Skip to navigation – Site map
3 | 2012
Aid, Emerging Economies and Global Policies
Dossier | L'aide bousculée. Pays émergents et politiques globales - Revue | Évolutions des politiques de développement

Les Nations unies et les biens publics mondiaux : contributions historiques et défis à venir

Bruce Jenks
This article is a translation of:
The United Nations and Global Public Goods: Historical Contributions and Future Challenges.

Abstract

Cet article explore la thèse selon laquelle la contribution la plus importante de l’Organisation des Nations unies (ONU) à la production de biens publics mondiaux a été son rôle dans l’instauration d’espaces et de capacités permettant de créer des valeurs communes. Débutant par la Charte elle-même, l’auteur retrace l’évolution de cette contribution à travers différentes phases historiques. Il analyse l’impact de la mondialisation sur le rôle des Nations unies ; il identifie notamment la qualité de la perméabilité en tant que produit de la mondialisation, ce qui est essentiel à la compréhension des défis actuels auxquels font face les Nations unies et également au cœur du programme sur les biens publics mondiaux (BPM). L’article examine brièvement, sous cet angle, l’évolution du rôle des Nations unies dans les domaines de la paix et de la sécurité, des droits de l’homme et de la coopération au développement. En conclusion sont identifiés huit leviers de changement qui détermineront la faculté des Nations unies à contribuer de manière substantielle aux BPM : l’instauration de normes et de valeurs communes, la qualité de la direction, l’amélioration de la gouvernance, un réalignement institutionnel, des financements innovants, le renforcement de la consolidation des instruments juridiques, la concentration sur des points stratégiques et le pouvoir des réseaux.

Top of page

Full text

1. Introduction

1Le concept de biens publics mondiaux (BPM) est souvent utilisé par les économistes pour analyser les problèmes liés à l’insuffisance de leur production et concevoir des mécanismes et des mesures d’incitation qui remédieraient à ces problèmes. Dans un sens plus large, les biens publics mondiaux peuvent également être perçus comme englobant des questions que la communauté internationale reconnaît comme étant à la fois importantes et nécessitant une action internationale. Notre argument central est axé autour de la proposition selon laquelle la Charte des Nations unies (NU) elle-même fut élaborée comme un bien public mondial et la contribution des Nations unies à la production de BPM a évolué dans l’histoire. Nous avançons que dans le contexte de mondialisation actuel, la valeur fondamentale des Nations unies est leur capacité à ancrer les relations intergouvernementales dans un ensemble de normes et de valeurs de grande ampleur. Cela est d’autant plus vrai que le monde d’aujourd’hui est caractérisé par deux aspects significatifs et apparus tout récemment : premièrement, les BPM devront de plus en plus être produits par la mise en place de valeurs communes et dépendront moins d’une direction éclairée ; deuxièmement, dans le monde d’aujourd’hui, les solutions se trouveront davantage au-delà des négociations exclusivement intergouvernementales et résulteront au contraire d’un dialogue plus vaste, non exclusif et impliquant l’ensemble des parties prenantes.

2. La Charte des Nations unies : un bien public mondial

2La proposition de valeur énoncée dans la Charte des Nations unies était nettement différente des principes sous-jacents à la Société des Nations (SDN). Cette dernière avait été établie dans le but de s’assurer que les erreurs qui avaient conduit à la Première Guerre mondiale ne se reproduiraient plus. La Première Guerre mondiale était vue comme le résultat d’informations erronées et d’une mauvaise communication – comme une guerre qui aurait pu être évitée. La SDN fut créée pour offrir un forum où les Etats puissent discuter et régler les questions en s’appuyant sur des informations partagées. Elle comprenait un cercle d’Etats servis par un secrétariat passif. Le secrétariat ne fut jamais considéré comme une force indépendante et le secrétaire général de la SDN, Eric Drummond, ne s’adressa jamais à l’Assemblée de la SDN.

3L’expérience de la Seconde Guerre mondiale exigeait une vision plus ambitieuse. La Charte ne se contente pas de considérer les Nations unies comme un simple mécanisme de prévention des malentendus entre les pays. Ses articles 97 à 101 prévoient notamment un espace politique dans lequel le secrétaire général (SG) peut prendre des initiatives importantes. C’est surtout l’article 99 qui innove radicalement en autorisant le SG à attirer l’attention du Conseil de sécurité sur toute affaire qui, à son avis, pourrait mettre en danger le maintien (en anglais maintenance) de la paix et de la sécurité internationales. L’article 100 mérite également une étude attentive : il précise que, dans l’accomplissement de leurs devoirs, le SG et le personnel ne doivent accepter aucune instruction d’un quelconque gouvernement ou d’une quelconque autorité extérieure à l’ONU. Ils doivent s’abstenir de tout acte incompatible avec leur situation de fonctionnaires internationaux responsables seulement envers l’ONU. Or, cet article n’a de sens que s’il présuppose l’existence d’un concept d’internationalisme – de l’intérêt international et des intérêts d’une organisation qui est distincte de ses Etats membres.

4Dans son discours à Oxford en 1961, Dag Hammarskjöld estime que personne, en 1945, n’avait conscience de la mesure dans laquelle le secrétaire général serait amené à prendre position sur des questions hautement controversées. Face aux centres d’autorité rivaux au Congo, il envisagea trois options : le SG pouvait renvoyer la décision de l’affaire au Conseil de sécurité ; il pouvait refuser d’agir car cela l’obligeait à abandonner la neutralité ; enfin, il pouvait exercer son jugement afin de résoudre les problèmes sur une base réellement internationale sans obtenir la décision officielle des organes politiques. La première option était vouée à l’échec car il n’y avait aucun accord et la deuxième était un constat d’échec. Seule la troisième option était responsable. Les conséquences de cette conclusion sur les fonctions du SG sont de nature transformative.

5Les attentes vis-à-vis de la Charte selon la vision de Hammarskjöld dépassent largement celles de la soi-disant école rationaliste (Martin, 1999, 55). D’après ce modèle, les institutions ne modifient pas les intérêts sous-jacents des Etats mais, en transformant l’environnement informationnel, elles modifient les stratégies étatiques de telle manière que les Etats attachés à leurs propres intérêts en viennent à trouver plus facile de coopérer les uns avec les autres. Dans cette perspective, les institutions modifient les schémas de comportement des Etats en changeant non pas les objectifs fondamentaux des Etats, mais les stratégies et les convictions par le biais de l’influence qu’elles exercent sur l’environnement informationnel. Les dispositions de la Charte et les pouvoirs conférés au secrétaire général vont bien au-delà du concept minimaliste de la création de valeurs envisagées dans le modèle rationaliste. Les attentes reposant sur le rôle du SG décrites dans la Charte font de celle-ci un instrument radical et unique dans l’avancement de la coopération internationale. Les fonctions du secrétaire général telles que prévues dans la Charte sont une invitation à prendre la direction.

6Les Nations unies représentent une expérience de coopération internationale et à ce titre doivent être comprises, sur le plan historique, comme un instrument vivant. La substance de cette expérience a été appréhendée de manière très différente au gré des époques. Nous pouvons clairement identifier trois phases de cette évolution.

