Skip to navigation – Site map
2 | 2011
Energy and Development
Dossier | Energie et développement - Revue | Évolutions des politiques de développement

Les défis du secteur de l’énergie en Europe de l’Est et en Asie centrale : une évaluation de 18 ans de coopération économique suisse

Guy Bonvin
p. 105-115
This article is a translation of:
Challenges in the Energy Sector in Eastern Europe and Central Asia: An Evaluation of 18 Years of Swiss Economic Cooperation

Abstract

Le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) suisse travaille depuis 1992 dans les secteurs de l’énergie d’Europe de l’Est et d’Asie centrale, où il a financé 41 projets pour un total de 316 millions CHF. En 2009, une évaluation indépendante a été commandée afin d’établir les effets de ces projets dans la région et d’en tirer des enseignements pour le financement de projets ultérieurs. Le rapport d’évaluation estime que les projets sont très satisfaisants en termes de pertinence ; satisfaisants en termes d’efficacité et de durabilité ; et, en raison de facteurs externes liés à la gouvernance, à la transparence et à la stabilité politique dans certains des pays, généralement peu satisfaisants en termes d’efficience.

Les enseignements tirés des projets fructueux serviront à améliorer les interventions futures. Les gouvernements disposent de moyens financiers limités et tentent de trouver un équilibre entre la sécurité énergétique et la durabilité environnementale. Le SECO soutiendra cette mission en contribuant à réduire la consommation inefficiente, à augmenter la part des énergies renouvelables, à renforcer la durabilité des entreprises de service public et à élaborer des politiques énergétiques efficaces.

Top of page

Full text

1. Introduction

  • 1 Le Comité externe d’évaluation fait office de comité consultatif pour la direction de la coopérati (...)
  • 2 La société de conseil DHInfrastructure a procédé à l’évaluation entre octobre 2009 et mai 2010. Le (...)

1Le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) est l’agence mandatée par le gouvernement suisse pour planifier et mettre en œuvre la coopération économique au développement. Il est donc aussi responsable de l’aide suisse à la transition fournie aux Etats d’Europe de l’Est et d’Asie centrale. Compte tenu de l’importance cruciale d’un approvisionnement fiable en énergie, surtout en électricité, pour assurer la transition des pays partenaires aux principes de l’économie de marché, le SECO a toujours accordé une grande priorité à ce secteur. Entre 1992 et 2009, il a financé 41 projets énergétiques en Europe de l’Est et en Asie centrale pour un total de 316 millions CHF. En 2009, le SECO et son Comité externe d’évaluation1 ont commandé une évaluation indépendante2 visant à estimer les effets de ces projets et à en tirer des leçons pour l’avenir.

2Après une brève description du contexte dans lequel la coopération au développement a été lancée dans la région, au début des années 1990, le présent article résume les résultats de l’évaluation indépendante demandée par le SECO. Il examine les enseignements et les recommandations des consultants (évaluateurs) en ce qui concerne la coopération au développement dans le secteur de l’énergie ainsi que les réactions de la direction. Il conclut par une estimation des principaux défis qui restent à maîtriser et indique comment le SECO se propose d’utiliser les résultats pour étayer sa politique future dans le secteur énergétique et pour aider ses pays partenaires de la région à relever ces défis.

2. Le contexte des interventions du SECO dans le secteur de l’énergie

3La chute des régimes socialistes d’Europe de l’Est et d’Asie centrale a aggravé les problèmes financiers et opérationnels pesant sur les infrastructures énergétiques de la région. Les nouvelles frontières politiques ont fragmenté les réseaux électriques, les pipelines et les axes de transport. La situation financière des entreprises publiques de distribution d’énergie a empiré avec l’effondrement de l’économie soviétique et la suppression des subventions. Les entreprises ne disposaient pas de suffisamment de ressources pour assurer l’entretien et la remise en état des installations. Les problèmes techniques et les pertes commerciales se sont multipliés, entraînant le déclin des systèmes énergétiques de la région.

  • 3 Lorsque les systèmes électriques fonctionnent bien, la fréquence et le voltage ne doivent pas vari (...)

