Skip to navigation – Site map
archives des actualités

Synthèse du colloque | Afrique : 50 ans d’indépendance

6 mai 2010, Genève
Sabine Piccard

Editor's notes

Cette synthèse n’a pas été validée par les conférenciers.

Understanding African development trajectories through colonial legacies | Comprendre les trajectoires africaines de développement à travers les legs coloniaux

Gareth Austin, Reader, London School of Economics (LSE)

Austin propose une analyse des effets du gouvernement colonial et de l’action des Africains pendant la période coloniale sur le contexte institutionnel et la situation en matière de ressources, qui ont posé le cadre du futur développement économique au sud du Sahara. Il place cette question dans la perspective de la dynamique du développement dans une région qui était, en 1900, extrêmement riche en terres et caractérisée par un manque de main-d’œuvre et de capital, par des activités marchandes indigènes dont l’ampleur peut étonner et par des degrés variables mais souvent peu élevés de centralisation politique. Austin expose les effets distincts des gouvernements français et britannique, mais affirme que les différences dans l’évolution de la pauvreté, du bien-être et du changement structurel ont été davantage déterminées par l’opposition entre économies « de peuplement » et « d’exploitation ».

Hilary Nwokeabia, Economist, United Nations Conference on Trade and Development (UNCTAD)

Selon Nwokeabia, l’héritage économique des colonies en Afrique, qualifié d’économie métropolitaine (Metropolitan Economy), peut être expliqué à travers la théorie dite de l’élite dominante concentrique ou TEDC (Concentric Dominant Elite Theory – CDET). Selon la TEDC, le pouvoir économique est détenu par un groupe d’individus ou par une institution ; ces derniers déterminent eux-mêmes les conditions permettant aux non-membres du groupe d’accéder aux ressources.

En effet, les élites concentrent les ressources nécessaires pour maintenir leur confort personnel dans les espaces urbains (électricité, eau, biens de consommation). Elles ont indirectement contribué à l’exode rural et à la concentration de la population africaine dans des centres urbains.

Cependant, la réalité semble montrer une évolution vers un nouveau paradigme, notamment grâce au potentiel que représentent l’énergie thermale et les télécommunications. Cette évolution s’accompagne d’une décentralisation profitant à l’économie locale, et notamment aux micro- et moyennes entreprises. Si cette évolution se confirme, l’Afrique connaîtra alors sa seconde indépendance.

Débat

La question de la décentralisation a été soulevée à propos de la théorie de l’élite dominante concentrique (TEDC). En effet, il semble difficile de concevoir que les élites encouragent la décentralisation dans la mesure où cette dernière va de pair avec un affaiblissement de leur pouvoir.

En outre, la question de l’électrification a été soulignée par Gareth Austin, qui note un changement des modèles de sociabilité dans les sociétés africaines en lien avec l’extension du réseau électrifié.

Relations postcoloniales et coopération internationale au développement

Marc Perrenoud, historien, conseiller scientifique de l’édition des Documents diplomatiques suisses (http://dodis.ch) – Le développement des relations Suisse-Afrique

Au moment de la décolonisation, les relations de la Suisse avec l’Afrique se déclinent principalement à travers, d’une part, les mouvements de type missionnaire, dont certains ont formé de futurs militants indépendantistes, et, d’autre part, les relations commerciales, notamment l’industrie textile (coton) et l’extraction de l’or en Afrique du Sud.

Avec les indépendances, la Confédération helvétique adopte une perspective de politique étrangère anticommuniste. En d’autres termes, il s’agit d’éviter une déstabilisation de l’Afrique qui profiterait au camp soviétique. Au niveau multilatéral, la Suisse reste prudente face aux anciennes puissances coloniales. Si elle noue des contacts avec les jeunes Etats indépendants et devient membre d’organisations internationales, elle tient également à maintenir de bonnes relations avec la France et le Royaume-Uni.

C’est en 1961 que débutent les processus relatifs à l’aide publique au développement (APD) suisse. Dès 1963, l’APD suisse se concentre sur certains pays dans lesquels elle peut être efficace, visible et non concurrente par rapport à d’autres puissances. Le Rwanda est l’un des Etats sélectionnés par la coopération helvétique.