3. Les composantes essentielles de la paix

7Le concept du fonctionnalisme a inspiré l’élaboration du système des Nations unies qui fut créé à la fin de la guerre. Pour David Mitrany (1943), le monde serait capable de s’unir contre des problèmes communs et les conditions existantes avaient suscité des besoins « autodéterminés » de nature technique qui transcendaient les questions politiques et constitutionnelles. Il avançait que, si les organisations internationales se focalisaient sur la satisfaction de ces besoins, elles parviendraient peut-être à inculquer des habitudes de comportement coopératif entre les peuples de différents pays qui à long terme pourraient déstabiliser les allégeances nationales et mettre fin aux rivalités nationales traditionnelles. En outre, ces besoins détermineraient la forme que prendrait la coopération internationale – d’où le précepte de Mitrany que la « forme suivrait la fonction ». L’expérience de la guerre avait établi une « unité dépassant les politiques ». Le fonctionnalisme est le reflet de son âge : il s’appuie sur l’hypothèse de l’existence d’une volonté commune, au lendemain de l’expérience nazie, d’aller au-delà des rivalités politiques traditionnelles.

8Le système des Nations unies fut conçu autour du concept des communautés de pratique qui établiraient les composantes essentielles de la paix au travers de leur poursuite des objectifs et intérêts communs. L’Organisation internationale du travail (OIT) avait déjà été instaurée en 1919 comme forum pour les problèmes liés au travail et à la justice sociale. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et une série d’agences furent toutes créées pour permettre aux communautés de pratique de constituer des réseaux. Ces réseaux établiraient les composantes essentielles à un environnement habilitant qui serait guidé par des intérêts communs à une coopération fonctionnelle. Ils devaient leur puissance au fait de refléter un large éventail de forces sociales et pas uniquement le ministère gouvernemental impliqué.

9Lors des toutes premières années, la vision d’un système multipartite définissant et favorisant les intérêts communs autour des communautés de pratique se concrétisa dans l’économie politique du système. Lorsque le Programme élargi d’assistance technique (PEAT) – le prédécesseur du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) – fut lancé en 1949, il était imaginé comme un programme qui offrirait un soutien au moyen des communautés de pratique établies. Le financement disponible pour le PEAT fut par conséquent distribué sur la base de parts en pourcentage aux différentes agences spécialisées afin qu’elles puissent gérer des programmes dans les pays. Un système dont les modalités officielles de gouvernance étaient réservées aux gouvernements a donné naissance à une architecture financière qui n’est pas du tout fondée sur les pays, mais sur le rôle des communautés de pratique dans la contribution au progrès social et économique.

10Sous trois points de vue, l’expérience de la guerre s’est avérée transformative dans la création d’un nouvel espace pour construire des intérêts communs mondiaux. En premier lieu, l’expérience de la guerre a convaincu les dirigeants qu’il fallait bien plus qu’un mécanisme de dialogue interétatique dans la mesure où il était clair que la guerre n’était pas uniquement le produit de malentendus ou d’informations erronées. Comme le reflète la Charte, cela conduisit à l’articulation de la possibilité d’un intérêt international dévolu au secrétaire général et au concept de fonction publique internationale. En deuxième lieu, l’idée de communautés d’intérêt qui franchiraient les frontières et définiraient des intérêts communs s’est inscrite comme une caractéristique fondamentale – essentielle – du système des Nations unies. En troisième lieu, le système officiel pouvait bien être gouverné par les Etats, mais son élément moteur était plus vaste.

11Pour construire une paix durable, il fallait élargir l’espace pour une direction internationale, recourir aux forces sociales afin d’ériger et renforcer les composantes essentielles de la paix, et offrir une forme exhaustive de gouvernance qui atteindrait de multiples acteurs. La souveraineté des Etats était toujours au cœur de cette vision, mais il s’agissait d’une souveraineté ancrée dans des valeurs et des principes plus vastes. La lutte contre le nazisme avait fourni le cadre commun pour la poursuite de ces valeurs communes. Telle était l’architecture construite par les fondateurs des Nations unies. Il n’était pas question d’un projet idéaliste, mais plutôt d’un dessein hautement pragmatique qui répondait au besoin urgent d’agir après les destructions de la guerre.

4. La quête du contrôle mutuel

12La convergence de la réalité de la Guerre froide, des besoins naissants des pays en développement et du processus de décolonisation conduisit à une transformation de l’environnement habilitant dans lequel œuvraient les NU. Seul un réalignement radical des valeurs et de la mission des Nations unies sur ce nouvel environnement habilitant garantirait leur pertinence continue. L’espace pour une direction internationale recourant aux grandes forces sociales et atteignant les acteurs multiples fut directement remis en question par la logique et de la Guerre froide et de la décolonisation. La Guerre froide, en divisant le monde en deux camps, réduisit sérieusement l’espace pour une direction internationale, en dépit des approches indépendantes poursuivies, par exemple, par les pays non alignés, les pays nordiques et la Suisse. Trouver un terrain d’entente et des intérêts communs susciterait une suspicion profonde et l’hostilité pure et simple. Quant à la décolonisation, elle signifiait, à ce moment-là de l’histoire, que le service aux Etats membres était mis en concurrence avec un internationalisme qui n’était que trop facilement identifiable au résidu du colonialisme. Aussi le programme de développement international mit-il l’accent sur le processus fondamental du développement national. Dans tout le système des Nations unies se produit un passage fondamental et radical de la vision d’une direction internationale à celle d’un service aux Etats membres.

13Le concept du rôle et des fonctions du secrétaire général fut la première victime de ce réalignement. L’Union soviétique remit en cause la validité même du concept d’une force internationale impartiale et indépendante. C’était un monde dans lequel tout appartenait à l’un des deux camps. Il n’y avait pas de place au milieu. Khrouchtchev proposa par conséquent que la direction des Nations unies fût remplacée par un triumvirat représentant les intérêts des blocs occidental, socialiste et non aligné. Le secrétariat redeviendrait intergouvernemental par essence.

14Même dans le cadre de ces contraintes, Hammarskjöld, faisant preuve d’une imagination remarquable, trouva des moyens de creuser un espace politique dans lequel changer la donne. Le développement du concept des « bons offices » du secrétaire général et sa « formule de Pékin » en sont de bons exemples (Franck et Nolte, 1993). Dans la même veine, Hammarskjöld et Pearson inventèrent le concept du « maintien de la paix » (en anglais peacekeeping) – un concept que l’on ne trouvera pas dans la Charte (Weiss et Thakur, 2010). Il est intéressant de constater que c’était à une époque où la coopération entre les grandes puissances était réduite au minimum que l’espace politique fut façonné pour développer le concept du maintien de la paix. Cela fut possible grâce à la création d’une force qui était à l’antipode de ce qui avait été prévu dans la Charte : alors que le concept ancré dans le Conseil de sécurité était la collaboration des Grandes Puissances afin de mettre en œuvre la paix et la sécurité, la condition de la création de la Force d’urgence des Nations unies (FUNU) était que les Grandes Puissances soient exclues de sa composition. La FUNU fut établie avec la tolérance des Grandes Puissances, et non leur participation (Kennedy, 2006).

15Nonobstant ces exemples de direction internationale, la période à partir de la fin des années 1940 vit l’affirmation solide du principe de la souveraineté de l’Etat et, au sein du système des Nations unies tout entier, la domination du concept de service aux Etats membres. Les réalignements des conditions de gouvernance, l’évolution de l’architecture du système des Nations unies pour le développement et les transformations de la pensée sur la substance du développement en sont le reflet.

