Skip to navigation – Site map

Un « moment » pour faire. Le plan de développement 2015-2020 du Grand Casablanca

Nadia Hachimi Alaoui
Translation(s):
A ‘Time’ to Act: The 2015–20 Development Plan for Greater Casablanca

Abstract

Ce chapitre interroge les conflits de développement à partir de la fabrication « au concret » du ‘Plan de développement 2015-2020’ de Casablanca, qui a fait l’objet d’un vaste processus de concertation lancé et mis en œuvre par le wali de Casablanca, représentant direct du roi dans les territoires. L’étude du processus met en lumière les visions contradictoires, les rapports de force et les luttes de pouvoir qui ont fait advenir la centaine de projets de développement mis à l’agenda public à l’issue du processus ; mais le champ de bataille, dans et par lequel s’est formé le plan de développement, est un champ où les conflits, les rapports de pouvoir, les résistances, en bref le politique se sont exprimés dans des énoncés qui les recouvrent et qui les masquent. Cette « invisibilisation » du politique place le développement dans un espace de consensus dont la face cachée dissimule le caractère profondément asymétrique et inégalitaire des ressources que mobilisent les acteurs dans la négociation des mesures de développement. Cette étude met en lumière les jeux d’alliances et les diverses médiations aux travers desquelles le plan de développement est défini. De fait, ce travail s’inscrit dans une logique inverse des travaux qui se consacrent aux questions du développement urbain au Maroc. Ceux-ci orientent essentiellement leur intérêt sur les oppositions et les mobilisations aux projets de développement ou, a contrario, sur les loyautés et les alliances que leurs allocations permettent de construire vis-à-vis du pouvoir. Ce chapitre invite à se saisir de l’Etat non pas comme un « arbitre » mais comme une « arène » : le projet de « développer » Casablanca, en ouvrant un « moment  pour faire », a constitué, d’abord et surtout, un temps pour l’actualisation des rapports de force et des rapports de pouvoir dans lesquels, au Maroc, s’intriquent l’Etat et la société.

Top of page

Full text

1. Introduction

  • 1 Allocution de Sa Majesté le Roi à l’ouverture de la première session de la 3e législative de la 9e (...)

1C’est un discours du roi au Parlement, en octobre 2013, qui amorce la mise à l’agenda d’un plan de développement pour Casablanca. A l’ouverture de la session parlementaire – inaugurée chaque année par une allocution royale –, le roi Mohammed VI centre son propos sur l’irresponsabilité des représentants politiques dans la mise en œuvre de leur mandat. Pour le démontrer, il se base sur le mal-développement de Casablanca, ses inégalités « criantes » et la faiblesse de ses équipements publics. La « gestion défectueuse » des élus, explique le monarque, est « la source des problèmes » qui fait que « cette ville, qui compte parmi les plus riches du Maroc, […] est la ville des disparités sociales les plus criantes, […] le centre de la finance et des affaires, mais aussi de la misère [et] du chômage »1. Le roi ne se limite pas à l’inventaire des problèmes mais en appelle aussi au changement. Ainsi son allocution, invite à l’élaboration, « d’urgence, d’un diagnostic qui permette d’identifier les origines du mal et les moyens d’y remédier ». Il en dresse les modalités et appelle à la participation de tous les Casablancais. Enfin, il fixe l’horizon du changement :la « transformation de Casablanca en hub financier international ».

2Ce désaveu de la classe politique n’est pas, en soi, chose nouvelle sous le règne de Mohammed VI. Il trouve ancrage dans la crise d’intermédiation politique et les difficultés de la classe politique à renouveler ses rangs (Iraki, 2005 ; Zaki, 2009 ; Tozy, 2010). Cette faiblesse du renouvellement de la classe politique empêche les élus – nationaux ou locaux – d’assumer la fonction d’« intercession » entre la monarchie et la population qui leur est dévolue dans le système politique marocain (Tozy, 1991). En revanche, le discours d’octobre 2013 se singularise par la désignation explicite des élus de Casablanca et son impératif de développement. Un bref rappel de la place qu’occupe le développement dans les modes de gouvernement du règne de Mohammed VI permet de mettre en exergue les déterminants de cette injonction royale au changement.

  • 2 Pour en donner un aperçu : la « politique des grands chantiers d’infrastructures » en ce qui concer (...)
  • 3 Les taux d’équipement des ménages et d’accès à la propriété ont connu une très nette évolution en q (...)

3Le recours au lexique et au répertoire développementaliste est emblématique du discours d’autorité à partir duquel Mohammed VI a marqué la rupture avec l’ordre ancien. Le nouveau règne, qui a débuté en 1999, s’est en effet distingué par la montée en puissance de l’agenda développementaliste dans l’exercice du pouvoir. La décision et le lancement par le monarque des « programmes », des « initiatives » ou des « visions » de développement n’ont cessé de rythmer les quinze premières années de son règne2. Dans un contexte de transformation économique et institutionnelle de l’État, la figure du « roi développeur » a offert un support à la reconfiguration des répertoires d’action étatiques (Catusse et Karam, 2009). En ligne avec la montée en puissance des bailleurs de fonds dans l’agenda public, le tournant « managérial » des modes de gouvernement (Jobert, 1994 ; Ogien, 1995 ; Hibou et Tozy, 2002), , en a fourni les dispositifs et les instruments. Le caractère pluridimensionnel de l’action développementaliste a, quant à lui, démultiplié les espaces de l’interventionnisme étatique. « Roi bâtisseur aux préoccupations sociales » (Catusse et Vairel, 2010), le monarque a repris la conception techniciste et économiciste qui distingue l’action publique depuis l’Indépendance. La dimension sociale singularise certes le projet développementaliste de Mohammed VI, mais elle reprend une même compréhension apolitique du changement. Le résultat en est que l’action sociale est technicisée et la dimension politique des inégalités, largement impensée. De la sorte, les efforts de l’action publique se sont centrés sur la correction des effets des inégalités sociales et territoriales, et non sur leurs causes. Cette « myopie » (Bec, 2014), bien qu’elle ait amené à d’importantes avancées techniques et matérielles3, a empêché d’agir sur la réduction des inégalités constitutives de la condition sociale et politique des individus. Au contraire, celles-ci ont été, , intensifiées par l’orientation néolibérale de l’économie et sa financiarisation (Bono et al., 2015). Le caractère inégalitaire des retombées du développement a fait l’objet de violentes contestations. Pour autant, la nature localisée des revendications et leur géographie – circonscrite aux territoires à la marge – ont limité leur portée (Bennafla et Emperador, 2010). Elles ont ainsi largement épargné le consensus national autour du modèle de développement. Dans le sillon des « Printemps arabes » de 2011, la constitution au Maroc du Mouvement du 20 février, coalition hétéroclite rassemblant sympathisants islamistes, droits-de-l’hommistes et partis d’ultra-gauche (Smaoui et Wazif, 2013), a donné une forme et une visibilité à ces contestations jusque-là éparpillées. Lors des « sit-in » ou des grandes marches qui ont rythmé les mois de février et mars 2011, la violence politique des slogans a certes épargné la personne du monarque (Tourabi et Zaki, 2011), mais la concentration des manifestations dans les grandes villes de Casablanca, Tanger et Marrakech, objets d’une forte mobilisation du pouvoir central et vitrines du projet de modernisation du nouveau règne, leur a donné un écho singulier (Hibou, 2011a). La dimension socioéconomique des revendications, expression d’une volonté de plus grande équité dans la répartition des fruits du développement, a mis au grand jour les limites « intégratives » du modèle et remis ainsi en question le consensus, bien que de manière implicite.

  • 4 Les éditoriaux de la presse au lendemain du discours sont à ce titre éclairants : « Gouvernance de (...)

4Aussi, le discours royal d’octobre 2013 me semble participer du dispositif plus large donné en réponse aux mobilisations de 2011 : comme l’allocution du 9 mars 2011, qui appelait à une réforme constitutionnelle et à la mise en œuvre de nouvelles élections législatives (Dupret et Ferrié, 2011), le discours d’octobre 2013 positionne le roi comme « L »’acteur du changement – cette fois économique et social. Cela autorise la monarchie à en garder l’initiative et à en définir les modalités. Ce qui conforte cette lecture, c’est précisément le lancement par le roi, quelques semaines plus tôt, d’un plan de développement à Tanger (Atlas Info, 2013 ; Maroc, 2014), initiative qui sera reprise à Marrakech en janvier 2014. En outre, la dimension nationale donnée à Casablanca par le roi – dont l’injonction au changement se fait dans l’enceinte même du Parlement – renvoie à la place singulière et symbolique que la ville occupe dans la géographie économique du Royaume et dans celle, historique, des mouvements sociaux, qui confère à toute action publique dans la capitale économique un caractère national. Le décalage temporel entre les mobilisations de 2011 et la réponse « économique et sociale » qui leur est apportée explique le recours à l’artifice de l’urgence : « l’état critique » de Casablanca, mis en scène dans le discours royal, ravive le lien entre, d’un côté, les aspirations au changement des acteurs sociaux et, de l’autre, la faculté de compréhension et d’écoute du monarque (Le360, 2013a). L’urgence installée par le discours royal – compte tenu de la place centrale du monarque dans la définition du politique et de son contenu lexical4 –impose la nécessité de l’action quand, dans le même temps, le discrédit des élus locaux les disqualifie par avance, ouvrant ainsi un « moment » pour l’interventionnisme étatique. Celui-ci a pris forme dans le lancement d’une vaste concertation pour la définition d’un plan de développement sur cinq ans, lancé et mise en œuvre par le wali de Casablanca, représentant direct du roi dans les territoires. Le processus, qui a duré près d’un an, s’est concrétisé, en septembre 2014, par la mise à l’agenda d’une centaine de projets et la mobilisation de 3 milliards d’euros (EUR), à travers des financements croisés engageant l’État, les collectivités locales, des opérateurs publics et privés, et de grands mécènes casablancais.

5La présente contribution se consacre à l’étude du processus de concertation, aux modalités de sa mise en œuvre, aux conditions de production des mesures et des actions de développement qui ont été ainsi définies et ce, de manière à saisir ce que « le développement » veut dire dans le contexte marocain. Elle met ainsi en lumière le « champ de bataille »- pour reprendre le terme de Béatrice Hibou et Irene Bono- dans et par lequel s’est « formé » (Berman et Lonsdale, 1992) le plan de développement, mais un champ où les conflits, les rapports de force, les résistances s’expriment dans des énoncés qui les masquent. Cette invisibilisation du politique place, de la sorte, le développement dans un espace de consensus dont la face cachée recouvre le caractère profondément asymétrique et inégalitaire des ressources que mobilisent les acteurs dans les négociations qui donnent forme, au Maroc, aux actions de « développement ».

