tout à la fois comme un discours, une pratique, une idéologie, un paradigme, un dispositif, une fiction et un rapport de pouvoir. Plus important encore, les articles réunis dans ce numéro rappellent que la signification du développement vu comme une action sociale ne peut être qu’historique et culturelle. S’ils mettent en exergue des différences nationales ou régionales, ils illustrent aussi la réalité de la mondialisation et de ses hégémonies idéologiques et culturelles. Le développement apparaît comme un indicateur pertinent du degré de mondialisation de la région MENA, dont la situation politique est trop souvent analysée comme spécifique ou exceptionnelle. Tous ces articles replacent les expériences nationales dans une trajectoire conditionnée par des paradigmes généralistes et globaux. Les conceptions du développement ne sont pas identiques, et leurs liens avec les conflits sont non seulement pluriels mais aussi indéfinis et instables. Dès lors que l’on ne se situe pas de façon abstraite et générale mais l’on observe le développement au quotidien, cette richesse permet de mieux saisir la complexité de la relation entre développement et conflit.

  • 47 Nous avons longuement développé cet argument dans Bono et Hibou (2016), à partir de Weber (2006 et (...)
  • 48 Sur les multiples significations du sujet dans les processus de gouvernement, voir aussi la lecture (...)

25Au-delà de ces variations, apparaît une caractéristique commune : le développement permet de construire un consensus indissociable de l’expression de conflits. Ce paradoxe n’est qu’apparent quand on se défait des visions simplistes du consensus. Dans la perspective wébérienne et gramscienne que nous avons adoptée, la convergence des normes, des pratiques et des intérêts ne résulte ni d’une action intentionnelle ni d’une supposée harmonie ni d’un partage de valeurs, de conceptions ou de significations47. La multiplicité des points de vue et des compréhensions, les divergences d’intérêts ainsi que la pluralité des logiques d’action alimentent au contraire une dynamique continue de reformulation des implicites qui permettent le vivre ensemble, précisément par le biais des conflits qu’ils ne cessent de déclencher. Sous cet angle, la distinction entre développeurs et développés – tout comme celle entre gouvernants et gouvernés ou entre dominants et dominés – est de peu d’intérêt pour penser les rapports entre développement et conflit : tout acteur participe d’une conception du monde dans laquelle le développement se construit comme un objet consensuel, tout en contribuant à préserver cette conception, à la modifier, et à en créer de nouvelles48.

  • 49 Ces questions sont abordées dans Rist (1996) et Cooper (2010).
  • 50 Sur la problématisation en termes de friction, voir Tsing (2004).
  • 51 Dans une même démarche, à propos du gouvernement du social, Hibou et Bono (2016).

26À partir de croyances et d’imaginaires partagés, le développement s’impose comme indiscutable49. Deux facteurs au moins contribuent à expliquer ce consensus. En premier lieu, le savoir économique sur le développement tend à être considéré comme un savoir technique, objectif et autonome. Cette posture repose sur la fiction qui veut que la sphère économique soit indépendante de tous les processus politiques et capable de s’autoréguler. Le caractère consensuel du développement provient en partie du fait que les initiatives entreprises en son nom sont généralement construites et envisagées à partir d’outils qui se veulent techniques et neutres dans le but d’intervenir sur des problématiques considérées comme objectives. En remettant en cause l’objectivité du développement, on reconnaît le fait qu’il peut être un lieu d’expression de la subjectivité, des valeurs et de la morale. De la même façon, le fait que les grands paradigmes du développement soient légitimés au niveau international et que l’expertise qui les accompagne soit souvent étrangère – quand l’aide ne l’est pas directement – contribue à conférer au développement une apparente neutralité qui facilite le consensus. En remettant en cause la neutralité des interventions étrangères, on reconnaît que le développement peut revêtir des significations différentes dans des situations politiques précises. En second lieu, le lien construit entre développement et imaginaires de la modernisation, du progrès et de la rationalité contribue également à l’établissement de ce consensus : le développement est unanimement considéré comme un objectif désirable. Au-delà de la connotation morale positive généralement associée au développement, il convient d’examiner attentivement les processus de hiérarchisation des priorités et des intérêts ainsi que les inégalités et asymétries dont toute initiative de développement est porteuse. En choisissant comme objet d’étude les « conflits de développement », nous avons voulu centrer notre réflexion sur les « frictions »50 que véhicule toute expérience de développement. Ce parti pris nous a permis de prendre simultanément en considération différents conflits ainsi que différents types de compréhension et d’appréhension du développement et du consensus qui se construit autour de lui, tout en définissant le développement comme un « champ de bataille » sur lequel se jouent la hiérarchisation, la discrimination et, en dernière instance, les processus de domination51. Les situations analysées dans les différents articles ont permis de mettre en exergue trois configurations qui ont donné sa structure à ce numéro spécial.

  • 52 Voir Gramsci (1975). L’analyse de la terminologie gramscienne menée par Frosini et Liguori (2004) m (...)
  • 53 Pour emprunter la terminologie proposée par Schumpeter (1951).

27La première partie intitulée « les conflits créateurs de consensus » regroupe une série d’articles qui montrent notamment que les conflits relatifs à l’organisation de la vie sociale, à l’affirmation d’une souveraineté, à la définition d’un ordre social ou à la construction de « conduites de vie » contribuent à créer un consensus sur le développement, ou du moins à le conforter. Les conflits sont nécessaires pour qu’une certaine conception du développement devienne hégémonique. L’hégémonie, comme l’affirme Gramsci, nait des conflits et se perpétue à travers eux52. Pour appréhender ces conflits, il convient de penser les rapports de pouvoir et de domination sans se limiter à la coercition et à l’exercice de la force physique et d’accorder toute l’attention nécessaire aux mécanismes qui permettent à des valeurs et à des intérêts d’être considérés comme vrais et naturels, alors même qu’ils reposent sur des processus discriminatoires et hiérarchiques. Sous cet angle, le passage entre les différents paradigmes de développement hégémoniques constitue un moment propice pour observer la capacité des conflits à créer un consensus. En étudiant respectivement la phase d’affirmation du développementalisme néolibéral en Turquie et le rôle de l’industrialisation dans la modernisation de la province ottomane de Tunisie, Ayşe Buğra et Nora Lafi montrent que les conflits qui accompagnent le passage d’un consensus à un autre sont liés à des dynamiques de « destruction créatrice »53 qui ponctuent les transformations du capitalisme. À partir du cas du Soudan au tournant de son indépendance, Elena Vezzadini met moins en exergue le rôle des transformations internes du capitalisme que celui des paradigmes qui articulent le capitalisme et la lutte pour l’instauration d’un État national indépendant et modernisateur. Enfin, Merieme Yafout souligne l’importance du laisser-faire et du désengagement dans le processus d’affirmation d’un consensus sur une vision hégémonique du développement au Maroc.

  • 54 Weber (2006), mis en évidence par Grossein (2006).

