Navigation – Plan du site

Une exception néolibérale ? Le projet de turquification de l’armement

Anouck Gabriela Côrte Réal-Pinto
Traduction(s) :
A Neo-Liberal Exception? The Defence Industry ‘Turkification’ Project

Résumé

Présentée à la fois comme un exemple, une preuve, voire une condition du développement économique, technologique, politique et sécuritaire de la Turquie, la turquification de l’industrie de la défense se situe au cœur de la légitimité gouvernementale. En suivant une approche sociohistorique, ce chapitre vise à comprendre comment ce grand projet, indissociable de la formation continue de l’État et d’une bourgeoisie nationale qui lui est organiquement liée, s’est reconfiguré sous l’ère néolibérale non pas malgré la globalisation mais bien à partir d’elle, notamment à travers une marchandisation de la solidarité musulmane et de la protection militaire. Ce projet apparaît ainsi constituer un instrument d’extraversion « nationalibéral » participant à une recherche hégémonique instable, traversée par de nombreux conflits.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1L’arrivée au pouvoir en 2002 de l’AKP (Adalet ve Kalkinma Partisi, Parti de la justice et du développement) en Turquie, issu de l’islam politique, est généralement présentée comme l’apogée des réformes néolibérales en Turquie. Celles-ci auraient marqué la fin de l’hégémonie militaro-nationaliste, attestée par les multiples réformes de démilitarisation de la scène politique et par les grands procès collectifs menés à l’encontre des officiers turcs (affaires Ergenekon et Balyoz). Dès lors, comment interpréter la réappropriation par ce même parti du grand projet de turquification de l’industrie de la défense, symbole d’un volontarisme éclairé et d’un interventionnisme fort peu libéral ? Le slogan incantatoire « un tank national, un satellite national et un avion national » (« Milli tank, milli uydu, milli uçak »), prononcé durant les élections de 2011, repris et renforcé par la « Vision politique 2023 de l’AKP » (AK Parti 2023 Siyasi vizyonu), illustre l’investissement particulier du parti « islamique modéré » en faveur de ce grand projet militaire comme outil de légitimation et modalité d’armement moral de la population (Sabah, 2011 ; AKP, 2012). Cette attention discursive se traduit également par une hausse exceptionnelle des dépenses publiques militaires depuis 2006, en partie liée à l’explosion des grands projets nationaux de défense lancés par l’AKP : drone « cent pour cent turc » Anka, tank « national » Altay, hélicoptère « local » Atak, satellite Göktürk, navire de guerre Milgem (Yentürk, 2014). Enfin, elle coïncide avec une internationalisation inédite du secteur, marquée par une diversification des partenaires et des fournisseurs extérieurs en armements ainsi qu’une hausse exceptionnelle des exportations.

  • 1 Parmi les plus fervents critiques du paradigme du développement en Turquie on trouve Fikret Baskaya (...)

2Suivant une approche sociohistorique « non dépendantiste de la dépendance » (Bayart, 2006, vi), proposée par Jean-François Bayart qui lui-même s’inspire de Gramsci, cet article vise à comprendre comment ce grand projet de turquification – indissociable de la formation continue de l’État turc et d’une bourgeoisie nationale qui lui est organiquement liée – a continué à se développer sous l’ère néolibérale, non pas malgré la globalisation mais bien à partir de celle-ci. En particulier, il s’agit, à travers un jeu d’échelles entre les dimensions sectorielle, nationale et internationale, de comprendre en quoi ce projet de développement est une fiction aux effets multiples de pouvoir qui articule, alimente et résulte d’une logique de marché et d’une logique d’affirmation nationale. En mettant en évidence les arts de « faire avec » (Certeau, 1990) la globalisation, ce texte remet en cause aussi bien la vision volontariste du politique que celle d’une autorégulation du marché, deux théories a-historiques largement dominantes dans les discours portant sur le développement en Turquie1. À quelques exceptions près, le concept de développement est présenté dans la littérature scientifique turque soit comme un projet d’ingénierie sociale (projet kémaliste ou projet islamique promu par Necmettin Erbakan), soit comme une performance économique, traduisant respectivement un désir de rupture libératrice et un désir d’entrée dans la modernité marchande (Unsaldi, 2011). L’attention portée à l’historicité de ce concept en Turquie à travers l’analyse du grand projet de turquification de l’industrie de la défense permet d’illustrer et de comprendre sa nature hégémonique, sa polysémie ainsi que ses effets concrets de domination. 2. Une exception à la règle néolibérale ? Genèse d’un projet de développement d’émancipation nationale « anachronique ».

  • 2 Cette expression désigne en Turquie ce complexe obsidional et l’obsession de survie de l’État par r (...)

3Alpha et oméga du projet de turquification de l’économie turque, l’absence d’industrie indigène de défense (et plus particulièrement de technologie de pointe) est perçue d’une part comme l’une des principales causes de la défaite ottomane et d’autre part comme l’une des conditions nécessaire au « rétablissement national » (Inalcik, 1992 ; Lafi, ce numéro). La polysémie du terme turc kalkınma – qui signifie à la fois « développement » et « guérison » (d’une psyché nationale blessée) – traduit cette vision obsidionale du développement en Turquie, entendu non plus seulement comme amélioration des conditions mais comme condition en soi de la survie nationale. Preuve et mesure d’une émancipation nationale ainsi que d’une relation ambivalente envers l’Europe, liée à un passé traumatique connu sous le nom du « syndrome de Sèvres »2 (Taner, 2005 ; Bayart, 2011 ; Schmidt, 2014), le projet de turquification de l’industrie de la défense constitue une affirmation et simultanément une négation de la défaite impériale. Cette ambivalence est caractéristique de la mélancolie collective turque vis-à-vis de l’Empire ottoman (Celik, 2011). Le développement est donc compris à partir d’un double processus comparatif : une comparaison synchronique vis-à-vis des partenaires occidentaux de la Turquie et une comparaison diachronique vis-à-vis de son passé impérial. L'efficacité symbolique de l'idée de « progrès technologique et civilisateur », omniprésente dans les grands projets de défense promus par l’AKP, est d’autant plus forte qu’elle fait écho à l’historiographie nationale (Copeaux, 1997), ainsi qu’aux travaux des principaux politologues turcs et étrangers qui présentent l’armée turque comme une institution pionnière en matière de modernisation de l’État et de la société, diamétralement opposée aux forces « réactionnaires » islamiques (Ward et Rustow, 1965; Heper et Evin, 1988). Cette association entre armée et modernisation a été très répandue, aussi bien dans la pensée politique des années 1930 que parmi les penseurs tiers-mondistes des années 1950-1970. Elle est révélatrice d’un « désir d’État qui s’exprime par la demande généralisée de modernité » (Hibou, 2011, 115). Dans une lecture inspirée du « protectionnisme éducateur » de Friedrich List, la formation d’une industrie nationale – en particulier de la défense – est promue comme une condition du développement et de la sécurité nationale, qui mettrait le pays à l’abri « des fluctuations de la guerre, des restrictions étrangères ou des crises commerciales » (List, 1998, 275). Située à mi-chemin entre le « colbertisme high tech » (Cohen, 1992) et le « keynésianisme militaire» (Dunne, 2011 ; Krugman, 2011), cette politique des grands projets industriels de défense se voit ainsi justifiée, au niveau économique, par la promesse d’effets d’entraînement (spillover) en termes d’emplois, d’amélioration de la balance commerciale et de transferts technologiques dans le secteur de la défense mais aussi dans le secteur civil.

  • 3 Traduction de l’auteure. Version originale en turc : « bu Kanunun amacı, modern savunma sanayiinin (...)

4À la suite de l’adoption, par le parlement, de la loi no 3238 de 1985, qui vise d’après son article premier « au progrès de l’industrie de la défense et à la modernisation des forces armées turques »3, le projet de turquification de l’industrie de la défense bénéficia de moyens inédits. Ce texte juridique assura la création d’un fonds annuel d’un milliard de USD et d’un nouveau secrétariat d’État, tous deux dédiés à cet objectif. Cette innovation budgétaire et administrative est d’autant plus paradoxale qu’elle contredit les paradigmes sécuritaires, politiques et économiques dominants du moment, que ce soit à l’échelle nationale ou internationale. Comment en effet comprendre la création de ce grand projet étatique extrêmement onéreux dans un contexte de défense collective atlantiste, de retour à un régime civil après trois années de régime militaire, de réformes néolibérales prônant le retrait de l’État des activités économiques et la restriction budgétaire ? Alors que l’économie turque est passée en 1980, sous l’impulsion de la junte militaire, d’un modèle fermé d’industrialisation par substitution d’importations à celui d’un modèle ouvert à la compétition internationale, ce projet de modernisation de l’armée turque et du secteur de la défense semble donc constituer une exception à la règle néolibérale, remettant en cause les ajustements structurels et la croyance en la supériorité des règles du marché promus par les institutions financières internationales (IFI). Dès lors, ce grand projet offre un prisme particulièrement intéressant pour comprendre la signification de la coexistence d’interventions dirigistes et de politiques néolibérales prônant le retrait de l’État (Buğra, ce numéro).

2.1 Défense de la société turque contre ses alliés ? Un projet développementaliste paradoxal

  • 4 En vue d’éviter la polysémie du terme français de « civilisation », nous lui préférons l’anglicisme (...)
  • 5 Les ressources extrabudgétaires désignent les ressources financières étatiques qui sont discrétionn (...)
  • 6 La TSKGV résulte de la fusion de trois fondations dédiées à chacune des forces armées (terre, mer, (...)

5Souvent réduite à un simple « exit garantee » (Cook, 2007), autrement dit une condition négociée du retrait politique des militaires en 1983 en échange de certains gains matériels, cette double innovation marque cependant également une « civilianisation »4. Dans le contexte turc, ce terme traduit l’inclusion du premier ministre civil (à l’époque Turgut Özal) dans le processus décisionnel d’achat d’armements, ainsi que la création d’une expertise civile au sein du nouveau secrétariat d’État dédié à ce grand projet. Loin de traduire une simple étatisation du secteur, cette nouvelle loi contribue également à la « privatisation » au moins partielle du budget par le recours à des financements dédiés extrabudgétaires5 au profit du pouvoir exécutif. Ces financements assurent un évitement de jure des contrôles parlementaires tout en participant, en théorie, au développement du secteur privé de la défense en collaboration ou en complémentarité avec le secteur public. Créée en 1986, la société « locale » privée FNSS (FMC-Nurol Savunma Sanayii A.Ş.), actrice majeure de cette industrie dans les années 2000, a ainsi été le fruit d’un partenariat entre la holding turque privée Nurol et la société américaine FMC (par la suite rachetée par l’anglaise BAE Systems). La TSKGV (Türk Silahlı Kuvvetlerini Güçlendirme Vakfı, Fondation pour le renforcement des forces armées turques), fondation de droit privé, propriétaire en 2013 de nombreuses entreprises dans le secteur de la défense, a également vu le jour durant cette période6. Autrement dit, ce secteur illustre dans les années 1980, tout du moins dans l’imaginaire national, un trait d’union entre deux visions, apparemment antinomiques, portant sur le rôle de l’État, de l’armée turque et des armements dans l’économie nationale : la vision développementaliste et la vision néolibérale.

2.1.1 Une trajectoire historique traumatisée

  • 7 D’après Élise Massicard, le derin devlet désigne, en Turquie, « un vaste réseau de corruption relia (...)
  • 8 Les deux premières lettres de Aselsan renvoient au terme turc asker, qui désigne le soldat.

