Skip to navigation – Site map
3 | 2012
Aid, Emerging Economies and Global Policies
Dossier | L'aide bousculée. Pays émergents et politiques globales - Revue | Évolutions des politiques de développement

La transformation des ONG internationales et leurs effets sur l’aide au développement

Thomas Richard Davies
This article is a translation of:
The Transformation of International NGOs and Their Impact on Development Aid

Abstract

Depuis la fin de la Guerre froide, les organisations non gouvernementales internationales (ONGI) jouent un rôle majeur dans la transformation du développement en enjeu de politique publique globale. Cet article étudie la manière dont les ONGI actives dans les champs du développement ont transformé leurs structures et leurs pratiques, mais aussi leur discours sur ce sujet au cours des deux dernières décennies. L’auteur montre comment ces ONGI se sont mondialisées, d’une part en formant des confédérations internationales et d’autre part en mettant en place des mécanismes de collaboration au sein de coalitions mondiales. Au rang des évolutions-clés figure l’érosion du fossé apparent Nord-Sud : les ONGI originaires des pays donateurs ont réformé leurs structures afin de donner davantage de poids à leurs représentations dans les pays destinataires et les organisations du Sud ont quant à elles établi des représentations dans les pays à revenu élevé. L’article se penche également sur la réorientation des activités de plaidoyer des ONGI. S’adressant d’abord aux Etats, ces activités se tournent de plus en plus vers les structures intergouvernementales et les entreprises privées. Les nouvelles formes de partenariats avec ces acteurs intergouvernementaux et privés sont également abordées. L’article examine par ailleurs la façon dont les ONGI de développement se sont efforcées de répondre aux critiques exprimées à leur encontre portant sur leur responsabilité et leur légitimité, au travers de réformes telles que la Charte des ONGI sur l’obligation de rendre des comptes (International NGO Accountability Charter). La conclusion explore les limites des transformations des ONGI de développement et les défis posés par ces nouvelles configurations.

Top of page

Full text

1. Introduction

1A l’occasion du Forum du millénaire en 2000, Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations unies, a félicité les représentants d’ONGI pour leur « rôle de pionnier » dans le développement. Il a affirmé qu’ils peuvent « contribuer à arracher des milliards de gens de la misère » (Annan, 2000, 2). Aujourd’hui, les ONGI sont largement reconnues comme des acteurs cruciaux de l’aide et du développement international (Lewis et Kanji, 2009). Cet article se propose d’étudier les différentes manières dont les ONGI de développement se sont transformées et ont simultanément contribué à transformer le développement international depuis la fin de la Guerre froide. Afin de préciser le contexte de ces transformations, il commence par exposer les caractéristiques essentielles des ONGI de développement ainsi que leur évolution durant la Guerre froide. Il évalue ensuite les principales transformations des ONGI de développement au cours de l’après-Guerre froide, notamment en ce qui concerne leurs structures et leurs réseaux, leur rôle dans le monde en développement, et leur impact sur l’évolution du discours et des pratiques relatifs au développement.

2. Les ONGI de développement

2Il n’existe pas de définition universellement reconnue d’une ONGI (Judge, 1978, 31). Toutefois, la pratique de l’Union des associations internationales, qui collecte des données sur les organisations constituées à des fins non lucratives, non établies par les gouvernements et opérant dans trois pays ou plus, est devenue courante. On estime qu’en 2009, il existait plus de 25 000 ONGI, dont plus de 4000 de développement (UIA, 2010). Leur diversité varie considérablement et inclut, sans y être limitée, les groupes de pression, les fondations donatrices, les institutions de recherche et les organisations prestataires de services. Comme le montrera cet article, beaucoup d’ONGI concernées par le développement cumulent plusieurs de ces fonctions. Alors que certaines visent à promouvoir le développement en général, d’autres se spécialisent dans des secteurs particuliers comme l’éducation et la santé.

3Selon les données de l’OCDE sur les « dons privés nets », l’aide au développement originaire de sources non gouvernementales s’est élevée à plus de 22 milliards USD en 2009, dernière année pour laquelle ces données sont disponibles. Le graphique 1 montre l’augmentation considérable de l’aide non gouvernementale au développement au cours des deux dernières décennies, avec un léger repli consécutif au ralentissement économique de 2008.

Graphique 1 – Aide non gouvernementale au développement, 1990-2009 (en millions USD)

Graphique 1 – Aide non gouvernementale au développement, 1990-2009 (en millions USD)

Source : OCDE (2011).

4Ces chiffres sont certainement une sous-estimation du volume total de l’aide au développement provenant de sources non gouvernementales – et d’autres estimations doublent quasiment les chiffres de l’OCDE (Riddell, 2007, 418). Sur le plan économique, les ONGI jouent aujourd’hui un rôle primordial dans le développement international. Preuve en est le budget de l’aide de Vision du Monde qui, en 2005, dépassait celui de l’Italie (Koch, 2008, 1).

5L’engagement des ONGI dans le développement est loin d’être un phénomène nouveau : les groupes missionnaires et les organisations humanitaires transnationales sont apparus avant l’émergence de concepts tels que le « développement international » au XXe siècle (Chabbott, 1997, 227). La décolonisation des empires européens dans la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale a été un tournant important : des organisations comme Oxfam et CARE, alors principalement engagées dans le secours d’après-guerre en Europe, se sont tournées vers l’assistance aux pays d’Afrique et d’Asie nouvellement indépendants (Walker et Maxwell, 2009, 43-44).

