Skip to navigation – Site map
2 | 2011
Energy and Development
Dossier | Energie et développement - Revue | Évolutions des politiques de développement

Energie et développement

Gilles Carbonnier and Jacques Grinevald
p. 9-28
Translation(s):
Energy and Development

Abstract

Cet article introduit le dossier thématique consacré à la relation intime entre énergie et développement. Les auteurs retracent l’importance des énergies fossiles dans la croissance économique du monde occidental dès le XIXe siècle et le rôle central du pétrole au XXe siècle pour s’interroger sur les limites de ce modèle de développement face aux contraintes géologiques et climatiques. Ils examinent le fossé et les malentendus qui séparent les sciences de l’homme  et les sciences de la nature, ainsi que les récentes initiatives de dialogue interdisciplinaire autour de l’économie écologique et de l’écologie industrielle. Ils analysent ensuite les enjeux spécifiques aux pays en développement ainsi que l’inadéquation du système de gouvernance internationale pour faire face aux tensions croissantes liées à la déplétion du pétrole, aux asymétries d’accès et d’exploitation des ressources minérales et aux conséquences environnementales d’une consommation croissante de ressources non renouvelables.

Top of page

Full text

Les auteurs remercient Marie Thorndahl pour son appui lors de la rédaction de cet article.

1. Introduction

1Le développement économique moderne tel que nous le connaissons aujourd’hui, issu du processus d’industrialisation des deux derniers siècles, se nourrit avant tout de ressources minérales non renouvelables extraites de la lithosphère (croûte terrestre). Il bénéficie d’une énergie relativement abondante et bon marché provenant des combustibles fossiles – pétrole, gaz naturel et charbon – et dans une moindre mesure de combustibles fissiles comme l’uranium. Les autres sources d’énergie, dites traditionnelles, comme la biomasse, l’éolien ou l’hydraulique, ont été marginalisées dans le « mix énergétique » des pays industrialisés (Chevalier 2004).

2Le pétrole brut, possédant des qualités exceptionnelles, est devenu la principale source de puissance (power) industrielle et militaire. Il a remplacé le charbon comme énergie de référence. Liquide, facilement transportable et stockable, de haute intensité énergétique, l’or noir est devenu le moteur invisible de la croissance, surtout à partir des années 1950-60. Il est aussi l’enjeu de multiples conflits (Yergin 1991 ; Youngquist 1997 ; Laurent 2006). Le pétrole est extrait de gisements rares situés dans des roches sédimentaires d’origine biogéochimique (Tissot et Welte 1984). Il est la première source de carburants pour le transport terrestre et maritime, et même l’unique source pour l’aviation. Cette matière première se trouve au cœur même du mode de vie de la majorité des humains, sur le plan énergétique bien sûr mais aussi sur celui des objets, de la production de nourriture ou encore de la santé.

3Les sciences sociales du développement n’ont pas encore complètement pris conscience de l’importance du pétrole dans l’extraordinaire phase de croissance que l’humanité a connue – de manière très inégale – au XXe siècle. Il s’agit d’un phénomène sans précédent dans l’histoire de l’humanité et dans l’histoire géologique et biologique de la terre. Le modèle de développement énergivore qui a facilité l’explosion démographique et scientifico-technologique du XXe siècle se heurte à trois contraintes dont l’incidence combinée s’accélère : le pic du pétrole et ses conséquences (Campbell et Laherrère 1997 ; Heinberg 2003 ; Sachs 2006), la forte croissance démographique et économique du Sud, ainsi que la dégradation de l’environnement et les perturbations du système climatique de la Biosphère.

4Depuis les années 1970, les débats font rage entre les optimistes, qui font confiance aux forces du marché, à la capacité d’innovation et à l’ingéniosité technologique de l’homme pour surmonter ces obstacles, et les pessimistes (qui se veulent néanmoins réalistes), pour qui il est urgent de prendre au sérieux la double menace de l’après-pic pétrolier et du réchauffement climatique. Les pessimistes en appellent à corriger les excès de la société de consommation qui mettent à mal l’équilibre écologique de la terre. Sur le plan de la réflexion académique, ils militent pour changer de paradigme épistémologique dans la science économique afin d’y intégrer les apports pertinents des sciences de la nature. Ce combat, de nature épistémologique, confronte les visions et impératifs politiques et économiques à court terme avec les perspectives écologiques à long terme.

5Dans un scénario relativement optimiste, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit que la demande mondiale d’énergie primaire augmente de 36 % entre 2008 et 2035, soit de 1,2 % par an, pour passer de 12 300 millions de tonnes d’équivalent pétrole (Mtep) à plus de 16 700 Mtep (IEA 2010). Ce scénario de « nouvelles politiques » suppose que tous les pays mettent en œuvre les engagements politiques et les plans d’action qu’ils ont annoncés afin de réduire leurs émissions de CO2. Quel que soit le scénario retenu, l’AIE prévoit que les combustibles fossiles resteront la source d’énergie prédominante en 2035 et compteront pour plus de la moitié de la hausse dans la demande totale d’énergie primaire. Conséquence de la croissance démographique et économique et de l’urbanisation dans les pays émergents, 93 % de la demande additionnelle proviendra des économies émergentes et des pays en développement. De plus, l’AIE indique de manière implicite que la production de pétrole conventionnel aurait déjà atteint son pic historique en 2006 avec 70 millions de barils par jour. En 2035, les gisements exploités aujourd’hui ne devraient plus fournir qu’un cinquième de la production totale de pétrole conventionnel, ce qui signifie que plus de 80 % de la production devront provenir de nouveaux gisements en 2035. Cette projection semble fort optimiste.

6Alors que la part des énergies renouvelables pourrait passer de 7 % à 14 % de la demande totale d’énergie entre 2008 et 2035, l’AIE prévoit que la part du nucléaire augmente de 6 % à 8 %. La part des pétroles non conventionnels – sables asphaltiques, schistes bitumineux et pétrole extralourd notamment – pourrait passer de 3 % à plus de 10 % de l’approvisionnement pétrolier mondial en 2035, avec un impact considérable sur l’environnement en raison des rejets de gaz à effet de serre et d’une utilisation intensive de l’eau. Suivant divers scénarios, l’AIE estime que la production pétrolière mondiale (toutes catégories) atteindra son pic entre 2020 et 2035. L’AIE, qui représente les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), conclut, tout comme le rapport Stern sur l’économie des changements climatiques publié en 2006 (Stern 2006), que si les gouvernements ne s’engagent pas résolument aujourd’hui à réduire la consommation d’énergie, l’environnement mondial subira des dommages considérables. En outre, la vulnérabilité face aux ruptures d’approvisionnement ira s’aggravant (IEA 2010), avec des conséquences potentiellement désastreuses d’un point de vue social et géopolitique. La vision de l’AIE, on s’en doute, ne fait pas l’unanimité parmi les spécialistes du « pic du pétrole », de la problématique « énergie, climat et développement » et de l’écologie globale du « développement soutenable ». Bien d’autres rapports, scientifiques ou politiques (ou les deux à la fois), sont nettement plus alarmistes.

7Sur cette toile de fond, les inégalités d’accès à l’énergie utilisable demeurent criantes. Plus de 20 % de la population mondiale n’ont toujours pas accès à l’électricité et 40 % doivent utiliser de la biomasse traditionnelle pour la cuisson, essentiellement dans les zones rurales d’Afrique et d’Asie. La lutte contre la pauvreté extrême et la sous-nutrition requiert de mener un combat résolu contre ces inégalités d’accès. Même dans les dix principaux pays producteurs d’hydrocarbures d’Afrique subsaharienne, les deux tiers de la population n’ont pas accès à l’électricité alors que des quantités considérables de gaz partent en fumée via le torchage dans cette région (IEA 2008).

