Navigation – Plan du site

Les activités d’Adl Wal Ihssane dans les quartiers.Comment construire un consensus « non légal » à partir d’un conflit « toléré »

Merieme Yafout
Traduction(s) :
The Activities of Adl Wal Ihsane in the Neighbourhoods. How to Build a ‘Non-Legal’ Consensus from a ‘Tolerated’ Conflict

Résumé

À partir de l’observation des activités menées par les femmes membres du mouvement islamiste marocain Al Adl Wal Ihssane (AWI) au niveau d’un quartier, cet article analyse la conception du développement portée par ce mouvement et essaie de répondre à la question suivante: comment des visions contradictoires du développement (celle d’AWI, celle des autorités, celle d’autres acteurs associatifs) cohabitent au sein d’un même quartier, et ce que les interactions entre ces différents acteurs nous disent des modes de gouvernement à l’échelle locale? La prise en considération des islamistes comme acteurs du développement humain et de l’éducation religieuse et la spiritualité comme éléments importants de ce développement, montre la complexité des rapports sociaux et politiques que le mouvement islamiste entretient avec le pouvoir et avec la société toute entière. Les interactions du mouvement islamiste avec les différents acteurs locaux, met en évidence une dialectique entre conflit et consensus autour d’un modèle hégémonique « occidental » du développement. Cette dialectique laisse s’exprimer d’autres stratégies qui s’épanouissent dans les activités quotidiennes et d’autres conceptions de ce que serait une « bonne » conduite de vie. Intentionnelles ou non, les stratégies de décharge, de différenciation, de discrétion, de concurrence ou de conformité, et les modes alternatifs de gouvernement et de conduite de vie que cet article a souligné, montrent que les rapports entre les différents acteurs ne peuvent se réduire à un conflit ou à un consensus, et que leurs comportements ne peuvent être expliqués seulement par un rejet ou une acceptation. Le paradigme néolibéral du développement peut constituer à la fois un terrain d’entente et un lieu de conflit entre des modèles de société tout à fait différents.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 C'est l’une des associations féminines que j’ai observées lors de la recherche de terrain que j’ai (...)
  • 2 Entretien effectué avec l’une des responsables de Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.

1Ass1 est une association de femmes fondée en 2006 qui agit dans un quartier populaire de Casablanca. L’association conduit un microprojet économique au profit de quelques femmes du quartier qui bénéficient également de cours d’alphabétisation, de campagnes de sensibilisation et d’ateliers d’apprentissage de travaux manuels. Outre ces activités, Ass assure des cours de soutien pour des élèves de différents âges et mène d’autres activités de long terme comme des campagnes sanitaires, des cours de conscientisation juridique ou des conférences sur la question féminine. Selon l’une des responsables de Ass, l’ensemble de ces activités vise à « aider les femmes à évoluer de leur statut de simples consommatrices et acquérir une indépendance financière ainsi qu’une réelle participation au développement. À travers toutes ces activités, nous motivons les femmes à sortir de leur cocon et assister aux différentes formations qui les éduquent à se doter d’un esprit de production et de productivité et, surtout, d’un esprit critique qui leur évite de tomber dans les filets du wahhabisme ». 2

  • 3 L’histoire de ce mouvement est liée à celle de son fondateur, Abdessalam Yassine qui, en 1974, a en (...)
  • 4 Expression souvent utilisée par les médias pour décrire le statut légal d’AWI. Voir à titre d’exemp (...)

2A priori, ces activités ne diffèrent pas de celles effectuées par la majorité des associations féminines actives dans les quartiers populaires ou dans les zones rurales. Les programmes d’alphabétisation, les campagnes de sensibilisation, les ateliers d’apprentissage de travaux manuels, les coopératives s’inscrivent tous dans le modèle hégémonique actuel de développement constitué notamment d’aide aux microprojets, de microcrédits, d’activités génératrices de revenus, d’alphabétisation, etc. De même, le vocabulaire et le lexique utilisés par Ass sont ceux du dogme dominant avec ses références à l’efficacité économique, à la participation ou à la responsabilisation individuelle. Cependant, on peut voir ces activités sous un angle tout autre dès lors que l’on prend en compte le fait que Ass est contrainte de déployer un arsenal de précautions pour exister, et notamment de mener ses activités de telle sorte qu’elles ne soient pas interdites. En effet, deux membres de ses instances dirigeantes appartiennent au mouvement islamiste Al Adl Wal Ihssane (AWI)3, mouvement considéré comme « non légal mais toléré »4. Cette proximité fait déplacer la focale de l’analyse du « développement » à celle des « conflits du développement » en mettant en exergue des concurrences, des divergences et des modes alternatifs de gouvernement à l’échelle locale.

  • 5 La monarchie au Maroc fonde sa légitimité religieuse sur le principe de la commanderie des croyants (...)
  • 6 Abdessalam Yassine, à l’époque haut cadre de l’enseignement et de la formation, ancien adepte de la (...)

3L’histoire du mouvement AWI est marquée par son conflit avec la monarchie. En effet, depuis sa naissance en 1974, il s’oppose aux fondements de cette dernière : son caractère héréditaire et sa légitimité religieuse5. C’est ce qui explique son statut ambigu, que traduit l’expression journalistique selon laquelle le mouvement est « semi-toléré ». N’ayant pas réussi à établir un changement par le haut en persuadant la tête du régime,6 ce mouvement prône un changement de la société par le bas et place le concept de tarbiya (éducation) au centre de ses programmes. Dans la théorie d’AWI, ce concept prend un sens qui privilégie l’être humain et son bonheur dans la vie terrestre et dans la Vie Dernière, établissant ainsi le lien entre une dimension spirituelle qui vise le changement des individus de l’intérieur et les valeurs de justice sociale et de dignité. Le but essentiel de l’éducation serait de contribuer à rendre l’être humain « autonome et libre », vivant « dans la dignité » et cet objectif ne peut être atteint que s’il ne subit ni pauvreté ni injustice (Yassine, 1998). C’est à partir de cette logique que le mouvement milite pour une justice sociale et critique les politiques néolibérales adoptées par l’État et considérées comme inefficaces, aliénées, élitistes et productrices d’injustice. AWI critique le fait que l’État accepte des « recettes toutes faites » imposées par des forces hégémoniques qui considèrent l’être humain comme une « source », comme un « consommateur » et comme un « marché » (Yassine, 1994, 189). Cela n’empêche cependant pas le mouvement d’utiliser les données issues de ce dogme dominant. Il se fonde ainsi sur des statistiques et des rapports internationaux, notamment ceux qui classent les pays selon des indices de développement humain, pour montrer l’effet négatif de ces politiques sur le quotidien des Marocains. Les secteurs de l’éducation et de la santé seraient continuellement en péril depuis l’adoption des programmes d’ajustement structurel. Par la privatisation de plusieurs secteurs, l’ouverture aux marchés économiques internationaux, la libéralisation économique en interne et en accentuant la dépendance financière du Maroc vis-à-vis des investisseurs et des prêteurs étrangers, ces politiques auraient accentué les inégalités.

  • 7 Parti islamiste à la tête du gouvernement depuis 2011, suite aux élections anticipées organisées da (...)

4Ces critiques permettent, en creux, de faire apparaître la conception du développement selon AWI : il conçoit l’État comme un agent central du développement et, de ce fait, établit une construction idéal-typique du rôle d’un « bon gouvernement » dont la priorité serait de déconstruire le rapport de dépendance vis-à-vis de l’Occident et d’adopter une stratégie qui prenne en considération les contextes locaux, leurs propres normes, valeurs et structures. Comme l’a rappelé Abdessalam Yassine, le « bon gouvernement » se doit d’adopter une politique d’enseignement qui « nous libère de l’aliénation » (Yassine, 1994, 120), qui produise dans différents domaines, y compris l’industrie, des compétences essentielles pour libérer les musulmans de leur statut de « consommateurs, importateurs et endettés » (Yassine, 1994, 182). C’est donc une lecture tout à la fois tiers-mondiste et nationaliste du développement qui émerge de ces critiques, une conception relativement interventionniste de l’État, différente de celle libérale développée par les islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD)7. Ainsi, au concept de développement considéré comme superficiel et aliéné, le mouvement AWI préfère le concept d’éducation qui mettrait l’être humain au centre de tout développement « réel » en se focalisant sur son épanouissement spirituel, social et économique.

5Cependant, la vision critique des politiques étatiques de développement adoptée par le mouvement AWI contredit le constat établi précédemment au sujet de l’association Ass qui est pourtant proche de ce mouvement. Cette association poursuit des activités « banales », « ordinaires » en comparaison avec ce que font les autres associations et s’inscrit incontestablement dans le cadre des politiques de développement et des réformes de libéralisation mises en place par les pouvoirs publics à l’échelle locale. Ce constat est à l’origine de cet article. À partir de l’observation des activités menées par les femmes membres d’AWI au niveau d’un quartier, il tente de montrer comment se concrétise la conception différente du développement portée par AWI, comment des visions contradictoires du développement (celle d’AWI, celle des autorités, celle d’autres acteurs associatifs) cohabitent au sein d’un même quartier, et ce que les interactions entre ces différents acteurs nous disent des modes de gouvernement à l’échelle locale. Le quartier sera ainsi considéré comme un lieu où s’imbriquent les conceptions, les activités, les convergences, les divergences et les stratégies des différents acteurs.

