Navigation – Sitemap

Une mobilisation de travailleurs contre le machinisme : la Tunisie ottomane entre industrialisation et colonisation

Nora Lafi
Übersetzung(en)
Workers vs Machines: Ottoman Tunis between Industrialisation and Colonisation

Zusammenfassung

La province ottomane de Tunisie est marquée, entre les années 1850 et son intégration dans le domaine colonial français dans les années 1880, par l’irruption d’enjeux nouveaux, directement issus d’une configuration internationale en profonde mutation, et qui remettent en question non seulement sa place dans l’empire et en Méditerranée mais aussi un certain nombre d’équilibres internes. Cet article se propose d’analyser la relation entre développement économique, géopolitique et enjeux locaux au cours des dernières décennies de l’appartenance ottomane de la province de Tunis à partir de l’étude d’un conflit emblématique : celui lié au sort des ouvriers et artisans des fabriques de chéchias (couvre-chef aussi appelé fez) protestant contre la concurrence, vue comme déloyale, imposée par les puissances européennes, et contre l’industrialisation matérialisée par la mécanisation de la production. Ces conditions nouvelles de fonctionnement d’un marché soumis à la domination croissante de l’étranger et d’une production locale déstabilisée suscitent de nombreuses protestations. L’idée est, par un croisement des échelles, de lire non seulement l’impact d’une nouvelle forme de globalité sur les équilibres locaux, mais aussi les vecteurs d’une nouvelle forme d’ingérence étrangère. Entrent également en jeu dans ces conflits les modalités de négociation du rapport réformé existant entre l’empire ottoman et la province tunisienne face à la menace de plus en plus prégnante de la domination étrangère et, bientôt, de la colonisation. En s’intéressant à la voix des acteurs locaux les plus modestes s’exprimant pour dénoncer la détérioration de leurs conditions d’existence, et en même temps au contexte local et international, le but est ici de lire la manière dont se croisent échelles et enjeux, destins individuels et visées plus larges dans les grandes mutations historiques.

Seitenanfang

Volltext

1. Introduction

1Entre 1860 et 1877, la société urbaine tunisoise est agitée par un âpre conflit relatif aussi bien à la concurrence économique étrangère et à la menace qu’elle représente pour la production locale qu’à la perspective d’établissement, dans la capitale de la province ottomane, d’usines textiles mécanisées dédiées à la fabrication de couvre-chefs appelés chéchias (shashiyya, ou fez). Les artisans et ouvriers du secteur, menacés par cette mutation, protestent à diverses reprises par des pétitions auprès des autorités locales et auprès de l’État central à Istanbul. L’objet de cet article est de lire, au travers des documents exceptionnels que représentent ces pétitions et les rapports dont elles suscitent la rédaction, les différents enjeux liés à la transformation du monde du travail dans le cadre d’une grande mutation technologique et économique et à l’entremêlement, à différentes échelles, entre vie locale et réalités internationales. À Tunis, les artisans et ouvriers protestent tout à la fois contre la concurrence, vue comme déloyale, imposée par les puissances européennes et contre la réponse ottomane à cette concurrence concrètement représentée par un machinisme vu comme pervers et mis au service d’un développement déséquilibré. Ils protestent aussi contre la tendance des autorités locales à accepter les conditions nouvelles de fonctionnement d’un marché désormais dominé par l’étranger. L’imposition de nouvelles conditions de production à Tunis est vue comme une forme d’emprise extérieure. L’idée est ici, par un croisement des échelles, de lire non seulement l’impact d’une nouvelle forme de globalité sur les équilibres locaux, mais aussi les vecteurs d’une nouvelle forme d’ingérence étrangère dans une Tunisie progressivement mise sous tutelle. Il s’agit également de décrypter les modalités de négociation du rapport réformé existant entre l’empire ottoman et la province tunisienne face à la menace de plus en plus prégnante de la domination étrangère et, bientôt, de la colonisation. Le conflit de développement ici analysé est lu comme un moment d’explicitation et de déploiement d’enjeux plus larges auxquels concourent non seulement les stratégies de développement économique adoptées par l’empire ottoman et les élites locales tunisoises, mais aussi les effets d’interférences extérieures dépassant largement le seul domaine de la concurrence économique. Une perspective « par le bas » permet de saisir ces enjeux d’une manière qui met en relief le lien direct entre conditions de vie de la population et mutations économiques et géopolitiques.

2. Considérations historiographiques sur l’impact de la révolution industrielle sur l’artisanat dans différents contextes

2C’est assurément avec la publication, en 1963, de The Making of the English Working Class d’Edward Palmer Thompson, un livre destiné à avoir une influence considérable, que l’historiographie internationale a commencé à porter un regard nouveau sur les conséquences sociales de la révolution industrielle (Batzell et al., 2015). Le passage d’une production de type artisanal à une production de type industriel a commencé à être lu non seulement sous l’angle de la rationalité économique et de l’efficacité, mais aussi pour en étudier les conséquences sociales, souvent traumatiques. E. P. Thompson a également insisté sur la nécessité d’une lecture politisée de cette transition, pour laquelle l’analyse des phases de conflit constitue une entrée primordiale.

3L’interprétation du sens des conflits relatifs à la survenue et aux modalités du déroulement de phases de mutation économique a donné lieu depuis à d’autres remises en question importantes. Pour l’Europe, les historiens ont par exemple montré que les racines de la révolution industrielle remontent à l’ancien régime et ont insisté tant sur la complexité des processus de décollage économique et de mécanisation (Verley, 1997) que sur le lien fort entre le monde de l’artisanat et l’intensification industrielle de la production (Guillerme, 1998 et 2007). On est ainsi revenu sur les lectures mécanistes de la révolution industrielle dans lesquelles une simple innovation technologique induisait un changement de paradigme affectant tout le système économique. Surtout, on sait désormais que la grande mutation économique du XIXe siècle avait en fait commencé au XVIIIe sous la forme d’une intensification de l’économie artisanale d’ancien régime. Des arsenaux aux ateliers de production textile, bien avant l’invention des machines à vapeur, la production avait augmenté et le nombre d’ouvriers s’était accru, nourri par un fort exode rural et suscitant un décollage de l’urbanisation. Dans de nombreuses villes, il existait de véritables usines d’artisanat dans lesquelles travaillaient des milliers d’ouvriers et d’ouvrières dont le travail était complémentaire de celui d’autres milliers d’ouvrières travaillant à domicile. Dans d’autres villes, les échoppes traditionnelles s’étaient multipliées au point de modifier l’échelle des quartiers dévolus à la production artisanale. Il convient donc, nous apprend l’historiographie récente, de ne pas avoir de l’histoire de l’artisanat l’image figée d’une activité confinée à l’échelle d’une petite production. La mécanisation permise par le progrès technique est ainsi venue affecter des secteurs non pas restés traditionnels comme le laisserait supposer l’imagerie d’un artisanat d’ancien régime, mais dans lesquels le XVIIIe siècle avait vu les ateliers devenir de véritables usines. Cela est particulièrement vrai pour la Grande-Bretagne, la France, le nord de l’Italie ou les Flandres. Pour les États-Unis aussi, le lien entre le développement artisanal intensif de la fin du XVIIIe siècle et le décollage industriel du XIXe siècle a été établi par les historiens de l’économie (Dawley, 1976 ; Stott, 1996).