Concrètement, dès les débuts de la coopération suisse en Afrique, l’aide est apportée selon deux axes : d’une part, une coopération technique dans les pays sélectionnés et, d’autre part, la formation de cadres africains en Suisse, notamment à Genève. Cette attitude de l’APD est qualifiée d’helvéto-centriste par Perrenoud, dans la mesure où elle part du présupposé que l’efficacité et la générosité suisses permettront de développer les pays africains. L’APD évolue ensuite vers une coopération principalement orientée vers les pays les plus pauvres et les zones rurales en particulier. Dans les années 1980, une politique plus restrictive conduit à la diminution de l’engagement de la Suisse dans l’aide publique au développement, notamment en Afrique. Comme l’affirme Perrenoud dans son article, « la solidarité semble jouer un rôle plus important dans les discours et les politiques suisses que dans les multiples aspects des relations extérieures ».

François Pacquement, chargé de mission Histoire et héritage à l’Agence française de développement (AFD) – L’aide publique au développement française et britannique

Il est permis d’appréhender l’aide publique au développement de deux anciennes colonies, la France et le Royaume-Uni, à travers trois axes.

Premièrement, à travers leurs institutions. Historiquement parlant, dans les deux cas, nous pouvons discerner l’empreinte de l’administration coloniale. En effet, le Ministère français de la coopération hérite du Ministère des colonies. Au Royaume-Uni, l’Administration coloniale fusionne avec les Affaires étrangères. Une différence fondamentale distingue cependant les deux puissances. En France, la coopération est au centre, et la couleur politique du gouvernement n’influence pas le pourcentage alloué à l’APD. Au contraire, au Royaume-Uni, le développement est au centre ; de plus, l’APD britannique semble favorisée par les gouvernements de gauche. Par ailleurs, la recherche scientifique est une composante importante des deux systèmes d’APD, dans la mesure où elle constitue un facteur de légitimation de l’aide.

Deuxièmement, à travers leur évolution stratégique. Durant l’époque coloniale, les montants financiers sont d’ordre symbolique, mais une approche d’aide sur le long terme est peu à peu favorisée au détriment d’une approche de type économique à court terme. En 1944, de Gaulle se prononce en faveur d’une vision du développement associant les ressortissants des colonies. Le concept de tiers-monde, développé par Alfred Sauvy, identifie les colonies comme un monde à part, ce qui prépare les pays africains aux indépendances. Cependant, dans les faits, ces dernières restent très formelles, puisque la France garde ses principales prérogatives en matière militaire, administrative, de contrôle de la monnaie ou encore d’aide bilatérale.

Troisièmement, à travers l’économie de l’aide des deux pays. Selon Pacquement, 1974 marque la fin d’un certain désinvestissement postcolonial et une stabilisation du concept d’aide. L’aide multilatérale est alors privilégiée. De façon générale, la France et le Royaume-Uni entrent progressivement dans des processus de normalisation comprenant l’adoption d’objectifs communs ainsi qu’une harmonisation de l’aide.

Débat

L’une des questions posées lors du débat concerne le rôle de la démocratisation dans les pays soutenus notamment par l’aide suisse. Selon Perrenoud, ce critère n’est pas pris en considération lors des débuts de l’APD. Par ailleurs, dans les années 1970 et 1980, malgré l’apparition de critères pour l’accès à l’aide, il ne semble pas y avoir de volonté ferme de soutenir la démocratisation.

Concernant la position de la Suisse par rapport à la formation de nouveaux blocs tels que les pays non alignés, Perrenoud souligne l’attitude prudente de la Confédération. Dans un premier temps, elle observe les évolutions internationales ; dans un second temps, elle glisse sa spécificité dans les relations diplomatiques afin de défendre ses propres intérêts.

Un auditeur s’interrogeant sur la prise en compte du rôle de l’aide privée dans le développement des Etats africains, Perrenoud souligne la malléabilité des statistiques suisses à ce propos. En effet, les statistiques de l’aide peuvent être gonflées grâce à l’ajout des investissements privés, au gré de la conjoncture économique et du climat politique. Pacquement relève quant à lui que les statistiques de l’OCDE ne reflètent pas la réalité, dans la mesure où elles prennent surtout en compte l’aide publique au développement, au détriment de l’aide privée.

Enfin, en ce qui concerne la différence d’héritage entre les systèmes éducatifs français et anglais, Pacquement souligne une divergence en termes de qualité. En effet, alors que le Royaume-Uni a privilégié une formation pluraliste, les colons français ont imposé un système éducatif monolithique ayant profité surtout aux élites.