4Les problèmes d’exploitation ont à leur tour alimenté une spirale de dégradation des conditions financières et opérationnelles. Le creusement des pertes techniques et commerciales a engendré des baisses de revenu par unité d’énergie fournie, ce qui a encore aggravé la situation financière des entreprises du secteur énergétique et les a privées des fonds nécessaires à l’entretien et l’amélioration de leurs systèmes. Les pannes et les fluctuations du voltage et de la fréquence sont devenues banales. Les pertes dues au transport et à la distribution ont largement dépassé les 10 %3.

5Quand le SECO a commencé à travailler dans la région, en 1992, les systèmes énergétiques de la plupart des pays étaient proches de l’effondrement définitif. Les projets se sont concentrés sur une aide destinée à prévenir une ruine totale en rénovant les infrastructures et en fournissant une assistance technique et des conseils. Les buts étaient multiples : 1º améliorer la qualité du service et la fiabilité de l’approvisionnement énergétique ; 2º fournir un accès abordable à l’approvisionnement énergétique ; 3º augmenter l’efficience en réduisant les pertes dues au transport et à la distribution ; 4º améliorer la gestion et la viabilité financière des entreprises du secteur énergétique ; 5º développer la gouvernance dans le secteur, surtout au cours de la dernière décennie. Les objectifs généraux consistaient à favoriser la transition à l’économie de marché, promouvoir le développement économique, soutenir la croissance économique et améliorer les conditions de vie dans la région.

3. Résumé de l’évaluation indépendante

  • 4 Principes du CAD pour l’évaluation de l’aide au développement, OCDE, 1991 ; « Glossaire des termes (...)

6L’évaluation indépendante a estimé les projets du SECO dans le secteur énergétique sur la base des principes d’évaluation standards du Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) : pertinence, efficacité, efficience, durabilité et impact4. La principale contrainte a été la rareté des données décrivant l’issue et l’impact des projets ; elle est due à l’absence de relevés et de rapports réguliers et précis de la part des autorités locales et des entreprises de service public, ainsi qu’aux modifications apportées progressivement aux instructions des donateurs en matière de rapport (reporting policies).

7L’évaluation s’est concentrée sur 21 projets qui étaient suffisamment documentés. Les évaluateurs ont visité quatre pays (Albanie, Kirghizistan, Roumanie et Serbie) pour effectuer une évaluation plus détaillée de onze « cas d’étude ». Ces quatre pays constituent un mélange entre Etats à revenu intermédiaire et faible et ils comprennent une large sélection de projets à divers stades de maturité inclus dans le programme de financement d’infrastructures du SECO. C’est dans ces pays que le SECO a fourni le plus important financement, a été présent le plus longtemps, avait alors un mélange de projets en cours et achevés et plusieurs projets de taille raisonnable.

8Le tableau 1 résume les projets évalués dans les pays étudiés et indique la note de l’équipe d’évaluation pour chacun des projets, selon les principes du CAD de l’OCDE.

Tableau 1 – Projets du SECO dans les pays étudiés, 1992-2009

Tableau 1 – Projets du SECO dans les pays étudiés, 1992-2009

Notes : TI = très insatisfaisant ; I = insatisfaisant ; S = satisfaisant; TS = très satisfaisant ; ID = indisponible.

9L’évaluation indique que les projets sont très satisfaisants en termes de pertinence, satisfaisants en termes d’efficacité et de durabilité et généralement insatisfaisants en termes d’efficience.

10– Les projets ont fait la preuve de leur pertinence en répondant correctement aux besoins en énergie des pays partenaires, en couvrant ces besoins et en complétant d’autres interventions de donateurs.

11– L’efficacité des projets a été satisfaisante d’une manière générale en ce qui concerne les produits et les résultats. Les interventions ont contribué à atteindre une meilleure qualité de service et à réduire les pertes des systèmes énergétiques des pays partenaires. Les projets ont également en partie permis d’améliorer la gestion et la viabilité financière des entreprises du secteur de l’énergie. Mais les interventions ne sont pas parvenues à rendre l’approvisionnement en énergie plus abordable.

12– D’une manière générale, les interventions ont été insatisfaisantes en termes d’efficience. Une petite majorité des projets ont souffert de retards ou de dépassements des coûts, mais essentiellement en raison de facteurs extérieurs sur lesquels le SECO n’a aucune influence. Les retards étaient souvent dus aux interlocuteurs locaux qui ne fournissaient pas les prestations convenues (par exemple travaux de génie civil ou cofinancement).

  • 5 La causalité ne peut être démontrée que par des méthodes d’évaluation expérimentales portant sur u (...)