6Une grande partie des rôles tenus aujourd’hui par les ONGI ont été créés durant la Guerre froide. Les activités de plaidoyer avaient leurs fers de lance, tels que l’organisation War on Want, à qui l’on attribue une contribution importante à la création en 1964 du premier ministère gouvernemental entièrement dédié au développement international dans un pays industrialisé, celui du Royaume-Uni (Willetts, 2011, 157). Six ans plus tôt, le Conseil œcuménique des Eglises aurait « fixé le premier objectif de l’aide publique au développement, atteindre 1 % du produit national brut des pays à revenu élevé » (notre trad.), à une époque où les dépenses à l’étranger de la Fondation Ford excédaient celles de nombreux organes intergouvernementaux dédiés au développement de l’outre-mer (Chabbott, 1997, 230-233). Pendant la Guerre froide, la Société pour le développement international a joué un rôle important dans la professionnalisation des activités de développement, dans la réorientation de ses objectifs – axés jusqu’alors sur la croissance économique nationale – vers le bien-être des pauvres, et dans le lancement de l’idée d’un rapport sur le développement humain, reprise plus tard par le Programme des Nations unies pour le développement (SID, 2010). Les subventions publiques aux ONGI de développement ont considérablement augmenté à partir des années 1960 (Smith, 1990, 4-5). Durant cette même période, un nombre croissant d’organes chargés de coordonner le travail des ONGI de développement ont été créés, comme, en 1962, le Conseil international des agences bénévoles. Par ailleurs, les ONGI de développement étaient établies dans des contextes de plus en plus variés, comme en témoignent par exemple la création de l’International Organization for Cultivating Universal Human Spirit au Japon en 1961 ou celle de la Fondation Aga Khan en 1967. Dans les années 1970 et 1980, de nouvelles formes de travail en réseau ont été inaugurées, tout particulièrement par les organisations de développement de sensibilité féministe ou soucieuses de développer une perspective « du Sud ». On peut citer entre autres « Development Alternatives with Women for a New Era » et le Third World Network, tous deux créés en 1984.

3. La transformation des ONGI de développement dans l’après-Guerre froide

7Si bien des aspects novateurs ont été mis en place pendant la Guerre froide, c’est au cours des deux décennies suivantes que les ONGI se sont transformées. Une mutation majeure est l’internationalisation croissante des structures organisationnelles des ONGI de développement : les organisations nationales ont tendance à s’unifier au sein de structures confédérales internationales, comme le manifeste l’expérience de groupes tels que Oxfam, Save the Children et CARE. En 1995, par exemple, neuf Oxfam – en Australie, en Belgique, au Canada, aux Etats-Unis, à Hong-Kong, en Nouvelle-Zélande, aux Pays-Bas, au Québec et au Royaume-Uni – se sont regroupées pour former Oxfam International dans le but « de faire avancer les objectifs communs d’Oxfam, de promouvoir, soutenir et coordonner la collaboration entre les Oxfam lorsque ces efforts conjugués aboutissent à un impact plus grand, [et] de défendre le nom d’Oxfam et de renforcer sa position » (Oxfam International, 1996, notre trad.).

8Les formes organisationnelles adoptées par les ONGI sont multiples, variant en fonction du degré de centralisation de leurs structures décisionnelles. Traditionnellement, les ONGI de développement ont occupé les pôles extrêmes de ce spectre : d’un côté, des regroupements d’organisations nationales qui, même si elles partagent une dénomination commune, prennent leurs décisions en toute indépendance (telles les Oxfam du début des années 1990) et, de l’autre, des organismes unitaires (comme Vision du Monde à ses débuts), qui dirigent les actions de leurs bureaux dans différents pays depuis une entité centrale. Durant la période de l’après-Guerre froide, les ONGI de développement ont de plus en plus tendance à s’éloigner de ces modèles extrêmes pour adopter des formes d’organisation fédérales et confédérales, alliant une relative coordination centralisée à un certain degré d’indépendance des organisations membres (Lindenberg et Bryant, 2001, 139-145).

9Tandis que les organisations nationales ont établi des confédérations et des fédérations internationales, ces ONGI se sont à leur tour impliquées de manière croissante dans des actions coordonnées avec d’autres ONGI. L’organisation « Action mondiale contre la pauvreté » (AMCP), par exemple, qui se présente comme le « mouvement de la société civile appelant à l’éradication de la pauvreté et des inégalités le plus important au monde » (notre trad.), compte parmi ses ONGI membres ActionAid International, ATD (Agir tous pour la dignité) Quart Monde, CARE International, Caritas Internationalis, Oxfam International et Save the Children. L’AMCP est l’exemple d’une coalition transnationale rassemblant autour d’une cause commune des ONG nationales et internationales aux origines multiples. C’est une forme d’organisation plus centralisée que ne l’est le réseau transnational. Elle pourrait même être décrite comme une super-ONGI puisqu’une grande partie de ses membres sont déjà eux-mêmes des ONGI. L’un de ses aspects les plus marquants est sa manière de regrouper des organisations aux champs d’action particulièrement variés, allant de groupes spécialisés dans les droits humains comme Amnesty International aux organisations de protection de l’environnement telles qu’Amis de la Terre, en passant par les associations pour la paix comme la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (GCAP, 2011a).