6Cette étude s’appuie sur les recherches conduites dans le cadre de ma thèse, consacrée à la figure du wali et à ses pratiques de gouvernement. Elle repose sur la combinaison de techniques et d’outils d’enquête. L’observation participante en premier lieu, m’a conduite à intégrer le groupe de réflexion mis en place par le représentant de l’État et à prendre part aux travaux et à la rédaction des propositions du comité « Mobilité-espace public ». Ensuite,  l’approche ethnographique m’a permis d’observer le plan de développement « en train de se faire », multipliant pour cela, au cours des huit mois sur lesquels s’est étalé le processus, les sites d’observation (les différents groupes de travail, les rencontres publiques et les cérémonies officielles, les séances du conseil de la ville, etc.). Puis, la conduite, en aval du processus, d’une dizaine d’entretiens avec des responsables associatifs, administratifs et politiques a eu pour vocation de comprendre les manières de faire des principaux intervenants. Enfin, la collecte et l’analyse des données constituées par les courriers, la documentation et la littérature grise diffusée au cours du processus a complété cette démarche méthodologique.

2. Le wali, acteur de l’injonction royale au changement

7Au lendemain du discours royal d’octobre 2013, l’injonction royale au changement se prolonge par la désignation à Casablanca d’un nouveau wali. La mise en scène de la nomination de Khalid Safir et ses qualités intrinsèques amènent à positionner, de manière elliptique, le représentant territorial de l’État comme celui à qui il revient d’agir.

  • 5 Jusqu’à l’adoption de la loi sur la régionalisation en janvier 2016, le wali était l’exécutif du co (...)
  • 6 Sur ce sujet, voir Maroc (2005, 6).
  • 7 Le wali est l’autorité en charge des centres régionaux d’investissement.

8Première autorité territoriale de l’État, le wali représente à la fois le roi et le gouvernement au sein du territoire, une singularité qui duplique le bicéphalisme caractéristique du pouvoir marocain. Autorité déconcentrée du Ministère de l’intérieur, le wali occupe une place « cruciale » dans les modes de gouvernement du territoire (Moujahid, 2009) : toutes choses étant égales par ailleurs, son rôle peut être considéré comme l’équivalent de celui du préfet en France avant la décentralisation de 19825. Cependant, à la différence de la fonction préfectorale (Bouabid et Jaidi, 2007), les missions et les compétences propres à la fonction « wilayale » ne sont pas reconnues de manière explicite d’un point de vue juridique et institutionnel6. Au-delà de l’énoncé de ses missions régaliennes, qui en fait le garant de l’ordre public et du respect des lois, le wali dispose de peu de compétences institutionnelles stricto sensu (Bahi, 2005). Celles-ci se limitent en réalité aux missions de coordination des services territoriaux de l’État et de facilitation de l’investissement privé7. À l’inverse, les jeux qu’autorise la tutelle exercée par le Ministère de l’intérieur sur les collectivités locales, les délégations de pouvoir des autorités gouvernementales, et la représentation protocolaire confèrent au wali de multiples positions dans le champ politico-administratif local. Celles-ci le placent au centre de gravité du jeu local. Toutefois, la faible institutionnalisation de la fonction (Akhmisse, 2003) fait reposer la capacité d’action et d’initiative du représentant de l’État sur des ressources essentiellement immatérielles, comme celle du prestige que lui octroie la représentation du roi. Les modalités de désignation de Khalid Safir à Casablanca, au lendemain du discours royal, mettent précisément en avant cette dimension. Lors du discours, le poste de wali à Casablanca est en effet vacant. En effet, quelques semaines plus tôt, la nomination au Ministère des finances du représentant territorial alors en poste dédouanait le wali de toute responsabilité dans l’incurie de la gouvernance territoriale. En outre, la nomination par le roi de Khalid Safir, sans recours préalable à la décision du conseil des ministres, a contrevenu aux nouvelles dispositions établies par la constitution adoptée deux ans plus tôt, qui en fait désormais une obligation. Ce faisant, le mode de nomination a renforcé l’image d’un lien direct entre le souverain et le nouveau représentant de l’État, lui conférant ainsi de manière symbolique le pouvoir de l’action. Haut fonctionnaire des ministères de l’équipement, des finances et de l’intérieur, Khalid Safir combine, à 47 ans, différents registres d’expertise qui renforcent les représentations sur sa capacité à « faire » : polytechnicien de formation, il incarne le pouvoir technocratique sur lequel Mohammed VI s’est appuyé pour asseoir son règne ; de plus, ancien gouverneur de préfecture d’arrondissement à Casablanca entre 2006 et 2009, c’est tout à la fois un expert du « territoire » et un expert du tissu associatif de la ville.

  • 8 Le budget de la ville de Casablanca est de 3 milliards de dirhams (MAD), dont 2 milliards sont cons (...)
  • 9 La ville de Casablanca ne reçoit que 16 % de ses recettes fiscales, qui sont centralisées puis redi (...)
  • 10 Entretiens, wilaya, conseil de la ville, Casablanca, janvier 2015.

9Acteur « désigné » par le haut comme responsable de la conduite du changement, le wali n’intervient cependant qu’indirectement dans la définition et la mise en œuvre des politiques publiques locales : il assume la fonction de coordination entre la municipalité qui, elle, détient les ressources institutionnelles, légales et financières. , l’administration centrale du Ministère de l’intérieur, autorité de tutelle des collectivités locales, et les différentes entités gouvernementales. L’effort de coordination de l’action publique est rendu difficile à Casablanca du fait du caractère éclaté du gouvernement de la ville : le tissu urbain est institutionnellement fragmenté et partagé entre une myriade d’institutions ou d’autorités, concurrentes ou complémentaires selon les cas (La Vie Eco, 2013). On compte ainsi « 114 entités politico-administratives » et « 60 entités techniques » (Kaioua, 2015), constituées d’opérateurs publics ou privés, qui interviennent dans la région du Grand Casablanca. Ces structures ne sont pas pleinement autonomes et sont en interdépendance fonctionnelle les unes avec les autres : elles fonctionnent chacune comme un noyau ou une enclave qui s’enchevêtre avec les autres ou entre en concurrence de sorte qu’elles constituent le maillon d’une chaîne où des décisions localisées coexistent avec des décisions centralisées. La faiblesse du budget municipal8, la subordination de la fiscalité locale à la fiscalité de l’État9 et la très faible déconcentration des budgets ministériels font en effet des administrations centrales des acteurs déterminants dans la définition des politiques publiques locales. Cet éclatement des centres de pouvoir donne une large place à l’action de médiation. Cette fonction est précisément assumée par le wali : ses multiples positions à différents niveaux de l’action publique et l’autorité que lui confère l’État le mettent en position privilégiée pour organiser la négociation avec l’ensemble des centres de décision, condition indispensable à la mobilisation des ressources. Toutefois, les transformations économiques de l’État et les mutations gestionnaires (de Miras, 2005) et décentralisées (Iraki, 2010) du gouvernement des villes ont complexifié les modalités de la négociation et ses conditions d’exercice. D’une part, la technique de planification quinquennale, à travers laquelle étaient mobilisées les ressources pour les services et équipements locaux (Zair, 2007), a été définitivement abandonnée après un bref retour en 2000 ; cet abandon a privé l’État d’un « moment » qui permettait d’organiser la concertation en regroupant de façon simultanée des centres de pouvoir éclatés. D’autre part, la programmation par projets, qui a désormais cours, a territorialisé de manière de plus en plus forte la planification de l’action publique ; or, à l’échelle locale, l’espace étatique institué pour la concertation – le comité technique préfectoral –, qui rassemble autour du wali l’administration territoriale, les services extérieurs de l’État et les représentants élus, s’est révélé inefficace face à la pluralisation des centres de pouvoir. La mise en œuvre, au tournant des années 2000, du « triptyque décentralisation institutionnelle/privatisation des services publics/participation de la société civile » a en effet assuré la montée en puissance de nouveaux acteurs et de nouveaux dispositifs de gouvernement. Ce phénomène a approfondi l’éclatement des centres de décision. Au lendemain de sa nomination, les premières concertations engagées par Khalid Safir avec les responsables politiques et administratifs mettent précisément en évidence cet éclatement. Les concertations visent à « identifier les projets en cours de programmation et les ressources potentiellement mobilisables »10. Une première liste est identifiée qui regroupe les actions en cours de programmation, celles budgétisées et en attente d’un complément de financement et, enfin, celles programmées mais non budgétisées ; elle fait ressortir un besoin de financement de 13 milliards de dirhams. La mise à l’agenda de ces projets oblige ainsi à un effort de négociation : il s’agit, d’un côté, de hiérarchiser les priorités et, de l’autre, de mobiliser les ressources de financement, éclatées entre la pluralité d’intervenants au sein du territoire. En jouant de la dimension royale de sa nomination et du caractère fédérateur de la notion de développement, le wali prend l’initiative de l’action. Il lance, deux mois après son investiture, une vaste concertation pour la programmation d’un plan de développement pour Casablanca, qui met simultanément un ensemble de forces en position de négocier avec le représentant de l’État, ce qui donne à ce dernier les moyens d’agir.

3. Le « think tank élargi », expression du consensus sur une vision apolitique du développement

  • 11 « Plan de développement de Casablanca  2015-2020 »
  • 12 Chiffre rendu public par le wali. Discours de Monsieur Khalid Safir, le Wali de la région du Grand (...)

10La concertation pour la définition du plan de développement prend forme dans la constitution d’un groupe de réflexion, le « think tank élargi », et dans l’institution, à sa suite, de six « commissions administratives ». Au total, entre janvier et septembre 2014, date de finalisation et de présentation du plan de développement au roi11, la concertation a fait intervenir près de « 800 personnes »12, acteurs associatifs, opérateurs privés et publics, experts, fonctionnaires territoriaux et centraux et responsables politiques locaux. L’opérationnalisation du processus de concertation et sa technicisation ont fait du think tank un outil standardisé dont les formes de bureaucratisation ont participé à sa dépolitisation et ont facilité le consensus autour de sa mise en œuvre, assurant l’alliance de forces sociales, économiques, politiques et administratives très éclatées autour du projet de développement.

  • 13 Groupes de travail dans le cadre du Think tank élargi : présentation de Monsieur le Wali du Grand C (...)
  • 14 Discours de Monsieur Khalid Safir, le Wali de la région du Grand Casablanca, Gouverneur de la Préfe (...)
  • 15 Lettre de mission générale destinée aux présidents des groupes de travail : réflexion sur la straté (...)
  • 16 Lettre de mission générale destinée aux présidents des groupes de travail : réflexion sur la straté (...)

