Skip to navigation – Site map
2 | 2011
Energy and Development
Dossier | Energie et développement - Revue | Évolutions des politiques de développement

Migration et développement : les politiques de la Chine et de l’Inde à l’égard de leurs communautés d’outre-mer

Jérôme Elie, Marylène Lieber and Christine Lutringer
p. 215-230
Translation(s):
Migration and Development: The Policies of China and India with regard to their Overseas Communities

Abstract

En se basant sur les cas de l’Inde et de la Chine, deux pays à forte émigration qui ont élaboré des politiques visant à favoriser les liens avec leurs ressortissants vivant à l’étranger, cet article propose une contribution au débat académique et politique sur les relations qui existent entre le phénomène migratoire et le développement des pays d’origine. En prenant comme exemple les mesures que ces deux pays ont échafaudées en faveur de leurs communautés outre-mer, il est possible de relever la nécessité de créer une ou des structures institutionnelles promouvant les initiatives individuelles. Une telle démarche permet également de souligner l’importance de la dimension réciproque qui ne doit pas manquer de s’instaurer entre le gouvernement du pays d’origine et les migrants.

Top of page

Full text

1. Introduction

  • 1  Dans cet article, l’expression « transferts de fonds » désigne les transferts de fonds effectués p (...)

1Le débat concernant l’impact des migrations sur le développement des pays d’origine est ancien. Dans l’après-guerre, les économistes avaient élaboré une vision optimiste des contributions potentielles des migrants au développement économique et à la modernisation de leur pays. L’hypothèse était que la réduction des surplus de population active dans les zones d’origine et l’afflux de capitaux par le biais des transferts de fonds1 aideraient à améliorer la situation économique de ces pays. Toutefois, dans les années 1970, à la suite de résultats décevants, des chocs pétroliers et de la stagflation, un certain pessimisme s’est installé, poussant d’aucuns à considérer que les flux migratoires contribuaient davantage au maintien de l’état de dépendance et de sous-développement des pays d’origine (Massey 1998 ; Monsutti 2008).

  • 2  Voir notamment Efionayi-Mäder et al. (2008).
  • 3  Signalons la création, en 2008, d’un programme global « Migration et développement » au sein de la (...)

2Ces dernières années, la relation entre migration et développement a été réévaluée, tant sur le plan académique2 que politique. De nombreux universitaires, organismes internationaux et gouvernements considèrent désormais que la migration peut apporter une contribution importante au développement des pays pauvres3 (DFID 2007 ; UNDP 2009). Contrairement aux perceptions qui prévalaient dans les années 1970 et 1980, les analystes soulignent de plus en plus les aspects positifs de cette dialectique et les contributions potentielles des migrants. En effet, ces derniers sont maintenant souvent considérés comme des ressources, des agents d’un processus de développement issu de la base (Agunias 2009) et même des « héros du développement » (Castles et Delgado Wise 2008, 3).

3La vision du Sud a été longtemps absente de ce débat et cette évolution s’est produite principalement à l’initiative des pays d’accueil du Nord et des organisations internationales qu’ils dominent. De ce fait, les réflexions se sont souvent inspirées des considérations sécuritaires et des objectifs de contrôle des flux migratoires portés par ces pays. Effectivement, le débat s’est centré en grande partie sur la migration Sud-Nord, souvent perçue comme une menace pour l’identité nationale, la cohésion sociale et la sécurité nationale des pays du Nord. Ainsi, le lien entre migration et développement semble avoir été fréquemment instrumentalisé pour parvenir à mieux contrôler les flux migratoires et obtenir la coopération des Etats du Sud dans ce cadre. Une telle gestion des flux migratoires ne pouvant être accomplie sans la coopération des gouvernements des pays d’origine et de transit, il a fallu faire en sorte que les processus dégagent également des avantages pour ces derniers. Les programmes de migration temporaire (ou « circulaire ») et de codéveloppement entrent souvent dans ce schéma (Castles et Delgado Wise 2008, 3 et 9).

4L’évolution découle également du constat de l’importance macroéconomique des transferts de fonds, qui ont été facilités par des politiques adoptées par les pays de destination (de Haas 2006, 1). Celles-ci permettent notamment une accélération du processus et une diminution des frais impliqués. Cependant, jusqu’à récemment, les analystes n’avaient pas prêté grande attention aux stratégies et politiques que les gouvernements des pays d’origine pouvaient mettre en place afin d’encourager la participation des migrants à leur développement (GTZ 2010, 5). Cela en dépit du fait qu’un nombre croissant de ces gouvernements du « Sud » ont adopté des approches appelant leurs populations émigrées à contribuer au développement économique et social.

5Cet article propose donc de contribuer au débat en s’appuyant sur les cas chinois et indien. Ces deux pays constituent des études de cas particulièrement intéressantes en raison de l’ampleur et de la composition de leurs flux migratoires : en termes du nombre total d’émigrants, ils figurent depuis de nombreuses années parmi les pays de plus forte émigration ; il s’agit des deuxième et troisième plus grandes diasporas au monde ; et, surtout, ils sont parmi les plus grands récepteurs de transferts de fonds (Ratha et al. 2009, 3). A titre d’exemple, l’Inde a reçu 52 milliards USD en transferts de fonds en 2008, dépassant la Chine qui pour sa part a reçu 49 milliards USD la même année, selon les estimations de la Banque mondiale (Jha et al. 2009, 8). De plus, tant la Chine que l’Inde connaissent un flux grandissant de professionnels hautement qualifiés qui partent pour les pays occidentaux (Wiesbrock 2008, 32). La question qui se pose alors est de savoir comment ces deux pays ont réévalué le rôle de leurs diasporas et quelles sont les mesures qu’ils ont prises afin d’encourager les contributions de celles-ci au développement de leur pays d’origine.

  • 4  On peut citer le rapport de l’équipe de Binod Khadria (Khadria et al. 2008), financé par le Minist (...)

6En nous appuyant sur ces deux cas, nous réfléchirons aux bénéfices et aux limites de la prise en compte de ces politiques dans l’analyse des relations entre migration et développement, en élargissant le questionnement aux modes de relations mis en place pour capitaliser sur les ressources émanant des diasporas. Si la Chine et l’Inde ne sont plus à proprement parler des pays « en développement » et posent désormais de sérieux problèmes de compétition aux pays du Nord, il apparaît que leur développement économique et social a été en partie rendu possible par les contributions et les investissements de leurs communautés vivant à l’étranger, que ce soit en termes des transferts de fonds directs ou via des voies indirectes, telles que les transferts de compétences, de savoir-faire ou d’idées. Ainsi, la diaspora indienne et les politiques migratoires de l’Inde font désormais l’objet d’une attention croissante4 et les politiques de la Chine à l’égard de ses ressortissants à l’étranger ont fait couler beaucoup d’encre, que ce soit pour décrire leur dimension nationaliste (Thuno 2001 ; Nyiri 2004 ; Pina-Guerassimoff 2006) ou leur dimension économique (Barabantseva 2005). L’examen des politiques menées par ces deux pays, dans leurs similitudes et leurs contrastes, permet ainsi d’engager le débat sur la validité de ces politiques et de contribuer à la réflexion sur la complexité des relations entre migration et développement.