10Les membres de l’AMCP témoignent du large éventail d’ONGI actives dans le développement durant l’après-Guerre froide. Avec l’apparition du « développement durable » sur l’agenda international, de nombreuses ONGI de protection de l’environnement se retrouvent aujourd’hui parmi les acteurs les plus engagés dans le discours sur le développement. En outre, les organisations de défense des droits humains, qui traditionnellement se concentraient sur les droits civils et politiques, se tournent toujours davantage vers des questions économiques et sociales. Amnesty International a notamment élargi son mandat à ces questions à la suite d’un débat controversé lors de son Conseil international à Dakar en 2001 (Chong, 2009, 119-120). Cette réorientation d’Amnesty International a été pilotée par son secrétaire général sénégalais, Pierre Sané, ce qui reflète également la diversification des instances dirigeantes des ONGI dans les années 1990.

4. Les ONGI dans le monde en développement

11Les transformations des relations entre les ONGI et les pays en développement comptent parmi les mutations majeures de l’après-Guerre froide. Les ONGI de développement domiciliées dans des pays de l’OCDE ont déployé des efforts considérables pour ajuster leurs procédures décisionnelles de façon à accorder davantage de voix aux représentations dans les pays destinataires. Une tendance croissante a été l’adoption de structures en réseau (« global bumblebee »), au lieu des structures précédentes dominées par les donateurs. En 1995 déjà, une organisation telle que Vision du monde International a adapté ses structures de gouvernance afin de garantir que son conseil international serait élu par sept forums régionaux (Foreman, 1999). L’image du bumblebee « fait allusion au réseau complexe d’influences et d’interactions entre les organisations membres et avec l’organisation centrale » (Foreman, 1999, 181, notre trad.).

12Les coalitions mondiales impliquent aussi un rôle croissant pour les ONG au Sud, comme le montre l’évolution de « Publiez ce que vous payez ». Cette coalition, qui à son origine rassemblait principalement des organisations britanniques et du Nord (Catholic Overseas Development Agency, Global Witness, Open Society Institute, Oxfam Great Britain, Save the Children UK et Transparency International UK), comptait en 2011 plus de 600 organisations membres, parmi lesquelles celles des pays en développement étaient largement majoritaires, avec un rapport d’environ 4 organisations du Sud contre 1 de l’OCDE (Publish What You Pay, 2011). Une autre coalition transnationale, Clean Clothes Campaign, regroupe des ONGI de 15 pays européens qui travaillent avec plus de 200 organisations nationales et locales au Sud afin « d’identifier les problèmes et les objectifs locaux et de […] développer des stratégies de campagne » (Clean Clothes Campaign, 2011, notre trad.). Si ces coalitions relativement anciennes émanent des pays de l’OCDE, d’autres, plus récentes, ont été créées au Sud. L’AMCP, par exemple, a pris naissance dans le cadre d’une série de réunions tenues à Maputo en 2003, à Johannesburg en 2004 et au Forum social mondial en 2005. Son secrétariat mondial est domicilié à Johannesburg, Mumbai, New York et Accra (GCAP, 2011b).

13Les ONGI de développement domiciliées dans les pays du Sud se sont multipliées dans la période de l’après-Guerre froide. Certaines d’entre elles ont une approche régionale, comme l’Arab NGO Network for Development, établi en 1997, qui travaille dans 10 pays arabes « pour des réformes socioéconomiques plus saines et plus efficaces dans la région, qui intègrent les concepts de développement durable et d’égalité des sexes et une approche basée sur les droits » (ANND, 2011, notre trad.). D’autres visent plus généralement à représenter le « Sud » dans son ensemble, comme le Focus on the Global South, lancé en 1995 et domicilié à Bangkok. Ces ONGI orientent souvent davantage leurs activités sur la recherche et le plaidoyer que sur l’aide au développement proprement dite.

14On a souvent fait remarquer que les ONG locales et nationales dans les pays en développement ont joué un rôle croissant de prestataires de services « à mesure que les politiques de développement néolibérales accentuaient la diminution du rôle des gouvernements en tant que prestataires de services » (Lewis et Kanji, 2009, 92, notre trad.). Ce qui est moins souvent relevé, c’est que les ONG prestataires de services au Sud s’organisent de plus en plus au niveau international et créent des ONGI qui comptent parmi les plus importantes aujourd’hui. Le Bangladesh Rural Advancement Committee (BRAC), par exemple, affirme être « la plus grande organisation de développement du monde […] puisqu’il emploie plus de 60 000 personnes et assure en outre l’organisation et la formation de 60 000 bénévoles indépendants dans les domaines de la santé, de l’agriculture et de l’élevage (vulgarisateurs), et de l’enseignement » (BRAC, 2011b, notre trad.). Le BRAC gère actuellement des programmes non seulement au Bangladesh, mais aussi en Afghanistan, à Haïti, au Libéria, en Ouganda, au Pakistan, en Sierra Leone, au Soudan, au Sri Lanka et en Tanzanie. L’organisation a par ailleurs établi des bureaux de représentation au Royaume-Uni et aux Etats-Unis pour la « levée de fonds » (BRAC, 2011a).