8Cet article introduit le dossier thématique de la Revue internationale de politique de développement, consacré aux interactions entre énergie et développement. Nous commençons par examiner très brièvement l’évolution de ces interactions dans une perspective historique et nous penchons sur le fossé qui sépare, dans le monde académique actuel, les sciences de l’homme et les sciences de la nature. Nous présentons aussi très succinctement les contributions des quelques pionniers qui ont tenté de jeter des ponts en s’aventurant dans un nouveau dialogue interdisciplinaire autour de l’économie écologique et de l’écologie industrielle. Enfin, nous analysons l’évolution de la gouvernance mondiale dans le secteur de l’énergie et nous interrogeons sur l’inadéquation de ce système eu égard aux défis susmentionnés ainsi qu’aux problèmes spécifiques des pays en développement riches en ressources minérales et aux pressions croissantes concernant l’accès à ces ressources.

2. Energie et développement : un aperçu historique

9Certains historiens font remonter la genèse du lien entre énergie et développement humain à la domestication du feu il y a environ cinq cent mille ans. Selon un paradigme évolutionniste controversé, on analyse souvent les relations entre la maîtrise progressive des différentes sources d’énergie et le développement de la civilisation (Cottrell 1955 ; Cipolla 1962), refoulant dans le passé la diversité des sociétés et des civilisations. D’un point de vue socio-épistémologique et anthropologique plus récent, c’est la révolution industrielle du XIXe siècle, ou plus précisément la « révolution thermo-industrielle » (Grinevald 1990, 2007), qui scelle de manière décisive la relation entre l’énergie et le développement économique moderne (Fouquet 2008 ; Ayres 2009). Les doctrines politiques et les théories économiques du développement ont généralement pris ce modèle eurocentrique contingent pour une norme historique ou évolutive universelle. La critique est relativement récente et encore marginale (Mehmet 1995 ; Rist 1996 ; Grinevald 2006).

  • 1  Voir Smith (1998). Il en va de même pour le rôle croissant de l’énergie exosomatique (A. J. Lotka, (...)
  • 2  C’est le deuxième principe de la thermodynamique, selon William Thomson, plus connu sous le nom de (...)

10La notion même d’énergie dans son sens moderne est elle aussi relativement récente. Elle provient de la transformation de la physique dans l’Europe de la première moitié du XIXe siècle, en relation étroite avec la nouvelle technologie des moteurs thermiques et électrodynamiques ainsi que l’invention des notions de travail mécanique, de rendement et de puissance par les ingénieurs-savants. Avec la constitution de la théorie mécanique de la chaleur vers 1840-60 et le « principe de Carnot » apparaît une nouvelle science de l’énergie, la thermodynamique, qui repose sur deux principes fondamentaux : le principe de la conservation de l’énergie et celui de la dissipation ou de la dégradation de l’énergie1. Ainsi, l’énergie se transforme et prend différentes formes mais sa quantité reste constante dans un système isolé. Sa définition anthropomorphique implique de distinguer deux types d’organisation de l’énergie : l’énergie utilisable, concentrée ou de basse entropie, permettant le travail mécanique, et l’énergie dissipée2 ou de haute entropie, sans valeur pour un usage humain et souvent négligée dans les analyses (les déchets ou waste).

  • 3  Notre époque géologique est celle de l’Anthropocène (Grinevald 2007).
  • 4  Il s’agit d’un phénomène sans précédent, d’une discontinuité donnant naissance à ce qu’on appelle (...)

11Situer l’origine des rapports modernes entre énergie et développement dans les mutations de la civilisation occidentale du XIXe siècle permet de sortir des lectures évolutionnistes linéaires d’une « histoire économique de la population mondiale » (Cipolla 1962) ou du développement. Nous pouvons ainsi mettre en évidence une discontinuité majeure, à savoir la rupture anthropologique et écologique que constitue la révolution thermo-industrielle, qui marque le début de l’époque géologique anthropogénique actuelle3 (Steffen et al., à paraître)4.

  • 5  Cette locomotive restera d’ailleurs largement prépondérante jusqu’aux années 1950.

12L’essor du développement de l’économie moderne repose sur l’invention du moteur à combustion interne qui permet de propulser des automobiles et des avions, multipliant les moyens techniques de la mobilité et accélérant la vitesse des transports dans le monde contemporain. Cette invention sociale de la vitesse et de l’accélération commence avec la machine à vapeur embarquée sur des roues et des rails métalliques et prend son envol décisif entre 1830 et 1850. La locomotive à vapeur, alimentée au charbon ou au bois, devient alors le symbole de la modernité et du progrès propagé dans les empires coloniaux vers la fin du XIXe siècle5. Le chemin de fer bouleverse l’espace-temps de la culture occidentale, comme le fait de nos jours l’aviation.

13Le processus d’industrialisation implique certes une rupture avec un certain « état de société-nature », mais plonge ses racines dans une dynamique historique profonde. L’Europe fut industrieuse bien avant d’être industrielle. La Chine aussi. La très longue histoire de l’hydraulique médiévale et proto-industrielle est là pour nous le rappeler. Cependant, le paradigme vitruvien de la technologie hydraulique est bel et bien brisé et refoulé par la révolution des « machines à feu » (Carnot 1824) et l’augmentation de plus en plus rapide de l’utilisation industrielle des combustibles fossiles, les houilles, puis les pétroles et le gaz naturel. La civilisation technicienne de l’Europe – avec sa quête de maîtrise des forces naturelles pour accroître sa mobilité et sa productivité – tire son essor d’une suite continue d’inventions et d’innovations dans le domaine de l’énergie : la force éolienne pour la navigation à voile puis les moulins à vent, la force animale avec l’invention des étriers et des colliers d’épaule, les moulins à eau (une invention antique mais une révolution technique et sociale médiévale, avec l’hydraulique monastique notamment), puis les perfectionnements des roues et turbines hydrauliques qui résisteront longtemps à la concurrence des machines à vapeur (Tunzelmann 1978 ; Smil 1994). Toutefois, ces forces d’origine biosphérique et organique rencontrent de fortes contraintes géographiques et météorologiques, sans parler de la fatigue des animaux et des hommes. Elles ne permettent que des taux de croissance limités, et nullement une croissance exponentielle sur une longue période, contrairement à l’ère de l’âge d’or du pétrole (Campbell 1997 ; Heinberg 2003).

  • 6  Les plus enthousiastes des ingénieurs sont les saint-simoniens en France et les civil engineers de (...)

14La maîtrise de l’énergie mécanique a été le fait d’artisans et de techniciens souvent étrangers aux cercles scientifiques. Mais on ne doit pas oublier l’importance décisive de l’essor du métier d’ingénieur, longtemps réservé à la tradition militaire et à la formation des Etats modernes. D’abord spécialistes dans la construction des fortifications et la conception de machines de guerre, les ingénieurs se reconvertissent à la fin des guerres révolutionnaires et napoléoniennes dans le génie civil6. Ils deviennent alors des acteurs de premier plan de la révolution industrielle et de l’expansion coloniale. Main-d’œuvre hautement qualifiée, participant eux-mêmes aux développements des sciences physico-mathématiques, ils font évoluer les anciennes machines vers des systèmes techniques de plus en plus complexes, en y intégrant des moteurs de plus en plus puissants.

3. Une civilisation de plus en plus énergivore

15L’usage massif des énergies fossiles, qui remonte au XIXe siècle, ne se généralise cependant que lentement jusque dans les années 1920. La courbe globale des émissions annuelles mondiales de gaz carbonique établie sur une longue série depuis la période préindustrielle illustre parfaitement l’accélération de la révolution thermo-industrielle dès 1850. Jusqu’alors, l’utilisation d’énergie d’origine biologique ou biospérique ne perturbe pas la stabilité du cycle du carbone. Le recours massif aux énergies fossiles non renouvelables, et notamment au pétrole, devient le pilier de la croissance économique après la fin de la Seconde Guerre mondiale, résultat d’une conjonction de facteurs et de circonstances.