Les diasporas indienne et chinoise

La diaspora indienne compte un peu moins de 30 millions de personnes à travers le monde. Si elle est plus petite que la diaspora chinoise, elle est cependant reconnue comme la plus largement dispersée (Rai et Reeves 2009). Outre sa dispersion géographique et la variété des destinations choisies par les migrants au fil du temps, elle est caractérisée par une grande hétérogénéité en termes de catégories socio-économiques, de castes et de régions d’origine. Surtout, elle est le résultat de plusieurs vagues successives d’émigration au caractère très différent les unes des autres. A partir des années 1830, à la suite de l’abolition de l’esclavage, le système d’engagisme (indenture) conduit à recruter, de manière organisée et par des contrats temporaires, de la main-d’œuvre indienne dans les plantations coloniales, essentiellement britanniques, dans les Caraïbes, l’océan Indien, l’Asie du Sud et du Sud-Est, l’Afrique et le Pacifique. Un grand nombre de ces travailleurs engagés (indentured workers) finissent par rester dans les pays de destination : ils forment la base de la « diaspora laborieuse » ou « ancienne diaspora » (Lal 2006 ; Carter 2008). Après la Seconde Guerre mondiale, on observe un changement dans la dynamique migratoire dans la mesure où les régions d’accueil ne sont plus situées dans la périphérie coloniale mais dans les centres métropolitains du Commonwealth, au Royaume-Uni* mais aussi au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Parallèlement, à partir des années 1970, on observe un large mouvement d’émigration vers les pays du Golfe dans le contexte d’extractions massives de produits pétroliers et du boom de la construction qu’elles induisent. Une autre vague d’émigration, qui se poursuit elle aussi dans la période contemporaine, concerne des travailleurs hautement qualifiés, notamment dans le domaine des technologies de l’information, des étudiants et des professionnels qui s’établissent dans les pays de l’OCDE mais aussi en Asie et en Afrique (Khadria et al. 2008 ; Kumar et al. 2009). Relevons à ce titre l’importance des migrations intra-asiatiques et la forte présence de la diaspora indienne en Asie du Sud et du Sud-Est, qui représente 36 % des effectifs totaux (Kesavapany et al. 2008 ; Khadria 2009, 6).

On estime que la diaspora chinoise, quant à elle, s’est constituée au fil des siècles et regroupe actuellement entre 30 et 50 millions de personnes dans le monde (Ma Mung 2000). Les pays traditionnels d’immigration chinoise sont les pays du Sud-Est asiatique et d’Amérique du Nord. L’Europe, si elle a également connu des flux en provenance de Chine dès la seconde moitié du XIXe siècle, ne concentre aujourd’hui que 6 % des effectifs mondiaux contre environ 80 % en Asie et 14 % en Amérique (Ma 2003).

Les diverses communautés de Chinois d’outre-mer sont extrêmement variées, en fonction notamment de la région de Chine dont elles proviennent, des langues chinoises qu’elles parlent, des époques et des contextes des pays où elles se sont installées. Ainsi, bon nombre d’études sur les Chinois d’outre-mer s’attellent à rendre compte des différentes modalités de « localisation » de ces diverses populations chinoises, particulièrement en Asie du Sud-Est (voir par exemple les études sur les Peranakan de Malaisie et de Singapour [Rudolph 1998]). En opposition à ces anciennes communautés installées à l’étranger de longue date, on appelle les personnes qui ont émigré après les politiques de réforme et d’ouverture lancées en Chine à la fin des années 1970 les « nouveaux migrants ». Ces derniers sont généralement considérés comme étant des personnes qualifiées, nées en Chine populaire et éduquées dans l’idéologie communiste et qui garderaient ainsi un intérêt profond au devenir de leur pays d’origine malgré leur expatriation (Liu 2005 ; Pina-Guerassimoff 2006). Cette population intéresse beaucoup le gouvernement chinois actuel, qui la considère comme une force de modernisation du pays, tant d’un point de vue économique qu’à l’égard de ses compétences.

* Aujourd’hui encore, au sein de l’Union européenne, les deux tiers de la diaspora indienne sont basés au Royaume-Uni (Khadria 2009, 16).

2. Un nouveau regard sur les migrants

7Favoriser les liens avec les communautés d’outre-mer n’est pas facile et nécessite souvent une amélioration préalable de la perception dont les migrants font l’objet dans leur pays d’origine (de Haas 2010). Les exemples indien et chinois démontrent que l’intérêt porté par les pays d’origine à leurs diasporas ne constitue pas nécessairement un fait récent et ne se développe pas forcément de manière linéaire.

8Dans le cas de l’Inde, si les discours des leaders du mouvement nationaliste mettaient l’accent sur les liens de solidarité de la nation indienne qui l’unissaient avec ses communautés d’outre-mer, après l’indépendance, le gouvernement s’en désolidarise et pratique une politique de « dissociation active » à leur égard (Carsignol 2009, 158-168 ; Lall 2001). En fait, au nom du principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres Etats, Nehru mène une « politique de réserve » par rapport aux Indiens de l’étranger et encourage leur intégration dans les sociétés d’accueil. C’est seulement à partir des années 1970 que l’Etat commence à se tourner vers sa diaspora, à la fois pour prendre la défense de ses ressortissants établis à l’étranger et pour nouer une relation plus étroite avec un nouveau type d’acteurs du développement.

9Le cas chinois est également caractéristique. Après que les Chinois résidant à l’étranger eurent été ignorés ou rejetés comme des traîtres ou des criminels par les divers gouvernements chinois successifs, la perception à leur égard a commencé à évoluer dès la seconde moitié du XIXe siècle, au moment où a émergé une prise de conscience de la ressource économique que pouvait représenter cette population pour la modernisation du pays (Zhuang 2000). C’est à cette époque qu’a été créé le terme de huaqiao afin de désigner tous les Chinois à l’étranger. Ce terme découle d’une politique qui visait non seulement à unifier (parfois contre son gré) une population variée, mais également à souligner son allégeance à l’empire (Wang 1993). Cette politique a été effective puisque la population en question a joué un rôle central dans l’avènement et la consolidation de la République de Chine en 1912 (Zhuang 2000).

  • 5  En parallèle, le gouvernement nationaliste, replié sur l’île de Taiwan depuis 1949, a continué la (...)