15Les réformes des structures de gouvernance engagées par les ONGI de développement dans les pays donateurs pour attribuer une voix plus audible aux représentations dans les pays destinataires, d’une part, et l’établissement par les ONGI de développement domiciliées dans les pays en développement de représentations chargées de la « levée de fonds » dans les pays développés, d’autre part, conduisent à une convergence des formes organisationnelles qui jette un pont sur l’ancien fossé entre les ONGI du Nord et du Sud.

5. Les activités de plaidoyer et la transformation du discours sur le développement

16Alors que la prestation de services demeure un élément important du travail des ONGI de développement, le plaidoyer revêt une importance plus grande dans l’après-Guerre froide. Cela est dû notamment au nombre croissant d’ONGI du Sud qui ont fait du plaidoyer leur activité phare. En outre, les ONGI du Nord, qui autrefois concentraient leur attention sur la prestation de services, accordent désormais d’avantage d’importance au plaidoyer. Un exemple éloquent est celui des Oxfam nationales qui, constatant que les enjeux de développement étaient devenus « des questions mondiales demandant des analyses et des actions mondiales » (Anderson, 2007, 89, notre trad.), ont créé un bureau de plaidoyer à Washington en 1995. Autre exemple notable : CARE International affirme que le plaidoyer permet de mieux lutter contre les « causes profondes de la pauvreté et de la discrimination », « d’atteindre une population plus large et d’élargir la portée de [son] influence » (Sprechmann et Pelton, 2001, 6, notre trad.).

17C’est principalement à des fins de plaidoyer que les ONGI participent à des coalitions mondiales. On estime que certaines campagnes ont exercé un impact considérable : la Coalition Jubilé 2000, par exemple, a été particulièrement saluée pour avoir contribué à une nette réduction de la dette de nombreux pays en développement (Birdsall et Williamson, 2002, 1). Plus récemment, les ONGI de développement se sont engagées dans le vaste « Mouvement pour la justice mondiale » et ont activement participé à des événements tels que les Forums sociaux mondiaux. On doit aux efforts de l’AMCP, lancée officiellement lors du Forum social mondial de 2005, les promesses d’accroissement substantiel de l’aide publique au développement lors du sommet du G-8 de Gleneagles la même année, même si ces promesses ne furent en grande partie pas concrétisées (Willetts, 2011, 157). Bien moins connues, les campagnes d’ONGI à l’échelle locale peuvent également avoir beaucoup d’influence. C’est ce que revendique CARE International, notamment pour ses campagnes de plaidoyer dans des domaines aussi variés que l’utilisation de pesticides au Nicaragua ou de contraceptifs au Cambodge (Sprechmann et Pelton, 2001, 3).

18Les objectifs visés par les campagnes des ONGI ont suivi l’évolution et la montée de nouveaux acteurs-clés dans les domaines touchant au développement international. Alors que traditionnellement c’étaient les institutions nationales qui étaient principalement visées par les activités de plaidoyer, les acteurs intergouvernementaux connaissent désormais une importance croissante. L’établissement du Panel d’inspection de la Banque mondiale en 1994 a été en partie une réponse aux pressions des ONG (Clark et al., 2003), de même que la création du Bureau indépendant d’évaluation du Fonds monétaire international en 2001 (Scholte, 2011, 93). Les mécanismes formels de consultation entre les institutions financières internationales et les ONGI restent cependant limités.

19Compte tenu de leur montée en puissance, les entreprises multinationales sont devenues les cibles les plus courantes des campagnes des ONGI. A cet égard, les organisations telles que War on Want ont été pionnières avec leur campagne de boycott contre Nestlé dans les années 1970 et 1980 (Chetley, 1986). Les stratégies de confrontation des ONGI avec les multinationales sont devenues célèbres, mais quelques-unes des initiatives les plus efficaces sont celles qui mettent en place des mécanismes de coopération avec les entreprises. Il s’agit notamment des systèmes de certification privés tels que Fairtrade ou encore de l’établissement de normes internationales relatives à la responsabilité sociale et environnementale des entreprises, comme celles de la Global Reporting Initiative (GRI), utilisées par plus d’un millier d’organisations en 2009 (GRI, 2010, 16).

20Cependant, l’effet majeur des campagnes des ONGI est d’avoir transformé notre compréhension des enjeux du développement international. Le rôle joué par les ONGI durant la Guerre froide dans la réorientation du discours sur le développement vers un développement humain a déjà été mentionné. Après la Guerre froide, les ONGI ont rapproché le discours sur le développement de nombreux autres, comme notamment celui sur l’environnement et celui sur les droits des femmes. Un « nouveau plaidoyer pour les droits » portant sur le développement est ainsi apparu, qui se réfère de manière explicite aux normes internationalement reconnues en matière de droits humains. Ce recours aux droits est la conséquence de diverses tendances : des ONGI comme Oxfam et CARE ont adopé une approche du développement basée sur les droits ; d’autres, à l’instar de Human Rights Watch et d’Amnesty International, ont élargi leurs interventions des traditionnels droits civils et politiques aux droits économiques et sociaux ; on a vu naître des coalitions transnationales qui, comme l’AMCP, comprennent à la fois des ONGI de développement et des ONGI de défense des droits humains ; enfin, des ONGI telles que le Réseau international pour les droits économiques, sociaux et culturels ont été établies dans le but explicite de promouvoir les droits économiques et sociaux (Nelson et Dorsey, 2008, 19-21).