11L’instrumentation de la concertation a donné lieu au déploiement d’une ingénierie, conçue et mise en œuvre par le représentant de l’État. En premier lieu, il a donné matière à une division du travail au sein du groupe de réflexion. Ainsi, le think tank a été organisé en huit groupes, définis par thématiques de développement et divisés chacun en sous-groupes – les « comités »13. De janvier à avril 2014, ces groupes ont travaillé à la définition de propositions et à la remise d’un livrable au wali. Par la suite, un neuvième groupe – le « comité de synthèse » – a pris le relais. Ce dernier a été chargé de synthétiser l’ensemble des propositions et d’effectuer le lien avec les six commissions administratives, constituées en parallèle. Placées sous la responsabilité des hauts fonctionnaires territoriaux du Ministère de l’intérieur – les gouverneurs –, ces commissions ont été chargées de « structurer les propositions » du groupe de réflexion, de « retenir les “plus réalistes” d’entre elles » et d’« étudier leurs possibilités de financement »14. En second lieu, des procédures de travail ont été définies et une hiérarchisation des participants au sein du groupe de réflexion a été opérée. Cela a été formalisé dans une « lettre de mission générale »15 adressée par Khalid Safir aux huit responsables du think tank. Chaque groupe de travail devait ainsi être composé d’un « président », d’un « secrétariat », de « sept membres permanents » et de « six ou sept membres vacataires ». Le wali a coopté les présidents des groupes de travail, issus de l’élite associative et des cercles économiques casablancais, puis il a validé la nomination des membres au sein des différents groupes de travail. Il a laissé la latitude à chaque président de groupe d’intégrer de nouveaux membres – les « vacataires » – pour « des besoins spécifiques ». En outre, la lettre d’orientation a « proposé » des étapes de travail – quatre au total – en vue de « structurer l’agenda » des groupes ; elle a prescrit la « méthodologie du consensus simple », soit un « livrable par groupe de travail » ; enfin, le rôle du président, tenu « responsable de l’animation des groupes de travail, du respect du calendrier et de la participation effective des membres », a été formalisé16. Ce dispositif a été complété, lors de l’institution du think tank en janvier, par l’organisation d’une « réunion d’harmonisation » à la wilaya entre le wali et les membres des groupes de travail dans le but de déterminer les axes de travail

12L’administration du think tank a été confiée au Centre régional d’investissement (CRI), organisme territorial public qui dépend administrativement et hiérarchiquement du wali. Un secrétariat a été mis à la disposition du groupe de réflexion. Ce dernier a été chargé de tenir le calendrier des réunions des groupes de travail, d’organiser les entretiens à la demande des membres des groupes de travail avec les responsables territoriaux, et d’assister le comité de synthèse dans la mise en forme des différents livrables remis par les huit groupes de travail. Par la suite, ce secrétariat a fait office de coordination entre le comité de synthèse et les commissions administratives et a assisté le wali dans la mise en forme des rapports rendus publics au cours du processus. Le directeur du CRI a assuré la liaison entre le wali et les membres du groupe de réflexion ; il était responsable notamment des échanges formels entre le wali et les participants à travers la mise à disposition de sa boîte électronique.

  • 17 Expériences nationales et internationales pour inspirer le modèle de transformation de la métropole (...)
  • 18 Entretiens, présidents du groupe de réflexion, Casablanca, juillet et octobre 2014.

13Au cours des travaux du think tank, le wali est intervenu de manière directe à travers l’organisation, en mars 2014, d’une journée d’étude consacrée aux expériences internationales17, en vue « d’inspirer le modèle de transformation de la métropole du Grand Casablanca ». La finalisation du plan de développement a été précédée de réunions au cours de l’été 2014 entre le wali et les présidents des groupes de travail18. Le processus a été en outre rythmé par plusieurs rencontres officielles dont le caractère cérémonial, le protocole et les discours d’introduction du wali ont été l’occasion de rappeler la dimension royale. Ainsi, le lancement de la concertation avec la société civile a fait l’objet en décembre 2013 d’un dîner officiel en présence du wali et de l’élite associative casablancaise ; la remise des travaux des huit groupes de travail a donné lieu à des cérémonies de restitution à la wilaya tout au long du mois d’avril, et ce en présence du wali, des hauts fonctionnaires de l’administration territoriale et des représentants politiques locaux. L’achèvement du plan de développement a, en outre, été clôturé, en septembre 2014, par une cérémonie royale au palais de Casablanca au cours de laquelle ont été officiellement signées les dix conventions de financement entre les collectivités locales, les départements ministériels, les délégataires privés et des mécènes casablancais, qui ont permis de mobiliser 3 milliards d’EUR. Enfin, la dissolution officielle du think tank, en janvier 2015, un an après sa constitution, a été prétexte à une célébration à la wilaya au cours de laquelle a été annoncée la création d’un observatoire de la société civile, dans le prolongement des recommandations issues des groupes de travail.

14Le lancement de la concertation en vue de « développer Casablanca » et sa mise en œuvre permettent ainsi au représentant de l’État d’agir sur le temps et sur l’espace. Le processus de concertation va en effet former un « espace-temps » pour la négociation, mettant simultanément un ensemble d’acteurs en disposition de traiter avec le représentant de l’État. Cet espace-temps va se décomposer en différents lieux de négociation : les groupes et sous-groupes du think tank et les commissions administratives vont constituer des arènes de concertation formelles et rassembler acteurs associatifs, opérateurs économiques et responsables administratifs autour du wali. Ce processus de fabrique des alliances joue du consensus sur le caractère apolitique du développement. Ce faisant, il va amener à exclure du cours de la concertation formelle les élus locaux, en déplaçant les lieux de la négociation politique dans des espaces informels qu’ouvre à la marge le dispositif formel de concertation.

4. L’ingénierie participative et la constitution des arènes formelles de réflexion

15La notion de développement et son caractère polysémique, économique et technique, ont ouvert des marges de jeu pour la constitution du think tank et des arènes formelles de concertation, ce qui a permis de fédérer la diversité des forces qui composent la société casablancaise.

16La définition des thèmes de travail du think tank a joué, en premier lieu, d’une pluralité d’imaginaires et de représentations autour de la transformation de Casablanca, comme en témoigne l’énoncé des huit groupes de réflexion : « Casa, lieu de prospérité économique », « Casa, lieu de vie », « Casa, ville pour tous », « Casa, ville de loisirs, de culture et d’histoire », « Casa, ville qui fait rêver », « Casa, modèle de déconcentration et de décentralisation », « Casa, ville d’avant-garde », « Casa, ville du savoir ». Le champ pluriel du développement a donné ainsi la possibilité au think tank d’épouser la diversité du tissu associatif casablancais, ce qui a permis, par exemple, de regrouper en son sein les représentants de 120 associations casablancaises. La déclinaison des thématiques globales en « axes de travail » a donné par la suite corps à des sous-groupes – les comités –, qui ont multiplié de cette manière les espaces formels de concertation : le groupe « Casa, lieu de vie », par exemple, s’est partagé en six comités –« Logement, urbanisme, infrastructures » , « Mobilité-espaces publics », « Sécurité-solidarité », « Santé-urgence », « Environnement », « Services administratifs » – dans lesquels les participants ont été réunis en fonction de leurs affinités professionnelle ou associative.

  • 19 Le civisme a fourni, du moins dans le discours des membres du think tank, un registre de légitimati (...)
  • 20 Le quotidien L’Économiste (2010), proche des cercles économiques casablancais, réservait par exempl (...)
  • 21 « Analyse du contrat de gestion déléguée », Valyans-M’dina Bus : accompagnement à la définition du (...)
  • 22 Entretiens, Casablanca, 2014.
  • 23 Entretiens, Casablanca, 2014.

17La compréhension économiciste du développement a donné, en second lieu, une place fondamentale aux représentants du tissu économique et a permis de drainer vers les comités de travail les experts des cabinets de consultant, nouveaux acteurs de l’action publique (Leaders, 2015). De cette façon, hauts cadres de multinationales et de grands groupes privés marocains, responsables d’agences de conseils ou salariés de cabinets internationaux ont constitué la force vive des membres cooptés dans les groupes de travail, comme cela a été le cas, par exemple, de la majorité des 30 participants du groupe « Casa, lieu de vie », dont chaque sous-groupe comprenait « son » expert. La perspective de « développer Casablanca » a certes opéré par son caractère moral et civique19 mais cela reste insuffisant pour expliquer la force d’attraction du think tank.  En effet, trois ans plus tôt, une initiative similaire – quoique moins élaborée –, engagée alors par le maire de Casablanca, avait laissé la scène économique locale largement indifférente20. La dynamique participative enclenchée par le wali a trouvé sa force dans la « constellation d’intérêts » (Hibou, 2011b, 26) à travers laquelle se forme le rapport des acteurs à l’État. Les participants qui ont été les plus actifs au sein des groupes de travail étaient simultanément engagés dans des intérêts économiques et des logiques professionnelles ou sociales qui rendaient opportune leur proximité de l’administration. Le groupe « Casa, lieu de vie » et deux de ses comités – « Mobilité » et « Sécurité» – fournissent en cela un échantillon emblématique : le cabinet d’expert qui a travaillé à la formalisation des propositions du comité « Mobilité » a remporté d’importants marchés avec le Ministère de l’intérieur, dont celui de la restructuration du service de transport public par bus à Casablanca21.Ainsi, l’un des membres les plus dynamiques du comité « Sécurité –Solidarité », promoteur immobilier à Casablanca, et, de manière moins visible, le président du groupe « Casa, lieu de vie », propriétaire foncier dans la périphérie de Casablanca, étaient quant à eux engagés l’un et l’autre dans des opérations de valorisation foncière qui les mettaient en rapport direct avec l’administration territoriale, détentrice, elle, du pouvoir dérogatoire en matière d’urbanisme22. En outre, la recherche d’un emploi dans la haute fonction publique a constitué un autre facteur d’attrait: comme par exemple, pour l’ un des membres actifs d’un de ces deux comités, dont le profil d’ingénieur d’une grande école française épousait les transformations sociales de l’État et de son élite23. Les logiques « notabiliaires » ont été une autre des forces motrices de l’attraction du think tank, par exemple pour quelques présidents de groupe de travail qui, devant la perspective de la mise en place d’un observatoire de la société civile, sont entrés en compétition pour mieux se positionner devant le wali. Ce n’est pas que le niveau local, dans le processus de décision, soit à lui seul déterminant dans les stratégies d’ascension des acteurs et de croissance des entreprises, mais la dimension royale du processus, que le wali n’a eu de cesse de rappeler lorsqu’il était en interaction avec les participants, a participé plus généralement à la dynamique d’attraction du think tank. C’est ce qui explique la participation massive de l’ensemble des intervenants lors des rencontres officielles : leur présence permettait de rendre visible leur cooptation, et plus encore leur proximité de l’État. Si chacun a sans aucun doute donné une signification spécifique à cette proximité, il est certain que pour beaucoup d’entre eux cette relation trouvait son ancrage dans une économie politique où positions d’influence et positions d’accumulation s’enchevêtrent.

  • 24 Ces commissions ont ainsi été placées sous les thèmes « Grands projets structurants », « Voirie et (...)
  • 25 Bien que le wali coordonne et supervise l’activité des gouverneurs, la relation d’autorité entre le (...)

18La constitution, dans le prolongement du think tank, des six commissions administratives a ouvert des arènes de concertation, mettant cette fois en relation le wali avec les fonctionnaires de l’administration territoriale et des services extérieurs de l’État. Le caractère technique du développement y a légitimé la place centrale de l’administration territoriale, dont l’expertise a constitué le moteur historique de son expansion au sein du territoire. L’intitulé et les thématiques de travail de ces commissions ont repris cette fois les catégories administratives à partir desquelles se pensent les questions de développement24, accordant de ce fait une large place aux questions d’infrastructures et d’aménagements urbains. En outre, l’ingénierie mise en œuvre lors de la constitution des commissions a permis au wali d’impliquer les 13 gouverneurs en poste à Casablanca à travers le principe de coprésidence des commissions. De fait, étant donné l’absence de liens hiérarchiquement institués entre eux et le wali25, leur mobilisation, indispensable sur les plans administratif et opérationnel, aurait été rendue difficile ou du moins complexe sans leur présence effective.

  • 26 Entretiens, wilaya et administration centrale, 2014, 2015.