10Peu après les débuts de l’ère de Mao, le gouvernement de la République populaire de Chine (RPC) rompt avec cette politique et s’attache à défaire les liens avec ces populations qui étaient suspectées de fausse loyauté5. Les Chinois d’outre-mer se sont donc vu encourager à prendre la nationalité du pays où ils vivaient (Fitzgerald 1972), avant de se voir, dès les années 1960, qualifier de bourgeois et de capitalistes. Les familles des personnes vivant à l’étranger étaient alors très souvent persécutées. Cependant, à la fin des années 1970, après les politiques de réforme et d’ouverture, la Chine populaire révise son approche (Nyiri 2004), ce d’autant plus que c’est à cette époque que les migrations vers l’étranger reprennent, de façon timide d’abord avant de s’intensifier dès le milieu des années 1990.

2.1. Transferts de fonds des migrants et transferts financiers

11Partant de cette considération positive à l’égard des populations émigrées, les politiques adoptées par les pays d’origine peuvent prendre différentes formes et sont principalement destinées à maximiser la contribution des migrants aux objectifs de développement économique. Ainsi, nombre de ces initiatives mettent l’accent sur les transferts financiers afin de faciliter les flux des transferts de fonds, les investissements sur le marché boursier et dans les entreprises nationales et locales (GTZ 2010, 20). Les cas chinois et indien sont révélateurs de la variété de ces initiatives. Celles-ci ne concernent pas seulement les transferts de fonds, mais favorisent aussi par exemple le retour, complet ou pendulaire, des migrants hautement qualifiés.

12La politique plus active menée à partir des années 1970 par l’Inde en faveur de sa diaspora a commencé par une reconnaissance de la contribution économique qu’elle peut fournir au développement du pays, par le biais de ses transferts de fonds et ses investissements. Ainsi, le gouvernement a mis en place un programme donnant la possibilité aux Indiens non résidents de déposer des fonds en Inde à des taux d’intérêt attractifs, tout en permettant librement leur reconversion en monnaie étrangère (Rothermund 2008, 239). Là-dessus s’est greffée la création, en 1973, de la catégorie fiscale de Non Resident Indian (NRI), qui permet d’éviter la double imposition. En 1986, le gouvernement établit un service destiné à faciliter les investissements de la part des NRI et l’année suivante il fonde la Indo-NRI Chamber of Commerce and Culture (Carsignol 2009, 121 et 345). Le gouvernement montre ainsi un intérêt croissant à la fois pour les investissements et les transferts de fonds des Indiens de l’étranger. Ces transferts sont envoyés en grande partie, dès cette époque, par les migrants indiens travaillant dans les pays du Golfe et représentent des contributions substantielles pour les familles restées au pays mais aussi pour la balance nationale des paiements.

13En Chine, c’est après la Révolution culturelle qu’on assiste à une ouverture partielle de certaines frontières, vues jusqu’alors comme la limite avec le monde capitaliste. Entre 1978 et 2000, plus de 360 lois et règlements sur les Chinois vivant à l’étranger sont créés par le Parti communiste et plus de 800 par le Conseil des affaires de l’Etat (Barabantseva 2005). Ces lois et règlements ont pris des formes diverses. D’une part, on a assisté en 1979 à la création de quatre zones économiques spéciales, suivie en 1984 par l’ouverture à l’investissement étranger de 14 villes côtières, avec des facilités financières supplémentaires accordées aux huaqiao. D’autre part, dès cette époque, la Chine assouplit les procédures d’entrée et de sortie pour les membres de familles de Chinois vivant à l’étranger, tout en mettant en place une politique de fiscalité spécifique pour les échanges d’argent. Cette politique a permis de nouer des liens entre les villages d’origine et les expatriés, notamment grâce à la liberté relative accordée aux familles dès 1982 et une politique active de la part des régions.

2.2. Miser sur les savoir-faire et les transferts de connaissances

14Outre les facilités financières, l’encouragement à la création ou au développement des petites et moyennes entreprises dans les pays d’origine représente également un aspect important. En effet, les gouvernements tentent de capitaliser sur les actifs financiers obtenus à l’étranger par leurs émigrants autant que sur les connaissances acquises concernant le monde des affaires dans les pays d’origine et de destination. L’accès des migrants aux réseaux transnationaux peut également présenter des avantages non négligeables. D’autres politiques misent ainsi sur le soutien de projets collectifs lancés par des organisations de migrants ou l’incitation aux émigrants à faire profiter les pays d’origine de leurs compétences professionnelles acquises à l’étranger (GTZ 2010, 20-21). C’est exactement ce sur quoi ont misé les autorités chinoises et indiennes.

15En Chine, dès 1980, le départ de personnes qualifiées et d’étudiants est facilité par une politique d’aide du gouvernement chinois, mouvement qui s’intensifie dès le milieu des années 1990 puisque la « loi de la RPC sur le contrôle des sorties et des entrées des citoyens » du 1er février 1986 permet l’obtention d’un passeport pour toute personne qui bénéficie d’une invitation et d’un soutien financier à l’étranger. Ainsi, entre 1978 et 2006, ce seraient 1,067 million d’étudiants et de chercheurs qui seraient partis à l’étranger (Lebail et Shen 2008). En outre, les personnes ayant obtenu un passeport et séjourné à l’étranger sont également autorisées à le garder et à repartir sans autorisation. Dès 2002, toutes les personnes résidant dans l’une des quatre zones pilotes du Guangdong peuvent demander un passeport et, dès 2005, cette politique est étendue à toutes les grandes villes et les bourgs. Ces mouvements massifs ont incité à la création d’agences privées d’émigration, que ce soit pour le travail, les études, voire le mariage, que le gouvernement chinois a tenté de réguler en 2001 (Xiang 2003).

16En parallèle, les Chinois de l’étranger se sont vu octroyer des facilités d’entrée et de sortie, et la politique du gouvernement chinois dans les années 1980 peut se résumer au slogan hui guo fuwu, « rentrer pour servir son pays ». Afin de bénéficier du savoir-faire et des compétences des Chinois formés à l’étranger, le gouvernement leur a accordé toute une série de facilités en termes de logement et d’emploi. Celles-ci restaient tout de même bien peu engageantes au regard des conditions de vie à l’étranger et cette politique a été supplantée par celle du wei guo fuwu, « servir son pays », après les événements de Tian’anmen. Dès cette époque, les discours n’insistent plus sur le retour définitif pour faire montre de patriotisme, mais l’investissement des Chinois de l’étranger (quels qu’ils soient) reste essentiel pour le développement et la modernisation du pays (Liu 2005). A cette fin, les Chinois de l’étranger peuvent bénéficier de « cartes vertes » leur permettant de se déplacer comme ils l’entendent. L’un des phénomènes les plus frappants de la dernière décennie est le « retour des cerveaux », en général des jeunes hommes très qualifiés, qui ont passé au moins un an à l’étranger (Lebail et Shen 2008). Le nombre des retours irait croissant puisqu’au début des années 2000, il concernerait près de 18 000 personnes pour 42 000 en 2006. Ces dernières se voient proposer d’excellentes positions dans des entreprises multinationales chinoises ou de très bonnes conditions de travail pour les chercheurs. Ainsi, l’idée diffusée dès la fin du XIXe siècle avec le terme huaqiao a pris un nouvel essor en Chine populaire puisque le gouvernement actuel voit désormais les Chinois vivant à l’étranger (qu’ils soient descendants de Chinois, d’origine chinoise ou ressortissants chinois) comme des partenaires privilégiés pour servir les intérêts du pays.