6Dater de manière précise le début du projet de turquification de l’industrie de la défense (et plus largement de l’économie) s’avère néanmoins un exercice difficile. Il est bien antérieur à la loi de 1985 puisqu’il précède même la création de l’État turc en 1923 et s’est pérennisé depuis – exception faite de la période Menderes. Le passage de l’Empire à l’État-nation s’est notamment traduit par une lecture sécuritaire de la dépendance extérieure financière et technologique, qui a donné lieu à une politique de turquification de l’économie, civile et militaire, engagée dès la période Jeunes-Turcs. Celle-ci s’est illustrée par un génocide, des évictions forcées, des expropriations et la disparition violente d’une bourgeoisie cosmopolite, en grande majorité issue des minorités ethno-religieuses de l’Empire, au profit d’une bourgeoisie naissante qualifiée par Baskin Oran de « lahasümüt », acronyme pour « laïque, hanéfite, sunnite et turque », jugée plus fidèle à l’État turc. Cette politique de turquification de l’économie sera reprise de multiples façons durant la période républicaine de l’entre-deux-guerres, notamment sous la forme de l’impôt sur la fortune de 1942 (Bali, 2010 ; Buğra, 1994, 114-116), qui autorisa de véritables transferts de propriété au détriment des minorités religieuses turques, en particulier des Juifs, ou encore des pogroms anti-Grecs comme celui d’Istanbul de 1955 (Kuyucu, 2005 ; Bali, 2008). La cooptation de la Turquie par le bloc occidental dans le cadre de sa politique d’endiguement et de lutte contre la menace soviétique, illustrée par son adhésion à l’OTAN dès 1952, marqua paradoxalement la suspension, puis la relégitimation de ce projet d’émancipation nationale vis-à-vis de ses alliés occidentaux. Car si l’aide américaine militaire apportée à la Turquie – estimée à près de 400 millions de USD entre 1947 et 1951 – participa à la valorisation du rôle de l’armée turque sur les scènes internationale et nationale, elle réduisit également la légitimité et la qualité de l’industrie nationale de l’armement (Truman, 1947 ; Orun, 1997 ; Kayaoglu, 2009 ; SSM, 2010). À tel point qu’une grande partie du financement, de l’équipement et de la formation de l’armée turque sous le gouvernement Menderes fut « externalisée » : elle ne relevait plus des priorités nationales, ni même des prérogatives de l’État turc, mais bien de la responsabilité collective de l’OTAN (Ahmad, 1993, 124). Cette cooptation fut également concomitante de la formation d’un « État profond » (derin devlet)7, dont le centre névralgique résidait au sein d’une section spéciale de l’armée turque en lien direct avec les services secrets occidentaux, dans le cadre de l’opération Gladio (Söyler, 2015, 101-102 ; Jenkins, 2009 ; Gingeras, 2015, 261-270). Autrement dit, la politique d’extraversion menée sous le gouvernement Menderes réduisit fortement les marges de liberté en matière d’armement tout en contribuant à la marchandisation de l’armée turque jusqu’à devenir l’un des principaux « produits d’exportation » (ihraç) du pays, pour reprendre l’une des expressions controversées de George Soros (cité dans Evrensel, 2002). Le coup d’État militaire de 1960 et un retour aux pratiques protectionnistes inspirées de la théorie listienne et des politiques développementalistes keynésiennes ne modifièrent pas cette situation. Seuls le retournement du contexte international au détriment de la Turquie, durant les années 1960, et l’affirmation croissante d’une bourgeoisie nationale mise en lumière par la Tüsiad, organisation patronale créée en 1971, réactivèrent la nécessité et la légitimité de la turquification de l’armement (Buğra, 1994; Billion, 2000). Le retrait des missiles américains du territoire turc en 1963 et les embargos internationaux sur les ventes militaires à l’encontre de la Turquie durant la crise chypriote révélèrent les effets indésirables d’une trop forte dépendance extérieure tout en renouvelant un imaginaire obsidional national vis-à-vis des partenaires occidentaux (Billion, 2000 ; Şahin, 2002). Ce contexte particulier contribua au développement de l’entreprise de défense privée Otokar, créée en 1963 et propriété de la holding Koç, ainsi qu’à la naissance de plusieurs fondations faisant appel aux dons publics pour soutenir l’armement national. Ces fondations permirent la création de plusieurs sociétés, dont Aselsan, actuel leader national de la défense8. Pour autant, ce n’est qu’au milieu des années 1980, une fois l’urgence dépassée et l’économie stabilisée, qu’une politique publique d’envergure fut mise en œuvre en faveur de ce grand projet de développement national. On est donc face à une situation paradoxale : les années 1960-1970, habituellement interprétées comme développementalistes, ont connu en Turquie une privatisation de l’industrie de la défense, alors que les années 1980-2000, habituellement lues comme néolibérales, ouvertes à l’international et aux règles du marché, ont été le théâtre d’un interventionnisme public massif en faveur de la turquification de cette industrie. Fruit de cette trajectoire traumatisée, ce grand projet promeut ainsi l’idée d’une protection nationale, d’autant plus désirée qu’elle coïncide avec une remise en cause du système de protection sociale sous le joug des réformes néolibérales adoptées par la junte militaire.

2.1.2 De la défense collective à l’autoprotection turque : une remise en cause de l’alliance atlantiste et européenne ?

7Ce grand projet d’autonomisation stratégique et industrielle semble également révélateur de certains conflits au sein même du bloc occidental, allant jusqu’à relativiser certaines césures historiques.

8Cette volonté de repasser d’un statut de nation exclusivement garantie par l’OTAN (à travers la notion de « défense collective » prévue dans l’article 5) au statut de nation sachant également s’autoprotéger n’est pas sans rappeler le cas de la France. La maîtrise technologique du nucléaire dans les années 1960 fut ainsi perçue par le gouvernement français et une grande partie de la population non pas comme un moyen de défense à l’encontre de la menace soviétique, mais bien comme un outil en vue de concurrencer et de s’affranchir de la tutelle américaine à la suite de l’humiliation de Suez (Vaïsse, 1992 ; Regnault, 2003). En Turquie comme en France, le projet d’autonomisation militaire – projet technologique, économique et industriel – ne remit pas en cause l’alliance atlantiste. Il permit au contraire d’alimenter les intérêts hétérogènes des partenaires stratégiques. Du côté américain, le gouvernement Reagan soutint ce projet pour des raisons commerciales : ce dernier devait en effet assurer la création d’un nouveau marché de l’armement pour les entreprises américaines de défense, comme l’ont illustré les deux coentreprises turco-américaines FNSS (décrite plus haut) et TAI (Turkish Aerospace Industries), issue d’un partenariat entre Lockheed, General Electric et une entreprise turque. TAI devait au départ assurer l’assemblage d’avions F-16 américains commandés par la Turquie. Le gouvernement américain accueillit également favorablement cette tentative d’« autonomisation » turque pour des raisons financières et stratégiques. En pleine « guerre des étoiles », cette alliance permettait en effet d’alléger le fardeau financier américain tout en lui assurant la protection de son flanc méditerranéen. Du côté européen, l’objectif d’émancipation et de modernisation de l’industrie turque de la défense fut d’autant plus facilement accepté que les États membres européens étaient jusque-là très peu présents sur le marché turc de l’armement – exception faite de l’Allemagne. Certains États membres partageaient d’ailleurs avec la Turquie les mêmes objectifs d’autonomisation vis-à-vis de l’hégémonie américaine. Ainsi les responsables français faisaient-ils alors la promotion, dans le cadre d’une initiative intergouvernementale européenne à « géométrie variable » baptisée « Eureka », d’une « Europe de la technologie » par le développement d’une recherche industrielle européenne commune civilo-militaire comme alternative à la « Strategic Defense Initiative » établie par les États-Unis (Karsenty, 2006 ; L’Express, 1985).

  • 9 Expression de Zbigniew Brzeziński, conseiller du président Carter à la fin des années 1970.

9La mise en place en 1985 du grand projet de turquification de l’industrie de la défense contribua donc à un rapprochement entre la Turquie et la Communauté économique européenne (CEE). Ce rapprochement était ambivalent : il a certes permis la démultiplication des dépendances technologiques, industrielles et militaires turco-européennes sous la forme de participations à des projets industriels militaires européens (A400M) ou de contrats en faveur d’entreprises françaises, anglaises et italiennes, mais, simultanément, le grand projet industriel turc a contribué à une véritable course à l’armement, entamée au moment de la crise chypriote, doublée d’une compétition diplomatique vis-à-vis de la Grèce, devenue membre de la CEE en 1981 (Sezgin, 2003 ; Andreous et Zombanakis, 2006). Parallèlement à cet ancrage européen équivoque, le développement de l’industrie nationale de la défense repose également sur une tentative d’ouverture économique et culturelle de la Turquie vers les pays « frères ». Appuyée par les États-Unis dans le cadre de la « ceinture verte »9, cette politique devait permettre, sur le plan international, de mieux contrer à la fois la menace soviétique et celle d’une propagation de la révolution islamique iranienne dans la région. Sur le plan intérieur, elle s’est traduite par l’établissement d’une « synthèse turco-islamique » (Eligür, 2010 ; Copeaux, 1997), promue comme mécanisme de dépolitisation de la société turque. Cette promotion de l’islam comme instrument de pacification sociale par la junte militaire fut d’autant plus importante que l’ouverture brutale de l’économie turque à la compétition mondiale au début des années 1980 risquait d’aboutir à un « contre-mouvement » (Polanyi, 2011) susceptible de renforcer le bloc soviétique. On retrouve dans une certaine mesure le même processus en Égypte durant l’ère Sadate (Vannetzel, ce numéro). Dans ce contexte, la diplomatie commerciale, menée par le premier ministre Özal et le président-général Evren, devait assurer une rente sécuritaire à la Turquie auprès des pays du Golfe, permettant d’amortir ce projet. Dans la pratique toutefois, en dépit de nombreuses promesses, seule la Libye importa des armements de Turquie dans les années 1980 (SIPRI, voir annexe) .

2.2 De la fin de la guerre froide à la « guerre contre le terrorisme » : double turquification de la menace et de l’industrie de la défense (1990-2001)

  • 10 Expression attribuée à George Bush et Margaret Thatcher au début des années 1990 pour désigner les (...)

10Ni la disparition de la menace soviétique, ni les ajustements structurels mis en place pour faire face aux importantes crises économiques (1994, 2001) n’ont marqué la fin de ce projet. Initialement prévu pour une période de dix ans, la turquification de l’industrie de la défense a non seulement été reconduite par le parlement pour une période de trente ans, mais son montant annuel s’est vu quintuplé. Ce renforcement, en dissonance apparente avec le contexte international de démocratisation et de réduction des dépenses militaires (ce que l’on a l’habitude d’appeler les « dividendes de la paix »10), est le fruit de trois principaux facteurs interdépendants : l’assèchement de la rente internationale sécuritaire, et notamment de l’aide militaire américaine ; la militarisation croissante de la scène politique et économique turque, qui s’est accompagnée du développement de l’« État profond» ; et la multiplication des critiques et contraintes subies par la Turquie de la part de ses partenaires européens et américains en matière d’approvisionnement et de transferts technologiques, du fait des multiples atteintes aux droits de l’homme et de l’emploi des forces armées contre la population civile turque d’origine kurde.

2.2.1 La turquification de la menace et de l’industrie de la défense : la guerre de « basse intensité » contre le PKK

  • 11 Le PKK, un parti d’inspiration marxiste-léniniste formé en 1978 contre le pouvoir central turc, lan (...)
  • 12 Acteur particulièrement multipositionné, Aziz Yildirim est également le président, depuis 1998, de (...)