  • 8 Les membres d’AWI affirment disposer de plusieurs verdicts des tribunaux du Maroc confirmant que le (...)

6Fort de son existence « tolérée » malgré son statut « non légal », le mouvement AWI a procédé depuis la fin des années 1990 à la création d’associations de quartier. Ces dernières lui offrent un cadre légal dans lequel les habitants peuvent l’approcher sans crainte. Toutefois, la création d’une association par les membres d’AWI doit se réaliser à l’insu des autorités et, pour que l’association puisse exister et mener ses activités, un certain nombre de précautions et d’adaptations sont nécessaires comme je l’expliquerai plus loin. Il importe également de souligner que l’action associative n’est que complémentaire des autres activités d’AWI dans le quartier. Malgré son statut, la présence d’AWI dans le quartier reste fondée sur les activités éducatives qu’il mène en tant que mouvement islamiste qui se vit comme légal.8 Ainsi, les femmes membres d’AWI, qui sont étudiées dans cet article, agissent au sein du quartier avant tout en tant que branche de la section féminine nationale qui mène un travail d’éducation spirituelle et d’«éveil des consciences ». Ensuite, en fonction du contrôle des autorités, elles agissent à travers une ou plusieurs associations qui assurent des activités de développement « comme toutes les autres associations ».

2. Une association féminine comme les autres

  • 9 Entretien effectué avec une jeune femme responsable de la vente au magasin de l’association Ass à C (...)
  • 10 Entretien effectué avec une encadrante d’alphabétisation au sein de l’association Ass à Casablanca (...)

7Tout en observant l’ensemble des actions effectuées par les femmes membres d’AWI au sein du quartier étudié, j’ai porté une attention particulière à l’association féminine Ass pour le développement social. Sur les sept membres qui forment son bureau dirigeant, deux sont membres d’AWI alors que les cinq autres sont des sympathisantes. Âgées de 25 à 35 ans, elles conduisent un microprojet économique dont bénéficient presque quarante habitantes du quartier. Tôt le matin, des femmes viennent dans le local de l’association pour préparer du pain fait maison alors que d’autres préfèrent le préparer chez elles et l’apporter à l’association. À partir de 11 h 30 commence la vente de ces produits au sein d’un petit magasin faisant partie du local de l’association. « Toutes les femmes qui habitent dans les rues voisines achètent nos produits, elles sont sûres que c’est propre et que c’est bien fait » affirme une jeune femme responsable de la vente au magasin9. Les après-midi sont réservés aux différents ateliers ouverts aux femmes du quartier. Ainsi, l’une des quatre petites salles du local accueille des femmes d’âges différents pour des cours d’alphabétisation assurés par deux jeunes femmes, chacune encadrant un groupe. Trente-huit femmes bénéficient de ces cours et, une seule salle étant disponible pour l’enseignement, les encadrantes sont obligées de les répartir en deux groupes : le premier reçoit ses cours de 14 h à 16 h et le deuxième de 16 h à 18 h. Soumaya, une encadrante, nous raconte que « le nombre de femmes qui veulent faire l’alphabétisation augmente de plus en plus mais nous n’avons malheureusement qu’une seule salle. Afin de résoudre ce problème, les membres du bureau ont réussi à faire un partenariat avec une école à côté qui nous ouvre ses classes à partir de 18 h pour pouvoir encadrer d’autres femmes. ».10

  • 11 Les termes « sœur » et « frère » font partie du lexique habituellement employé par les militants de (...)
  • 12 Entretien effectué avec la responsable de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.

8La deuxième salle du local est réservée à l’apprentissage d’activités artisanales. Trois ateliers s’y tiennent conjointement : un atelier de couture disposé dans un coin équipé de machines à coudre ; un atelier de peinture sur vitre dans l’autre coin ; et un troisième atelier de fabrication de céramique dans un troisième coin. Quant à la troisième salle, ouverte sur la cuisine et équipée d’un grand four, elle est destinée à l’apprentissage de l’art culinaire : des femmes y viennent échanger et préparer différentes recettes, leurs produits sont également vendus dans ledit magasin : des crêpes à la marocaine (msemmen, baghrir), des petits pains, des gâteaux, etc. Le soir, à partir de 19 h, commencent les cours de soutien pour des enfants et des adolescents. Le soutien direct de membres d’AWI y est plus important : « Des “sœurs” enseignantes ou des “frères”11 de la section jeunesse participent de manière bénévole aux cours de soutien. Pour leur part, les parents des bénéficiaires payent un prix symbolique à l’association », explique la présidente de l’association12.

  • 13 Entretien effectué avec la trésorière de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.

9Outre ces activités quotidiennes, le bureau de l’association organise des activités hebdomadaires ou mensuelles : des campagnes sanitaires, des cours de conscientisation juridique, des conférences sur la question féminine, etc. Par ailleurs, la trésorière de Ass affirme que l’association soutient plusieurs femmes sur le plan économique : en plus des quarante femmes susmentionnées, il existe aussi celles qui, grâce aux différents ateliers, ont monté leurs petits projets de couture, de préparation de gâteaux sur commande… À l’exception de la secrétaire, payée une petite somme, le travail des membres du bureau et des encadrantes des différents ateliers est bénévole. Ainsi, la trésorière de l’association explique que « l’association gagne dix centimes pour chaque produit vendu dans le magasin. Ce qui nous fait juste un montant pour payer le loyer du local et du magasin et les différents frais : eau, électricité… Quant aux équipements : fours, tables, machines à coudre, ustensiles de cuisines… c’est, en général, des bienfaiteurs qui nous en font des dons. »13 Outre les activités qui se tiennent au sein de l’association, d’autres sont organisées, de temps en temps, au sein des pénitenciers et des orphelinats, et le bureau de l’association conclut des partenariats avec des collèges et des lycées dans l’objectif de sensibiliser les adolescents aux dangers de la drogue, de l’alcool et de prévenir toutes les formes de délinquance juvénile.

10Les bénévoles sont animées par une large gamme de « sentiments moraux » : l’engagement, l’altruisme, le don de soi. Mais pas seulement ! Certaines sont aussi poussées par l’amour du travail associatif, par la volonté d’occuper leur temps libre, de communiquer avec d’autres personnes, de trouver des possibilités de travail, de se sentir utiles. L’association représente un espace féminin, convivial, où tout le monde se connaît, y compris les bénéficiaires. En outre, les mères s’y plaisent parce que les activités qu’elles mènent dans cet espace ne contredisent pas leur rôle de mère. Au contraire, celui-ci s’en trouve facilité. Par ailleurs, quelques ressources financières viennent pérenniser l’association : les revenus des produits vendus couvrent les frais principaux (loyer, eau, électricité) tandis que les dons des bienfaiteurs et les partenariats fournissent des locaux gratuits pour l’activité d’alphabétisation.

  • 14 L’Agence américaine pour le développement international (USAID) affirme soutenir des projets au Mar (...)
  • 15 Cette participation contrainte, relevant d’un opportunisme, d’une tactique de reconnaissance ou d’u (...)

11Pour compléter ces ressources, le bureau de l’association a préparé un dossier de demande d’aide financière auprès de l’USAID14 et d’autres organismes internationaux, ainsi qu’auprès de l’Initiative nationale du développement humain (INDH). Cette dernière s’inscrit dans le cadre d’une politique sociale et solidaire que le Maroc a adoptée depuis la fin des années 1990 et constitue l’un des « chantiers du règne » (Bono, 2009; Catusse, 2011). Lancée en 2005, cette initiative finance des microprojets de développement local dans le but de lutter contre la pauvreté en donnant aux pauvres les moyens d’en sortir par eux-mêmes (Bono, 2010 et 2013). Elle encourage de même l’action caritative. Si les activités effectuées par Ass ne diffèrent pas de celles effectuées par d’autres associations de quartier, le recours à une demande de financement de l’INDH et des organismes internationaux constitue une tactique d’obtention de ressources supplémentaires et de légitimation qui ne traduit pas forcément une adhésion aux dogmes en vigueur. Il n’en demeure pas moins que cette stratégie, qui valide la conformité des activités de Ass avec le modèle hégémonique tant critiqué par ailleurs par AWI, constitue une participation active à ce modèle et, de façon générale, une diffusion de ce paradigme dominant.15

3. Stratégies de différenciation, de conformité et de restriction dans le champ associatif

  • 16 Entretien effectué avec une encadrante d’alphabétisation au sein de l’association Ass à Casablanca (...)

12Bien que ces programmes convergent en apparence avec ceux d’autres associations actives au sein du même quartier ainsi qu’avec les politiques de développement menées plus généralement par les autorités publiques et les organisations internationales, les interviewées essayent de leur attribuer un sens différent qui confirme, d’ailleurs, le lien idéologique entre les membres du bureau dirigeant de Ass et le mouvement AWI. Ainsi de l’alphabétisation qui prend, pour ces personnes, le sens suivant : « Pour nous, l’alphabétisation n’est pas limitée à l’apprentissage de l’écriture et la lecture. En effet, à travers cette opération, nous transmettons un ensemble de connaissances dont la principale est de connaître Dieu […] Il s’agit pour nous d’un encadrement associatif qui conjugue les programmes classiques avec un éveil des consciences et une éducation spirituelle. »16

  • 17 Entretien effectué avec la responsable de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.