17Dans le cas indien, on assiste à un phénomène similaire. Etant donné la bonne santé économique de leur pays d’origine ces dernières décennies et les politiques d’immigration plus restrictives dans les pays de destination, de plus en plus d’Indiens installés à l’étranger optent pour un retour (Khadria et al. 2008). Les pouvoirs publics ont ainsi pris des mesures favorisant tout particulièrement le retour des travailleurs hautement qualifiés, jugé très bénéfique : outre le transfert de compétences, il s’accompagne généralement de la création d’emploi et de richesse – ce qui n’est pas le cas lors du retour de travailleurs migrants moins qualifiés. Parallèlement, le gouvernement vise à rendre encore plus attractifs les investissements en Inde pour les NRI et encourage, si ce n’est leur retour, en tout cas les activités des professionnels et des entrepreneurs en lien avec leur pays d’origine. Dans cette perspective, des mesures ont été adoptées pour faciliter les investissements, assouplir les formalités administratives et améliorer le cadre économique général. D’autres initiatives ont un impact indirect sur les migrations de retour, comme celles prises dans le domaine de l’éducation et de la recherche à travers, par exemple, l’établissement de parcs d’innovation et de centres de recherche de pointe, susceptibles de favoriser le retour des scientifiques. Remarquons également que la nouvelle génération de professionnels est souvent très mobile et ne considère pas le retour au pays d’origine comme un choix de résidence permanente mais plutôt comme une phase transitoire (Wiesbrock 2008, 48).

18Ainsi, la Chine et l’Inde ont fait en sorte de créer un cadre qui soit non seulement favorable et incitatif à la contribution des populations émigrées, mais également cohérent et intégré à une politique et des objectifs plus larges de développement économique national.

3. Pérenniser et maximiser les contributions des migrants

19Les migrants ont toujours apporté à leurs communautés d’origine des contributions qui se révèlent souvent précieuses pour la réduction de la pauvreté dans ces pays. Ces initiatives peuvent être élaborées sur une base individuelle ou familiale, ou par le biais d’organisations regroupant des migrants selon des critères variés tels que l’origine nationale, l’appartenance religieuse et ethnique ou les affinités politiques et culturelles. Souvent, ces organisations rassemblent des individus au sein de réseaux liés à leurs villages d’origine, qui sont engagés dans le développement local. Dans le cadre des réflexions sur le lien entre migration et développement, ce type d’associations fait l’objet d’un intérêt considérable (Portes, Escobar et Radford 2007 ; Orozco 2003).

20Cependant, ces initiatives sont en général spontanées, non coordonnées et fondées sur de faibles assises institutionnelles, ce qui nuit à la viabilité des entreprises. Elles sont pour la plupart de courte durée et nécessitent de « repartir à zéro » à chaque nouvelle initiative, faute de directives opérationnelles et de structures nationales. Ce constat a parfois mené à plaider en faveur d’interventions étatiques par le biais de « politiques d’incitation à la participation des diasporas » (Gamlen 2006) visant à institutionnaliser et formaliser ces initiatives de manière à les pérenniser et à en accroître l’impact sur le développement national. Dans ce cadre, l’Etat peut intervenir par la création d’institutions nouvelles ou le soutien aux institutions et processus déjà en place.

3.1. Les différents types d’institutions

21En effet, il est important que les gouvernements s’appuient sur des institutions qui mettent en place de véritables partenariats avec les populations émigrées. Ces institutions doivent fournir les incitations, structures et conseils appropriés afin de s’assurer la coopération des migrants (GTZ 2010, 42). Certains pays mettent l’accent sur des institutions mixtes ou quasi officielles, telles que des fondations. Celles-ci sont particulièrement utiles aux gouvernements de pays d’origine qui ne veulent pas agir directement sur les territoires des pays d’accueil. Elles peuvent également représenter d’utiles compléments aux organismes gouvernementaux ainsi que des sources d’informations concernant la diaspora (Agunias 2009, 15-17).

22Plus important encore, un nombre croissant de pays en développement ont établi des ministères chargés des affaires de la diaspora ou ont créé des ministères hybrides, combinant les questions liées à la diaspora aux portefeuilles d’autres ministères tels que ceux du travail, du tourisme ou des affaires étrangères. D’autres options comprennent la création d’institutions officielles de niveau inférieur, souvent rattachées à un ministère. L’établissement d’un ministère distinct de la diaspora ou un ministère hybride indique l’importance accordée par le gouvernement aux contributions potentielles de ses émigrants. A ce propos, l’expérience montre que, contrairement à d’autres institutions qui occupent des postes inférieurs dans la hiérarchie étatique, les ministères de la diaspora bénéficient dans l’ensemble de ressources budgétaires plus conséquentes, d’un soutien gouvernemental accru et d’une plus grande implication dans les questions de développement (Agunias 2009). Enfin, ces politiques nécessitent généralement l’établissement d’institutions qui dépassent le simple cadre national pour avoir une action à l’étranger. Cette approche requiert le plus souvent de capitaliser sur les structures consulaires existantes.

23A cet égard, la Chine et l’Inde sont exemplaires. Toutes deux ont mis en place des ministères spécifiques, même si l’initiative indienne est plus tardive. Dans son approche, le gouvernement indien n’a pour le moment pas été aussi loin que la Chine dans ses efforts d’unification de la diaspora, ni dans son implication dans les réseaux locaux.

3.2. Les exemples chinois et indien

24Au sortir de la Révolution culturelle, la Chine s’arme de nouvelles instances ou en réhabilite de plus anciennes. Ainsi, en 1978, le gouvernement chinois crée le Overseas Chinese Affairs Office (OCAO) (Qiaoban), qui se déploie dans chaque province (sauf le Tibet). En parallèle, l’ACFROC (All-China Federation of Returned Overseas Chinese) (Qiaolian), qui avait été officiellement créée en 1956 avant d’être suspendue durant la Révolution culturelle, reprend ses activités. Aujourd’hui, plus de 8000 organisations de par le monde sont affiliées à ces organismes étatiques. Par ailleurs, depuis 1984, le National Congress of Returned Overseas Chinese and their Relatives est organisé tous les cinq ans (Barbarantseva 2005).