16Premièrement, les guerres. Elles ont été de formidables accélérateurs du progrès technologique et de l’expansion du pétrole comme enjeu stratégique par excellence, puis de l’entrée en scène du nucléaire. La guerre de 1914-18 est la première grande guerre mécanisée, surtout dans les dernières années. Mais c’est surtout durant la Seconde Guerre mondiale que le brut manifesta sa place de matière première stratégique et que la géopolitique du pétrole prend toute son ampleur planétaire, comme le montre d’ailleurs l’attaque de l’aéronavale japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941. Le Japon, qui n’a pas de gisement de brut, lance cette audacieuse opération militaire pour lever le blocus américain. La mobilisation des savants et des ingénieurs autour de la fabrication de la bombe atomique dans le cadre du projet Manhattan à partir de 1942 ainsi que les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki marquent le début du « nouvel âge nucléaire ». Restait à développer les utilisations pacifiques de l’énergie atomique, pour effacer le « péché », selon le mot d’Oppenheimer.

17Deuxièmement, l’exploration et les découvertes de gisements pétroliers. Si le pétrole est connu depuis la plus haute antiquité, le brut ne fait l’objet de premières exploitations industrielles que depuis les années 1850, d’abord à Bakou et en Roumanie, puis aux Etats-Unis dès 1859 avec le célèbre forage du colonel Drake à Titusville, en Pennsylvanie. L’âge d’or du pétrole, caractérisé par une abondance énergétique inconnue jusqu’alors, s’instaure réellement à partir des années 1950 à la suite des grandes découvertes pétrolières depuis le début du XXe siècle (graphique 1) (Perrodon 1985 ; Yergin 1991 ; Campbell 1997).

  • 7  Cf. la Conférence internationale sur les applications pacifiques de l’énergie atomique tenue aux N (...)

18Troisièmement, l’espoir d’un modèle de développement économique illimité. Malgré les craintes liées à la course aux armements nucléaires et les risques de prolifération dès le début de la Guerre froide, le nucléaire est envisagé comme une nouvelle source d’énergie abondante et bon marché, qui permettrait de faire face à la raréfaction des énergies fossiles. En 1955, cet espoir est étendu aux pays du Sud, notamment à travers les Nations unies qui élargissent leurs programmes d’assistance technique à l’énergie atomique sous la bannière des « atomes pour la paix » (Atoms for Peace)7. Cet espoir est aussi véhiculé par les physiciens du Sud qui souhaitent contribuer – par la maîtrise de cette énergie – à réduire la misère des pays sous-développés en « sautant par-dessus l’étape de la machine à vapeur » (Bhabha 1955). Toutefois, c’est la consommation énergétique mondiale liée aux hydrocarbures qui va croître à une allure exponentielle dès 1960 (graphique 2)  (Meadows et al. 1972).

Graphique 1 – L’âge d’or du pétrole dans l’histoire de longue durée, 0-2500 (en millions de barils par jour)

Graphique 1 – L’âge d’or du pétrole dans l’histoire de longue durée, 0-2500 (en millions de barils par jour)

Source : Campbell (1991, 15).

Graphique 2 – Emissions mondiales de CO2 liées à l’utilisation de combustibles fossiles, 1800-2007 (en millions de tonnes de carbone)

Graphique 2 – Emissions mondiales de CO2 liées à l’utilisation de combustibles fossiles, 1800-2007 (en millions de tonnes de carbone)

Source : Tom Boden et Gregg Marland (Carbon Dioxide Information Analysis Center, Tennessee), « Global CO2 emissions from fossil-fuel burning, cement manufacture, and gas flaring : 1751-2007 », 8 juin 2010, http://cdiac.ornl.gov/​ftp/​ndp030/​global.1751_2007.ems.

4. Temps géologiques, cycles économiques et irréversibilité historique

19Ces quelques décennies d’expansion économique doivent être confrontées au temps long géologique sans commune mesure avec le temps des cycles économiques. Les hydrocarbures sont issus des anciens déchets organiques et de processus géologiques très complexes qui en font des ressources rares et non renouvelables à l’échelle de l’histoire humaine. Les gisements accessibles et exploitables ont mis des dizaines, voire des centaines de millions d’années à se former. Ils constituent des réservoirs d’énergie extraordinaires pour les activités humaines. Puisé dans les entrailles de la terre, le carbone fossile consumé est réinjecté de manière quasi instantanée dans l’atmosphère de la Biosphère actuelle.

20L’extrême brièveté des temps politiques, économiques et médiatiques contribue certainement aux difficultés qu’ont les sciences sociales à penser l’énergie dans ses dimensions physiques et géologiques. Les analyses d’économie politique tendent à montrer que les gouvernements et le monde des affaires fondent leurs décisions sur des perspectives à court terme. Dans le champ économique notamment, l’école néoclassique considère l’énergie comme une commodité au même titre que les autres matières premières et n’a pas élaboré de catégorie spécifique pour penser l’énergie primaire (Ayres 2009). Sur un plan théorique, il est certes envisageable de prendre en compte les coûts engendrés par la dégradation de l’environnement en intégrant les externalités environnementales. Que signifierait une internalisation de ces externalités dans la pratique ? Une étude mandatée par les « Principes pour l’investissement responsable » (PRI) et le Programme des Nations unies pour l’environnement Initiative financière (UNEP FI) évalue les coûts environnementaux générés par l’activité humaine à 6600 milliards USD pour la seule année 2008, soit l’équivalent de 11 % du PIB mondial, dont un tiers des coûts générés par les 3000 plus grandes sociétées privées mondiales en termes de capitalisation boursière. Le rapport estime que « dans un portefeuille d’investissement hypothétique pondéré selon l’indice mondial MSCI All Country, les externalités pourraient se monter à plus de 50 % des bénéfices combinés des sociétés privées » (UNEP/FI et PRI 2010: 3), ce qui signifie plus prosaïquement que plus de la moitié des bénéfices de ces sociétés pourrait s’évaporer si les externalités étaient dûment internalisées. L’étude recommande aux investisseurs d’engager un dialogue avec les sociétés dans lesquelles ils investissent et de chercher à promouvoir des réponses réglementaires ainsi que des politiques appropriées pour faire face à ces externalités.

21L’école néoclassique modélise l’allocation des ressources énergétiques à travers la formation de prix sur un marché plus ou moins équilibré. Le raisonnement en circuit économique fermé ne prend pas en compte l’énergie primaire et les ressources naturelles qui entrent dans le circuit pour alimenter le processus économique et ce qui en sort sous forme de déchets qui altèrent l’environnement global (Georgescu-Roegen 1971, 1976, 1995). L’économie écologique conteste l’hypothèse néoclassique selon laquelle le marché est à même de réguler dans la durée l’accès aux hydrocarbures par la fluctuation des cours, sans parler des aspects écologiques et géopolitiques. Les économistes écologiques relèvent une évidence : la vérité des prix sur les marchés ne peut contribuer à renouveler des stocks finis ni réduire les effets pervers liés à l’injection de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

5. L’essor de l’écologie globale

22L’énergie – par sa position centrale dans l’économie moderne – est au centre du fossé qui sépare les sciences sociales et les sciences naturelles ou qui, selon d’autres, établit un nouveau dialogue interdisciplinaire entre elles. En effet, penser l’énergie revient à interroger les rapports entre l’humain et la nature (Smil 2008).

  • 8  Les géologues comme les théoriciens allemands de la Raubwirtschaft, les quelques rares économistes (...)

23Jusque dans les années 1970, l’énergie était un « impensé » de la théorie économique, voire de l’historiographie en général. L’exploitation du bois de chauffe, la déforestation et l’épuisement des mines de charbon ont certes été intégrés dans les analyses de certains naturalistes, géographes, géologues et économistes dès le XIXe siècle8, mais le thème de la destruction des ressources naturelles a rencontré très peu d’écho dans la pensée économique et sociale dans la société industrielle en pleine expansion.

  • 9  Selon le mot de l’économiste britannique Ezra J. Mishan.

24Après la Seconde Guerre mondiale, certains naturalistes américains comme Fairfield Osborn ou William Vogt, ou encore des penseurs hétérodoxes comme Lewi Mumford, Aldous Huxley ou Jacques Ellul lancèrent les premières interrogations critiques sur le progrès scientifique et technique de la société industrielle. Un symposium organisé à Princeton en 1955 sur le thème Man’s role in changing the face of the earth s’emparait également de ces thèmes. Il faudra cependant attendre l’émergence du débat sur l’écologie dans les années 1960-70 aux Etats-Unis pour éveiller la curiosité des économistes, notamment du développement. Dès les années 1960, quelques économistes dissidents remettent en question la growthmania9. Critiques et sensibles aux arguments des environnementalistes, ils furent à l’origine de la renaissance de la question des ressources naturelles, de la pollution et des relations entre sciences de l’homme et sciences de la nature : Bertrand de Jouvenel, William Kapp, Kenneth Boulding, Nicholas Georgescu-Roegen et Herman Daly (Daly 1997) figurent parmi les plus célèbres d’entre eux.