19Dans un environnement bureaucratique caractérisé par la scissiparité des instances administratives, le caractère fédérateur du développement a certes constitué une puissante ressource pour mobiliser les services territoriaux de l’État au sein de ces commissions. Pour autant, les représentations suscitées par la nomination de Khalid Safir, au lendemain du discours royal ont été déterminantes pour mobiliser les instances territoriales ; de ce point de vue, il est d’ailleurs significatif que le wali ait été rebaptisé, dans les couloirs de l’administration, « l’homme de l’après-discours »26. Inversement, la participation des responsables territoriaux au plan de développement a été largement mise en scène et rendue visible lors de la dizaine de rencontres publiques avec les membres du groupe de réflexion, affichant ainsi l’unité de l’État derrière le wali et, ce faisant, derrière le roi dont il est l’émissaire pour la réalisation du plan de développement.

5. L’exclusion des élus et l’ouverture d’espaces non formalisés de concertation 

20Le processus d’élaboration du plan de développement est en revanche marqué par l’exclusion des élus locaux des espaces formels de concertation. S’ils sont intervenus en amont et en aval du processus à l’occasion des rencontres publiques, ils n’ont pas participé en tant que membres aux travaux des groupes de réflexion. Ils n’ont pas non plus été intégrés dans les commissions administratives qui élaborent le plan de développement, ni même consultés par les participants du think tank au titre de représentants politiques élus. Quand ils l’ont été, c’est de manière individualisée, ou bien en raison d’impératifs de représentation protocolaire. Cette exclusion n’est cependant pas synonyme d’absence de participation des élus, mais de relégation de celle-ci aux marges du processus formel. Les négociations avec les élus du conseil de la ville se sont en effet déroulées en dehors du dispositif formel de concertation, dans des lieux et des espaces non formalisés qui mettent en relation le wali, les représentants politiques et les décideurs de l’administration centrale.

  • 27 Entretiens, conseil de la ville, 2014, 2015.

21Le caractère technique et apolitique du développement a rendu possible l’éviction des élus locaux du processus de concertation. Ces derniers ont d’abord été écartés par le caractère « négatif » et « accusateur » du discours du roi, qui leur a imposé une forme de silence. Les interprétations du discours royal par les responsables du Ministère de l’Intérieur ont renforcé cette mise sous silence, avec l’annonce, au lendemain du discours, du « lancement d’un audit » (Le360, 2013b) sur les comptes du conseil de la ville. L’exclusion des élus a aussi été alimentée par les compétitions entre représentants associatifs et représentants politiques locaux, qui se disputent au niveau local la légitimité de la mise en œuvre de l’action publique (Benidir, 2010). Le président du groupe de réflexion « Casa, lieu de vie », dont l’association s’était vu confier trois ans plus tôt le pilotage, aux côtés de l’administration, d’un programme de réhabilitation de la médina de Casablanca, n’a pris que très exceptionnellement l’initiative d’engager une consultation avec un représentant du conseil de la ville, à la différence d’autres groupes La dimension « expertise », sous-jacente à la notion de développement et à sa compréhension apolitique, a naturalisé l’absence des élus au sein des groupes de travail du think tank, d’autant que cette vision très négative du politique et des élus est partagée au Maroc par les acteurs sociaux. Elle a ainsi caractérisé un grand nombre de débats qui se sont déroulés au sein du groupe « Casa, lieu de vie », où la gestion des élites locales était régulièrement dénoncée et l’absence d’échanges avec les responsables politiques locaux, complètement assumée. Les élus ont à leur tour différemment interprété cet isolement, en fonction de leur position, de leur trajectoire et de leur caractère, amenant certains à adopter le mutisme par crainte de sanctions, d’autres à assumer délibérément leur non-participation en l’interprétant comme une marque de résistance, d’autres encore à développer une certaine indifférence, de sorte que l’exclusion a pu apparaître comme une forme de destitution volontaire des élus27.

22Quoi qu’il en soit, ces différentes logiques d’exclusion ont empêché les élus locaux de revendiquer haut et fort une place formelle dans le processus de concertation. En revanche, elles les ont placés dans une position de négociation indispensable à la poursuite du processus. Car in fine, ce sont les élus qui détiennent les ressources légales nécessaires à l’adoption des politiques publiques locales : les mesures qui ont été prises et annoncées dans le cadre du plan de développement nécessitent l’approbation et le vote de l’assemblée municipale. Or, le recours au vote des conseillers municipaux s’est imposé dès le début du processus de concertation du fait des dispositifs sur lesquels reposait l’architecture financière et institutionnelle du plan de développement. Tel est le cas des Sociétés mixtes de développement local (SDL), réunissant dans leur capital le conseil de la ville et l’État et rendant indispensable le vote de l’assemblée municipale. C’est donc dans cet espace de négociation que s’est déplacée la relation entre le wali, les administrations territoriale et centrale et les élus.

  • 28 Entretiens, wilaya, janvier 2014.
  • 29 Entretiens, administration territoriale, conseil de la ville, mars 2014.

23La création de SDL a émergé dès les premières concertations engagées par le wali au lendemain de son arrivée à la wilaya28.Ces instruments autorisent en effet de nouvelles ingénieries financières, notamment pour lever les contraintes liées au sous-financement du territoire ; ils ont en outre l’avantage de contourner l’entrave constituée par l’éclatement des centres de pouvoir lors de la mise en œuvre des projets, grâce au regroupement des décideurs locaux et centraux au sein de leur conseil d’administration. Les tractations entamées par le wali pour la création légale de ces instruments, puis pour leur mise en œuvre effective, ont ouvert au fil du processus des espaces de négociation avec les élus. Ces derniers ont pour cela joué, d’une part, sur les dispositions ayant trait à la tenue de l’assemblée communale et, d’autre part, sur l’instabilité de la majorité du conseil, comme l’illustre, par exemple, l’assemblée communale du 27 mars 2014 qui devait voter la création de trois nouvelles SDL. Par trois fois reporté, faute d’une présence suffisante de conseillers (L’Economiste, 2014), le vote de l’assemblée du 27 mars a fait l’objet d’une importante mobilisation du représentant de l’État, qui a joué de son influence et de la tutelle exercée sur le conseil de la ville. À travers l’administration territoriale, le wali est intervenu pour appuyer le président du conseil de la ville dans la mobilisation des élus et s’assurer d’une majorité de votes favorables29. Chaque gouverneur a ainsi été chargé de mobiliser les présidents des groupes politiques représentés au conseil. L’élaboration de l’ordre du jour du conseil municipal, soumis en amont à l’approbation du wali, a aussi permis de négocier avec le maire – le président du conseil - l’ordre des priorités de la mise au vote. Sous la pression du wali, le maire lui-même s’est fortement mobilisé, réunissant, la veille de l’assemblée, à son domicile l’ensemble des forces politiques du conseil pour négocier la majorité des votes des points à l’ordre du jour. Au début du conseil, les conditions semblaient ainsi réunies pour l’adoption des SDL inscrites au point 2 de l’ordre du jour : les élus mobilisés étaient confiants et la majorité réunie. Mais après avoir fait voter le point administratif qui l’engageait directement, le maire interrompt la séance, prétextant une altercation avec un élu de l’opposition, et reporte le vote des dispositions ayant trait à la création des SDL à une séance ultérieure. L’institution de ces SDL a été suspendue le mois durant à la décision de l’exécutif communal, qui n’a adopté le principe de la création de nouvelles sociétés que le 28 avril (Le Matin du Sahara, 2014), après l’annulation par trois fois de la réunion de l’assemblée communale. Et ce n’est que sept mois plus tard, lors de la session d’octobre, que les dispositions donnant un contenu légal aux SDL ont été définitivement adoptées, obligeant, au cours du processus de définition du plan de développement, à faire « comme si » elles existaient, mais à faire tout de même « sans » elles.

24En outre, l’étroite tutelle financière exercée sur le conseil de la ville par la Direction générale des collectivités locales (DGCL) a ouvert des espaces de manœuvre à l’administration centrale, qui lui ont permis d’influer au cours du processus, de manière discrète et non formalisée, sur les relations entre le conseil de la ville et la wilaya. Les financements des projets, même approuvés par la ville, nécessitent en effet pour leur effectivité de recourir en amont aux négociations avec la DGCL qui administre le fonds TVA, dont les ressources sont redistribuées par l’État aux collectivités locales : ce fonds contribue à hauteur de 70 % au budget d’investissement du conseil de la ville et constitue, par exemple, la principale source des capitaux apportés par le conseil de la ville pour la création des SDL.

25Ces dernières étaient envisagées avec méfiance par l’administration centrale, le renforcement des instruments de décision territoriaux  impliquant une perte de son influence sur le territoire: les tractations avec le conseil de la ville pour le vote des SDL ont ainsi permis au niveau central d’influer sur leur constitution et de négocier, par ce biais, sa place dans leurs modes d’administration.

26La négociation politique s’est ainsi déplacée à la marge des espaces formels de réflexion, dans des espaces individualisés où l’administration et les représentants politiques sont mis en présence, ce qui a conduit à une forme d’invisibilisation des conflits, des rapports de force, en bref, du politique. C’est aussi ce qui explique que, face à un processus de concertation qui les avait mis hors jeu, les élus ont le plus souvent préféré choisir le silence plutôt que la protestation, tout en exerçant leur pouvoir, ne serait-ce que de nuisance.

6. Un processus d’invisibilisation du politique

27Le politique s’exprime donc à différents niveaux au cours du processus de concertation mais l’architecture éclatée du dispositif conduit à des formes d’invisibilisation du politique, qui masquent les rapports de force et les compétitions pour la définition des politiques de développement. Le consensus autour d’une vision économiste et technique du développement à partir duquel s’est construite la concertation n’élimine pas, en effet, le politique. Il n’empêche ni la cohabitation de visions divergentes et contradictoires sur les choix, les solutions et les priorités du développement, ni la concurrence pour la définition des populations et des territoires cibles du développement.

  • 30 Le conseil de la ville regroupe 147 conseillers issus des 16 arrondissements adossés au conseil de (...)
  • 31 Entretiens, conseil de la ville, 2014.

28Le déplacement de la négociation politique à la marge des arènes formelles du dispositif de concertation constitue une première forme d’invisibilisation du politique. En jouant de leurs prérogatives institutionnelles et légales, comme je l’ai évoqué, les élus qui avaient été exclus sont revenus dans le jeu à travers l’augmentation de leur capacité de négociation face à l’administration territoriale et centrale. Ce repositionnement a conduit à placer le politique dans l’invisibilité de la négociation, masquant son caractère fortement individualisé et asymétrique et favorisant les acteurs politiques capables de négocier avec l’État, comme ceux, par exemple, en position d’influencer le vote des élus du conseil de la ville. C’est d’ailleurs ce qui explique que la seule fois où le processus de concertation engagé par le wali a fait l’objet d’une critique publique par des élus locaux, c’était précisément à la veille de la première session municipale au cours de laquelle les SDL étaient mises au vote : en dénonçant par voie d’une conférence de presse (Média 24, 2014) leur exclusion du processus, une trentaine d’élus30 marginalisés par le maire tentait ainsi d’intégrer la négociation ouverte avec le maire et l’administration pour l’obtention d’une majorité lors du vote de l’assemblée en jouant de leur capacité de nuisance. Le pouvoir de négociation politique des élus locaux ne peut se comprendre qu’en rappelant leur rôle dans le système politique marocain : ils ont avant tout une fonction d’intercession qui consiste à faire « remonter » les demandes sociales de segments de population (Tozy, 1991). Cette fonction – et donc les négociations qui lui sont liées – est individuelle : les négociations se concrétisent par des marchandages dans le contexte électoral et la recherche de positions de pouvoir et d’accumulation qui participent au renforcement de leur assise électorale. Ainsi, pour un membre influent du bureau du conseil de la ville que j’ai pu suivre au cours du processus, ce qui était en jeu dans sa négociation autour du vote des SDL, c’était une place dans leur conseil d’administration, « pour avoir les moyens d’influer », par la suite, sur la mise en œuvre des projets31.