25D’autres types d’institutions fondamentales dans le contexte des politiques envers les émigrants se concentrent sur le niveau local, où ces derniers sont familiers du contexte et, dans de nombreux cas, ont encore des liens familiaux. La Chine présente un réseau très étendu de relais locaux de l’OCAO dans les provinces chinoises ainsi que dans certains cantons et villes. Ces institutions locales présentent l’avantage de faciliter la conception de programmes en phase avec les besoins et potentiels des communautés du pays d’origine (Agunias 2009, 11-12).

  • 6  Cette catégorie s’applique aux ressortissants étrangers ne provenant ni du Pakistan ni du Banglade (...)
  • 7  De nombreuses initiatives portent sur le domaine de l’éducation et visent les jeunes générations d (...)

26En Inde, l’axe de construction identitaire, à travers une politique de reconnaissance active de ses ressortissants étrangers, favorise les contributions des migrants en lien avec des institutions précises. Ainsi, les activités du Ministry of Overseas Indian Affairs (MOIA) visent à promouvoir une relation mutuellement bénéfique et symbiotique entre l’Inde et les Indiens de l’étranger (Khadria 2009). Ce ministère est créé en 2004, sur la base des recommandations du High-Level Committee on Indian Diaspora constitué en 2000 par le gouvernement de coalition dirigé par Atal Bihari Vajpayee. Le parti au pouvoir, le Bharatiya Janata Party, parti de la droite traditionaliste hindoue, mise alors sur « la réactivation des réseaux transnationaux à des fins de consolidation du pouvoir en Inde » (Carsignol 2009, 122). Le MOIA est chargé de toutes les questions concernant les « Indiens non résidents » (Non Resident Indians – NRI) et les « personnes d’origine indienne » (Persons of Indian Origin – PIO)6. Il a pour objectif de promouvoir les flux de transferts de fonds, d’investissements et d’autres ressources, de faciliter les migrations de retour mais aussi de stimuler une plus grande interaction entre la diaspora et son pays d’origine7. Dans ce cadre, le gouvernement indien s’est particulièrement appuyé sur des institutions mixtes ou des fondations. Ainsi, le MOIA et la Confederation of Indian Industry (CII) ont constitué en 2007 le Overseas Indian Facilitation Centre, une plateforme destinée à faciliter les investissements des Indiens de l’étranger et leurs relations d’affaires en Inde. Il s’agit donc d’une initiative conjointe public-privé émanant du pays d’origine qui cherche à renforcer les liens économiques de ses ressortissants à l’étranger. Le MOIA a par ailleurs créé une fondation, la India Development Foundation of Overseas Indians, dont la mission est de faciliter les actions philanthropiques de la diaspora en Inde.

4. Renforcer les liens et les dynamiques entre le centre et la périphérie

27Hormis le niveau des transferts de fonds, les politiques relatives aux diasporas exercent sur le développement des pays d’origine un impact qu’il est particulièrement difficile d’évaluer en raison des nombreuses variables impliquées et parce que ces politiques n’ont, pour l’essentiel, été introduites que depuis peu. Néanmoins, sur la base de recherches récentes et des cas plus anciens chinois et indien, certains éléments semblent se dégager pour former des conditions favorables. En particulier, il paraît fondamental que les politiques soient fondées sur des objectifs clairs, qui connectent les intérêts des migrants et les projets de développement. Comme précisé plus haut, les émigrants ont toujours spontanément élaboré ou soutenu des projets de développement ciblant l’amélioration des conditions de vie de leurs proches. Par conséquent, le défi qui se présente aujourd’hui aux gouvernements est de relier ces projets aux stratégies nationales et d’en maximiser les impacts positifs.

28Dans cette optique, il est important de viser une cohérence des différentes politiques de développement mises en place et d’assurer une coordination entre celles-ci. En outre, pour s’assurer le soutien et la participation des migrants, il est essentiel de leur accorder un rôle actif dans l’instauration des politiques de développement. Certains auteurs soutiennent même que les migrants doivent avoir la possibilité de négocier leur propre rôle dans le développement national et d’influencer les politiques concernées (GTZ 2010, 4). En fin de compte, pour s’assurer une implication importante, les politiques doivent présenter une valeur ajoutée non seulement pour le pays d’origine mais également pour les émigrants eux-mêmes. Ces avantages peuvent par exemple prendre la forme d’initiatives qui renforcent le sentiment d’identité nationale, ou de mesures de protection pour les émigrants, ainsi que la création de mécanismes facilitant leurs liens avec le pays d’origine. Plus précisément, les options pertinentes comprennent des modalités pour une meilleure intégration politique des émigrants, par exemple en accordant des droits de vote aux expatriés, ou pour leur donner accès aux services civils et sociaux de leur pays d’origine (Gamlen 2006, 12-13 ; Bauböck 2008).

4.1. De la nécessité d’un rapport mutuellement fructueux : l’Inde

29Dans ce contexte, il est fondamental pour les gouvernements d’établir ou de maintenir un rapport de confiance avec leurs expatriés et d’éviter d’adopter des mesures ressenties comme coercitives et susceptibles d’être mal perçues par les populations émigrées. Certains expatriés accordent parfois peu de confiance à leur gouvernement d’origine, soit parce qu’ils ont été forcés de fuir leur patrie ou parce qu’ils lui reprochent une corruption généralisée et une gouvernance inefficace.Les gouvernements doivent donc souvent surmonter des appréhensions préexistantes.

30Dans le cas de l’Inde, le gouvernement a su, ces dernières années, gagner la confiance d’une diaspora qui était traditionnellement sceptique quant aux approches officielles (Agunias 2009, 20). Les mesures prises dans le domaine économique citées plus haut se sont doublées d’initiatives variées visant à encourager la diaspora à rester en contact étroit avec son pays d’origine. A ce titre, on peut citer notamment la célébration annuelle, depuis janvier 2003, d’une journée des Indiens expatriés (Pravasi Bharatiya Divas) et la remise du prix Pravasi Bharatiya Samman, destiné à des NRI et PIO d’exception. En 2006, le gouvernement indien, cette fois dirigé par le Parti du Congrès, introduit une carte de « citoyenneté d’outre-mer », la Overseas Citizenship of India (OCI). La création de cette carte constitue un geste politique important qui témoigne de la volonté du gouvernement indien de rester en contact avec sa diaspora (Rothermund 2008). Ces politiques présentent des similitudes avec les initiatives développées par la Chine. Celle-ci a en effet accordé très tôt des droits politiques aux Chinois d’outre-mer puisque, dès 1954, ils ont théoriquement 30 députés à l’Assemblée nationale populaire.