11Malgré leur volonté d’aboutir par les armes à l’indépendance des territoires à majorité kurde de la Turquie, les guérilleros du Parti des travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistan, PKK) furent perçus tout au long des années 1980 comme une menace mineure par les généraux turcs (Markus, 2007)11. Ils ont toutefois progressivement constitué l’une des principales ressources politiques, économiques et symboliques de l’armée turque. Qualifiés de « terroristes » ou de « séparatistes », ils ont été ainsi substitués officiellement à la menace prioritaire soviétique une fois cette dernière disparue. La mort prématurée du président Özal en 1993, lui-même d’origine kurde et partisan d’une solution politique, a laissé libre cours à une militarisation extrême du politique au profit de l’État profond, qui s’est notamment traduite par une explosion des disparitions d’opposants et des meurtres politiques. Pour la seule année 1994, la « guerre de basse intensité » contre le PKK s’est soldée par plus de 3700 morts et 1400 villages évacués, sans compter les nombreuses exécutions extrajudiciaires (Yerasimos, 1994). Cette période, qui suivit la chute du Mur de Berlin, a également contribué au renforcement du marché noir d’armes dans la région, reposant sur des ententes criminelles secrètes entre ennemis complémentaires (Massicard, 2008). Ainsi, en pleine guerre du Golfe, 100 000 armes produites par l’entreprise publique turque MKEK, qui s’étaient mystérieusement volatilisées, réapparurent dans les mains de combattants kurdes (Sabah, 2010a). La violence et l’extrême discrimination subies par la population kurde à cette époque n’ont nullement empêché certaines formes de cooptation étatique. Celle-ci a au contraire été rendue indispensable pour assurer le maintien de la domination militaire turque dans la région. C’est ce qui explique notamment la réinstitutionnalisation des gardiens de village ou encore la signature d’importants contrats militaires en faveur d’Aziz Yildirim. Ce dernier, homme d’affaires turc d’origine kurde, présent dans de nombreux secteurs, est notamment à la tête de la société Maktas, fournisseuse officielle de l’OTAN depuis 1973 et partenaire, avec l’entreprise Siemens, de plusieurs grands projets de turquification de l’industrie de la défense (Radikal, 2011)12.

  • 13 L’affaire des tanks allemands Leopard en 1999 illustre notamment les conditionnalités politiques im (...)

12Cette montée de la violence dans l’Est du pays et la multiplication des obstacles aux importations d’armements venus de l’Europe13 expliquent le quintuplement, en 1995, de la subvention au programme de turquification de l’industrie de la défense, en dépit de la faible réussite de ce projet entamé dix ans plus tôt, de la crise financière traversée par le pays en 1994 et des mesures d’austérité exigées par le Fonds monétaire international (FMI). Suivant une logique circulaire, l’absence même de résultat peut toujours s’expliquer par le manque de temps, jusqu’à légitimer la reconduction sans fin d’un projet (Rancière, 2004, 54-59). L’urgence des besoins en armements dans le cadre de la lutte contre le PKK a parallèlement alimenté une nette hausse de la dépendance extérieure de la Turquie, contribuant à maintenir le pays, jusqu’au début des années 2000, parmi les quatre principaux importateurs d’armes du monde (Hen-Tov, 2004). Sur le plan qualitatif, cette période marqua une diversification des fournisseurs de la Turquie, avec l’établissement d’un accord de coopération militaire turco-israélien en 1996. Ce dernier présentait alors de multiples avantages : respect des alliances américaines dans la région, autonomisation relative vis-à-vis des fournisseurs européens et américains, moindre interférence israélienne dans la politique intérieure turque du fait d’une expérience commune de lutte armée contre un « ennemi de l’intérieur », renforcement réciproque des projets d’indigénisation des industries d’armement et, enfin, espoir d’un ralentissement de l’ascension de l’islam politique en Turquie (Nachmani, 2003).

2.2.2 Menace « réactionnaire » et coup d’État « postmoderne » de 1997 : fin de la cooptation militaro-islamique

13La victoire historique aux élections législatives de 1995 du Parti de la prospérité (Refah partisi), issu de la mouvance islamique Vision nationale (Milli Görüş), tous deux menés par le leader Necmettin Erbakan, a marqué la fin de la cooptation militaro-islamique entamée en 1980 (Eligür, 2010 ; Sezgin, 2003). Ce retournement d’alliance était d’une certaine manière la conséquence paradoxale du succès de cette stratégie et du rapport de force favorable au parti islamiste. La succession de scandales de corruption, favorisés par une libéralisation sauvage en l’absence de mécanismes de régulation, les effets sociaux négatifs de l’Union douanière avec l’Europe et pour finir l’affaire d’État Susurluk en 1996 – qui avait révélé pour la première fois publiquement l’interdépendance entre une partie de l’appareil sécuritaire, la mafia et certains gardiens de village, leaders kurdes cooptés par l’État turc – renforcèrent en creux la légitimité de ce parti prônant le respect d’une moralité islamique (Massicard, 2008 ; Buğra et Savaşkan, 2014). Le Parti de la prospérité portait un projet nationaliste, positiviste, islamique, développementaliste et anticapitaliste qui se caractérisait notamment par une volonté de réconciliation avec la population kurde et une hostilité au projet européen ainsi qu’à l’appartenance de la Turquie à l’OTAN (Yankaya, 2014). Par là même, ce parti était susceptible de remettre en cause l’hégémonie exercée jusque-là par la haute fonction publique civile et militaire, relayée par une partie de la bourgeoisie nationale. Cette concurrence de projets avait également une dimension entrepreneuriale : la montée en puissance de l’organisation patronale Müsiad, très proche du Parti de la prospérité, venait battre en brèche le monopole de l’accès aux ressources étatiques matérielles et immatérielles détenu par la Tüsiad en rassemblant la bourgeoisie nationale urbaine, laïque et occidentalisée, organiquement liée à l’État (Buğra et Savaşkan, 2012 ; Yankaya, 2012). Le secteur de la défense turque a constitué l’un des terrains privilégiés de cette lutte politique : élément clé de la politique développementaliste et étatiste promue par Erbakan, ingénieur de formation, il devait permettre en théorie une alliance stratégique internationale islamique tout en participant à l’accumulation primitive et au prestige de l’élite économique montante regroupée au sein de la Müsiad (Çerçeve Dergisi, 1997). C’est sans doute pourquoi la vice-premier ministre Tansu Çiller, à la tête du Parti de la juste voie (Doğru Yol Partisi - DYP), parti de centre droit qui avait notamment tenté d’écarter au départ le Parti de la prospérité du pouvoir, signa en septembre 1996 un contrat de défense pour près de 5,5 milliards de USD en l’absence du premier ministre Erbakan (Hürriyet Daily News, 1996). Ce dernier menait alors des visites très controversées auprès de « pays frères », dont l’Iran et la Libye, en vue de la mise en place de son projet alternatif. Cet acte permit de limiter la redéfinition du projet de turquification de l’industrie envisagée par le premier ministre, susceptible de mettre en danger les intérêts matériels et stratégiques de l’armée turque, de la Tüsiad et des partenaires occidentaux traditionnels. Cette compétition entre deux projets hégémoniques concurrents aboutit finalement à une remise en cause sécuritaire de l’islam politique par l’armée. En dépit de l’absence de violence directe, la menace « réactionnaire » (irtica), qui faisait écho à une mémoire historique traumatisée, fut dès lors considérée par l’armée comme prioritaire par rapport à la « menace séparatiste » kurde (Bozarslan, 2000). Le mémorandum du 28 février 1997, connu sous le nom de coup d’État « postmoderne », est venu marquer une étape supplémentaire dans cette lutte indirecte à l’encontre du Parti de la Providence et de ses relais dans la société civile. Il conduisit, quelques mois plus tard, à la démission du gouvernement mené par Erbakan.

  • 14 En mars 2003, le parlement turc rejeta la possibilité pour l’armée américaine d’utiliser les statio (...)

14De nombreuses holdings soupçonnées d’avoir financé le parti et profité de contrats publics ont alors été poursuivies en justice pour fraude fiscale et irrégularités financières. Leurs dirigeants ont par la suite été régulièrement ostracisés lors de visites d’États ou de foires internationales, dont celles dédiées à l’industrie de la défense en 1999 (Yankaya, 2012). Cette multiplication des rôles de l’armée turque sur la scène nationale durant les années 1990 ne relève néanmoins pas seulement d’une trajectoire nationale historique propre ; elle traduit dans une certaine mesure la reconfiguration de la mission de l’OTAN, mise en évidence par le développement dès 1991 d’une « conception élargie de la sécurité » comprenant « des dimensions politiques, économiques, sociales et écologiques, en plus de l’indispensable dimension de défense » (OTAN, 1991, art. 25). La fin de la cooptation de l’islam politique par les forces armées et la restauration d’une hégémonie militaire laïque pro-occidentale au détriment d’un parti islamique démocratiquement élu ne sont d’ailleurs pas sans rappeler les cas de l’Algérie et de l’Égypte durant les années 1990 (Vannetzel, ce numéro). Elles restent néanmoins de courte durée en Turquie. L’arrestation et l’extradition du leader du PKK Öcalan, la crise économique historique de 2000-2001, l’ouverture des négociations européennes et la création de l’AKP, issu d’un islam politique renouvelé pro-européen et pro-capitaliste, ont remis en cause l’hégémonie militaire sans pour autant mettre un terme au grand projet de turquification de l’industrie de la défense (Tuğal, 2009). Au contraire, on constate une fusion des projets hégémoniques concurrents islamiste et capitaliste renouvelant les termes mêmes de la turquification de cette industrie (Tuğal, 2009 ; Haenni, 2005). Alors que les années 1990 étaient caractérisées par un double processus de turquification, turquification de la menace et turquification de l’industrie de la défense, les années 2000 ont entamé une nouvelle période d’internationalisation de la rente sécuritaire turque. Les gouvernements successifs issus de l’AKP ont ainsi bénéficié politiquement, stratégiquement et financièrement de la « guerre contre le terrorisme » (islamique) lancée par le président Bush à la suite des attentats du 11 septembre 2001, tout en ne la légitimant que dans une certaine limite14.

3. Un projet situé au cœur de l’hégémonie « nationalibérale » exercée par l’AKP

15La mise en place, au début des années 2000, de profondes réformes structurelles et administratives suivant les principes de la nouvelle gestion publique promus par le FMI, doublées de celles dites de démocratisation sous le double étau de la candidature européenne et de l’AKP, n’a pas empêché le renouvellement ni le renforcement du projet de turquification de l’industrie de la défense. Dans une certaine mesure, ce dernier a résisté à la crise historique financière traversée par la Turquie en 2001, aux importantes restrictions budgétaires ainsi qu’à la défiance généralisée vis-à-vis des élites traditionnelles, économiques et politiques, engendrée par cette crise. De la même façon, la venue au pouvoir en 2002 de l’AKP, indissociable de la montée en puissance d’une nouvelle bourgeoisie islamique qualifiée par ses adversaires de « capital vert » (yesil sermaye), n’a pas remis en cause ce projet, ni même la position privilégiée du « capital kaki », historiquement proche de l’armée.

3.1 Reconfiguration des pratiques clientélistes.

  • 15 Cette hypothèse se base sur les données et rapports de SIPRI et de la Chambre de commerce et d’ ind (...)

16À quelques exceptions près, le « capital vert », tant décrié par les élites séculières, semble être resté secondaire et périphérique dans le secteur de la défense, réduit principalement aux petites et moyennes entreprises (PME) et à la sous-traitance15. Il bénéficia néanmoins d’une discrimination positive dans le cadre des nouvelles formules d’évaluation de la turquification des projets d’armement (Akça, 2010, 20 ; Jane’s Defence Industry, 2011).

3.1.1 Résistance du complexe militaro-industriel

17L’armée turque et la bourgeoisie traditionnelle nationale laïque pro-occidentale, regroupée au sein de la Tüsiad, sont restées les principales bénéficiaires de ce grand projet : en 2013, sur les sept premières entreprises de la défense du pays en termes de chiffres d’affaires, aucune n’a vu le jour après la victoire de l’AKP, quatre sont détenues par l’armée turque via la fondation « privée » TSKGV et une seule, la MKEK, du fait de son statut légal public, n’est pas liée à la Tüsiad (tableau 1). Cette organisation patronale est d’ailleurs dotée d’un groupe de travail spécialement dédié au secteur de la défense.