29L’administration centrale, quant à elle, a joué de sa capacité à mobiliser – ou non – les ressources financières pour peser sur la définition du plan de développement ; l’action par l’inaction a ainsi donné lieu à une deuxième forme d’invisibilisation du politique. Le cas du projet de métro aérien est sans conteste le plus explicite. Solution technique défendue par le maire et dont le principe avait été retenu par le conseil de la ville un an plus tôt, ce projet rencontrait les réticences de l’administration centrale qui lui préférait une option technique moins dispendieuse – le développement d’un système de bus à haut niveau de service (BHNS). L’absence d’assistance technique et financière de l’administration centrale dans les démarches entamées par le maire, au cours du processus de concertation, auprès des bailleurs de fonds étrangers pour le financement du métro aérien a limité ses marges de manœuvre compte tenu de la faiblesse du budget communal. Les difficultés à concilier les visions divergentes entre l’administration et le maire ont été levées par l’alliance nouée entre le wali et le maire lors de la mise au vote du conseil des mesures du plan de développement, à l’issue du processus. Cette alliance a permis de trouver un compromis autour de la prolongation de la ligne du tramway, en lieu et place d’une part d’un système de BHS et en contrepartie d’autre part de l’abandon du projet de métro aérien

  • 32 Réunion de présentation de la réflexion du sous-groupe « Mobilité-espaces publics », Centre régiona (...)
  • 33 Les modèles de transport des villes de Bristol, Bucarest et Kaunas ont été présentés. Celui de Bris (...)
  • 34 J’ai été chargée au nom du comité de mener les entretiens avec le délégataire de service de transpo (...)
  • 35 Mustapha Mellouk, président du groupe de travail « Casa, lieu de vie », réunion de finalisation des (...)

30Au sein des espaces formels de concertation – autrement dit les groupes de travail du think tank –, le politique s’est redéployé dans l’économique, le technique et le normatif, conduisant à une troisième forme de son invisibilité. Les travaux du comité « Mobilité-espaces publics», auquel j’ai pris part, sont à ce titre particulièrement éclairants. La nature des membres cooptés a amené à aborder les questions de transport urbain uniquement à partir d’une seule appréhension de la mobilité. Ainsi, lors de la définition des orientations de travail32, les participants présents à la réunion étaient dans leur grande majorité des dirigeants ou des salariés de grandes entreprises, personne ne représentant la population captive du transport en commun à Casablanca. Leur intérêt s’est exclusivement orienté sur le bon fonctionnement des activités économiques de la ville et les exemples internationaux pris pour référence par les experts du cabinet Valyans, qui animaient la rencontre, ont été sélectionnés au regard des enjeux économiques et développementaux qu’ils renfermaient33. Les inégalités territoriales d’accès aux transports publics ont certes été dénoncées, mais uniquement à partir des besoins des nouveaux centres d’affaires et des quartiers résidentiels situés dans la périphérie de Casablanca. Les besoins des populations marginalisées par le coût élevé des transports publics, qui expliquent en grande partie l’informalité massive du secteur et ses dysfonctionnements, sont largement restés impensés. La concertation a ainsi donné la voix à une conception essentiellement économique de la mobilité et du service public des transports, ce qui est en soi une position éminemment politique car « classiste ». En outre, les rencontres organisées avec les opérateurs publics et les responsables administratifs34 pour alimenter la réflexion du comité ont certes constitué un prétexte, pour chacun d’entre eux, pour défendre des visions concurrentes en matière de développement du transport urbain, mais la dimension opérationnelle et technique des acteurs a toujours primé, ce qui a eu pour résultat d’enfermer les controverses dans un énoncé purement technique. Enfin, lors de la finalisation des propositions du comité, le consensus s’est construit sur l’autorité non discutée des experts qui ont rédigé le rapport final remis au wali. Dans le fonctionnement concret du comité, seul deux membres – deux ingénieurs salariés dans le privé – se sont mobilisés pour identifier des propositions concrètes. Ces dernières ont fait l’objet d’un va-et-vient avec le responsable du groupe « Casa, lieu de vie » avant d’être soumises à discussion à l’ensemble de ses membres lors de la dernière réunion du groupe de réflexion. Les propositions ont suscité un vif débat qui a laissé apparaître les visions contradictoires des participants autour des « meilleures » solutions de transport à défendre face au wali. En proposant de confier aux experts du cabinet Valyans la rédaction du livrable final, « sous forme de PowerPoint harmonieux et digeste »35, le président du groupe de travail a pu mettre fin au débat et éviter les arbitrages, les déplaçant dans l’opération de mise en forme. Celle-ci, qu’il pilotait, a masqué les choix politiques réalisés pour laisser la place, dans le document final, aux options privilégiées par les consultants.

  • 36 Entretien, membres du think tank, avril 2014.
  • 37 Expériences nationales et internationales pour inspirer le modèle de transformation de la métropole (...)
  • 38 La journée d’étude était articulée en six panels consacrés chacun à un « modèle de transformation m (...)

31L’évitement du politique ne relève pas d’un seul effet mécanique lié à l’architecture du processus. Il procède aussi d’un effacement du wali devant le conflit, ce qui peut être assimilé à une quatrième forme d’invisibilisation du politique. L’ingénierie mise en œuvre et les manières de faire du représentant de l’État témoignent en effet d’une volonté de « désamorcer » l’expression du politique. Ainsi, la méthodologie du « consensus simple » fixée par le wali, soit l’élaboration d’un livrable par groupe de travail, a limité les controverses au sein du think tank. La segmentation du processus de restitution des propositions des huit groupes de travail a par ailleurs empêché toute confrontation sur des choix et des propositions divergentes entre ces groupes, alors même qu’ils se sont parfois retrouvés à travailler sur les mêmes thématiques. En outre, les modalités de remise des livrables au wali ont pris, au fil du processus, un caractère qui ne se prêtait pas à la controverse. L’une des premières restitutions d’un des huit groupes de travail a, par exemple, eu lieu dans la salle du conseil de la ville, en présence de ses membres élus. La réunion a été l’occasion de fortes polémiques, qui avaient cependant pour objet non pas de remettre en question l’opportunité des propositions soumises, mais de permettre à chaque élu de défendre « son » territoire ou « sa » population36. C’est ce qui explique que, par la suite, les rencontres avec les autres groupes de travail se soient déroulées à huis clos à la wilaya, en présence uniquement des hauts fonctionnaires du Ministère de l’intérieur et des représentants des instances élues, par rang protocolaire, conférant aux réunions un caractère cérémonial et solennel peu propice à la polémique. La journée d’étude37 organisée au cours du processus, rassemblant l’ensemble des représentants politiques locaux, fonctionnaires territoriaux et membres du think tank, soit près de 500 personnes, a certes ouvert un espace de débat – le seul durant le processus – alors même que la visibilité du groupe de réflexion dans l’espace public et la mise à l’écart des élus créaient des tensions. A contrario, les débats, dédiés à l’étude des modèles de développement à l’étranger, se sont concentrés sur les ressorts des transformations des capitales étrangères38, mettant ainsi à distance les enjeux liés au plan de développement de Casablanca et désamorçant par là même toute controverse autour de sa définition. À l’inverse, la mise en scène de cette journée, présidée par le wali et reprenant tous les codes et symboles traditionnels de l’État a montré que c’est sous la bannière de celui-ci, et autour de sa figure emblématique, le wali, que s’organisaient l’harmonie et la fédération de forces très éclatées.

32Si la dimension d’incarnation du pouvoir royal confère au wali le pouvoir de l’action, elle ne l’en fragilise pas moins : elle rend toute forme de contestation et de critique potentiellement déstabilisatrice, puisque « contester la démarche engagée et les négociations qui en sont issues revient à contester l’autorité royale » (Bono, 2010). Remettre en question, d’une manière ou d’une autre, le processus d’élaboration du plan de développement constitue ainsi une menace potentielle – ou du moins elle est perçue comme telle par le représentant de l’État. Cette aversion par rapport au « politique » positionne ainsi le wali non comme un acteur du conflit, mais comme un acteur situé dans un ailleurs du conflit, dans l’espace du consensus dont la construction se fait dans l’asymétrie des rapports de force entre acteurs et dans l’asymétrie des ressources qu’ils sont en mesure de mobiliser face à l’État.

7. Le flou du concept de développement, régulateur des conflits de temporalités

33Les conflits soulevés ne sont pas seulement liés aux tractations autour de la définition des politiques publiques, ils ont aussi une dimension temporelle. L’élaboration du plan de développement met en effet en œuvre plusieurs dispositifs d’action : l’« urgence » qui impose la nécessité de l’action, l’injonction royale qui autorise l’action du représentant de l’État, les impératifs concrets du développement qui nécessitent la concertation et, enfin, la participation qui élargit le cercle des négociations. Bien qu’ils soient tous mis en œuvre pour servir le « développement », ces dispositifs produisent des disjonctions du fait de leur rapport différencié au temps de l’action publique, soit le temps court de l’urgence, le temps long du développement qui est celui des résultats, le temps intermédiaire de la négociation avec les centres de décision et celui, préintermédiaire, de la concertation avec la société civile, et, enfin, le temps immaîtrisable et discontinu du roi, un temps qui ne se discute pas et qui est rythmé par des accélérations et des attentes.

  • 39 La perspective d’une visite royale en mars 2014 a d’abord précipité la finalisation des proposition (...)
  • 40 Entretiens, administrations territoriale et centrale, Casablanca, 2015.

34De par sa position centrale dans le processus, le wali se retrouve à l’intersection de ces différentes exigences temporelles dont le chevauchement produit des tensions. Ainsi, le temps court de l’urgence entre en « opposition » avec le temps long du développement (Callens et al., 2007) : le discours d’urgence tenu par le roi met la population en position d’attendre des solutions immédiates et place le wali dans l’exigence de répondre à cette attente. C’est ainsi que l’on peut comprendre la mise en œuvre, au cours du processus de concertation, d’un « Plan d’actions prioritaires pour le court terme », dont les mesures ont par la suite été intégrées au plan de développement. Par ailleurs, la dimension royale du plan de développement oblige le représentant de l’État à répondre aux attentes du roi, dont le suivi de l’action publique territoriale s’incarne dans les visites royales (Goeury, 2014) : celles-ci font l’objet d’anticipations temporelles du wali, source de perturbation de la temporalité de l’action publique. La perspective au cours du processus des séjours royaux s’est ainsi traduite par des moments d’accélération et intensifications du rythme d’élaboration du plan de développement39.L’enjeu temporel constitué par les visites royales constitue simultanément une contrainte et une ressource pour l’action du représentant de l’État : d’un côté, il renforce le pouvoir de négociation des élus qui, eux, ne sont pas responsables de la conduite du processus. Tel a été le cas, tout au long des mois de mars et avril, lors des négociations autour de la création des sociétés de développement local, dont le retard a alimenté le mécontentement du roi et annulé son séjour à Casablanca (Panorapost, 2014). De l’autre et à l’inverse, la programmation de la cérémonie de présentation du plan de développement au roi a accéléré les négociations avec l’administration centrale40.