  • 10  Voir Krishnan, Harris et Goodwin (1995). Sur les origines, voir Costanza (2003). Voir aussi le sit (...)
  • 11  Les mouvements antinucléaires ont toutefois connu une certaine forme d’institutionnalisation avec (...)

25De nouvelles sociétés savantes se forment ensuite dans les années 1970-80, notamment le Club de Rome, le Worldwatch Institute, le World Resources Institute et, plus spécifiquement, l’International Society for Ecological Economics10. Elles ont toutes contribué à faire prendre conscience des limites écologiques de la planète et des problèmes de l’environnement global liés au développement moderne. Mais avec la chute du cours du baril et la montée en puissance du consumérisme dans les années 1980 et 1990, ces voix sont devenues moins audibles11.

  • 12  Le Conseil international des unions scientifiques (ICSU) crée le SCOPE (Scientific Committee on Pr (...)

26Il n’en reste pas moins que c’est durant cette même période que la coopération scientifique internationale prend son essor autour des problèmes de l’atmosphère, des gaz à effet de serre, de l’évolution du climat et de la biodiversité12. Les prises de conscience relatives aux changements planétaires (global environmental change) ont gagné en ampleur notamment à travers le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), créé en 1988. Les engagements citoyens se multiplient en faveur du développement durable ou, plus radicalement, des mouvements de « décroissants ». Mouvements certes marginaux, ils ont vite acquis une place dans l’espace public et médiatique. La diplomatie environnementale et le droit international de l’environnement montent en puissance bien que le lancinant processus des négociations intergouvernementales, depuis le Sommet de la Terre de Rio en 1992, et surtout depuis le Protocole de Kyoto (1997), illustre les enjeux et les difficultés redoutables de la gouvernance mondiale pour maîtriser les bouleversements écologiques.

  • 13  Et pas seulement de manière relative par rapport à la croissance de la richesse monétaire. Les éco (...)

27L’économie écologique et l’écologie industrielle reprennent le flambeau des courants de pensée essayant de faire converger les sciences de la vie et les sciences économiques. Ces courants défendent la nécessité de réduire l’impact physique et biologique de l’activité humaine sur les grands cycles biogéochimiques du système Terre, notamment en diminuant les flux de matière et d’énergie de manière absolue13, c’est-à-dire en dématérialisant et en décarbonisant l’économie.

28L’opposition entre le point de vue des géologues et le point de vue des économistes orthodoxes à propos des réserves pétrolières et des ressources minérales en général est une flagrante illustration de la crise socio-épistémologique qui se cache derrière l’actuelle crise économique, au moment où le débat ne porte plus tant sur la réalité de la théorie du pic du pétrole mais simplement sur sa chronologie et ses conséquences.

29Aujourd’hui, un consensus se dégage notamment quant aux risques climatiques du fait que la théorie des changements climatiques ne fait plus débat dans la communauté scientifique compétente. Il en va de même pour la non-soutenabilité du mode de vie occidental étendu à la planète, sur fond de forte croissance démographique et économique au Sud (PNUD 2007). Les vases communicants entre les pays et les continents, la dénationalisation des problèmes et les liens circulaires entre environnement et développement sont devenus incontournables. Malgré cela, les évolutions nécessaires des politiques de développement et des stratégies pour le monde des affaires peinent à se concrétiser. Le changement de cap en matière énergétique se heurte à de puissants groupes d’intérêt ainsi qu’à des inerties institutionnelles, comportementales et culturelles difficiles à modifier rapidement. Au niveau des ménages, la tyrannie des petites décisions en matière de consommation – qui produisent de manière presque invisible d’importantes et lourdes tendances environnementales – brouille le message pour une transition rapide vers des économies à faible intensité de carbone et à bas profil énergétique. Au niveau interétatique se manifestent les problèmes bien connus d’action collective qui freinent les tentatives de préservation des biens publics globaux.

6. Des ressources énergétiques abondantes : une bénédiction pour les pays pauvres ?

30La difficulté à prendre en compte les limites géologiques dans les politiques, notamment au Sud, s’explique aussi par le formidable apport financier que constitue l’exploitation de ressources fossiles. Alors qu’elles se raréfient, l’extraction de ces ressources offre un potentiel de développement économique accéléré dans un nombre croissant de pays à faible revenu, qui sont nouvellement courtisés pour la richesse de leur sous-sol.

31A la suite de la découverte de larges gisements de pétrole au large des côtes de Guinée équatoriale en 1996 par exemple, ce petit pays du golfe de Guinée est rapidement devenu le troisième plus gros exportateur de pétrole d’Afrique subsaharienne, avec une production moyenne de 360 000 barils par jour en 2004. Trois ans plus tard, le revenu moyen par habitant dépassait déjà 20 000 USD, ce qui place la Guinée équatoriale parmi les pays à haut revenu. Toutefois, l’espérance de vie est de l’ordre de 50 ans, le taux de mortalité infantile demeure l’un des plus élevés d’Afrique et la majorité de la population vit sous le seuil de pauvreté de 2 USD par jour14.

32L’exemple équato-guinéen illustre bien le paradoxe de l’abondance. Théoriquement, les exportations pétrolières permettent de relâcher la contrainte de balance des paiements. Les redevances et autres paiements renforcent la capacité budgétaire des Etats producteurs. Le pétrole relaxe ainsi des contraintes structurelles mises en avant par les économistes du développement. Plus intuitivement, les pays riches en ressources extractives semblent bien placés pour lutter contre la pauvreté. Ils disposent de plus de moyens financiers que les pays pauvres dénués de matières premières pour améliorer les conditions de vie de la population et construire des infrastructures de base permettant de diversifier le tissu économique. La réalité est toutefois bien différente, ainsi que le démontre la situation de nouveaux pays pétroliers comme le Tchad et le Soudan, ou encore le Niger, troisième exportateur d’uranium après le Canada et l’Australie.

  • 15   Il s’agit d’Etats qui ont tiré au moins un quart de leurs revenus ou de leurs recettes d’exportat (...)

33Le Fonds monétaire international classe plus de 50 pays dans la catégorie des économies riches en ressources extractives (IMF 2007)15. Ce nombre tend à augmenter avec la hausse des cours qui résulte d’une demande accrue en énergie de la part des économies émergentes, à commencer par la Chine qui est devenue importatrice nette de pétrole en 1993. Ainsi, la consommation mondiale de pétrole a augmenté de 12 % entre 2000 et 2008, et devrait encore connaître une hausse de 20 % d’ici à 2030. La concurrence qui en résulte pousse les industries extractives à mener des activités d’exploration dans des régions toujours plus reculées et relativement peu exploitées, avec une pression accrue notamment en Afrique subsaharienne ainsi que dans le bassin amazonien pour ce qui est du pétrole conventionnel et du gaz.

34Les statistiques montrent néanmoins que nombre de pays en développement riches en ressources énergétiques souffrent d’une croissance économique plus faible que d’autres pays en développement dénués de telles ressources. De plus, leurs institutions sont souvent plus fragiles et ils pâtissent d’un niveau de violence armée plus élevé (Auty 1993 ; Sachs et Warner 1997). Diverses explications ont été formulées pour expliquer ce paradoxe connu sous le vocable de « malédiction des ressources ». Dans sa dimension économique, ce phénomène se réfère à la difficulté d’adopter des politiques efficaces pour faire face à la volatilité des prix, à l’appréciation de la monnaie nationale et au manque de diversification économique, soit la difficulté à contrer la « maladie hollandaise ». La malédiction des ressources tend ainsi à donner raison au courant structuraliste qui met l’accent sur l’enclavement du secteur extractif, le manque de lien avec le reste de l’économie nationale et la tendance à la détérioration des termes de l’échange. Dans sa dimension politico-institutionnelle, la malédiction des ressources met en relief les problèmes liés à l’émergence de l’Etat rentier et au renforcement de comportements de recherche de rente (rent-seeking).

