Skip to navigation – Site map
2 | 2011
Energy and Development
Dossier | Energie et développement - Revue | Évolutions des politiques de développement

Du neuf avec du vieux : la politique climatique influence-t-elle l’aide bilatérale au développement ?

Axel Michaelowa and Katharina Michaelowa
p. 75-104
This article is a translation of:
Old Wine in New Bottles? Does Climate Policy Determine Bilateral Development Aid for Renewable Energy and Energy Efficiency?

Abstract

Depuis la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement qui s’est tenue à Rio de Janeiro en 1992, les donateurs bilatéraux et multilatéraux affirment que l’aide au développement a été axée toujours davantage sur des interventions respectueuses du climat. Dans le cadre de l’aide relative à l’énergie, cela devrait se traduire par une intensification sensible des projets liés aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique. L’examen d’une nouvelle base de données réunissant des centaines de milliers de projets bilatéraux d’aide au développement nous permet d’établir si cette réorientation a bel et bien eu lieu. Or, contrairement aux attentes, il s’avère que la part des projets financés par des fonds bilatéraux et consacrés aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique n’a pas progressé entre 1980 et 2008. Cette part a fortement varié en fonction des prix du pétrole ; elle présente notamment une crête coïncidant avec le deuxième choc pétrolier du début des années 1980. L’impact des accords internationaux portant sur le climat est mineur, voire inexistant. Les énergies renouvelables « traditionnelles » telles que l’hydroélectricité et la géothermie ont fléchi alors que les « nouvelles » énergies renouvelables ont connu deux temps forts, au début des années 1980 et à la fin des années 1990. Les différences entre les pays donateurs sont énormes. Plusieurs pays, dont des « climatosceptiques » comme les Etats-Unis et l’Australie, mais aussi le Royaume-Uni et la Suisse, ont présenté un recul constant. Les pionniers autoproclamés du climat tels que l’Allemagne, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède affichent des pics liés tant aux chocs pétroliers qu’à la politique climatique internationale. Une « nouvelle » aide au développement liée à l’atténuation du réchauffement climatique n’est présente qu’en Autriche, au Danemark, en Finlande et en Espagne.

Top of page

Full text

1. Introduction

1Dès ses débuts, à la fin des années 1940, l’aide au développement a contribué à construire des centrales hydroélectriques. Elle a également tenté d’améliorer les moyens d’existence des populations marginales par le biais d’installations photovoltaïques hors réseau ou de systèmes optimisant l’efficacité de foyers au charbon de bois. Depuis la fin des années 1980, il s’est avéré que ces activités contribuent à l’atténuation des changements climatiques en réduisant les émissions de gaz à effets de serre (GES) par rapport à l’utilisation de sources d’énergie basées sur des combustibles fossiles.

2Ces deux dernières décennies, la politique climatique internationale est devenue un domaine politique majeur, avec notamment la création, en 1988, du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et les premières négociations qui allaient déboucher sur la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), en 1991. La CCNUCC a été adoptée lors de la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement à Rio de Janeiro en 1992. En 1997, un accord a été conclu dans le cadre du Protocole de Kyoto pour fixer des engagements légalement contraignants en matière d’émissions de GES pour les pays industrialisés pendant la période de 2008 à 2012. Ce protocole est entré en vigueur en 2005, après de longues négociations. Il contient une série de mécanismes de marché internationaux, dont le mécanisme de développement propre (MDP), qui permet de générer des crédits d’émissions basés sur des projets de réduction des GES dans les pays en développement. Le MDP a connu un succès inattendu : plus de 5000 projets mobilisés qui devraient entraîner une réduction des dioxydes de carbone (CO2) de l’ordre d’un milliard de tonnes d’ici la fin 2012 (UNEP Risoe Centre 2010). Le MDP a favorisé la création d’un grand nombre d’entreprises privées qui développent des projets et fournissent des conseils permettant de réaliser avec succès le cycle réglementaire complexe. En 2005, des négociations consacrées à l’après-2012 ont été entamées en vue de convenir d’un régime international lors de la conférence de Copenhague sur le climat qui s’est tenue à la fin de 2009. Mais sur place, à Copenhague, l’accord s’est révélé encore hors d’atteinte et le régime post-2012 reste incertain.

3Dès la conférence de Rio en 1992, la combinaison des efforts liés au développement et au climat a constitué un objectif international exprimé dans le principe des « responsabilités communes mais différenciées » (Centre for International Sustainable Development Law 2002). En outre, vu la rareté des succès confirmés, l’aide au développement traditionnelle a traversé une crise de confiance dans les années 1980. On pouvait donc s’attendre à ce que les agences de développement se montrent impatientes de contribuer à l’effort nouveau et plus en vogue que constitue l’atténuation des changements climatiques. La tendance prévue a suscité des préoccupations quant aux priorités de l’aide au développement (Michaelowa et Michaelowa 2007).

4En même temps, les partisans du programme d’aide dans le champ des changements climatiques avancent que le soutien des donateurs destiné à l’atténuation des changements climatiques dans les pays en développement est très inférieur au niveau nécessaire et que l’écart entre les versements effectifs et les promesses d’aide liée aux changements climatiques est lamentable (Vidal 2009).

5Certains reprochent ainsi un excès d’aide climatique qui aurait détourné les priorités de la coopération au développement de l’objectif central de lutte contre la pauvreté. D’autres estiment au contraire qu’il y a trop peu d’aide aux activités soutenant la convention de Rio sur les changements climatiques.

  • 1  Afin de faciliter la présentation, nous utiliserons les termes « projets » et « activités d’aide » (...)

6En raison du manque de données fiables, aucune des deux affirmations n’a encore été sérieusement évaluée. Cependant, une nouvelle base de données Project-Level Aid (PLAID), mise à la disposition du public en mars 2010, livre à présent une bien meilleure source d’information sur l’évolution des activités de l’aide, comprenant les différents projets, mais aussi l’aide par programme, l’aide budgétaire, etc. (AidData 2010)1. Sur la base des différentes descriptions de projets, nous pouvons ainsi coder plus de 750 000 projets bilatéraux de 21 donateurs du Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en fonction de leur pertinence pour certains types spécifiques d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables. Nous excluons l’aide multilatérale, qui selon le CAD (DAC 2002a) constituait environ 15 % des flux de l’aide climatique) car le processus décisionnel des donateurs multilatéraux tels que la Banque mondiale dépend vraisemblablement d’autres paramètres que les processus de décision d’un gouvernement particulier (Michaelowa et Michaelowa 2010b). Sur cette base, nous abordons les questions suivantes :

7– Un changement en faveur d’une insistance plus marquée sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique est-il réellement intervenu dans les activités de développement ?

8– Si oui, quels sont les principaux moteurs de ce phénomène ? Le changement est-il apparu à la suite de l’application des accords internationaux sur la politique climatique et, plus généralement, d’une sensibilisation accrue à l’environnement dans les pays donateurs ? Ou résulte-t-il essentiellement de l’action de facteurs traditionnels tels que les groupes de pression industriels et les prix de l’énergie orientant certaines décisions de la politique de développement, ce qui en ferait une évolution indépendante de l’opinion publique ou de l’idéologie écologiste ? Y a-t-il une quelconque interaction avec le MDP, qui concerne des projets dans les pays en développement ?

9Dans la deuxième partie, nous présentons le cadre conceptuel de cette analyse en nous inspirant de l’idée voulant que l’importance des projets d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique puisse dépendre soit des facteurs habituels (rien de nouveau sous le soleil), soit de l’effet des accords internationaux sur les changements climatiques intervenus depuis Rio et des priorités écologistes des citoyens et des gouvernements des pays donateurs. Dans la troisième partie, nous décrivons la nouvelle base de données PLAID, notre procédure de codage pour l’aide bilatérale liée aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, et les autres variables politico-économiques à prendre en compte. La quatrième partie fournit une évaluation empirique basée sur des statistiques descriptives. Enfin, la cinquième partie réunit toutes les questions soulevées dans une analyse économétrique et la sixième présente les conclusions.

2. Vieilles habitudes ou impact politique des priorités écologiques de l’après-Rio : un cadre conceptuel

10Afin d’établir une distinction entre la « routine » et les changements dans la répartition de l’aide sectorielle liée au sommet de Rio et aux priorités environnementales post-Rio des citoyens et des gouvernements des pays donateurs, nous développons un cadre général incluant les deux aspects de la question.