13– On a relevé de clairs impacts positifs associés aux projets. Cependant, l’évaluation indépendante présente ici une faiblesse majeure dans la mesure où elle n’a pas pu montrer de manière rigoureuse que les interventions du SECO ont bien causé les impacts, voire les résultats observés. En d’autres termes, il n’est pas possible d’attribuer les impacts et les résultats aux projets de manière rigoureuse5 ; les données étaient limitées, plusieurs donateurs étaient impliqués dans la plupart des projets et de nombreuses réformes étaient mises en œuvre parallèlement dans le secteur de l’énergie.

14– L’évaluation a jugé la durabilité des interventions satisfaisante, cela en dépit du fait que la durabilité financière de nombreuses institutions bénéficiaires est menacée par une mauvaise gouvernance et des ingérences politiques qui compliquent la gestion commerciale des entreprises du secteur énergétique. Par ailleurs, les institutions partenaires se montrent très fières des infrastructures financées, comme en témoigne la grande attention qu’elles consacrent à leur entretien. Les évaluateurs ont relevé plusieurs exemples de biens financés plus d’une décennie auparavant et qui restaient en excellent état. Dans des pays où il n’existe souvent ni fonds ni culture d’entretien, les investissements du SECO ont fait l’objet de soins remarquables.

4. Enseignements et recommandations

  • 6   La liste complète des enseignements et recommandations, accompagnée de la réponse du SECO, figure (...)

15Les évaluateurs ont tiré un certain nombre d’enseignements tant de l’approche programmatique globale du secteur de l’énergie que des différents projets. Trois groupes d’enseignements et de recommandations sont présentés ci-après6.

4.1. Assistance technique vs politique et conseil aux institutions

16Les évaluateurs ont observé que le SECO a traité avec plus de succès les problèmes techniques que les défis d’une autre nature. De même, l’amélioration de la gestion institutionnelle des entreprises du secteur énergétique a souvent été axée davantage sur des formations spécifiques, sur le tas, que sur de larges réformes institutionnelles. Cependant, l’évaluation relève que le SECO est actif et occupe une position de force dans le dialogue avec les donateurs sur les enjeux politiques, réglementaires et institutionnels.

17Les évaluateurs ont recommandé de concentrer les ressources là où elles ont été utilisées le plus efficacement, à savoir les services et la fourniture d’équipements ainsi que les formations approfondies sur le terrain. Les évaluateurs ont ajouté que cette recommandation ne signifie pas qu’il faille renoncer au financement et au conseil en matière politique et institutionnelle puisque ces activités sont très appréciées par les bénéficiaires et les autres donateurs. Pour le SECO, la recommandation semble contredire le constat selon lequel les conseils du SECO en matière de politique sont appréciés par les partenaires donateurs et les bénéficiaires. Le SECO est ici d’avis que d’abandonner l’effort central porté sur les réformes institutionnelles pourrait compromettre la durabilité financière des entreprises de service public. De plus, il faut relever que seuls deux des projets évalués comprenaient des éléments de conseil en matière de politique ou de réforme institutionnelle, ce qui ne constitue pas un échantillon assez large pour conclure que les interventions sont moins efficaces dans ces domaines.

4.2. Une gouvernance médiocre et une économie affaiblie rendent la mise en œuvre plus ardue

  • 7   L’administration et le personnel des réseaux de distribution d’électricité sont souvent incités à (...)

18Comme on pouvait s’y attendre, les projets ont été moins efficaces, efficients et durables dans les pays où le contexte juridique, réglementaire et institutionnel est fragile. L’évaluation a établi que le personnel du SECO et les consultants ont sous-estimé la difficulté du travail dans certains pays et la mesure dans laquelle des facteurs extérieurs pourraient interférer avec les objectifs et la réalisation des projets. En Albanie et au Kirghizistan, la corruption et la mauvaise gouvernance régnant dans le secteur de l’électricité ont entravé les efforts visant à réduire les pertes commerciales (énergie vendue mais pas payée)7. L’efficience des projets était moins satisfaisante dans les pays mal classés selon des indicateurs de corruption, de gouvernance, de transparence et de responsabilité, de qualité des réglementations, d’Etat de droit et de stabilité politique.

19Le graphique 1 montre la corrélation entre les taux d’efficience des projets et les indicateurs de corruption pour chacun des pays inclus dans l’évaluation.