21La transformation du discours sur le développement par les ONGI est facilitée par leur engagement auprès de communautés épistémiques. Les ONGI et la communauté universitaire des études du développement collaborent au sein d’organisations telles que la Development Studies Association et à travers des publications comme le Journal of International Development. Ces collaborations contribuent à légitimer la reconnaissance des ONGI de développement comme mines de « savoir-faire », dans lesquelles les gouvernements et les organismes intergouvernementaux peuvent puiser. Le recours aux « experts » de la société civile pour formuler des politiques intergouvernementales est loin d’être un phénomène nouveau – ils étaient déjà largement sollicités par la Société des Nations (Zimmern, 1930). Cette pratique est cependant beaucoup plus répandue depuis la fin de la Guerre froide qu’elle ne l’a été au cours des quatre décennies précédentes. Lors du Sommet mondial pour le développement durable de 2002, les ONGI ont non seulement tenu des réunions officieuses parallèles à la conférence, elles ont aussi participé aux débats officiels en intervenant pendant les « séances plénières organisées en partenariat » sur des questions d’expert, au débat général ainsi qu’au débat des parties prenantes (NU, 2002, 94-135 ; Willetts, 2011, 51-52). La confiance gouvernementale dans l’expertise des ONGI a été jusqu’à une forme de « capture de délégations » lors des négociations sur l’environnement, certains gouvernements comme celui de Nauru nommant tous les membres de leur délégation parmi des « experts » d’ONGI de pays étrangers (Spiro, 1995). Cependant, ce n’est pas tant par leurs interactions directes avec les Etats, mais bien davantage par leurs campagnes, leurs propagandes, leurs manifestations et leur présence dans les médias pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du développement, que les ONGI ont contribué à la transformation du discours.

6. La transformation des pratiques du développement

22Compte tenu de l’importance croissante des ONGI dans le développement depuis la fin de la Guerre froide, leurs activités ont fait l’objet d’une attention grandissante. Au milieu des années 1990, de nombreuses critiques ont été soulevées à leur encontre. Certaines portaient sur l’efficacité des ONGI en tant que prestataires de services, dont l’impact serait « extrêmement localisé et souvent passager » (Edwards et Hulme, 2002, 53, notre trad.). Là où leurs interventions sont de plus grande portée, les ONGI sont alors accusées d’affaiblir des institutions étatiques déjà souvent fragiles dans les pays en développement (Barber et Bowie, 2008). D’autres détracteurs critiquent pour leur part les activités de plaidoyer des ONGI, dont les succès apparents pourraient avoir des revers contre-productifs. En 1993, l’incitation au boycott des importations nord-américaines de textiles produits par des enfants aurait « forcé les jeunes filles à des formes de travail beaucoup plus abusives comme le commerce de rue, le travail domestique et la prostitution » (Harper, 2001, 253, notre trad.). Ainsi, on s’interroge d’un côté sur la justification des services fournis par les ONGI et, de l’autre, sur la légitimité de leur plaidoyer.

23En partie pour répondre à ces critiques, les ONGI de développement ont transformé un grand nombre de leurs pratiques. Afin d’améliorer leur efficacité et leur responsabilité (accountability), elles accordent une plus grande importance aux procédures de surveillance et d’évaluation. La création d’un poste de directeur de la surveillance et de l’évaluation chez CARE en 1995 traduit par exemple cette tendance (Lindenberg et Bryant, 2001, 225). A l’instar de certaines entreprises multinationales, quelques ONGI rendent leurs comptes selon les normes mondiales formulées par des organisations telles que la Global Reporting Initiative ; on peut citer Oxfam Great Britain, qui depuis 2007 rend ses comptes sur la base à la fois des normes de la Global Reporting Initiative et de la Charte des ONGI sur l’obligation de rendre des comptes (Oxfam Great Britain, 2007, 3). Lancée en 2006 par 11 ONGI, la Charte des ONGI sur l’obligation de rendre des comptes vise à devenir « la voix qui fait autorité et le code de pratique standard pour toutes les ONGI » (International NGO Charter of Accountability, 2011a, notre trad.). Elle considère que les efforts déployés précédemment à l’échelle internationale (comme AccountAbility, le Partenariat international pour la redevabilité humanitaire, One World Trust et le Projet Sphère) ou nationale (comme Bond, InterAction et Zewo) ne sont pas parvenus à donner une réponse adéquate aux enjeux globaux en matière de responsabilité (International NGO Charter of Accountability, 2011b).

24Plutôt que de critiquer l’autorité des gouvernements des pays en développement, les ONGI ont multiplié leurs efforts pour travailler en partenariat avec ceux-ci, ainsi qu’avec des structures communautaires locales. Les partenariats peuvent être multiformes et inclure des entreprises privées aussi bien que des structures étatiques. Le Forum économique mondial a joué un rôle pionnier dans la création de partenariats entre les entreprises multinationales, les gouvernements du Sud et les ONG. Sa Global Education Initiative, par exemple, prétend avoir « aidé plus de 1,8 million d’étudiants et d’enseignants et mobilisé un soutien financier de plus de 100 millions USD en Jordanie, au Rajasthan (Inde), en Egypte, dans les territoires palestiniens et au Rwanda » ; elle impliquerait « plus de 40 partenaires du secteur privé, 14 gouvernements, sept organisations internationales et 20 ONG » (WEF, 2011).