11Le volet « routine » ou « vieilles habitudes » suggère que rien n’a changé du tout après 1992 ou uniquement sous l’effet des mêmes facteurs qui guidaient déjà cette évolution avant 1992. Dans le contexte de l’aide, les avantages comparés que présentent les différents secteurs constituent des déterminants typiques pour la répartition sectorielle de tout donateur. Dans le cas qui nous occupe, nous nous attendrions donc à ce que les donateurs dont le secteur des énergies renouvelables est relativement développé ou qui disposent d’un important savoir-faire en efficacité énergétique soient plus particulièrement actifs dans ces domaines, indépendamment des incidences du sommet de Rio ou des priorités environnementales correspondantes. En outre, la politique d’aide réagit en principe aux tendances économiques mondiales influençant le développement économique. Comme l’approvisionnement en énergie est estimé vital pour le développement, le prix du pétrole est un important facteur dans ce cadre. Ainsi, nous supposons que les prix constamment élevés du pétrole pendant toute la durée de la période examinée auraient dû stimuler le soutien des donateurs en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

12Le volet du changement de politique implique un impact direct ou indirect du sommet de Rio et de son accord sur la CCNUCC, suivis des négociations internationales sur l’atténuation des changements climatiques, qui ont débouché sur la signature du Protocole de Kyoto en 1997 et son entrée en vigueur en 2005. Dès 2005, le MDP a pris son essor et plus de 2000 projets ont été recensés en l’espace de cinq ans. Cela montre que des fonds privés peuvent bel et bien être mis à contribution pour des projets d’atténuation des émissions dans les pays en développement et qu’ils auraient dû tracer la voie pour des projets similaires, quoique parfois un peu moins attractifs, financés par l’aide au développement. Le cas échéant, un impact direct devrait se refléter dans une très nette différence entre les attributions de l’aide sectorielle avant et après 1992, 1997 et 2005. Un effet indirect pourrait intervenir par le biais de ces négociations et des débats consécutifs qui façonnent les priorités du public et des gouvernements des pays donateurs. Dans ce cas, nous devrions assister à des modifications de la répartition de l’aide suivant l’évolution de la composition des gouvernements donateurs ou des préférences des électeurs exprimées par exemple à travers la part des votes attribuée aux partis écologistes.

13Dans ce contexte, on présuppose que la politique environnementale est devenue un élément si important des débats politiques internationaux et nationaux qu’elle peut jouer un rôle dans les décisions des électeurs. Cette hypothèse est confirmée par d’autres études (Michaelowa et Michaelowa 2010a ; List et Sturm 2006 ; Blanke 2002). Hicks et al. parlent d’un « marché politique de l’aide environnementale dans les pays riches » et avancent que « ce marché est déterminé par les préférences des électeurs au sein de chacun des pays » (Hicks et al. 2008, 160).

14Nous pouvons résumer la discussion précédente par deux séries d’hypothèses :

15A Modèle de la « routine »

16H1 : une augmentation de l’avantage comparé d’un donateur dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique entraîne une intensification de l’aide dans les secteurs respectifs.

17H2 : une augmentation du prix du pétrole entraîne une intensification de l’aide en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

18B Modèle du changement politique

19H3 : à chaque nouvel accord international sur la politique climatique, les donateurs intensifient leur aide en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

20H4 : des priorités plus écologistes des gouvernements donateurs entraînent un surcroît d’aide en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

21H5 : des priorités plus écologistes du public dans les pays donateurs entraînent un surcroît d’aide en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

3. Les données

22Notre variable dépendante est la part des projets d’énergies renouvelables ou d’efficacité énergétique dans l’ensemble de l’aide. Nous calculons cette part en termes de nombres de projets et d’engagements financiers. Toutes les données concernant l’aide sont puisées dans la nouvelle base de données PLAID (AidData 2010), dont les descriptions de projets détaillées nous permettent de spécifier toutes les catégories pertinentes des projets. Le codage des donateurs tel qu’il est soumis au CAD est beaucoup trop général et plutôt imprécis (Roberts et al. 2008 ; Michaelowa et Michaelowa 2010a), de sorte qu’il ne peut pas être utilisé dans la présente étude.

23Notre procédure de codage est basée sur les trois étapes suivantes :

24D’abord, nous avons établi une liste complète de mots clés pertinents dans le contexte de l’atténuation des changements climatiques, tant pour les énergies renouvelables que pour l’efficacité énergétique. Ces mots clés ont été dérivés de types de projets figurant dans le MDP tels qu’ils sont présentés par le Centre Risoe du PNUE (UNEP Risoe Centre 2010). Il s’agit notamment des mots clés suivants : énergie, énergie de substitution, méthane, capture de CO2, gaz industriel, hydrofluorocarbure (HFC), oxyde nitreux (N2O), perfluorocarbure (PFC), hexafluorure de soufre (SF6), forestation, reforestation, foresterie, transport, renouvelable, biomasse, géothermique, hydro, solaire, photovoltaïque, éolien, puissance, décharge, compostage, déchets, foyer, charbon, rétrofit, assainissement, cogénération, électricité, chaudière, chauffage, brûlage, vapeur, efficience, fumier, biogaz. La recherche de ces mots clés a fourni une liste de plus de 30 000 projets potentiellement liés à l’atténuation des changements climatiques.

25Ensuite, nous avons évalué la pertinence effective de ces projets par le biais d’un examen individuel. Ce processus nous a conduits à supprimer la grande majorité des projets présélectionnés, car les mots clés n’y apparaissaient que dans un contexte sans lien avec les activités d’atténuation.

  • 2  Pour plus de détails sur notre procédure de codage, voir Michaelowa et Michaelowa (2010a), annexe  (...)

26Enfin, nous avons revérifié les disparités entre notre codage et celui, plus général, des donateurs des projets liés à l’atténuation des changements climatiques, disponible depuis 1995, afin de nous assurer qu’aucun projet n’avait été omis de notre codage en échappant au premier processus de recherche mécanique. Nous avons ainsi réexaminé un total de 8854 projets qui n’apparaissaient pas dans notre première liste de projets liés aux changements climatiques. Nos codes d’atténuation ont alors été adaptés pour tenir compte de ces nouveaux constats2.

27Les variables explicatives sont tirées de différentes sources. Les prix du pétrole proviennent de l’Energy Information Administration (2010a). L’avantage comparé d’un donateur dans le domaine des énergies renouvelables est déduit d’une série de sources concernant l’énergie éolienne, hydraulique, géothermique et photovoltaïque (annexe 1). Les priorités écologistes du grand public dans les pays donateurs sont mesurées en fonction du pourcentage de députés écologistes dans les parlements nationaux (Armingeon et al. 2008). Enfin, les priorités environnementales des gouvernements donateurs sont chiffrées à l’aide de l’indice de composition de cabinet développé par Schmidt (1992) et mis à jour par Armingeon et al. (2008). L’indice comporte des valeurs de 1 (hégémonie des parties de droite et du centre) à 5 (hégémonie des partis sociaux-démocrates et autres partis de gauche). Les priorités écologistes ne sont qu’imparfaitement reflétées par la dimension gauche-droite (Knill, Debus et Heichel 2010, 304) ; un indicateur idéal traduirait plus précisément les positions des partis, comme par exemple celui basé sur l’évaluation des manifestes des partis proposé par Cusack et Engelhardt (2002), mais les données en question n’étaient pas disponibles pour toute la période considérée, de sorte que nous avons opté pour l’indice d’Armingeon et al. (2008).

28Afin de refléter les changements de politique en réaction aux accords internationaux, nous créons des variables dichotomiques pour les périodes débutant en 1992 (après Rio), en 1997 (après Kyoto) et en 2005 (après la ratification du Protocole de Kyoto).

29Avant d’observer l’ensemble de ces variables réunies dans une régression multivariable, nous allons maintenant considérer l’évolution de l’aide en faveur de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables au cours du temps afin de voir si certaines corrélations apparaissent directement.

4. Energies renouvelables et efficacité énergétique dans la base de données PLAID depuis 1970 : un aperçu

  • 3  Il n’est pas pertinent ici de considérer des nombres absolus car tant les nombres de projets que l (...)

30En observant l’ensemble des projets d’atténuation, nous couvrons l’évolution globale de l’aide en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Le graphique 1.1 montre les parts des projets d’atténuation dans l’ensemble des projets et le graphique 1.2 en indique les parts en termes d’engagements3. Nous avons ajouté une autre série temporelle pour l’évolution des prix du pétrole dans le graphique 2. La comparaison des graphiques 1.1 et 1.2 indique clairement que les contributions aux projets d’atténuation des changements climatiques forment une crête coïncidant avec le deuxième choc pétrolier de 1979-1985. Il semble plausible que les projets liés aux énergies renouvelables, visant à réduire la facture d’importation de pétrole des pays en développement, aient été plus en vogue à cette époque. Après la chute des prix du pétrole en 1986, l’afflux des projets est resté stable jusque dans les années 1990 avant de fléchir, avec un temps de retard, après la baisse des prix du pétrole de la fin des années 1990.