  • 41 À Casablanca, au tournant des années 2000, la gestion de l’eau, l’assainissement, la fourniture de (...)

35La synchronisation des temps de la négociation est quant à elle rendue difficile par l’éclatement des centres de décision : le temps politique – celui du conseil de la ville –, le temps administratif – celui de l’administration du Ministère de l’intérieur mais aussi celui des entités gouvernementales – et le temps des entités techniques – les sociétés délégataires de services publics locaux sur lesquelles repose en grande majorité le financement des équipements urbains41 – soumettent les négociations à des logiques plurielles. A celles-là, le processus de concertation avec la société civile introduit une exigence temporelle supplémentaire puisqu’il suppose l’adoption de mesures ou de projets qui en sont le fruit. Or la simultanéité de la concertation avec la société civile et des négociations avec les centres détenteurs de ressources financières et légales contraint à anticiper soit sur ce qui est en mesure d’être approuvé par les administrations centrales, territoriales et communales, soit ce qui va être proposé par la concertation. En outre, le temps de la concertation avec la société civile entre en tension avec le temps du roi : l’agenda royal a obligé in extremis d’avancer de trois semaines la cérémonie officielle de présentation du plan de développement, initialement programmée à la fin du mois d’octobre.Cela a entrainé l’annulation de la concertation programmée avec les responsables du think tank pour la « finalisation » du plan de développement et, ce faisant, à le présenter comme le fruit de la concertation.

  • 42 Réunion de finalisation des livrables du groupe « Casa, lieu de vie », Hôtel des Arts, Dar Bouazza, (...)
  • 43 Les propositions recommandaient la mise en œuvre d’un modèle d’organisation cible du système des tr (...)
  • 44 Lettre de mission générale destinée aux présidents des groupes de travail : réflexion sur la straté (...)
  • 45 Procès verbal de la réunion d’harmonisation avec les groupe Casa-Lieu de Vie, document interne, 16 (...)

36L’imbrication de ces différentes temporalités a été facilitée, en premier lieu, par l’ingénierie participative qui a donné corps au think tank, dont la rhétorique et les instruments ont repris ceux prônés par les bailleurs de fonds internationaux : la « stratégie d’extraversion » participative (Bayart, 2006, XVIII) a donné les moyens d’encadrer très étroitement la concertation avec la société civile, ce qui a facilité sa synchronisation avec les contraintes temporelles imposées par les autres dispositifs politiques et techniques. Ainsi, la cooptation par le wali des responsables des groupes de travail et sa proximité d’une grande majorité d’entre eux lui ont permis d’influer sur la nature des propositions et sur le rythme de leur élaboration.Par exemple, les contraintes propres à l’action du wali ont été pleinement intériorisées par Mustapha Mellouk, responsable du groupe de travail « Casa, lieu de vie », dans son rapport aux participants : « l’urgence », « la nécessité de formaliser très vite des propositions, d’identifier des quick wins » et d’être « réaliste » dans la définition des propositions sont autant d’injonctions qui reprennent mot à mot les orientations et le lexique utilisé par Khalid Safir. De la même façon, les hésitations de Mustapha Mellouk sur la question du métro aérien reflètent l’indécision du wali sur sa programmation dans le plan de développement, du fait de l’inachèvement des négociations entre l’administration centrale et le maire. Cela explique d’ailleurs le choix fait par le responsable du groupe de travail de ne pas formaliser de position à ce sujet dans ses propositions finales42. En outre, les experts mobilisés au sein du think tank ont fourni – à leur insu – d’importants relais pour l’action du wali. En effet, cooptés au regard de l’expertise qu’ils avaient pu acquérir préalablement à travers leur pratique professionnelle, les consultants ont une fine connaissance de l’ordre du possible en matière de politique publique, comme j’ai pu l’observer pour le comité « Mobilité » et ses propositions largement conservatrices. Les « axes d’amélioration », les « modèles cibles » et les « projets prioritaires » proposés par le comité ont repris les savoirs acquis par le cabinet Valyans aux côtés de l’administration centrale du Ministère de l’intérieur, qui lui avait confié de nombreuses études dans le transport urbain. Les propositions remises au wali ont, en conséquence, collé aux projets en cours de programmation ou d’étude par le Ministère de l’intérieur, autorité de tutelle du transport urbain43. Enfin, le processus de « dérivation et hybridation créative » (Bayart, 2006, XLIV) à partir duquel prend forme l’ingénierie participative a fourni les instruments de persuasion qui ont permis au wali de jouer de son autorité, à même d’influencer le rythme et le contenu de la concertation : le registre participatif s’est ainsi conjugué sans mal au répertoire de l’autoritarisme administratif, comme en témoigne le contenu lexical de la « Lettre de mission générale »44, « proposant » les étapes de travail et la méthodologie du consensus, ou encore la « réunion d’harmonisation »45, « cadrant » les axes de travail du think tank et s’accompagnant de la recommandation du wali de « travailler en toute liberté et réfléchir sans tabou ». Le registre participatif a su en outre composer avec le caractère non discuté de l’autorité de l’État et de son représentant, qui a donné la souplesse pour modifier l’agenda et les modalités de la concertation et l’adapter aux différentes contraintes temporelles.

  • 46 Entretiens, administration territoriale, Casablanca, janvier 2015.
  • 47 Programme global et actions prioritaires pour la mise à niveau de la région du Grand Casablanca, do (...)
  • 48 Entretiens, administration territoriale, Casablanca, janvier 2015.

37En deuxième lieu, le caractère polysémique voire élastique de la notion de développement a ouvert des marges de jeu pour que se réalisent les ajustements imposés par les disjonctions entre les exigences temporelles des différents dispositifs d’action et celles liées à la matérialisation du plan de développement. La segmentation des temps du développement, entre court terme, moyen terme et long terme, a autorisé la mise en œuvre du « plan d’actions prioritaires pour le court terme », qui s’est accompagné au fil du processus d’un réajustement du lexique entourant la concertation, repositionnée sur la définition d’actions de développement pour le « moyen terme » et le « stratégique ». De plus, le caractère indéterminé du développement a donné l’élasticité nécessaire pour articuler le temps des négociations à la fois aux temps courts de l’urgence et aux temps longs du développement. Grâce à sa polysémie, toute mesure d’action publique a pu être qualifiée de « projet » de « développement ». Ainsi, les négociations du plan d’actions prioritaires se sont orientées sur les « actions immédiatement finançables »46. A savoir des projets qui étaient déjà programmés et budgétisés et pour lesquels la mise en négociation simultanée des centres de pouvoir au cours du processus a permis d’accélérer leur mise en œuvre, enlisée dans l’enchevêtrement des circuits de décision et de financement47. Un type d’ajustement similaire a prévalu pour la programmation du plan de développement : les discussions se sont orientées sur les mesures « qui étaient réalisables »48, c’est-à-dire des actions déjà annoncées et d’autres programmées et en attente de financement. Le processus a cependant permis de hiérarchiser les priorités, de redéfinir les modalités de mise en œuvre à travers la création de nouvelles sociétés de développement local et de mobiliser les financements à hauteur de 3 millions d’EUR. En outre, les conflits de temporalités ont conforté la dimension fortement « aménagiste » du développement : la place centrale accordée à la programmation d’infrastructures, de voiries et d’équipements urbains a permis de lever les oppositions entre les notions d’urgence et de développement. Leur mise en chantier ou, pour certains, la reprise et l’intensification des travaux dès l’adoption du Plan d’actions prioritaires ou du Plan de Développement, ont de cette façon rendu visibles le volontarisme étatique et son action de transformation de la ville.

  • 49 Programme global et action prioritaires pour la mise à niveau de la région du Grand Casablanca, dos (...)
  • 50 Les conférences de presse des 12 novembre 2013, 11 décembre 2013, 10 février 2014 et 22 décembre 20 (...)
  • 51 Au cours de la conférence de presse du 11 décembre 2013 est annoncée la programmation du métro aéri (...)

38En troisième lieu, la matérialité des supports de présentation du plan de développement a ouvert des marges de jeu pour faire face aux contraintes de mise en visibilité de l’action de transformation engagée par l’Etat. La présentation du plan de développement a revêtu des mises en forme différentes, sous des rubriques différentes et recouvertes par des « chapeaux » et des « énoncés » thématiques différents49, qui ont de cette façon permis d’imbriquer les différents temps de l’action publique aux contraintes temporelles liées aux exigences de « publicisation » du processus. L’attente suscitée par l’énonciation royale a en effet conduit le wali à multiplier les rencontres publiques : entre novembre 2013 et décembre 2014, quatre conférences de presse50 ont été consacrées à l’action engagée par le représentant de l’État, obligeant à la divulgation d’actions et de projets pourtant incertains en raison du processus de négociation. La cérémonie royale et la remise du plan de développement au roi ont par ailleurs marqué le temps symbolique de la clôture du processus de négociation, obligeant à formaliser le plan de développement dont les négociations étaient encore inachevées pour certains projets. Ainsi, la substitution, dans les supports de présentation, de l’intitulé « transport urbain » par le terme éthéré de « mobilité urbaine » a permis d’intégrer les projets de voirie urbaine tout en masquant l’abandon de la concertation autour du projet de métro aérien, pourtant annoncé dans les premières conférences51. De la même façon, la mise en forme du rapport présenté au roi en septembre 2014 autour de quatre « pôles de développement » a permis de passer sous silence le détail de projets non encore ficelés mais dont la date imposée par la cérémonie royale obligeait à des « résultats ». Tel est le cas du métro aérien, dont l’inachèvement du projet a été caché par une formule alambiquée, évoquant les futures lignes de transport en « mode capacitaire », sans préciser la nature de la solution « capacitaire » retenue En outre, les actions prioritaires du « plan d’urgence pour la période 2014-2015 » se sont confondues à celles qui relevaient, pour leur part du temps plus long du processus d’élaboration du plan de développement mais qui n’en étaient pas moins présentées comme le fruit de la concertation.