13L’alphabétisation devient alors un moyen d’inculquer un système de valeurs aux bénéficiaires. L’une des interviewées révèle que, dans un premier temps, certaines femmes recourent à l’association « par curiosité » mais que, par la suite, il se peut qu’elles interrompent leur activité associative en raison d’engagements familiaux ou d’une certaine lassitude, ou tout simplement en l’absence de toute motivation. Pour éviter cette rupture, les dirigeantes de Ass motivent les participantes en s’inspirant du référentiel islamique : « On motive les femmes à être positives dans leur entourage à travers des modèles historiques de femmes compagnons du Prophète, des hadiths [paroles et actes du Prophètes] et des versets coraniques, ce qui les rend plus convaincues par l’action associative. »17

  • 18 Selon l’expression d’une interviewée ; entretien effectué le 28 mai 2009 avec une membre d’AWI à Ca (...)

14L’éveil des consciences et l’éducation spirituelle évoqués par les interviewées rappellent le projet d’éducation porté par AWI depuis les années 1980. Selon ce projet, l’individu doit changer de l’intérieur pour réaliser son cheminement spirituel vers Dieu. Or le changement de l’intérieur ne peut se réaliser si l’individu souffre d’injustices. C’est ainsi que l’éducation se présente comme un processus de changement multidimensionnel qui agit d’abord sur l’individu, présenté comme acteur principal du changement, pour se propager ensuite dans la société et faire reculer les injustices. L’un des mécanismes de base est l’accompagnement des personnes dans l’objectif de « réveiller leur conscience ». Cette éducation « par le bas » invite le membre d'AWI à « une omniprésence parmi le peuple en plus d’une proximité totale avec toutes les difficultés sociales, économiques et politiques qu’est contraint de subir le peuple »18 et « le réveil des consciences » s’effectue par l’accompagnement, la vulgarisation de la pensée du mouvement et par le modèle. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’action associative et toutes les activités menées par les membres d’AWI au sein du quartier, ainsi que le sens de « moyens d’accompagnement » du peuple qui leur est donné.

  • 19 Selon les termes de l’interviewée précédente.
  • 20 Tozy note que cette politique religieuse basée, entre autres, sur la gestion et l’encadrement de l’ (...)
  • 21 Sur les mourchidates, voir Yafout (2012).

15Pour les membres d’AWI, cette différence dans le sens attribué aux activités associatives marque une prise de distance du sens hégémonique imposé par les intervenants occidentaux, lequel serait selon eux « superficiel »19. Dans le cas de l’alphabétisation, par exemple, alors que le sens hégémonique se limite à l’apprentissage de l’écriture et de la lecture, la mise en pratique d’une acception « plus large » – dans la mesure où elle inclut les dimensions comportementale et spirituelle que lui attribue AWI – le distingue des autres acteurs œuvrant dans ce secteur. AWI n’est cependant pas seul à opérer dans ce travail d’éducation dirigé vers les femmes. Très concrètement, le mouvement fait face à deux types de concurrence qui contribuent à le singulariser. D’une part, l’État s’est fortement emparé de cette activité suite à la réforme de sa politique religieuse fondée sur une bureaucratisation et une fonctionnarisation du corps religieux gérant les mosquées20 : depuis 2005, le ministère des Habous et des affaires islamiques a entamé la féminisation du corps religieux gérant les mosquées. Il a procédé, en effet, à la formation de mourchidates (prêcheuses)21 et de formatrices qui donnent des cours d’alphabétisation aux femmes au sein des mosquées. Ces formatrices ont le statut de fonctionnaires du ministère. Les cours d’alphabétisation et les prêches donnent lieu à la création d’emplois rémunérés. Si ces politiques publiques augmentent incontestablement l’offre d’alphabétisation et participent de ce fait d’une pratique de développement, elles prennent un sens particulier dans le contexte politique marocain : elles expriment une volonté de concurrencer les mouvements islamistes, à commencer par AWI, sur leur propre terrain, une stratégie destinée à restreindre l’audience de ces mouvements en limitant la portée de leurs actions dans ce domaine.

16D’autre part, le champ associatif est aussi un champ de concurrence entre différents types d’associations, qu’elles soient affiliées à d’autres mouvements islamistes, à des mouvements séculiers ou encore « indépendantes ». Pour toutes ces associations, notamment celles qui jouent le rôle de relais locaux entre les populations et les autorités publiques (Berriane, 2009, 183), les cours d’alphabétisation constituent une entrée privilégiée pour gagner la sympathie des femmes, faire de la propagande pour un élu local (Berriane, 2009, 173) ou mobiliser les femmes pour participer à des manifestations. Là encore, cette concurrence fait apparaître en creux la spécificité des associations liées à AWI qui, tout en développant des programmes similaires voire identiques, entendent leur donner un sens différent, relevant de cette « autre » dimension du développement qu’elles insèrent dans les programmes d’éducation.

4. Entre conformité et décharge : les stratégies de discrétion et le prix à payer pour exister

  • 22 Entretien effectué avec la responsable de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009

17Pour les interviewées, Ass représente l’exemple d’une association « réussie ». Car toutes n’arrivent pas à obtenir une autorisation ou à mener à bien leurs activités du fait de leur proximité avec AWI et de l’adhésion de membres d’AWI à leurs instances dirigeantes. La création d’associations fait l’objet de contrôle, et parfois de répression : une association ne reçoit son autorisation qu’après qu’une enquête ait été conduite sur chaque membre de son bureau dirigeant ; et selon l’expérience vécue par les femmes membres d’AWI que j’ai interviewées, s’il s’avère qu’un ou plusieurs membres d’une association ont un lien quelconque avec le mouvement, l’association n’obtient pas son autorisation. Les interviewées affirment rencontrer de nombreuses difficultés à ce niveau : « Nous préparons nos dossiers de manière correcte et légale et nous les déposons auprès des autorités, pourtant celles-ci ne nous fournissent pas le récépissé d’autorisation. On ne nous déclare pas franchement le refus, on nous répète sans cesse de revenir une autre fois, jusqu’à ce qu’on finisse par comprendre que les autorités refusent de manière indirecte de nous délivrer l’autorisation… »22

  • 23 Entretien effectué avec la responsable de l’association Ass à Casablanca le 24 janvier 2009

18Quand les autorités ne découvrent la relation entre un membre d’un bureau d’association et AWI qu’après la délivrance de l’autorisation, soit elles recourent à la procédure de « fermeture arbitraire » de l’association, soit elles exercent un ensemble de pressions sur ses activités. Les interviewées évoquent « l’annulation de nos activités sans préavis » ou « le refus catégorique et sans raison des lieux publics pour nos activités ».23 Face à cette répression et à ce contrôle, les membres d’AWI déploient ce que je nomme des « stratégies de discrétion ». Le processus de création de Ass nous montre en quoi cette discrétion consiste et les précautions prises. Les membres d’AWI doivent par exemple convaincre des indépendants et des sympathisants de l’importance de l’action associative de sorte que ce soient ces derniers qui se présentent auprès des autorités pour déposer la demande d’autorisation. En outre, seul un ou deux membres du mouvement, qui se doivent de ne pas être connus des autorités, adhèrent au bureau dirigeant. Ces précautions montrent que le champ associatif continue d’être largement contrôlé par les pouvoirs publics qui essayent de limiter le développement du tissu associatif de leurs adversaires. Yasmine Berriane note que le contrôle s’effectue par un ensemble de procédés : enquête préalable sur les futurs membres du bureau exécutif avant la délivrance de l’autorisation ; déclaration de toute nouvelle activité ou de toute manifestation auprès de la division des affaires générales de la préfecture ; présence d’un représentant de l’autorité locale à toutes les assemblées générales (Berriane, 2009, 165). Et dans le cas des associations liées à l’islamisme, Mohamed Tozy souligne que « l’État réagit au tissu associatif très dense créé par les islamistes par une restriction des libertés publiques » (Tozy, 1999, 180). Ces mesures de contrôle expliquent donc aussi les stratégies d’adhésion aux normes dominantes mentionnées plus haut et, plus précisément, de mise en conformité avec les paradigmes hégémoniques. On peut dire que, dans le cas des associations liées à AWI, la conformité au moins apparente de leurs activités et leur adhésion à la doxa du développement relève d’une « stratégie de discrétion » qui les rend banales, leur permet de se fondre dans un épais tissu d’activités qui ne les distinguent pas des autres associations, ne les rendent pas particulièrement visibles et ne les exposent pas à l’interdiction ni à la pression. Cette conformité est en grande partie contrainte, entre autres par les financements, puisque l’obtention de ressources financières de la part de l’INDH et des organismes internationaux nécessite le respect de règles formelles, mais également l’adhésion à des dispositifs qui incarnent les grandes idéologies du moment. Les présidents des comités locaux de l’INDH (souvent des présidents d’arrondissement) jouent un rôle essentiel dans la définition des besoins locaux et dans la présélection des projets à financer (Berriane, 2009, 178). Ce qui signifie que tout acteur qui aspire au financement de son projet doit se conformer aux définitions des besoins établies par ces comités locaux (Bono, 2009). De la sorte, l’INDH fonctionne « comme un instrument de domestication d’un champ micro-associatif en pleine expansion et difficilement contrôlable » (Berriane, 2009, 187).