28Les articles de la deuxième partie, intitulée « le consensus comme expression du conflit », mettent en lumière différents exemples de consensus sur le développement comme modalité par excellence d’expression de tensions et conflits allant bien au-delà dudit développement. En effet, le développement n’est jamais le fait d’un unique groupe d’acteurs qui en prendrait l’initiative. Il doit être compris comme le résultat d’un écheveau de relations et d’une constellation d’actions sociales portées par une grande diversité d’acteurs plutôt que comme une action publique explicite, déterminée, circonscrite et univoque (une vision caractéristique des analyses des politiques publiques classiques). Au-delà de la thématique des courtiers et des intermédiaires, il importe de prendre en considération les acteurs par lesquels le développement est porté et interprété, ceux qui lui donnent sa couleur et son sens par leur style, leur ethos mais aussi par leurs conduites. En d’autres termes, on ne peut comprendre les dimensions concrètes et conflictuelles du développement qu’en prenant en compte les personnes que Weber appelaient les « porteurs » du développement54. En les considérant dans toute leur diversité, il est possible d’observer le processus par lequel leurs actions consensuelles relevant du développement peuvent devenir le principal champ d’expression des conflits : ces derniers se concrétisent dans les diverses conceptions du bien commun, de l’intérêt général et du développement ainsi que dans les multiples modalités par lesquelles ces objectifs peuvent être atteints, des modalités qui renvoient à des conceptions différentes de l’État et de l’exercice du pouvoir. Les consensus sur le développement peuvent ainsi être vecteur de perpétuation et d’exacerbation des conflits, comme dans la province afghane de Bamyan analysée par Fariba Adelkhah. Inversement, Adriana Kemp et Talia Margalit montrent, par leur analyse des mouvements de contestation des projets urbanistiques à Tel-Aviv, que les conflits peuvent paradoxalement exprimer un consensus. Ce dernier peut aussi dissimuler des conflits de réseaux, de pouvoir et de temporalité, comme ceux qui s’expriment dans la mise en œuvre du plan de développement de la ville de Casablanca étudié par Nadia Hachimi Alaoui. Marie Vannetzel apporte enfin une autre vision de ce rapport entre consensus et conflit en montrant qu’en Égypte, toute la machine du développement a abrité pendant des décennies des conflits de position entre l’élite nationaliste et les Frères musulmans et qu’elle se met à l’arrêt dès lors qu’un conflit se défait en faveur d’une des parties en jeu.

  • 55 Bono (2014) a analysé en ces termes la construction de l’« indigent responsable » et du « jeune emp (...)

29La troisième partie du numéro, intitulée « la définition des conflits légitimes », aborde le thème de ce dossier sous l’angle privilégié de la contribution des initiatives de développement à l’appréhension des questions de légitimité. Le développement ne peut être neutre, à moins d’être ineffectif. Il n’apparaît pas ici sous les traits naïfs, techniques, apolitiques et aseptisés qui lui sont souvent associés, mais se présente comme une action sociale inégalitaire puisque ciblée – même si cette cible est extrêmement large –, une action qui privilégie certains objectifs et priorités au détriment d’autres, même si les uns et les autres sont nombreux et contradictoires. Le développement est par définition une action qui différencie et discrimine, souvent au nom de la lutte contre les inégalités55. Il n’en est pas moins une action sociale qui influence les processus de légitimation en modifiant les représentations de l’État, de l’espace politique et de la justice sociale. La dimension conflictuelle du développement apparaît clairement dans la façon d’apprécier ses résultats, de comprendre les inégalités et de gérer les injustices dont il est porteur mais aussi de prendre acte ou non de la violence inhérente à toute action sociale. Le consensus néolibéral sur le développement défini comme un processus de modernisation, de réforme et d’extension du marché peut alors provoquer une distinction entre conflits légitimes et conflits illégitimes, comme le suggère Yasmine Berriane lorsqu’elle analyse la marchandisation des terres collectives au Maroc. Dans le cas soudanais, Raphaëlle Chevrillon-Guibert met en lumière le fait que les asymétries constitutives du consensus sur le développement peuvent aussi être créatrices de conflits. À partir du cas turc, Anouk Corte Real nous rappelle, quant à elle, qu’il est indispensable de comprendre les biais par lesquels le consensus national-libéral qui fonde la fiction développementaliste rend les conflits acceptables, tolérables, marginaux ou encore légitimes.

30Il nous semble que cette triple perspective contribue au renouvellement des approches généralement adoptées par les travaux de sciences sociales pour lire la situation sociopolitique et économique de la région MENA.

  • 56 À titre d’exemple, voir Salamé (1994), Waterbury (1994) et Ayubi (1996). Ces analyses qui visent à (...)
  • 57 Voir notamment Beblawi et Luciani (1987), Richards et Waterbury (1996) et Henry et Springborg (2001 (...)
  • 58 Selon la problématisation de Polanyi (1944).
  • 59 Parmi les réfractaires à cette tendance, voir Yacobi (2009) et Peraldi et Tozy (2011). Pour une ana (...)

31En premier lieu, elle bat en brèche la thèse de l’exceptionnalité de ces pays. Celle-ci se décline sous différentes formes, dont celle de l’ingouvernabilité des sociétés de la région. L’opposition intrinsèque entre l’État et la population – liée à l’extranéité du premier et à l’indiscipline de la seconde, ou encore au fait que les acteurs étatiques soient détachés des dynamiques sociales – expliquerait l’alternance des périodes de soumission et de révolte, et rendrait ces sociétés ingouvernables56. La contribution d’Adriana Kemp et Talia Margalit ainsi que celle d’Ayşe Buğra suggèrent que le moment néolibéral ne peut être réduit à une opposition entre l’État et la société. Elles mettent au contraire en lumière une hégémonie sous-jacente aux conflits qui rapproche façons de gouverner et façons de s’opposer. En d’autres termes, les pratiques néolibérales forment un socle commun à partir duquel se déploient des rapports, des intérêts et des dynamiques dans lesquels s’enchevêtrent conflits et consensus, domination et résistance, inclusion et exclusion. La thèse de l’exceptionnalité se décline aussi sous la forme des imperfections du marché. Souvent thématisé sous l’angle des économies de rente – notamment dans le cas des pays pétroliers et de ceux qui vivent de l’exploitation d’autres ressources naturelles ou géopolitiques licites ou illicites –, cet argument repose sur une lecture historiciste de l’évolution de ces pays et sur l’idée qui veut que les expériences impériales et coloniales aient imposé des limites à l’économie de marché57. Nora Lafi, Elena Vezzadini, Yasmine Berriane et Anouk Corte Real remettent en cause cette interprétation en avançant notamment trois arguments : la nature intrinsèquement autochtone du marché, l’importance des mouvements nationaux dans son appropriation et le processus continu de réinvention qu’il subit actuellement, notamment par le biais de la mise sur le marché progressive de « marchandises fictives »58. Enfin, les articles de ce numéro proposent une critique implicite de cette thèse de l’exceptionnalité dans le cadre urbain. À quelques exceptions significatives près, la littérature relative aux villes dans la région MENA considère que ces dernières ne sont touchées que marginalement par la mondialisation, et uniquement de façon passive59. Nadia Hachimi Alaoui, Adriana Kemp et Talia Margalit montrent au contraire que les analyses menées à l’échelle urbaine permettent une lecture fine de l’imbrication de l’espace de la ville et des dynamiques de mondialisation.