Tableau 1. Principales entreprises turques de la défense en 2013 (en termes de chiffres d’affaires)

Rang

Nom

Date de création

Activités

Propriétaires

Affiliations patronales

1

Aselsan

1976

Équipement de terre et électronique

Armée via TSKGV (85 % actions)

Membre de la Tüsiad

2

Otokar

1963

Équipement de terre : tanks, voitures blindées

Koç Holding

Koç membre fondateur de la Tüsiad

3

TAI-TUSAS

1985

Aéronautique

Armée via TSKGV et Lockheed jusqu’en 2005. Depuis 55% TKGV, 45% SID

Membre de la Tüsiad

4

MKEK

1930

Artillerie

Ministère de la défense

Public

5

Havelsan

1989

Électronique

Armée via TSKGV

Membre de la Tüsiad

6

Roketsan

1989

Missiles et rockets

Armée via TSKGV (35%), MKEK (15%), Aselsan (15%), Kalekalip (10%)

Autres ( 25%)

Propriétaires Aselsan et Kalekalip membres de la Tüsiad

7

FNSS

1986

Équipement de terre : tanks, voitures blindées

Nurol Holding (59%) et BAE Systems (41%)

Nurol membre de la Tüsiad

Sources : compilation de données obtenues à partir des sites internet respectifs de ces entreprises ainsi que du classement datant de 2013 des 500 premières entreprises industrielles de la Turquie effectué par la chambre de commerce et d’industrie d’Istanbul.

18Depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP, ces entreprises ont ainsi vu leurs chiffres d’affaires décupler (tableau 2).

Tableau 2 : Évolution exponentielle des ventes des leaders nationaux de l’industrie de la défense sous l’AKP entre 2002 et 2014 (millions TRY)

Nom entreprise

2002

2004

2006

2008

2010

2012

2014

Aselsan

318

358

489

695

982

1 369

2 141

TAI-TUSAS

104

106

272

304

418

404

1726

Otokar

98

282

348

485

548

894

956

MKEK

44

ND

ND

ND

ND

ND

658

Havelsan

59

ND

183

208

186

372

406

Roketsan

ND

ND

ND

138

254

414

716

FNSS

321

181

ND

ND

171

287

330

Kale Kalip

ND

90

149

188

254

290

ND

Sources : compilation à partir des classements annuels des 500 premières industries en Turquie effectués depuis 1997 par la chambre de commerce et d’industrie d’Istanbul. Les cases ND (non définies) signifient que les ventes de ces entreprises sont pour l’année concernée en dessous des ventes enregistrées par les 500 premières sociétés industrielles de Turquie.

19On constate la même évolution au niveau des instituts scientifiques et universitaires absorbés par le complexe militaro-industriel, ainsi que l’illustrent le Conseil turc de recherches technologiques (Türkiye Bilimsel ve Teknolojik Araştırma Kurumu, TÜBITAK) , et de prestigieuses universités du pays comme l’Université technique du Moyen-Orient (Orta Doğu Teknik Üniversitesi), l’Université technique d’Istanbul (İstanbul Teknik Üniversitesi) et l’Université de Boğazici (Bogazici Üniversitesi). Creusets des élites, espaces de socialisation commune entre militaires, industriels et scientifiques, notamment au sein de technoparcs, ces institutions ont enregistré depuis 2006 un triplement des contrats dédiés à la turquification du savoir scientifique militaire. Né en 2010 de la fusion de l’institut des technologies de l’information (Bilişim Teknolojileri Enstitüsü, BTE) et de l’institut national de la recherche en électronique et cryptologie (Ulusal Elektronik ve Kriptoloji Araştırma Enstitüsü, UEKAE), le centre de recherches des systèmes d’information, de cryptologie et d’électronique (Bilişim ve Bilgi Güvenliği İleri Teknolojiler Araştırma Merkezi, BILGEM) affilié à Tübitak, a constitué l’un des principaux bénéficiaires mais également l’une des principales sources d’expertise pour disqualifier une partie de la direction militaire dans le cadre de plusieurs grandes affaires d’État telles qu’Ergenekon et Balyoz. De telle sorte que cette dépendance accrue du Tübitak vis-à-vis des contrats de turquification de la défense semble traduire à la fois une militarisation, une marchandisation et une politisation accrue du savoir scientifique en Turquie sous l’AKP (tableau 3).

Tableau 3. Évolution des montants des contrats alloués au Tübitak, l’autre grand bénéficiaire de la turquification de l’industrie de la défense, entre 2006 et 2012 (millions TRY)

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

Tübitak Sage

24,1

31,1

58,9

91,1

70,1

56,3

83,9

Tübitak Uzay

12,5

16,7

21,6

22,2

27,8

30,8

36,2

Tübitak UEKAE

72,8

90,2

99,7

125,0

Tübitak Bilgem

157,8

199,6

208,4

Total

109,4

138,1

180,2

238,3

255,6

286,7

328,5

Source : Yentürk (2014).

  • 16 Expression utilisée par Charles Wright Mills qui fait écho notamment au discours de fin de mandat d (...)
  • 17 La « coopétition » désigne « ce savant dosage de coopération et de mise en compétition » qui fut à (...)

20L’armée turque, le gouvernement et les entreprises de défense membres de la Tüsiad (et, dans une très moindre mesure, de la Müsiad) forment ainsi le « triangle du pouvoir »16 (Wright Mills, 1969, 12), légitimé et renforcé par l’expertise scientifique (Turse, 2009). La distinction entre ces différents acteurs reste toutefois difficile à faire tant les frontières séparant le public du privé, le militaire du civil, le national de l’étranger s’avèrent poreuses. Secteur caractérisé par de nombreux « multipositionnements » et une « coopétition »17 généralisée qui remet en cause « la contradiction théorique entre les relations de concurrence et rapports de collaboration » (Bruno, 2008, 34), les principales entreprises de défense se trouvent ainsi tour à tour ou simultanément clientes, partenaires, concurrentes et, plus rarement, « fournisseuses » des autres entreprises de défense, turques ou étrangères. Les participations croisées des principales sociétés « nationales » de défense en Turquie ou encore les coentreprises turco-américaines (FNSS, TAI) décrites plus haut illustrent ces relations complexes, également observées dans les grands projets civils d’infrastructure (tableau 1). De la même façon, bien que six parmi les sept principales entreprises soient légalement privées et civiles, cela ne signifie en aucun cas une simple privatisation ni même une « civilianisation » du secteur. La fondation TSKGV, propriétaire d’une vingtaine d’entreprises dans le secteur de la défense, est certes une entité de jure privée de par son statut de vakif (biens de main-morte) mais elle appartient de facto à l’armée turque. Elle est dirigée par des officiers et finance l’effort militaire (Akça, 2010). La libre concurrence et la distinction entre sphères politique et économique sont d’autant plus illusoires dans ce secteur que l’État reste un acteur central et multipositionné. Il est le seul client du marché national, le seul investisseur capable de financer des projets aussi coûteux, longs et incertains. Qu’il s’agisse de l’obtention de contrats nationaux, de subventions de recherche, d’autorisations nécessaires à l’exportation d’armements, de mesures de compensation (offsets) ou de garanties d’État à l’exportation, les industriels de la défense restent structurellement dépendants du gouvernement. De telle sorte qu’« il y a souvent entre les grands groupes d'intérêts [du complexe militaro-industriel] moins de points de rivalité que de points de convergence ; en fait ils cherchent tous à se rassembler sous le parapluie du gouvernement. Non seulement les unités de pouvoir économique et politique s'agrandissent et se centralisent, mais leurs intérêts se trouvent coïncider, et elles forment des alliances explicites ou tacites » (Wright Mills, 1969, 273).

3.1.2 Pratiques clientélistes et « assimilation réciproque des élites »

21Cette « résistance » des acteurs traditionnels militaro-industriels ne résulte donc pas d’une simple barrière à l’entrée, trop élevée pour les nouveaux entrants, ni même d’une impuissance du gouvernement face à ces élites. Elle traduit au contraire une « assimilation réciproque des élites » (Bayart, 2006), et l’on pourrait même dire une assimilation réciproque et asymétrique de l’AKP et des membres traditionnels du complexe militaro-industriel. Le cas de la holding Nurol illustre particulièrement cette convergence d’intérêts et cette socialisation commune. Cette société est détentrice de Nurol Teknoloji, copropriétaire de la société de défense turco-anglaise FNSS, membre de la Tüsiad, pionnière en 1997 dans le domaine des exportations turques de défense, et bien implantée dans les marchés asiatiques (Malaisie, Philippines) et au Moyen-Orient (Arabie saoudite). Tout comme de nombreux autres « concurrents » indirects, dont SFTA et Profilo, la holding Nurol est très présente dans le bâtiment et les travaux publics, bénéficiant ainsi de contrats publics de construction, de reconstruction et d’armement non seulement en Turquie mais également à l’étranger, contrats qui se caractérisent par des interventions discrétionnaires du gouvernement (Buğra, ce numéro). Ces intérêts multiples et ces dépendances réciproques mais néanmoins asymétriques ont abouti à la formation de liens personnalisés, comme l’atteste en 2012 la présence du ministre de l’Économie de l’époque et du maire d’Ankara au mariage du fils du vice-président de la holding Nurol. Il en a été de même pour le constructeur naval Yonca-Onuk, créé en 1986. Son propriétaire a ainsi dû rencontrer personnellement Erdoğan pour faire la promotion de ses produits à l’international, ce qui lui a permis, par exemple, d’accéder aux marchés qatari et égyptien (Özdemir, 2004 ; SIPRI, voir annexe). La confiscation par l’État du constructeur de véhicules civils et militaires BMC, dont la propriété a par la suite été transférée à l’homme d’affaires et magnat de la presse Ethem Sancak, membre actif de l’AKP et de la Müsiad, ancien membre de la Tüsiad (2007-2008), très proche d’Erdoğan, prouve une fois encore la centralité des liens personnalisés avec le gouvernement dans l’industrie de la défense ainsi que la nature multipositionnée de ce secteur (Cumhuriyet, 2015 ; Buğra et Savaşkan, 2014 ; Yankaya, 2015).

  • 18 Traduction de l’auteure. Version originale en turc : « biz bu Türk savunma ürünlerini destekliyoruz (...)
  • 19 Sur l’opacité croissante depuis 2011 du gouvernment turc par rapport aux informations publiques por (...)
  • 20 Entretien avec un journaliste expert de l’industrie de la défense, Ankara, avril 2015.

22Contrairement à la fiction néolibérale qui attribue l’attractivité internationale des armements turcs à leur seule compétitivité, ce sont bien les divers soutiens politiques, financiers et commerciaux de l’État à ces entreprises de défense qui constituent les principaux facteurs explicatifs de leurs performances. La cooptation par le gouvernement, indispensable pour vendre des armements, est valable non seulement sur le sol national, mais aussi à l’étranger. D’après le premier ministre Erdoğan, « si les personnes peuvent réussir à vendre toutes seules des réfrigérateurs, des télévisions, en ce qui concerne l’industrie de la défense, la garantie de l’État est indispensable ; c’est pourquoi nous soutenons ce secteur » (cité dans Özdemir, 2004)18. Les ventes liées, connues sous le terme d’offsets, autrement dit ces contrats d’importations militaires établis par l’État turc qui imposent en retour au pays fournisseur d’investir ou d’importer des produits ou des services de Turquie en lien avec l’industrie de la défense (offsets directs) ou sans aucun lien avec elle (offsets indirects), relèvent de la même logique. D’après certaines estimations d’experts, les offsets représenteraient ainsi en 2013 près de 70 % des exportations turques dans le domaine de la défense et de l’aéronautique, et la quasi-totalité des exportations vers les pays dits occidentaux (Jane’s Defense Industry, 2014b; Jane’s Defense Industry, 2014c). Mises en place officiellement pour limiter les effets négatifs des importations sur la balance des paiements, ces pratiques, très répandues dans le secteur international de la défense, contredisent l’idée de libre concurrence. Protégées par le double sceau du secret des affaires et du secret défense, elles alimentent et dans une certaine mesure légitiment la formation de rentes en faveur des entreprises nationales cooptées. Par là même, elles participent au développement de pratiques clientélistes, entendues non seulement comme « l’existence d’un échange pragmatique de biens et de services contre des soutiens et des votes », mais surtout comme « le fait que la réciprocité ainsi instituée puisse se muer en lien d’allégeance politique et que la dépendance ainsi créée soit reconnue comme légitime » (Briquet, 1995, 77). Même s’il est incontestable que cette politique s’explique par le désir de renforcer le prestige de l’État, aussi bien à l’échelle internationale que nationale, notamment à travers la multiplication de ses relais au sein de la société dite civile, il semble légitime de s’interroger sur l’existence d’intérêts financiers directs de l’AKP au développement de cette industrie particulière. Sans pour autant suffire à accréditer cette hypothèse, les affaires de corruption qui touchèrent les ventes d’armements turcs de la société Havelsan en Corée du Sud ou encore la vente de sous-marins allemands Thyssen Krupp à l’armée turque, l’importance des montants dédiés, leur opacité, les pratiques de rétrocession – assez répandues dans ce secteur –, ainsi que les accusations récentes de corruption qui ont entaché le gouvernement AKP semblent tout du moins la renforcer (Bekdil, 2015; The Korea Times, 2015 ; Cumhuriyet, 2016)19. Le projet de turquification de l’industrie de la défense participe ainsi à la multiplication d’interdépendances asymétriques entre élites militaires, industrielles, scientifiques et politiques qui sous-tendent la formation d’un intérêt commun en faveur de ce grand projet. Comme me l’a affirmé l’un des spécialistes de la question, « aucun des responsables de la défense ne refusera un grand projet de turquification. Même s’ils échouent ou si le grand projet s’avère impossible, le gouvernement n’aura pas intérêt à rendre public leur échec »20.