Graphique 1 – Indicateur moyen de corruption (1996-2008) vs efficience des interventions du SECO

Graphique 1 – Indicateur moyen de corruption (1996-2008) vs efficience des interventions du SECO

Source : Banque mondiale, Indicateurs mondiaux de la gouvernance(1996-2008).

20Plus spécifiquement, les évaluateurs ont observé que la qualité de la gouvernance au sein des unités de gestion de projet était l’un des principaux déterminants pour la réalisation efficiente d’un projet. En Albanie, l’ingérence politique de haut niveau lors des nominations et refus des dirigeants des unités de gestion de projet a causé des retards considérables dans la mise en œuvre.

21Les évaluateurs ont recommandé au SECO de guider sa réflexion sur la manière de réaliser les projets en fonction de la qualité générale de la gouvernance. Cela implique de distribuer l’aide de façon plus sélective en favorisant les pays dont la gouvernance est meilleure. Il s’agit aussi d’adopter des démarches différentes dans les pays où la gouvernance est plus précaire, par exemple prévoir des contributions plus modestes de la part des interlocuteurs locaux (génie civil ou cofinancement) et stipuler des exigences minimales pour les responsables et le personnel de l’unité de gestion de projet dans les conventions de subvention. Conformément à son mandat, le SECO continuera d’opérer dans des pays où la gouvernance est médiocre et la contribution des bénéficiaires restera cruciale. Mais à l’avenir, les contributions seront sélectionnées plus soigneusement et celles qui sont essentielles pour la mise en œuvre des projets ne seront demandées que dans les pays capables de s’en acquitter.

4.3. La part minimale de valeur ajoutée suisse : un avantage ou une restriction ?

22Les directives sur l’adjudication exigent qu’au moins 50 % de la valeur ajoutée des livraisons d’équipements et de services proviennent de la Suisse. Les évaluateurs ont constaté que cette mesure présente des inconvénients : elle limite le type de projets que le SECO peut soutenir et elle peut entraîner des retards dus à des tâches administratives. Pour certains projets, les conditions d’adjudication ont eu pour effet que des équipements suisses plus chers ont été achetés alors que des alternatives plus économiques étaient potentiellement disponibles. La coordination des exigences de part minimale de valeur ajoutée suisse est parfois aussi entrée en conflit avec les règles d’adjudication d’autres donateurs. Pour les évaluateurs, de telles exigences peuvent être défendables en tant qu’objectif de politique nationale (dans la pratique, de nombreux donateurs continuent de lier leurs aides et les bénéficiaires sont moins enclins à contester des conditions d’adjudication associées à l’octroi de subventions), mais pas comme méthode de fourniture de l’aide.

23Le SECO continue d’étudier sa position future sur ce point. Selon la réflexion actuelle, la meilleure démarche pourrait consister à sélectionner des secteurs, voire des niches, où il existe un savoir-faire suisse offrant un avantage concurrentiel ou reconnu. Le SECO admet que l’exigence de valeur ajoutée suisse pourrait avoir limité l’efficience de certains projets et reconnaît qu’elle pourrait restreindre son champ d’activité à l’avenir. Cependant, le rapport d’évaluation souligne aussi le fait que les bénéficiaires apprécient les biens et les services suisses en raison de leur haute qualité, ce qui joue également un rôle dans la durabilité technique des projets.

5. Les défis futurs dans le secteur énergétique et la stratégie du SECO

24Depuis le début des années 1990, des changements majeurs sont intervenus dans les secteurs de l’énergie des pays d’Europe de l’Est et d’Asie centrale. Les objectifs des décideurs politiques ont évolué, passant de l’évitement de l’effondrement total des systèmes à l’optimisation des types de production d’énergie afin de fournir des services énergétiques abordables, fiables et durables. Tout en incorporant les enseignements de l’évaluation indépendante décrits plus haut, le SECO adapte l’orientation générale de ses programmes à l’évolution des objectifs. La première priorité de nombreux pays est la sécurité énergétique, c’est-à-dire un approvisionnement en énergie dont la quantité et la qualité répondent aux besoins des consommateurs, et ce à des prix abordables. La durabilité environnementale gagne de l’importance mais, d’une manière générale, les stratégies énergétiques nationales ne lui accordent encore qu’une priorité secondaire. La pénurie d’énergies non renouvelables représente un défi majeur à l’heure où la demande d’énergie augmente et où celle-ci est considérée comme une condition préalable à la croissance économique et à la lutte contre la pauvreté. La politique énergétique future doit donc traiter les trois points suivants.