4Lorsque la mécanisation frappe ces ateliers, ce ne sont pas uniquement les maîtres et leurs apprentis tels qu’ils étaient représentés plusieurs décennies auparavant qui sont concernés, mais des milliers d’ouvriers actifs dans le secteur depuis peu. La proto-industrialisation ayant été riche en main-d’œuvre, le choc de l’industrialisation et de la mécanisation afférente n’en est que plus fort. C’est dans ce contexte que se développent les protestations ouvrières contre le machinisme. Logiquement, c’est la Grande-Bretagne, où le remplacement des masses ouvrières par de nouveaux outils a été le plus rapide, qui est concernée en premier lieu. Ce que l’on a retenu sous l’appellation de luddisme, mouvement disparate mais convergeant dans la désignation des machines comme responsables de la misère ouvrière, illustre cette tendance (Randall, 1986 ; Thomis, 1970 ; Winpenny, 1990).

5Pour les régions longtemps perçues comme périphériques, c’est tout le rapport à l’Europe qui a été récemment repensé dans la logique de cette remise en question de la chronologie et de la nature de la révolution industrielle et dans une nouvelle attitude critique dans l’étude des racines de la domination et des inégalités du développement. Prenant en compte les nuances apportées par les spécialistes de l’histoire économique de l’Europe et se distanciant tout à la fois des topoi hérités de l’ère coloniale, et même de l’ère des Lumières, et de ceux paradoxalement issus de la contestation des premiers, tout un ensemble d’historiens des systèmes économiques et sociaux a insisté sur la complexité des phénomènes de mutation économique. On a ainsi pu montrer que la diffusion des changements techniques induits par la révolution industrielle n’était pas uniquement un phénomène se répandant du nord vers le sud en perdant de son intensité à chaque étape, du fait de la supposée moindre capacité des sociétés locales à intégrer le progrès. On a aussi montré que domination économique et colonisation étaient intimement liées. Pour de nombreuses villes par ailleurs, de la Méditerranée à l’Inde, la phase d’intensification de la production artisanale au XVIIIe siècle avait aussi eu lieu. C’est naturellement autour de l’exemple du textile indien que l’historiographie a le plus avancé dans l’analyse du lien entre transition économique et racines de la domination coloniale. En Inde en effet, l’emprise coloniale britannique s’est affirmée en conjonction avec une prise de pouvoir dans le secteur textile, par la prédation sur les marchés et par le choc avec une concurrence changée par la mutation du système de production (Tirthankar, 2007). Pour ce qui concerne l’Afrique, l’historiographie récente a aussi proposé de nouvelles postures d’analyse. Jean-François Bayart, proposant le concept d’extraversion, se place ainsi résolument en opposition au poncif hégélien d’une Afrique riche d’or mais restée littéralement aux premiers stades de sa mise en valeur. L’extraversion, pour J.-F. Bayart, constitue le caractère d’« une économie mondiale systémique qui a préexisté à l’expansion marchande et capitaliste de l’Occident » (Bayart, 1999). En opposition aux thèses de Walter Rodney et Basil Davidson pour qui ce sont les mutations de l’économie européenne qui ont induit les régimes d’historicité de ce qui a été perçu dès lors comme périphérie, il propose de s’intéresser aux économie africaines pour ce qu’elles sont et à chercher les dynamiques de leur évolution. Il voit en la formation d’une rente de la dépendance la matrice historique de l’inégalité. Cette posture se rattache à la tendance plus large de l’historiographie récente à adopter une attitude critique face aux jugements sur, au mieux, le modernisme sans modernité, c’est-à-dire une modernisation technique sans réforme de la société dont auraient seulement été capables les soi-disant périphéries (Guillén, 2004). Elle se rattache aussi à la critique de la narration de l’évolution économique de ce qui a été vu comme les périphéries, suite par exemple à la remise en question des thèses défendues par David Landes dans The Unbound Prometheus (Landes, 1969) sur la diffusion des changements de production de l’Angleterre vers l’Europe puis le monde.

6Il est désormais acquis que les invocations de types ontologique et civilisationnel pour expliquer les écarts de développement ne sont plus recevables comme telles (Bryant, 2006). Dans bien des cas, les dynamiques locales préexistaient à l’intrusion de l’Europe technicienne, ce qui invite à réfléchir aux conséquences de la pénétration-imposition par l’Europe, accompagnée d’une déstabilisation des équilibres antérieurs. Suite aux impulsions données par l’historiographie latino-américaine, avec par exemple le livre Dependencia y desarrollo en América Latina de Fernando Henrique Cardoso et Enzo Faletto (1969), toute une veine s’est développée en ce sens.

7Le souci doit également être en général celui de l’écriture d’une histoire des sociétés colonisées et colonisatrices qui sache prendre en compte les multiples dimensions du rapport de domination (Conklin, 2000 ; Mignolo, 2001). Il convient ainsi non seulement de « provincialiser l’Europe », selon le salutaire mot d’ordre de Dipesh Chakrabarty (2000), mais également de discuter tous les éléments sous-jacents à la narration et à l’analyse de l’histoire desdites périphéries, qu’elles soient d’Europe méridionale, africaines, ottomanes, maghrébines ou coloniales en général.

8Pour la Méditerranée, longtemps considérée dans l’historiographie comme une périphérie indolente de l’Europe laborieuse, rétive à l’application industrielle du progrès technique pour des raisons souvent réifiées dans une perception statique de l’anthropologie locale, il a été montré que les caractères de la proto-industrialisation étaient bel et bien présents au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, que ce soit dans la péninsule ibérique (Chastagnaret, 2000), en Italie ou même dans les Balkans et sur la rive méridionale. La question des raisons du retard industriel constaté dans les décennies et siècles suivants a donc été déplacée, notamment vers celle des dispositifs d’investissement et vers celle de la mise en place de logiques de domination.