16Dans l’absence de valeurs communes, la coopération internationale fut définie comme l’exercice d’un contrôle qu’imposait la primauté accordée aux principes de souveraineté et de non-ingérence. La promotion du contrôle mutuel, pensait-on, servirait au mieux les intérêts de la communauté internationale. Comme l’a relevé Scott Barrett (2007), le contrôle mutuel peut être un bien public mondial précieux.

5. Les Nations unies et les biens publics mondiaux à l’ère de la perméabilité

17Les décennies qui suivirent le milieu des années 1980 virent la convergence d’un certain nombre d’éléments-clés : l’accélération de la mondialisation, la maturation du processus de décolonisation, la fin de la Guerre froide, l’émergence de nouvelles économies importantes ainsi qu’une redistribution conséquente du pouvoir entre les Etats, d’une part, et les marchés et les individus, de l’autre (secteur privé, société civile, médias sociaux, etc.). Ensemble, ils ont transformé les attentes à l’égard du rôle des Nations unies dans l’avancement des valeurs communes et la contribution à la coopération internationale.

18L’idée que la mondialisation a donné lieu à une nouvelle qualité de perméabilité dans l’exercice de la souveraineté étatique est particulièrement intéressante. Philip Bobbitt (2008) a analysé ce qu’il décrit comme l’émergence d’un nouvel ordre constitutionnel : le remplacement de l’Etat-nation par l’Etat-marché. L’Etat-nation était caractérisé d’un côté par une liberté interne totale et, de l’autre, par une égalité juridique externe entre les Etats. Ces deux conditions définissaient le sens de la souveraineté. Les Nations unies furent établies dans un monde d’Etats-nations et, selon les termes de Bobbitt, la Charte des Nations unies constitue le cadre constitutionnel de base de la société des Etats-nations dans son ensemble. En revanche, dans les Etats-marchés, l’Etat est en concurrence avec les acteurs mondiaux et nationaux, le secteur privé et la société civile. La réalité externe n’est plus caractérisée par l’égalité juridique, mais par des alliances ad hoc en fonction des menaces et des opportunités. Dans le monde des Etats-nations, les distinctions entre intérieur et extérieur et entre public et privé sont claires. Dans l’Etat-marché, elles se brouillent.

19Anthony Giddens (2000) apporte un éclairage légèrement différent sur la même question : selon lui, les Etats font face aujourd’hui à des risques et des dangers plutôt qu’à des ennemis en tant que tels. Il fait la distinction entre ce qu’il appelle le « risque fabriqué » et le « risque extérieur ». Le risque extérieur vient de l’étranger, alors que le risque fabriqué provient du développement de notre connaissance sur le monde. Le concept du risque fabriqué provoque et révèle l’état de perméabilité. La croissance des médias sociaux apporte une autre dimension importante à la réalité de la perméabilité, en brouillant le périmètre des organisations et les limites entre l’officiel et l’officieux (Shirky, 2008).

20Anne-Marie Slaughter (2004) s’empare de l’idée de perméabilité dans son analyse de ce qu’elle décrit comme l’Etat désagrégé. Tandis que dans l’Etat-nation la poursuite des intérêts s’effectue au moyen des rouages centraux de l’Etat, dans l’Etat-marché ces intérêts sont poursuivis par le biais d’un Etat désagrégé. Les Etats existent toujours et sont les acteurs centraux, mais ils sont désagrégés. Les représentants du gouvernement ont deux fonctions complémentaires, l’une externe et l’autre interne, au lieu d’avoir deux groupes de représentants, l’un gérant le portefeuille intérieur et l’autre tous les portefeuilles extérieurs. La particularité essentielle de la souveraineté passerait de l’autonomie envers l’ingérence étrangère à la capacité de participer aux réseaux transgouvernementaux. Slaughter avance qu’un ordre du monde désagrégé nécessite la réinvention des organisations internationales. Les Nations unies seraient considérées non pas comme un monolithe, mais comme un ensemble complexe d’agences en réseau.

21Le langage des biens publics mondiaux est le langage de l’ère de la perméabilité. L’ère de l’Etat-nation était celle où les affaires externes étaient la prérogative d’un seul ministère qui finançait les engagements extérieurs. Les interactions entre un Etat et ses partenaires étrangers étaient gérées à travers un point central. Les biens publics mondiaux devraient être financés à partir de lignes budgétaires sectorielles que l’on ne saurait distinguer en fonction de leur nature interne ou externe. Le financement des biens publics mondiaux est l’expression de la perméabilité qui caractérise la prise de décision à l’ère des Etats-marchés. Lorsque le budget de la défense finance le maintien de la paix internationale, que le budget de la santé finance la surveillance internationale et que le budget de l’environnement finance les mesures d’atténuation, la souveraineté est alors exercée en collaboration, non en autosuffisance. Les biens publics mondiaux représentent l’internalisation de la coopération internationale dans la logique de la prise de décision nationale.

22A l’heure actuelle, les intérêts nationaux et la capacité des Etats demeurent au centre de tout système international viable ou prévisible. Mais le pouvoir de l’Etat doit œuvrer de différentes manières. La perméabilité de la souveraineté demande qu’il soit exprimé différemment. La capacité de l’Etat ne peut plus s’autosuffire ; la capacité effective exige d’être connectée. Cela nécessite de se tourner vers le réseau plus vaste des communautés engagées qui représentent les forces sociales ayant suscité la perméabilité. Comme l’a souligné le Forum économique mondial (FEM) dans son initiative pour une reconception mondiale (Global Redesign Initiative), le défi pour la direction internationale est d’inscrire les relations intergouvernementales dans l’ensemble plus large de valeurs et de normes émanant de ces forces sociales.

23Sur le plan historique, seuls les grands désastres ont fourni un espace permettant aux Etats de s’unir autour d’un ensemble plus vaste de valeurs. C’est uniquement lorsqu’ils sont confrontés à des menaces extérieures extrêmes que les Etats choisissent d’inscrire leur coopération dans un cadre officiel de règles et d’institutions plus solide. La perméabilité représente un défi de la même ampleur, mais elle est fondamentalement différente par nature. Le défi est dû non pas à une menace externe, mais à l’impact de la mondialisation sur la relation des Etats avec les sociétés qu’ils gouvernent. Ce que nous avons diversement décrit comme l’évolution des Etats-nations vers des Etats-marchés, du risque extérieur vers le risque fabriqué, des Etats unitaires vers des Etats désagrégés, de la direction verticale des relations intergouvernementales vers leur mise en place horizontale – cela demande une réponse tout aussi urgente que celle engendrée dans l’histoire par les menaces extérieures majeures.

24L’amorce de la réponse des Nations unies à ce défi est perceptible dans leurs efforts pour tracer une nouvelle route dans de nombreux domaines de leur activité. Nous abordons trois domaines dans lesquels la mondialisation a eu un impact profond sur la mission des Nations unies : la sécurité, la coopération au développement et les droits de l’homme ; nous pourrions tout aussi facilement présenter les mêmes arguments à propos de l’émergence du concept de la santé globale dans les années 1990 ou du consensus naissant, avec toutes ses implications, sur l’idée de la responsabilité humaine en matière de changement climatique. Dans chaque cas de figure, les arguments en faveur d’une direction internationale se sont sérieusement réaffirmés en tant que composante indispensable pour trouver des solutions en raison de la nature des défis posés.