31D’autres initiatives ont été prises par le gouvernement indien. En 1983, il institue le Protector General of Emigrants, chargé de fournir assistance et protection aux émigrants afin de défendre leurs intérêts et leurs droits, ce qui est particulièrement important pour les migrants les plus vulnérables (GTZ 2010, 30). Alors que la Chine n’a que très peu poursuivi de telles options, le gouvernement indien a tenté d’agir dans ce domaine. Par exemple, les travailleurs indiens présents dans les pays du Golfe ne s’y établissent généralement pas de manière permanente. Or leurs contrats de travail, de durée limitée, sont souvent gérés par des agences de recrutement, ce qui entraîne de nombreuses escroqueries de la part d’intermédiaires qui vendent leurs services aux migrants potentiels (Khadria 2009, 30). L’intervention du gouvernement indien vise à réguler ce type d’activités en opérant un système de contrôle sur les agences. Une fois arrivés sur place, les migrants peuvent aussi demander une assistance matérielle et juridique dans le cadre du Indian Community Welfare Fund, un fonds décentralisé géré par les 42 missions établies dans les pays où les ressortissants indiens sont les plus nombreux8. Parallèlement aux efforts développés pour apporter assistance et protection à ses émigrés, le gouvernement indien a intensifié l’activité de ses centres culturels, chapeautés par l’Indian Council of Cultural Relations. Cette initiative s’inscrit dans la politique de rayonnement culturel de l’Inde, tout en lui permettant de renforcer ses liens avec ses ressortissants installés à l’étranger (Carsignol 2009, 170 et 342). Miser sur les liens culturels entre le pays d’origine et la diaspora constitue ainsi une autre stratégie pour renforcer les liens et les dynamiques entre le centre et la périphérie, comme l’illustre tout à fait le cas chinois.

4.2. Miser sur le pouvoir « soft » des liens culturels : la Chine

32De son côté, le gouvernement chinois a en effet misé davantage sur une approche culturelle pour diffuser un sentiment national auprès des Chinois de l’étranger. La politique de la RPC à cet égard est fondée avant tout sur le maintien (voire la création) des liens culturels et s’appuie notamment sur les piliers traditionnels de maintien des relations que sont les associations, les journaux en mandarin et les écoles de langues (Liu 1998). Aussi le gouvernement chinois s’attelle-t-il à promouvoir des associations professionnelles ou d’étudiants. Celles-ci sont indépendantes, mais les liens de leurs responsables avec les instances dirigeantes de Chine populaire sont indéniables (Xiang 2003). Qui plus est, il y a de plus en plus de revues, de quotidiens, de chaînes de télévision et de sites Internet dans lesquels l’unité de la communauté chinoise constitue un thème récurrent. Mette Thuno (2001) les considère comme de véritables outils de propagande.

33Par ailleurs, l’enseignement de la langue chinoise à l’étranger est en train de retrouver l’importance qualitative et quantitative qu’il avait perdue pendant quarante ans. La RPC s’investit désormais dans ce domaine parce que les parents demandent que leurs enfants apprennent le chinois et parce que l’importance économique grandissante de la Chine engage une vraie fièvre du chinois. De telles initiatives permettent de saisir la façon subtile dont les initiatives individuelles et les intérêts du gouvernement chinois s’entrecroisent. Aujourd’hui, un nombre croissant de personnes veulent apprendre le mandarin et la Chine soutient le mouvement en créant partout des Instituts Confucius, en envoyant des enseignants à l’étranger et en offrant des sessions de formation gratuites en Chine pour les enseignants de chinois. De même, ils organisent des camps d’été pour les descendants de Chinois à l’étranger (Thuno 2001 ; Louie 2000). On a alors affaire à ce qui a été décrit comme une sorte de pouvoir soft, qui contribue à renforcer les liens avec les Chinois de l’étranger, quelle que soit l’époque à laquelle ils ont quitté le territoire (s’ils y ont jamais vécu).

34En tout état de cause, dans un cas comme dans l’autre, les chercheurs et responsables politiques s’accordent à dire qu’il est essentiel de gagner la confiance des résidents établis à l’étranger (Khadria et al. 2008, 13) et que le succès des politiques de retour (en termes de transferts de fonds et/ou de savoir-faire) dépend largement du contexte politique, social et économique du pays d’origine (Wiesbrock 2008, 38).

5. Conclusion

35Les cas présentés soulignent à quel point les politiques d’incitation à la participation des diasporas mises en place par les gouvernements d’origine peuvent être complexes et présenter de multiples facettes. Elles nécessitent donc un engagement important et doivent reposer sur une connaissance réaliste de la diaspora, y compris ses caractéristiques, ses préférences et ses capacités financières (Ionescu 2006, 21). Cela peut impliquer d’importants travaux préparatoires, comme ceux développés par les gouvernements indien et chinois, efforts qui ne peuvent pas toujours être reproduits par d’autres pays aux plus faibles moyens (Agunias 2009, 18-19).

36Ainsi, la mise en œuvre de telles politiques peut présenter certains obstacles difficilement contournables par les gouvernements concernés. D’abord car les contraintes internationales (notamment le principe de non-ingérence) limitent souvent la capacité d’action des gouvernements en territoire étranger (Gamlen 2008, 7). Ensuite car ces initiatives appellent une volonté politique, une approche rigoureuse et l’allocation de fonds qui manquent souvent aux pays les plus pauvres. En effet, « dans de nombreux pays en développement, la création d’institutions gouvernementales efficaces et viables qui répondent aux besoins de la population locale a toujours présenté un défi majeur. Leur principal problème, qui n’est pas surprenant, est le manque de ressources – financières, techniques et politiques –, qui conduit souvent à des institutions riches en ambitions, mais mal équipées pour mettre en œuvre leur vision » (Agunias 2009, 17, notre trad.). Cela d’autant plus que, dans un contexte de ressources limitées, l’allocation de moyens aux expatriés peut être source de tensions avec les populations restées au pays. Dans ces conditions, on peut se demander si les succès de politiques visant à associer les diasporas au développement des pays d’origine ne constituent pas le symptôme d’un développement déjà lancé (comme en Chine ou en Inde) plutôt que sa source (GTZ 2010, 39-40). Le défi pour les chercheurs serait alors de trouver les moyens de faire en sorte que ces politiques puissent également être viables et bénéfiques pour les pays les plus pauvres. Une option serait de s’assurer que ces initiatives des pays d’origine soient complétées ou soutenues par le secteur privé et les organisations internationales ainsi que les pays de destination (Agunias 2009, 22). Une harmonisation accrue des politiques migratoires au niveau mondial pourrait également participer à cette dynamique, ce que l’Inde appelle de ses vœux (Khadria 2009, 77). Des recherches et des réflexions plus approfondies sont évidemment nécessaires dans ce domaine.