3.2 Le grand projet de turquification : un instrument hégémonique d’extraversion

23Ce grand projet de turquification et les pratiques de cooptation, voire de clientélisme, qui le sous-tendent n’ont nullement signifié la suspension des liens avec l’extérieur : ils traduisent au contraire une stratégie d’extraversion reposant sur une multiplication des dépendances extérieures, vectrices d’une circulation des ressources économiques, politiques, technologiques et symboliques dont le tout contribue à une recherche hégémonique tant sur le plan national qu’au niveau régional et international.

3.2.1 Instrument d’affirmation nationale et de négociations internationales

  • 21 L’importance accordée par le gouvernement français aux relations militaires et stratégiques avec la (...)

24Instrument d’égalisation des rapports de force avec ses partenaires atlantistes, ce projet permet à la Turquie de jouer et de se jouer des dépendances diplomatiques et technologiques avec ses fournisseurs occidentaux pour mieux s’affirmer au niveau national. C’est ainsi, par exemple, que des pays partenaires « indélicats » ont été punis et que des pays alliés jugés plus respectueux et fidèles ont été récompensés. Les entreprises françaises de défense ont subi cette politique du bâton et de la carotte lorsqu’en 2001, à la suite de l’adoption d’une loi reconnaissant le génocide des Arméniens, elles ont connu le gel des contrats militaires turcs alors même que l’armée turque figurait avant cette date parmi les principales clientes étrangères de la défense française. Cet ostracisme a été reconduit en 2006 lorsqu’un projet de loi a envisagé la pénalisation de la négation du génocide (Jane’s Defense Industry, 2012). Il en a été de même des contrats remportés par Israël, qui ont été suspendus pour des « raisons techniques » à la suite de la reprise du conflit à Gaza et de l’affaire de la flottille Mavi Marmara en 2010, laquelle a coûté la vie à neuf civils turcs. La Corée du Sud et la Chine ont dès lors pris le relais des principaux fournisseurs « occidentaux » tout en permettant à la Turquie d’obtenir d’importantes concessions en termes de transferts technologiques. Ainsi la récente victoire d’une entreprise chinoise (CPMIEC) dans le cadre de l’appel d’offres turc pour la mise en place d’un système national aérien antimissile complémentaire à la protection assurée par l’OTAN, estimé à plusieurs milliards de USD, a-t-elle suscité d’importantes critiques et pressions de la part des membres de l’OTAN, notamment à travers le retrait des missiles patriotes protégeant le territoire turc (Jane’s Defense Industry, 2013; Marcou, 2015). Accusée de remettre en cause la sécurité et la solidarité de l’alliance atlantiste du fait de cet accord avec une entreprise chinoise sanctionnée par les États-Unis pour sa contribution à la prolifération nucléaire en Iran et en Corée du Nord, la Turquie a été fortement « invitée » à réviser son choix en faveur de l’un de ses alliés atlantistes, Lockheed ou Eurosam, entreprises respectivement américaine et franco-italienne (Jane’s Defense Industry, 2014a ; Kemal, 2014). Si le contrat n’a pas encore été finalisé, les concurrents occidentaux ont, entre-temps, proposé de meilleures conditions. Le gouvernement français, indirectement en lice dans cette vente, a notamment fait profil bas durant le centenaire du génocide arménien, commémoré le 25 avril 2015, réduisant autant que possible les causes possibles de frictions dans les relations commerciales franco-turques (Jane’s Defense Industry, 2012)21.

25Autrement dit, ce projet de turquification ne constitue pas seulement un instrument garant de l’honneur national à l’échelle internationale. Il contribue également à renforcer les capacités de négociation, de diversification et de mise en concurrence des fournisseurs étrangers pour obtenir des contrats aux meilleures conditions possibles. Il reste néanmoins insuffisant pour s’émanciper des alliés atlantistes : les États-Unis continuent de dominer largement le marché avec près de 70 % des importations turques d’armement en 2014 (SIPRI, voir annexe) . Même les armements présentés comme « cent pour cent turcs » par les autorités turques, tels l’hélicoptère Atak ou le drone Anka, symboles d’une indépendance nationale technologique et politique, restent tributaires de multiples licences étrangères, notamment américaines, qui empêchent leur usage et leur exportation sans l’accord de leurs partenaires occidentaux (Sözcü, 2015 ; Timetürk, 2012).

3.2.2 Un « projet de développement civilisationnel » musulman : High-Tech Port by Müsiad

26La forte internationalisation de l’industrie turque de l’armement sous l’AKP, attestée par les performances à l’exportation ou par la création, en 2011, de l’Union des exportateurs de l’industrie de la défense et de l’aéronautique (Savunma ve Havacilik Sanayi İhracatçilari Birliği, SSI), reflète le passage d’une logique de moyens à une logique de résultats, caractéristique du moment néolibéral. Depuis 2011, date marquant le franchissement officiel des 50 % d’autonomie de l’armement turc, la question du taux de turquification de la production et de ses composants n’est plus centrale pour jauger la réussite du développement local. Elle est remplacée par deux objectifs : le triplement du chiffre d’affaires des entreprises turques et le doublement des exportations turques. Il est ainsi envisagé de passer de 1 à 2 milliards de USD pour la période 2012-2016 à 20 milliards pour 2023, date anniversaire marquant le centenaire de la République (Jane’s Defense Industry, 2012). Cet objectif repose principalement sur une tentative d’extraversion économique et culturelle vers les pays « frères » amis, dont en particulier ceux du Golfe et ceux issus du printemps arabe (Tunisie, Égypte). Il n’est pas sans rappeler les tentatives précédentes discutées plus haut, menées par les premiers ministres Turgut Özal au début des années 1980 et Necmettin Erbakan au milieu des années 1990.

27Le projet « High-Tech Port by Müsiad » constitue un exemple d’une assimilation réciproque des élites à l’échelle internationale, encouragée par le gouvernement AKP : les principales entreprises turques de défense, membres de la Tüsiad, se sont ainsi vues cooptées par la Müsiad, elle-même promotrice d’un « islam de marché » transnational (Haenni, 2005 ; Yankaya, 2015). Cette alliance permet de combiner le savoir-faire technologique, accumulé pendant plusieurs décennies, de certains membres de la Tüsiad et l’accès aux marchés des pays dits musulmans à travers l’activation des réseaux internationaux de la Müsiad. Le tout contribue au rayonnement et au prestige de l’AKP au niveau national comme à l’international (Yankaya, 2015). Présenté à la fin de 2014 sous l’égide du président Erdoğan et de nombreux ministres turcs lors de la 15e Foire internationale de la Müsiad, High-Tech Port vise officiellement à mettre au service des « pays frères » le savoir turc pour assurer non pas un « choc des civilisations » mais bien une « compétitivité civilisationnelle » musulmane vis-à-vis des pays occidentaux (Dünya, 2015a). Ce projet, présenté comme une « vitrine » de l’excellence technologie turque, a de nouveau été au cœur de la réunion tenue en octobre 2015 au Qatar parallèlement à l’International Business Forum qui portait alors sur « Les partenariats en matière d’industrie de la défense entre pays d’islam » (Yankaya, 2014, 2015). Une foire binationale, exclusivement dédiée à la mise en valeur des entreprises qataries et turques, a ainsi été organisée en présence du président, du premier ministre et du ministre de la Défense turcs et du sheik qatari Bin Hamad bin Halifa es-Sani. La parenté et l’origine familiale ottomane de ce dernier ont d’ailleurs été mises en valeur par la Müsiad pour mieux légitimer cette cooptation internationale turco-quatarie et naturaliser l’accord militaire établi la même année (Dünya, 2015b). Ce dernier prévoit notamment une clause de défense mutuelle en cas d’attaque, ce qui de facto signifie la protection militaire turque du Qatar en cas d’agression (Toyay, 2015 ; Gurcan, 2015). Tête de pont des relations turco-qataries, l’entrepreneur politique Ethem Sancak, qui avait cédé peu auparavant une partie de ses actions dans la société BMC au Comité industriel des forces armées qataries, a occupé une fonction privilégiée d’intermédiaire durant ces négociations (Star, 2015).

28Pour autant, loin de signifier l’égalité entre pays frères, le recours de la Turquie à l’argument d’une solidarité transnationale musulmane sur le marché de la défense contribue plutôt à une marchandisation de l’islam, ainsi qu’à une euphémisation, voire une légitimation des inégalités, des conflits et des concurrences entre pays qui forment cette oumma imaginaire. La « compétition civilisationnelle » face aux forces occidentales s’apparente davantage à une recherche de complémentarité vis-à-vis des pays frères. Horizontalité de façade, elle révèle une tentative de justification de la division internationale du travail au sein du monde dit musulman au profit de la Turquie, passant notamment par l’exclusion de l’Iran à majorité chiite et dotée de l’arme nucléaire. L’AKP promeut l’idée de la supériorité civilisatrice et culturelle du pays, « grand frère » parmi les « pays frères », vis-à-vis des pays arabes à travers le projet High-Tech Port (Yankaya, 2015). Cet effacement de la logique de justice sociale et d’égalisation des rapports entre « pays frères » fait dans une certaine mesure écho à la théologie de la prospérité néoprotestante américaine, en activant un « imaginaire de la réussite sociale où l’argent devient à la fois le lieu de la grande revanche et le signe d’élection divine » (Haenni, 2005, 65). Loin du souffle héroïque du « grand développement civilisationnel » promu par Nail Olpak, président de la Müsiad, la politique d’exportation d’armements turcs vers les « pays frères » traduit un certain pragmatisme du gouvernement face à la faible compétitivité de l’industrie turque de la défense par rapport aux productions occidentales. Elle résulte aussi d’une multitude de logiques qui traversent les pays importateurs, héritées en partie de leur trajectoire historique propre : expérience commune d’embargos sur le marché des armes (Pakistan, Indonésie), politique parallèle d’indigénisation de l’industrie de la défense des pays importateurs (Pakistan, Qatar, Malaisie), historicité comparée des liens bilatéraux avec la Turquie et avec l’Iran. Enfin, l’attractivité de l’armement turc auprès des pays à majorité musulmane est indissociable de son appartenance ambivalente à l’OTAN, tour à tour euphémisée et valorisée par le gouvernement turc dans sa recherche d’hégémonie internationale.