31Par contre, on ne constate aucun impact visible des décisions de politique climatique prises dans les années 1990 telles que la signature de la CCNUCC en 1992, son entrée en vigueur en 1994 et la signature du Protocole de Kyoto en 1997. Même après l’entrée en vigueur de ce dernier en 2005 et les débats sur l’augmentation massive des flux financiers vers les pays en développement dans la fièvre qui a précédé la conférence de Copenhague à fin 2009, les parts des projets d’atténuation n’ont pas connu de hausse significative au-dessus du niveau des années 1990.

32En termes d’engagements, la variabilité interannuelle est fortement élargie par le déroulement irrégulier des grands projets (graphique 1.2). Néanmoins, on peut distinguer deux crêtes, l’une pendant le deuxième choc pétrolier et l’autre au milieu des années 1990 (qui pourrait être liée au sommet de Rio et à l’entrée en vigueur de la CCNUCC). Toutefois, de même que pour les nombres de projets, on ne constate aucune augmentation durable de l’aide liée à l’atténuation, un fait qui étaie plutôt la thèse de la « routine ». Dans l’ensemble, les projets d’atténuation sont à peu près trois fois plus grands que la moyenne des projets d’aide au développement.

33En vue d’observer les changements intervenus de manière plus détaillée, nous allons procéder à une évaluation plus fine des projets selon différentes catégories. Et, afin d’éviter l’effet dominant de grands projets isolés dans notre présentation graphique, nous nous concentrerons sur les parts des projets. Nous nous attendons également à ce que les agences d’aide au développement se fixent sur des activités à leur portée plutôt que de chercher à optimiser les dépenses globales liées à la politique climatique. Si cela se confirme, il devrait être plus facile d’interpréter les parts des projets eux-mêmes que les parts du total des engagements.

4.1. Energies renouvelables

34Nous commençons par aborder les énergies hydraulique et géothermique, des technologies arrivées à maturité depuis longtemps. Ensuite, nous passons à des technologies plus récentes, dont un grand nombre ont été développées dans les pays industrialisés initialement en réaction aux deux chocs pétroliers des années 1970 et 1980. D’une manière générale, plus les technologies avancent en maturité, plus les parts des investissements du secteur privé sont importantes, jusqu’au point où l’aide au développement ne couvre que des projets dans les pays dont le climat d’investissement est extrêmement défavorable ou qui manquent d’expérience dans l’application des technologies en question. Le MDP a accéléré cette évolution par le biais des revenus de la vente des crédits d’émissions.

Graphique 1 – Evolution globale de l’aide liée à l’atténuation des changements climatiques

Graphique 1.1 – Parts des projets d’atténuation dans l’ensemble des projets d’aide

Graphique 1.2 – Parts des projets d’atténuation dans l’ensemble des engagements

Source : AidData (2010), codage des auteurs.

35

Graphique 2 – Evolution des prix du pétrole (en USD constants de 2005)a

Graphique 2 – Evolution des prix du pétrole (en USD constants de 2005)a

a Pour les détails, consulter l’annexe 1.

Source : Energy Information Administration (2010a).

36Il semble que le deuxième choc pétrolier ait bel et bien engendré une ruée vers les énergies renouvelables dans l’aide au développement, illustrée par la Conférence des Nations unies sur les sources d’énergies nouvelles et renouvelables tenue à Nairobi en 1981. La conférence proposait un programme de 5 milliards USD uniquement pour des études de faisabilité, des recherches et autres activités de préinvestissement dans le domaine des énergies renouvelables non hydrauliques. Le projet n’a jamais été concrétisé en raison de la baisse des prix du pétrole qui a débuté en 1986. A la fin des années 1980, les donateurs étaient souvent désabusés et de nombreux bénéficiaires de l’aide en étaient arrivés à considérer les énergies renouvelables comme des technologies de deuxième ordre, que les pays industrialisés n’étaient pas disposés à adopter (Kozloff et Shobowale 1994). Cependant, depuis les années 1990, de nouvelles énergies renouvelables ont connu un essor important et qui doit peut-être beaucoup à la politique climatique. En outre, le troisième choc pétrolier de la moitié des années 2000 semble avoir joué un rôle notable.

37L’énergie hydraulique est exploitée commercialement depuis plus de cent ans et domine la production d’électricité dans de nombreux pays. Dans les années 1950 et 1960, les grands barrages étaient considérés comme une panacée pour mettre à disposition l’énergie qui allait automatiquement conduire au développement industriel. Mais ces espoirs ont souvent été déçus. L’un des plus fameux exemples est l’énorme barrage d’Akosombo sur la Volta, au Ghana, avec son complexe comprenant une centrale hydroélectrique et une fonderie d’aluminium. Une étude de la Darden Graduate School of Business Administration (1999) décrit très bien comment le Ghana a souffert de ce projet à de nombreux égards. Les deux tiers de l’électricité ont été vendus à la fonderie d’aluminium au prix dérisoire de 0.0026 USD par kWh pour une durée de cinquante ans, en dépit de la recommandation de la Banque mondiale de fixer le tarif à 0.0045 USD par kWh (Faber 1990). Le Ghana a financé 40 % des coûts du barrage et des hauts-fourneaux, soit 250 millions USD, directement avec le budget d’exploitation, et 40 % ont été couverts par des emprunts de diverses origines. En raison de la forte variabilité hydrologique, il n’a pas été possible de fournir un approvisionnement stable en courant pour le développement industriel local et l’économie ghanéenne n’a pas décollé.

38Il semble toutefois que les résultats mitigés de l’énergie hydraulique n’aient pas découragé les donateurs de soutenir de tels projets pendant le deuxième choc pétrolier, en les considérant comme la seule alternative mature aux sources d’énergie fossile pour la production d’électricité à grande échelle (graphique 3.1). Depuis la fin des années 1980, des projets hydroélectriques ont été critiqués par des organisations non gouvernementales (ONG) en raison de leurs conséquences néfastes pour la population locale et de l’absence de compensation appropriée ; la résistance s’est surtout concentrée sur des projets de barrages en Chine (Trois-Gorges), en Inde (Narmada) et au Brésil (barrages sur l’Amazone comme le Tucurui). De plus, les écologistes commencèrent à s’inquiéter des émissions de méthane produites par la décomposition de la biomasse dans les lacs artificiels (Fearnside 2002). Une raison souvent ignorée et pourtant centrale du déclin des projets hydroélectriques réside dans le fait que les coûts des centrales à combustibles fossiles ont baissé depuis les années 1980 (IEA et NEA 2005) alors que ceux des centrales hydroélectriques tendaient à augmenter. Après les recommandations de la Commission mondiale sur les barrages (World Commission on Dams 2000), qui est parvenue à réduire les conflits entre les constructeurs de barrages et les populations locales grâce à la participation précoce des parties prenantes potentiellement touchées, à des mécanismes de partage détaillés et à l’attribution de fonds permettant d’instaurer un système de monitorage et d’évaluation surveillant la performance, la sécurité et les incidences des projets, on a assisté à une stabilisation du flux de projets, mais à un très bas niveau.

39L’énergie géothermique est exploitée depuis plus d’un siècle en Italie et depuis la Seconde Guerre mondiale en Nouvelle-Zélande et aux Etats-Unis. Elle nécessite une source de chaleur volcanique de sorte que ses applications dans les pays en développement ont été concentrées en Asie du Sud-Est. Les chocs pétroliers des années 1970 et 1980 lui ont valu un important regain d’intérêt, car la technologie pouvait être mise en œuvre immédiatement à large échelle (graphique 3.2) ; elle s’est ainsi taillé la part du lion (56 %) des fonds destinés aux énergies renouvelables sans les grands projets hydrauliques entre 1979 et 1991 (Kozloff et Shobowale 1994, 18). Mais l’énergie géothermique a perdu sa compétitivité avec la chute des prix du pétrole et du charbon. Après les années 1990, la fin du gouvernement Suharto, qui avait activement encouragé le développement de la géothermie en Indonésie malgré ses coûts importants (Waldman et Solomon 1998), a débouché sur un quasi-gel du flux de projets.

Graphique 3 – Energies renouvelables traditionnelles

Graphique 3.1 – Parts des projets hydroélectriques dans l’ensemble des projets d’aide

Graphique 3.2 – Parts des projets géothermiques dans l’ensemble des projets d’aide

Source : AidData (2010), codage des auteurs.

40L’énergie solaire est une forme d’énergie décentralisée qui se prête bien au développement de régions rurales reculées, si l’entretien peut être assuré. Comme l’indique immédiatement le graphique 4.1, elle a aussi bénéficié de l’essor général des énergies alternatives pendant le deuxième choc pétrolier, mais a également souffert de coûts élevés et de performances médiocres, jusqu’à dépérir après 1986. Des améliorations technologiques ainsi qu’une baisse des coûts ont permis sa réémergence à partir du milieu des années 1990. Après la conférence de Rio en 1992, elle a retrouvé un élan remarquable, qui s’est épuisé à la fin des années 1990.