6. La sécurité

25Le réalignement important dans l’environnement habilitant qui s’est déployé au cours des années 1980 et 1990 a conduit à une expansion sans précédent du rôle des Nations unies dans la sécurité (Commission on Global Governance, 1995 ; Carnegie Commission on Preventing Deadly Conflict, 1997 ; Commission on Human Security, 2003). La fin de la Guerre froide a été témoin d’une augmentation rapide de conflits intraétatiques caractérisés par la chute d’Etats qui fonctionnaient efficacement. Aux guerres civiles des années 1980 et 1990 a succédé la violence plus généralisée propre aux Etats fragiles d’aujourd’hui (World Bank, 2011). L’accélération de la mondialisation a attiré l’attention sur les échecs de ces Etats envisagés non pas comme des cas marginaux, mais comme potentiellement les maillons les plus faibles dans un monde de plus en plus intégré. Les deux déclencheurs que sont la fin de la Guerre froide et la mondialisation ont ouvert un espace pour une direction internationale solide. Les faits confirment cette analyse. A titre d’exemple, entre 1988 et 1992, les conflits où les Nations unies se sont engagées par leur action de consolidation de la paix ou de prévention sont passés de 11 à 28 et les opérations de maintien de la paix ont triplé, passant de 5 à 17.

26La demande d’une direction internationale à même de faire face aux conflits intraétatiques et aux Etats défaillants a considérablement brouillé la distinction entre les concepts de sécurité interne et externe (MacFarlane et Khong, 2006). Elle a conduit à une extension significative du concept et de la compréhension de la sécurité. Elle a entraîné des guérillas sans lignes de front précises et des conflits dont les civils ont été les principales victimes. Elle a abouti à des crises humanitaires requérant l’attention internationale. Sur le terrain, elle a nécessité une cohérence entre les interventions politiques, militaires, humanitaires et de développement.

27Ces réalités ont entraîné une évolution de la mission et de la nature des opérations de maintien de la paix. Trois générations d’opérations de maintien de la paix ont été identifiées (Doyle et Sambanis, 2007). La première demandait l’interposition de la force une fois la trêve conclue ; c’était la création de la mince ligne bleue (thin blue line) d’Hammarskjöld, le dégagement d’un espace là où aucun ne semblait exister. C’était à la mesure des objectifs dans un monde où la rivalité des superpuissances restreignait clairement le rôle que les Nations unies pouvaient jouer. La neutralité, le non-recours à la force, le consentement et la surveillance : tels sont les concepts qui guidaient les opérations. La deuxième génération du maintien de la paix continuait de s’appuyer sur le consentement des parties tout en s’engageant dans des activités qu’autrefois on avait estimées relever de la prérogative exclusive des Etats. C’est cette deuxième génération qui prospéra dans les années 1980 et 1990, par exemple au Mozambique, au Salvador et au Cambodge, avec l’augmentation des conflits intraétatiques et les hésitations qui en découlent sur la délimitation entre les affaires nationales et internationales. Une troisième génération de gardiens de la paix commença à opérer en s’appuyant sur les mandats du chapitre VII de la Charte sans qu’un accord complet ait été trouvé. Ces types d’opérations, par exemple en Somalie et en Irak, s’immisçaient dans des aspects de souveraineté nationale d’une façon qui, il n’y a pas si longtemps, aurait largement outrepassé les limites jugées acceptables par l’environnement habilitant.

28L’évolution des principes et pratiques du maintien de la paix au cours de ces trois générations reflète l’élargissement énorme de l’espace politique et des attentes en matière de direction internationale. La logique des deuxième et troisième générations de maintien de la paix a mené à la consolidation de la paix en tant que composante majeure de la mission des Nations unies. La consolidation de la paix est l’expression logique du brouillage entre l’extérieur et l’intérieur, le militaire et le civil (United Nations Peacebuilding Commission, 2010).

29La prévention est encore une autre dimension de l’expansion de la mission des Nations unies relative à la sécurité (Ramcharan, 2007). La montée des conflits intraétatiques comme forme dominante de conflit, l’élargissement du concept de sécurité et l’incertitude qui en résulte quant aux délimitations entre la souveraineté de l’Etat et l’intervention internationale sont autant d’éléments qui avec le temps ne pouvaient qu’aboutir à rendre inévitable une direction internationale en matière de prévention. L’articulation de la prévention comme mission des Nations unies peut être retracée jusqu’aux efforts d’Hammarskjöld pour empêcher que les conflits du tiers-monde n’attisent les tensions de la Guerre froide, et à la vision présentée par Boutros Boutros-Ghali (1992) au Conseil de sécurité en 1992. Kofi Annan développa davantage ces concepts dans une série de rapports (Secrétaire général des Nations unies, 2001, 2006), s’intéressant particulièrement à la nécessité d’élaborer une culture de prévention.

30Le flou autour des questions de souveraineté étatique dans le cas des Etats défaillants, le développement de nouveaux rôles et objectifs pour les opérations de maintien de la paix sur le terrain, l’essor de la consolidation de la paix et l’attention accrue sur la nécessité d’une diplomatie préventive représentent un changement important de la mission des Nations unies. La perméabilité endémique de l’exercice de la souveraineté dans les Etats défaillants donne naissance à de nouvelles normes.

7. La coopération au développement

31Le deuxième domaine où la mondialisation et la fin de la Guerre froide ont eu un profond impact sur la mission des Nations unies est celui de la coopération au développement. Pendant la Guerre froide, l’aide était perçue comme un instrument de politique étrangère et une récompense pour les membres de l’alliance respective. Cette perception était renforcée par un sentiment, dans l’ère postcoloniale immédiate, que les pays émergents avaient droit à un transfert des ressources. Il ne s’agissait pas d’un système basé sur la performance, mais il était très efficace selon la mesure utilisée pour l’évaluer – à savoir le volume des ressources transférées. Dans les décennies allant de 1950 à 1990, le volume d’aide a doublé approximativement tous les dix ans. En tant que composante intégrale de la politique étrangère, l’allocation de ces ressources dans les budgets nationaux disposait d’une base politique et économique solide dans les gouvernements donateurs. L’aide était un instrument de politique étrangère et à ce titre faisait partie intégrante de l’intérêt national.

32La fin de la Guerre froide et l’accélération de la mondialisation changèrent toute la logique présidant à l’allocation de l’aide. Au début des années 1990, la communauté internationale du développement s’attendait à une énorme croissance des budgets de l’aide consécutive aux « dividendes de la paix » qui accompagneraient la fin de la Guerre froide. En réalité, la fin de la logique de l’aide étrangère conçue principalement comme composante de la politique étrangère mena au déclin rapide de l’aide : en 2000, l’aide mondiale en termes nominaux était pour ainsi dire identique à celle des alentours de 1990. Cela signifiait une baisse substantielle en termes réels mais aussi en termes nominaux, si l’on compare avec le doublement survenu durant les décennies de la Guerre froide.