Quelles perspectives après 50 ans d’indépendance ?

Jean-François Bayart, directeur de recherche CNRS, Centre d’études et de recherches internationales (CERI) – La fabrique sociale du continent : vers quel gouvernement politique ?

En préambule, il est primordial de tenir compte de cinq principes d’analyse afin de brosser un tableau des perspectives d’avenir en Afrique. En premier lieu, le principe d’historicité ; en deuxième lieu, la pluralité de l’historicité ; en troisième lieu, la distinction entre construction de l’Etat et formation de l’Etat ; en quatrième lieu, la perspective pluridisciplinaire ; en cinquième et dernier lieu, le caractère individuel propre, qui relève de la contingence. De plus, il est nécessaire de cerner un champ d’imprévisibilité.

Géographiquement parlant, Bayart relève la différenciation du continent en six espaces ou sous-ensembles africains, qui ont connu des expériences historiques spécifiques : l’espace méditerranéo-ottoman (Egypte, Libye, Tunisie et Algérie), l’espace ibéro-chérifien (Maroc et Mauritanie), l’espace saharien, l’espace subsaharien (Afrique de l’Ouest, Afrique centrale, Afrique de l’Est et une partie de l’Afrique australe), l’espace de la République sud-africaine et des petits royaumes qu’elle enserre, et l’espace de la Corne.

Par ailleurs, il semble que quatre tendances se profilent dans l’avenir du continent africain.

Premièrement, dans une perspective démographique, l’Afrique restera un continent jeune et peu scolarisé. Cette jeunesse, frustrée de ne pouvoir accéder aux mêmes chances que le monde occidental, représente une formidable force sociale qui s’affirmera sans doute par le biais de l’informel, de l’illicite et de la révolte, comme l’ont montré les conflits des années 1990.

Deuxièmement, l’Afrique continuera d’être le continent de la mobilité, qu’il s’agisse d’exode rural ou d’expatriation. Les flux migratoires à l’intérieur et à l’extérieur du continent se poursuivront. A ce propos, une inconnue subsiste sur les conditions sociales dans lesquelles ils se produiront. Les principaux risques concernent une tendance à la clandestinité, alliée à une criminalisation accrue pouvant prendre deux formes : terrorisme ou organisations criminelles de type mafieux. Par ailleurs, les flux interrégionaux de migrants africains provoqueront sans doute des conflits économiques, terreau des politiques nationalistes sur l’autochtonie. En outre, le retour au pays de migrants ira de pair avec un rapatriement du modèle de l’Europe occidentale.

Troisièmement, la ville africaine sera la principale fabrique du politique. Les villes africaines de demain seront jeunes, pauvres et inégalitaires, mais nourries. Cela impliquera des modes d’action urbaine tels que des batailles ou des purifications ethniques, mais aussi la naissance de nouvelles formes d’organisations sociales insérées dans les pratiques économiques, politiques et sociales, telles que des mouvements néo-traditionalistes.

Quatrièmement, le processus de formation des classes dominantes ne sera vraisemblablement pas remis en cause. Le développement et la croissance ne favoriseront pas l’égalité sociale, pour plusieurs raisons. D’une part, les investissements en termes de concessions provoquent des opérations de marginalisation et d’expulsion des paysans. D’autre part, la construction effrénée de grandes infrastructures au détriment d’infrastructures plus modestes est génératrice d’inégalités. De plus, les premiers bénéficiaires de la croissance et de la reprise économique sont les détenteurs du pouvoir, et les importations continuent à être contrôlées par ces mêmes forces établies. En outre, le passage à l’économie privée et la privatisation des Etats s’opèrent à l’avantage des élites, et la globalisation financière facilite aux détenteurs du pouvoir l’exportation des capitaux. La reproduction des élites est également alimentée par l’ingénierie de la bonne gouvernance, dans la mesure où ce sont les élites en place qui peuvent envoyer leurs enfants en formation dans des institutions occidentales. Enfin, les nouveaux acteurs internationaux tels que la Chine n’infléchiront sans doute pas cette tendance à la reproduction des classes dominantes.

En conclusion, il existe un paradoxe en Afrique subsaharienne, dans la mesure où cette dernière est un haut lieu non seulement de l’invention de la tradition, mais également de la tradition de l’invention.