8. Conclusion

39Émanation du discours royal, le plan de développement a pris forme à travers les sens que les acteurs ont donnés à la parole royale, à partir de leur compréhension, de leur position, de leur manière de faire et des ressources qu’ils pouvaient mobiliser pour participer et influencer le processus. Le plan de développement de Casablanca s’est ainsi réalisé dans et par un enchevêtrement d’intérêts, de logiques, de rapports de pouvoir et de compétitions. L’espace-temps ouvert pour la négociation a constitué une arène où se sont exprimés, sous des formes singulières, des conflits de diverses formes. Ils étaient soit en rapport direct avec la définition des projets, soit en lien avec des compétitions qui allaient bien au-delà de celle-ci. L’analyse du processus de définition du plan de développement met en lumière des conflits qui lui sont constitutifs ; elle permet également d’avancer dans la compréhension de ce dont sont porteurs les projets de développement au Maroc. Ce faisant, ce travail a tenté de combler une lacune des principaux travaux consacrés au développement des grands projets urbains, dont ils affirment plus qu’ils n’interrogent la dimension royale. Partant de ce postulat, ils orientent essentiellement leur intérêt soit sur les oppositions et mobilisations que suscite la mise en œuvre des projets de développement, soit, à l’inverse, sur les loyautés et les alliances que leurs allocations permettent de construire. Ces lectures relativement manichéennes font apparaître le développement comme un « instrument » extérieur à la société, mis au service de la construction du consensus par lequel la monarchie perpétue son hégémonie. J’ai au contraire essayé de montrer que le plan de développement n’est pas tant l’instrument du consensus, mais bien « l’objet » et le « produit » de celui-ci. Ce consensus est travaillé par les pratiques et les luttes politiques qui traversent la société. Il est formé dans l’asymétrie des rapports de force qui le constituent. Le processus de construction du plan de développement met en effet en évidence la force de l’interpénétration entre l’État et la société, et les formes multiples qu’elle revêt, que ce soit à travers les dépendances, les concurrences, les contournements ou les « résistances » – comme le montre plus spécifiquement l’article d’Adrianna Kemp et Talia Margalit dans cet ouvrage –. Les arrangements, les jeux d’alliances, les diverses médiations qui ont contribué à définir le plan de développement invitent ainsi à se saisir de l’État non pas comme d’un « arbitre » (Waterbury, 1975), mais comme d’une « arène » (Aymes et al., 2013) : le « développement » de Casablanca, en ouvrant un « moment pour faire », a de cette façon constitué, d’abord et surtout, un temps pour l’actualisation des rapports de force et des rapports de pouvoir dans lesquels, au Maroc, s’intriquent l’État et la société.

Top of page

References

Akhmisse L., (2004) Le Wali de Région, agent d'une «décentration » de l'Etat au Maroc : processus complexes d'institutionnalisation dans les régions du Grand Casablanca et de Marrakech-Tensift-Al Haouz, Mémoire de DEA en science-politique, Aix en Provence.

Atlas Info (2013) ‘Lancement par le roi d’un vaste programme Tanger métropole pour le développement intégré et inclusif de la ville’, 26 septembre, http://www.atlasinfo.fr/Lancement-par-le-Roi-d-un-vaste-programme-Tanger-Metropole-pour-le-developpement-integree-et-inclusif-de-la-ville_a46084.html (consulté le 22 février 2017).

Aymes, M., B. Gourisse et E. Massicard (eds) (2015) L'art de l'État en Turquie: arrangements de l'action publique de la fin de l'Empire ottoman à nos jours (Paris : Karthala).

Bahi, M. (2005) Les compétences du wali, du gouverneur et d’autres agents d’autorité (Casablanca : Imprimerie Najah el Jadida).

Bayart, J.-F. (2006) L’Etat en Afrique : la politique du ventre (Paris : Fayard).

Bec, C. (2014) La Sécurité sociale. Une institution de la démocratie (Paris : Gallimard).

Benidir, M. (2010) ‘Leaders associatifs et élus locaux au Maroc: épreuves de face-à-face et controverses dans les arènes du développement’, Politique africaine, 120(4), DOI : 10.3917/polaf.120.0087.

Bennafla K. et M. Emperador (2010) ‘Le “Maroc inutile” redécouvert par l'action publique : les cas de Sidi Ifni et Bouarfa’, Politique africaine, 120(4), pp. 67-86, DOI : 10.3917/polaf.120.0067.

Berman B. et J. Lonsdale, (1992) Unhappy Valley. Conflict in Kenya and Africa (Londres : Eastern African Studies).

Bono, I., B.Hibou, H. Meddeb et M. Tozy (2015) L’État d’injustice au Maghreb. Maroc et Tunisie (Paris : Karthala).

Bono, I. (2010) ‘Pauvreté, exception, participation. Mobilisation et démobilisation dans le cadre de l'INDH’, in M. Catusse, B. Destremau et É. Verdier (eds) L'Etat face aux débordements du social au Maghreb. Formation, travail et protection sociale (Paris : Karthala), pp. 229-250.

Bouabid, B. et L. Jaidi, (2007) Déconcentration et gouvernance des territoires, Document de travail (Rabat : Fondation Ali Bouabid).

Catusse M. et K. Karam (2009) ‘Le développement contre la représentation ? La technicisation du gouvernement local au Liban et au Maroc’, in M. Camau et G. Messadier (eds) Démocraties et autoritarismes : fragmentation et hybridation des régimes (Paris : Karthala), pp.85-120.

Catusse, M. et F. Vairel (2010) ‘Question sociale et développement: les territoires de l'action publique et de la contestation au Maroc’, Politique Africaine, 120(4), DOI : 10.3917/polaf.120.0005.

Callens, S., J. Brot et H. Gerardin (2007) ‘Introduction. De l’opposition entre l’Urgence et le Développement à la prise de conscience des spécificités des problèmes de gouvernance en période d’urgence’, Mondes en développement, pp.7-10, DOI : 10.3917/med.137.0007.

de Miras, C. (dir) (2005) Intégration à la ville et services urbains au Maroc (Rabat, Paris : INAU-IRD), http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010050636.

Dupret, B. et J.-N. Ferrié (2011) ‘La nouvelle architecture constitutionnelle et les trois désamorçages de la vie politique marocaine’, Confluences méditerranée, 3, pp. 25-34, DOI : 10.3917/come.078.0025.

L’Économiste (2014) ‘Climat tendu au conseil de la ville’, 24 mars.

L’Économiste (2013) ‘Gouvernance de Casablanca : incompétence sur toute la ligne’, 15 octobre, http://www.leconomiste.com/article/911926-gouvernancecasablancaincomp-tence-sur-toute-la-ligne (consulté le 22 février 2017).

L’Économiste (2010) ‘Un énième plan de développement pour Casablanca : pour quoi faire ?’, 28 septembre.

Goeury, D. (2014) ‘La visite royale comme réponse au stress territorial : les conséquences des manifestations rurales dans le Haut Atlas central et oriental marocain’, L'Espace Politique, 24(3), http://espacepolitique.revues.org/3242 (consulté le 20 juin 2016).

Hibou, B. (2011a) Le mouvement du 20 février, le Makhzen et l'antipolitique. L'impensé des réformes au Maroc, Dossiers du CERI, https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01024402 (consulté le 20 juin 2016).

Hibou, B. (2011b) Anatomie politique de la domination (Paris : La Découverte).

Hibou B. et M. Tozy (2002) ‘De la friture sur la ligne des réformes. La libéralisation des télécommunications au Maroc’, Critique Internationale, 14(1), pp. 91-118, DOI : 10.3917/crii.014.0091.

Iraki, A. (2010) ‘Réformes institutionnelles, refonte des territoires et rapports de pouvoirs dans la ville’, Les Cahiers d’EMAM, 19, http://emam.revues.org/116 (consulté le 20 juin 2016).

Iraki, A. (2005) ‘Du renouvellement des élites urbaines au Maroc. Élites urbaines, territoire et système politique local’, Annuaire de l'Afrique du Nord, 41, pp. 81-95, http://aan.mmsh.univ-aix.fr/volumes/2003/Pages/AAN-2003-41_14.aspx (consulté le 20 juin 2016).

Jobert, B. (1994) Le tournant néo-libéral en Europe (Paris : L'Harmattan).

Kaioua, A. (2015) ‘Le Grand Casablanca-Institution et gestion urbaine’, Communication, séminaire Territoire et urbanisation, Institut National d’Urbanisme-École de Gouvernance, Rabat, 10 février.

Le360 (2013a) ‘L’état critique de Casablanca au cœur du discours royal’’, 15 octobre, http://fr.le360.ma/politique/letat-critique-de-casablanca-au-coeur-du-discours-royal-4623 (consulté le 23 février 2017).

Le360 (2013b) ‘Casablanca : l’Intérieur reprend les choses en main’, 26 novembre, http://fr.le360.ma/politique/casablanca-linterieur-reprend-les-choses-en-main-6369 (consulté le 23 février 2017).

Leaders (2015) ‘Qui élabore les stratégies au Maroc?’, octobre, http://www.leaders.com.tn (consulté le 23 février 2017).

MAP (Agence Marocaine de Presse) (2013) ‘Texte intégrale du discours de SM le Roi Mohammed VI à l'ouverture de la première session de la troisième année législative de la 9ème législature’ (Rabat : MAP), http://www.mapnews.ma/fr/discours-messages-sm-le-roi/texte-integrale-du-discours-de-sm-le-roi-mohammed-vi-louverture-de-la-pr (consulté le 16 juin 2017).

Maroc (Ministère de la communication) (2014) ‘Sa Majesté préside la cérémonie de lancement du projet Marrakech, cité du renouveau permanent’, 6 janvier, https://www.maroc.ma/fr/activites-royales/sm-le-roi-preside-la-ceremonie-de-lancement-du-projet-marrakech-cite-du-renouveau (consulté le 22 février 2017).

Maroc (Ministère de l’intérieur) (2005) ‘Réflexion sur le statut de Wali de région’, Lettre des collectivités locales, avril-juin, p. 6, http://www.pncl.gov.ma (consulté le 23 février 2017).

Le Matin du Sahara (2014) ‘Développement local. La création de sociétés approuvée à Casablanca’, 28 avril.

Média 24 (2014) ‘À Casablanca, un groupe de conseillers dénoncent la marginalisation des élus’, 10 février.

Moujahid, A. (2009) ‘Le wali, pivot de la gouvernementalité ?’ in J.-M. Miossec (ed.), Terrains et échelons de la gouvernance : expériences en France et au Maghreb (Paris : L’Harmattan) p. 277-325.

Ogien, A. (1995) L’Esprit gestionnaire (Paris : Éditions de l’EHESS).

L’Observateur (2013), ‘Discours royal: Halte à la mauvaise gouvernance’, 15 octobre, http://lobservateurdumaroc.info/2013/10/12/discours-royal-halte-mauvaise-gouvernance/ (consulté le 22 février 2017).

Panorapost (2014) ‘Le roi quitte Casablanca en donnant un délai supplémentaire aux responsables de la ville’, 4 avril.

Smaoui, S. et M. Wazif, (2013) ‘Étendard de lutte ou pavillon de complaisance? S’engager sous la bannière du “Mouvement du 20 février” à Casablanca’, in A. Allal et T. Pierret (ed.) Devenir révolutionnaires. Au cœur des révoltes arabes (Paris : Armand Colin).

Tourabi, A. et L. Zaki (2011) ‘Maroc : une révolution royale ?’, Mouvements, 66, p. 98-103, DOI : 10.3917/mouv.066.0098.

Tozy, M. (2010) ‘Introduction’, in M. Tozy (ed.) Élections au Maroc, entre partis et notables (2007-2009) (Casablanca : Publication du Centre Marocain des Sciences Sociales), pp. 11-26.