35Si de nombreux pays à faible revenu souffrent aujourd’hui de certains symptômes de la malédiction des ressources (par exemple le Nigéria, la République démocratique du Congo, le Turkménistan ou la Zambie), d’autres pays en développement ont su tirer parti de leurs richesses minérales. L’Afrique du Sud, le Botswana, le Chili, la Malaisie ou le Pérou ont aujourd’hui accédé à la catégorie des pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. La malédiction des ressources n’est pas une fatalité.

36La taille des gisements d’hydrocarbures dans nombre de pays en développement ne permet pas d’envisager une exploitation intensive au-delà de deux ou trois décennies. Afin d’éviter de gaspiller cette occasion unique et relativement brève de lutter contre la pauvreté et de promouvoir leur développement, le premier préalable est de parvenir à négocier des accords permettant de retirer un niveau de revenus suffisant en contrepartie de la déplétion du capital naturel exploité par les industries extractives. Ensuite, le défi majeur consiste à allouer les revenus pétroliers et miniers d’une manière à la fois acceptable d’un point de vue politique et propice au développement. Les revenus peuvent être par exemple placés dans des fonds souverains pour les générations futures à l’image de la Norvège, redistribués aux citoyens sous forme de dividendes ou de baisses d’impôts (Alaska), investis dans le capital physique et humain du pays (Malaisie) – ou détournés par l’élite au pouvoir à des fins personnelles et clientélistes comme c’est le cas dans plusieurs Etats faibles. Or, le système de gouvernance internationale dans le secteur de l’énergie ne permet pas de répondre aux préoccupations spécifiques des pays en développement riches en ressources énergétiques.

7. La non-gouvernance des ressources énergétiques

  • 16  « E.ON to help Equatorial Guinea make “Gas Master Plan” (Update1) », Bloomberg, 18 November 2009, (...)
  • 17  Pierre Heumann, « Gas from the mullahs : Micheline Calmy-Rey and the Swiss-Iranian gas deal », Wor (...)

37La gouvernance dans le secteur énergétique est lacunaire et manque singulièrement de cohérence. Bien que l’on constate une montée de la diplomatie environnementale, la gouvernance de l’énergie a encore peu intégré la nécessité d’instaurer une coopération efficace face à la déplétion du pétrole au niveau international. Son architecture actuelle résulte essentiellement d’initiatives prises au cours des quarante dernières années par les pays industrialisés importateurs nets de pétrole dans le souci de garantir la sécurité de leurs approvisionnements. Ces pays n’hésitent d’ailleurs pas à promouvoir la passation de contrats à risque entre leurs sociétés énergétiques et certains Etats pour assurer leur approvisionnement à moyen terme, quitte à provoquer le mécontentement d’autres Etats ou de la société civile. Citons par exemple les récents accords négociés entre le géant allemand de l’énergie E.ON et la Guinée équatoriale16 ou entre la firme suisse EGL et la République islamique d’Iran17.

38Le renforcement de la gouvernance dans le secteur de l’énergie revêt des significations différentes d’un pays à l’autre. La majorité des grands exportateurs se sont organisés au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont l’objectif est le maintien des prix à des niveaux jugés suffisamment élevés. Les pays membres de l’OCDE ont créé l’Agence internationale de l’énergie en 1974 afin de renforcer la sécurité énergétique des pays importateurs, notamment à travers la gestion de stocks de réserve. Les pays d’Europe occidentale ont promu le Traité sur la Charte de l’énergie, qui comporte une série de dispositions contraignantes visant à renforcer la sécurité des approvisionnements et la protection des investissements dans le secteur énergétique, notamment avec les ex-Républiques soviétiques riches en hydrocarbures. Les économies émergentes partagent largement les préoccupations des pays industrialisés en matière de sécurité énergétique. La Chine et l’Inde ont déployé une intense « diplomatie des pipelines » pour sécuriser leurs approvisionnements, que ce soit avec le Myanmar, l’Iran ou les pays du Golfe. Beijing a aussi conclu une série d’accords bilatéraux avec les pays producteurs et de transit d’Asie centrale (Xu, à paraître). Créé dans les années 1990, le Forum international de l’énergie est la seule plateforme qui réunisse tant les importateurs que les exportateurs et les pays de transit. Ce forum informel souffre d’un faible degré d’institutionnalisation. Il est d’abord un lieu de consultations et n’est doté d’aucun mécanisme de règlement des différends.

39Les échanges internationaux d’hydrocarbures sont théoriquement soumis aux règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). De facto, ils demeurentlargement en dehors du champ de l’organisation. Les produits miniers et pétroliers représentent pourtant un cinquième des échanges mondiaux de marchandises, soit 3,5 milliards USD en 2008. Les pays importateurs imposent en général des droits de douane très faibles sur leurs importations de ressources énergétiques (Ruta 2010). Les pays producteurs tendent par contre à imposer de fortes taxes et des restrictions à l’exportation. En parallèle, ils octroient souvent des subventions à la consommation sur le marché intérieur pour des raisons politiques, fournissant ainsi des incitations allant à l’encontre d’une plus grande efficacité énergétique. Dans la mesure où ces subventions ne sont pas discriminatoires, elles ne contreviennent pas aux dispositions de l’Accord de l’OMC sur les subventions. Reste à voir si l’engagement pris par les responsables du G-20 à Pittsburgh en 2009 d’éliminer à moyen terme toutes les subventions qui encouragent le gaspillage de l’énergie se traduira dans les faits. En sus des approvisionnements en pétrole, les pays industrialisés ont récemment exprimé leurs craintes quant à la sécurité des approvisionnements en minéraux dotés de grandes propriétés de conduction nécessaires à la production de produits de haute technologie (tels que des satellites, des batteries légères, des téléphones mobiles ou encore des turbines éoliennes). Des industriels allemands se sont par exemple plaints du fait que des représentants officiels chinois les auraient menacés de ne plus livrer ces « minerais de terres rares » (rare earth minerals), dont 93 % sont produits en Chine (Dempsey 2010).

40En l’absence d’un système de gouvernance capable de répondre aux défis des pays en développement riches en ressources énergétiques, les agences bilatérales et multilatérales de coopération au développement ont promu diverses initiatives multi-parties prenantes dans le secteur extractif, souvent sous la pression de coalitions d’organisations non gouvernementales (ONG). Ces initiatives visent notamment à promouvoir la transparence des revenus versés par les industries aux Etats producteurs ou à renforcer le respect des droits de l’homme dans la sécurisation des installations pétrolières et minières. Elles comptent sur diverses incitations économiques et politiques afin de modifier le comportement des principaux acteurs impliqués, à commencer par les Etats producteurs et les industries extractives, tout en confiant à la société civile la responsabilité de promouvoir ces initiatives et de veiller à leur mise en œuvre au niveau local (Carbonnier, Brugger et Krause, à paraître).

  • 18  La loi Dodd-Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act,signée par le président Obama en (...)

41Ces initiatives souffrent des faiblesses inhérentes aux instruments de soft governance, à commencer par un faible degré d’institutionnalisation, le caractère volontaire des engagements pris et l’absence de mécanisme de sanction. Certaines d’entre elles parviennent cependant à renforcer leur efficacité en faisant progressivement appel à un nombre croissant de types d’incitations qui permettent de modifier le comportement des acteurs sur le terrain. Les normes édictées par les parties prenantes se trouvent parfois traduites sous forme contraignante dans l’ordre juridique interne des Etats participants. Les « Principes volontaires sur la sécurité et les droits de l’homme » ont par exemple été annexés au contrat de concession accordé par le gouvernement indonésien à British Petroleum pour l’exploitation de gaz en Papouasie de l’Ouest, devenant ainsi la référence en matière de gestion de la sécurité. C’est aussi l’un des succès de la coalition d’ONG « Publiez ce que vous payez » (Publish What You Pay) et des promoteurs de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (EITI), qui ont réussi à faire ancrer dans la législation des Etats-Unis, après une décennie de travail, l’exigence de publication des revenus versés par les industries pétrolières et minières aux gouvernements des pays producteurs18. La transparence des revenus devrait permettre aux citoyens des pays producteurs – soit aux propriétaires des ressources extractives – d’exprimer leurs préférences quant à la gestion et l’allocation de la rente, et partant de mieux faire valoir leurs droits.