41Le développement de l’énergie éolienne pour de petites applications a démarré dans les années 1980 (graphique 4.2). A l’époque, cette énergie était considérée comme un élément de la politique de développement rural et ne dépendait pas vraiment du prix du pétrole, de sorte qu’elle est restée à un niveau élevé jusqu’en 1990. Lorsque les travaux de développement de la technologie éolienne menés au Danemark et en Allemagne ont permis la mise au point de turbines éoliennes grandes et solides pour la production d’électricité, le secteur a connu une deuxième intensification des projets de développement à partir du milieu des années 1990 et il a alors presque rejoint le niveau des projets solaires. Depuis lors, le flux de projets a diminué, l’énergie éolienne étant devenue un vaste secteur commercial à part entière, qui bénéficie du produit de la vente des crédits d’émissions sous l’égide du MDP. Seuls les projets totalement inédits dans des pays sans aucune expérience de l’énergie éolienne sont encore financés par l’aide au développement.

Graphique 4 – Energies solaire et éolienne

Graphique 4.1 – Parts des projets solaires dans l’ensemble des projets d’aide,

Graphique 4.2 – Parts des projets éoliens dans l’ensemble des projets d’aide

Source : AidData (2010), codage des auteurs.

42L’énergie de la biomasse a accompagné l’essor général des énergies renouvelables pendant le deuxième choc pétrolier, mais elle a perdu son attrait en 1986, après la chute des prix du pétrole (graphique 5.1). Pendant les années 1990, les succès de la cogénération bagasse au Brésil (Coelho et Bolognini 1999) ont inspiré de nouvelles tentatives de promotion des centrales utilisant la combustion de résidus agricoles. D’autre part, la technologie était alors pleinement maîtrisée et pouvait garantir certaines performances (Purohit et Michaelowa 2007). Le ralentissement intervenu durant la première moitié des années 2000 ne peut pas être attribué à un événement spécifique. Peut-être que la disponibilité de la source de financement alternative qu’est le MDP a incité les donateurs à cesser de soutenir une technologie dès lors considérée comme exploitable commercialement avec les revenus du MDP. Historiquement, le nombre global de projets biomasse a évolué au-dessous du niveau des autres types d’énergie renouvelable, mais il est maintenant à égalité avec celui des projets éoliens.

43La technologie modulaire des centrales biogaz présente de grands avantages pour le développement rural. Le regain d’intérêt pour les sources d’énergie alternatives apparu dans le contexte du deuxième choc pétrolier des années 1980 a suscité des activités initiales, mais les performances n’ont souvent pas été au rendez-vous et les nombres de projets ont bientôt chuté (graphique 5.2). Une progression jusqu’aux niveaux des années 1980 n’a pu être observée que très récemment. Les nombres de projets biogaz sont plusieurs fois plus faibles que ceux des autres technologies d’énergie renouvelable.

Graphique 5 – Biomasse et biogaz

Graphique 5.1 – Parts des projets biomasse dans l’ensemble des projets d’aide

Graphique 5.2 – Parts des projets biogaz dans l’ensemble des projets d’aide

Source : AidData (2010), codage des auteurs.

44D’autres projets d’énergies renouvelables sont plus récents encore. Les projets basés sur les gaz de décharge se concentrent sur les pays avancés, dont le niveau de développement est suffisant pour assurer la mise en œuvre d’une stratégie coordonnée de gestion des déchets ; les décharges doivent être protégées et il faut assurer la livraison de déchets organiques. Comme leur apport énergétique est relativement limité mais qu’elles présentent des avantages importants en termes de GES en raison du potentiel élevé de réchauffement du méthane, les décharges n’ont été découvertes que depuis le Protocole de Kyoto. Quand il est devenu évident, après 2005, que le MDP pourrait générer des revenus suffisants pour rentabiliser des projets de décharge, l’intérêt des donateurs a diminué. Un grand nombre des projets ne produisent pas d’énergie et se bornent à brûler le méthane. Les nombres de projets sont comparables à ceux du biogaz (graphique 6.1).

45Enfin, il y a aussi des projets intersectoriels qui traitent des énergies renouvelables en général, tels que l’appui pour développer des incitations à investir dans les énergies renouvelables, l’évaluation des ressources et les multitechnologies. Ils ont connu un premier essor marquant pendant le deuxième choc pétrolier, alors que les énergies alternatives étaient considérées comme la solution (graphique 6.2). Mais les grands espoirs des débuts ont été déçus par des problèmes de performance. Malgré cela, les projets ont continué d’arriver, quoique à un rythme plus modeste. Une croissance significative n’est visible qu’après la signature du Protocole de Kyoto. Le troisième choc pétrolier semble avoir déclenché un nouveau regain d’activités, avec une augmentation deux fois plus marquée que celle de la principale catégorie d’une technologie spécifique.

Graphique 6 – Autres énergies renouvelables et projets combinés

Graphique 6.1 – Parts des projets de gaz de décharge dans l’ensemble des projets d’aide

Graphique 6.2 – Parts des projets combinés dans l’ensemble des projets d’aide

Source : AidData (2010), codage des auteurs.

4.2 Efficacité énergétique

46Il n’est pas facile d’obtenir une vue d’ensemble complète des projets d’efficacité énergétique car ils peuvent revêtir différentes formes. Nous nous concentrons ici sur les technologies essentielles, telles que l’assainissement des centrales énergétiques, la cogénération et l’efficacité des foyers.

47Dans la production et l’industrie énergétiques, l’amélioration de l’efficacité exige une expertise spécifique en ingénierie qui n’est en principe pas disponible dans les agences d’aide au développement. Généralement, ces mesures sont très peu coûteuses, mais rencontrent de nombreuses barrières commerciales et politiques de même que des intérêts discordants ; un projet commercialement attractif et qui profiterait au locataire peut être écarté parce que le propriétaire devrait en supporter les frais d’investissement. Au milieu des années 1990, les grands projets d’efficacité énergétique étaient bien accueillis en raison de la fin de la Guerre froide et des activités d’adaptation du marché en cours dans de nombreux anciens pays socialistes (graphique 7.1). Toutefois, le creux du début des années 2000 est difficile à expliquer. Peut-être les donateurs pensaient-ils que la montée des prix du pétrole allait engendrer des améliorations de l’efficacité sans nécessiter l’implication de donateurs. Les volumes de projets ont atteint un niveau comparable à celui des principales catégories d’énergies renouvelables.

48Contrairement aux projets de cogénération, les améliorations de l’efficacité des foyers peuvent aisément être intégrées dans les stratégies de développement rural de pays très pauvres, notamment en Afrique subsaharienne. Ces projets étaient très en vogue dans les années 1980 (Hyman 1987), avant que les problèmes de performance des nombreux modèles de foyer concurrents ne provoquent un « lendemain d’hier » (graphique 7.3). Après le succès du foyer kenyan « Jiko », dont plus de 2 millions d’exemplaires ont été vendus par des entrepreneurs privés pendant les années 1990 (Theuri 2005), les projets de foyer ont connu une nouvelle reprise à partir de 1999, surtout grâce à leur contribution substantielle et bon marché à la réduction des émissions de CO2. Mais ils n’ont pas retrouvé leur meilleur niveau d’antan, probablement en raison de l’intensification des activités d’ONG concurrentes et de la tendance à les gérer sur une base privée (Bailis et al. 2009). Les nombres de projets ont atteint moins de la moitié de la moyenne des technologies d’énergies renouvelables, à l’exception de la « période dorée » du milieu des années 1980, ce qui est vraisemblablement dû aux problèmes d’organisation plus complexes que ceux des autres projets d’énergies renouvelables.

4.3. Quelques conclusions liminaires

49La discussion détaillée sur les différents types de projets montre qu’ils n’ont pas tous évolué de la même manière. Les dissemblances sont en rapport avec le développement technologique et la mesure dans laquelle certaines technologies ont été considérées comme des substituts rentables aux autres sources d’énergie. Parallèlement, nous observons des tendances apparemment liées à certaines modes, voire au succès de campagnes de marketing spécifiques. Dans l’ensemble, le prix du pétrole semble jouer un rôle dominant et provoque des crêtes bien marquées des parts des projets au début des années 1980 pour pratiquement tous les projets d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique, à l’exception de ceux qui n’étaient simplement pas encore connus à l’époque. Ces résultats confirment clairement l’hypothèse de la « routine ». En même temps, seuls quelques types de projets tels que les gaz de décharge et, dans une moindre mesure, la biomasse et le solaire présentent des tendances qui coïncident avec des événements clés de la politique climatique tels que les conférences de Rio et Kyoto.