Tozy, M. (1991) ‘Représentation/intercession : les enjeux de pouvoir dans les “champs politiques désamorcés” au Maroc’, dans M. Camau (ed.) Changements politiques au Maghreb (Paris : CNRS Éditions), pp. 153-168.

La Vie Éco (2003) ‘Wali, maire, président de région, qui fait quoi ?’, 14 novembre, http://lavieeco.com/news/politique/wali-maire-president-de-region-qui-fait-quoi-5290.html (comsulté le 27 février 2017).

Waterbury J. (1975) Le commandeur des croyants (Paris : Presse Universitaire de France).

Zaki, L. (ed) (2009) Terrains de campagne au Maroc. Les élections législatives de 2007 (Tunis : IRMC ; Paris : Karthala).

Zair, T. (2007) La gestion décentralisée du développement économique au Maroc (Paris : L’Harmattan).

Top of page

Notes

1 Allocution de Sa Majesté le Roi à l’ouverture de la première session de la 3e législative de la 9e législature, 11 octobre 2013 (MAP, 2013).

2 Pour en donner un aperçu : la « politique des grands chantiers d’infrastructures » en ce qui concerne le développement du territoire, le programme Ville sans bidonville ou encore la politique des « grands projets » en ce qui concerne le développement urbain, l’Initiative nationale pour le développement humain en ce qui concerne le développement social, et les visions sectorielles pour le développement économique telles le Plan azur en ce qui concerne le tourisme, le Plan Maroc vert en ce qui concerne l’agriculture ou le programme Émergence en ce qui concerne les nouveaux métiers monde.

3 Les taux d’équipement des ménages et d’accès à la propriété ont connu une très nette évolution en quinze ans, comme le montrent les chiffres du recensement général de la population et de l’habitat de 2014, consultables ici : http://www.rgph2014.hcp.ma/Presentation-des-principaux-resultats-du-RGPH-2014_a374.html (consulté le 20 juin 2016).

4 Les éditoriaux de la presse au lendemain du discours sont à ce titre éclairants : « Gouvernance de Casablanca : incompétence sur toute la ligne », L’Économiste (2013) ; « Halte à la mauvaise gouvernance », L’Observateur (2013) ; « L’état critique de Casablanca au cœur du discours royal », Le360 (2013a).

5 Jusqu’à l’adoption de la loi sur la régionalisation en janvier 2016, le wali était l’exécutif du conseil régional et du conseil préfectoral de la Région du Grand Casablanca ; les périmètres d’intervention de ces collectivités, jusqu’à cette date, se confondaient avec l’agglomération de Casablanca.

6 Sur ce sujet, voir Maroc (2005, 6).

7 Le wali est l’autorité en charge des centres régionaux d’investissement.

8 Le budget de la ville de Casablanca est de 3 milliards de dirhams (MAD), dont 2 milliards sont consacrés aux dépenses de fonctionnement, 200 millions à l’investissement et 800 millions aux dépenses obligatoires.

9 La ville de Casablanca ne reçoit que 16 % de ses recettes fiscales, qui sont centralisées puis redistribuées par l’État.

10 Entretiens, wilaya, conseil de la ville, Casablanca, janvier 2015.

11 « Plan de développement de Casablanca  2015-2020 »

12 Chiffre rendu public par le wali. Discours de Monsieur Khalid Safir, le Wali de la région du Grand Casablanca, Gouverneur de la Préfecture de Casablanca, rencontre de restitution des travaux du think tank, 16 janvier 2015. Le discours est consultable sur le site http://www.casainvest.ma (consulté le 20 juin 2016).

13 Groupes de travail dans le cadre du Think tank élargi : présentation de Monsieur le Wali du Grand Casablanca, dîner de lancement des travaux des groupes de travail, Wilaya du Grand Casablanca, document interne, 9 décembre 2013.

14 Discours de Monsieur Khalid Safir, le Wali de la région du Grand Casablanca, Gouverneur de la Préfecture de Casablanca, rencontre de restitution des travaux du think tank, 16 janvier 2015. Le discours est consultable sur le site http://www.casainvest.ma (consulté le 20 juin 2016).

15 Lettre de mission générale destinée aux présidents des groupes de travail : réflexion sur la stratégie de développement du Grand Casablanca, document interne, 2 décembre 2013.

16 Lettre de mission générale destinée aux présidents des groupes de travail : réflexion sur la stratégie de développement du Grand Casablanca, document interne, 2 décembre 2013.

17 Expériences nationales et internationales pour inspirer le modèle de transformation de la métropole du Grand Casablanca, atelier, Club Attijariwafa Bank, 8 mars 2014.

18 Entretiens, présidents du groupe de réflexion, Casablanca, juillet et octobre 2014.

19 Le civisme a fourni, du moins dans le discours des membres du think tank, un registre de légitimation. Le texte publié sur le compte Facebook du président du groupe « Casa, ville pour tous » est à cet égard éloquent : « Lorsque le Wali m’a contacté pour me proposer d’intégrer le “Think tank pour Casablanca” qu’il constituait […] j’avoue que je n’ai pas hésité […] parce que dans ma déontologie militante je ne considère pas que l’on puisse se dérober lorsque notre Pays fait appel à nous – aussi modestement cela soit-il. »

20 Le quotidien L’Économiste (2010), proche des cercles économiques casablancais, réservait par exemple un accueil sceptique à l’annonce du plan de développement communal : « Un énième plan de développement pour Casablanca : pour quoi faire ? »,.

21 « Analyse du contrat de gestion déléguée », Valyans-M’dina Bus : accompagnement à la définition du plan de redressement de la société, juillet 2008, Partie II, Documents confidentiels.

22 Entretiens, Casablanca, 2014.

23 Entretiens, Casablanca, 2014.

24 Ces commissions ont ainsi été placées sous les thèmes « Grands projets structurants », « Voirie et infrastructures routières », « Habitat et requalification urbaine », « Mobilité et transport urbain », « Développement humain » et « Gouvernance et services publics locaux ».

25 Bien que le wali coordonne et supervise l’activité des gouverneurs, la relation d’autorité entre les gouverneurs et le wali n’est pas institutionnalisée.

26 Entretiens, wilaya et administration centrale, 2014, 2015.

27 Entretiens, conseil de la ville, 2014, 2015.

28 Entretiens, wilaya, janvier 2014.

29 Entretiens, administration territoriale, conseil de la ville, mars 2014.

30 Le conseil de la ville regroupe 147 conseillers issus des 16 arrondissements adossés au conseil de la ville. Au total, la ville compte 500 élus communaux.

31 Entretiens, conseil de la ville, 2014.

32 Réunion de présentation de la réflexion du sous-groupe « Mobilité-espaces publics », Centre régional d’investissement, Casablanca, 29 janvier 2014.

33 Les modèles de transport des villes de Bristol, Bucarest et Kaunas ont été présentés. Celui de Bristol a été retenu pour son organisation du fret, celui de Bucarest pour sa lutte contre la pollution et celui de Kaunas pour son système de service de transport intelligent.

34 J’ai été chargée au nom du comité de mener les entretiens avec le délégataire de service de transport par bus, l’opérateur public gestionnaire du tramway, le responsable communal chargé de la voirie et le responsable territorial chargé de la gestion de la circulation, puis d’en faire la synthèse pour l’ensemble des participants.

35 Mustapha Mellouk, président du groupe de travail « Casa, lieu de vie », réunion de finalisation des livrables du groupe « Casa, lieu de vie », Hôtel des Arts, Dar Bouazza, 16 mars 2014.

36 Entretien, membres du think tank, avril 2014.

37 Expériences nationales et internationales pour inspirer le modèle de transformation de la métropole du Grand Casablanca, atelier, Club Attijariwafa Bank, 8 mars 2014.

38 La journée d’étude était articulée en six panels consacrés chacun à un « modèle de transformation métropolitaine » et faisant intervenir un représentant d’un grand cabinet d’expert étranger et un responsable politique de la ville en question.

39 La perspective d’une visite royale en mars 2014 a d’abord précipité la finalisation des propositions du groupe de travail « Casa, lieu de vie » ; par la suite, la date de restitution des travaux du groupe a fait l’objet, tout au long du mois de mars, de déprogrammations successives : la rencontre, programmée au 20 mars, a été reportée au 27, puis au 28 mars, pour se tenir finalement le 11 avril, au lendemain de l’annulation du séjour royal à Casablanca.

40 Entretiens, administrations territoriale et centrale, Casablanca, 2015.

41 À Casablanca, au tournant des années 2000, la gestion de l’eau, l’assainissement, la fourniture de l’électricité, le transport et le ramassage des déchets ont été confiés à des sociétés privées, sous la forme de partenariats public-privé.

42 Réunion de finalisation des livrables du groupe « Casa, lieu de vie », Hôtel des Arts, Dar Bouazza, 16 mars 2014.

43 Les propositions recommandaient la mise en œuvre d’un modèle d’organisation cible du système des transports, l’adoption d’un fonds pour le transport urbain et la professionnalisation des grands taxis, mesures qui étaient soient déjà adoptées, soit en cours de programmation.

44 Lettre de mission générale destinée aux présidents des groupes de travail : réflexion sur la stratégie de développement du Grand Casablanca, document interne, 2 décembre 2013.

45 Procès verbal de la réunion d’harmonisation avec les groupe Casa-Lieu de Vie, document interne, 16 janvier 2014

46 Entretiens, administration territoriale, Casablanca, janvier 2015.

47 Programme global et actions prioritaires pour la mise à niveau de la région du Grand Casablanca, dossier de presse, 10 février 2014.

48 Entretiens, administration territoriale, Casablanca, janvier 2015.

49 Programme global et action prioritaires pour la mise à niveau de la région du Grand Casablanca, dossier de presse, 10 février 2014 ; Plan de développement 2015-2020, rapport présenté lors de la cérémonie royale, 26 septembre 2014 ; Plan de développement 2015-2020, dossier de presse, 22 décembre 2014 ; Discours de Monsieur Khalid Safir, le Wali de la région du Grand Casablanca, Gouverneur de la Préfecture de Casablanca, rencontre de restitution des travaux du think tank, 16 janvier 2015.

50 Les conférences de presse des 12 novembre 2013, 11 décembre 2013, 10 février 2014 et 22 décembre 2014.

51 Au cours de la conférence de presse du 11 décembre 2013 est annoncée la programmation du métro aérien ; la conférence du 10 février 2014 fait état de la finalisation des études techniques et du bouclage en cours du montage financier ; ensuite, lors de la cérémonie de présentation du plan de développement au roi, est annoncé le développement d’un système de transport en site propre, sans en préciser la nature.

Top of page

Cite this article

Electronic reference

Nadia Hachimi Alaoui, « Un « moment » pour faire. Le plan de développement 2015-2020 du Grand Casablanca », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 8 | 2017, Online since 08 September 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://poldev.revues.org/2453 ; DOI : 10.4000/poldev.2453

Top of page

About the author

Nadia Hachimi Alaoui

Nadia Hachimi Alaoui prépare une thèse à Sciences Po Aix, consacrée à la figure du wali et à ses pratiques de gouvernement. Elle est affiliée au Centre de recherche économie, société, culture (CRESC) de la Faculté de sciences économiques et sociales de l’Université Mohammed VI Polytechnique (Rabat) et assume également le secrétariat scientifique de la Chaire d’études africaines comparées du CRESC.

Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org