33Dans ce contexte, la mission et la logique de la coopération au développement devaient être radicalement redéfinies. Ce furent les séries de conférences mondiales tenues au cours des années 1990, culminant en 2000 avec le Sommet du millénaire, qui cristallisa l’émergence d’un nouveau programme commun de développement. Le passage à la définition d’objectifs clairs et à l’établissement de cibles mesurables était la conséquence inévitable du besoin d’offrir une nouvelle logique de coopération au développement. Dans l’absence d’un objectif de politique étrangère précis, la performance et la mesure de l’impact devinrent essentiels à cette nouvelle plaidoirie pour l’aide. Pour la première fois, les objectifs étaient échafaudés comme des buts légitimes du développement mondial autour de questions que les électeurs dans les pays donateurs pouvaient comprendre et soutenir. Ce changement, conscient et délibéré, trouva sa première expression manifeste dans l’approbation, par le Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), de son document Le rôle de la coopération pour le développement à l’aube du XXIe siècle qui, pour la première fois, énonçait clairement sept objectifs sélectionnés pour l’avancement des progrès dans les quinze à vingt prochaines années. Ce dessein trouva à son tour sa voie dans l’adoption par le Sommet du millénaire des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

34Les OMD constituent un cadre radicalement nouveau pour définir la mission de la communauté internationale du développement. Ils permettent notamment de mesurer les progrès accomplis au niveau national selon un ensemble de critères qui sont l’objet d’un consensus mondial sur les résultats souhaitables. Le fait d’avoir accepté que l’on recoure à des données empiriques vérifiables pour mesurer la performance et les progrès nationaux est une étape importante dans la création d’un espace où le concept de responsabilité internationale et de compte rendu puisse croître.

8. Les droits de l’homme

35Le concept des droits de l’homme fut adopté par les Nations unies avec une rapidité remarquable. La Charte comprenait des dispositions importantes relatives aux droits de l’homme, complétées par l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme en 1948.

36Les changements dans l’environnement habilitant à la fin des années 1980 et au début des années 1990 eurent des répercussions considérables pour le programme des droits de l’homme. D’une part, le flou croissant quant à la distinction entre la sécurité intérieure et extérieure et l’émergence des conflits intraétatiques ouvrirent un nouvel espace aux interventions au nom des droits de l’homme. D’autre part, le nouvel accent mis par la coopération au développement sur des objectifs et sur le développement humain contribua également à placer au premier plan des considérations propres aux droits de l’homme. La Conférence mondiale sur les droits de l’homme à Vienne en 1993 a permis de rassembler une large coalition de forces sociales qui ont donné un élan sous-jacent à ce programme, en créant entre autres le poste de haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme.

37Ce mouvement n’a fait que s’amplifier à partir du milieu des années 1990. Les expériences dans le nord de l’Irak, en Somalie, puis en Bosnie et au Rwanda ont concentré l’attention sur la question des droits de l’homme. Une multitude de commissions et de groupes d’experts de haut rang ont braqué les projecteurs mondiaux sur la nécessité d’un nouveau niveau auquel devrait s’exercer la responsabilité internationale. Cela a mené à l’adoption par l’Assemblée générale du concept de la responsabilité de protéger dans le Document final du Sommet mondial de 2005 (Assemblé générales des Nations unies, 2005). Le succès qui a marqué la reconnaissance des droits de l’homme en tant que norme de moralité internationale a été décrit comme l’une des histoires les plus improbables du XXe siècle. Les dispositions de la Charte, la Déclaration universelle des droits de l’homme, le Statut de la Cour pénale internationale (CPI) de même que l’adoption par l’Assemblée générale de la responsabilité internationale de protéger constituent ensemble une solide approbation de l’attente de la direction internationale en la matière.

9. Huit leviers de changement pour les NU

38La perméabilité offre une chance historique au système des Nations unies d’ancrer, à nouveau, les relations intergouvernementales dans des valeurs plus larges. Seulement cette fois, ces valeurs plus larges sont issues non pas d’un sentiment d’urgence devant une crise intergouvernementale, mais de l’émergence de nouvelles forces sociales dynamiques qui exploitent de nouvelles et puissantes technologies fonctionnant à la vitesse de l’éclair. A l’avenir, la contribution des Nations unies à la production de biens publics mondiaux dépendra du succès avec lequel elles mettront en œuvre huit leviers de changement.

9.1. Les valeurs communes

39Etant donné le déclin de la volonté et, dans certains cas, de la capacité des Etats-Unis à pourvoir une direction unilatérale, il devient toujours plus crucial de créer les processus et les conditions qui se prêtent aux valeurs communes. A cet égard, le rôle des Nations unies dans la création de normes est un levier de changement vital. Le travail des Nations unies sur les OMD et la responsabilité de protéger en offrent des exemples intéressants. Ces deux normes, les OMD et la responsabilité de protéger, ont une influence majeure sur la pratique de la coopération internationale en ancrant les relations interétatiques dans un ensemble plus vaste de valeurs communes.

40Le processus de rassemblement des preuves est un ingrédient essentiel de la création de valeurs communes. Au cours de la dernière décennie, l’accumulation de données scientifiques par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est devenue un moteur essentiel à l’idée que la communauté internationale a la responsabilité de prendre la direction pour définir et mettre en œuvre des politiques globales qui relèveront ce défi. Le rôle du Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) dans la fourniture des preuves sur la base desquelles l’OMS pourrait agir dans les cas de SRAS est un autre exemple (Jones et al., 2009). C’est la puissance des données qui a été responsable de l’attrait universel des OMD.

9.2. La direction

41Si la création de valeurs communes est au cœur de l’avancement des biens publics mondiaux, alors la direction des Nations unies est un facteur essentiel de succès. La direction est souvent définie comme le choix d’être soit un secrétaire efficient (en anglais efficient), soit un général efficace (en anglais effective) (Traub, 2007). Le secrétaire efficient est au service des Etats membres ; le général efficace cherche à incarner dans sa personne et sa fonction un concept de l’intérêt international qui dépasse celui des Etats membres individuels. Ce choix est une malheureuse caricature. L’histoire jugerait sévèrement un secrétaire général dont les horizons ne dépasseraient jamais l’Etat-nation. Et le présent ne saurait tolérer longtemps un secrétaire général qui aurait une vision trop ambitieuse de l’intérêt mondial. On considéra que Boutros-Ghali avait franchi cette ligne lorsqu’il demanda une armée permanente des Nations unies et des impôts mondiaux.

42Le défi pour les dirigeants d’institutions internationales est plutôt celui que Mark Moore (1995) a identifié et auquel font face les dirigeants du secteur public en général : ce sont des explorateurs chargés par la société de rechercher de la valeur publique. Diriger exige l’aptitude stratégique à faire coïncider la mission proposée et ses valeurs avec ce qui est possible dans l’environnement habilitant existant, tout en obtenant des résultats. Il est évidemment essentiel de travailler avec les gouvernements. Mais à l’ère actuelle de perméabilité, diriger exige également l’aptitude à atteindre et à rassembler les multiples parties prenantes. Exploiter des solutions n’exige pas le même style de direction que remédier aux problèmes.

43On ne trouve pas de tels dirigeants à l’aide de processus de sélection basés sur des compromis politiques. La contribution attendue des Nations unies à la production de biens publics mondiaux exige une direction forte et un processus de sélection à la hauteur de cet objectif.