8. Présentation du dossier thématique « Energie et développement »

42Ce dossier thématique de la Revue internationale de politique de développement est divisé en trois parties. La première traite des enjeux géopolitiques relatifs aux ressources énergétiques et de leur incidence sur le développement, notamment en Afrique subsaharienne. Elle examine en outre les forces et les faiblesses de la gouvernance mondiale dans le domaine de l’énergie. La deuxième partie analyse l’évolution ainsi que la portée des projets de coopération internationale au développement dans le secteur énergétique. La troisième partie se penche sur les politiques nationales élaborées par les pays en développement dans le contexte post-Kyoto/Copenhague, avec un éclairage sur l’Inde et l’Equateur.

43Dans la première partie, Emily Meierding examine les stratégies de sécurisation des approvisionnements en ressources énergétiques des pays industrialisés et des économies émergentes et leur impact sur les pays en développement. Elle analyse comment la concurrence accrue entre les Etats-Unis, la Chine et les pays européens limite l’accès des pays exportateurs d’Afrique subsaharienne à leurs propres ressources énergétiques et fragilise la sécurité énergétique sur ce continent. De son côté, Sijbren De Jong montre comment les champs de tensions autour de la sécurité énergétique se sont renforcés sous l’action conjuguée de la hausse de la demande d’énergie de la part des économies émergentes, de la baisse des réserves d’hydrocarbures et des contraintes liées aux changements climatiques. L’auteur soutient que l’architecture de la gouvernance mondiale de l’énergie n’a pas progressé de manière suffisante pour faire face à ces tensions.

44La deuxième partie s’ouvre avec un rappel : baisser les émissions de CO2 de 25 % nécessite des investissements de l’ordre de 200 milliards USD par an pour améliorer l’efficacité et réduire l’intensité énergétique des économies des pays en développement. Axel et Katharina Michaelowa présentent les résultats d’une recherche originale sur l’évolution des projets et programmes bilatéraux d’aide au développement dans le secteur énergétique. Contrairement aux attentes, la part des projets consacrés aux énergies renouvelables ou visant une plus grande efficacité énergétique n’a guère augmenté depuis 1980. La part des projets portant sur les énergies renouvelables traditionnelles comme l’hydraulique et le géothermal a chuté alors que les projets d’aide dans le solaire ou l’éolien ont connu un premier pic dans les années 1980 et un deuxième dans les années 1990. Plus étonnant encore, les différences entre donateurs sont très significatives, mais ne suivent pas tout à fait le clivage entre les pays qui sont traditionnellement sceptiques et ceux qui sont adeptes de l’agenda de lutte contre le réchauffement climatique. Guy Bonvin apporte un éclairage particulier sur la coopération suisse avec les résultats d’une évaluation indépendante couvrant vingt ans de projets dans le domaine de l’énergie en Europe de l’Est et en Asie centrale. Il souligne que le succès des projets de coopération requiert non seulement des technologies et des approches innovantes, mais aussi le renforcement d’un cadre institutionnel approprié et une certaine cohérence des politiques énergétiques d’un point de vue économique, social et environnemental.

45La troisième partie analyse d’abord la politique énergétique de l’Inde, le sixième plus gros pays consommateur d’énergie du monde. Le gouvernement indien a réitéré à diverses reprises sa volonté de promouvoir les énergies propres, ce qui nécessite un appui financier et technologique majeur des pays occidentaux. Megha Shenoy, Grishma Jain et Tara Parthasarathy soutiennent que l’Inde doit adopter un cadre stratégique de développement découplé d’émissions intensives de carbone. Il s’agit de promouvoir une croissance inclusive capable de réduire les inégalités et d’améliorer la qualité de vie des Indiens tout en intégrant les contraintes environnementales locales et globales. Pamela Martin se penche plus particulièrement sur une étude de cas équatorienne dans le contexte de l’Initiative sur la réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD). Le gouvernement équatorien a proposé à la communauté internationale de lui verser des compensations pour s’abstenir d’exploiter environ 900 millions de barils de pétrole dans le Parc national de Yasuní, qui est l’une des régions connaissant la plus riche diversité biologique du monde. Cet exemple illustre la montée en puissance de réseaux locaux reliés à des mouvements transnationaux capables de promouvoir une certaine institutionnalisation d’approches alternatives en matière de gouvernance environnementale globale.

9. Conclusion

46La poursuite d’un développement se nourrissant essentiellement de l’abondance des énergies fossiles bon marché se heurte à la raréfaction des réserves, à la hausse des cours et au réchauffement climatique. La gestion des tensions croissantes qui en découlent requiert une coopération accrue tant de la part des pays industrialisés que des économies émergentes et des pays pauvres, avec des responsabilités et des capacités d’action différenciées selon les pays.

  • 19  Voir à cet égard la proposition de protocole pour gérer la déplétion du pétrole au niveau internat (...)

47La montée du climat dans l’agenda politique international coïncide avec un souci croissant lié au pic pétrolier. Nul ne sait pour l’instant quelle sera l’histoire de la déplétion des hydrocarbures, c’est-à-dire la chute de l’autre versant du pic : lente ou abrupte, volontaire ou subie, sereine ou violente. L’une des priorités de la communauté internationale devrait consister à négocier la réduction de la consommation des hydrocarbures de manière équitable sur les plans politique, social, culturel et technique. Il s’agit alors de planifier la déplétion des réserves restantes19 et le passage à des modèles économiques et de consommation soutenables tout en créant des capacités de développement pour les pays et les populations les moins favorisés.

48Dans les pays en développement, les enjeux divergent entre les zones rurales et les mégapoles en pleine expansion. Des efforts accrus doivent porter sur l’accès à l’électricité pour le 1,4 milliard de personnes qui en sont encore dépourvues aujourd’hui, notamment dans les régions rurales d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud. Les recherches montrent que l’électrification de villages par le biais de petites unités décentralisées dans ces régions peut avoir un effet indirect significatif sur la réduction de la malnutrition infantile, notamment à travers son impact sur le travail des femmes. Dans les grands centres urbains, l’un des défis consiste à réduire l’intensité de la consommation d’énergie. Par des politiques publiques appropriées, il appartient aux gouvernements de fournir le cadre réglementaire ainsi que les mesures incitatives (taxes et subventions) favorisant des modes de consommation à moindre intensité énergétique et l’exploitation de sources renouvelables d’énergie primaire. En outre, les effets de mode jouent un rôle indéniable dans les modèles de consommation des ménages. Les représentations de réussite sociale riment trop souvent avec une caricature du mode de vie occidental énergivore, véhiculée par les séries télévisées et les exemples fournis au quotidien par un nombre croissant de milliardaires qui servent de modèle (Veblen 1899 ; Kempf 2007). Il est urgent de revaloriser des approches et des solutions adaptées aux conditions locales dans le domaine de l’architecture et de l’urbanisme.

49L’enjeu consiste aujourd’hui plus que jamais à féconder la décision politique avec les connaissances accumulées par les scientifiques. Les rapports des experts insistent depuis plusieurs années sur l’urgence de prendre des mesures correctives pour éviter de graves crises à venir qui nécessiteront des ajustements douloureux. Le manque de décisions pour changer de cap résulte du fait que les cycles temporels du politique et de l’économique suivent des échéances à court terme, déconnectées de la temporalité et des réalités géologiques. La crise énergétique devra probablement provoquer des heurts plus graves avant que les dirigeants ne réagissent enfin de manière plus résolue. Reste à espérer que la multiplication des signes avant-coureurs favorisera l’émergence d’une coopération internationale beaucoup plus efficace dans le secteur énergétique afin d’éviter une multiplication des confrontations violentes pour le contrôle des ressources et de mettre en œuvre un arsenal de politiques favorables au développement des ressources renouvelables.