9Pour l’Empire ottoman au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, il est également nécessaire de sortir du cadre interprétatif de la simple dichotomie entre importation et exportation de solutions de rationalité technique, et de l’  « occidentalisation » ou « européanisation » en général. Les réflexions de Shirine Hamadeh (2004) à ce sujet sont éclairantes car elles invitent à se défier de la pente interprétative dont les fondements reposent sur une vision biaisée de ce qui est vu comme l’inéluctable déclin ottoman. Le cadre interprétatif a ainsi été largement révisé. En opposition aux vues héritées des années 1950 et 1960, elles-mêmes fortement empreintes d’un héritage colonial et culturaliste très marqué, s’est développée une vision de l’industrialisation en contexte ottoman, de ses racines et de ses impasses, qui s’est articulée avec les avancées de la méthode d’analyse en histoire économique constatées sur différents fronts. L’existence des conditions d’une proto-industrialisation et de réseaux commerciaux forts et dynamiques a été démontrée pour les principales villes de l’empire, d’Istanbul à Trabzon et de Salonique à la Crète. On s’est aussi attaché à illustrer la réceptivité ottomane à l’innovation technologique, ce qui a permis de démontrer l’insertion de l’empire dans les circulations internationales de l’expertise et de la veille technique. Quant aux crises qui ont frappé différents secteurs, on a tenté de les lire sous un jour qui mette en relation contexte international et conditions locales. On a aussi insisté sur la variété des configurations et dynamiques locales. Mais le cas ottoman est spécifique en ceci qu’il présente une situation qui se dégrade sous le coup d’une concurrence européenne qui n’est pas uniquement économique, et peu à peu capitalistique, mais qui se teinte aussi d’une ingérence à la fois diplomatique et militaire et débouche souvent sur l’occupation violente de type colonial. Les conflits de développement autour des enjeux de l’industrialisation dans l’empire ottoman sont donc à lire sous un jour spécifique croisant les mutations économiques, sociales ou techniques et les pressions relevant d’un rapport d’abord ambigu puis, clairement, d’hostilité agressive. Donald Quataert a pu illustrer cet entremêlement des enjeux et des échelles au sujet de l’Anatolie (Quataert, 1986). Bruce Masters (1988) a, quant à lui, montré la précocité de telles ambiguïtés pour le Levant ottoman. Pour l’Égypte, les travaux précurseurs de Moustafa Fahmi (1954) ont montré la profondeur de la transformation de l’appareil productif cairote au XVIIIe siècle et l’ampleur de ses conséquences sociales au XIXe siècle, entre intensification, mécanisation et crise. Grâce aux travaux de S. Faroqhi et de N. Hanna, on sait aussi désormais que le milieu des artisans ottomans avait subi, entre le XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, de profondes mutations caractérisées par une croissance très forte de la production et de la main-d’œuvre et un bousculement des structures de gestion corporative héritées de l’ancien régime (Faroqhi, 2009 ; Hanna, 2011). Cela a débouché sur une véritable crise économique ottomane, conséquence à la fois de la grande dépression européenne des années 1880, mais aussi d’une relation désormais asymétrique (Pamuk, 1984). Concurrence européenne, crise économique ottomane et vecteurs de la domination sont ainsi liés. Les marchandises nouvelles et les voies de leur commercialisation sont souvent imposées par les réseaux consulaires étrangers dans les provinces ottomanes. Des réseaux de clientélisme se créent en relation avec cette nouvelle économie qui reprend partiellement celle de l’ancien régime dit des capitulations, mais en en changeant la nature et l’intensité. Les structures de l’artisanat local qui, loin d’être inertes, avaient permis une intensification de la production à la fin du XVIIIe siècle, en sont déstabilisées. Le cas de la crise du secteur textile que subit Tunis dans la seconde moitié du XIXe siècle illustre cette logique et permet de réfléchir au lien entre mutation économique, domination étrangère et destin impérial ottoman.

3. La crise des fabricants tunisois de chéchias : conflit de développement et symptôme de l’irruption des enjeux coloniaux

  • 1 Archives nationales de Tunisie (ANT), Série H (silsila al-tarikiyya: Série historique), Carton 72, (...)

10À Tunis au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, les fabricants de chéchias, et parfois leurs ouvriers mêmes, sont à plusieurs reprises amenés à protester sous la forme de pétitions contre soit la mécanisation, soit la concurrence déloyale de l’étranger, soit le manque de protection de leur production sur les marchés à l’exportation face aux velléités d’autre puissances d’étendre leur marché. Les archives nationales de Tunis gardent la trace de nombreuses initiatives de ce type, dont l’analyse constitue le cœur du présent article1. Par l’analyse de ces documents originaux, l’historien peut percevoir non seulement les acteurs du conflit, leurs interactions et leurs arguments, mais aussi les voies de la négociation et de la construction d’une forme de consensus par le conflit. Ces archives permettent aussi de développer une sorte de micro-histoire de mutations que, généralement, on ne lit qu’au travers de grandes narrations globalisées. À chaque fois dans ces archives, le conflit produisant d’ailleurs des archives, un conflit de développement sous-jacent est perceptible. La survenue de tels conflits reflète la manière par laquelle l’empire ottoman a tenté d’appliquer, dans sa province désormais la plus occidentale – depuis la perte de l’Algérie face à la colonisation française entre 1830 et 1850 –, des réformes économiques importantes, en miroir des réformes administratives qu’il promouvait également. Elle traduit aussi, compte tenu de l’implication des consulats étrangers et des chambres de commerce étrangères dans la vie économique de la province de Tunis, l’emprise croissante des puissances européennes sur la province ottomane, qui débouche en 1881 sur son occupation militaire et sa colonisation par la France (Ganiage, 1959). L’enjeu pour toute l’économie de la province ottomane de Tunisie n’était, en effet, pas seulement une modernisation économique en liaison avec des mutations techniques et capitalistiques importantes, mais aussi le rapport à l’empire et la domination par l’étranger. Le conflit qui agite le secteur textile tunisien dans les années 1860 et 1870 est bien un conflit de développement : tout un secteur se révolte contre des conditions nouvelles de production et d’insertion sur le marché international, en relation avec une situation économique précédente dans laquelle l’économie locale s’était développée.