37Il est important de souligner que les initiatives de l’Etat ne constituent pas les seuls facteurs qui conditionnent les contributions d’une diaspora. Tout particulièrement dans le contexte de mondialisation, le développement des moyens de transport et de communication favorise une plus grande connexion, à la fois entre la diaspora et son pays d’origine et entre les différentes communautés diasporiques (Appadurai 2000 ; Rai et Reeves 2009). Un autre facteur qui influence le type de rapport (et de contribution) des communautés de l’étranger est le caractère parfois temporaire des migrations et l’importance des migrations circulaires (Khadria 2009). Ces phénomènes favorisent l’émergence de réseaux transnationaux (Saxenian 2005 ; Radhakrishnan 2007) qui ont un impact, par exemple, sur certaines activités entrepreneuriales (Reeves 2009).

38Enfin, il faut également être prudent et éviter de présenter ces politiques comme une panacée (Ionescu 2006, 21). De plus en plus d’analystes s’intéressent aux émigrés en tant qu’agents de développement et conviennent que les communautés de migrants à l’étranger ont une contribution importante à apporter à leur pays d’origine. Toutefois, comme certains chercheurs l’ont signalé, la migration est une composante intrinsèque du développement mais ne garantit pas le développement en soi, sauf s’il existe des structures et des institutions propices à cette concrétisation. A trop insister sur la responsabilité des migrants dans les processus de développement, on court un risque certain de délier les gouvernements des pays d’accueil et d’origine de leurs propres responsabilités (Skeldon 2008). Certains auteurs ont effectivement critiqué une tendance générale à l’excès d’optimisme à l’égard du potentiel de développement lié aux processus migratoires et à la responsabilité des migrants dans ce cadre (Matsas 2008). Les politiques doivent être pensées et mises en œuvre en étroite collaboration avec les expatriés et doivent se nourrir de leurs expériences et apports, mais le rôle des Etats est fondamental pour établir les conditions nécessaires à la maximisation de ces apports (de Haas 2010, 227). Par conséquent, afin de favoriser la compréhension du lien entre migration et développement, dans la perspective précise des dialectiques entre pays d’origine et populations expatriées, il semble primordial d’élaborer une approche centrée à la fois sur l’action des migrants et sur les politiques mises en place par leurs gouvernements d’origine.

Top of page

Bibliography

Agunias, D. R., dir. 2009. Closing the distance : How governments strengthen ties with their diasporas. Washington, DC : Migration Policy Institute and The Bertelsman.

Appadurai, A. 2000. Modernity at large : Cultural dimensions of globalization. Minneapolis and London : University of Minnesota Press.

Barabantseva, E. 2005. Trans-nationalising chineseness : Overseas Chinese policies of the PRC’s central government. Asien 96 : 7-28.

Bauböck, R. 2008. Citizens on the move : Democratic standards for migrants’ membership. In Delivering Citizenship, 31-48. Gütersloh : Verlag Bertelsmann Stiftung.

Carsignol, A. 2009. La diaspora et l’Etat-nation sur la scène internationale : une étude de la population indienne à l’île Maurice et au Canada. Genève : Institut de hautes études internationales et du développement.

Carter, M. 2008. Indians and the colonial diaspora. In Rising India and Indian communities in East Asia, dir. K. Kesavapany, A. Mani et P. Ramasamy, 12-26. Singapore : Institute of Southeast Asian Studies.

Castles, S., et R. Delgado Wise. 2008. Migration and development : Perspectives from the South. Geneva : International Organization for Migration.

De Haas, H. 2006. Engaging diasporas : How governments and development agencies can support diaspora involvement in the development of origin countries. Oxford : International Migration Institute.

———. 2010. Migration and development : A theoretical perspective. International Migration Review 44 (1) : 227-264.

DFID (Department for International Development). 2007. Moving out of poverty : Making migration work better for poor people. London : DFID.

Efionayi-Mäder, D., A. Monsutti, G. Perroulaz et C. Schümperli Younossian, dir. 2008. Annuaire suisse de politique de développement : Migration et développement ; un mariage arrangé. Genève : Institut de hautes études internationales et du développement.

Fitzgerald, S. 1972. China and the overseas Chinese : A study of Peking’s changing policy 1949-1970.Cambridge : Cambridge University Press.

Gamlen, A. 2006. Diaspora engagement policies : What are they, and what kinds of states use them ? Working Paper 32. Oxford : Centre on Migration, Policy and Society (COMPAS).

———. 2008. Why engage diasporas ? Working Paper 63. Oxford : Centre on Migration, Policy and Society (COMPAS).

GTZ (Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit). 2010. Building bonds for migration and development : Diaspora engagement policies of Ghana, India and Serbia. Eschborn, Germany : GTZ.

Ionescu, D. 2006. Engaging diasporas as development partners for home and destination countries : Challenges for policy-makers. Geneva : International Organization for Migration.

Jha, S., G. Sugiyarto et C. Vargas-Silva. 2009. The global crisis and the impact on remittances to developing Asia. ADB Economics Working Paper Series 185. Manila : ADB.

Kesavapany, K., A. Mani et P. Ramasamy, dir. 2008. Rising India and Indian communities in East Asia. Singapore : Institute of Southeast Asian Studies.

Khadria, B., dir. 2009. India migration report 2009 : Past, present and the future outlook. New Delhi : Cambridge University Press India.

Khadria, B., P. Kumar, S. Sarkar et R. Sharma. 2008. International migration policy : Issues and perspectives for India. IMDS Working Paper 1. New Delhi : International Migration and Diaspora Studies Project, ZHCES, JNU.

Kumar, P., S. Sarkar et R. Sharma. 2009. Migration and diaspora formation: mobility of Indian students to the developed world. IMDS Working Paper 8. New Delhi : International Migration and Diaspora Studies Project, ZHCES, JNU.

Lal, B. V., dir. 2006. The encyclopedia of the Indian diaspora. New Delhi : Oxford University Press.

Lall, M. C. 2001. India’s missed opportunity : India’s relationship with the Non-Resident Indians. Aldershot : Asghate.

Le Bail, H., et W. Shen. 2008. Le retour des « cerveaux » en Chine : quel impact socio-politique ? Asie.Visions, nº 11.

Liu, H. 1998. Old linkages, new networks : The globalization of overseas Chinese voluntary associations and its implications. The China Quarterly 155 : 582-609.

———. 2005. New migrants and the revival of overseas Chinese nationalism. Journal of Contemporary China 43 (14) : 291-316.

Louie, A. 2000. Re-territorializing transnationalism : Chinese Americans and the Chinese motherland. American Ethnologist 27 (3) : 645-669.

Ma, L. J. C. 2003. Space, place and transnationalism in the Chinese diaspora. In The Chinese diaspora : Space, place, mobility, and identity, dir. L. J. C. Ma et C. Cartier, 1-50.Lanham : Rowman & Littlefield.

Ma Mung, E. 2000. La diaspora chinoise: géographie d’une migration.Paris : Ophrys.