  • 60  La remise en question du rapport entre islam et modernité est le thème traité par Lewis (2003) et (...)
  • 61 Les travaux de Kepel (1984 ; 2000) reposent sur l’idée qui veut que l’islamisme soit un bloc monoli (...)
  • 62 À la suite de Haenni (2005) et Tozy et Hibou (2015).
  • 63 Cet argument est omniprésent dans la littérature grise et le débat public. Différentes analyses sci (...)

32En second lieu, cette triple perspective permet de relativiser, voire de contrer les thèses qui considèrent l’islam et la force du sentiment d’appartenance ethnique comme des entraves aux dynamiques de développement. Dans la droite ligne des théories de la modernisation, celles-ci affirment que l’islam et l’ethnicité reposent sur des valeurs et des croyances incompatibles avec la modernité, la rationalité et la technicité du développement60. Par ailleurs, le faible niveau de développement alimenterait la montée en puissance de l’islam politique et la persistance de l’ethnicité61. Les contributions de Merieme Yafout, Marie Vannetzel, Raphaëlle Chevrillon et Anouk Corte Real suggèrent l’existence de liens différents entre développement et islam politique. Elles montrent que l’islam politique utilise « banalement » des stratégies d’extraversion et des rhétoriques internationales à la mode et affirment qu’il est devenu par ce biais aussi « développementaliste » que les courants politiques laïcs et qu’il participe au même titre que les autres mouvances politiques au paradigme néolibéral. Ces auteures défendent également l’idée que les référentiels religieux constituent une source de légitimité alternative pour de nouvelles élites et permettent la création de nouvelles alliances qui dépolitisent les inégalités au nom de la solidarité musulmane62. En explorant la réinvention de l’ethnicité et des liens sociaux et politiques par les dynamiques de développement, Fariba Adelkhah et Yasmine Berriane permettent en outre d’aborder autrement le rapport entre ethnicité et développement. La conception du rôle et de la place des femmes dans les sociétés musulmanes ou méditerranéennes est souvent évoquée dans cette littérature comme une autre entrave au développement63. Yasmine Berriane et Merieme Yafout abordent les questions de genre sous un angle très différent et montrent que les femmes participent au renouvellement des rapports de force au sein des mouvements politiques et, plus encore, que leurs prises de position en tant que femmes contribuent à la légitimation de certaines luttes (et donc à la délégitimation de bien d’autres) et à l’inclusion de certains acteurs (et donc à l’exclusion de certains autres).

  • 64 Pour une histoire de la violence dans la région, voir Bozarslan (2008).
  • 65 Notre critique implicite de la pensée en termes « d’aires culturelles » rejoint l’analyse qu’a expl (...)
  • 66 Cette belle formule est bien évidemment empruntée à Enzo Traverso (2012), dont la démarche qui arti (...)

33Enfin, ce travail de réflexion sur le développement par le biais du lien entre conflit et consensus permet de revoir à nouveaux frais les problématiques de la violence dans la région64. Les différentes approches nous invitent à penser la violence à partir des asymétries constitutives de la société plutôt que de l’examiner frontalement en tant que phénomène distinct, ces asymétries étant considérées comme des composantes normales et banales des relations politiques et de l’exercice du pouvoir et non comme des traits propres aux pays de la région MENA. En définitive, plusieurs de nos partis pris convergent pour opérer une déconstruction de la notion de région MENA définie comme une aire culturelle et géopolitique aux contours précis ou comme un ensemble homogène caractérisé par des tendances communes en matière de développement65. En privilégiant un moment situé (le moment néolibéral) et en développant notre argument à partir de lieux spécifiques (des lieux géographiques mais aussi sectoriels, économiques ou culturels), ce numéro explore sous un angle nouveau des topos souvent considérés comme caractéristiques de cette région pour mettre en exergue la diversité des configurations de développement et donc des articulations possibles entre développement et conflit. En multipliant les approches disciplinaires – de l’histoire à l’économie politique en passant par l’anthropologie et la sociologie politique –, nous avons laissé de côté le cadre géographique ou régional pour adopter celui de l’articulation entre global et local, et notamment les points de vue nécessairement locaux sur la mondialisation. Le développement n’est pas analysé ici comme une variable explicative ou comme une conséquence inéluctable, et encore moins comme le révélateur d’une « culture » stabilisée et de la « nature » des sociétés. Il est défini comme un ensemble de rapports sociaux complexes et de rapports de force qui oscillent continuellement entre le consensus et les conflits, une définition qui met en lumière l’extrême diversité des situations observées. C’est ce qui nous a poussé à construire ce numéro en prenant la liberté de ne pas rester fidèles aux contours conventionnellement attribués à cette aire culturelle et de ne chercher ni régularités ni convergences ni divergences. L’Algérie, la Lybie, la Syrie et la Jordanie ne figurent pas parmi les pays étudiées, mais nous proposons des analyses relatives à certaines situations politiques fréquemment laissées en marge ou en dehors des frontières supposées de la région, notamment la Turquie et l’Afghanistan pour des raisons « ethniques », le Soudan pour des raisons « géographiques » et Israël pour des raisons « religieuses » et historiques. On l’aura compris, la région MENA n’a constitué pour nous qu’un prétexte, un lieu concret pour penser de façon générale et générique le développement comme « champ de bataille » 66.

Top of page

Bibliography

Abu-Sada, C. et B. Challand (eds) (2011) Le développement, une affaire d'ONG? Associations, Etats et bailleurs dans le monde arabe (Paris : Karthala).

Adam, A. (1972) Casablanca, Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l'Occident, Vol. 1-2 (Paris : Editions du CNRS).

Allegra, M., I. Bono, J. Rokem, A. Casaglia, R. Marzorati et H. Yacobi (2013) ‘Rethinking cities in contentious times: The mobilisation of urban dissent in the “Arab Spring”’, Urban Studies, 50(9), pp. 1675-1688, DOI : 10.1177/0042098013482841.

Ambrosetti, D., D. Chandler et V. Foucher (2012) ‘Autour d’un livre : Mark Duffield, Development, Security and Unending War’, Politique africaine, 125(1), pp. 215-232, DOI : 10.3917/polaf.125.0215.

Amin, M., R. Assaad, N. al-Baharna, K. Dervis, R. M. Desai, N. S. Dhillon, A. Galal, H. Ghanem, C. Graham et D. Kaufmann (2012), After the Spring. Economic Transitions in the Arab World (Oxford, New York : Oxford University Press).