50Dans la partie suivante, nous allons voir si cette évolution politique mondiale, dans son ensemble, exerce un impact significatif. En outre, nous déterminerons si nous pouvons observer un quelconque effet des développements politiques au niveau national dans les pays donateurs. En ce qui concerne le modèle de la « routine », nous allons examiner plus systématiquement non seulement l’importance du prix du pétrole, mais aussi la pertinence des avantages comparés des donateurs.

Graphique 7 – Efficacité énergétique

Graphique 7.1 – Parts des projets d’efficacité énergétique dans l’ensemble des projets d’aide

Graphique 7.2 – Parts des projets de cogénération dans l’ensemble des projets d’aide

Graphique 7.3 – Parts des projets de foyers améliorés dans l’ensemble des projets d’aide

Source : AidData (2010), codage des auteurs.

5. Les paramètres qui comptent vraiment : résultats de l’analyse économétrique

51L’analyse régressive dont les détails sont décrits dans l’annexe 1 est effectuée pour tous les projets d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique (c’est-à-dire la totalité des projets d’atténuation) dans leur ensemble, car les sous-secteurs examinés plus haut peuvent en partie se substituer les uns aux autres lorsque les gouvernements adaptent leur budget d’aide à leur nouvelle politique ou aux variations de déterminants classiques tels que le prix du pétrole.

52Les résultats de toutes les régressions liées aux nombres de projets confirment clairement l’importance du prix du pétrole. Ainsi, l’examen des résultats des régressions 2 et 3 (annexe 1) indique qu’une hausse de 10 USD du prix du pétrole entraîne une progression de 7 % de la probabilité d’aide à l’atténuation et une augmentation de 0,15 point de pourcentage de la part des projets d’atténuation. Cet écart est substantiel compte tenu du fait que la part moyenne des projets n’est que de 1 %. Comme on pouvait s’y attendre après l’analyse visuelle des graphiques 1.2 et 2 de la partie 4,aucun effet de ce type n’apparaît pour les engagements liés à l’atténuation.

53L’image est moins nette en ce qui concerne les autres variables « routinières ». Les indicateurs de l’avantage comparé des donateurs dans les différents secteurs des énergies renouvelables tendent à exercer l’effet positif escompté sur la décision de fournir une aide à l’atténuation, mais ils sont moins clairement significatifs dans les équations d’attribution de l’aide. C’est tout particulièrement le cas pour l’énergie hydraulique, où l’expérience du pays donateur dans ce secteur technologique semble influer fortement sur sa décision de fournir une aide en la matière, mais sans modifier les décisions portant sur le nombre de projets ou le volume de l’engagement financier. Dans la régression d’attribution des projets, seules les capacités en énergie éolienne sont significatives. Dans la régression des parts de l’engagement, seule la production d’énergie solaire des donateurs s’avère significative.

54En nous penchant sur les variables des hypothèses du changement politique, nous observons un effet positif de la conférence de Rio sur la décision de fournir une aide à l’atténuation. L’effet est très marqué et indique qu’à partir de 1992 la probabilité que les donateurs attribuent au moins une partie de l’aide à l’atténuation a augmenté de 35 points de pourcentage (régression 3). La conférence de Rio se traduit aussi par des nombres de projets plus importants, mais cet effet n’atteint pas le seuil de significativité de 5 % (valeur p de 9 %).

55Toutefois, la tendance s’inverse après la conférence de Kyoto en 1997 et la ratification du Protocole de Kyoto en 2005. Nous obtenons des coefficients négatifs dans presque toutes les régressions et les coefficients négatifs de la variable dichotomique de l’après-Kyoto sont significatifs tant dans les équations d’attribution associées aux nombres de projets que dans celles mesurant les engagements. En fait, la dichotomique de l’après-Kyoto est l’une des deux seules variables significatives de la régression des engagements. Mais il y a plus étonnant encore : les coefficients négatifs sont si élevés (en termes absolus) qu’ils surcompensent l’effet positif de la dichotomique de Rio. Il semble que les donateurs ont effectivement tenté d’intégrer l’atténuation des changements climatiques dans l’aide pendant la préparation de la conférence de Kyoto et qu’ils ont estimé que suffisamment de temps et d’effort avaient été consacrés à cette question une fois la conférence achevée. Les tendances politiques mondiales semblent donc bel et bien jouer un rôle, mais pas toujours celui auquel on s’attendrait.

56Les tendances politiques nationales des donateurs en matière de priorités écologistes ne montrent pas non plus l’effet escompté de manière uniforme. La proportion de parlementaires écologistes n’est positivement significative que dans l’équation de sélection, alors qu’elle est même négativement significative dans l’équation d’attribution. En moyenne, les parlements plus écologistes semblent donc liés à une probabilité plus élevée d’activité dans le domaine de l’aide liée aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, mais sans pour autant faire augmenter la part correspondante des projets ou des engagements. Ce résultat contraste avec les comptes rendus sur l’aide climatique dans ce domaine, dont il a été montré qu’ils sont significativement et positivement liés aux priorités électorales écologistes (Michaelowa et Michaelowa 2010a). La présence d’un gouvernement de gauche ou de droite ne semble pas non plus exercer d’effet.

57L’un dans l’autre, l’examen des parts des projets fournit de solides arguments en faveur du modèle de la « routine » dominé par la variable des prix du pétrole. Nous trouvons aussi des éléments de preuve en faveur du modèle du changement politique, mais il apparaît clairement que celui-ci ne fonctionne dans le sens escompté que pour l’impact de la conférence de Rio et qu’il s’inverse même ensuite. Les variables politiques locales ne montrent aucun effet clair.

58Comme prévu, la puissance explicative de la régression des engagements est beaucoup plus faible, mais même ici nous retrouvons l’effet significativement négatif de la conférence de Kyoto. C’est fascinant dans la mesure où cela confirme que les responsables politiques réagissent effectivement aux tendances mondiales, mais que les grandes conférences peuvent marquer la fin des efforts qu’elles soutiennent plutôt que leur début. Après la conférence, d’autres thèmes retiennent l’attention des responsables politiques et les promesses faites à la conférence sont vite oubliées. Cet effet est également visible dans le grand nombre de nouveaux mécanismes de financement, dont seuls quelques-uns sont dotés de fonds suffisants.

59Il faut toutefois relever que le tableau d’ensemble brossé ici peut dissimuler des différences substantielles entre les donateurs. En effet, nous observons des effets fixes sans considérer les interactions intervenant au sein des variables explicatives ou les régressions individuelles pour chacun des donateurs (ce qui serait de peu d’utilité vu le nombre relativement faible des observations par pays). Notre analyse ne montre donc que les effets en moyenne.

60Un groupe de pays importants ont en fait réduit les projets d’aide liés aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique au cours du temps. On peut classer ces pays en deux groupes. Le premier se compose des pays qui ont été très actifs pendant le deuxième choc pétrolier (et parfois aussi pendant les années 1990), mais où un événement tel que l’arrivée d’un gouvernement hostile à la politique climatique a entraîné un tarissement du flux d’aide liée au climat. Tant les Etats-Unis que l’Australie (opposés au Protocole de Kyoto) présentent ces caractéristiques, de même que le Canada (dont le gouvernement élu au début de 2006 envisage au fond de ne pas se conformer aux engagements du Protocole de Kyoto) et l’Italie (où le gouvernement Berlusconi a maintes fois exprimé des doutes sur la pertinence des changements climatiques).

61L’évolution temporelle varie largement selon les pays, mais dans les quatre cas on trouve un grand nombre de projets d’aide pendant le deuxième choc pétrolier puis un déclin à la fin des années 1980. En Australie et aux Etats-Unis, une brève reprise est apparue pendant les années 1990 ; elle est absente en Italie. Au Canada, la tendance à la baisse s’est interrompue entre 2000 et 2005 et a repris après l’entrée en fonction du gouvernement conservateur. Il est évident que le refus de respecter le Protocole de Kyoto a joué un rôle majeur dans le déclin constaté en Australie, au Canada et aux Etats-Unis.

62Un deuxième groupe de pays qui ont diminué leur aide à l’atténuation (France, Japon, Suisse et Royaume-Uni) ont constamment soutenu la politique climatique internationale. Le Royaume-Uni a même prétendu être un pionnier dans ce domaine. Apparemment, ces gouvernements n’étaient pas disposés à maintenir la part relativement élevée de projets liés à l’énergie mis en œuvre pendant le deuxième choc pétrolier. L’évolution au cours du temps diffère selon les pays. On observe un pic secondaire en France à la fin des années 1980, au Japon pendant les préparatifs de la conférence de Kyoto, en Suisse juste après la conférence de Rio et au Royaume-Uni au début des années 1990.