Massey, D. S., dir. 1998. Worlds in motion : Understanding international migration at the end of the millennium. Oxford : Oxford University Press.

Matsas, R. 2008. The Global Forum on Migration and Development : A new path for global governance ? Paper presented at the 2008 ACUNS Annual Meeting, The United Nations and Global Development Architecture, Bonn, Germany, 5-7 June.

Monsutti, A. 2008. Migration et développement : une histoire de brouilles et de retrouvailles. In Annuaire suisse de politique de développement : Migration et développement ; un mariage arrangé, dir. D. Efionayi-Mäder, A. Monsutti, G. Perroulaz et C. Schümperli Younossian, 23-42. Genève : Institut de hautes études internationales et du développement. http://aspd.revues.org/162

Nyiri, P. 2004. Expatriating is patriotic ? The discourse on new « migrants » in the People’s Republic of China and identity construction among recent migrants from the PRC. In State/Nation/Transnation : Perspectives on Transnationalism in the Asia-Pacific, dir.S. Brenda, A. Yeoh et K. Willis, 120-143. London and New York : Routledge.

Orozco, M. 2003. Hometown associations and their present and future partnerships : New development opportunities. Washington, DC : US Agency for International Development.

Pina-Guerassimoff, C. 2006. Le renouvellement des perspectives transnationales de la Chine. Critiques internationales 3 (32) : 39-52.

Portes, A., C. Escobar et A. W. Radford. 2007. Immigrant transnational organizations and development : A comparative study. International Migration Review 41 (1) : 242-281.

Radhakrishnan, S. 2007. Rethinking knowledge for development : Transnational knowledge professionals and the « new » India. Theory and Society 36 : 141-159.

Rai, R., et P. Reeves. 2009. Introduction. In The South Asian diaspora : Transnational networks and changing identities, dir. R. Rai et P. Reeves, 1-12. London and New York : Routledge.

Ratha, D., S. Mohapatra et A. Silwal. 2009. Migration and remittance trends 2009 : A better-than-expected outcome so far, but significant risks ahead. Migration and Development Brief 11. Washington, DC : World Bank.

Reeves, P. 2009. An entrepreneurial diaspora ? Transnational space and India’s international economic expansion. In The South Asian diaspora : Transnational networks and changing identities, dir. R. Rai et P. Reeves, 57-68. London and New York : Routledge.

Rothermund, D. 2008. India : The rise of an Asian giant. New Haven and London : Yale University Press.

Rudolph, J. 1998. Reconstructing identities : A social history of the Babas in Singapore. Singapore : Ashgate.

Saxenian, A. L. 2005. From brain drain to brain circulation : Transnational communities and regional upgrading in India and China. Studies in Comparative International Development 40 (2) : 35-61.

Skeldon, R. 2008. International migration as a tool in development policy : A passing phase ? Population and Development Review 34 (1) : 1-18.

Thuno, M. 2001. Reaching out and incorporating Chinese overseas : The trans-territorial scope of the PRC by the end of the 20th century. China Quarterly 168 : 910-929.

UNDP (United Nations Development Programme). 2009. Human Development Report 2009 : Overcoming barriers ; Human mobility and development. New York : Palgrave Macmillan.

Wang, G. W. 1993. China and the Chinese overseas. Singapore : Times Academic Press.

Wiesbrock, A. 2008. Return migration as a tool for economic development in China and India. IMDS Working Paper 3. New Delhi : International Migration and Diaspora Studies Project, ZHCES, JNU.

Xiang, B. 2003. Emigration from China : A sending country perspective. International Migration 41 (3) : 21-48.

Zhuang, G. 2000. Relations avec la Chine. In Encyclopédie de la diaspora chinoise, dir. L. Pan. Paris : Editions du Pacifique.

Top of page

Notes

1  Dans cet article, l’expression « transferts de fonds » désigne les transferts de fonds effectués par les migrants.

2  Voir notamment Efionayi-Mäder et al. (2008).

3  Signalons la création, en 2008, d’un programme global « Migration et développement » au sein de la Direction du développement et de la coopération suisse, marque de l’importance accordée à cette thématique.

4  On peut citer le rapport de l’équipe de Binod Khadria (Khadria et al. 2008), financé par le Ministry of Overseas Indian Affairs (MOIA) qui a contribué, en mai 2008, à la mise en place du programme de recherche en migration internationale à la Jawaharlal Nehru University de New Delhi.

5  En parallèle, le gouvernement nationaliste, replié sur l’île de Taiwan depuis 1949, a continué la politique commencée dans les années 1920 et a soutenu les communautés chinoises à l’étranger.

6  Cette catégorie s’applique aux ressortissants étrangers ne provenant ni du Pakistan ni du Bangladesh, qui ont été citoyens indiens dans le passé, ou descendants de citoyens indiens jusqu’à la quatrième génération, mais qui ont renoncé à leur nationalité pour adopter celle de leur pays d’installation.

7  De nombreuses initiatives portent sur le domaine de l’éducation et visent les jeunes générations de la diaspora. Ainsi, le MOIA a mis en place un programme de bourses pour les enfants de la diaspora (Scholarship Programme for Diaspora Children) et envisage de créer une université pour les NRI/PIO. Par ailleurs, le Know India Programme permet à certains jeunes NRI/PIO de se rendre en Inde pour y découvrir différents aspects de la culture et de l’économie de leur pays d’origine (Khadria 2009 ; GTZ 2010, 31).

8  MOIA, « Indian Community Welfare Fund », http://moia.gov.in/services.aspx?id1=346&idp=346&mainid=23 (consulté le 11 octobre 2010).

Top of page

References

Bibliographical reference

Jérôme Elie, Marylène Lieber and Christine Lutringer, « Migration et développement : les politiques de la Chine et de l’Inde à l’égard de leurs communautés d’outre-mer »,International Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 2 | 2011, 215-230.

Electronic reference

Jérôme Elie, Marylène Lieber and Christine Lutringer, « Migration et développement : les politiques de la Chine et de l’Inde à l’égard de leurs communautés d’outre-mer », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 2 | 2011, Online since 05 May 2011, connection on 24 September 2017. URL : http://poldev.revues.org/710 ; DOI : 10.4000/poldev.710

Top of page

About the authors

Jérôme Elie

Chercheur et coordinateur des activités du « Programme for the Study of Global Migration » de l’Institut de hautes études internationales et du développement, Genève.

Marylène Lieber

Sociologue, chercheuse à la Maison d’analyse des processus sociaux (MAPS), Université de Neuchâtel, et affiliée au Centre d’études français sur la Chine contemporaine – antenne de Taipei (CEFC-Taipei), Taiwan.

Christine Lutringer

Chercheuse au Centre d’études asiatiques de l’Institut de hautes études internationales et du développement, Genève, et au Centre for Area and Cultural Studies de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org