Amin, S. (1970) L’accumulation à l’échelle mondiale. Critique de la théorie du sous-développement (Paris : Anthropos).

Anderson, M. (1999) Do No Harm. How Aid Can Support Peace - or War (Londres : Lynne Rienner).

Arrighi, G. (1994) The Long Twentieth Century. Money, Power, and the Origins of Our Times (New York : Verso).

Ayubi, N. (1996) Over-Stating the Arab State: Politics and Society in the Middle East (Londres : Tauris).

Badie, B. (1992) L’Etat importé. Essai sur l’occidentalisation de l’ordre politique (Paris: Fayard).

Bayart, J.-F. (2016) ‘“Dessine-moi un MENA !”, ou l’impossible définition des “aires culturelles”’, Sociétés politiques comparées, 38, http://www.fasopo.org/sites/default/files/varia1_n38.pdf (consulté le 13 juillet 2016).

Bayart, J.-F. (2010) L’islam républicain. Ankara, Téhéran, Dakar (Paris: Albin Michel).

Bayart, J.-F. (2004) Le Gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation (Paris: Fayard).

Bayart, J.-F. (1989) L'Etat au Cameroun (Paris: Presses de la Fondation nationale des sciences politiques).

Beblawi, H. et G. Luciani (eds) (1987) The rentier state, Vol. 2. (Londres, New York: Routledge).

Ben Achour, S. (1996) Aux sources du droit moderne tunisien. La législation tunisienne en période coloniale, thèse d’Etat de droit, Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis.

Ben Néfissa, S. (ed) (2011) ‘Protestations sociales, révolutions civiles. Transformations du politique dans la Méditerranée arabe’, Revue Tiers Monde (numéro spécial), 5, https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2011-5.htm (consulté le 13 juillet 2016).

Berman, B. et J. Lonsdale (1992) Unhappy Valley. Conflict in Kenya and Africa, 2 vol. (Londres : James Currey ; Nairobi : Heinemann Kenya ; Athens : Ohio University Press).

Berque, J. (1970) Le Maghreb entre deux guerres (Paris : Seuil).

Bonner, M., M. Ener et A. Singer (eds) (2003) Poverty and Charity in Middle Eastern Contexts (New York : State University of New York Press).

Bono, I. (2014) ‘Indigenti responsabili e giovani occupabili. Il governo neoliberale di chi “merita” assistenza in Marocco’, Meridiana, 79, pp. 127-150, http://www.viella.it/rivista/9788867282814/3327 (consulté le 13 juillet 2016).

Bono, I. (2010) In nome della società civile. Un caso di sviluppo partecipato in Marocco (Milan : Guerini).

Bono, I. et B. Hibou (2016) ‘Gouverner le vivre ensemble’ in B. Hibou et I., Bono (eds), Le Gouvernement du social au Maroc (Paris : Karthala).

Bono, I., B. Hibou, H. Meddeb et M. Tozy (2015) L’Etat d’injustice au Maghreb. Maroc et Tunisie (Paris : Karthala).

Bozarslan, H. (2008) Une histoire de la violence au Moyen-Orient: de la fin de l'Empire ottoman à Al-Qaida (Paris: La Découverte).

Buğra, A. (2007) ‘Poverty and Citizenship: An Overview of the Social-Policy Environment in Republican Turkey’, International Journal of Middle East Studies, 39(01), pp. 33-52, DOI: 10.1017/S0020743807212528.

Burgat, F. et B. Paoli (2013) Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013) (Paris : La Découverte).

CAD-OCDE (Comité d’aide au développement, OCDE) (1997) Les conflits, la paix et la coopération pour le développement à l'aube du XXIe siècle (Paris : Éditions OCDE).

Camau, M. et F. Vairel (2014) Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabe (Montréal : Presses universitaires de Montréal).

Cammett, M., I. Diwan, A. Richards et J. Waterbury (2015) A Political Economy of the Middle East (Boulder, Londres : Westview Press).

Canesse, A.-A. (2014) Les politiques de développement en Tunisie: De la participation et de la gouvernance sous l’ère Ben Ali (Paris: Archives contemporaines).

Cardoso, F-H. (1969) Dépendance et développement en Amérique latine (Paris : PUF).

Catusse, M., B. Destremau et E. Verdier (eds) (2010) L'Etat face aux débordements du social au Maghreb: formation, travail et protection sociale (Paris: Karthala).

Chang K.-S., B. Fine et L. Weiss (eds) (2012) Developmental Politics in Transition. The Neoliberal Era and Beyond (Basingstoke, New York : Palgrave Macmillan).

Collier, P. (2000a) Economic Causes of Civil Conflict and their Implications for Policy, (Washington. D.C. : The World Bank), http://web.worldbank.org/archive/website01241/WEB/0__CO-62.HTM (consulté le 13 juillet 2016).

Collier, P. (2000b) ‘Doing Well out of War : An Economic Perspective’, in M. Berdal et D. Malone (eds) Greed and Grievance : Economic Agendas of Civil Wars (Boulder : Lynne Rienner).

Collier, P. et A. Hoeffler (2004) ‘Greed and Grievance in Civil War’, Oxford Economic Papers 56(4), pp. 563-595, DOI: 10.1093/oep/gpf064.

Collier, P. et A. Hoeffler (2002) ‘On the Incidence of Civil War in Africa’, Journal of Conflict Resolution, 46(1), 13-28, DOI : 10.1177/0022002702046001002.

Conflict Sensitivity Consortium (2012) How to Guide to Conflict Sensitivity, http://local.conflictsensitivity.org/wp-content/uploads/2015/04/6602_HowToGuide_CSF_WEB_3.pdf (consulté le 13 juillet 2016).

Cooper, F. (1981) ‘Africa and the world economy’, The African Studies Review, 24 (2-3), juin-septembre, pp.1-86, http://www.hsozkult.de/journal/id/zeitschriftenausgaben-5504 (consulté le 13 juillet 2016).

Cooper, F. (2010) ‘Writing the History of Development’, Journal of Modern European History, 8(1), pp. 5-37.

Cramer, C. (2006) Civil War is not a Stupid Thing. Accounting for Violence in Developing Countries (London : Hurst).

Dardot, P., et C. Laval (2009) La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale (Paris : La Découverte).

Duffield, M. (2007) Development, Security and Unending War. Governing the World of Peoples (Cambridge : Polity Press).

Eckert, A., S. Malinowski et C. Unger (eds) (2010) ‘Modernizing Missions: Approaches to "Developing" the Non-Western World after 1945’, special issue of the Journal of Modern European History, 8(1), http://www.hsozkult.de/journal/id/zeitschriftenausgaben-5504 (consulté le 13 juillet 2016).

Elyachar, J. (2005) Markets of Dispossession. NGO’s Economic Development and the State in Cairo (Durham : Duke University Press).