25La proximité de certaines ONGI avec des entreprises privées et des gouvernements a été critiquée comme « faisant partie de la même formation politique informelle qui veille à l’avènement du projet néolibéral » (Roy, 2004, 43, notre trad.). Les ONGI sont parfois des émanations directes d’entreprises, comme le World Business Council for Sustainable Development, qui vise « à montrer la voie aux entreprises, à jouer le rôle de catalyseur de changement vers le développement durable et à soutenir leur capacité à fonctionner, innover et croître dans un monde de plus en plus façonné par la question du développement durable » (WBCSD, 2011). Mais il ne faut pas sous-estimer la diversité considérable des ONGI, car nombre d’entre elles font partie des détracteurs les plus virulents de la politique « néolibérale », tel le Focus on the Global South. Par ailleurs, beaucoup d’ONGI sont parmi les premières à préconiser des mesures pour remédier aux éventuels conflits d’intérêts entre les ONGI et les entreprises commerciales. La Conflicts of Interest Coalition, par exemple, est à la tête des demandes pour un code de conduite sur la gestion des conflits d’intérêts relativement à l’engagement du secteur privé dans les politiques publiques globales. Elle appelle les Nations unies à « reconnaître et distinguer entre les industries, y compris les sociétés à finalité sociale sans but lucratif (BINGO) et les organisations non gouvernementales d’intérêt public (PINGO), qui actuellement relèvent toutes deux sans distinction de la “société civile” » (Conflicts of Interest Coalition, 2011).

26Les ONGI domiciliées dans les pays développés se sont efforcées de renforcer la légitimité de leur action en collaborant avec des organisations gérées depuis le Sud, telles que le BRAC et le Focus on the Global South, au sein de groupes-cadres comme l’AMCP. Ce sont cependant les réformes effectuées dans leurs structures organisationnelles (décrites dans la partie 4) qui font partie des avancées principales des ONGI des pays à haut revenu pour gagner en légitimité. En outre, malgré leurs structures problématiques, les ONGI du Nord sont souvent à même de donner de la voix à certaines populations du Sud – plus que ne le feraient les gouvernements des Etats où vivent ces dernières –, comme par exemple Survival International qui a pour but de défendre les peuples indigènes. Les ONGI du Nord ont également fourni d’importants efforts pour augmenter les capacités d’ONG locales et nationales des pays du Sud (James, 1998) et ont joué un rôle crucial pour remédier au manque d’implication des sociétés civiles locales dans les stratégies de réduction de la pauvreté. Lorsque les ONG du Sud opèrent dans un environnement politique restrictif, l’assistance de certaines ONGI étrangères s’est même étendue à la diffusion des techniques de résistance non violente aux pouvoirs autoritaires. Le Center for Applied Non-Violent Action and Strategies de Belgrade a notamment formé une partie des activistes de la révolution égyptienne de 2011 (Davies, 2011a).

7. Conclusion

27Depuis la fin de la Guerre froide, les ONGI ont été au cœur de la transformation du développement en enjeu de politique publique globale. Elles ont mondialisé leurs structures organisationnelles et jeté des ponts entre les organisations du Nord et du Sud. L’éventail des organisations avec lesquelles les ONGI coopèrent s’est beaucoup élargi et inclut les entreprises au même titre que les acteurs gouvernementaux et multilatéraux. Les ONGI ont joué un rôle-clé dans la transformation du discours sur le développement et l’élaboration de pratiques propres à promouvoir la responsabilité et la légitimité des acteurs engagés dans le développement.

28Cependant, ces changements restent limités. Les structures de gouvernance des ONGI de développement domiciliées dans les pays de l’OCDE sont dans leur grande majorité toujours dominées par leurs membres dans ces pays. Bien qu’en augmentation, le nombre d’ONGI de développement établies dans les pays en développement demeure relativement faible, et celles-ci sont très minoritaires dans beaucoup de coalitions transnationales, AMCP incluse. En septembre 2011, seules 24 ONGI étaient membres de la Charte des ONGI sur l’obligation de rendre des comptes. Par ailleurs, les ONGI locales et nationales des pays en développement continuent souvent d’agir dans le cadre d’une relation de dépendance envers les gouvernements donateurs et les ONGI des pays développés (Michael, 2004).

29En plus de ces limites, les transformations des ONGI de développement depuis la fin de la Guerre froide peuvent même, à certains égards, être considérées comme contre-productives. La place croissante des activités de plaidoyer pourrait bien se faire aux dépens de la capacité opérationnelle des ONGI à fournir des services (Fioramonti et al., 2008, 364). En outre, les relations toujours plus étroites des ONGI avec le secteur privé et les acteurs gouvernementaux à travers des initiatives multipartites et des projets en partenariat sont peut-être le signe que l’on traite désormais le développement international comme une grande entreprise, au détriment d’un réel pluralisme des approches (Peña, 2011).