63Nous pouvons identifier quelques pays traditionnellement actifs en matière de politique de développement, dont les gouvernements se considèrent eux-mêmes comme des pionniers de la politique climatique et où l’activité a bel et bien augmenté non seulement pendant le deuxième choc pétrolier, mais aussi, du moins dans une certaine mesure, à l’époque à laquelle la politique climatique devenait applicable. Ainsi, l’Allemagne présente une très forte crête au milieu des années 1990, probablement sous l’influence de la 1re Conférence des parties de la CCNUCC, qui s’est tenue à Berlin en 1995, puis des pics mineurs pendant le deuxième choc pétrolier et à la fin des années 2000. Les Pays-Bas affichent un pic post-Kyoto et un autre pic pendant le deuxième choc pétrolier. La Norvège montre un pic à la fin des années 1980 qui coïncide avec une période de très grande activité de sa part dans les négociations internationales sur la politique climatique. Bien qu’elle soit également perçue comme l’un des grands défenseurs de l’atténuation des changements climatiques, la Suède présente une plus forte crête pendant le deuxième choc pétrolier qu’à la fin des années 1990 et le pays est sur le point de devenir membre d’un autre groupe de pays caractérisés par un déclin prolongé de l’aide à l’atténuation.

64Enfin, certains pays ne montrent aucun ou que très peu de projets liés aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique avant la fin des années 1980, mais font preuve ensuite d’une activité constante. Il s’agit de pays qui cultivent une longue tradition de coopération au développement (Danemark et Finlande) mais aussi de relatifs nouveaux venus (Autriche et Espagne). Dans ces cas, il est probable que les activités d’aide à l’atténuation aient été déclenchées par l’essor de la politique climatique. Des illustrations graphiques de l’évolution de ces pays sont fournies dans l’annexe 2 (graphiques A.1 à A.4).

6. Conclusion

65Contrairement aux idées reçues et aux attentes de la littérature scientifique, l’avènement de la politique climatique internationale dans les années 1990 n’a pas stimulé les projets d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique dans le cadre de la coopération bilatérale au développement, laquelle représente la majeure partie de l’aide. Dans l’ensemble, la part des projets d’atténuation dans le total des projets d’aide bilatérale au développement a accusé un recul sensible depuis la crête du deuxième choc pétrolier en 1981 et a atteint un niveau plancher en 2005 pour ne retrouver qu’en 2008 la moyenne des années 1990. Le sommet de Rio s’est accompagné d’une croissance marquée de l’aide liée à ces projets. Mais la conférence de Kyoto en 1997, l’accord portant sur le Protocole de Kyoto et la ratification de ce dernier en 2005 n’ont pas renforcé, mais plutôt inversé cette tendance.

66La part des engagements financiers destinés à l’atténuation présente deux pics : l’un pendant le deuxième choc pétrolier et l’autre entre le milieu et la fin des années 1990. Encore une fois, Kyoto semble avoir plutôt eu pour effet de réduire, et non d’intensifier, l’aide liée aux changements climatiques. C’est là l’une des quelques variables montrant un effet significatif sur la part des engagements.

67Un examen par technologie révèle un fort déclin des projets d’énergies renouvelables « traditionnelles » telles que l’hydroélectricité et la géothermie depuis leur sommet du début des années 1980. Les « nouvelles » énergies renouvelables telles que le solaire, l’éolien et la biomasse présentent un double pic, au début des années 1980 et à la fin des années 1990. Seuls les projets combinant plusieurs technologies d’énergies renouvelables ont pu dépasser, au milieu des années 2000, le pic du début des années 1980. Les projets d’efficacité énergétique ont sensiblement progressé jusqu’au milieu des années 1990, mais ont traversé une période creuse au milieu des années 2000. Le déclin des technologies matures est peut-être dû à l’émergence du MDP et au produit de la vente des crédits d’émissions, qui ont attiré des investissements du secteur privé, réduisant ainsi le besoin de projets financés par l’aide au développement.

68Les pays donateurs présentent des évolutions distinctes. Outre les pays opposés à la politique climatique tels que les Etats-Unis, l’Australie, le Canada et l’Italie, d’autres pays tels que la France, le Japon, la Suisse et le Royaume-Uni affichent un engagement décroissant dans ce secteur. Dans des pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas, la Norvège et la Suède, l’aide liée à l’atténuation ne suit aucune tendance claire, mais montre des pics liés tant aux chocs pétroliers qu’à l’évolution des négociations internationales. Enfin, un groupe de pays ont soutenu l’aide liée à l’atténuation au titre de question majeure dès l’émergence de la politique climatique, à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Il s’agit de l’Autriche, du Danemark, de la Finlande et de l’Espagne. Ces cas sont les seuls dans lesquels il est évident qu’une aide au développement réellement « nouvelle » a été fournie pour l’atténuation des changements climatiques.

69Tout bien considéré, les craintes que l’aide au développement ait pu être détournée de ses priorités centrales par une nouvelle campagne politique en faveur de l’atténuation des changements climatiques ne paraissent pas justifiées. Au contraire, il semble que les donateurs aient délibérément donné l’impression qu’ils avaient accru l’aide destinée à l’atténuation climatique. Le modèle du changement politique se vérifie dans la mesure où les conférences internationales semblent bien avoir constitué des tournants pour l’attribution de l’aide par les donateurs – mais pas toujours dans la direction escomptée. En même temps, il ne serait que partiellement correct d’attribuer à la seule « routine » l’aide existante destinée aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique. Cependant, la variable la plus solide permettant d’expliquer les variations intervenues au cours du temps dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique est le prix du pétrole, indépendamment de toute modification des priorités écologiques mondiales ou nationales. A l’avenir, les discours concernant l’augmentation de l’aide destinée à des objectifs politiquement à la mode devraient toujours être traités avec circonspection. Il pourrait être indiqué d’exiger le calcul de l’attribution de l’aide affectée au nouvel objectif non seulement pour l’année budgétaire en cours, mais aussi pour le passé.

Annexes

Annexe 1 – Détails de l’analyse économétrique et description des variables

70Comme il ne peut exister de parts de projets négatives, les données sont censurées à zéro. L’une des possibilités de traiter ce type de données dans une analyse économétrique consiste à utiliser un modèle Tobit. Les résultats de cette estimation sont présentés dans la première colonne du tableau A.1. Mais le modèle Tobit pose des problèmes lorsque la décision de principe sur les activités d’aide dans le domaine de l’atténuation (« équation de sélection ») n’est pas déterminée par les mêmes éléments que la décision conduisant aux nombres de projets ou au volume effectif de l’aide, étant donné que l’aide à l’atténuation est non nulle (« équation d’attribution »). Pour constater si de tels problèmes pourraient intervenir, nous présentons également les équations de sélection et d’attribution séparément (d’une part les colonnes 2 et 3 et de l’autre les colonnes 4 et 5). L’analyse montre que pour certaines variables, les coefficients affichent des signes opposés (comparer par exemple les coefficients de la régression 3 et de la régression 5 pour la production d’énergie solaire). C’est pourquoi nous préférons les estimations séparées.

Tableau A.1 – Déterminants de l’aide à l’atténuation

Tableau A.1 – Déterminants de l’aide à l’atténuation





a
b

71De plus, un test Hausman indique nettement la nécessité d’utiliser des effets fixes pour éviter des distorsions. Cet aspect aussi parle en faveur d’une estimation séparée des équations de sélection et d’attribution, car le modèle Tobit est basé sur des effets aléatoires.

72Malheureusement, l’estimation de l’équation de sélection séparément à l’aide d’un modèle Logit à effets fixes ne va pas non plus sans difficultés. D’abord, nous pourrions rencontrer un problème de paramètre incident. Contourner ce problème en recourant à un Logit conditionnel nous ferait perdre une quantité considérable d’observations car les nombres de projets passant de zéro à un nombre positif de projets d’atténuation sur un an ne sont pas vraiment fréquents. Cependant, comme notre série temporelle est relativement longue (elle couvre près de quarante ans), l’incompatibilité potentielle impliquée par un modèle Logit à effets fixes standard devrait être plutôt limitée.

73Ensuite, et ici la difficulté s’aggrave, il y a le fait que le modèle Logit standard explique trop bien nos résultats. Sur 780 observations donateur/an, il détermine complètement un échec et 68 succès. Cela génère une certaine instabilité dans l’estimation et empêche de calculer les effets marginaux à la moyenne des variables explicatives.