Fellous, G. (2015) Daech - Etat Islamique. Cancer d'un monde arabo-musulman en recomposition. Un conflit international long et incertain (Paris : L'Harmattan).

Ferguson, J. (1990) The Anti-Politics Machine: 'Development', Depoliticization and Bureaucratic Power in Lesotho (Cambridge: Cambridge University Press).

Fernández Molina, I. (2011) ‘The Monarchy vs. the 20 February Movement: Who Holds the Reins of Political Change in Morocco?’, Mediterranean Politics, 16(3), pp. 435-441, DOI : 10.1080/13629395.2011.614120.

Frank, A.-G. (1968) Capitalisme et sous-développement en Amérique latine (Paris : Maspéro).

Frosini, F. et G. Liguori (2004) Le parole di Gramsci: per un lessico dei Quaderni del carcere (Rome : Carocci).

Gellner, E. et J. Waterbury (eds) (1977) Patrons and Clients in Mediterranean societies (Londres : Duckworth).

Gilman, N. (2003) Mandarins of the Future. Modernization Theory in Cold War America (Baltimore, Londres : The John Hopkins University Press).

Gramsci, A. (1975) Quaderni del carcere (Turin : Einaudi).

Grossein, J.-P. (2016) ‘Leçon de méthode wébérienne’ in M. Weber, Concepts fondamentaux de sociologie, introduit et traduit par J.-P. Grossein (Paris : Gallimard), pp. 9-90.

Grossein, J.-P. (2006) ‘Présentation’ in M. Weber, Sociologie des religions (Paris : Gallimard), pp. 51-114.

Grossein, J.-P. (2005) ‘De l’interprétation de quelques concepts wébériens’, Revue française de Sociologie, 46-4, pp. 685-721.

Hachimi Alaoui, N. (2016) ‘Gouverner par moments. Le wali dans les transports urbains à Casablanca’ in B. Hibou et I. Bono (eds) Le gouvernement du social au Maroc (Paris : Karthala), pp. 83-120.

Haenni, P. (2005) L’Islam de marché. L’autre révolution conservatrice (Paris : Seuil).

Henry, C. M. et R. Springborg, (2001) Globalization and the Politics of Development in the Middle East (Cambridge : Cambridge University Press).

Heydemann, S. (2004) Networks of Privilege in the Middle East : The Politics of Economic Reform Revisited (Basingstoke, New York : Palgrave Macmillan).

Hibou, B. (ed.) (2013) La bureaucratisation néolibérale (Paris : La Découverte).

Hibou, B. (2012) La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale (Paris : La Découverte).

Hibou, B. (2011) Anatomie politique de la domination (Paris : La Découverte).

Hibou, B. (2009) ‘Le réformisme, grand récit politique de la Tunisie contemporaine’, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2009/5 (56-4 bis), pp. 14-39, https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2009-5-page-14.htm (consulté le 13 juillet 2016).

Hibou, B. (2006) ‘Maroc: d’un conservatisme à l’autre’, Legs colonial et gouvernance contemporaine, Les Etudes du Fasopo, pp. 154-196, http://www.fasopo.org/sites/default/files/legscolonial2_bh_1206.pdf (consulté le 27 juillet 2016).

Hibou, B. (1998) ‘Economie politique du discours de la Banque mondiale en Afrique: du catéchisme économique au fait (et méfait) missionnaire’, Les Etudes du CERI, 39, http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/etude39.pdf (consulté le 13 juillet 2016).

Hibou, B. et I. Bono (eds) (2016) Le gouvernement du social au Maroc (Paris : Karthala).

Huntington, S. P. (1996) The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order (New York : Simon and Schuster).

Jean, F. et J.-C. Rufin (eds.) (1996) Économie des guerres civiles (Paris : Hachette).

Kaldor, M. (1999) New and Old Wars. Organized Violence in a Global Era (Standford : Stanford University Press).

Kandiyoti, D. (ed.) (1991) Women, Islam and the State (Philadelphia: Temple University Press).

Kemp, A. et N. Berkovitch (2013) ‘Gouvernance pédagogique et financiarisation de la vie quotidienne. La fabrique de la microfinance pour les femmes marginalisées en Israël’, In B. Hibou (ed.) La bureaucratisation néolibérale (Paris : La Découverte), pp. 23-47.

Kepel, G. (2000) Jihad. Expansion et déclin de l'islamisme (Paris: Gallimard).

Kepel, G. (1984) Le Prophète et Pharaon (Paris: La Découverte).

Kraïem, M. (1990) Pouvoir colonial et mouvement national. La Tunisie des années trente, tome 1 : Crise et renouveau (Tunis : Alif).

Kuran, T. (2003) ‘Islamic Redistribution through Zakat : Historical Record and Modern Realities’ in M. Bonner, M. Ener et A. Singer (eds) Poverty and Charity in Middle Eastern Contexts (New York : State University of New York Press), pp. 275-294.

Laurie, N. et L. Bondi (eds) (2005) Working the Spaces of Neoliberalism (Oxford: Blackwell).

Leonhardt, M. (2002) ‘Providing Aid Agencies with Tools for Conflict-Sensitive Practice: Lessons Learned from Peace and Conflict Impact Assessment (PCIA)’, Journal of Peacebuilding & Development, 1(1), pp. 39-56, DOI : 10.1080/15423166.2002.185405868970.

Lewis, B. (2003) What Went Wrong ? The Clash Between Islam and Modernity in the Middle East (New York: Harper).

Lonsdale, J. (1981) ‘States and Social Processes in Africa : A Historiographical Survey’, African Studies Review, 24(2-3), pp. 139-225.

Mahjoubi, A. (1982) Les origines du mouvement national en Tunisie, 1904-1934 (Tunis : Publications de l’Université de Tunis).

Malik, A. et A. Bassem (2013) ‘The Economics of the Arab Spring’, World Development, 45, pp. 296-313, DOI : 10.1016/j.worlddev.2012.12.015.

Marchal, R. et C. Messiant (2003) ‘Les guerres civiles à l’ère de la globalisation. Nouvelles réalités et nouveaux paradigmes’, Critique internationale, 18(1), pp. 91-112, DOI : 10.3917/crii.018.0091.

Marchal, R. et C. Messiant (2002) ‘De l’avidité des rebelles. L’analyse économique des guerres civiles selon Paul Collier’, Critique internationale, 16(3), pp. 58-69, DOI : 10.3917/crii.016.0058.

Masud, M. K., A. Salvatore et M. Van Bruinessen (2009) Islam and Modernity. Key Issues and Debates (Édimbourg : Edinburgh University Press).

Mernissi, F. (1987) Le harem politique. Le Prophète et les femmes (Paris : Albin Michel).

Mitchell, T. (1991) Colonising Egypt (Berkeley, Los Angeles : University of California Press).

Nemo, P. et J. Petitot (eds) (2006) Histoire du libéralisme en Europe (Paris : PUF).