30Sur le plan historique, la formation de grandes coalitions d’ONGI, comme l’Office central des institutions internationales en 1907 et le Groupe consultatif international en 1932, a précédé un brusque effondrement de l’activité associative transnationale dans les années qui ont suivi, notamment en raison des objectifs démesurés de leurs organisateurs (Davies, 2011b). Les coalitions mondiales de l’ère contemporaine connaîtront-elles le même sort ?

Top of page

Bibliography

Anderson, I. (2007) « Global Action : International NGOs and Advocacy », in Rugendyke, B. (ed.), NGOs as Advocates for Development in a Globalizing World (London : Routledge), pp. 71-95.

Annan, K. (2000) Forum du millénaire : le secrétaire général se félicite de la « Révolution des ONG » et les appelle à œuvrer pour une mondialisation plus juste, communiqué de presse SG/SM/7411 GA/9710 (New York : Nations unies).

ANND (Arab NGO Network for Development) (2011) About Us, http://www.annd.org/about.php (consulté le 28 septembre 2011).

Barber, M. et C. Bowie (2008) « How International NGOs Could Do Less Harm and More Good », Development in Practice, 18(6), pp. 748-754, DOI 10.1080/09614520802386520.

Birdsall, N. et J. Williamson (2002) Delivering on Debt Relief : From IMF Gold to a New Aid Architecture (Washington, DC : Center for Global Development).

BRAC (Bangladesh Rural Advancement Committee) (2011a) Where We Work, http://www.brac.net/content/where-we-work (consulté le 29 septembre 2011).

BRAC (2011b) Who We Are, http://www.brac.net/content/who-we-are (consulté le 29 septembre 2011).

Chabbott, C. (1997) « Development INGOs », in Boli, J. and G. Thomas (eds.), Constructing World Culture : International Nongovernmental Organizations since 1875 (Stanford, CA : Stanford University Press), pp. 222-248.

Chetley, A. (1986) The Politics of Baby Foods : Successful Challenges to an International Marketing Strategy (London : Frances Pinter).

Chong, D. (2009) « Economic Rights and Extreme Poverty : Moving towards Subsistence », in Bob, C. (ed.), The International Struggle for New Human Rights (Philadelphia, PA : University of Pennsylvania Press), pp. 108-129.

Clark, D., J. Fox et K. Treakle (2003) Demanding Accountability : Civil-Society Claims and the World Bank Inspection Panel (Lanham, MD : Rowman and Littlefield).

Clean Clothes Campaign (2011) Who We Are, http://www.cleanclothes.org/about-us (consulté le 19 octobre 2011).

Conflicts of Interest Coalition (2011) Déclaration sur le manque préoccupant de clarté quant au rôle de l’industrie en vue de l’audition conjointe de l’ONU en juin et la réunion au Sommet de l’ONU en septembre 2011, http://coicoalition.blogspot.com/search/label/statements (consulté le 20 octobre 2011).

Davies, T. R. (2011a) The 2011 Uprisings and the Limits of « People Power », http://www.city.ac.uk/social-sciences/international-politics/policy-briefs/the-2011-uprisings-and-the-limits-of-people-power (consulté le 20 octobre 2011).

Davies, T. R. (2011b) « The Rise and Fall of Transnational Civil Society : The Evolution of International Non-Governmental Organizations since the Mid-Nineteenth Century », in Reydams, L. (ed.), Global Activism Reader (New York : Continuum), pp. 35-44.

Edwards, M., et D. Hulme (2002) « Making A Difference : Scaling-Up the Developmental Impact of NGOs – Concepts and Experiences », in Edwards, M. and A. Fowler (eds.), The Earthscan Reader on NGO Management (London : Earthscan), pp. 53-73.

Fioramonti, L., A. Fowler et V. F. Heinrich (2008) « The Challenge of Socioeconomic and Democratic Development : Marrying Civil Society’s Social and Political Roles ? », in Heinrich, V. F. and L. Fioramonti (eds.), CIVICUS Global Survey of the State of Civil Society : Volume 2 : Comparative Perspectives (Bloomfield, CT : Kumarian Press), pp. 359-376.

Foreman, K. (1999) « Evolving Global Structures and the Challenges Facing International Relief and Development Organisations », Non-Profit and Voluntary Sector Quarterly, 28(1), pp. 178-197, DOI 10.1177/089976499773746519.

GCAP (Global Call to Action against Poverty) (2011a) GCAP Supporting Organisations, http://whiteband.org/en/about/supportingorgs (consulté le 27 septembre 2011).

GCAP (2011b) Global Secretariat, http://whiteband.org/en/content/globalsecretariat (consulté le 19 octobre 2011).

GRI (Global Reporting Initiative) (2010) Year in Review 2009/10 (Amsterdam : GRI).

Harper, C. (2001) « Do the Facts Matter ? NGOs, Research, and International Advocacy », in Edwards, M. and J. Gaventa (eds.), Global Citizen Action (Boulder, CO : Lynne Rienner Publishers), pp. 247-258.

International NGO Charter of Accountability (2011a) Charter Background, http://www.ingoaccountabilitycharter.org/about-the-charter/background-of-the-charter/ (consulté le 29 septembre 2011).

International NGO Charter of Accountability (2011b) The Five Years Strategy, http://www.ingoaccountabilitycharter.org/wpcms/wp-content/uploads/INGO-Accountability-Charter-Five-Years-Strategy.pdf (consulté le 29 septembre 2011).