  • 24 Dans le sens de Max Weber et tel que l’a développé Béatrice Hibou (Hibou, 1999a et 1999b).
  • 25 À la suite de Michel Foucault, cela est mis en évidence dans les travaux de Béatrice Hibou (Hibou, (...)
  • 26 Maints travaux sur l’action associative conviennent qu’elle contribue à masquer le problème du chôm (...)
  • 27 Entretien effectué avec une membre du bureau dirigeant de l’association Ass à Casablanca le 24 janv (...)
  • 28 Entretien effectué avec la responsable de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.
  • 29 Sur l’éducation spirituelle, voir le paragraphe suivant sur le changement de l’individu. Sur la non (...)

19Mais cette stratégie de discrétion ne fonctionne que parce que les autorités publiques le veulent bien. Et elles « le veulent bien » notamment parce que ces associations prennent en charge une partie des devoirs et responsabilités qui incombent à l’État. C’est la stratégie des « yeux fermés » ou du « laisser-faire », qui est un classique du gouvernement indirect : comme dans d’autres types d’action de développement, cette stratégie, qui consiste à laisser les dynamiques sociales s’épanouir dès lors qu’elles n’interfèrent pas fondamentalement avec les politiques ou les visions défendues par les institutions publiques, est banale et d’autant plus acceptée qu’elle permet à l’État de se « décharger »24 sur d’autres acteurs pour atteindre ses objectifs.25 De fait, les associations féminines remplissent une double fonction : en accroissant les possibilités de financement des microprojets de développement à l’échelle locale, les différents acteurs associatifs contribuent à offrir un sentiment de sécurité socioéconomique ; en offrant aux membres des associations un statut et un réseau de relations plus ou moins large, l’action associative contribue à « masquer » le problème du chômage. Ce qui vaut pour les associations en général vaut pour celles liées à AWI. Ainsi de l’association Ass dont cinq des sept membres du bureau ont des licences dans des domaines différents (biologie, littérature anglaise, littérature arabe et éducation islamique), et deux des diplômes de techniciennes. Seules trois occupent un emploi d’enseignante dans le primaire ou au collège, les quatre autres étant au chômage, y compris la présidente de l’association. Pour ces femmes, venir à l’association permet d’atténuer une impression de n’avoir rien à faire ou d’être inutile26. « Ici, je rencontre des gens, je fais différentes activités qui me soulagent même si je les fais gratuitement, je me sens utile. »27 La présidente de l’association affirme : « Pour demander des aides pour l’association ou pour chercher des partenariats, je vais vers les gens, je rencontre des personnalités (des directeurs d’écoles, des bienfaiteurs), et cela me donne l’occasion de me présenter, de montrer mes compétences et ça peut aussi m’ouvrir des opportunités de travail. »28 Ainsi l’action associative peut constituer une passerelle vers le marché de l’emploi grâce aux réseaux de relations qu’elle permet aux acteurs associatifs de développer. Irene Bono parle ainsi d’activité associative « comme carte de visite » (Bono, 2010, 41). Quoi qu’il en soit, ce constat suggère des stratégies de « décharge » puisque les islamistes d’AWI (mais il en va de même de ceux du MUR) rejettent la violence et prennent en charge la sensibilisation des jeunes à la non-violence par une éducation spirituelle29, au grand bénéfice de l’ordre social et des autorités publiques.

20Les activités de charité et de bienfaisance menées par AWI en tant que mouvement islamiste permettent une autre forme de « décharge ». La concurrence opérée par les interventions publiques n’a pas pu exclure les islamistes des quartiers où ils continuent à avoir une présence et une influence au quotidien.

  • 30 Ces inondations avaient eu lieu dans les régions de Sidi Yahya, Sidi Kacem et Sidi Slimane. Des org (...)
  • 31 Selon une militante associative proche d’AWI, interviewée à Casablanca le 13 avril 2009, AWI serait (...)

21Ainsi, les médias rapportent certaines actions de charité et d’aide réalisées par AWI dans certains quartiers et villes où les pouvoirs publics ont clairement failli à leur devoir. C’est le cas, par exemple, des aides apportées aux populations victimes des inondations de février 2009 dans la région d’Al Gharb30 ou aux victimes d’un incendie d’usine dans un quartier populaire de Casablanca, ignorées par les autorités publiques.31 Ces exemples peuvent être vus comme traduisant une volonté, de la part d’AWI, d’embarrasser les pouvoirs publics en les mettant face à leurs carences, mais on peut aussi les voir comme une chance saisie par les autorités de se décharger d’une partie de leurs responsabilités sur AWI, alors même que le mouvement s’oppose au régime marocain. On peut ainsi constater que toutes les actions ne sont pas intentionnelles, aussi bien du côté du gouvernement qui légitime malgré lui AWI, que du côté d’AWI qui contribue à son insu à un ordre politique qu’il condamne.

5. Changer l’individu pour changer la société : différenciation du sens de l’éducation et conduite de vie

22Dans le quartier étudié, les femmes membres d’AWI effectuent aussi des activités d’« éducation spirituelle » et d’« éducation des consciences » en tant que section féminine du mouvement. Contrairement à celles des associations ouvertes sur toutes les femmes du quartier, ces activités ciblent essentiellement les membres d’AWI.

  • 32 François Burgat estime que l’itinéraire personnel d’Abdessalam Yassine illustre tout autant l’appor (...)

23Ces dernières suivent un programme intense d’activités spirituelles : les assises, le bon conseil et les retraites spirituelles. « Assise » est la traduction du terme arabe  jalassates communément utilisé par les islamistes pour signifier des rencontres hebdomadaires de formation religieuse rassemblant un nombre très limité de membres (ne dépassant pas dix). Le programme contient le dhikr (litanie), l’apprentissage du Coran, des leçons qui exhortent au dhikr en évoquant son importance et ses bienfaits, ainsi que l’apprentissage des pratiques basiques de la religion (ablutions, prière). Quant aux majlis annassiha (le bon conseil), ce sont des rencontres qui se tiennent mensuellement et dont les programmes s’inspirent essentiellement du dhikr et de l’apprentissage des « bonnes mœurs » recommandées par l’islam, notamment celles qui concernent le « bon comportement » telle la bienveillance à l’égard des parents, des voisins, des amis et d’autrui en général. Les retraites spirituelles s’inscrivent dans un cheminement vers Dieu et sont fondées principalement sur le dhikr (litanie), les prières facultatives, les prières nocturnes… Ces programmes relèvent d’une dimension spirituelle de l’éducation qui rappelle l’obédience soufie du mouvement.32 Axée sur le souci du devenir de l’être humain et de sa destinée dernière, l’éducation spirituelle consiste en des programmes qui rappellent constamment à l’individu qu’il existe une « Vie Dernière » et que sa vie terrestre n’est qu’une préparation continue à celle-ci. Ainsi par ce programme spirituel intense, le membre est censé changer de l’intérieur et acquérir une force et une paix intérieures qui se répercuteraient sur son comportement quotidien et contribueraient au changement positif de son entourage, selon la devise d’AWI : « Changer l’individu pour changer la société ».

  • 33 Sur l’importance des notions de « conduites de vie » et de « styles », voir Weber (2006) et Grossei (...)

24L’éducation se voit ainsi dotée d’un sens spécifique qui découle directement du lien qu’elle est censée avoir avec des valeurs spirituelles présentes et mises en pratiques au quotidien dans l’objectif de modifier les comportements et, par là-même, les façons de comprendre la vie en société. Autrement dit, et en suivant l’analyse webérienne, l’éducation est comprise par les membres d’AWI comme une action sociale qui doit contribuer à guider les « conduites de vie » par les valeurs qu’elle porte et à former des « types d’hommes », en l’occurrence des types de femmes33. On comprend dès lors les conflits qui se cachent derrière la perspective consensuelle sur l’éducation vue comme moteur du développement : les conduites de vie très particulières des militantes d’AWI révèlent des compréhensions du monde, et surtout des pratiques fondées sur ces compréhensions, très différentes de celles des associations d’obédience séculière, mais aussi de celles des autres associations islamistes et, évidemment, du gouvernement.

25Le projet d’éducation spirituelle conduit par AWI se veut en effet différent de l’éducation religieuse donnée par les autres acteurs par son sens multidimensionnel. Pour commencer, sa dimension soufie favorise une autre dimension du développement, à savoir le « changement de l’intérieur » qui se réaliserait par les programmes susmentionnés (dhikr et retraites spirituelles) prescrits par un guide spirituel. Si AWI adopte cette approche des tendances soufies, il se démarque de ces dernières par son ambition de l’accompagner d’une lutte contre les injustices qui, selon le mouvement, ne peut s’accomplir que grâce à la présence permanente du mouvement parmi les gens et à leur accompagnement au quotidien. C’est en ce sens aussi que se lit la spécificité d’AWI en matière de développement et qu’apparaissent des « conflits » (ou du moins des différences) avec les autres acteurs et groupes sociaux sur la scène marocaine : ses convictions religieuses sont davantage « quotidianisées », elles doivent être mises au service d’une pratique économique et sociale et donc s’incarner plus profondément dans les conduites de vie. On comprend mieux la place prise par « l’accompagnement » qui fait référence à une autre dimension du projet d’éducation porté par AWI et qui conjugue bonne conduite et militantisme pour les droits sociopolitiques. L’éducation à la vertu et aux bonnes mœurs doit faire du membre d’AWI un modèle de bon musulman qui se distingue par sa bonne conduite, en étant constamment prêt à aider les autres, à défendre leurs droits et à les assister sur tous les plans, économique, social et moral.