North, D., J.-J. Wallis, S. Webb et B. Weingast, (2013) In the Shadow of Violence. Politics, Economics and the Problems of Development (Cambridge : Cambridge University Press).

Ong, A. (2006) Neoliberalism as Exception. Mutations in Citizenship and Sovereignty (Londres: Duke University Press).

Peck, J. (2010) Constructions of Neoliberal Reason (Oxford, New York : Oxford University Press).

Peck, J. et N. Theodore (2015) Fast Policy. Experimental Statecraft at the Thresholds of Neoliberalism (Minneapolis : University of Minnesota Press).

Peraldi, M. et M. Tozy (2011) Casablanca. Figures et scènes métropolitaines (Paris : Karthala).

Plehwe, D., B. Walpen et G. Neunhöffer (eds) (2006) Neoliberal Hegemony. A Global Critique (Londres : Routledge).

Polanyi, K. (1944) The Great Transformation: The Political and Economic Origins of our Time (Boston: Beacon Press).

Prestipino, G. (2009) ‘Disgregato-disgregazione’, dans G. Liguori et P. Voza (eds), Dizionario gramsciano (Rome : Carocci), http://dizionario.gramsciproject.org/ (consulté le 13 juillet 2016).

Rabinow, P. (1995) French Modern. Norms and Forms of the Social Environment (Chicago, Londres : University of Chicago Press).

Richards A. et J. Waterbury (eds) (1996) A Political Economy of the Middle East (Boulder, Londres : Westview Press).

Rist, G. (1996) Le développement. Histoire d’une croyance occidentale (Paris : Presses de Sciences Po).

Rougier, B. et S. Lacroix (eds) (2015) L'Egypte en révolutions (Paris : PUF).

Rostow, W. W. (1960) The Stages of Economic Growth. A Non-Communist Manifesto (Cambridge: Cambridge University Press), DOI : 10.1017/CBO9780511625824.

Ruiz de Elvira, L. (2013) Associations de bienfaisance et ingénieries politiques dans la Syrie de Bachar al-Assad : émergence d’une société civile autonome et retrait de l’Etat ?, thèse de doctorat en sciences politiques, Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales et Universidad Autonoma de Madrid.

Saad-Filho, A. et D. Johnston (eds) (2005) Neoliberalism. A Critical Reader (Londres : Pluto Press).

Salamé, G. (ed) (1994) Democracy without democrats? The renewal of politics in the Muslim world (Londres : IB Tauris).

Santucci, J.-C. et H. El Malki (eds) (1990) Etat et développement dans le monde arabe. Crises et mutations au Maghreb (Aix-en-Provence: Etudes de l'annuaire de l'Afrique du Nord).

Samuel, B. (2014) ‘Statistics and Political Violence: Reflections on the Social Conflict in 2009 in Guadeloupe’, Partecipazione e Conflitto, 7(2), 238-257, DOI: 10.1285/i20356609v7i2p237.

Samuel, B. (2013) La production macroéconomique du réel, formalités et pouvoirs au Burkina Faso, en Mauritanie et en Guadeloupe, thèse de doctorat en sciences politiques, Institut d’Etudes Politiques de Paris.

Sbeih, S. (2014) La “professionnalisation” des ONG en Palestine : entre pression des bailleurs de fonds et logique d’engagement, thèse de doctorat en sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Schloms, M. (2005) ‘Le dilemme inévitable de l’action humanitaire’, Cultures & Conflits, 60, pp. 85-102, http://conflits.revues.org/1924.

Schumpeter, J. (1951) Capitalisme, socialisme et démocratie (Paris : Payot).

Singer, A. (2008) Charity in Islamic Societies (Cambridge : Cambridge University Press).

Sraïeb, N. (1995) Le Collège Sadiki de Tunis, 1875-1956. Enseignement et nationalisme (Paris : Editions du CNRS).

Springborg, R. (2011) ‘The political economy of the Arab Spring’, Mediterranean Politics, 16(3), pp. 427-433, DOI : 10.1080/13629395.2011.613678.

Thomas, V., M. Dailimi, A. Dhareshwar, D. Kaufmann, N. Kishor, R. Lopez et W. Yan (2000) The Quality of growth (Washington D.C. : World Bank) http://documents.worldbank.org/curated/en/2000/09/693286/quality-growth (consulté le 13 juillet 2016).

Tlili, B. (1984) Nationalisme, socialisme et syndicalisme dans le Maghreb des années 1919-1934, 2 volumes (Tunis : Publications de l’Université de Tunis).

Todd, E. (2011) Allah n’y est pour rien ! Sur les révolutions arabes et quelques autres (Paris : Le Publieur, Arrêt sur Images).

Tozy, M. et B. Hibou (2015) ‘L’offre islamique de justice sociale. Politique publique ou question morale ?’ in I. Bono, B. Hibou, H. Meddeb et M. Tozy (eds) L’Etat d’injustice au Maghreb. Maroc et Tunisie (Paris : Karthala), pp. 153-207.

Tozy, M. (1999) Monarchie et islam politique au Maroc (Paris : Presses de Sciences Po).

Tsing, A. L. (2004) Friction : An Ethnography of Global Connection (Princeton, Oxford: Princeton University Press).

Traverso, E. (2012) L’histoire comme champ de bataille. Interpréter les violences du XXe siècle (Paris : La Découverte).

USAID (2015) Survey of USAID’s Arab Spring challenges in Egypt, Tunisia, Lybia and Yemen, Report No. 8-000-15-001-S (Frankfurt : Office of Inspector General), https://oig.usaid.gov/sites/default/files/audit-reports/8-000-15-001-s.pdf (consulté le 13 juillet 2016).

Wallerstein, I. (1979) The Capitalist World Economy (Paris : Editions de la Maison des Sciences de l’Homme ; Cambridge : Cambridge University Press).

Waterbury, J. (1994) ‘Democracy without democrats? The potential for political liberalization in the Middle East’, in Salamé G. (ed.), Democracy without democrats. The renewal of politics in the Muslim world (Londres : IB Tauris) pp. 23-47.

Weber, M. (2016) Concepts fondamentaux de sociologie, introduit et traduit par J.-P. Grossein (Paris : Gallimard).

Weber, M. (2006) Sociologie des religions, traduit et présenté par J.-P. Grossein (Paris : Gallimard).

Weber, M. (2004) Ethique protestante et esprit du capitalisme suivi d’autres essais, traduit et présenté par J.-P. Grossein (Paris : Gallimard).

Weber, M. (1978) Economy and Society. An Outline of Interpretive Sociology, G. Roth and C. Wittich (eds) (Berkeley : University of California Press).

World Bank (2015) MENA Economic Monitor. Inequality, uprisings, and conflict in the Arab World (Washington D.C. : World Bank) https://openknowledge.worldbank.org/bitstream/handle/10986/22711/9781464807350.pdf?sequence=4 (consulté le 11 juillet 2016).