11Les chéchias étaient produites à Tunis au moins depuis l’arrivée d’artisans réfugiés d’Espagne au XVe siècle (Teyssier, 1962 ; Ferchiou, 1971; Bakalti, 1996 ; Ben Miled, 2010). Ceux-ci avaient fui les campagnes d’épuration ethnique et religieuse entreprises durant les différentes phases de la « Reconquista » chrétienne face à al-Andalus et s’étaient installés dans diverses villes d’Afrique du Nord, dont Tunis (Abidi, 2016). Ils avaient bénéficié de la mansuétude des diverses autorités locales et avaient recréé leurs corporations. Certains historiens situent cependant l’origine de la chéchia dans la ville de Kairouan. C’est de là que la tradition serait passée en Espagne musulmane, puis de nouveau en Tunisie (Bachrouch, 2008). Avec l’intégration dans l’empire ottoman, confirmée en 1574 mais largement effective, pour ce qui concerne le commerce, depuis la prise de la ville par le corsaire ottoman Barberousse plusieurs décennies auparavant, une conjonction favorable au développement de l’activité textile, et particulièrement de la production de chéchias, est mise en place. Au début de la période ottomane, l’artisanat tunisois se structure largement autour de cette activité en plein développement qui voit converger la main-d’œuvre de toute une région grâce à un débouché nouveau sur l’ensemble du monde ottoman. L’élevage, car les chéchias sont en laine, se développe également et donne une nouvelle prospérité aux campagnes. Une grande partie de la laine est cependant encore importée d’Espagne, mais aussi de Sicile ou de Sardaigne. L’infrastructure urbaine se met au service de cette activité, avec par exemple des bassins pour les opérations de teinture. À Tunis, les fabricants de chéchias sont localisés généralement dans la médina, mais aussi dans le faubourg de l’Ariana. Au cours des XVIe et XVIIe siècles, cette activité en est venue à constituer un secteur économique phare pour la province ottomane. À chaque phase de la production correspond une localisation précise soit en ville, soit dans les alentours (Bachrouch, 2008). Sadok Boubaker a pu montrer que l’exportation de chéchias dans tout l’empire ottoman constituait le premier poste d’exportation du port de Tunis pour ce qui concerne les produits manufacturés (Boubaker, 2003). Les villes du Levant, de Damas à Alep et de Jérusalem à Beyrouth, constituent des bassins de clientèles consolidés. Mais c’est aussi le cas de villes comme Smyrne ou Salonique. L’armée ottomane compte parmi les clients principaux. On achète et porte aussi volontiers des chéchias dans toute l’Europe méditerranéenne, comme en attestent de nombreuses gravures et descriptions sardes, grecques ou siciliennes. Les chéchias, en somme, constituent l’exemple de la dimension impériale ottomane du commerce d’ancien régime et d’une certaine globalisation de la production artisanale à l’échelle de la Méditerranée. Le terme d’artisanat, d’ailleurs, ne doit pas tromper sur l’échelle et la nature d’une production qui est, même avant la mécanisation, tout à fait intensive. On a pu calculer qu’environ 5 000 ouvriers étaient employés dans les fabriques de chéchias dans la médina de Tunis et les faubourgs adjacents à la fin du XVIIIe siècle (Spring et Hudson, 2004). Les voyageurs français Peyssonnel et Desfontaines donnent le chiffre de 15 000 à 20 000 personnes employées comme ouvriers, artisans et apprentis pour l’année 1724 (Peyssonnel et Desfontaines, 1838 ; Bachrouch, 2008). La production en 1760 est estimée à 660 000 pièces par an, le double de ce qu’elle était en 1740 (Boubaker, 2003). Grâce au monopole dont bénéficie Tunis dans l’empire, les marges dégagées sur les ventes de ce produit sont, pour les maisons de commerce tunisoises, tout à fait confortables. Le personnage de Youssef Sahib al-Tabaa, actif au XVIIIe siècle et acteur de la croissance spectaculaire du secteur à l’époque, est emblématique des fortunes tirées par les marchands tunisois du commerce de chéchias à l’échelle de l’empire ottoman.

12Le milieu des fabricants de chéchias était très hiérarchisé, des ouvriers et apprentis aux grands marchands. Mais avec le développement industrieux et proto-industriel, la pyramide des compétences et des hiérarchies symboliques se modifie. Un nombre croissant d’ouvriers peuple des ateliers de plus en plus grands. Avec les producteurs d’huile d’olive, les fabricants de chéchias – le terme désignant les propriétaires de ces ateliers et les organisateurs de ce commerce – constituent ainsi une classe aisée issue d’une corporation qui ne faisait initialement par partie des plus nobles, mais bien implantée dans l’espace urbain et la société locale, et dotée de relais dans tout l’empire (Hadi Chérif, 1970). L’élite de ces producteurs de chéchias est composée d’environ 300 maîtres (Tunger-Zanetti, 1996).

13Mais avec l’arrivée de la mécanisation, et avec celle d’une nouvelle concurrence venue d’Europe voire d’autres villes ottomanes engagées dans un effort de modernisation, l’ensemble du secteur textile tunisois est confronté à une épreuve majeure qui remet en cause non seulement le système de production, mais aussi les débouchés commerciaux et toute l’organisation sociale qui en dépend, et entraîne un fort recul de niveau de vie pour les ouvrières et les ouvriers concernés. Les deux phénomènes sont à la fois liés et différents : une concurrence nouvelle émerge à cause de l’entrée sur le marché de nouveaux acteurs, puis certains entrepreneurs tunisois tentent d’y répondre par la mécanisation de leur activité, entrant en opposition avec la hiérarchie traditionnelle de la corporation. Mais la crise, en fait, commence très nettement avant la mécanisation. Il s’agit donc d’abord d’une crise suscitée par l’irruption, sur un marché traditionnellement réservé, de nouveaux concurrents agressifs. Dès les années 1780, des maisons de commerce d’Orléans, de Lyon et de Marseille parviennent en effet à imposer dans l’empire ottoman la production textile de leurs régions respectives grâce à un mélange de dynamisme commercial, d’espionnage (pré)-industriel et de pression diplomatique sur l’empire. C’est dès cette époque que les consuls européens font pression, au besoin par l’intermédiaire de menaces d’ordre militaire, sur les autorités locales et sur l’empire pour qu’ils acceptent de réviser les conditions des accords commerciaux anciens. L’intensification de la production artisanale en Europe, qui préfigure la révolution industrielle, crée de plus des différences inédites dans les prix de revient. Même le secteur des chéchias, qui paraissait constituer une spécificité culturelle hors de portée de la concurrence d’un autre continent, est concerné par cette mutation (Valensi, 1969). Pour pénétrer le marché ottoman, un véritable système d’espionnage technologique est mis en place par le biais du réseau consulaire, à une époque où les consuls sont encore généralement des marchands (Panel, 2015) : teintures, procédés de tissage et de foulage, relais commerciaux, dispositions douanières, organisation du transport, tout est objet d’observations ciblées qui sont utilisées par les nouveaux concurrents pour créer des produits similaires et pénétrer les marchés. La diplomatie, sur la demande des chambres de commerce, se charge d’obtenir les autorisations d’importation dans l’Empire, au besoin par une pression qui préfigure les ingérences du siècle à venir. Ainsi l’expansion européenne vers la Tunisie, et vers l’empire ottoman en général, n’est pas déconnectée du mouvement de mutation du secteur textile et artisanal (et bientôt industriel) européen. C’est tout le positionnement de la province de Tunis sur le marché ottoman, ainsi que son rapport à l’empire, qui sont, de manière précoce, remis en question. Ce phénomène est rendu encore plus complexe par l’apparition d’une concurrence ottomane due au développement, voulu par divers réformateurs, d’une industrie de la chéchia au Caire à partir de 1825 (Fahmi, 1954) et à Istanbul à partir de 1827. Le gouvernement de Mohammed Ali fait en effet venir de Tunis des experts de la corporation des chéchias pour créer sur place une nouvelle structure productive. Dans les années 1830, les ateliers de fabrication de chéchias au Caire comptent plus de 2 000 ouvriers. La vente des chéchias, d’abord réservée à l’armée égyptienne, est tournée vers le grand public et l’exportation à partir de 1834 (Fahmi, 1954). Ce développement symbolise la volonté de Mohammed Ali de faire entrer l’Égypte dans une phase de transition économique vers l’industrialisation (Thieck, 1992). À Istanbul, pour faire face à la commande par l’armée ottomane de plus de 50 000 chéchias, des maîtres bonnetiers tunisiens sont appelés pour mettre en place des structures de production (Tunger-Zanetti, 1996). Celles-ci calquent d’abord la structure corporative tunisoise, puis s’orientent vers une organisation de type industriel qui s’affranchit des rigidités de cette dernière. Le personnage de ‘Umar al-’Abrî, marchand de chéchias et proche du pouvoir à Istanbul autant qu’à Tunis, incarne ce transfert entre 1829 et les années 1860. Au sujet de ses réseaux dans la capitale impériale et de l’utilisation qu’il en fait pour faire croître ses affaires se développent naturellement des polémiques avec les artisans de Tunis (Tunger-Zanetti, 1996). Les conflits analysés ci-dessous relèvent aussi, en partie, d’une rivalité entre, d’une part, les Tunisois d’Istanbul et de Tunis à l’esprit tourné vers la modernisation industrielle, comme ‘Umar al-’Abri ou Yahyâ Arway, proches du réformateur Khayr al-Dîn, et, d’autre part, la base corporative de la profession.