En effet, l’Afrique est un incroyable laboratoire de production culturelle, qu’il s’agisse de cinéma, de littérature ou encore de religion. Cette création culturelle va de pair avec la jeunesse du continent. Cependant, l’Afrique est également obsédée par un passé qui ne passe pas. Ce passé inclut non seulement les esclavages interne et outre-Atlantique, mais également les guerres civiles des années 1990. Les sociétés africaines ont occulté durant des décennies ce passé douloureux, mais elles commencent à y être confrontées et seront sans doute longtemps hantées par ces traumatismes refoulés.

Mahaman Sanoussi Tidjani Alou, enseignant chercheur, Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local, Niger (LASDEL) – Indépendances africaines : entre continuité et rupture dans un monde en constantes mutations

Tidjani Alou dresse un bilan mitigé des 50 années d’indépendance. Il convient d’ailleurs de se demander si 50 ans suffisent pour dresser un bilan à l’échelle d’un Etat.

Après les indépendances, les cadres africains se sont retrouvés catapultés au pouvoir alors qu’ils étaient pour la plupart très jeunes et peu expérimentés. Tidjani Alou souligne par ailleurs la problématique de l’étatisation et de la gestation de l’Etat. A l’époque de la décolonisation, un courant dominant propageait une vision de l’avenir des Etats africains selon laquelle en vingt ans, aidés par les théories développementalistes américaines, l’Afrique aurait rattrapé l’Occident.

Selon Tidjani Alou, dans le sens de construction de la Cité, la politique africaine est en panne. En effet, il remet en cause la volonté de certaines élites d’établir la démocratie, les dérives autoritaires et les nouvelles formes de domination ayant démontré le contraire.

En outre, le bilan de l’économie africaine n’est guère plus positif, dans la mesure où les Etats ont continué de vivre sur un modèle rentier, grâce à des matières premières telles que le pétrole ou l’uranium. Par conséquent, l’économie africaine est inexistante, puisque liée au prix du marché.

En ce qui concerne les perspectives d’avenir, plusieurs points méritent d’être relevés. D’une part, l’extérieur semble devenir un acteur politique local et de nouvelles alliances hégémoniques se mettent en place. Cette problématique soulève la question de la naissance d’une nouvelle forme de gouvernance, dans laquelle les Etats africains sont assistés par des institutions internationales. Cela impliquerait une sorte de légitimité externe et une nouvelle forme de monarchisation. D’autre part, il subsiste des inégalités sociales et une précarité qui favorisent la culture de la débrouille, l’ethnicisation ainsi qu’une explosion du phénomène religieux, entraînée par les faillites républicaines.

En conclusion, Tidjani Alou relève le manque d’ambition des élites en place pour la construction de l’avenir, dans la mesure où ces dernières ne cherchent que leur propre enrichissement. Cependant, malgré ce bilan mitigé, l’espoir d’un changement est permis. En effet, des mémoires historiques s’implantent et permettent peu à peu aux sociétés africaines de regarder vers l’avenir.

Débat

L’Afrique refuse-t-elle le développement ? Selon Bayart, cette question n’existe pas du point de vue des sciences sociales. En effet, les représentations culturelles africaines sont hétérogènes. Par conséquent, on ne peut pas parler d’une culture africaine. Dans cette optique, il faut prendre en considération le discours affirmant un échec africain avec une certaine distance.

Par ailleurs, Bayart souligne la force de la jeunesse, qu’il considère comme un acteur primordial en Afrique. Cependant, un des problèmes majeurs de l’Afrique subsaharienne a trait aux conséquences des politiques d’ajustement structurel, qui ont forcé les Etats à réduire les dépenses en matière d’éducation. La délinquance des jeunes peut être considérée comme une forme de revendication sociale par rapport à cet état de fait, tout comme la guerre civile. Cette dernière permet en effet une affirmation sociale des jeunes vis-à-vis des élites, qui leur interdisent l’entrée dans la Cité.

Outre les six sous-ensembles évoqués par Bayart dans son exposé, il convient de souligner la connexion de l’Afrique subsaharienne avec deux acteurs étatiques majeurs : d’une part l’Iran, qui mène une politique africaine très active, et d’autre part la Turquie, qui s’implante en Afrique économiquement et par le biais de la néoconfrérie islamique des Fetolaje.

Attachments

Top of page