6. Les rencontres « Sœurs pour l’éternité » : féminisme islamiste, empowerment et multiplication des conflits

26Au niveau du quartier, les femmes d’AWI organisent aussi des rencontres mensuelles ouvertes à toutes les femmes du quartier. Les rencontres « Sœurs pour l’éternité » concrétisent le projet entamé par les femmes d’AWI en 2000 pour former des femmes ‘alimates (théologiennes). Bien qu’elles fassent leur la vision selon laquelle les musulmanes sont assujetties à une condition dégradante et de marginales, les femmes d’AWI estiment que ce n’est pas l’islam en tant que religion qui est responsable de cette situation mais plutôt les lectures restrictives faites de ses textes, durant de longs siècles, par des oulémas plus influencés par le contexte culturel dans lequel ils évoluaient que par l’esprit libérateur de l’islam. Pour les femmes d’AWI, la nature discriminatoire de la jurisprudence classique à l’égard des femmes est due, en partie, à la domination masculine qui a prévalu dans le champ de l’interprétation des textes sacrés tout au long de l’histoire de l’islam alors que le regard féminin, qu’elles considèrent comme nécessaire pour que la lecture des textes sacrés soit susceptible de libérer les femmes, était quasi-absent. C’est à partir de ce constat que les femmes d’AWI prétendent relever le défi de l’ijtihad (effort de réinterprétation et de recontextualisation des textes sacrés) en cherchant à maîtriser différentes sciences et à se doter des outils nécessaires pour accomplir la tâche de la réinterprétation (Yafout, 2012). Ce projet a été directement encouragé par la pensée d’Abdessalam Yassine et son appel au renouveau multidimensionnel, plus particulièrement son appel à l’émancipation des femmes et à leur maîtrise des outils de l’ijtihad. Ainsi, les ‘alimates d’AWI organisent les rencontres mensuelles « Sœurs pour l’éternité » dans certaines villes et quartiers afin d’étudier des versets coraniques, des hadiths et des faits historiques qui ont souvent été interprétés par la jurisprudence classique dans un sens qui marginalise la femme.

27Apparaît donc ici un autre point de convergence, au moins apparent, avec l’hégémonie néolibérale : la capacité à donner du pouvoir aux subalternes (et en particulier aux femmes) et à leur permettre de se prendre en main que traduit la notion d’empowerment au cœur du dogme actuel des bailleurs de fonds internationaux, mais aussi de la plupart des programmes de développement, au Maroc comme ailleurs. Évidemment, cette capacité est, dans le cas de l’hégémonie développementaliste occidentale, liée à un empowerment économique alors que l’empowerment dont il est question chez les femmes d’AWI résulte d’un effort intellectuel et spirituel. C’est dans ce dernier sens que certaines études décrivent ces rencontres comme des espaces d’« empowerment collectif » (Salime, 2005, 153). Mais dans un cas comme dans l’autre, l’on trouve cette importance accordée à l’action individuelle dans la prise en charge de la femme pour changer la façon dont elle est insérée dans la société et dans le monde. De fait, les femmes membres d’AWI réexaminent les textes sacrés à la lumière de la vie du Prophète (Sira) et de celle de ses compagnons (hommes et femmes), mais aussi à la lumière du contexte dans lequel ces textes ont été révélés. Elles adoptent une méthode qui prend en considération les circonstances de révélation (asbab annouzoul), le contexte historique et social du texte et l’esprit de changement progressif (attadaruj) porté par le message coranique. L’objectif de ce travail est de remettre en question toute interprétation restrictive associant l’islam à la subordination des femmes et de se détacher de toute théorie discriminatoire. Ainsi, dans le cadre de ces rencontres, sont remis en question des concepts jurisprudentiels controversés, comme ceux qui se réfèrent à la supériorité de l’homme sur la femme, ou d’autres qui interdisent la mixité ou permettent la polygamie. Les ‘alimates d’AWI effectuent un travail de déconstruction de ces concepts pour élaborer de nouvelles conceptions fondées sur les textes sacrés et les faits historiques. En somme, les rencontres « Sœurs pour l’éternité » constituent des espaces de réflexion visant à rendre confiance aux femmes et à renforcer leur estime de soi en leur présentant le modèle de l’émancipation des femmes compagnons du Prophète (sahabiyates). Celles-ci, par la place qu’elles ont occupée dans l’islam des origines, auraient contribué à la construction de la société musulmane par leur engagement, aux côtés des hommes, pour soutenir le Prophète et bâtir une nouvelle société.

28Les rencontres « Sœurs pour l’éternité » s’inscrivent dans les politiques d’« éducation des consciences » et de « réveil des consciences » analysées plus haut dans le cadre d’un quartier. La question féminine s’articule donc à des dimensions religieuses, historiques et politiques : pour le mouvement, la dégradation de la condition féminine serait liée au monopole exercé par les pouvoirs politiques sur l’interprétation des textes religieux. On entraperçoit dès lors un conflit de développement avec les mouvements féministes et les autorités publiques, que cache le consensus discursif sur la nécessité d’améliorer la position des femmes dans la société marocaine.

  • 34 Voir à titre d’exemple http://lnt.ma/lexperience-mourchidates-seduit-loncle-sam/ consulté en décemb (...)
  • 35 Entretien effectué avec une mourchida dans le cadre de mes recherches doctorales le 09 mai 2009.

29De fait, les efforts de réinterprétation entrepris par les femmes d’AWI représentent un défi à la règle instaurée par l’islam officiel au Maroc selon laquelle les oulémas officiels constituent la référence en matière d’ijtihad. Nombre d’interviewées considèrent l’initiative du ministère des Habous et des affaires islamiques pour former des mourchidates (prêcheuses) comme une réaction à leur projet de formation des ‘alimates. D’ailleurs, à son démarrage, le projet de mourchidates a été largement médiatisé et présenté, par les médias tant marocains qu’internationaux, comme une révolution dans le champ religieux et une grande innovation dans le monde musulman.34 Pourtant, les prédicatrices jouaient un rôle bien réel, de manière bénévole, dans les mosquées marocaines depuis les années 1970 (Yafout, 2012). Le projet du ministère n’a fait que réorganiser ce rôle dans un cadre officiel en proposant aux mourchidates des formations officielles et en leur octroyant le statut de fonctionnaires rémunérées. Ces dernières s’occupent de l’orientation religieuse des femmes dans une ou plusieurs mosquées de chaque quartier. Toutefois, les mourchidates n’ont pas le droit de produire une interprétation religieuse ni d’émettre des avis juridiques, « rôle exclusif du Majlis Al ‘Ilmi (conseil scientifique des oulémas) », selon une mourchida interviewée.35 Quand elles expliquent les différences entre leur projet et celui du ministère, les femmes membres d’AWI mentionnent précisément la pratique de l’interprétation. Pour elles, ‘alima et mourchida se distinguent principalement à deux niveaux : celui de la formation et celui du savoir transmis (Yafout, 2012). Les ‘alimates auraient acquis un niveau supérieur de connaissances grâce à des formations spécialisées et approfondies tandis que les mourchidates officielles n’auraient reçu que des formations de courte durée ; en outre, elles seraient en mesure de produire de la science, de réinterpréter et de comparer des textes religieux, tandis que le rôle des mourchidates se limiterait à donner des dourous (leçons/prêches). Elles se contenteraient donc de transmettre un savoir religieux non élaboré.

30Le conflit avec les autorités publiques n’est pas toujours caché. Alors qu’avant 2005, les rencontres « Sœurs pour l’éternité » étaient « tolérées », elles ont été directement réprimées à partir de cette date et contrées par la politique religieuse du ministère des Habous. Les interviewées racontent qu’avant 2005, les rencontres « Sœurs pour l’éternité » attiraient de nombreuses femmes, membres d’AWI, sympathisantes ou désireuses de découvrir la pensée du mouvement ou d’apprendre les enseignements religieux, leur nombre ayant pu atteindre le millier dans certaines villes ou quartiers. Cependant, depuis mai 2005, ces rencontres sont la cible de fortes pressions de la part des autorités. Elles ont été perturbées par la police à plusieurs reprises et les femmes qui les dirigent ont été conduites au commissariat, interrogées puis libérées à des heures tardives de la nuit. Face à cette situation, les femmes membres d’AWI ont limité l’ampleur de leurs rencontres et réduit le nombre de bénéficiaires dans une stratégie de contournement de la contrainte consistant à prendre davantage de précautions et à adapter leur action aux nouvelles conditions sécuritaires.

31Avec les mouvements féministes également, le consensus apparent cache des conflits liés aux valeurs véhiculées par l’une et l’autre tendance. En effet, comme les féministes séculières, les femmes membres d’AWI aspirent à l’émancipation des femmes mais, comme les féministes islamiques, elles utilisent des outils du référentiel islamique. Mais elles défendent un « féminisme différent » qui prône une analyse de la condition féminine combinant des éléments historiques, religieux et politiques. Leur lecture de l’histoire musulmane lie la dégradation de la condition féminine en Islam à la naissance du despotisme et définit les ennemis de l’émancipation des femmes comme étant le machisme et l’autoritarisme. Toutefois, les femmes membres d’AWI ne se définissent pas comme féministes. Tout au contraire, elles se démarquent de ce mouvement qui, selon elles, s’inscrit dans une histoire tout à fait différente de celle de la marginalisation des femmes musulmanes. Si la religion a constitué un facteur de discrimination des femmes en Occident, elle serait, au contraire, un facteur de leur émancipation dans le monde musulman.