  • 2 Voir ainsi la chronique de Bayram al-Khâmis (Mohammed), Safwa al-i’tiba’, Tunis, Ministère de la Cu (...)

14Ainsi au milieu du XIXe siècle, la position des exportateurs tunisois est déjà devenue difficile du fait du rétrécissement du marché ottoman et de la concurrence européenne, mais aussi des tensions naissantes à Tunis même. Le secteur de l’artisanat en général est confronté à une crise quasi-existentielle (Penec, 1964). C’est là qu’interviennent les premières réactions populaires maghrébines contre la mécanisation. Même si on ne peut pas tout à fait parler de luddisme, car les archives ne rapportent pas directement pour Tunis d’actes de sabotage des machines dans le secteur de l’artisanat devenant industrie, la rhétorique de la protestation contre le remplacement de la main-d’œuvre par des machines est bien présente. Surtout, par l’intermédiaire de pétitions multiples, les divers acteurs du secteur tentent de faire entendre leurs voix aussi bien auprès des autorités provinciales qu’auprès de celles d’Istanbul. Dans le système administratif ottoman d’ancien régime – mais, dans les mentalités, cette caractéristique survit largement aux réformes modernisatrices de l’ère dite des tanzimat (Réformes) qui, entre les années 1830 et les années 1870 et à l’échelle de tout l’empire, promeuvent une nouvelle rationalité bureaucratique –, la pétition représente le cœur des processus de médiation et de recherche de consensus lors de phases de conflit (Lafi, 2012). Elle se situe aussi au centre des cheminements de la décision : toute pétition entraîne, à Istanbul comme dans la province concernée, l’ouverture d’un dossier bureaucratique, et son traitement comprend enquête, entretiens puis rescrit, c’est-à-dire formalisation d’une décision. Un résumé de chaque pétition est produit en tête de dossier par l’administration. Les chroniques locales, véritables annales civiques, consignent l’envoi de pétitions et attestent de leur existence et nature2. Dans le cas des fabricants de chéchias, l’envoi de ces nombreuses pétitions marque l’existence d’une conscience économique, sociale, civique et politique commune à l’échelle d’un milieu urbain et professionnel face à l’adversité économique incarnée autant par les concurrents étrangers que par les modernisateurs ottomans et proches du gouvernement local tunisien. Ces pétitions manifestent une mobilisation collective destinée à non seulement attirer l’attention sur un problème, mais aussi contraindre l’appareil politique à s’en saisir pour recréer les conditions d’un consensus local. Elles traduisent aussi l’imbrication, à toutes les échelles, des enjeux locaux, impériaux et géopolitiques.

15Les Ottomans et le gouvernement local tunisien, dans l’objectif de développer la province et de l’empire et de lutter contre les concurrences nouvelles, décident en effet, à la fin des années 1850, de mécaniser la production de chéchias. Ils font appel pour cela à divers experts étrangers qui proposent à la vente des machines à vapeur. Les Ottomans modernisent aussi le cadre infrastructurel par la construction de barrages destinés à améliorer la disponibilité en eau dans les usines de chéchias. Les souks eux-mêmes sont modernisés en ce sens. Le contexte est celui de la province tunisienne suivant l’édiction du Pacte fondamental en 1857 et des négociations entre pouvoir, ministres réformateurs et consuls étrangers qui mènent en 1861 à l’adoption de la Constitution. Le personnage de Khayr al-Dîn est déterminant dans ce mouvement (Van Kreiken, 1976). L’enjeu des négociations est en grande partie la détermination de la place laissée aux étrangers dans le pouvoir économique sur la province. Des réformateurs comme Khayr al-Dîn sont à la fois promoteurs d’une modernisation économique visant à un développement industriel seul capable de faire échapper la province à la domination étrangère et partenaires ambigus, dans cette modernisation, des consuls, banquiers et investisseurs étrangers. Le rejet de la mécanisation par la base corporative, dont l’organisation est elle-même remise en question par les réformes, est donc à la fois un rejet des réformateurs et des cercles économiques impériaux et locaux tunisois qui leurs sont proches et un rejet d’une influence étrangère, déjà perçue comme vecteur de la domination, dans l’économie. La base corporative, soutenant sa hiérarchie, s’était déjà mobilisée en masse quelques décennies auparavant afin d’empêcher l’entrée des chéchias produites en Europe dans le souk de Tunis : « Autrefois, des chrétiens introduisirent des chéchias produites chez eux. Il leur fut interdit d’approcher le souk tunisien pour ne pas nuire à notre industrie » (Bachrouch, 2008, 800). Plusieurs pétitions avaient à l’époque obtenu l’interdiction de cette importation, ainsi que la défense de la production tunisienne à l’échelle de l’empire. En 1860, dans un contexte qui a lui-même évolué du fait de l’ouverture du marché tunisien aux étrangers suite au Pacte fondamental et à ses diverses mesures d’accompagnement, la protestation contre l’importation de chéchias européennes reprend, menée par Hassûna al-Wazîr, amîn (représentant élu de la corporation) des commerçants et producteurs de chéchias : « Aujourd’hui, nous constatons une nouvelle offensive de leur part. Si cela doit durer, nous perdrons entièrement notre profession » (Bachrouch, 2008, 802-803). La requête n’est pas entendue par les autorités. Hassûna al-Wazîr n’est pas reçu au ministère. Aucune procédure de négociation normalement ouverte dans le cadre du système pétitionnaire n’est entamée. L’année suivante, face à l’aggravation de la situation économique du secteur, et face également à la perspective d’une modernisation allant dans le sens de la mécanisation, soutenue par les autorités mêmes, l’affaire prend un nouveau tour.

  • 3 Archives nationales de Tunisie (ANT), Série H, Carton 72, dossier 859, document n°6.
  • 4 ANT, série H, carton 72, dossiers 857 à 860.
  • 5 Le document est dépourvu de date. Sa datation résulte de la compréhension du contexte et de celle d (...)