29Par là même, ce projet de turquification est révélateur des relations complexes et organiques avec les partenaires occidentaux et avec les « pays frères ». Situé au croisement de la stratégie d’extraversion et de redistribution auprès d’entrepreneurs politiques turcs et étrangers, il participe à une recherche hégémonique nationale et internationale. Il illustre une « combinatoire entre la globalisation et l’universalisation de l’État-nation », caractéristique du concept de « national-libéralisme » (Bayart, 2012, 5).

4. 2013 : année de réaffirmation ou de remise en cause hégémonique ?

  • 22 Milgem est l’acronyme de milli gemi, qui signifie « bateau national ».
  • 23 Hizmet, qui signifie « service » en turc, désigne le mouvement Gülen en Turquie.

30À l’échelle internationale, l’évolution violente des printemps arabes, qui s’est retournée contre les nouveaux leaders issus de l’islam politique et cooptés par l’AKP, a renforcé les liens entre la Turquie et le Qatar, comme l’illustre notamment la hausse exponentielle des exportations turques d’armements vers ce pays depuis 2012 (SIPRI, voir annexe). À l’échelle nationale, les manifestations deGezi en 2013 contre le gouvernement turc et les effets désastreux de la politique néolibérale de ce dernier en termes environnementaux, urbains et sociaux ont profondément remis en cause le processus d’assimilation réciproque de certaines élites. Tel est le cas de la plus puissante holding du pays, Koç (Cemal, 2013). Comptant parmi les principaux bénéficiaires de la turquification de l’industrie de la défense menée jusque-là par l’AKP à travers ses filiales RMK et Otokar, la famille Koç a été accusée d’avoir soutenu les manifestants de Gezi. La holding éponyme a vu dès lors son contrat militaire de 2 milliards de USD pour la construction de bateaux de guerre Milgem22 « cent pour cent turcs » annulé pour vice de forme pendant que ses principales filiales actives dans les secteurs de l’énergie, Tüpras, Opet et Aygaz, faisaient l’objet d’un contrôle fiscal (Gursel, 2013). De la même façon, le Tübitak, acteur clé de ce grand projet, a subi une véritable chasse aux sorcières à la suite de la détérioration des relations entre la communauté Gülen et le président Erdoğan, amplifiée par le mouvement du parc Gezi et la révélation, le 17 décembre 2013, d’un vaste réseau de corruption impliquant les principaux membres du gouvernement et leurs familles respectives, attribué aux gülenistes. Autrefois alliée clé de l’AKP, fortement intégrée dans les organes étatiques, la communauté est désormais ostracisée, étant considérée par le gouvernement comme une « structure parallèle » terroriste. Ce retournement d’alliance a donné lieu au licenciement brutal et massif de plusieurs centaines d’employés du Tübitak, soupçonnés de sympathie envers l’Hizmet23. Il a simultanément permis un rapprochement avec certaines élites nationalistes militaristes, « victimes » de l’expertise scientifique apportées par le Tübitak durant les affaires judiciaires Ergenekon et Balyoz. Le vice-président et le directeur du laboratoire Bilgem, principale source d’expertise judiciaire dans ces deux affaires et principal bénéficiaire de fonds de recherche en faveur de la turquification de l’industrie de la défense depuis 2010 (tableau 3), ont été non seulement licenciés mais également poursuivis en justice pour avoir mis illégalement sur écoute les bureaux d’Erdoğan en 2011 (Saymaz, et Çelikkan, 2015).

31Ces renversements d’alliance par voie économique contre de nouveaux ennemis de l’intérieur ne sont pas sans rappeler, suivant des positions inversées, le coup d’État dit postmoderne de 1997 (Cemal, 2013). La révolte de Gezi et les printemps arabes ont ainsi activé chez les dirigeants de l’AKP les souvenirs traumatiques d’un passé putschiste militaire et les peurs d’un nouveau renversement, tout en contribuant, paradoxalement, à renforcer la légitimité militaire grâce à ce retournement d’alliance au détriment du mouvement Gülen et à l’arrêt du processus embryonnaire de paix avec le PKK. Les dépendances réciproques, matérielles et immatérielles, promues par le grand projet de turquification ne traduisent donc en aucun cas des relations harmonieuses, ni même une stabilité des intérêts entre le gouvernement, les industriels et l’armée (Wright Mills, 1969, 31). Suivant les rapports de force du moment, les conflits constitutifs de ce grand projet de développement peuvent aboutir à la réversibilité des cooptations.

5. Conclusion

  • 24 « Par consensus obligatoire, j’entends un ensemble d’opinions, de jugements, de comportements publi (...)

32Le grand projet de turquification de l’industrie de la défense, promu à la fois comme un exemple, une condition et une preuve du développement national, repose ainsi sur une « imagination constituante » (Veyne, 2014) obsidionale issue d’une trajectoire historique structurée par le traumatisme du tournant du siècle, et que la polysémie du terme turc pour le développement, kalkınma, met bien en évidence. Pour autant, ce projet « fait avec » les dépendances et les ressources extérieures, que celles-ci soient économiques, technologiques, politiques ou militaires, et exprime une recherche hégémonique « nationalibérale » instable et réversible. Jouant et se jouant des rapports d’inégalité à l’échelle internationale, il contribue à modifier, ne serait-ce que dans l’imaginaire, les modalités d’insertion de la Turquie dans le système international, en assurant une marchandisation fictive de l’oumma et de l’armée turque au nom de la défense de la société turque. Ce projet constitue donc un trait d’union imaginaire non seulement entre la logique de marché et la logique d’affirmation nationale, mais également entre l’islam politique et les élites séculières. Ni vrai, ni faux car non vérifiable, ce grand projet de développement situé au cœur de la légitimité gouvernementale constitue une véritable fiction aux effets de domination multiples, agissant comme une matrice d’accumulation, de conversion et de circulation de capitaux économiques, symboliques, politiques et religieux. Au-delà du cercle des élites appartenant au complexe militaro-industriel, l’absence de critique publique vis-à-vis de ce grand projet militariste pourtant extrêmement onéreux, incertain et synonyme de retombées létales pour une partie de la population civile kurde, traduit également une forme de consensus – « obligatoire »24 ou non. Fruit d’une véritable « grammaire normative » (Gramsci, 1977), ce grand projet offre une protection nationale imaginaire aux citoyens turcs, se substituant dans une certaine mesure aux protections sociales étatiques mises à mal par les réformes néolibérales. Il participe ce faisant à une étatisation et à une absorption des germes d’un potentiel « contre-mouvement » (Polanyi, 2011) en répondant à des « désirs d’État des citoyens » (Hibou, 2011, 82), entendus en termes de modernité, d’unité, de prestige, de sublime ou d’égalité. Pour les populations civiles potentiellement visées par ce grand projet, une remise en cause publique de ce dernier constituerait une preuve de leur traîtrise envers l’État turc tant ce projet reste associé à la survie de l’État et de la nation. Ainsi, à la différence des grands projets civils d’infrastructure, ce grand projet est quasi naturalisé en raison de la multiplicité des légitimités dont il est porteur et de l’impossibilité d’infirmer les performances affichées du fait du double secret, celui des affaires et celui de la défense nationale, dont il bénéficie. De telle sorte qu’il contribue à une dépolitisation inachevée des inégalités sociales en Turquie (Ferguson, 1994). De la même façon, la marchandisation de la solidarité musulmane et la « compétition civilisationnelle » qu’il promeut dépolitisent les inégalités entre pays dits musulmans. Ce consensus « nationalibéral », situé au cœur de la recherche d’une hégémonie de l’AKP tant au niveau national qu’au niveau international, semble néanmoins remis en cause aujourd’hui par la normalisation des relations diplomatiques avec l’Iran et par la révélation récente des livraisons secrètes d’armes turques vers la Syrie (The Guardian, 2016).

Annexe | Exportations d’armements turcs (1980-2014)

Source : SIPRI (2014) Stockholm International Peace Research Institute https://www.sipri.org

Haut de page

Bibliographie

Ahmad, F. (1993) The Making of Modern Turkey (Londres, New York: Routledge)

Akça, I. (2010) ‘Military Economic Structure in Turkey: Present Situation, Problems and Solutions’ TESEV Democratization Programme. Policy Report Series (Istanbul: TESEV), http://tesev.org.tr/wp-content/uploads/2015/11/Security_Sector_Policy_Report_2_Military_Economic_Structure_In_Turkey.pdf (consulté le 23 mai 2016).

AKP (Adalet Kalkima Partisi) (2012) AKP Parti 2023 Siyasi Vvizyonu: Siyaset, Toplum, Dünya, 30 September, https://www.akparti.org.tr/site/akparti/2023-siyasi-vizyon (consulté le 21 décembre 2015).

Andreous, A. et G. Zombanakis (2006) ‘The Arms Race Between Greece and Turkey: commenting on a major unresolved Issue’, Peace Economics Peace Science and Public Policy, 12(1), DOI: 10.2202/1554-8597.1092.

Bali, R. (2010) L'affaire impôt sur la fortune (Istanbul : Libra Yayınevi).

Bali, R. (2008) ‘ The 1934 Thrace Events : Continuity and Change within Turkish State Policies Regarding non-Muslim Minorities. An Interview with Rifat Bali’, European Journal of Turkish Studies, No. 7, http://ejts.revues.org/2903 (consulté le 23 mai 2016).

Baskaya, F. (2005) Kalkinma iktisadinin yükselisi ve dususu (Ankara : Türkiye ve Ortadogu Forumu Vakfi).

Bayart, J.-F (2012) Sortir du national-libéralisme (Paris : Karthala).

Bayart, J.-F. (2011) ‘La nouvelle confiance en soi de la Turquie’, Dossiers du CERI, pp.1-4, https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01024169 (consulté le 23 mai 2016).

Bayart, J.-F. (2006), L’Etat en Afrique. La politique du ventre (Paris : Fayard).

Billion, D. (2000) La politique extérieure de la Turquie : Une longue quête d'identité (Paris : L’Harmattan).

Bekdil, B. (2015) ‘Bribes paid but not taken’, Hürriyet Daily News, 18 March, http://www.hurriyetdailynews.com/bribes-paid-but-not-taken.aspx?pageID=449&nID=79815&NewsCatID=398 (consulté le 2 juin 2016).

Bozarslan, H. (2000) ‘Le madhisme en Turquie: L’« incident de Menemen » en 1930’, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 91-94, http://remmm.revues.org/261 (consulté le 23 mai 2016).

Briquet, J.-L. (1995) ‘Les pratiques politiques « officieuses » : clientélisme et dualisme en Corse et en Italie du Sud’, Genèses, 20, http://www.persee.fr/doc/genes_1155-3219_1995_num1_1308 (consulté le 24 mai 2016).

Bruno, I. (2008) ‘La recherche scientifique au crible du benchmarking. Petite histoire d’une technologie de gouvernement’, Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, 5(55-4 bis), pp. 28-45, http://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2008-5-page-28.htm (consulté le 24 mai 2016).

Buğra, A. (1994) State and Business in Modern Turkey : A Comparative study (New-York : Suny Press).

Buğra, A. et O. Savaşkan (2014) New Capitalism in Turkey: The Relationship Between Politics, Religion and Business (Northampton : Edward Elgar)

Buğra, A. et O. Savaşkan (2012) ‘Politics and Class: Turkish Business Environment in the Neoliberal Age’, New Perspectives on Turkey, 46, DOI : 10.1017/S0896634600001503

Celik, B. (2011) Technology and National Identity in Turkey, Mobile Communications and the Evolution of Post-Ottoman Nation (London: I.B. Tauris), pp. 17-49.

Cemal, H. (2013) ‘TÜPRAŞ örneği: 28 Şubat’ın ayıpları niye tekrarlanıyor’, T24, 31 July. http://t24.com.tr/yazarlar/hasan-cemal/tupras-ornegi-28-subatin-ayiplari-niye-tekrarlaniyor,7142 (consulté le 27 avril 2016).