9.3. La gouvernance

44Le système des Nations unies est confronté à trois défis de gouvernance cruciaux. Le premier consiste à intégrer les puissances émergentes naissantes. Il est essentiel à la crédibilité, la légitimité et l’efficacité futures du système d’assurer l’inclusion de ces nouvelles puissances en tant que parties prenantes majeures dans le système des NU. La réforme du Conseil de sécurité se trouve au cœur de ce défi, qui est de faire des Nations unies une expression plus légitime du pouvoir étatique. La répartition actuelle du pouvoir au sein du Conseil de sécurité est une menace contre les principes westphaliens initiaux car elle n’est plus à jour.

45Le deuxième défi de gouvernance auquel font face les Nations unies est la nécessité de trouver des moyens de nouer des relations avec une multitude de parties prenantes en sus des gouvernements. Nous avons vu que, dans leur phase de construction initiale, les Nations unies se montraient moins exclusives et approchaient une variété d’acteurs sociaux. Les marchés en général, le secteur privé, la société civile et les réseaux politiques joueront tous des rôles importants dans la production de biens publics mondiaux. A moins qu’elles puissent offrir des plateformes ouvertes, à même de rassembler tous les acteurs concernés, ce sont les Nations unies elles-mêmes qui verront diminuer leur pertinence.

46Enfin, les Nations unies doivent repenser la nature et la qualité de la gouvernance qu’elles apportent. Dans de nombreux cas, le pouvoir de rassemblement doit prendre la place du pouvoir de contrôle comme principal indicateur de pertinence. On en trouve un bon exemple dans le débat actuel sur la réforme du Conseil économique et social (ECOSOC) et la nécessité pour cet organe des Nations unies d’avoir plus d’autorité sur les activités de développement du système des NU. Cette insistance est erronée. L’ECOSOC peut offrir un forum pour rassembler les acteurs importants, suivre les stratégies et les résultats, apporter des données empiriques et partager les leçons tirées. L’idée que l’ECOSOC puisse exercer une autorité substantielle sur les activités de développement du système est une survivance d’un autre âge.

9.4. L’institutionnalisation

47Les institutions internationales ont un rôle essentiel à jouer dans la production de biens publics mondiaux. Un Département des opérations de maintien de la paix efficace joue un rôle majeur dans la contribution à la paix internationale, un FMI solide permet le maintien de la stabilité financière, une OMC crédible garantit le libre-échange, une CPI efficace assure le respect des normes en matière de crimes contre l’humanité, et un Bureau des droits de l’homme efficace offre un solide plaidoyer dans ce domaine. L’institutionnalisation est une étape nécessaire dans la création de la capacité de poursuivre des missions mondiales et de produire des biens publics mondiaux. Les analyses critiques de la performance ne doivent pas faire oublier l’importance de l’institutionnalisation pour le succès de la production de biens publics mondiaux.

48Le budget du système des Nations unies pour 2010-2011 était estimé à 70 milliards USD. Les Nations unies comptent quelque 77 000 employés, secrétariat, fonds, programmes et agences spécialisées confondus (Jolly et al., 2009, 36). A l’heure actuelle, la capacité est bien trop fragmentée pour être un instrument stratégique. Le processus d’institutionnalisation doit surmonter des héritages historiques qui ont mené à des redondances et à des doublons. Le concept de masse critique peut apporter un nouveau cadre stratégique tourné vers l’extérieur afin de guider les ressources des Nations unies et de les aligner sur les missions mondiales prioritaires. L’institutionnalisation de la capacité du système des Nations unies à répondre de manière efficace au défi posé par le changement climatique offre une chance historique aux Nations unies de se positionner et de faire la différence sur cette question majeure.

9.5. Le financement

49La capacité du système des Nations unies à contribuer à la production de biens publics mondiaux dépend largement de la nature de son financement. Les tendances et les propositions de réformes récentes sont potentiellement contre-productives et doivent être repensées. Au cours des quinze dernières années s’est produite une évolution considérable vers les contributions spécifiques secondaires. Aujourd’hui, plus de 50 % du budget des agences spécialisées des Nations unies et plus de 75 % du budget des programmes et fonds des Nations unies sont financés à partir de contributions secondaires. Cela rend plus difficile le maintien à long terme d’une vision centrée sur les programmes relatifs aux biens publics mondiaux.

50En partie pour répondre à cette réalité, des propositions de réforme ont récemment tenté de ressusciter l’idée d’un système de financement centralisé des Nations unies. Une fonction de trésorerie centralisée serait établie afin d’allouer les ressources dans tout le système. Selon une variante, les ressources seraient distribuées aux pays qui les répartiraient ensuite selon leurs priorités. L’initiative actuelle « Unis dans l’action » (Secrétaire général des Nations unies, 2006), que bon nombre considèrent comme l’initiative de réforme actuelle majeure des Nations unies, est fondée sur ce principe.

51C’est une réponse contreproductive dans la mesure où elle renforce le concept de la responsabilité verticale de l’Etat : les ressources sont allouées à une unique caisse noire externe étiquetée « Fonds des Nations unies ». Or, ce qui est nécessaire, au contraire, c’est l’internalisation horizontale du financement des dimensions internationales de la production de biens publics mondiaux. Des partenariats innovants avec le secteur privé seront cruciaux à cet égard. La production de biens publics mondiaux devrait créer la possibilité de facturer ses services, à l’instar de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), financée en grande partie par la rémunération de l’octroi de brevets (May, 2007). Les partenariats public-privé dans le domaine de l’assurance produisent le bien public qu’est la prévention en projetant le coût privé du risque. Le financement des biens publics mondiaux et le coût de la contribution des Nations unies à cet effort ne peuvent continuer à reposer exclusivement sur les ressources publiques, pas plus que la voie visant à lever des impôts mondiaux ne se révélera très populaire. Si l’on veut que la contribution des Nations unies à la production de biens publics mondiaux soit viable à long terme, il est essentiel de repenser une architecture financière du système des Nations unies qui inclue certaines caractéristiques de marché.

9.6. Les instruments

52La variété des instruments juridiques qui ont été élaborés et qui sont utilisés au sein du système des Nations unies pour réaliser des actions collectives constitue l’un de ses atouts les plus importants et l’une de ses contributions les plus substantielles à la production de biens publics mondiaux. Chaque instrument a ses avantages et ses inconvénients. L’autorité unique conférée au Conseil de sécurité pour prendre des engagements au nom de tous les membres des Nations unies est contrebalancée par l’existence du veto. L’Assemblée générale peut adopter des résolutions par le biais des majorités, mais elles n’ont qu’un pouvoir de recommandation. Le système des Nations unies a produit un nombre impressionnant de traités et de conventions qui lient les pays signataires. Les réglementations sur la santé approuvées par l’Assemblée mondiale de la santé lient les membres de l’Assemblée à moins qu’un membre ne s’oppose spécifiquement à ces réglementations dans un certain laps de temps. Des dispositions de plus en plus strictes, approuvées par une majorité à deux tiers et qui représente au moins 50 % de la consommation totale des substances réglementées en vertu du Protocole de Montréal, lient tous les membres qui ont accepté le protocole original (Barrett, 2007). Des dispositions similaires ont été appliquées dans des domaines d’activité techniques, par exemple dans des conventions de l’Organisation maritime internationale (Singh, 1993).

53Ces instruments constituent des processus décisionnels à géométrie variable. Ils sont une boîte à outils qu’il s’agit de préserver et de renforcer. Bon nombre de commentaires actuels déplorent l’inefficacité et le manque de souplesse des prises de décision dans le système des NU, et souvent à juste titre. Mais il est regrettable que si peu d’attention soit portée à cette riche gamme d’instruments en tant que contribution fondamentale au renforcement de la coopération internationale.