16La pétition principale étudiée ici s’inscrit donc dans ce contexte de mobilisation de la hiérarchie du métier et de sa base contre le gouvernement local de la province et contre les entrepreneurs à leurs yeux complices à la fois des modernisateurs et des étrangers3. Elle se trouve dans un dossier d’archives comprenant plusieurs pétitions concernant le secteur4. Elle a probablement été adressée au Premier ministre du gouvernement local tunisien (Sayyidnâ al-wazîr al-akbar Adam Allah) en 18615. Elle a été signée par 77 personnes qui se décrivent, dans le texte, comme membres de la corporation (arbâb al-sinâ’) et pauvres travailleurs du secteur de la confection de chéchias (min al-fuqarâ’ al-mushtaghalîn bi sinâ’a al-shâshiyya). La demande principale des pétitionnaires est que des mesures soient prises en vue de l’interdiction de l’importation de machines destinées à la fabrication de chéchias. Pour eux, ces machines tuent littéralement des milliers de travailleurs de la chéchia à Tunis (al-hâdira) et dans le reste du pays (al-watan). Ils soulignent que, signe de la profondeur de la crise, la situation ne permet plus aux enfants de la capitale et de la nation, hommes (zukûr), femmes (anâth), veuves (arâmal) et même orphelins (aytâm), qui travaillent jour et nuit (yachtaghilûna bihâ bil-layl wa al-nahâr), de survivre. L’usage de ces mots forts et connotant la morale religieuse coranique qui protège les veuves et les orphelins, dont la Sourate 4 (al-Nisa’) est l’expression la plus forte, dénote une volonté de placer l’administration à qui est adressée la pétition devant des responsabilités d’ordre social et moral. « Si notre Sayyid autorise l’importation de machines par les étrangers (ajânib), il provoquera ainsi l’abandon (ihmâl al-ahâlî) de tous ces gens qui n’ont que l’artisanat et leurs mains pour travailler, ainsi que de tous ceux qui dépendent de ce travail […] Nous les faibles (nahnu al-du’afâ’), par notre voix et par l’envoi de cette pétition (bi saddad bathth al-chikâyya), nous rappelons à notre Sayyid que son devoir est de nous protéger et de faire attention à ne pas ouvrir des portes qui ne se refermeront pas ».

  • 6 ANT, série H, carton 72, dossier 860.
  • 7 ANT, série H, carton 72, dossier 857. 19 pétitions et documents.
  • 8 ANT, série H, carton 59, dossier 658 (teinturerie). Carton 59, dossier 659 (tanneurs). Voir aussi: (...)
  • 9 ANT, Carton 59 Dossier 644-669 sur la fin des corporations dans la médina (teinturiers, tanneurs, p (...)

17La pétition est écrite dans un dialecte typiquement urbain tunisois de l’époque, sensiblement différent de celui que l’on peut trouver dans des pétitions envoyées par des notables émanant des conseils de délibération civique et habitués à cet exercice (Lafi, 2005). Ces notables écrivent en arabe classique selon une rhétorique administrative et juridique rodée. Les artisans et les ouvriers, qui savent cependant citer le Coran en appui moral à leurs requêtes, sont manifestement moins au fait du style de communication impérial matérialisé par la pétition. Ils en maîtrisent toutefois les éléments essentiels. On peut même penser que leur insistance sur leur appartenance populaire est un choix assumé destiné à renforcer la portée de l’acte pétitionnaire. La pétition ne comprend pas directement d’argumentation économique à grande échelle : on y insiste seulement sur les conséquences sociales, au niveau local, de décisions qui dépassent les pétitionnaires. Le dossier des archives montre qu’avant de s’adresser aux plus hautes autorités, tout un parcours de protestation et de médiation a été suivi au sein d’une hiérarchie corporative elle-même en cours de réforme. Mais devant l’impasse, les artisans et les ouvriers usent de leur droit de pétition directement vers les instances supérieures. Ils expriment la détresse d’un groupe social uni dans l’adversité. Du fait du choix de se concentrer sur les questions sociales, certains des sujets principaux du problème ne sont pas abordés : concurrence internationale, taxes sur les importations, mesures de soutien aux artisans, généralités sur l’industrialisation de la province. Mais d’autres pétitions, ainsi que des dossiers d’enquête de l’administration locale et impériale, s’y attachent. Certaines pétitions sont directement formulées contre le machinisme6. D’autres émanent des métiers représentant les différentes phases de la production de chéchias, comme le foulage7. Dans ces années 1860, c’est d’ailleurs tout le secteur artisanal qui est concerné par ce type de menace et par la crise, comme l’illustrent les protestations des secteurs du cuir et de la teinturerie (Amîn al-dabâgha wa mâ yata’allaq bil-sinâ’a), dont les pétitions jouxtent celles des producteurs de chéchias dans les archives8. Tout au long des années 1860, ce type d’agitation marque le paysage social tunisien mais aussi les débats politiques sur l’ouverture économique dans un contexte marqué par les tentatives de Khayr al-Dîn et des réformateurs de moderniser la province, mais aussi par les ambiguïtés de ces tentatives. Se fait alors également sentir l’emprise de la pénétration européenne, faite de concurrence et d’exemptions, qui mine les parts de marché tunisoises et les réponses locales et impériales à ce nouveau contexte. La réforme des corporations dans l’Empire en général et à Tunis relève de ces réactions9. Elle suscite de nombreux débats politiques et institutionnels pendant plusieurs années (Quéméneur, 1942 ; Louis, 1973).

18Ces moments montrent que l’influence européenne en province ottomane de Tunisie est d’emblée fondamentalement ambiguë et que les efforts ottomans de modernisation économique sont déjà pris dans les rets d’une situation de nature de plus en plus coloniale. Face à l’industrialisation de l’Europe, l’empire ottoman a tenté, dans divers contextes, dont celui de la production de chéchias, de favoriser le passage à une économie mécanisée de type industriel. Mais, dans cette mutation qui recouvre de multiples conflits de développement sur plusieurs décennies, de nombreux éléments n’ont fait que renforcer les ambiguïtés, puis la dépendance : l’importation de la technologie, les mécanismes de l’investissement, la redéfinition des circuits de commercialisation, le rapport à l’étranger, l’évolution des rapports sociaux à l’échelle locale. Pour cette dernière dimension, le choc de la disparition des corporations en tant que telles a été puissant dans le contexte général ottoman des tanzimat et de leur déclinaison locale tunisienne, de réformes économiques modernisatrices aux effets déstabilisateurs sur la cohésion du milieu social de la production. Ces faits, s’ils sont interprétés dans le cadre de réflexions sur l’histoire globale du conflit de développement dont il est question ici, nous incitent à conforter les suggestions de Kenneth Pomeranz (2000) sur le haut degré d’élaboration productive préindustrielle de certaines zones, comme ici la Tunisie ottomane, que l’historiographie a eu tendance à d’emblée considérer comme périphériques. Mais il faut aussi y voir une invitation à confronter différentes échelles, du micro local et social à la géopolitique, pour comprendre des mécanismes qui ont abouti à la soumission progressive à un ordre devenant colonial : pressions pour l’ouverture des marchés, ambiguïtés de la mécanisation, débats dans les sociétés locales sur les voies de la modernisation et sur le rôle de l’État. Dans le contexte de la Tunisie ottomane, l’affirmation de la modernité comme paradigme hégémonique s’est ainsi faite par le biais d’une prise de pouvoir dans les mécanismes de décision économique de milieux extérieurs à l’héritage corporatif, et a abouti à une césure dont la nature progressivement coloniale n’a fait qu’accentuer la gravité. Le corps social des milieux productifs anciens, comme en atteste la pétition ici étudiée, a été démantelé dans le processus.