32Par ailleurs, l’appropriation par les femmes membres d’AWI de l’ijtihad, conçu comme un champ réservé aux oulémas officiels, explique en partie la pression exercée sur leur action, mais elle explique également les conflits existant à l’intérieur du mouvement. En effet, les rencontres « Sœurs pour l’éternité » ne se tiennent plus depuis 2012 en raison de la démission de la plupart des femmes qui les dirigeaient à la suite de différends avec certains responsables du mouvement. Ces derniers se montraient souvent réfractaires à l’autonomie dont les femmes du mouvement bénéficiaient aussi bien dans la conception que dans l’exécution de leurs projets. Les responsables masculins du mouvement conçoivent, eux aussi, l’interprétation des textes sacrés comme un champ exclusivement masculin, en dépit de la position personnelle du fondateur d’AWI qui a toujours, à la fois dans sa théorie et dans sa pratique, encouragé la dynamique féminine par un soutien au militantisme de sa fille, Nadia Yassine. Le retrait progressif du fondateur du mouvement à partir de 2007 du fait de sa maladie a permis aux responsables masculins d’entamer un processus de marginalisation des femmes au sein du mouvement, lequel a abouti à leur démission début 2012, quelques mois avant le décès du fondateur. Ici, les conflits de développement sont directement liés aux positions et stratifications de genre qui structurent les relations de pouvoir dans la société marocaine.

7. Conclusion

33L’exemple de la pratique du « développement » proposée et mise en œuvre par Adl Wal Ihssane et ses instances féminines laisse entrevoir la multiplicité des processus à l’œuvre. Par ce prisme, la présence d’AWI dans les quartiers se manifeste d’abord dans l’action associative, dans l’éducation spirituelle puis dans l’éducation des consciences, laquelle se traduit par la transmission d’une vision de l’émancipation des femmes fondée sur le référentiel islamique.

34La première remarque qui se dégage de cette analyse est que l’on ne peut comprendre les conceptions et les actions d’AWI qu’en prenant en compte la rencontre complexe entre deux matrices historiquement constituées : d’une part la matrice musulmane qui comprend le développement à l’aune des réformes (islah) mais aussi de l’interprétation et de la contextualisation (ijtihad) et, d’autre part, la matrice occidentale dans la modalité néolibérale qui la caractérise aujourd’hui. C’est ainsi seulement que l’on peut comprendre qu’il existe à la fois des convergences de forme avec les projets de développement inspirés de la doxa dominante et mis en œuvre tant par les pouvoirs publics que par d’autres acteurs locaux, et des divergences dans le sens donné à ces mêmes actions, lequel réside pour AWI dans une « plus-value spirituelle » conjuguée à une quête de justice sociale. Ce qui m’amène à ma deuxième remarque : derrière le consensus sur l’importance du développement, et particulièrement de l’éducation, derrière le consensus apparent sur les finalités mêmes de l’action éducative (développer, faire progresser, apporter du bien-être), derrière le consensus sur les techniques, les dispositifs voire les pratiques de développement – consensus en partie contraint par les règles de financement de projets –, se cachent nombre de conflits : des conflits pour s’imposer sur le terrain social face à la concurrence des acteurs étatiques mais aussi d’autres types d’acteurs, islamistes ou séculiers ; des conflits internes à AWI autour de la place des femmes dans la société ; des conflits, surtout, de valeurs qui traduisent des différences dans la conception de la vie en société, mais aussi du monde et de l’au-delà ; et, de façon concomitante, des conflits autour des styles et des conduites de vie.

  • 36 Sur les campagnes de moralisation de la vie publique et privée du MUR et du PJD, voir Zeghal (2005, (...)
  • 37 Dans ce sens, Tozy évoque les imams dissidents des années 1980 ou ceux contemporains tels que cheik (...)

35L’éducation permet d’entrer en profondeur dans la société, en l’occurrence dans la société marocaine, et de remettre en cause la vision la plus répandue qui oppose système et anti-système. C’est la troisième remarque que permet l’observation des actions éducatives féminines d’AWI : la complexité des relations empêche des visions binaires de type alignement/répression, convergence/divergence, concurrence/collaboration, bien que le mouvement d’Abdessalam Yassine soit considéré comme le plus farouche opposant du « système » et se vive comme tel. Ainsi, l’éducation religieuse est un projet porté par d’autres acteurs de la société. Les islamistes du Mouvement de l’unification et de la réforme (MUR), l’aile religieuse du PJD, organisent aussi des assises religieuses incluant des programmes exhortant aux bonnes mœurs, à l’apprentissage du Coran et des hadiths et à l’initiation à la jurisprudence islamique (fiqh). Ils effectuent de même des campagnes éthiques ponctuelles par l’entremise de caravanes qui visitent les villes pour dénoncer la dépravation morale et appeler au respect des enseignements de la religion36. Dans les mosquées gérées par le ministère des Habous et des affaires islamiques, les mourchidates enseignent aussi aux femmes quelles sont leurs obligations religieuses et comment organiser leur conduite quotidienne conformément aux principes religieux. Depuis les années 1980, l’éducation religieuse constitue un champ de concurrence entre les différents mouvements islamistes et les autorités religieuses officielles. Ces dernières, surtout depuis la réforme de 2005, interviennent au sein des mosquées par l’intermédiaire des imams et des prêcheurs officiels et excluent tout imam diffusant un discours qui leur soit opposé37, à commencer par les imams et mourchidates proches d’AWI. Mais cette stratégie de contrôle et de répression mise en œuvre en exerçant une concurrence dans les projets de développement et d’éducation (religieuse ou non) se conjugue à un laisser-faire qui permet aux pouvoirs publics de se décharger d’une partie de leurs responsabilités, volontairement ou non, et qui dessine les contours de collaborations existant à l’insu même des acteurs. On le voit, à la position politique radicale d’AWI répondent les interdictions prononcées par les pouvoirs publics ainsi que toute une série de stratégies de concurrence destinées à endiguer son influence ; mais parallèlement, le laisser-faire des autorités permet au mouvement de contribuer de façon indéniable à la résolution de problèmes au niveau micro-local. De même, AWI continue de refuser de présenter des candidats aux élections et d’adhérer à la politique instituée mais il n’en est pas moins un acteur politique important du fait des activités de proximité qu’il mène. Ces dernières portent, selon AWI, un sens différent et concrétisent la définition selon laquelle l’islamisme est une forme de présence au quotidien parmi la population.

36Ainsi le terrain sur lequel AWI mène son travail associatif et militant souligne la complexité des relations entre développement et conflits, et donc des « conflits de développement ». C’est la quatrième et dernière remarque que ce travail suscite. Loin d’opposer conflit et pacification, on voit ces deux termes s’articuler dans les pratiques quotidiennes. L’engagement des membres d’AWI dans l’éducation explique aussi leur capacité à organiser des manifestations et à mobiliser (Cavatorta, 2006), comme on l’a vu au moment du 20-Février (Bennani-Chraïbi et Jeghllaly, 2012). Cette capacité – qui porte également un potentiel de conflictualité important – permet une pacification des relations sociales et un certain soutien à l’ordre moral et politique. Les usages du terme d’éducation, dans sa dimension comportementale, l’explicitent : il est souvent évoqué par les sympathisants d’AWI pour dire « ce sont des gens bien éduqués » (hadouk nas mrabyine). Dans sa dimension comportementale, ce terme est central dans le quotidien des Marocains et est loin de ne caractériser que les sympathisants du mouvement. Pour décrire la conduite des personnes, on utilise souvent, les expressions mrabbi (bien éduqué), ma mrabbiche (pas bien éduqué) ou naques trabi (il manque d’éducation). Cet usage ambivalent du terme se manifeste aussi dans les rapports des membres d'AWI avec leur entourage, ce qui souligne là encore le flou des significations. Si les sympathisants l’utilisent de manière positive en octroyant aux membres d’AWI une grande capacité de mobilisation, il devient, dans d’autres cas, un baromètre pour juger leur conduite. « Est-ce cela l’éducation ? » (hadi hiya tarbiya ?), est une expression utilisée par des individus ou des groupes quand ils remarquent une attitude inconvenable chez un membre d’AWI, comme pour le juger en le renvoyant à son propre corpus terminologique.

  • 38 Une exception est Tozy et Hibou (2015) ; cependant, ces auteurs s’intéressent à l’influence relativ (...)

37Ces quatre remarques convergent pour montrer l’importance de l’idée de développement dans certains mouvements de l’islamisme contemporain. L’approche par le local utilisée dans cet article permet de mettre au jour un élément trop souvent occulté. De fait, en se focalisant quasi exclusivement, pour le milieu urbain, sur les acteurs économiques et sur les acteurs politiques et associatifs liés au monde séculier (Catusse, 2011) et, pour le milieu rural, sur les associations villageoises de développement et les associations de migrants (Lacroix, 2005), et en s’attachant à appréhender la réalité ou non de « l’État social » à travers ses politiques publiques, les études sur le développement au Maroc ne prennent pas en considération l’islamisme.38 Ce faisant, l’éducation religieuse et la spiritualité ne sont tout simplement pas conçues comme participant du développement, parce que ce dernier est lié à une forme de rationalité économique, y compris lorsqu’il s’agit du « développement humain ». J’ai essayé au contraire de montrer la richesse de ces dimensions et le rôle important que leur accordent tant les acteurs islamistes que le pouvoir, ce qui leur confère un rôle important dans le développement.