5.1. L’efficacité énergétique de la production, du transport, de la distribution et de l’utilisation

25L’augmentation des capacités à produire de l’énergie est chère, prend du temps et peut générer des conflits politiques, de sorte que l’amélioration de l’efficacité énergétique des processus utilisés dans la production, le transport, la distribution et la consommation d’énergie constitue une solution évidente.

26Cependant, les mesures permettant d’accroître l’efficacité énergétique attendent toujours d’être mises en œuvre, essentiellement en raison des faiblesses récurrentes des politiques d’efficacité énergétique actuelles, telles que le manque d’incitations positives à économiser l’énergie, l’effet pervers d’incitations comme le subventionnement de l’énergie découlant d’intérêts politiques contradictoires et la persistance de technologies obsolètes due à l’insuffisance de capitaux d’investissement et/ou d’informations. Dans ce contexte, les centres urbains, dont les habitants constitueront 60 % de la population mondiale d’ici 2030, méritent une attention particulière, car ils consomment actuellement 75 % de l’énergie produite et 90 % de l’énergie utilisée dans les transports.

5.2. La part des énergies renouvelables

27Dans la plupart des pays, les énergies renouvelables ne couvrent qu’une petite partie des besoins en énergie. Les principales raisons résident souvent dans la disponibilité de ressources fossiles et de centrales énergétiques permettant de fournir une énergie bon marché aux consommateurs. De nombreux pays ont toutefois compris la nécessité, pour des raisons économiques, politiques et environnementales, de diversifier la production et la distribution d’énergie. Les énergies renouvelables passent de plus en plus souvent pour des options intéressantes, car elles peuvent fréquemment être produites sur le territoire national et causent moins de nuisances à l’environnement.

28Augmenter la part des énergies renouvelables implique de maîtriser certains défis aux niveaux technique, institutionnel et financier. La disponibilité physique de ressources énergétiques renouvelables, notamment l’eau et la biomasse, est souvent limitée. L’énergie hydroélectrique est l’énergie renouvelable dominante, mais la gestion de l’eau est une question délicate, car plusieurs pays se partagent souvent les mêmes cours d’eau et ont des besoins différents (par exemple l’irrigation par opposition à la production d’énergie). L’intégration de ressources énergétiques telles que l’énergie solaire et éolienne ou de minicentrales hydroélectriques dans un réseau électrique demande des compétences spécifiques dont disposent rarement les pays à revenu faible ou intermédiaire. Grâce à sa simplicité, l’énergie solaire (thermique) offre un grand potentiel dans ces pays. En outre, pour être durable, l’accroissement de la part des énergies renouvelables nécessite un cadre institutionnel et sectoriel adéquat.

5.3. L’accès au financement

29L’introduction de technologies et d’approches nouvelles dans le secteur de l’énergie est une entreprise complexe, risquée et qui demande du temps et des investissements massifs. Le secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) estime que la seule réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 25 % nécessitera plus de 200 milliards USD d’investissements par an. Les secteurs privé et public commencent à mobiliser des fonds dans le monde entier. Cependant, les pays en développement et émergents, notamment, sont aux prises avec des restrictions financières, un manque de savoir-faire et des échecs du marché et des gouvernements – autant d’éléments qui empêchent une réalisation rapide des projets d’investissement.

30En vue de relever les défis indiqués plus haut en tirant parti de ses propres expériences en Europe de l’Est et en Asie centrale ainsi que des meilleures pratiques provenant d’autres régions, le SECO a pour objectifs futurs de contribuer à 1º réduire l’intensité énergétique des économies partenaires en finançant d’une part la modernisation des infrastructures énergétiques existantes de manière à les rendre plus efficaces, et d’autre part des mesures institutionnelles visant à réduire la consommation inefficace ; 2º augmenter la part des énergies renouvelables dans les pays partenaires afin de réduire les émissions polluantes et la dépendance envers l’énergie fossile (le SECO se concentrera sur le soutien au transfert technologique par le biais de projets de démonstration offrant un effet catalytique pour la réforme de la politique du secteur et pour la durabilité environnementale et économique) ; 3º renforcer les entreprises publiques de distribution d’énergie de manière à atteindre la durabilité financière, technique et environnementale ; 4º développer et raffermir la cohérence économique, environnementale et sociale des politiques énergétiques au niveau national, régional ou urbain grâce à un cadre politique adéquat, au dialogue politique et à une assistance technique.