4. Conclusion

19Avec la colonisation française, qui en Tunisie est formalisée en 1881 après deux décennies de perte progressive de souveraineté impériale ottomane et locale provinciale, un paradoxal basculement s’opère : ce sont désormais les autorités coloniales qui ont la responsabilité de défendre la production artisanale tunisienne sur le marché international. Alors que, depuis plusieurs décennies, c’est en partie face aux Français que les Tunisois devaient défendre leurs conditions de production et de commercialisation, les administrateurs coloniaux français sont cette fois saisis, par pétition d’ailleurs à partir de 1882, des problèmes de la filière. C’est dans cette logique qu’est constitué vingt ans plus tard le dossier d’archives sur lequel s’est fondée la recherche menée pour cet article : un responsable colonial français a, semble-t-il, demandé au début du XXe siècle qu’un dossier soit constitué afin d’étudier la question, et l’on voit ça et là ses commentaires apposés au crayon sur les documents anciens. Des pièces remontant à plusieurs décennies ont été rassemblées, sorties de leur contexte archivistique original et compilées dans un carton nouvellement ouvert. C’est qu’à partir du milieu des années 1880, la situation empire encore pour les fabricants de chéchias de Tunis. L’entrée sur le marché de concurrents allemands et autrichiens provoque ainsi une remise en question encore plus profonde des positions tunisoises et la situation devient tout à fait intenable. Le Jacquard, journal français de l’industrie lainière, indique ainsi en 1895, dans le cadre d’une campagne de dénonciation destinée cette fois à protéger la Tunisie, devenue colonie française, de la concurrence européenne, que les chéchias autrichiennes coûtent à Tunis « moins cher que la quantité même de laine nécessaire pour faire une chéchia […] L’Allemagne et l’Autriche ont réussi à accaparer la vente exclusive de cet objet d’habillement » (Le Jacquard, 1895, p. 345). La Tunisie est totalement expulsée du marché international. La production de chéchias y retourne à un stade artisanal qu’elle ne connaissait déjà plus aux XVIIIe et XIXe siècles, et devient quasiment anecdotique. Malgré un effort des nationalistes tunisiens des années 1940 et 1950, autour d’Habib Bourguiba, visant à affirmer le port de la chéchia comme distinction culturelle et comme signe politique de soutien à l’indépendance, la production continue de décliner. Les débats culturels sur le symbolisme de la chéchia, entre Tunisie destourienne et Turquie kémaliste (Doğaner, 2009), quelle que soit l’évolution du couvre-chef en lui-même, ne modifient en rien la réalité économique du secteur et la situation sociale de ceux qui y avaient dédié leurs compétences et leur travail. Au cours des décennies suivantes, elle devient peu à peu un objet moins central dans la culture tunisoise, voire confiné au folklore des souks dans le contexte du développement touristique et, pour ce qui est de l’histoire économique, le symbole d’une intensification avortée de la production artisanale à l’ère industrielle.

Seitenanfang

Bibliografie

Abidi, B. (2016) ‘Refugees from Al-Andalus and the Urban Evolution of the Lower Medjerda Valley’, Urban Studies Seminar, ZMO Berlin.

Bachrouch, T. (2008) La médina de Tunis avant le Protectorat, Cahier de CERES, Série Histoire, 17 (Tunis : CERES).

Bakalti, S. (1996) La femme tunisienne au temps de la colonisation (Paris : Harmattan).

Batzell, R., S. Beckert, A. Gordon et G. Winant (2015) ‘Writing Social History 50 years after the Making of the English Working Class’, Journal of Social History, 48(4), pp. 753-758, DOI: 10.1093/jsh/shv036.

Bayart, J-F. (1999) ‘L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion’, Critique Internationale, 5, pp. 97-120, DOI: 10.3406/criti.1999.1505

Ben Miled, M. (2010) Chéchia : le bonnet de feutre méditerranéen (Carthage : Editions Carthaginoiseries).

Boubaker, S. (2003) ‘Négoce et enrichissement individuel à Tunis du XVIIe siècle au début du XIXe siècle’, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 50(4), pp. 29-62, https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2003-4-page-29.htm (consulté le 26 mai 2016).

Bryant, J. (2006) ‘The West and the Rest Revisited: Debating Capitalist Origins, European Colonialism and the Advent of Modernity’, Canadian Journal of Sociology, 2006, 31(4), pp. 403-444.

Cardoso, F.H. et E. Faletto (1969) Dependencia y Desarrollo en América Latina (Buenos Aires : Siglo Veintiuno).

Chakrabarty D. (2000) Provincializing Europe. Postcolonial Thought and Historical Difference, (Princeton: Princeton University Press).

Chastagnaret, G. (2000) L’Espagne, une puissance minière au XIXème siècle, (Madrid : Casa de Velazquez), 1170 p.

Conklin, A. (2000) ‘Boundaries Unbound: Teaching French History as Colonial History and Colonial History as French History’, French Historical Studies, 23(2), DOI:10.1215/00161071-23-2-215.

Davidson, B; (1969), The African Genius: an Introduction to African Cultural and Social History, (Boston: little Brown and Company).

Dawley, A. (1976) Class and Community: the Industrial Revolution in Lynn, (Cambridge: Harvard University Press), 301 p.

Doğaner, Y. (2009) ‘The Law on Headdress and Regulation on Dressing in the Turkish Modernization’, Bilig, 51, p.65-86, http://bilig.yesevi.edu.tr/yonetim/kcfinder/upload/files/bilig-51-guz-2009.pdf (consulté le 26 mai 2016).

Fahmi, M. (1954) La révolution de l’industrie en Egypte et ses conséquences sociales au XIXème siècle (1800-1850), (Leiden : Brill).

Faroqhi, S. (2009) Artisans of Empire. Crafts and Craftspeople under the Ottomans (London: Tauris ).

Ferchiou, S. (1971) Technique et société : l’exemple de la fabrication des chéchias en Tunisie (Paris : Institut d’ethnologie).Ganiag, J. (1959) Les origines du Protectorat français en Tunisie (1861-1881) (Paris : PUF).

Guillén, M. (2004) ‘Modernism without Modernity? The Rise of Modernist Architecture in Mexico, Brazil and Argentina, 1890-1940’, Latin American Research Review, 39(2), DOI: 10.1353/lar.2004.0032.

Guillerme, A. (2007) La naissance de l’industrie à Paris : entre sueurs et vapeurs (1780-1830), (Seyssel : Champ Vallon).

Guillerme, A. (1998) Révolution artisanale, révolution industrielle : la technique face aux métiers, (Paris : CNAM), 13 p.

Hanna, N. (2011) Artisan Entrepreneurs in Cairo and Early Modern Capitalism (Syracuse: Syracuse University Press).

Hadi Chérif, M. (1970) ‘Expansion européenne et difficultés tunisiennes de 1815 à 1830’, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 8, pp. 111-114, DOI : 10.3406/remmm.1970.1035.