38Ces quatre remarques suggèrent un autre point de convergence : en considérant AWI comme un acteur local du développement, l'analyse a montré la complexité des rapports sociaux et politiques que le mouvement islamiste entretient avec le pouvoir et avec la société toute entière. En prenant en compte ses interactions non seulement avec les autorités mais aussi avec les populations et d’autres acteurs locaux, l’on voit apparaître une dialectique entre conflit et consensus autour d’un modèle hégémonique « occidental » du développement. Cette dialectique laisse s’exprimer d’autres stratégies qui s’épanouissent dans les activités quotidiennes et d’autres conceptions de ce que serait une « bonne » conduite de vie. Intentionnelles ou non, les stratégies de décharge, de différenciation, de discrétion, de concurrence ou de conformité, et les modes alternatifs de gouvernement et de conduite de vie que cet article a mis en évidence montrent que les rapports entre les différents acteurs ne peuvent se réduire à un conflit ou à un consensus, et que leurs comportements ne peuvent être expliqués seulement par un rejet ou une acceptation. Comme le montrent Irene Bono et Béatrice Hibou dans leur introduction à ce volume, le paradigme néolibéral du développement peut constituer à la fois un terrain d’entente et un lieu de conflit entre des modèles de société tout à fait différents. Les conflits relatifs à la conception du développement (développement économique versus développement humain et spirituel) peuvent générer des consensus qui contraignent les uns et les autres à cohabiter au sein d’un même espace, à utiliser les mêmes dispositifs, à avoir recours aux mêmes modèles voire aux mêmes bailleurs de fonds et à réaliser une partie de leurs objectifs tout en en sacrifiant d’autres. La démarche qui ne se focalise que sur la dimension contestataire et politique d’AWI, dont les positions seraient totalement antinomiques de celles du pouvoir et anti-hégémoniques vis-à-vis de l’Occident, ne peut mettre en lumière que la dynamique d’opposition du mouvement. Tel est le cas de la littérature qui analyse le seul rapport vertical entre AWI et le pouvoir, ou de celle qui prend en compte les rapports horizontaux avec les autres mouvements politiques, notamment avec les mouvements séculiers, en ne les comprenant que comme nécessairement conflictuels et polarisants. Cette perspective amène les analystes à n’étudier que les répressions subies par ce mouvement ou les tentatives de cooptation dont il est l’objet venant d’un pouvoir obnubilé par sa volonté de contrôle d’un islamisme oppositionnel en pleine expansion (Burgat, 2008, 310-311). Une bonne partie de la littérature se focalise sur la dimension contestataire d’AWI et notamment sur sa contestation de la légitimité religieuse du pouvoir : la relation entre AWI et ce dernier est alors analysée comme une lutte entre contre-projets et contrôle (Burgat, 2008; Zeghal, 2005; Tozy, 1999, 2009). D’autres analyses, ou parfois les mêmes, présentent également les rapports entre AWI et les mouvements sociaux (qu’ils soient séculiers ou s’inspirent autrement de l’islam) comme relevant du conflit, qu’il porte sur le monopole de la contestation politique, sur les stratégies d’appropriation du discours sur la justice sociale ou sur le contrôle des campus universitaires (Burgat, 2008; Zeghal, 2005, Cavatorta, 2006). AWI n’est pas la seule association à être étudiée en termes aussi manichéens. Force est de constater que les mouvements islamistes dans la région MENA sont le plus souvent présentés comme des mouvements domestiqués et cooptés (Zeghal, 2005, 193), comme des victimes des pouvoirs en place (Burgat, 2008), ou, au contraire, comme une menace aux pouvoirs en place et à l’Occident (Kepel, 2000). Le présent article a essayé de montrer qu’au-delà de cette triple lecture, si des mouvements comme AWI, présentés et se présentant comme radicaux dans leur position vis-à-vis du pouvoir, continuent de bénéficier d’une forte popularité et d’une grande capacité de mobilisation, c’est en partie du fait des marges qui existent concrètement, dans le quotidien, entre le conflit et le consensus. Ces marges permettent à chacun des protagonistes de réaliser quelques uns de ses objectifs sans être obligé de céder à un consensus domestiquant ou à un conflit violent.

Haut de page

Bibliographie

Bennani-Chraïbi, M. et M. Jeghllaly (2012) ‘La dynamique protestataire du Mouvement du 20 février à Casablanca’, Revue française de science politique, 62(5), pp. 867-894, DOI : 10.3917/rfsp.625.867.

Berriane, Y. (2009) ‘Intermédiations stratégiques: l’engagement de militantes associatives locales dans la campagne pour les législatives marocaines de 2007’, in L. Zaki (ed), Terrains de campagne : Les législatives de septembre 2007 au Maroc (Paris: Karthala/IRMC), pp.161-191.

Bono, I. (2013) ‘Comment devenir employable ?’, in B. Hibou La bureaucratisation néolibérale (Paris: La découverte), pp.49-75.

Bono, I. (2010) ‘L’activisme associatif comme marché du travail: normalisation sociale et politique par les « activités génératrices de revenus » à El Hajeb’, Politique africaine, 120(4), pp. 25-44, DOI : 10.3917/polaf.120.0025.

Bono, I. (2009) Cantiere del Regno. Associazioni, Sviluppo e Stili di Governo dans Morocco, thèse de doctorat en sciences politiques, Université de Turin.

Burgat, F. (2008) L’islamisme au Maghreb (Paris: Payot et Rivages).

Burgat, F. (1995) L’islamisme en face (Paris: La découverte).

Catusse, M. (2011) ‘Le « social » : une affaire d’Etat dans le Maroc de Mohammed VI’, Confluences Méditerranée, 78(3), pp. 63-76, DOI : 10.3917/come.078.0063.

Cavatorta, F. (2006) Civil Society, Islamism and Democratisation. The Case of Morocco, Journal of Modern African Studies, 44(2), pp. 203–222, DOI : 10.1017/S0022278X06001601.

Grossein, J.-P. (2006) « Présentation » in M. Weber, Sociologie des religions (Paris : Gallimard-Tel), pp. 51-114

Hibou, B. (2012) La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale (Paris: La Découverte). Hibou, B. (2011) Anatomie politique de la domination (Paris: La Découverte).

Hibou, B. (1999a) ‘La décharge, nouvel interventionnisme’, Politique africaine, 73(3), DOI : 10.3917/polaf.073.0006.

Hibou, B. (ed) (1999b) La Privatisation des États (Paris: Karthala).

Kemp, A. et N. Berkovitch (2013) ‘Gouvernance pédagogique et financiarisation de la vie quotidienne. La fabrique de la microfinance pour les femmes marginalisées en Israël’, in B. Hibou (ed) La bureaucratisation néolibérale (Paris: La Découverte), pp. 23-47.

Kepel, G. (2000) Jihad, expansion et déclin de l’islamisme (Paris: Seuil).

Lacroix, T. (2005) Les réseaux marocains du développement (Paris: Presses de Sciences Po),

Meddeb, H. (2015) ‘Rente frontalière et injustice sociale en Tunisie’ in I. Bono, B. Hibou, H. Meddeb et M. Tozy, L’Etat d’injustice au Maghreb. Maroc et Tunisie (Paris : Karthala)

Pereira, V. (2009) ‘L’émigration clandestine portugaise vers la France et les paradoxes de l’intégration européenne’, Sociétés politiques comparées, 19 novembre, http://fasopo.org/sites/default/files/article_n19.pdf (consulté le 31 mai 2016).

Salime, Z. (2005) Between Islam and Feminism: New Political Transformations and Movements in Morocco, PhD Thesis, University of Illinois, Urbana-Champaign.

Tozy, M. (2013) Des oulémas frondeurs à la bureaucratie du « croire »’, in B. Hibou (ed). La bureaucratisation néolibérale (Paris: La Découverte), pp. 129-154.

Tozy, M. (2009) ‘L’évolution du champ religieux marocain au défi de la mondialisation’, Revue internationale de politique comparée, 16(1), pp. 63-81, DOI : 10.3917/ripc.161.0063.

Tozy, M. (1999) Monarchie et islam politique au Maroc (Paris: Presses de Sciences Po).

Tozy, M. et B. Hibou (2015) ‘L’offre islamiste de justice sociale : politique publique ou question morale?’ in I. Bono, B. Hibou, H. Meddeb et M. Tozy, L’Etat d’injustice au Maghreb. Maroc et Tunisie (Paris, Karthala).

Weber, M. (2006) Sociologie des religions, présenté et traduit par J.P. Grossein (Paris, Gallimard-Tel).

Yafout, M. (2012) Le statut des femmes au sein des mouvements islamistes marocains: entre exégèse au féminin et participation politique, Thèse de doctorat. Université Hassan II/ Faculté de Droit (Casablanca).

Yassine, A. (1998) Islamiser la modernité (Casablanca: Al Ofok).

Yassine, A. (1994) Dialogue avec les honorables démocrates (Casablanca: Al Ofok).