Çerçeve Dergisi (1997) ‘Türk Savunma Sanayii Türkiye'nin Stratejik Konumu’, Müsiad, 19.

Certeau, M. (1990) L’invention du quotidien, 1. Arts de faire (Paris: folio essais).

Cohen, E. (1992) Le Colbertisme high-tech : Economie des Telecom et du Grand Projet, (Paris : Hachette).

Cook, S. (2007) Ruling but not Governing: the Military and Political Development in Egypt, Algeria and Turkey (Baltimore: John Hopkins University Press).

Copeaux (2000) « Le consensus obligatoire », in Rigoni Isabelle (éd.), Turquie : Les mille visages. Politique, religion, femmes, immigration (Paris : Syllepse).

Copeaux, E. (1997) Espaces et Temps de la nation turque : analyse d’une historiographie nationaliste (1931-1993) (Paris : CNRS Editions).

Cumhuriyet (2016) ‘Denizalti ihalesinde Almalardan rusvet’, 16 février, http://www.cumhuriyet.com.tr/haber/diger/482393/Denizalti_ihalesinde_Almanlardan_rusvet.html. (consulté le 27 avril 2016).

Cumhuriyet (2015) ‘Askin meyvesi’, 20 mai, http://www.cumhuriyet.com.tr/koseyazisi/280237/Askin_meyvesi.html (consulté le 26 avril 2016).

Dale Scott, P. (1996) Deep Politics and the Death of JFK (Berkeley : California University Press).

Dunne, J. P. (2011) Military Keynesianism : An Assessment, Paper presented at the Second International Conference on Conflict Management, Peace Economics and Peace Science, November 2010, Central University of Finance and Economics, Beijing, http://carecon.org.uk/DPs/1106.pdf (consulté le 24 mai 2016).

Dünya (2015a) ‘Türk Savunma Sanayii Katar’dan Yogun rekabeti hazir’, 2 octobre.

Dünya (2015b) ‘Kalkinma medeniyeti projesi High Tech Port by Müsiad Qatar’, 2 octobre.

Eligür, B. (2010) The mobilization of Political Islam In Turkey, (Cambridge: Cambridge University Press).

Evrensel (2002) ‘Ihraç malimiz asker mi ?’, 20 mai. http://www.evrensel.net/haber/130956/ihrac-malimiz-asker-mi (consulté le 25 avril 2016)

Ferguson, J. (1994) Anti-Political Machine : Development, Depolitization and Bureaucratic Power in Lesotho (Minnesota : University of Minnesota Press).

Gingeras, R. (2015) Heroin, organized crime and the making of modern Turkey (Oxford : Oxford University Press).

Gramsci, A. ( 1977)  Gramsci dans les textes, Recueil de textes réalisé sous la direction de François Ricci en collaboration avec Jean Bramant (Paris : Editions sociales).

Gurcan, M. (2015) ‘Turkey-Qatar, what are Turkish troops going to do in Qatar?’, Al Monitor, 3 juin, http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2015/06/turkey-qatar -what-are-turkish-troops-going-to-do.html (consulté le 25 avril 2016).


Gursel, K. (2013) ‘Is Audit of Koç Group Erdogan’s Revenge for Gezi Park?’ Al Monitor, 29 July, http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2013/07/koc-audit-raid-turkey-interest-rate-lobby-gezi.html (consulté le 27 avril 2016).


Haenni, P. (2005) L’islam de marché : l’autre révolution conservatrice (Paris : Seuil).

Hen-Tov, E. (2004) ‘The political economy of Turkish military modernization’, Middle East review of International Affairs, 8(4).

Heper, M. et A. Evin (1988) State, democracy and the military: Turkey in the 80’s (New York : de Gruyter).

Hibou, B. (2011) Anatomie politique de la domination (Paris : La Découverte).

Hürriyet Daily News (1996) ‘Erbakan bypassed in Key Defense Projects Plans Revenge on Ciller’, 21 octobre, http://www.hurriyetdailynews.com/erbakan-bypassed-in-key-defense-projects-plans-revenge-on-ciller.aspx?pageID=438&n=erbakan-bypassed-in-key-defense-projects-plans-revenge-on-ciller-1996-10-21 (consulté le 26 avril 2016).

Inalcik, H. (1992) ‘Some Remarks on the Ottoman Turkey’s Modernization Process’, in Ihnsanoglu, E. (ed.) Transfer of Modern Science and Technology to the Muslim World (Istanbul : Research Center for Islamic History, Art and Culture), pp. 49-59.

Jane’s Defence Industry (2014a) ‘Turkey Begins T-Loramids talks with Eurosam’, 10 septembre.

Jane’s Defence Industry (2014b) ‘Offset obligations in Turkey exceeded USD 18 billion in 2013, SSM says’, Jane’s Defence Weekly, 1er juin.

Jane’s Defence Industry (2014c) ‘Turkish industry announces 2013 export figures’, 1er février (Londres : Jane’s Defence Weekly).

Jane’s Defence Industry (2013) ‘Turkey selects Chinese HQ-9 SAM for T-Loramids’, 1er octobre (Londres : Jane’s Defence Weekly).

Jane’s Defence Industry (2012) ‘Genocide law jeopardises France’s bid to supply missiles to Turkey ‘,1er février (Londres : Jane’s Defence Weekly).

Jane’s Defence Industry (2011) ‘Turkish defence firms obliged to outsource and export under reforms’, 1er septembre (Londres : Jane’s Defence Weekly).

Jenkins, G.H. (2009) Between facts and fantasy : Turkey’s Ergenekon investigation, Silk road Paper, (Washington, D.C. et Stockholm : Central Asia Caucasus Institute Silk road Studies program), http://www.silkroadstudies.org/publications/silkroad-papers-and-monographs/item/13091-between-fact-and-fantasy-turkeys-ergenekon-investigation.html (consulté le 24 mai 2016).

Karsenty, J.-P. (2006) ‘Du Cesta à la création d’Eureka : Réflexions de la politique scientifique et technologique du gouvernement socialiste’ Institut François Mitterrand, 17 décembre, http://www.mitterrand.org/Du-CESTA-a-la-creation-d-EUREKA.html (consulté le 21 décembre 2015).

Kayaoglu, B. (2009) ‘Strategic Imperatives, Democratic Rhetoric: The United States and Turkey, 1945-52’, Cold War History, 9(3), DOI: 10.1080/14682740902981403.

Keyder, C. (1993) Ulusal Kalkinmaciligin Iflasi (Istanbul: Metis).

Keyder, C (1987) State and Class in Turkey: A Study in Capitalist Development (Londres: Verso).

Kemal, L. (2014), ‘Turkey missile maneouver’, Today’s Zaman, 3 novembre.

Krugman, P. (2011), ‘Coalmines and Military Keynesians’, New York Times, 28 octobre, http://krugman.blogs.nytimes.com/2011/10/28/coalmines-and-military-keynesians/?_r=0 (consulté le 23 mai 2016).

Kuyucu, A.T. (2005) Ethno-religious “unmixing” of Turkey: 6-7 September riots as a case in Turkish nationalism‘, Nations and Nationalism, 11(3), pp. 361–380, DOI : 10.1111/j.1354-5078.2005.00209.x.

L'Express (1985) ‘Les lumières d'Eurêka’, 26 avril, http://www.cvce.eu/obj/les_lumieres_d_eureka_dans_l_express_26_avril_1985-fr-3ad525b8-57b1-4a82-bf1c-7127709ef24a.html (consulté le 26 avril 2016).

List, F. (1998) Système national d'économie politique (Paris : Gallimard).

Marcou, J. (2015) ‘L’affaire des missiles chinois’, Ovipot, 20 février, http://ovipot.hypotheses.org/10930 (consulté le 16 avril 2016)

Marcus A. (2007) Blood and Belief : The PKK and the Kurdish Fight for Independence (New York : New York University).

Massicard, E. (2008) ‘Le politique à l’articulation entre institution de sécurité et univers criminel : les bandes en uniforme en Turquie’, in J.-L.Briquet et G. Favarel Guarrigues (eds.) Milieux criminels et pouvoir politique : les ressorts illicites de l’Etat (Paris : Karthala) pp. 57-94.

Momani, B. (2013) In Egypt, ‘Deep state’ vs. ‘Brotherhoodization’ (Washington, D.C: Brookings Institution) http://www.brookings.edu/research/opinions/2013/08/21-egypt-brotherhood-momani (consulté le 26 avril 2016).

Milliyet (2010) ‘Berlin'de tank savaşı’, 10 octobre, http://www.milliyet.com.tr/1999/10/10/dunya/dun01.html (consulté le 26 avril 2016)

Nachmani, A. (2003) Turkey: facing a new millenium (Manchester : Manchester University Press).

Orun, İ. (1997) ‘TSK'nın tarihine bir bakış’, Savunma ve Havacılık, 5(7).

Özdemir, S. (2004) ‘Başbakan’a broşür verdi, Pakistan’a iki Hücumbot sattı’, Hürriyet, 3 février, http://www.hurriyet.com.tr/basbakana-brosur-verdi-pakistana-hucumbot-satti-200088 (consulté le 24 mai 2016).

OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) (1991) Le concept stratégique de l’Alliance, 8 novembre (Bruxelles : OTAN), http://www.nato.int/cps/fr/natohq/official_texts_23847.htm (consulté le 24 mai 2016).

Polanyi K. (2011[1957]) La Grande Transformation (Paris : Gallimard).

Radikal (2011) ‘ Iste Isadami Aziz Yildirim’, 2 septembre,

http://www.radikal.com.tr/ekonomi/iste-isadami-aziz-yildirim-1062085/ (consulté le 2 juin 2016)

Rancière J. (2004 [1990]) Aux bords du politique (Paris : Folio).

Regnault, J-M (2003) ‘France's Search for Nuclear Test Sites, 1957-1963’, The Journal of Military History, 67(4), pp. 1223-1248, DOI : 10.1353/jmh.2003.0326.

Sabah (2011) ‘Parola: Büyük ekonomi’, 17 April, http://www.sabah.com.tr/ekonomi/2011/04/17/parola-buyuk-ekonomi (consulté le 2 juin 2016).

Sabah (2010) ‘Özal’ın adayı Bitlis Paşa’ydı’, Sabah, 15 October, http://www.sabah.com.tr/gundem/2010/10/15/genelkurmay_baskani_yapmak_istiyordu (consulté le 2 juin 2016).

Şahin, H. (2002) ‘Johnson Mektubu’ (Istanbul : Gendas)

Saymaz, I. et E. Çelikkan (2015) ‘Turkey’s top scientific body has no digital analysts left amid “political” layoffs’, Hürriyet Daily News, 9 March, http://www.hurriyetdailynews.com/turkeys-top-scientific-body-has-no-digital-analysts-left-amid-political-layoffs.aspx?pageID=238&nID=79394&NewsCatID=341 (consulté le 27 avril 2016).

Schmidt, D. (2014) ‘Turquie : le syndrôme de Sèvres ou la guerre qui n’en finit pas‘, Politique étrangère, 79(1), DOI : 10.3917/pe.141.0199.

Sezgin, S. (2003) ‘A Disaggregated Analysis of Defense Expenditure and Economic growth in Turkey and Greece’, in Günlük-Senesen, G. et C. Kollias (eds) Greece and Turkey in the 21st Century: Conflict or Cooperation a political economy perspective (New-York: Nova Sciences).

Söyler, M. (2015) The Turkish Deep State: State Consolidation, Civil-Military Relations and Democracy (Londres, New-York : Routledge).

Sözcü (2015) ‘Alman mali « yerli uçak » geliyor’, 28 mai, http://www.sozcu.com.tr/2015/gundem/alman-mali-yerli-ucak-geliyor-844206/ (consulté le 24 mai 2015).

SSM (Savunma Sanayi Mustesarligi) (2010) Historical Development (Ankara : Undersecretariat for Defence Industries) http://www.ssm.gov.tr/home/tdi/Sayfalar/historical.aspx (consulté le 22 décembre 2015).