74Afin de nous assurer que nos résultats sont pertinents, nous effectuons une simple régression en moindres carrés à effets fixes pour l’équation de sélection. Ce modèle de probabilité linéaire figure dans la régression 3. Enfin, nous présentons deux différentes équations d’attribution limitant l’échantillon aux observations dont les valeurs d’aide d’atténuation sont non nulles. La première (régression 4) utilise notre principale variable dépendante, à savoir la part des projets liés à l’atténuation dans l’ensemble de l’aide. La seconde (régression 5) utilise la part des engagements au lieu de celle des projets d’aide. Sur la base de notre discussion dans la partie 4 suggérant que les donateurs réagissent plutôt par de nouveaux projets que par des volumes plus élevés, nous nous attendons à ce que cette dernière régression possède moins de puissance explicative que la régression 4.

75Toutes les variables liées au modèle de la « routine » ou du changement politique sont intégrées simultanément dans les régressions afin d’éviter une distorsion due à une variable omise.

Tableau A.2 – Description des variables

Tableau A.2 – Description des variables

a Les données de base servant au calcul de cette part sont disponibles sous forme d’une annexe en ligne de Michaelowa et Michaelowa (2010a) sur http://www.cis.ethz.ch/​publications/​publications.

Annexe 2 – Evolution de l’aide à l’atténuation au cours du temps, sélection de pays

76

Graphique A.1 – Diminution de l’aide à des projets d’atténuation de la part de gouvernements sceptiques envers la politique climatiquea

Graphique A.1 – Diminution de l’aide à des projets d’atténuation de la part de gouvernements sceptiques envers la politique climatiquea

Source : AidData (2010), codage des auteurs.

a Parts du nombre total des projets d’aide au développement.

Graphique A.2 – Diminution de l’aide à des projets d’atténuation de la part de gouvernements qui soutiennent la politique climatiquea

Graphique A.2 – Diminution de l’aide à des projets d’atténuation de la part de gouvernements qui soutiennent la politique climatiquea

Source : AidData (2010), codage des auteurs.

a Parts du nombre total des projets d’aide au développement.

Graphique A.3 – Variation de l’aide à des projets d’atténuationa

Graphique A.3 – Variation de l’aide à des projets d’atténuationa

Source : AidData (2010), codage des auteurs.

a Parts du nombre total des projets d’aide au développement.

Graphique A.4 – Début de l’aide à des projets d’atténuation uniquement après le lancement de la politique climatiquea

Graphique A.4 – Début de l’aide à des projets d’atténuation uniquement après le lancement de la politique climatiquea

Source : AidData (2010), codage des auteurs.

Top of page

References

a Parts du nombre total des projets d’aide au développement.

AidData. 2010. PLAID 1.9 : Final development release of the PLAID Database. http://www.AidData.org (consulté le 15 février 2010).

American Wind Energy Association. 1999. Global wind energy market report. Washington, DC.

Amici de la Terra. 2008. La risorsa geotermica per usi elettrici in Italia : Energia, ambiente e accettabilità sociale. Firenze.

Armingeon, Klaus, Panajotis Potolidis, Marlène Gerber et Philipp Leimgruber. 2008. Comparative Political Dataset I (CPDS I) 1960-2007. University of Bern. http://www.nsd.uib.no/macrodataguide/set.html?id=6&sub=2 (consulté le 15 mars 2010).

Bailis, Rob, Amanda Cowan, Victor Berrueta et Omar Masera. 2009. Arresting the killer in the kitchen : The promises and pitfalls of commercializing improved cookstoves. World Development 37 : 1694-1705.

Bertani, Ruggero. 2007. World Geothermal Generation in 2007. GRC Bulletin, September : 8-19.

Blanke, Alexandra. 2002. Ecological tax reform in Germany and interest groups. International Review for Environmental Strategies 3 (1) : 81-95.

Cabeças, Rui, José Martins Carvalho et João Carlos Nunes. 2010. Portugal country geothermal update. In Proceedings World Geothermal Congress 2010, Bali, Indonesia, 25-29 April 2010, 1-10.

Calzada, Gabriel. 2009. Study of the effects on employment of public aid to renewable energy sources. Madrid : Université Rey Juan Carlos.

Cappetti, Guido, Giancarlo Passaleva et Fabio Sabatelli. 2000. Italy Country Update Report 1995-99. Proceedings World Geothermal Congress 2000,Kyushu-Tohoku, Japan, May 28-June 10, 2000, 109-116.

Centre for International Sustainable Development Law. 2002. The principle of common but differentiated responsibilities : Origins and scope. Montréal.

Chinese Renewable Energy Industries Association. 2007. China wind power report 2007. Beijing : China Environmental Science Press.

Coelho, Suani, et Marly Bolognini. 1999. Policies to improve biomass-electricity generation in Brazil. Renewable Energy 16 : 996-999.

Cusack, Thomas, et Lutz Engelhardt. 2002. The PGL file collection : File structures and procedures. Wissenschaftszentrum Berlin (WZB). http://www.wzberlin.de/
mp/ism/people/misc/cusack/d_sets.en.htm#data (consulté le 2 mai 2010).

DAC (Development Assistance Committee). 1998. Definition of the Rio Marker on Climate Change (Mitigation). Paris : OECD. http://www.oecd.org/dataoecd/18/31/44188001.pdf (consulté le 7 mars 2010).

———. 2002a. Aid targeting the objectives of the Rio Conventions 1998-2000 : A contribution by the DAC Secretariat for the information of participants at the World Summit for Sustainable Development in Johannesburg. Paris : OCDE.

———. 2002b. Reporting directives for the Creditor Reporting System : Addendum Rio Markers. DCD/DAC(2002)21/ADD. Paris : OECD.

———. 2009a. OECD Development Assistance Committee tracks aid in support of climate change mitigation and adaptation. Information Note. Paris : OCDE.

———. 2009b. Measuring aid targeting the objective of the United Nations Framework Convention on Climate Change. Paris : OECD. http://www.oecd.org/dac/stats/rioconventions (consulté le 15 février 2010).

———. 2010. Reporting directives for the Creditor Reporting System : Addendum on the Climate Change Adaptation Marker. DCD/DAC(2007)39/FINAL/ADD3. Paris : OECD.

Danish Energy Agency. 2001. Danish energy sector exports : Products and consulting services 2000. Copenhague.

Darden Graduate School of Business Administration. 1999. Universiy of Virginia. The Volta River Project. UVA-E-0161. Charlottesville : Universiy of Virginia.

Energy Information Administration. 2010a. Oil prices. http://www.eia.doe.gov/emeu/steo/ pub/fsheets/petroleumprices.xls (consulté le 30 mars 2010).

———. 2010b. World hydroelectricity installed capacity. http://www.eia.doe.gov/pub/international/iealf/table64h.xls (consulté le 30 mai 2010).

Faber, Mike. 1990. The Volta River Project : For whom the smelter tolled. In James Pickett et Hans Singer (eds.), Towards economic recovery in Sub-Saharan Africa, 65-91. London : Routledge.

Fearnside, Philip. 2002. Greenhouse gas emissions from a hydroelectric reservoir (Brazil’s Tucuruí Dam) and the energy policy implications. Water, Air and Soil Pollution 133 : 69-96.

Geothermal Energy Association. 2008. Update on US geothermal power production and development. Washington, DC.

———. 2010. Geothermal energy : International market update. Washington, DC.

Global Wind Energy Council. 2009. Global installed wind power capacity 2008-2009. Bruxelles.

Hicks, Robert, Bradley Parks, Timmons Roberts et Michael Tierney. 2008. Greening Aid ? Understanding the environmental impact of development assistance. Oxford : Oxford University Press.

Hyman, Eric. 1987. The strategy of production and distribution of improved charcoal stoves in Kenya. World Development 15 : 375-386.

IEA (International Energy Agency). Diverses années. Trends in photovoltaic applications. Paris.

IEA (International Energy Agency) et NEA (Nuclear Energy Agency). 2005. Projected costs of generating electricity : Update 2005. Paris.

International Geothermal Association. 2010. Installed generating capacity. http://iga.igg.cnr.it/geoworld/geoworld.php?sub=elgen (consulté le 30 mai 2010).

Johnson, Anna, et Staffan Jacobsson. 2000. The emergence of a growth industry : A comparative analysis of the German, Dutch and Swedish wind turbine industries. http://www.druid.dk/conferences/winter2002/gallery/jacobsson.pdf (consulté le 15 mai 2010).

Kawazoe, Seiki, et Jim Combs. 2004. Geothermal Japan. GRC Bulletin, 58-62.

Knill, Christoph, Marc Debus et Stephan Heichel. 2010. Do parties matter in internationalised policy areas ? The impact of political parties on environmental policy outputs in 18 OECD countries. European Journal of Political Research 49 (3) : 301-336.

Kozloff, Keith, et Olatokumbo Shobowale. 1994. Rethinking development assistance for renewable electricity. Washington, DC : World Resources Institute.

List, John, and Daniel Sturm. 2006. How elections matter : Theory and evidence from environmental policy. Quarterly Journal of Economics 121 (4) : 1249-1281.