31L’évaluation a confirmé que les projets antérieurs du SECO ont donné de bons résultats dans l’ensemble, mais le succès des interventions futures n’est pas assuré pour autant. Il faut continuer d’adapter soigneusement les stratégies à mesure qu’apparaissent de nouvelles exigences et des défis inédits. Les démarches utilisées pour sélectionner, structurer et réaliser les projets devront évoluer constamment et les enseignements acquis devront y être incorporés. L’évaluation effectuée fournit des indications très utiles pour définir et guider ce processus essentiel.

Top of page

Notes

1 Le Comité externe d’évaluation fait office de comité consultatif pour la direction de la coopération économique du SECO ; il est composé de cinq membres qui sont indépendants de l’administration fédérale suisse.

2 La société de conseil DHInfrastructure a procédé à l’évaluation entre octobre 2009 et mai 2010. Les principaux auteurs en sont les consultants Denzel Hankinson, Brendan Larkin-Connolly et Lilit Melikyan. Le rapport d’évaluation complet est disponible en anglais sur http://www.seco-cooperation.admin.ch/themen/01033/01130/index.html?lang=en.

3 Lorsque les systèmes électriques fonctionnent bien, la fréquence et le voltage ne doivent pas varier de plus de 5 % par rapport à un niveau donné. Les pertes techniques dues au transport sont généralement de l’ordre de 2 à 3 % et les pertes dues à la distribution oscillent entre 3 et 5 %. Les pertes commerciales devraient rester proches de zéro, et la perception proche de 100 %.

4 Principes du CAD pour l’évaluation de l’aide au développement, OCDE, 1991 ; « Glossaire des termes utilisés dans les évaluations », dans Méthodes et procédures d’évaluation de l’aide, OCDE, 1986 ; Glossaire des principaux termes relatifs à l’évaluation et la gestion axée sur les résultats, OCDE, 2000.

5 La causalité ne peut être démontrée que par des méthodes d’évaluation expérimentales portant sur un échantillon aléatoire examiné avant et après une intervention, un procédé qui n’a pas pu être réalisé pour cette évaluation. Néanmoins, les évaluateurs ont estimé la « contribution » du SECO en termes de résultats et d’impacts en se basant sur les résultats d’interviews, le relevé de données et des discussions avec des groupes de réflexion.

6   La liste complète des enseignements et recommandations, accompagnée de la réponse du SECO, figure dans le rapport du Comité externe d’évaluation (voir note 2).

7   L’administration et le personnel des réseaux de distribution d’électricité sont souvent incités à perpétuer les pertes commerciales, soit qu’ils donnent de l’électricité gratuitement par clientélisme politique, soit qu’ils touchent des pots-de-vin des clients pour réduire leurs factures.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1 – Projets du SECO dans les pays étudiés, 1992-2009
Caption Notes : TI = très insatisfaisant ; I = insatisfaisant ; S = satisfaisant; TS = très satisfaisant ; ID = indisponible.
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/697/img-1.png
File image/png, 460k
Title Graphique 1 – Indicateur moyen de corruption (1996-2008) vs efficience des interventions du SECO
Credits Source : Banque mondiale, Indicateurs mondiaux de la gouvernance(1996-2008).
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/697/img-2.png
File image/png, 26k
Top of page

Cite this article

Bibliographical reference

Guy Bonvin, « Les défis du secteur de l’énergie en Europe de l’Est et en Asie centrale : une évaluation de 18 ans de coopération économique suisse »,International Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2 | 2011, 105-115.

Electronic reference

Guy Bonvin, « Les défis du secteur de l’énergie en Europe de l’Est et en Asie centrale : une évaluation de 18 ans de coopération économique suisse », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 2 | 2011, Online since 10 May 2011, connection on 19 November 2017. URL : http://poldev.revues.org/697 ; DOI : 10.4000/poldev.697

Top of page

About the author

Guy Bonvin

Chef adjoint du secteur Financement d’infrastructures, centre de prestations Coopération et développement économiques, Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) de la Confédération suisse.

Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org