Star (2015) ‘Savunma devlerinin Katar çikarmasina BMC damgasini’, 6 octobre. http://haber.star.com.tr/ekonomi/savunma-devlerinin-katar-cikarmasina-bmc-damgasi/haber-1061017 (consulté le 25 avril 2016).

Taner, A. (2005) From Empire to Republic: Turkish Nationalism and the Armenian Genocide (Londres: Zed Books).

The Guardian (2016) ‘Turkish journalists face secret trial for revealing arms deliveries to Syria’, 25 mars, http://www.theguardian.com/world/2016/mar/25/turkish-journalists-can-dundar-erdem-gul-secret-trial-revealing-arms-deliveries-syria (consulté le 25 avril 2016).

The Irish Times (1999) ‘German cabinet faces dilemma over plan to sell tanks to Turkey’, 29 octobre, http://www.irishtimes.com/news/german-cabinet-faces-dilemma-over-plan-to-sell-tanks-to-turkey-1.244166 (consulté le 26 avril 2016).

The Korea Times (2015) ‘Big-name arms broker arrested for alleged corruption’, 11 mars, http://www.koreatimes.co.kr/www/news/nation/2015/03/116_175076.html (consulté le 26 avril 2016).

Timetürk (2012) ‘Meger yüzde yüz Türk mali degilmis’, 27 juin.

Toyay, M. (2015) ‘What does the Turkey-Qatar military deal mean for Arab conflicts?’, Al Arabiya, 25 June, http://english.alarabiya.net/en/perspective/analysis/2015/06/25/What-does-Turkey-Qatar-military-deal-mean-for-Arab-conflicts-.html (consulté le 23 mai 2016).

Truman, H. (1947) ‘Special Message to the Congress on Greece and Turkey: The Truman Doctrine’ Truman Library Public Papers, 12 mars, http://www.trumanlibrary.org/publicpapers/index.php?pid=2189&st=Turkey&st1=Greece (consulté le 24 mai 2016).

Tuğal, C (2009) Passive Revolution: Absorbing the Islamic Challenge to Capitalism (Redwood City: Stanford University Press)

Turse, N. (2009) The Complex : How the Military Invades Our Everyday Lives (American Empire Project) (New-York; Metropolitan).

Unsaldi, L. (2011) Le développement vu de Turquie (Paris : L’Harmattan).

Vaïsse, M. (1992) ‘Le choix atomique de la France (1945-1958)’, Vingtième Siècle. revue d'histoire, 36, pp. 21-30, DOI : 10.3406/xxs.1992.2600

Veyne P. (2014) Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante (Paris : Seuil).

Ward, R. et Rustow, D. (eds) (1965) Political Modernization in Japan and Turkey (Princeton: Princeton University Press).

Williamson, M. (2006) ‘Ray Noorda. Pioneer of “co-opetition”’, The Independent, 1 novembre, http://www.independent.co.uk/news/obituaries/ray-noorda-422415.html5 (consulté le 22 novembre 2016).

Woertz, E, (2014) ‘Egypt: return of deep state’, Open Democracy, 20 janvier, https://www.opendemocracy.net/arab-awakening/eckart-woertz/egypt-return-of-deep-state (consulté le 27 avril 2016).

Wright Mills, C. (1969 [1956, Oxford University Press]) L’élite au pouvoir (Paris : Maspero).

Yankaya, D. (2015), ‘Exposition industrielle, production de réseaux et construction d’imaginaires : la Foire internationale du Müsiad et les représentations de l’Etat turc’, Etudes du Ceri, 215, pp. 1-36, http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/Etude_215.pdf (consulté le 24 mai 2016).

Yankaya, D. (2014) ‘International Business Forum : une tentative de régionalisation par la bourgeoisie islamique turque en « Afro-Eurasie » ?’, Anatolie, 5, CNRS Editions.

Yankaya, D. (2012) ‘Sermaye, burjuvazi, tahakkum’, Birikim, 278-279, pp.29-37. 

Yentürk, N. (2014), ‘Measuring Turkish Military expenditure’, Sipri Insights on Peace and Security, 2014(1), http://books.sipri.org/files/insight/SIPRIInsight1401.pdf (consulté le 24 mai 2016).

Yerasimos, S. (1994) ‘Bilan Turquie 1993 : une nouvelle dimension régionale’ in L’état du monde (Paris : La Découverte).

Haut de page

Notes

1 Parmi les plus fervents critiques du paradigme du développement en Turquie on trouve Fikret Baskaya (2005) ou encore Caglar Keyder (1993 ; 1987) et Ayşe Buğra (ce numéro).

2 Cette expression désigne en Turquie ce complexe obsidional et l’obsession de survie de l’État par référence au traité avorté de 1920 et à ses clauses léonines imposées à l’Empire par les pays vainqueurs.

3 Traduction de l’auteure. Version originale en turc : « bu Kanunun amacı, modern savunma sanayiinin geliştirilmesi ve Türk Silahlı Kuvvetlerinin modernizasyonunun sağlanmasıdır », loi no 3238, art. 1 (J.O. 7/11/85).

4 En vue d’éviter la polysémie du terme français de « civilisation », nous lui préférons l’anglicisme « civilianisation » pour décrire le processus de démilitarisation ou tout du moins le renforcement du pouvoir des civils vis-à-vis de l’armée.

5 Les ressources extrabudgétaires désignent les ressources financières étatiques qui sont discrétionnaires, flexibles et partiellement privées. Elles ne sont ni incluses dans le budget, ni sujettes aux procédures et aux contrôles budgétaires normaux.

6 La TSKGV résulte de la fusion de trois fondations dédiées à chacune des forces armées (terre, mer, air) et créées durant la crise chypriote.

7 D’après Élise Massicard, le derin devlet désigne, en Turquie, « un vaste réseau de corruption reliant l’industrie du crime, les plus hauts niveaux du gouvernement et les escadrons de la mort issus de la droite radicale » (Massicard, 2008, 63). Selon Ryan Gingeras la notion d’« État profond » en Turquie constitue un point de départ pour comprendre comment au niveau international et national de grands industriels, banquiers, intellectuels et activistes interagissent et négocient avec les militaires et bureaucrates désireux de réduire les sources d’opposition afin de promouvoir les intérêts du gouvernement en place (Gingeras, 2015, 267).Ce terme n’est pas sans rappeler les concepts développés par Peter Dale Scott (1996) de « deep politics » ou encore de « parapolitics » pour désigner les activités étatiques américaines illégales, menées en collaboration avec le crime organisé international. Car si le terme d’« État profond » est originaire de Turquie, les pratiques collusives qui résultent d’une criminalisation, d’une privatisation et d’une internationalisation de l’État se retrouvent dans de nombreux autres pays. Il a notamment été repris durant le printemps arabe pour désigner la résistance des appareils sécuritaires aux changements (Woertz, 2014 ; Momani, 2013).

8 Les deux premières lettres de Aselsan renvoient au terme turc asker, qui désigne le soldat.

9 Expression de Zbigniew Brzeziński, conseiller du président Carter à la fin des années 1970.

10 Expression attribuée à George Bush et Margaret Thatcher au début des années 1990 pour désigner les avantages procurés par une baisse des dépenses publiques dans le secteur de la défense à la suite de la disparition de la « menace » soviétique.

11 Le PKK, un parti d’inspiration marxiste-léniniste formé en 1978 contre le pouvoir central turc, lança officiellement sa lutte en août 1984 avec l’attaque simultanée de plusieurs centres militaires, revendiquée au nom de l’indépendance kurde.

12 Acteur particulièrement multipositionné, Aziz Yildirim est également le président, depuis 1998, de la célèbre équipe de foot Fenerbahçe, très prisée par les officiers turcs. Il est aussi devenu le propriétaire, en 2013, de Dearsan, une importante entreprise de construction navale présente dans le secteur militaire, en compétition directe avec Koç dans le grand projet de construction d’un bateau turc de guerre Milgem

13 L’affaire des tanks allemands Leopard en 1999 illustre notamment les conditionnalités politiques imposées par les gouvernements européens concernant les livraisons d’armes en faveur de l’armée turque. La coalition rouge-verte allemande, menée par le chancelier Gerhard Schröder, du Parti social-démocrate (SPD), et le vice-chancelier Joschka Fischer, issu des Verts, soumit ainsi la livraison de tanks allemands à la Turquie à la condition qu’ils ne soient pas utilisés pour la répression interne et que la Turquie améliore sa situation en termes de respect des droits de l’homme (The Irish Times, 1999).

14 En mars 2003, le parlement turc rejeta la possibilité pour l’armée américaine d’utiliser les stations militaires de Turquie comme base arrière pour ses opérations en Irak.

15 Cette hypothèse se base sur les données et rapports de SIPRI et de la Chambre de commerce et d’ industrie d’İstanbul. Ces dernières sont très partielles d’autant plus que les rapports d’activités du secretariat d’Etat turc dedié à l’industrie de la défense sont particulièrement lacunaires depuis 2011. Ils ne fournissent plus depuis cette date de données systématiques et détaillées suffisantes pour analyser et comparer les contrats obtenus annuellement dans le cadre du grand projet de turquification de l’ industrie de la défense.

16 Expression utilisée par Charles Wright Mills qui fait écho notamment au discours de fin de mandat du Président Eisenhower prononcé en 1961 où ce dernier, ancien général, dénonça les risques posés par le renforcement incontrôlé du complexe militaro-industriel sur la démocratie américaine.

17 La « coopétition » désigne « ce savant dosage de coopération et de mise en compétition » qui fut à la base du succès du modèle industriel japonais analysé par Benjamin Coriat.

18 Traduction de l’auteure. Version originale en turc : « biz bu Türk savunma ürünlerini destekliyoruz, insanlar buzdolabını telvizyonu kendi başlarına satabilirler ama savunma ürünleri için devletlerin referansı gerekir o nedenle destekliyoruz ».

19 Sur l’opacité croissante depuis 2011 du gouvernment turc par rapport aux informations publiques portant sur les contrats de défense liés au grand projet de turquification voir la note de bas de page 16.

20 Entretien avec un journaliste expert de l’industrie de la défense, Ankara, avril 2015.

21 L’importance accordée par le gouvernement français aux relations militaires et stratégiques avec la Turquie se traduit également par le profil de l’ambassadeur à Ankara en poste de 2011 à 2015, ancien directeur de cabinet civil et militaire du Ministre de la défense, ou de la consule générale de France à İstanbul entre 2013 et 2016, auparavant sous-directrice de la Direction des affaires stratégiques, de sécurité et du désarmement.

22 Milgem est l’acronyme de milli gemi, qui signifie « bateau national ».

23 Hizmet, qui signifie « service » en turc, désigne le mouvement Gülen en Turquie.

24 « Par consensus obligatoire, j’entends un ensemble d’opinions, de jugements, de comportements publics exigés du citoyen, à propos de certaines valeurs (le kémalisme et ses principes), de certains faits ou événements du présent (la guerre du Kurdistan, la présence de l’armée turque à Chypre) ou du passé (le génocide des Arméniens), de certaines institutions (l’armée, le contrôle de l’armée sur le gouvernement » (Copeaux, 2000).

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : SIPRI (2014) Stockholm International Peace Research Institute https://www.sipri.org
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/2456/img-1.png
Fichier image/png, 181k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anouck Gabriela Côrte Réal-Pinto, « Une exception néolibérale ? Le projet de turquification de l’armement », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 08 septembre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://poldev.revues.org/2456 ; DOI : 10.4000/poldev.2456

Haut de page

Auteur

Anouck Gabriela Côrte Réal-Pinto

Postdoctorante à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris), en mission à l’Institut français d’études anatoliennes (IFEA), Anouck Gabriela Côrte-réal Pinto est également ancienne assistante parlementaire de la présidente de la Commission UE-Turquie (2012-2014) au Parlement européen. Ses thèmes de recherche incluent la sociohistoire de l’économie, les relations turco-européennes et le complexe militaro-industriel.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Haut de page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org