Top of page

References

Auty, R. 1993.Sustaining development in mineral economies : The resource curse thesis. London : Routledge.

Ayres, R. U. 2009. The economic growth engine : How energy and work drive material prosperity. Cheltenham : Edward Elgar.

Bhabha, H. 1955. The peaceful uses of atomic energy. Bulletin of the Atomic Scientists 11 : 280-284.

Campbell, C. J. 1991. The golden century of oil 1950-2050 : The depletion of a resource. Dordrecht : Kluwer Acedemic Publications.

———. 1997. The coming oil crisis. Breentwood : MultiScience Publishing Company and Petroconsultants.

Campbell, C. J., et J. H. Laherrère. 1998. The end of cheap oil. Scientific American 278 (3) : 78-83 (disponible en ligne).

Carbonnier, G., F. Brugger et J. Krause. A paraître. Assessing multistakeholder responses to the resource curse : Can civil society live up to the expectations ?Global Governance 17 (2).

Carnot, S. 1824. Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance. Paris : Chez Bachelier.

Chevalier, J.-M. 2004. Les grandes batailles de l’énergie : petit traité d’une économie violente. Paris : Gallimard.

Cipolla, C. M. 1962. The economic history of world population. Harmondsworth, Middlesex : Penguin.

Costanza, R. 2003. The early history of Ecological Economics and the International Society for Ecological Economics (ISEE) (disponible en ligne).

Cottrell, F. 1955. Energy and society : The relation between energy, social change and economic development. New York : McGraw-Hill Book Company. (Rééd. Greenwood Press, 1970.)

Daly, H. E. 1997. Georgescu-Roegen versus Solow/Stiglitz. Ecological Economics 22 : 261-266 (disponible en ligne).

Deffeyes, K. S. 2005. Beyond oil : The wiew from Hubbert’s Peak. New York : Hill and Wang.

Dempsey, J. 2010. Germany to raise alarm over China rare earths restrictions at G-20. The New York Times. 21 October. http://www.nytimes.com/2010/10/22/business/energy-environment/22iht-rare.html?_r=1 (consulté le 1er novembre 2010).

Erkman, S. 1998. Vers une écologie industrielle. Paris : Editions Charles Léopold Mayer – La Librairie FPH (2e éd. 2004).

Fouquet, R. 2008. Heat, power and light : Revolutions in energy services. Cheltenham : Edward Elgar.

Georgescu-Roegen, N. 1971. The Entropy law and the economic process. Cambridge, MA : Harvard University Press.

———. 1976. Energy and economic myths : Institutional and analytical economic essays. New York : Pergamon Press.

———. 1995. La décroissance : entropie – écologie – économie. 2e éd. Présentation et traduction de J. Grinevald et I. Rens. Paris : Sang de la Terre (3e éd. 2004) (disponible en ligne).

Grinevald, J. 1976. La révolution carnotienne : thermodynamique, économie et idéologie. Revue européenne des sciences sociales, nº 36 : 39-79.

———. 1990. L’effet de serre de la Biosphère : de la révolution thermo-industrielle à l’écologie globale. Stratégies énergétiques, biosphère et société 1 : 9-34 (disponible en ligne).

———. 2005. Ideas y preocupaciones acerca del papel de la especie humana en la Biosfera. In La incidencia de la especie humana sobre la faz de la Tierra (1955-2005), ed. J. M. Naredo et L. Gutierrez, 15-90. Granada : Editorial Universidad de Granada/Fundacion César Manrique.

———. 2006. La révolution industrielle à l’échelle de l’histoire humaine de la Biosphère. Revue européenne des sciences sociales, nº 134 : 139-167 (disponible en ligne).

———. 2007. La Biosphère de l’Anthropocène : climat et pétrole, la double menace ; repères transdisciplinaires (1824-2007). Stratégies énergétiques, Biosphère et Société. Genève : Georg Editeur.

Heinberg, R. 2003. The party’s over : Oil, war and the fate of industrial societies. Foreword by C. J. Campbell. Gabriola Isand : New Society Publishers. (Trad. fr. : Pétrole, la fête est finie : avenir des sociétés industrielles après le pic pétrolier. Paris : Editions Demi-Lune. 2008.)

———. 2006. The Oil Depletion Protocol : A plan to avert oil wars, terrorism and economic collapse. Gabriola Island : New Society Publishers.

Hubbert, M. King. 1956. Nuclear energy and the fossil fuels. Publication nº 95. Shell Development Company, Exploration and Production Research Division, Houston (disponible en ligne).

———. 1969. Energy resources. In Resources and Man, ed. P. Cloud, 157-242. San Francisco : Freeman and Company.

IEA (International Energy Agency). 2008. World energy outlook 2008. Paris : IEA.

———. 2010. World energy outlook 2010. Paris : IEA.

IMF (International Monetary Fund). 2007. Fiscal Affairs Department. The role of fiscal institutions in managing the oil revenue boom. Washington, DC : IMF. 5 mars.

Jevons, W. S. 1865. The coal question : An inquiry concerning the progress of the Nation, and the probable exhaustion of our coal-mines. London : Macmillan and Co.

Kempf, H. 2007. Comment les riches détruisent la planète. Paris : Seuil.

Krishnan, R., J. Harris et N. R. Goodwin, eds. 1995. A survey of ecological economics. Washington, DC : Island Press.

Laurent, E. 2006. La face cachée du pétrole. Paris : Plon.

Lovell, B. 2010. Challenged by carbon : The oil industry and climate change. Cambridge : Cambridge University Press.

Marsh, G. P. 1864. Man and nature ; or, Physical geography as modified by human action. New York : C. Scribner.

Meadows, Donella H., Dennis L. Meadows, J. Randers et W. W. Behrens III. 1972. The limits to growth. New York : Universe Books.

Mehmet, O. 1995. Westernizing the Third World : The eurocentricity of economic development theories. London : Routledge.

Nadeau, R. L. 2002. The weath of nature : How mainstream economics has failed the environment. New York : Columbia University Press.

Perrodon, A. 1985. Histoire des grandes découvertes pétrolières. Paris : Masson.

Pfister, C. 1995. Das 1950er Syndrom : Der Weg in die Konsumgesellschaft. Bern : Haupt.

PNUD (Programme des Nations unies pour le développement). 2007. Rapport mondial sur le développement humain 2007/2008 : la lutte contre le changement climatique ; un impératif de solidarité humaine dans un monde divisé. New York : PNUD.

Rist, G. 1996. Le développement : histoire d’une croyance occidentale. Paris : Presses de Science Po.

Ruta, M. 2010. Resources trade and the WTO. VoxEU, 4 August, http://www.voxeu.org/index.php?q=node/5373 (consulté le 1er octobre 2010).

Sachs, J. D., et A W. Warner. 1997. Natural resource abundance and economic growth.Cambridge, MA : Center for International Development and Harvard Institute for International Development (disponible en ligne).

Sachs, W. 2006. De l’huile sur le feu : la lutte pour les ressources attise l’insatisfaction planéraire. In Annuaire suisse de politique de développement : paix et sécurité ; les défis lancés à la coopération internationale, dir. C. Schümperli Younossian et X. Tschumi Canosa, 129-138. Genève : Institut universitaire d’études du développement (disponible en ligne).

Simmons, M. 2005. Twilight in the desert : The coming Saudi oil shock and the world economy. New York : Wiley.

Smil, V. 1994. Energy in world history. Boulder : Westview Press.

———. 2008. Energy in nature and society : General energetics of complex systems. Cambridge, MA : MIT Press.

Smith, C. 1998. The science of energy : A cultural history of energy physics in Victorian Britain. London : Athlone Press.

Smith, V. Kerry, ed. 1979. Scarcity and growth reconsidered. Baltimore : The John Hopkins University Press.

Steffen, W., J. Grinevald, P. Crutzen et J. McNeill. A paraître. The Anthropocene : A conceptual and historical perspective. In The Anthropocene : A new epoch of geological time ? Theme issue,Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Series A, January.