Hamadeh, S. (2004) ‘Ottoman Expressions of Early Modernity and the “Inevitable” Question of Westernization’, The Journal of the Society of Architectural Historians, 63(1), pp. 32-51, DOI: 10.2307/4127991.

Lafi, N. (2005) ‘Les pouvoirs urbains à Tunis à la fin de l’époque ottomane : la persistance de l’ancien régime’ in Lafi N. (dir.), Municipalités méditerranéenne (Berlin : K. Schwarz), pp. 223-244. 

Lafi, N. (2012) ‘La gouvernance ottomane des équilibres locaux : le rôle du bureau central des pétitions et l’usage de ses archives’, Cahiers du Ceres, 21, pp. 261-274.

Landes, D. (1969) The Unbound Prometheus : Technological Change and Industrial Development in Western Europe from 1750 to the Present (Cambridge : Cambridge University Press).

Louis A. (1973), ‘Les industries du cuir à Tunis hier et aujourd’hui : éléments bibliographiques’, Revue de l’occident musulman et de la Méditerranée, 15, pp.145-151, http://www.persee.fr/doc/remmm_0035-1474_1973_num_15_1_1234 (consulté le 26 mai 2016).

Masters, B. (1988) The Origins of Western Economic Dominance in the Middle East. Mercantilism and the Islamic Economy in Aleppo, 1600-1750 (New York, London : New York University Press).

Mignolo, W. (2001) ‘Coloniality at Large. The Western Hemisphere in the Colonial Horizon of Modernity’, The New Centennial Review, 1(2), pp.19-54.

Pamuk, S. (1984) ‘The Ottoman Empire and the Great Depression of 1873-1896’, The Journal of Economic History, 44(1), p.107-118, DOI: 10.1017/S0022050700031399.

Penec, P. (1964) Les transformations des corps de métiers de Tunis sous l’influence d’une économie externe de type capitaliste (Tunis : ISEAAN).

Peyssonnel A. et R.L. Desfontaines (1838) Voyage dans les Régences de Tunis et d’Alger (Paris: Gide), http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30330700f (consulté le 26 mai 2016).

Planel, A.M. (2015) Du comptoir à la colonie (Paris : Riveneuve).

Pomeranz, K. (2000) The Great Divergence: China, Europe, and the Making of the Modern World Economy (Princeton: Princeton University Press).

Quataert, D. (1986) ‘Machine Breaking and the Changing Carpet Industry of Western Anatolia, 1860-1908’, Journal of Social History, 19(3), pp. 473-489, DOI: 10.1353/jsh/19.3.473.

Quéméneur, J. (1942), ‘Contribution à l’étude des corporations tunisiennes : Les Belghajia de Tunis’, IBLA, 5, pp. 26-51.

Randall, A. (1986) ‘The Philosophy of Luddism: The Case of the West of England Woolen Workers, ca. 1790-1809’, Technology and Culture, 27(1), pp. 1-17.

Rodney, W (1972 reprinted in 1983), How Europe underdeveloped Africa, London and Tanzania (Bogle-L’Ouverture: Publications publishing House Dar-Es-Salaam).

Sebag, P. (1959) ‘L’industrialisation de la Tunisie : une expérience dans l’industrie de la chaussure’, Cahiers de Tunisie, 7, pp.147-173.

Spring, C. et J. Hudson (2004) ‘Urban Textile Traditions of Tunisia’, African Arts, 37(3), pp. 24-41, DOI:10.1162/afar.2004.37.3.24.Stott, R. (1996) ‘Artisans and Capitalist Development’, Journal of the Early Republic, 16(2), pp. 257-271.

Teyssier, P. (1962) ‘Le vocabulaire d’origine espagnole dans l’industrie tunisienne de la chéchia’, Mélanges offerts à Marcel Bataillon, Bordeaux, 1962, pp. 732-740.

Thomis, M. (1970) The Luddites: Machine-Breaking in Regency England (Hamden: Archon Books),196 p.

Thompson, E. P. (1963) The Making of the English Working Class (London: Victor Gollancz).

Tirthankar, R. (2007) ‘Out of Tradition: Master Artisans and Economic Change in Colonial India’, The Journal of Asian Studies, 66(4), pp. 963-991, DOI: 10.1017/S002191180700126X.

Thieck, J-P. (1992) Passion d’Orient (Paris: Karthala).

Tunger-Zanetti, A. (1996) La communication entre Tunis et Istanbul 1860-1913 : Province et métropole (Paris: L’Harmattan).

Valensi, L. (1969) ‘Islam et capitalisme: production et commerce des chéchias en Tunisie et en France aux XVIIIe et XIXe siècles’, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 16(3), pp. 376-400.

Van Krieken, G. S. (1976) Khayr al-Dîn et la Tunisie (1850-1881) (Leiden : Brill).

Verley, P. (1997) L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident (Paris : Gallimard).

Winpenny, T. R. (1990) Bending Is Not Breaking: Adaptation and Persistence Among 19th Century Lancaster Artisans (Lanham: University Press of America) 134 p.

Seitenanfang

Anmerkungen

1 Archives nationales de Tunisie (ANT), Série H (silsila al-tarikiyya: Série historique), Carton 72, dossiers 857 à 860.

2 Voir ainsi la chronique de Bayram al-Khâmis (Mohammed), Safwa al-i’tiba’, Tunis, Ministère de la Culture, 2000, 5 vol. ainsi que celle de Ben Diaf (Ahmed), Ithâf al-zamân bi-akhbâr mulûk tûnis wa ‘ahd al-amân, Dâr al-’arabiyya lil-kitâb, Tunis, 2004, 5 vol.

3 Archives nationales de Tunisie (ANT), Série H, Carton 72, dossier 859, document n°6.

4 ANT, série H, carton 72, dossiers 857 à 860.

5 Le document est dépourvu de date. Sa datation résulte de la compréhension du contexte et de celle des documents adjacents dans le dossier.

6 ANT, série H, carton 72, dossier 860.

7 ANT, série H, carton 72, dossier 857. 19 pétitions et documents.

8 ANT, série H, carton 59, dossier 658 (teinturerie). Carton 59, dossier 659 (tanneurs). Voir aussi: Sebag, 1959.

9 ANT, Carton 59 Dossier 644-669 sur la fin des corporations dans la médina (teinturiers, tanneurs, potiers, fabricants de burnous, bouchers, forgerons..). Là encore la pétition s’avère constituer un vecteur fondamental de la médiation.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Nora Lafi, « Une mobilisation de travailleurs contre le machinisme : la Tunisie ottomane entre industrialisation et colonisation », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 8.0 | 2017, Online erschienen am: 08 September 2017, abgerufen am 25 September 2017. URL : http://poldev.revues.org/2449 ; DOI : 10.4000/poldev.2449

Seitenanfang

Autor

Nora Lafi

Nora Lafi est historienne au Leibniz-Zentrum Moderner Orient à Berlin. Elle enseigne également à la Freie Universität de Berlin (faculté d’Islamwissenschaft et Berlin Graduate School Muslim Cultures and Societies).

Seitenanfang

Urheberrechte

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Seitenanfang
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org