9.7. La concentration

54La concentration (focus) est le Saint Graal des efforts de réforme des Nations unies. Selon notre hypothèse, la clé de la réforme se trouve dans l’identification d’un nombre restreint de domaines aux avantages comparables, permettant de fixer des objectifs et de surveiller les résultats. Nous estimons que la proposition pour la création d’un socle commun de valeurs des Nations unies consiste à ancrer solidement les relations intergouvernementales dans un ensemble plus vaste de normes et de valeurs. Cet ensemble de normes et de valeurs, qu’elles se rapportent aux concepts de la sécurité, des droits de l’homme, de la coopération au développement ou du climat, constitue dans sa totalité un BPM générique auquel les Nations unies sont à même de contribuer de manière unique. Dans ce contexte, nous devons repenser la concentration. La concentration, c’est la capacité d’aligner stratégiquement la mission et les objectifs sur ce qui est réalisable dans l’environnement habilitant. Elle doit être comprise comme une discipline stratégique au service de l’alignement. Les analyses des contraintes et des incitations dans la production de BPM distinguent entre les situations dans lesquelles les meilleurs efforts individuels (single best efforts) seront les plus efficaces car le problème du « profiteur » (free rider) n’empêchera pas le meilleur effort individuel de se réaliser, les situations dans lesquelles les BPM dépendent de la participation des Etats qui contribuent le moins aux BPM, et les situations dans lesquelles la production de BPM dépend des efforts combinés de l’ensemble des Etats. La concentration exige des Nations unies d’avoir une capacité stratégique de haut niveau et de faire preuve de souplesse et d’imagination dans la conception et l’utilisation des instruments les plus efficaces.

9.8. Les réseaux

55Le développement des réseaux a des conséquences importantes pour la vision de la coopération internationale au XXIe siècle. Il donne lieu à un certain nombre de défis et d’opportunités extraordinaires. Un bref survol des déclarations de mission de Google, Facebook ou Wikipedia illustre cet aspect. Google a pour but d’organiser les informations mondiales et de les rendre universellement accessibles et utiles (Auletta, 2009). Mark Zuckerberg voit Facebook comme une contribution à l’avancement vers une forme de « connectivité universelle vraiment nouvelle dans la société humaine » (Kirkpatrick, 2010, notre trad.). Wikipedia repose sur le principe que le savoir est le mieux créé par des personnes auto-organisées. Création du savoir, promotion de la connectivité universelle, diffusion du savoir – autant de missions mondiales ambitieuses et transformatives.

56Ces réseaux partagent un certain nombre de traits distinctifs. Ils fonctionnent à une échelle extraordinaire. Facebook compte plus de 500 millions d’utilisateurs actifs. Dans plus de 30 pays, 30 % des citoyens utilisent Facebook. L’auto-organisation facilitée par la technologie a prouvé qu’elle dispose d’une immense capacité d’effet de levier. Et ils fonctionnent tous à une vitesse incroyable. Le concept de l’« alimentation en nouvelles » (News Feed) de Facebook, qui affiche immédiatement des informations d’intérêt, a permis à de larges groupes de se constituer presque instantanément. Aux Etats-unis, il a fallu soixante-dix ans pour que les téléphones arrivent dans 50 % des foyers, et dix ans pour que l’Internet arrive chez 50 % de la population. Il a fallu cinq ans à Facebook pour atteindre 700 millions de personnes à travers le monde.

57Echelle, effet de levier et rapidité : telles sont les caractéristiques essentielles du pouvoir de ces nouvelles technologies. Ensemble, elles exercent un effet transformatif sur la répartition du pouvoir entre les Etats, les sociétés et les individus. Elles ont en outre quatre autres caractéristiques qui présentent un intérêt direct pour le défi de créer de la valeur publique internationale. Premièrement, la création du savoir, la connectivité universelle et l’accès aux informations sont des biens publics par excellence. Deuxièmement, ces biens publics sont produits de manière privée. Troisièmement, étant financés selon un modèle qui n’est une charge ni pour le contribuable ni pour le consommateur, ils sont à la libre disposition du public. Quatrièmement, ce sont des biens publics créés et consommés mondialement. Les fondateurs des Nations unies n’auraient pu que rêver d’une telle plateforme.

58« Global Pulse » est une initiative innovante, menée dans le bureau du secrétaire général, destinée à encourager les décideurs à utiliser des données en temps réel pour détecter à quel moment les populations modifient leur comportement collectif en réponse à des crises à évolution lente. Cette initiative démontre l’extraordinaire potentiel des médias sociaux dans la transformation du contenu de la coopération internationale. Les Nations unies, comme de nombreuses autres organisations importantes, ont encore tendance à voir dans les médias sociaux un instrument de plaidoyer et de collecte de fonds. Ils ne sont toujours pas perçus comme un instrument réellement stratégique d’effet de levier. « Disaster Relief 2.0 » est un récit extraordinaire de l’impact transformatif du réseautage social sur la réponse humanitaire à Haïti (United Nations Foundation, 2011). L’utilisation des réseaux comme levier doit être au cœur de toute vision de l’avenir de la coopération internationale et de la réalisation des biens publics mondiaux. C’est sans aucun doute ce que Robert Zoellick (2010) avait à l’esprit lorsqu’il envisagea une nouvelle « Ligue de réseaux ». Les réseaux de scientifiques et de spécialistes techniques doivent devenir le visage de Nations unies revigorées et centrées sur les biens publics mondiaux essentiels.

10. Conclusion

59Soit les biens publics mondiaux sont le produit d’une direction unilatérale éclairée, soit ils nécessitent un environnement qui nourrisse l’espace et la capacité de créer des valeurs communes (Stiglitz, 1995). A commencer par la Charte elle-même, la contribution la plus importante des Nations unies à la création de biens publics mondiaux fut le rôle qu’elles ont joué dans l’instauration de cet espace et de cette capacité. Chaque génération de dirigeants des Nations unies a eu la possibilité d’élargir l’espace. C’est cette capacité des Nations unies à prendre la direction grâce à la création de valeurs communes qui déterminera sa pertinence future par rapport au programme sur les biens publics mondiaux. Dans le contexte de mondialisation actuel, réussir à produire des biens publics mondiaux exige l’inclusion d’un très grand nombre de parties prenantes. Il se peut qu’en définitive le consensus international sur une variété de questions mondiales doive être reflété dans des accords intergouvernementaux, mais le processus et la voie qui conduisent à cet objectif passent par une multitude d’intérêts et de parties prenantes qui nécessiteront une direction exceptionnelle.

60Les fondateurs des Nations unies ont créé avec la Charte un instrument vraiment unique. Ils ont également créé un système des Nations unies basé sur des communautés d’intérêt qui ont ancré le système intergouvernemental dans des valeurs plus larges. Un point de départ idéal pour repenser la contribution future des Nations unies aux biens publics mondiaux.

Top of page

References

Assemblée générale des Nations unies (2005) Document final du Sommet mondial de 2005, A/RES/60/1 (New York : Nations unies).

Auletta, K. (2009) Googled : The End of the World as We Know It (New York and London : Penguin).