Stern, N. 2006. Stern review : The economics of climate change. London : HM Treasury. http://webarchive.nationalarchives.gov.uk/+/http://www.hm-treasury.gov.uk/stern_review_report.htm.

Tissot, B., et D. H. Welte. 1984. Petroleum formation and occurrence : A new approach to oil and gas exploration. 2e éd. Berlin : Springer-Verlag.

Tunzelmann, F. Nick. 1978. Steam power and British industrialization to 1860. Oxford : Clarendon Pres.

UNEP FI (United Nations Environment Programme Finance Initiative) et PRI (Principles for Responsible Investments). 2010. Universal ownership : Why environmental externalities matter to institutional investors. Geneva : UNEP FI and PRI. http://www.unpri.org/files/6728_ES_report_environmental_externalities.pdf.

Veblen, T. 1899/2007. The theory of the leisure class. New York : Cosimo Inc.

Vernadsky, V. 1926/1998. The Biosphere. Complete annotated edition. Foreword by L. Margulis et al. Introduction by J. Grinevald. Translated by David B. Langmuir. Revised and annotated by Mark A. S. McMenamin. New York : Springer-Verlag, Copernicus.

Xu, Xiajioe. A paraître. Chinese responses to good energy governance. Global Governance 17 (2).

Yergin, D. 1991. The prize : The epic quest for oil, money and power. New York : Simon and Schuster.

Youngquist, W. L. 1997. GeoDestinies : The inevitable control of Earth resources over nations and individuals. Portland, OR : National Book Press.

Top of page

Notes

1  Voir Smith (1998). Il en va de même pour le rôle croissant de l’énergie exosomatique (A. J. Lotka, cité par Georgescu-Roegen 1971, 1995) dans le nouveau mode de production industriel.

2  C’est le deuxième principe de la thermodynamique, selon William Thomson, plus connu sous le nom de Lord Kelvin. La deuxième loi de la théorie mécanique de la chaleur a également été établie par Rankine et Clausius.

3  Notre époque géologique est celle de l’Anthropocène (Grinevald 2007).

4  Il s’agit d’un phénomène sans précédent, d’une discontinuité donnant naissance à ce qu’on appelle « l’accélération de l’histoire ». Ce changement de paradigme socio-énergétique est également décrit par Claude Lévi-Strauss, qui oppose les sociétés qu’étudie l’ethnologue aux sociétés modernes : « sociétés froides » et « sociétés chaudes ». Les sociétés froides se caractérisent notamment par la manière dont elles utilisent le milieu naturel, qui garantit tout à la fois leur niveau de vie modeste et la protection des ressources. Les sociétés chaudes correspondent à la civilisation thermo-industrielle.

5  Cette locomotive restera d’ailleurs largement prépondérante jusqu’aux années 1950.

6  Les plus enthousiastes des ingénieurs sont les saint-simoniens en France et les civil engineers de l’Empire britannique, notamment William John Macquorn Rankine.

7  Cf. la Conférence internationale sur les applications pacifiques de l’énergie atomique tenue aux Nations unies à Genève, en août 1955. Une seconde conférence aura lieu en septembre 1958. Entre-temps, les Nations unies ont créé l’Agence internationale de l’énergie atomique.

8  Les géologues comme les théoriciens allemands de la Raubwirtschaft, les quelques rares économistes précurseurs comme Antoine-Augustin Cournot ou William Stanley Jevons dans The coal question (Jevons 1865). Le thème de la destruction des ressources naturelles a également été soulevé dès 1864 par l’ambassadeur américain en Italie George Perkins Marsh (1801-1882) dans son grand livre Man and nature (Marsh 1864).

9  Selon le mot de l’économiste britannique Ezra J. Mishan.

10  Voir Krishnan, Harris et Goodwin (1995). Sur les origines, voir Costanza (2003). Voir aussi le site Internet de l’International Society for Ecological Economics, http://www.ecoeco.org.

11  Les mouvements antinucléaires ont toutefois connu une certaine forme d’institutionnalisation avec le succès grandissant des partis écologistes en Allemagne et dans d’autres pays européens.

12  Le Conseil international des unions scientifiques (ICSU) crée le SCOPE (Scientific Committee on Problems of the Environment) en 1969, puis lance officiellement en 1986 l’« International Geosphere-Biosphere Programme : A Study of Global Change » (IGBP). L’International Institute for Applied Systems Analysis (IIASA), la NASA et la National Academy of Sciences des Etats-Unis ont largement participé à l’émergence du concept de global environmental change. Voir Grinevald (1990, 2007).

13  Et pas seulement de manière relative par rapport à la croissance de la richesse monétaire. Les économistes classiques raisonnent en effet en termes relatifs, par rapport à leur mesure monétaire de la croissance économique. Les écologistes raisonnent en valeur absolue, en termes d’impact sur les écosystèmes et la totalité de la Biosphère (qui inclut la stabilité de son système climatique). Erkman (1998), International Society for Ecological Economics.

14 African Economic Outlook, 2010, http://www.africaneconomicoutlook.org/en/countries/central-africa/equatorial-guinea(consulté le 18 novembre 2010).

15   Il s’agit d’Etats qui ont tiré au moins un quart de leurs revenus ou de leurs recettes d’exportations du pétrole, du gaz et des minerais en valeur moyenne sur la période 2002-2004.

16  « E.ON to help Equatorial Guinea make “Gas Master Plan” (Update1) », Bloomberg, 18 November 2009, http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=newsarchive&sid=a0DO2elewmbo (consulté le 1er août 2010).

17  Pierre Heumann, « Gas from the mullahs : Micheline Calmy-Rey and the Swiss-Iranian gas deal », World Politics Review, 28 March 2008, http://www.worldpoliticsreview.com/articles/1858/gas-from-the-mullahs-micheline-calmy-rey-and-the-swiss-iranian-gas-deal (consulté le 1er août 2010).

18  La loi Dodd-Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act,signée par le président Obama en juillet 2010, exige que toutes les entreprises minières et pétrolières enregistrées auprès de la U.S. Securities and Exchange Commission publient les montants qu’elles versent à l’étranger pour l’exploitation d’hydrocarbures et de minerais.

19  Voir à cet égard la proposition de protocole pour gérer la déplétion du pétrole au niveau international développée par les deux principaux fondateurs de l’Association for the Study of Peak Oil and Gas  (ASPO), le géologue pétrolier britannique Colin Campbell et le professeur Kjell Aleklett (Hydrocarbon Depletion Study Group de l’Université d’Uppsala).

Top of page

List of illustrations

Title Graphique 1 – L’âge d’or du pétrole dans l’histoire de longue durée, 0-2500 (en millions de barils par jour)
Credits Source : Campbell (1991, 15).
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/687/img-1.png
File image/png, 16k
Title Graphique 2 – Emissions mondiales de CO2 liées à l’utilisation de combustibles fossiles, 1800-2007 (en millions de tonnes de carbone)
Credits Source : Tom Boden et Gregg Marland (Carbon Dioxide Information Analysis Center, Tennessee), « Global CO2 emissions from fossil-fuel burning, cement manufacture, and gas flaring : 1751-2007 », 8 juin 2010, http://cdiac.ornl.gov/​ftp/​ndp030/​global.1751_2007.ems.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/687/img-2.png
File image/png, 32k
Top of page

Cite this article

Bibliographical reference

Gilles Carbonnier and Jacques Grinevald, « Energie et développement »,International Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2 | 2011, 9-28.

Electronic reference

Gilles Carbonnier and Jacques Grinevald, « Energie et développement », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 2 | 2011, Online since 10 May 2011, connection on 22 November 2017. URL : http://poldev.revues.org/687 ; DOI : 10.4000/poldev.687

Top of page

About the authors

Gilles Carbonnier

Professeur d’économie du développement à l’Institut de hautes études internationales et du développement, Genève ; directeur de publication de la Revue internationale de politique de développement.

By this author

Jacques Grinevald

Professeur d’écologie globale à l’Institut de hautes études internationales et du développement, Genève ; philosophe et historien du développement scientifique et technologique ; membre de la Geological Society of London.

Top of page

Copyright

Creative Commons Attribution-NonCommercial 3.0 Unported License.

Top of page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org