Lund, John. 2004. 100 years of geothermal power production. Geo-Heat Center Bulletin 25 (3) : 11-19.

Michaelowa, Axel, et Katharina Michaelowa. 2007. Climate or development : Is ODA diverted from its original purpose ? Climatic Change 84 (1) : 5-22.

———. 2010a. Coding error or statistical embellishment ? The political economy of reporting climate aid. CIS Working Paper 56. Zurich : Center for Comparative and International Studies, University of Zurich and ETH Zurich.

———. 2010b. Climate business for poverty reduction ? The role of the World Bank. CIS Working Paper 59. Zurich : Center for Comparative and International Studies, University of Zurich and ETH Zurich.

Prometheus Institute. 2007. 23rd Annual Data Collection – Final. PV News 26 (4) : 8-9.

Prometheus Institute et Greentech Media. 2009. 25th Annual Data Collection Results : PV production explodes in 2008. PV News 28 (4) : 15-18.

Purohit, Pallav, et Axel Michaelowa. 2007. MDP potential of bagasse cogeneration in India. Energy Policy 35 : 4779-4798.

Roberts, J. Timmons, Kara Starr, Thomas Jones et Dinah Abdel-Fattah. 2008. The reality of official climate aid. Oxford : Oxford Institute for Energy Studies.

Roberts, J. Timmons, Michael Weissberger et Christian Peratsakis. 2010. Trends in official climate finance : Evidence from human and machine coding. Mimeo. Brown University / College of William and Mary.

Schmidt, Manfred G. 1992. Regierungen : Parteipolitische Zusammensetzung. In Manfred G. Schmidt (ed.), Lexikon der Politik, Band 3, Die westlichen Länder, 393-400.München : C. H. Beck.

Sifford, Alex, et Gordon Bloomquist. 2000. Geothermal electric power production in the United States : A survey and update for 1995-99. Proceedings World Geothermal Congress 2000,Kyushu-Tohoku, Japan, May 28-June 10, 2000, 441-453.

Theuri, Daniel. 2005. Rural energy, stoves and indoor air quality : The Kenyan experience. http://ehs.sph.berkeley.edu/HEM/hem/China%20Stoves/Presentations/19_Kenya_Daniel_Theuri/Rural%20Enenrgy,%20stoves%20and%20IAP%20final_report_Eng.pdf.

UNEP Risoe Centre. 2010. MDP pipeline. http://www.cdmpipeline.org (consulté le 5 février 2010).

US Department of Energy. 1997. Geothermal progress monitor. Rapport 19. Washington, DC.

Vidal, John. 2009. Rich nations failing to meet climate aid pledges. The Guardian. 20 February.

Waldman, Peter, and Jay Solomon. 1998. Wasted energy : How US companies and Suharto’s circle electrified Indonesia : Power deals that cut in first family and friends are now under attack ; Mission-GE sets the tone. Wall Street Journal. 23 December.

World Commission on Dams. 2000. Dams and development : A new framework for decision-making. London : Earthscan.

Worldwatch Institute. 2001. Signposts 2001. Washington, DC.

———. 2004. Signposts 2004. Washington, DC

Top of page

Notes

1  Afin de faciliter la présentation, nous utiliserons les termes « projets » et « activités d’aide » de manière interchangeable dans le présent article. De toute manière, les projets traditionnels restent la catégorie dominante dans la coopération au développement actuelle.

2  Pour plus de détails sur notre procédure de codage, voir Michaelowa et Michaelowa (2010a), annexe 1.

Roberts et al. (2008) et Roberts, Weissberger et Peratsakis (2010) utilisent des méthodes de codage plus sophistiquées, basées sur un sous-groupe de projets et une reprogrammation automatisée guidée par un algorithme d’apprentissage. Nous n’avons pas pu reproduire leurs processus car nous devions réunir des informations sur tous les projets et établir une sous-catégorisation détaillée en très peu de temps. Néanmoins, leur démarche et la nôtre semblent donner un ordre de grandeur comparable pour la part des projets inclus dans la catégorie générale d’atténuation.

3  Il n’est pas pertinent ici de considérer des nombres absolus car tant les nombres de projets que les volumes financiers ont considérablement augmenté au cours du temps. L’ensemble des engagements répertoriés dans la base de données PLAID a passé de 20 milliards USD constants de 2000 en 1973 à près de 100 milliards USD en 2008. Les volumes financiers ne peuvent être mesurés qu’en termes d’engagements, pas en termes de versements, car les valeurs des jeux de données de cette variable sont trop lacunaires, du moins au niveau des projets. Depuis les années 1990, les comptes rendus (reporting) tendent à diviser les grands projets en de nombreux petits projets.

Top of page

List of illustrations

Caption Graphique 1.2 – Parts des projets d’atténuation dans l’ensemble des engagements
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-1.png
File image/png, 16k
Credits Source : AidData (2010), codage des auteurs.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-2.png
File image/png, 16k
Title Graphique 2 – Evolution des prix du pétrole (en USD constants de 2005)a
Caption a Pour les détails, consulter l’annexe 1.
Credits Source : Energy Information Administration (2010a).
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-3.png
File image/png, 19k
Caption Graphique 3.2 – Parts des projets géothermiques dans l’ensemble des projets d’aide
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-4.png
File image/png, 16k
Credits Source : AidData (2010), codage des auteurs.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-5.png
File image/png, 18k
Caption Graphique 4.2 – Parts des projets éoliens dans l’ensemble des projets d’aide
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-6.png
File image/png, 18k
Credits Source : AidData (2010), codage des auteurs.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-7.png
File image/png, 17k
Caption Graphique 5.2 – Parts des projets biogaz dans l’ensemble des projets d’aide
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-8.png
File image/png, 17k
Credits Source : AidData (2010), codage des auteurs.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-9.png
File image/png, 17k
Caption Graphique 6.2 – Parts des projets combinés dans l’ensemble des projets d’aide
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-10.png
File image/png, 17k
Credits Source : AidData (2010), codage des auteurs.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-11.png
File image/png, 16k
Caption Graphique 7.2 – Parts des projets de cogénération dans l’ensemble des projets d’aide
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-12.png
File image/png, 17k
Caption Graphique 7.3 – Parts des projets de foyers améliorés dans l’ensemble des projets d’aide
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-13.png
File image/png, 18k
Credits Source : AidData (2010), codage des auteurs.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-14.png
File image/png, 16k
Title Tableau A.1 – Déterminants de l’aide à l’atténuation
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-15.png
File image/png, 292k
Title Tableau A.2 – Description des variables
Credits a Les données de base servant au calcul de cette part sont disponibles sous forme d’une annexe en ligne de Michaelowa et Michaelowa (2010a) sur http://www.cis.ethz.ch/​publications/​publications.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-16.png
File image/png, 380k
Title Graphique A.1 – Diminution de l’aide à des projets d’atténuation de la part de gouvernements sceptiques envers la politique climatiquea
Credits Source : AidData (2010), codage des auteurs.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-17.png
File image/png, 29k
Title Graphique A.2 – Diminution de l’aide à des projets d’atténuation de la part de gouvernements qui soutiennent la politique climatiquea
Credits Source : AidData (2010), codage des auteurs.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-18.png
File image/png, 34k
Title Graphique A.3 – Variation de l’aide à des projets d’atténuationa
Credits Source : AidData (2010), codage des auteurs.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-19.png
File image/png, 32k
Title Graphique A.4 – Début de l’aide à des projets d’atténuation uniquement après le lancement de la politique climatiquea
Credits Source : AidData (2010), codage des auteurs.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/694/img-20.png
File image/png, 32k
Top of page

Cite this article

Bibliographical reference

Axel Michaelowa and Katharina Michaelowa, « Du neuf avec du vieux : la politique climatique influence-t-elle l’aide bilatérale au développement ? »,International Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2 | 2011, 75-104.

Electronic reference

Axel Michaelowa and Katharina Michaelowa, « Du neuf avec du vieux : la politique climatique influence-t-elle l’aide bilatérale au développement ? », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 2 | 2011, Online since 03 May 2011, connection on 19 November 2017. URL : http://poldev.revues.org/694 ; DOI : 10.4000/poldev.694

Top of page

About the authors

Axel Michaelowa

Cofondateur de la société de conseil Perspectives Climate Change ; directeur de recherche au Center for Comparative and International Studies (CIS), Zurich. Il travaille dans la recherche et le conseil en politique climatique internationale depuis plus de quinze ans.

Katharina Michaelowa

Professeure d’économie politique du développement, Université de Zurich ; directrice du Center for Comparative and International Studies (CIS), Zurich. Ses recherches et son enseignement couvrent de nombreux thèmes dans les domaines du développement international et de la politique des pays en développement.

Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org