Zeghal, M. (2005) Les islamistes marocains, Le défi à la monarchie (Casablanca: Le Fennec).

Haut de page

Notes

1 C'est l’une des associations féminines que j’ai observées lors de la recherche de terrain que j’ai menée dans le cadre de ma thèse de doctorat portant sur le statut des femmes au sein des mouvements islamistes au Maroc (Yafout, 2012). La recherche a été menée entre 2008 et 2012. Les données analysées dans ce texte résultent essentiellement de l’observation participante des activités des femmes étudiées et des entretiens semi-directifs que j’ai menés avec elles. Afin de garantir l’anonymat de l’association, ni son nom ni le nom du quartier ne seront cités.

2 Entretien effectué avec l’une des responsables de Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.

3 L’histoire de ce mouvement est liée à celle de son fondateur, Abdessalam Yassine qui, en 1974, a envoyé une lettre-conseil au roi Hassan II. À la suite de cet acte, il a subi une série d’actes de répression. En 1982, il a créé l’association islamique de bienfaisance qui, en 1987 a porté le slogan Al Adl Wal Ihssane (Justice et spiritualité) et a mené, jusqu’à son décès en 2012, une opposition radicale au régime politique marocain. Cette position du mouvement a entraîné l’emprisonnement et la répression de ses leaders et de plusieurs de ses membres. Pendant les années 1990, le mouvement a connu un très grand essor au sein des universités et est alors devenu le plus grand mouvement islamiste marocain. Jusqu’à aujourd’hui, AWI a refusé d’intégrer la politique instituée mais prône la non-violence et le changement graduel via l’éducation. Il a été l’un des acteurs essentiels du Mouvement du 20-Février qui s’est déclenché en 2011 dans le cadre du « printemps arabe ».

4 Expression souvent utilisée par les médias pour décrire le statut légal d’AWI. Voir à titre d’exemple l’article paru dans TelQuel ‘Al Adl Wal Ihsane appelle à un discours « humaniste » pour contrer le terrorisme‘ http://telquel.ma/2015/12/14/al-adl-wal-ihsane-appelle-discours-humaniste-contrer-terrorisme_1474173 (consulté le 1er juin 2016).

5 La monarchie au Maroc fonde sa légitimité religieuse sur le principe de la commanderie des croyants, titre traditionnel réinventé sous le règne d’Hassan II, octroyant au roi la double « mission » de sauvegarde de la religion et de gestion de la chose publique. Voir Tozy (1999).

6 Abdessalam Yassine, à l’époque haut cadre de l’enseignement et de la formation, ancien adepte de la zawiya Boutchichiya (confrérie soufie), a envoyé une lettre au roi Hassan II l’invitant à la rédemption (attawba) et l’appelant à prendre « l’initiative de la renaissance effective de l’islam ». La réaction du roi a été d’interner Yassine dans une aile d’hôpital réservée aux malades tuberculeux, puis dans un asile psychiatrique pour une durée totale de trois ans et demi. A. Yassine est considéré comme l’un des plus importants idéologues de l’islamisme (Tozy, 2009, 72) qui, de 1973 à sa mort en décembre 2012, a écrit des dizaines de livres expliquant son projet et sa conception de l’histoire musulmane, de la société moderne et de l’État.

7 Parti islamiste à la tête du gouvernement depuis 2011, suite aux élections anticipées organisées dans le cadre du « printemps arabe ». Il a été créé en 1996 suite à l’intégration d’un groupe de membres du Mouvement islamiste de l’unification et de la réforme (MUR) par le parti du Mouvement populaire démocratique constitutionnel (MPDC) créé en 1967 par Abdelkrim Al Khatib. Sous les couleurs de ce parti, les membres du MUR ont participé, pour la première fois, aux élections de 1997 avant de changer de nom en 1998 pour porter le nom du PJD (Parti de la justice et du développement) et de continuer à préparer une entrée progressive en politique institutionnelle.

8 Les membres d’AWI affirment disposer de plusieurs verdicts des tribunaux du Maroc confirmant que le mouvement est légal.

9 Entretien effectué avec une jeune femme responsable de la vente au magasin de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.

10 Entretien effectué avec une encadrante d’alphabétisation au sein de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.

11 Les termes « sœur » et « frère » font partie du lexique habituellement employé par les militants de la mouvance islamiste pour se désigner les uns les autres.

12 Entretien effectué avec la responsable de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.

13 Entretien effectué avec la trésorière de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.

14 L’Agence américaine pour le développement international (USAID) affirme soutenir des projets au Maroc dans les domaines de l’économie et de l’emploi, pour la participation à la gouvernance, l’éducation et les réformes sociales ainsi que pour l’égalité des sexes. Voir https://www.usaid.gov/morocco (consulté le 1er juin 2016).

15 Cette participation contrainte, relevant d’un opportunisme, d’une tactique de reconnaissance ou d’une stratégie visant à l’efficacité et à un but précis, a été mise en évidence déjà par Max Weber et est très courante dans le monde du développement compte tenu de sa bureaucratisation (Hibou, 2012; Kemp et Berkovitch, 2013).

16 Entretien effectué avec une encadrante d’alphabétisation au sein de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.

17 Entretien effectué avec la responsable de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.

18 Selon l’expression d’une interviewée ; entretien effectué le 28 mai 2009 avec une membre d’AWI à Casablanca dans le cadre de la recherche doctorale.

19 Selon les termes de l’interviewée précédente.

20 Tozy note que cette politique religieuse basée, entre autres, sur la gestion et l’encadrement de l’usage des mosquées et la formation des techniciens du culte date du début des années 1980 (Tozy, 2009, 66), mais qu’elle a pris un nouvel élan depuis 2003, après les attentats terroristes du 16 mai 2003 à Casablanca (Tozy, 2013).

21 Sur les mourchidates, voir Yafout (2012).

22 Entretien effectué avec la responsable de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009

23 Entretien effectué avec la responsable de l’association Ass à Casablanca le 24 janvier 2009

24 Dans le sens de Max Weber et tel que l’a développé Béatrice Hibou (Hibou, 1999a et 1999b).

25 À la suite de Michel Foucault, cela est mis en évidence dans les travaux de Béatrice Hibou (Hibou, 2011). Voir également Pereira (2009) et Meddeb (2015).

26 Maints travaux sur l’action associative conviennent qu’elle contribue à masquer le problème du chômage (Bono, 2010; Berriane, 2009).

27 Entretien effectué avec une membre du bureau dirigeant de l’association Ass à Casablanca le 24 janvier 2009.

28 Entretien effectué avec la responsable de l’association Ass à Casablanca le 23 janvier 2009.

29 Sur l’éducation spirituelle, voir le paragraphe suivant sur le changement de l’individu. Sur la non-violence, voir Cavatorta (2006, 214).

30 Ces inondations avaient eu lieu dans les régions de Sidi Yahya, Sidi Kacem et Sidi Slimane. Des organes de presse avaient même révélé que les autorités locales avaient demandé l’aide d’AWI pour venir au secours des populations et les soutenir. http://www.hespress.com/faits-divers/11125.html (consulté le 1er juin 2016).

31 Selon une militante associative proche d’AWI, interviewée à Casablanca le 13 avril 2009, AWI serait venue à l’aide des familles des victimes de l’incendie qui étaient délaissées, en même temps, par les autorités et par les responsables de ladite usine.

32 François Burgat estime que l’itinéraire personnel d’Abdessalam Yassine illustre tout autant l’apport soufi au registre islamiste que l’impérative nécessité de sortir des voies étroites de la tariqua (confrérie musulmane soufie) pour y accéder (Burgat, 1995, 20).

33 Sur l’importance des notions de « conduites de vie » et de « styles », voir Weber (2006) et Grossein, (2006).

34 Voir à titre d’exemple http://lnt.ma/lexperience-mourchidates-seduit-loncle-sam/ consulté en décembre 2014.

35 Entretien effectué avec une mourchida dans le cadre de mes recherches doctorales le 09 mai 2009.

36 Sur les campagnes de moralisation de la vie publique et privée du MUR et du PJD, voir Zeghal (2005, 235).

37 Dans ce sens, Tozy évoque les imams dissidents des années 1980 ou ceux contemporains tels que cheikh Nhari (Tozy, 2013, 148).

38 Une exception est Tozy et Hibou (2015) ; cependant, ces auteurs s’intéressent à l’influence relative de la matrice intellectuelle de l’islam politique sur les pratiques économiques quotidiennes lorsque celui-ci est au pouvoir et non à proprement parler de leurs conceptions du « développement ». Ils pointent cependant l’importance du « rapport aux valeurs » (Weber, 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Merieme Yafout, « Les activités d’Adl Wal Ihssane dans les quartiers.Comment construire un consensus « non légal » à partir d’un conflit « toléré » », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 08 septembre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://poldev.revues.org/2450 ; DOI : 10.4000/poldev.2450

Haut de page

Auteur

Merieme Yafout

Merieme Yafout est chercheure à l'Institut des Études Politiques, Historiques et Internationales (IEPHI)/Université de Lausanne. Spécialiste des questions de genre, religion et politique, elle a conduit de nombreuses recherches au Maroc, en Tunisie, en Egypte et en Italie. Elles est professeure invitée dans plusieurs universités européennes: université de Turin en Italie, université de Lausanne (Suisse). Elle a en outre participé à des recherches pour de nombreuses organisations internationales.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org