World Bank (2011) World Development Report 2011. Conflict, Security and Development (Washington D.C. : World Bank) http://siteresources.worldbank.org/INTWDRS/Resources/WDR2011_Full_Text.pdf (consulté le 11 juillet 2016).

World Bank (2005) Development and Aid Effectiveness: What have we learned, what are we doing, where are we going? (Washington D.C. : World Bank) http://siteresources.worldbank.org/INTRES/Resources/469232-1127252519956/Overview_Note_Dev_and_Aid_Effect_06.23.05.pdf (consulté le 13 juillet 2016).

World Bank (2003) Breaking the Conflict Trap. Civil War and Development Policy (Washington D.C. : The World Bank) DOI : 10.1596/978-0-8213-5481-0.

Yacobi, H. (2009) The Jewish-Arab city. Spatio-politics in a mixed community (Londres, New York: Routledge).

Top of page

Notes

1 Voir par exemple Elyachar (2005) sur l’auto-entreprenariat au Caire ; Bono (2010) sur les phénomènes participatifs dans la ville marocaine d’El Hajeb ; Canesse (2014) sur les politiques de développement en milieu rural dans la Tunisie de Ben Ali. Mis en œuvre entre 2008 et 2011, le programme ANR « Tanmia. Le développement : fabrique de l’action publique dans le Monde arabe ? » a notamment contribué à alimenter les études sur les dynamiques de développement dans la région. Parmi les travaux réalisés dans ce cadre voir Catusse et al. (2010) ; Abu-Sada et Challand (2011) ; Ruiz de Elvira (2013) ; Sbeih (2014).

2 Voir notamment Santucci et El Malki (1990) ; Henry et Sprinborg (2001). Il faut également noter la fondation du Middle East Development Journal en 2009.

3 À titre d’exemple, le Journal of Development Studies n’a fait référence à aucun pays de la région depuis son volume 46-10 de novembre 2010 jusqu’au volume 50-9 de septembre 2014. En ne publiant aucun article faisant référence aux printemps arabes depuis 2011, le Middle East Development Journal a choisi une ligne éditoriale significative. Dans la même tendance, la Revue Tiers Monde a consacré en 2011 un numéro spécial aux conflits et mouvements de protestations dans la région : voir Ben Néfissa (2011).

4 Camau et Vairel (2014) et Rougier et Lacroix (2015) ont abordé respectivement le cas tunisien et le cas égyptien sous cet angle.

5 Cette conception du conflit est notamment centrale dans l’analyse proposée par Burgat et Paoli (2013). Elle fonde également l’analyse du rôle de Daech dans le monde arabe proposée par Fellous (2015).

6 Rostow (1960) a été l’un des principaux représentants de ce courant de pensée. Gilman (2003) permet d’approfondir la réflexion sur le rapport entre développement et conflit dans les théories de la modernisation.

7 Parmi les plus récents, voir notamment World Bank (2015) et USAID (2015).

8 Les analyses qui considèrent ces caractéristiques comme typiques des pays de la région ne sont pas particulièrement récentes. Parmi les premiers à les mettre en évidence, on peut notamment évoquer Gellner et Waterbury (1977) et plus tard Heydemann (2004). Après les printemps arabes, ces arguments ont constitué le cœur des différentes études sur l’« économie politique des printemps arabes », parmi lesquelles Springborg (2011), Malik et Bassem (2013), Cammett et al. (2015).

9 Voir notamment World Bank (2005). Cet argument a été développé sur le plan analytique dans North et al. (2013).

10 L’expression est de Collier (2000a ; 2000b). Ces arguments ont également été développés dans Jean et Rufin (1996), Kaldor (1999) et Collier et Hoeffler (2002 ; 2004).

11 Au sein de la communauté des praticiens, ces arguments ont été notamment soulevés par le Comité d’aide au développement (CAD-OCDE, 1997).

12 Voir par exemple Todd (2011).

13 Voir par exemple Amin et al. (2012). La presse économique et la littérature grise des bailleurs de fonds regorgent d’articles ou rapports sur le sujet.

14 Dans une autre perspective très intéressante mais presque inverse de la nôtre, Cramer (2006) montre que les conflits examinés par le prisme du développement sont réduits à une réalité trop simple.

15 Marchal et Messiant (2002 ; 2003) ont été les pionniers de cette critique.

16 Cet argument est au cœur de World Bank (2011).

17 Pour une vision critique du lien entre développement et sécurité, voir Duffield (2007) et le débat autour de ce livre dans la revue Politique africaine (Ambrosetti et al., 2012).

18 Voir par exemple Thomas et al. (2000).

19 Pour reprendre le titre éloquent de World Bank (2003).

20 Sur ces approches voir Leonhardt (2002) et Anderson (1999). Pour une analyse critique, voir Schloms (2005). Ces arguments ont surtout été développés dans la littérature grise. Voir à titre d’exemple : Collaborative for Development Action, http://www.cdainc.com ou http://territoires.ecoledelapaix.org/mali/methode-do-no-harm (consultés le 13 juillet 2016).

21 Par exemple Conflict Sensitivity Consortium (2012), How to Guide to Conflict Sensitivity, http://local.conflictsensitivity.org/wp-content/uploads/2015/04/6602_HowToGuide_CSF_WEB_3.pdf. Voir aussi le « ressource pack » de PFO, CECORE, CHA, FEWER : International Alert, Saferworld, Conflict-Sensitive Approaches to Development, Humanitarian Assistance and Peacebuilding. A Resource pack, http://www.saferworld.org.uk/resources/view-resource/148-conflict-sensitive-approaches-to-development-humanitarian-assistance-and-peacebuilding (consultés le 13 juillet 2016).

22 Ces processus sont mis en exergue et analysés, dans d’autres contextes, par Hibou (2012 ; 2013) ainsi que par Samuel (2013 ; 2014).

23 Bono et al. (2015) avancent cet argument en s’inspirant de l’approche wébérienne et de sa conception conflictuelle des relations sociales (Weber, 2016).

24 Dans le sillage de ce qui est proposé dans Bayart (2016).

25 Comme l’ont montré Huntington (1996) et Badie (1992) dans des thèses qui ont eu un écho important dans le monde académique et politique.

26 Dans la lignée des travaux de Frank (1968), Cardoso (1969) et Amin (1970).

27 Cette approche s’inspire notamment de Wallerstein (1979), Lonsdale (1981), Cooper (1981), Bayart (1989) et Arrighi (1994).

28 La Sublime Porte est le nom donné par les Ottomans à Constantinople.

29 Dans le cas de la Tunisie, voir Berque (1970), Mahjoubi (1982), Tlili (1984), Kraïem (1990), Sraïeb (1995), Ben Achour (1996). Pour une synthèse, voir Hibou (2009).