James, R. (1998) Demystifying Organisation Development : Practical Capacity-Building Experiences of African NGOs (Oxford : INTRAC).

Judge, A. (1978) « International Institutions : Diversity, Borderline Cases, Functional Substitutes and Possible Alternatives », in Taylor, P. and A. J. R. Groom (eds.), International Organization : A Conceptual Approach (London : Frances Pinter), pp. 28-83.

Koch, D.-J. (2008) Une déclaration de Paris pour les ONG internationales ? (Paris : Centre de développement de l’OCDE).

Lewis, D. et N. Kanji (2009) Non-Governmental Organizations and Development (London : Routledge).

Lindenberg, M. et C. Bryant (2001) Going Global : Transforming Relief and Development NGOs (Bloomfield, CT : Kumarian Press).

Michael, S. (2004) Undermining Development : The Absence of Power among Local NGOs in Africa (Bloomington, IN : Indiana University Press).

Nelson, P. J. et E. Dorsey (2008) New Rights Advocacy : Changing Strategies of Development and Human Rights NGOs (Washington, DC : Georgetown University Press).

NU (Nations unies) (2002) Rapport du Sommet mondial pour le développement durable, A/CONF.199/20 (New York : Nations unies).

OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) (2011) OECD.Stat Extracts, http://stats.oecd.org (consulté le 13 septembre 2011).

Oxfam Great Britain (2007) Accountability Report 06/07 (Oxford : Oxfam Great Britain).

Oxfam International (1996) Oxfam International’s Mission Statement, http://www.oxfam.org/en/about/what/mission(consulté le 7 avril 2010).

Peña, A. M. (2011) ISO and Social Standardisation : Uncomfortable Compromises in Global Policy-Making, Working Paper nº CUTP/009A (London : City University of London), http://www.city.ac.uk/__data/assets/pdf_file/0019/106822/CUWPTP009A_ pena.pdf (consulté le 20 octobre 2011).

Publish What You Pay (2011) Members of Publish What You Pay, 21/03/2011, http://www.publishwhatyoupay.org/sites/pwypdev.gn.apc.org/files/MembershipPDF. pdf(consulté le 19 octobre 2011).

Riddell, R. C. (2007) Does Foreign Aid Really Work ? (Oxford : Oxford University Press).

Roy, A. (2004) Public Power in the Age of Empire (New York : Seven Stories).

Scholte, J. A. (2011) « Civil Society and IMF Accountability », in Scholte, J. A. (ed.), Building Global Democracy ? Civil Society and Accountable Global Governance (Cambridge : Cambridge University Press), pp. 78-104.

SID (Society for International Development) (2010) History, http://www.sidint.net/about-sid/history (consulté le 27 septembre 2011).

Smith, B. (1990) More than Altruism : The Politics of Private Foreign Aid (Princeton, NJ : Princeton University Press).

Spiro, P. J. (1995) « New Global Communities : Nongovernmental Organizations in International Decision Making Institutions », Washington Quarterly, 18(1), pp. 45-56, DOI 10.1080/01636609509550131.

Sprechmann, S. et E. Pelton (2001) Advocacy Tools and Guidelines : Promoting Policy Change (Atlanta, GA : Cooperative for Assistance and Relief Everywhere).

UIA (Union of International Associations) (2010) Yearbook of International Organizations, 2010-2011 (Berlin : de Gruyter).

Walker, P. et D. Maxwell (2009) Shaping the Humanitarian World (London : Routledge).

WBCSD (World Business Council for Sustainable Development) (2011) What Is the WBCSD’s mission?, http://www.wbcsd.org/includes/getTarget.asp?type=p&id=Mjk0 (consulté le 20 octobre 2011).

WEF (World Economic Forum) (2011) Global Education Initiative, http://www.schwabfound.org/en/initiatives/gei/index.htm (consulté le 29 septembre 2011).

Willetts, P. (2011) Non-Governmental Organizations in World Politics : The Construction of Global Governance (London : Routledge).

Zimmern, A. (1930) « Democracy and the Expert », The Political Quarterly, 1(1), pp. 7-25, DOI 10.1111/j.1467-923X.1930.tb01466.x.

Top of page

List of illustrations

Title Graphique 1 – Aide non gouvernementale au développement, 1990-2009 (en millions USD)
Credits Source : OCDE (2011).
URL http://poldev.revues.org/docannexe/image/949/img-1.png
File image/png, 20k
Top of page

References

Electronic reference

Thomas Richard Davies, « La transformation des ONG internationales et leurs effets sur l’aide au développement », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 3 | 2012, Online since 03 April 2012, connection on 24 September 2017. URL : http://poldev.revues.org/949 ; DOI : 10.4000/poldev.949

Top of page

About the author

Thomas Richard Davies

Chargé de cours de politique internationale à la City University de Londres, où il dirige le projet sur l’évolution des organisations non gouvernementales internationales. Il est l’auteur de The Possibilities of Transnational Activism (Martinus Nijhoff, 2007) et termine actuellement un manuscrit sur l’histoire générale des organisations non gouvernementales internationales depuis le XVIIIe siècle.

Top of page

Copyright

Creative Commons Attribution-NonCommercial 3.0 Unported License.

Top of page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Les cahiers de Revues.org