Barrett, S. (2007) Why Cooperate ? The Incentive to Supply Global Public Goods (Oxford : Oxford University Press).

Bobbitt, P. (2008) Terror and Consent : The Wars for the Twenty-First Century (New York : Knopf).

Boutros-Ghali, B. (1992) Agenda pour la paix : diplomatie préventive, rétablissement de la paix, maintien de la paix, A/47/277-S/24111 (New York : Nations unies).

Boutros-Ghali, B. (1995) Supplément à l’Agenda pour la paix, A/50/60-S/1995/1 (New York : Nations unies).

CAD (Comité d’aide au développement) (1996) Le rôle de la coopération pour le développement à l’aube du XXIe siècle (Paris : Organisation de coopération et de développement économiques).

Carnegie Commission on Preventing Deadly Conflict (1997) Human Security Now (New York : Carnegie Corporation).

Commission on Global Governance (1995) Our Global Neighbourhood (Oxford : Oxford University Press).

Commission on Human Security (2003) Final Report (New York : Human Security Commission).

Doyle, M. et N. Sambanis (2007) « Peacekeeping Operations », in Weiss, T. G. et S. Daws (eds.), The Oxford Handbook on the United Nations (Oxford : Oxford University Press).

Franck, T. et G. Nolte (1993) « The Good Offices Function of the UN Secretary-General » in Roberts, A. et B. Kingsbury (eds.), United Nations, Divided World : The UN’s Roles in International Relations (Oxford : Clarendon Press, 2nd ed.).

Giddens, A. (2000) Runaway World : How Globalisation is Reshaping Our Lives (New York : Routledge).

Glemarec, Y. (2011) Catalyzing Climate Finance : A Guidebook on Policy and Financing Options to Support Green, Low-Emission and Climate-Resilient Development (New York : United Nations Development Programme).

Hammarskjöld, D. (1961) The International Civil Servant in Law and in Fact : A Lecture Delivered to Congregation on 30 May 1961 (Oxford : Clarendon Press).

International Commission on Intervention and State Sovereignty (2001) Responsibility to Protect (Ottawa : International Development Research Centre).

International Task Force on Global Public Goods (2006) Meeting Global Challenges : International Cooperation in the National Interest (Stockholm : International Task Force on Global Public Goods).

Jolly, R., L. Emmerij et T. G. Weiss (2009) UN Ideas that Changed the World (Bloomington : Indiana University Press).

Jones, B., C. Pascual et S. J. Stedman (2009) Power and Responsibility : Building International Order in an Era of Transnational Threats (Washington, D.C. : Brookings Institutions Press).

Kennedy, P. (2006) The Parliament of Man : The United Nations and the Quest for World Government (London : Allen Lane).

Kirkpatrick, D. (2010) The Facebook Effect : The Inside Story of the Company That Is Connecting the World (New York : Simon and Shuster).

MacFarlane, N. et Y. Khong (2006) Human Security and the UN : A Critical History (Bloomington and Indianapolis : Indiana University Press).

Martin, L. (1999) « The Political Economy of Global Public Goods », in Kaul, I., I. Grunberg et M. A. Stern (eds.) Global Public Goods : International Cooperation in the 21st Century (Oxford : Oxford University Press).

May, C. (2007) The World Intellectual Property Organization : Resurgence and the Development Agenda (London : Routledge).

Mitrany, D. (1943) A Working Peace System (London : Royal Institute of International Affairs).

Mitrany, D. (1975) The Functional Theory of Politics (London : M. Robertson on behalf of the London School of Economics and Political Science).

Moore, M. (1995) Creating Public Value : Strategic Management in Government (London : Harvard University Press).

Ramcharan, B. G. (2007) Preventive Diplomacy at the UN (Bloomington : Indiana University Press).

Secrétaire général des Nations unies (2001) Prévention des conflits armés : rapport du secrétaire général, A/55/985-S/2001/574 (New York: Nations unies).

Secrétaire général des Nations unies (2006) Unis dans l’action : rapport du Groupe de haut niveau sur la cohérence de l’action du système des Nations unies dans les domaines du développement, de l’aide humanitaire et de la protection de l’environnement, A/61/583 (New York : Nations unies).

Secrétaire général des Nations unies (2009) La mise en œuvre de la responsabilité de protéger, A/63/677 (New York: Nations unies).

Shirky, C. (2008) Here Comes Everybody : The Power of Organizing without Organizations (New York : Penguin).

Singh, N. (1993) « The UN and the Development of International Law », in Roberts, A. et B. Kingsbury (eds.) United Nations, Divided World : The UN’s Roles in International Relations (Oxford : Clarendon Press, 2nd ed.).

Slaughter, A.-M. (2004) A New World Order (Princeton : Princeton University Press).

Stern, N. (2007) The Economics of Climate Change : The Stern Review (Cambridge : Cambridge University Press).

Stiglitz, J. E. (1995) The Theory of International Public Goods and the Architecture of International Organisations, Background Paper nº 7 (New York : United Nations, Department for Economic and Social Information and Policy Analysis).

Traub, J. (2007) « The Secretary-General’s Political Space », in Chesterman, S. (ed.), Secretary or General ? The UN Secretary-General in World Politics (Cambridge : Cambridge University Press).

United Nations Foundation (2011) Disaster Relief 2.0 : The Future of Information Sharing in Humanitarian Emergencies, http://www.unfoundation.org/global-issues/technology/disaster-report.html (consulté le 6 septembre 2011).

United Nations Peacebuilding Commission (2010) Review of the United Nations Peacebuilding Architecture, http://www.betterpeace.org/node/1564 (consulté le 6 septembre 2011).

Weiss, T. G. et R. C. Thakur (2010) Global Governance and the UN : An Unfinished Journey (Bloomington : Indiana University Press).

World Bank (2011) World Development Report 2011 : Conflict, Security, and Development (Washington, DC : The World Bank).

Zoellick, R. B. (2010) La fin du tiers-monde ? Moderniser le multilatéralisme pour un monde multipolaire, discours au Woodrow Wilson Center for International Scholars, http://go.worldbank.org/60XIWF1P60 (consulté le 6 septembre 2011).

Sites Internet

Global Pulse : http://www.unglobalpulse.org/

World Economic Forum, Global Redesign Initiative: http://www.weforum.org/issues/global-redesign-initiative

Top of page

Cite this article

Electronic reference

Bruce Jenks, « Les Nations unies et les biens publics mondiaux : contributions historiques et défis à venir », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 3 | 2012, Online since 03 April 2012, connection on 23 November 2017. URL : http://poldev.revues.org/947 ; DOI : 10.4000/poldev.947

Top of page

About the author

Bruce Jenks

Chercheur principal détaché à la Kennedy School of Government de l’Université Harvard et actuellement chargé de cours à l’Institut de hautes études internationales et du développement à Genève et à la School of International and Public Affairs de l’Université Columbia à New York. Jusqu’en 2010, il a occupé un poste de sous-secrétaire général au sein du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), où il était chargé de la mobilisation des ressources du PNUD et des relations avec le Comité exécutif, les bailleurs de fonds, les partenaires institutionnels des Nations unies (NU), la Banque mondiale, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et son Comité d’aide au développement (CAD), le secteur privé et la société civile.

Top of page

Copyright

Creative Commons Attribution-NonCommercial 3.0 Unported License.

Top of page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org