30 Sur cet aspect, voir Adam (1972), Rabinow (1995), Tozy (1999) et Hibou (2006).

31 À propos de la diversité des principes du néolibéralisme, voir Saad-Filho et Johnston (2005), Nemo et Petitot (2006), Plehwe et al. (2006), Dardot et Laval (2009) et Peck (2010). Sur la diversité des pratiques néolibérales, parmi beaucoup d’autres, voir Laurie et Bondie (2005), Ong (2006), Chang et al. (2012) et Peck et Theodore (2015).

32 Sur ces aspects, voir notamment Bayart (2004 ; 2010).

33 Ces oppositions sont mises en exergue dans Mitchell (1991) et Berman et Lonsdale (1992).

34 Pour des analyses similaires dans d’autres contextes, voir Kuran (2003), Bonner et al. (2003), Haenni (2005) et Singer (2008).

35 Sur l’Afrique, voir notamment Ferguson (1990) et Hibou (1998). Pour une réflexion plus générale sur cet aspect, voir Hibou (2011).

36 Cet aspect est également abordé par Hibou (2012) et Samuel (2013).

37 C’est notamment la perspective de Cooper (2010), et Eckert et al. (2010).

38 Dans sa traduction de Weber, Jean-Pierre Grossein a proposé de traduire le terme allemand Veralltäglichung par « quotidianisation » et non par « routinisation » (une traduction antérieure directement influencée par la traduction anglaise) pour éviter la connotation négative, voire péjorative associée à ce terme. Voir Grossein (2006, 68 et 123-124).

39 Cette problématisation est développée par Weber : voir notamment Weber (2004 ; 2006).

40 Sur notre conception du gouvernement du social, nous nous permettons de renvoyer nos travaux antérieurs, notamment Hibou et Bono (2016).

41 La réflexion menée par Ayşe Buğra (2007), qui saisit cette question sous l’angle des pratiques inégales de citoyenneté, est particulièrement utile pour développer cette perspective.

42 Il s’agit de l’une des idées centrales des travaux de Gramsci (1975). Sur le concept de désarticulation dans la pensée de ce dernier, voir Prestipino (2009).

43 Le wali est le représentant de l’Etat au niveau territorial, comparable au préfet français. Voir Hachimi Alaoui (2016).

44 Cette participation des mouvements de contestation à la consolidation de l’ordre néolibéral en Israël avait déjà été soulignée à propos de la micro-finance par Kemp et Berkovitch (2013). Pour une analyse générale de ce processus à l’heure néolibérale, voir Hibou (2012). De façon théorique, ce processus avait déjà été mis en exergue par Weber (1978).

45 Voir notamment Weber (2004 ; 2006).

46 Cette problématique, que nous avons adoptée pour analyser le gouvernement du social au Maroc (Bono et Hibou 2016) est élaborée par Weber (2016). Voir Grossein (2005 ; 2016).

47 Nous avons longuement développé cet argument dans Bono et Hibou (2016), à partir de Weber (2006 et 2016) et de Gramsci (1975).

48 Sur les multiples significations du sujet dans les processus de gouvernement, voir aussi la lecture du concept foucaldien de gouvernementalité dans la mondialisation proposée par Bayart (2004).

49 Ces questions sont abordées dans Rist (1996) et Cooper (2010).

50 Sur la problématisation en termes de friction, voir Tsing (2004).

51 Dans une même démarche, à propos du gouvernement du social, Hibou et Bono (2016).

52 Voir Gramsci (1975). L’analyse de la terminologie gramscienne menée par Frosini et Liguori (2004) met en exergue cet aspect.

53 Pour emprunter la terminologie proposée par Schumpeter (1951).

54 Weber (2006), mis en évidence par Grossein (2006).

55 Bono (2014) a analysé en ces termes la construction de l’« indigent responsable » et du « jeune employable » comme catégories-cibles de l’aide au développement au Maroc.

56 À titre d’exemple, voir Salamé (1994), Waterbury (1994) et Ayubi (1996). Ces analyses qui visent à établir le gagnant du bras de fer entre l’État et la société civile partagent cette vision : voir par exemple Fernández Molina (2011).

57 Voir notamment Beblawi et Luciani (1987), Richards et Waterbury (1996) et Henry et Springborg (2001).

58 Selon la problématisation de Polanyi (1944).

59 Parmi les réfractaires à cette tendance, voir Yacobi (2009) et Peraldi et Tozy (2011). Pour une analyse critique de cette littérature dans le contexte des « printemps arabes », voir Allegra et al. (2013).

60  La remise en question du rapport entre islam et modernité est le thème traité par Lewis (2003) et plus récemment par Masud et al. (2009).

61 Les travaux de Kepel (1984 ; 2000) reposent sur l’idée qui veut que l’islamisme soit un bloc monolithique dont la naissance remonterait, essentiellement, à une alliance entre une jeunesse déshéritée et une bourgeoisie pieuse.

62 À la suite de Haenni (2005) et Tozy et Hibou (2015).

63 Cet argument est omniprésent dans la littérature grise et le débat public. Différentes analyses scientifiques et ouvrages de vulgarisation ont tenté de dépasser ces stéréotypes. Voir, parmi les premiers, Mernissi (1987) et Kandiyoti (1991).

64 Pour une histoire de la violence dans la région, voir Bozarslan (2008).

65 Notre critique implicite de la pensée en termes « d’aires culturelles » rejoint l’analyse qu’a explicitement développé Jean-François Bayart (2016) sur ce sujet.

66 Cette belle formule est bien évidemment empruntée à Enzo Traverso (2012), dont la démarche qui articule histoire des idées, histoire des pratiques et histoire des contextes nous a inspirées.

Top of page

References

Electronic reference

Irene Bono and Béatrice Hibou, « Le développement comme champ de bataille », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 8.0 | 2017, Online since 08 September 2017, connection on 21 September 2017. URL : http://poldev.revues.org/2448 ; DOI : 10.4000/poldev.2448

Top of page

About the authors

Irene Bono

Irene Bono est maître de conférences en science politique au département Cultures, Politique et Société de l’Université de Turin, en Italie. Elle est également chercheure associée Centre de Recherche, Économie, Société et Culture (CRESC) de l’Université Mohamed VI Polytechnique de Rabat au Maroc. Ses intérêts de recherche sont centrés sur le gouvernement de l’inégalité, et sur le rôle des acteurs non institutionnels dans la formation et les transformations de l’Etat.

Béatrice Hibou

Béatrice Hibou est directrice de recherche au CNRS, affectée au Centre d’Études et de Recherches Internationales (CERI) à SciencesPo Paris. Elle est co-directrice du Centre de Recherche, Économie, Société et Culture (CRESC) de l’Université Mohamed VI Polytechnique de Rabat au Maroc. Spécialiste d’économie politique dans une perspective wébérienne, ses recherches comparatives sont centrées sur la signification politique des réformes économiques, sur les trajectoires de l’Etat et sur l’exercice de la domination, à partir de terrain en Afrique et en Europe.

Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org